Bonjour, cliquez-ici pour vous inscrire et participer au forum.
  • Login:



+ Répondre à la discussion
Page 1 sur 3 12 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 63

Problème (encore!) avec l'ascenseur spatial

  1. Olivzzz

    Date d'inscription
    juin 2014
    Messages
    365

    Problème (encore!) avec l'ascenseur spatial

    Rebonjour,

    Eh oui je vois des problèmes partout L'ascenseur spatial, en voilà encore une belle idée. Sur le papier du moins. Car déjà, il va falloir fabriquer le câble, avec du graphène ou autre ça reste à voir, mais admettons qu'on y arrive et que, voilà, un magnifique ascenseur spatial voie le jour.

    Le principe est simple : le câble est attaché d'un côté à la Terre et afin qu'il ne tombe pas, on laisse dépasser de l'orbite géostationnaire une même longueur de câble qui fera contrepoids par l'effet centrifuge. On a donc 2 forces en jeu qui s'opposent, équilibrant le tout.

    Mais voilà qu'on y attache une cargaison avec l'idée de la hisser dans l'espace. Cette cargaison, au sol, a une vitesse circonférentielle de 40'000 km / 24 h = 1'600 km/h. Or, la vitesse circonférentielle d'un objet en orbite géostationnaire est de (environs) 150'000 km / 24 h = 6'250 km/h.

    Vous voyez sans doute venir ma question : Comment cette chère cargaison va-t-elle être accélérée de plus de 4'500 km/h perpendiculairement aux 2 seuls forces en présence dans l'ascenseur ? Sans "propulsion" horizontale, la cargaison va ralentir la rotation du câble et tout le bingz va nous retomber sur la tronche.

    Il suffit du coup d'attacher un système propulsif à la cargaison et vu la vitesse à gagner un tout petit moteur spatial fera l'affaire... mais il faut le faire et je n'ai pas vu ce point seulement mentionné dans une publication sur ce thème ou représenté sur une des nombreuses vues d'artistes existantes.

    Alors soit je vois des problèmes là où il n'y en a pas, ou alors j'ai mal cherché, ou alors ceux qui planchent sérieusement sur la question sont aveuglés par le problème du câble. Probablement un peu des 3

    -----

     


    • Publicité



  2. Gilgamesh

    Date d'inscription
    janvier 2003
    Localisation
    Tyumen
    Âge
    48
    Messages
    13 488

    Re : Problème (encore!) avec l'ascenseur spatial

    Ben oui... C'est basiquement pour cela que je pense que l’ascenseur spatial a tout de la fausse bonne idée.
    Parcours Etranges
     

  3. Olivzzz

    Date d'inscription
    juin 2014
    Messages
    365

    Re : Problème (encore!) avec l'ascenseur spatial

    Oui et non, si justement on accélère gentiment la cargaison avec un petit moteur fusée au fur et à mesure de la montée ça devrait bien se passer. A mon avis le problème est autrement plus compliqué concernant le câble. Je m'étonne juste que la question de l'accélération de la cargaison ne soit jamais (à ma connaissance) mentionné.
     

  4. Amanuensis

    Date d'inscription
    septembre 2010
    Messages
    21 986

    Re : Problème (encore!) avec l'ascenseur spatial

    Citation Envoyé par Olivzzz Voir le message
    Il suffit du coup d'attacher un système propulsif à la cargaison et vu la vitesse à gagner un tout petit moteur spatial fera l'affaire... mais il faut le faire et je n'ai pas vu ce point seulement mentionné dans une publication sur ce thème ou représenté sur une des nombreuses vues d'artistes existantes.
    Il n'a pas besoin d'être attaché à la cargaison, celle-ci se contente de "rouler" sur le câble, en se propulsant relativement au câble comme une voiture le fait relativement au sol.

    Si on ne fait que monter, la masse en orbite augmente, et donc la quantité de mouvement si on veut garder la même vitesse orbitale. Autrement dit, si on ne fait que monter l'orbite se dégrade et faut compenser. Cela peut se faire par un "système propulsif" à la station orbitale même.

    Si ça monte et ça descend, c'est comme avec un téléphérique: ça se compense. La masse en orbite sert de "réservoir" de quantité de mouvement, elle va légèrement osciller en fonction des mouvements des charges.

    Quand à la force propulsive latérale de la cargaison même, c'est la réaction du câble. Celle-ci peut avoir une composante perpendiculaire au câble.
    Dernière modification par Amanuensis ; 18/06/2014 à 15h15.
    Pour toute question, il y a une réponse simple, évidente, et fausse.
     

  5. Olivzzz

    Date d'inscription
    juin 2014
    Messages
    365

    Re : Problème (encore!) avec l'ascenseur spatial

    En effet, si le système peut supporter une flexion du câble ça fonctionne si c'est la station orbitale qui dispose d'un propulseur. Il faut donc qu'elle soit massive afin d'être peu sensible à la variation de traction du câble. Mais vu qu'alors il faudra acheminer le carburant ou l'agent propulsif autant accélérer directement le chargement pendant la montée, de cette manière l'entier du système sera constamment en équilibre et pourra être allégé d'autant.
     


    • Publicité



  6. Amanuensis

    Date d'inscription
    septembre 2010
    Messages
    21 986

    Re : Problème (encore!) avec l'ascenseur spatial

    Citation Envoyé par Olivzzz Voir le message
    En effet, si le système peut supporter une flexion du câble ça fonctionne si c'est la station orbitale qui dispose d'un propulseur. Il faut donc qu'elle soit massive afin d'être peu sensible à la variation de traction du câble. Mais vu qu'alors il faudra acheminer le carburant ou l'agent propulsif autant accélérer directement le chargement pendant la montée, de cette manière l'entier du système sera constamment en équilibre et pourra être allégé d'autant.
    Si il y autant de trafic en montée et en descente, ce serait tout perdu.

    Vous pensez à la montée! Mais l'accélération à obtenir est exactement la même à la descente, en module.

    Avec votre approche on consomme du carbu à la montée, et autant à la descente. Alors que si on synchronise montée et descente, on n'a rien à consommer.

    Comme un téléphérique...
    Dernière modification par Amanuensis ; 18/06/2014 à 15h32.
    Pour toute question, il y a une réponse simple, évidente, et fausse.
     

  7. Amanuensis

    Date d'inscription
    septembre 2010
    Messages
    21 986

    Re : Problème (encore!) avec l'ascenseur spatial

    Ceci dit, ce serait peut-être plus optimal, si on le met en oeuvre que quand nécessaire (trafic non équilibré). Faut faire le calcul si c'est plus efficace de "pousser" tout le long du câble que "pousser" seulement à un point particulier (et dans ce dernier cas lequel).

    Par ailleurs la force demandée est faible (50 N pour une masse de 10 tonne et une montée à 500 km/h, sf erreur de calcul). Il y a peut-être des méthodes de propulsion intéressantes pour cela, de faible consommation en masse (laser alimenté en électricité? ions fortement accélérés?).
    Dernière modification par Amanuensis ; 18/06/2014 à 15h48.
    Pour toute question, il y a une réponse simple, évidente, et fausse.
     

  8. Olivzzz

    Date d'inscription
    juin 2014
    Messages
    365

    Re : Problème (encore!) avec l'ascenseur spatial

    @Amanuensis : Les ions ça marcherait bien, le câble pouvant servir à acheminer l'électricité nécessaire au réacteur ionique. Quant à faire monter et descendre en même temps, oui l'équilibre global serait maintenu sans propulsion mais pas local, donc le câble doit reprendre l'effort localement ce qui demande une rigidité supplémentaire ou autre mesure. De plus, cela nécessite un système qui permette le croisement à mi-chemin de 2 chargements donc 2 voies au lieu d'une ou alors un dispositif de croisement type funiculaire mais un changement de direction me semble hasardeux selon la vitesse du convoi.
     

  9. Carcharodon

    Date d'inscription
    juillet 2008
    Localisation
    Paris
    Âge
    49
    Messages
    5 586

    Re : Problème (encore!) avec l'ascenseur spatial

    j'aimerais bien qu'on réponde a cette question svp : une fois en haut de l'ascenseur, il lui arrive quoi a la charge utile ?
    Juste histoire de comprendre pourquoi il est inutile d'aller plus loin dans ce pseudo concept d'ascenseur spatial...
    Restons superficiel pour ne pas fâcher
     

  10. Amanuensis

    Date d'inscription
    septembre 2010
    Messages
    21 986

    Re : Problème (encore!) avec l'ascenseur spatial

    Citation Envoyé par Carcharodon Voir le message
    j'aimerais bien qu'on réponde a cette question svp : une fois en haut de l'ascenseur, il lui arrive quoi a la charge utile ?
    Tout est possible, non?

    Y compris des touristes béats, tels ceux qui montent au pic du Midi, prennent des photos et redescendent.
    Pour toute question, il y a une réponse simple, évidente, et fausse.
     

  11. saint.112

    Date d'inscription
    mai 2014
    Localisation
    Lyon
    Messages
    2 285

    Re : Problème (encore!) avec l'ascenseur spatial

    Il me semble que tu poses le problème uniquement de la vitesse linéaire de l’objet sur l’ascenseur. Or, vu que le tout est géostationnaire (câble, station en orbite géostationnaire, contrepoids, etc.), qu’on monte ou qu’on descende la vitesse angulaire est constante, la même que celle de la terre.
    Erre-je ?

    Bien entendu ça ne dit rien quant à la faisabilité d’ensemble du machin.

    Nico
     

  12. Carcharodon

    Date d'inscription
    juillet 2008
    Localisation
    Paris
    Âge
    49
    Messages
    5 586

    Re : Problème (encore!) avec l'ascenseur spatial

    Citation Envoyé par Amanuensis Voir le message
    Tout est possible, non?

    Y compris des touristes béats, tels ceux qui montent au pic du Midi, prennent des photos et redescendent.
    c'est pas ça que je demandais, Amanuensis : je demandais qu'est-ce qui arrive a une CU qu'on larguerait a 400km d'altitude, grâce a l'ascenseur spatial, pour amener par exemple du fret a l'ISS.
    Il se passe quoi quand on va larguer la CU qu'on aura amené a 400km grâce a cet ascenseur ?
    C'est la réponse a cette question qui permettra de certifier a quel point ce concept d'ascenseur spatial est totalement, absolument et irrémédiablement absurde.
    La réponse est facile a deviner.

    indice :
    qu’on monte ou qu’on descende la vitesse angulaire est constante, la même que celle de la terre
    qui est de ?
    comparé a quelle vitesse il faut obtenir au minimum pour rester en orbite ?

    est ce que vous ne distinguez pas le problème rédhibitoire qui survient ?
    Restons superficiel pour ne pas fâcher
     

  13. Olivzzz

    Date d'inscription
    juin 2014
    Messages
    365

    Re : Problème (encore!) avec l'ascenseur spatial

    Citation Envoyé par Carcharodon Voir le message
    j'aimerais bien qu'on réponde a cette question svp : une fois en haut de l'ascenseur, il lui arrive quoi a la charge utile ?
    Juste histoire de comprendre pourquoi il est inutile d'aller plus loin dans ce pseudo concept d'ascenseur spatial...
    Plusieurs possibilités:

    - Un satellite à destination de l'orbite géostationnaire : Une fois en haut, on le ralentit légèrement en augmentant légèrement son orbite avec un petit moteur embarqué et au bout de quelques semaines ou 1 ou 2 mois (et même si c'est 6 mois c'est pas grave), on recorrige l'orbite et la vitesse et il est à son poste.

    - Un vaisseau / sonde à destination lointaine : Une fois en haut, il accélère, accélère et prend sa route.

    - Un satellite à destination d'une orbite basse : A 400km (par exemple) de haut, l'effort de poussée nécessaire est presque identique à celui nécessaire depuis la Terre, du moins faut-il le même genre de boosters. Donc de savoir si on utilisera l'ascenseur spatial ou non dépendra d'un fin calcul de rentabilité.

    - Des touristes : Une fois arrivés en haut, ils font plein de selfies puis ils redescendent.

    - Des scientifiques : Une fois arrivés en haut, ils font leur job de scientifiques qu'ils font actuellement dans l'ISS qui sera mis au rebut dans l'entretemps. Et ils font quelques selfies aussi ou jouent Space Oddity à la guitare.

    - Une cargaison de déchets nucléaires : Hop directement dans le Soleil qui n'y verra que du feu.

    etc.

    Perso l'ascenseur spatial ne me semble pas tant que ça une fausse bonne idée voire une vraie mauvaise idée. La seule question qui me parait pertinente est de savoir s'il peut être rentable et sous quelles conditions, par rapport à des lancements traditionnels.
     

  14. Olivzzz

    Date d'inscription
    juin 2014
    Messages
    365

    Re : Problème (encore!) avec l'ascenseur spatial

    Citation Envoyé par saint.112 Voir le message
    Il me semble que tu poses le problème uniquement de la vitesse linéaire de l’objet sur l’ascenseur. Or, vu que le tout est géostationnaire (câble, station en orbite géostationnaire, contrepoids, etc.), qu’on monte ou qu’on descende la vitesse angulaire est constante, la même que celle de la terre.
    Erre-je ?

    Bien entendu ça ne dit rien quant à la faisabilité d’ensemble du machin.

    Nico
    Tu erres un chouia à moins que j'aie pas comprise la question, ce qui ne m'étonnerait pas. La vitesse angulaire dépend du temps mis pour faire 1 tour et de la distance au centre de rotation. En orbite géostationnaire on fait toujours 1 tour en 24 heures mais à une distance autrement plus grande du centre de la Terre. Donc on fait beaucoup plus de chemin dans le même temps.
     

  15. bintang

    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    489

    Re : Problème (encore!) avec l'ascenseur spatial

    Bonjour Carcha,

    Comme tous les ascenseurs, si tu descends entre 2 étages tu tombes

    L'ascenseur spatial ancré au sol (GEO) a un bouton 1er étage qui correspond à l'orbite GEO. Ensuite tu peux remonter l'ascenseur vers le contrepoids et ajouter des arrêts pour les orbites de transfert L1, L2, lunaire, planétaire (station à 47 000 Kms d'altitude et plus où l'on atteint la vitesse d'évasion) . Voir Wiki en anglais (Space elevator)

    Le pdf de la Nasa sur les 'Space elevators' indique au § 2.3 que si tu descends avant l'orbite GEO, il faudra en plus prévoir de te propulser à la vitesse orbitale. Pas de miracle.

    Le même pdf de la Nasa (Page 16) explique aussi le concept de l'ascenseur LEO (Orbite basse), avec un câble qui pend à 150km d'altitude et que tu rejoins avec un véhicule suborbital. La Nasa pense à tout !

    Une autre publication sur le sujet, où il est dit au § V que le gain en énergie pour monter la charge utile elle même en orbite GEO avec un ascenseur n'est que de 8% ! .... hors économie du lanceur qui doit transporter son propre carburant bien sûr : 790 tonnes pour lancer 12 tonnes en GEO dans l'exemple de l'Ariane 5 ECB.
    Bintang
     

  16. noir_ecaille

    Date d'inscription
    novembre 2009
    Localisation
    Dijon (21)
    Messages
    9 758

    Re : Problème (encore!) avec l'ascenseur spatial

    J'ai une question qui vaut ce qu'elle vaut... Soit mon ignorance ?

    Quand les masses censément équivalentes "s'échangent" dans leur montée/descente... lorsqu'elles sont à la même hauteur à mi-chemin/hauteur de l'orbite censément géostationnaire, ne risquent-elles pas d'être loin de la Terre et de sa pesanteur, donc de ne pas redescendre en ligne droite ? En fait je me demande même comment l'une des "cabines" fera pour redescendre d'elle-même vers la Terre à partir de l'orbite géostationnaire tout en tirant sa petite soeur depuis le plancher des vaches pour tout dire
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche
     

  17. Amanuensis

    Date d'inscription
    septembre 2010
    Messages
    21 986

    Re : Problème (encore!) avec l'ascenseur spatial

    Quand je disais "comme un téléphérique", ce n'était pas pour la traction/ralentissement vertical, mais pour l'accélération perpendiculaire au câble. Ce qui monte "pousse le câble" dans une direction (vers l'ouest?), ce qui descend le pousse dans l'autre.

    Pour la traction/ralentissement verticale une méthode est le freinage obtenu en générant de l'électricité. C'est alors le circuit électrique qui couple montée et descente. (Il y a eu des applications dans le domaine ferroviaire, il me semble.)
    Dernière modification par Amanuensis ; 19/06/2014 à 17h56.
    Pour toute question, il y a une réponse simple, évidente, et fausse.
     

  18. noir_ecaille

    Date d'inscription
    novembre 2009
    Localisation
    Dijon (21)
    Messages
    9 758

    Re : Problème (encore!) avec l'ascenseur spatial

    Qu'il y ait une poussée du câble, OK, mais j'ai du mal à voir en quoi la cabine en chute libre à hauteur de l'orbite géocentrique irait/tirerait en ligne droite droit vers la Terre, poussée ou pas poussée

    Ou alors c'est plus un verrin rigide qu'un câble !
    Dernière modification par noir_ecaille ; 19/06/2014 à 17h59.
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche
     

  19. Amanuensis

    Date d'inscription
    septembre 2010
    Messages
    21 986

    Re : Problème (encore!) avec l'ascenseur spatial

    Citation Envoyé par noir_ecaille Voir le message
    Qu'il y ait une poussée du câble, OK, mais j'ai du mal à voir en quoi la cabine en chute libre à hauteur de l'orbite géocentrique irait/tirerait en ligne droite droit vers la Terre
    Au point géostationnaire, la pesanteur est nulle. Mais elle augmente progressivement en descendant.

    Le point essentiel, c'est que ce ne sont que des échanges d'énergie mécanique. Les seules pertes obligatoires sont les frottements (il n'y a pas de pertes en "gaz d'échappement" comme dans la propulsion à réaction), du moins si on travaille à masse en orbite constante (seulement des montées et descentes équilibrées, en comptant à part l'énergie pour satelliser d'autres satellites, ou envoyer des sondes interplanétaires ou plus).
    Pour toute question, il y a une réponse simple, évidente, et fausse.
     

  20. noir_ecaille

    Date d'inscription
    novembre 2009
    Localisation
    Dijon (21)
    Messages
    9 758

    Re : Problème (encore!) avec l'ascenseur spatial

    Oui mais on doit consommer de l'énergie pour rejoindre une orbite où la gravité est suffisante pour que la cabine "descendante" descende d'elle-même, non ?
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche
     

  21. Amanuensis

    Date d'inscription
    septembre 2010
    Messages
    21 986

    Re : Problème (encore!) avec l'ascenseur spatial

    Citation Envoyé par noir_ecaille Voir le message
    Oui mais on doit consommer de l'énergie pour rejoindre une orbite où la gravité est suffisante pour que la cabine "descendante" descende d'elle-même, non ?
    Oui, cause les frottements (déjà indiqué). Sinon, suffit de donner une pichenette (et de ne pas être pressé).
    Pour toute question, il y a une réponse simple, évidente, et fausse.
     

  22. Carcharodon

    Date d'inscription
    juillet 2008
    Localisation
    Paris
    Âge
    49
    Messages
    5 586

    Re : Problème (encore!) avec l'ascenseur spatial

    Citation Envoyé par bintang Voir le message
    Bonjour Carcha,

    Comme tous les ascenseurs, si tu descends entre 2 étages tu tombes
    et voila, très bien résumé.
    Et le premier étage c'est l'étage GEO.
    Tout ce qu'on lache en dessous sans lui donner d'impulsion va avoir un problème, en tout cas ne pourra pas tomber dans une orbite circulaire.

    Dans l'exemple que j'ai pris, qui est la fourniture de CU a LEO (orbite basse en dessous de 1000 km), c'est même la garantie assurée que la CU va s'écraser au sol direct, un poil plus loin que la base de l'ascenseur.
    Dans le cas d'une livraison de matos a l'ISS par exemple, arrivé a 400 km d'altitude, il manquera 25 000 km/h sur les 27 000 km/h total pour se mettre en orbite, excusez du peu.
    On aurait donc construit un ascenseur de 400 km pour ne gagner que 6 ou 7% de la vitesse qu'il faut atteindre : simplement ridicule.

    Maintenant imaginons un instant qu'on puisse construire un ascenseur géostationnaire.
    question : comme il lui faut un contrepoids, qu'est qui va arriver a ce contrepoids ?
    Croyez vous qu'il va rester sagement aligné avec l'axe de l'ascenseur alors qu'il est censé tourner considérablement moins vite qu'il ne devrait le faire a cette altitude orbitale ?
    Imaginez un instant les contraintes latérales monstrueuses et l'impossibilité de le maintenir droit.
    A ~70 000 km, a la fin du contrepoids la vitesse orbitale n'est pas du tout d'un tour par jour mais beaucoup moins.
    L'ascenseur est immédiatement condamné a subir de forces qui le réduisent en miette.

    donc en dessous de l'altitude GEO, ça sert a rien et pour l'altitude GEO, ça oblige a construire un ascenseur qui ne peut que se détruire très rapidement tout seul, avant même de réussir a envoyer la première CU par ce biais.

    concept même de la fausse bonne idée scientifique, l'ascenseur spatial est juste un truc totalement absurde qui ne verra jamais le jour.
    pas seulement en raison d'un cout pharaonique, mais surtout parce que ça ne sert a rien pour les orbites en dessous de GEO, et qu'a GEO, il ne peut "vivre" une seule journée.
    Dernière modification par Carcharodon ; 21/06/2014 à 16h37.
    Restons superficiel pour ne pas fâcher
     

  23. Amanuensis

    Date d'inscription
    septembre 2010
    Messages
    21 986

    Re : Problème (encore!) avec l'ascenseur spatial

    Cela me fait penser à un article de 1916 dans Science et Vie sur le téléphone portable par radio. Une fausse bonne idée, au vu de tous les défauts.
    Dernière modification par Amanuensis ; 21/06/2014 à 17h07.
    Pour toute question, il y a une réponse simple, évidente, et fausse.
     

  24. Carcharodon

    Date d'inscription
    juillet 2008
    Localisation
    Paris
    Âge
    49
    Messages
    5 586

    Re : Problème (encore!) avec l'ascenseur spatial

    Moi l'ascenseur spatial, ça me fait plutôt penser au canon utilisé dans le roman de Jules Verne : "de la terre a la lune".
    On utilisera jamais d'ascenseur, pas plus qu'on utilisera un canon, pour se rendre dans l'espace.
    Ou alors l'ascenseur n'aura absolument aucune commune mesure avec ce qu'on peut imaginer aujourd'hui, et qui est interdit par les lois de la physique et de la résistance des matériaux.
    Restons superficiel pour ne pas fâcher
     

  25. Olivzzz

    Date d'inscription
    juin 2014
    Messages
    365

    Re : Problème (encore!) avec l'ascenseur spatial

    Citation Envoyé par Carcharodon Voir le message
    et voila, très bien résumé.
    Et le premier étage c'est l'étage GEO.
    Tout ce qu'on lache en dessous sans lui donner d'impulsion va avoir un problème, en tout cas ne pourra pas tomber dans une orbite circulaire.

    Dans l'exemple que j'ai pris, qui est la fourniture de CU a LEO (orbite basse en dessous de 1000 km), c'est même la garantie assurée que la CU va s'écraser au sol direct, un poil plus loin que la base de l'ascenseur.
    Dans le cas d'une livraison de matos a l'ISS par exemple, arrivé a 400 km d'altitude, il manquera 25 000 km/h sur les 27 000 km/h total pour se mettre en orbite, excusez du peu.
    On aurait donc construit un ascenseur de 400 km pour ne gagner que 6 ou 7% de la vitesse qu'il faut atteindre : simplement ridicule.
    Il faut effectivement accélérer la CU presque autant que lors d'un lancement depuis le sol. "Presque" autant, donc la rentabilité ou non dépend d'un fin calcul tenant compte des autres usages de l'ascenseur.

    Citation Envoyé par Carcharodon Voir le message
    Maintenant imaginons un instant qu'on puisse construire un ascenseur géostationnaire.
    question : comme il lui faut un contrepoids, qu'est qui va arriver a ce contrepoids ?
    Croyez vous qu'il va rester sagement aligné avec l'axe de l'ascenseur alors qu'il est censé tourner considérablement moins vite qu'il ne devrait le faire a cette altitude orbitale ?
    Imaginez un instant les contraintes latérales monstrueuses et l'impossibilité de le maintenir droit.
    A ~70 000 km, a la fin du contrepoids la vitesse orbitale n'est pas du tout d'un tour par jour mais beaucoup moins.
    L'ascenseur est immédiatement condamné a subir de forces qui le réduisent en miette.
    Le contrepoids est justement là pour tirer en haut la masse considérable du câble (seul le poids de la station à l'orbite GEO est neutre), donc le contrepoids DOIT tourner aussi vite que la station pour générer assez d'effet centrifuge.

    Citation Envoyé par Carcharodon Voir le message
    concept même de la fausse bonne idée scientifique, l'ascenseur spatial est juste un truc totalement absurde qui ne verra jamais le jour.
    pas seulement en raison d'un cout pharaonique, mais surtout parce que ça ne sert a rien pour les orbites en dessous de GEO (..)
    Ce sont des considérations basées sur l'état actuel du monde et de la technique. Je suis tout à fait d'accord de dire qu'il y a peu voire pas de signes qui montrent une possible évolution vers un monde où un ascenseur spatial deviendrait pertinent et rentable mais mon post n'a pas de vocation économique, uniquement physique. Une fois qu'un concept est possible sur le papier jusqu'au dernier détail, sa réalisation ne dépend plus des lois de la physique mais de l'économie de marché et selon le concept, des réserves de ressources naturelles à disposition. Et là on peut encore spéculer par mal de temps
     

  26. Carcharodon

    Date d'inscription
    juillet 2008
    Localisation
    Paris
    Âge
    49
    Messages
    5 586

    Re : Problème (encore!) avec l'ascenseur spatial

    Qu'est-ce qui fait que cette histoire d'ascenseur spatial est a dormir debout ?
    Simple : tout ses aspects sans exception.

    1) le cout absolument pharaonique
    2) la durée de construction séculaire au moins
    3) la quantité de matériaux necessaire (X centaines ou milliers de milliards de tonnes de nano tubes de carbones)
    4) l'impossibilité d'empêcher sa torsion immédiate (contraintes latérales)
    5) son... inutilité totale, sauf pour l'orbite GEO et encore !
    car on ne pourrait poser les satellites GEO qu'a 1 seul et unique endroit. Pour les mettre a un autre point GEO, il faudrait procéder a des manoeuvres couteuses en coco et qui prendront un certain temps (changement d'excentricité, définition de la nouvelle localisation du PeA, circularisation a ce PeA).
    A ce tarif là, une fusée comme Ariane fait bien mieux l'affaire et fait ça bien plus rapidement en une seule demi orbite.

    Vous pourrez insister autant que vous voudrez, l'ascenseur spatial est aussi peu réaliste que le canon de Jules Verne pour aller sur la lune.
    Heureusement qu'on a des fusées pour faire ça a des couts considérablement inférieurs que ce que demanderait la construction d'une telle chimère.
    Ce sujet est d'un intérêt fort limité, surtout car il fait passer des vessies pour des lanternes auprès du grand public, souvent avide de science fiction, mais aussi très peu au fait de la réalité de l'espace.
    Tout comme en 1865, où on pouvait croire qu'il serait possible d'aller sur la lune grâce a un canon, certains essayent aujourd'hui de faire croire qu'on pourra aller dans l'espace en ascenseur.
    Mais ce n'est certainement pas leur acharnement a tenter de faire avaler des couleuvres qui va rendre un jour ce concept réaliste... quoique certains les avalent d'un seul coup, ces couleuvres...
    Restons superficiel pour ne pas fâcher
     

  27. noir_ecaille

    Date d'inscription
    novembre 2009
    Localisation
    Dijon (21)
    Messages
    9 758

    Re : Problème (encore!) avec l'ascenseur spatial

    Le canon de Jules Verne, version XXème siècle...

    Il existe toujours des calculs pour envoyer une masse avec une impulsion depuis le sol uniquement -- via impulsion laser entre autres, dont on dit que le coup énergétique serait nécessairement plus bas puisqu'il n'y a pas le poids en carburant à transporter / prendre en compte.

    Quant à la faisabilité, c'est une autre histoire
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche
     

  28. saint.112

    Date d'inscription
    mai 2014
    Localisation
    Lyon
    Messages
    2 285

    Re : Problème (encore!) avec l'ascenseur spatial

    J’ajouterai à celles de Carcha plusieurs objections.

    * Il ne faut pas perdre de vue qu’il s’agit de faire un câble d’environ 36 000 km de long entre la station en GEO et la terre, sans compter le contrepoids au-delà. À ma connaissance on ne sait pas quel matériau existant ou futur lui permettrait de supporter son propre poids. Pour raisons de sécurité il faudrait au moins le tripler. Bonjour la masse totale !
    * Sur cette longueur une variation de seulement 1% de longueur (ne serait-ce qu’à cause de variations de température) représente 360 km. Problème numéro 1 : comment positionner la station basse de départ ? Problème numéro 2 : pour un rien l’équilibre de l’ensemble autour de la station en orbite GEO sera rompu et soit tout foutra le camp sur une orbite parabolique soit s’effondrera sur le plancher des vaches.
    * Il y a non seulement les oscillations transversales mais aussi les oscillations élastiques. Quel que soit le matériau, pour un rien il va entrer en résonance comme n’importe quel ressort avec la propagation d’ondes sur toute la longueur du câble. Ce sont des problèmes de ce type auxquels se sont heurtés pendant des décennies les concepteurs de fusées, de ponts, etc., avec entre autres le fameux effet pogo qui en détruit plus d’une.
    * Il y a toujours la question des conséquences d’une défaillance catastrophique d’un élément du système. Une panne de moteur d’un avion s’est longtemps traduit par le crash et la mort des occupants. Avec une fusée c’est tout ou rien : soit on arrive en orbite soit on perd tout. À l’inverse, une panne de moteur dans une voiture, même à pleine vitesse, se traduit par quelques emmerdements et quelques frais, sans plus. Dans l’ascenseur spatial une défaillance catastrophique d’un seul sous-ensemble se traduirait aussi par la perte de l’ensemble du système. Imagine des milliards de tonnes s’effondrant sur la terre. Bon, d’accord, vu que la machin serait forcément sur le plan équatorial on le positionnerait certainement au dessus d’un océan (ça ne manque à cette latitude). Mais un ensemble de plusieurs dizaines de milliers de kilomètres aurait-il le bon gout de tomber tout droit dans l’eau ? OK, à cette latitude il n’y a que des sauvages donc on s’en foutrait, mais enfin, sans vouloir faire preuve d’un humanisme déplacé, il me semble qu’il y aurait quelques objections. Bref il faudrait construire un monstre qui en plus n’aurait pas le droit à l’erreur.
    * La R&D consiste entre autres à construire des prototypes quitte à en détruire autant que nécessaire lors des essais de stress. Combien de protos (forcément en vraie grandeur) on pourrait se permettre de perdre avant de parvenir à un modèle qui marche ? Bonjour la facture totale !

    Nico
     

  29. noir_ecaille

    Date d'inscription
    novembre 2009
    Localisation
    Dijon (21)
    Messages
    9 758

    Re : Problème (encore!) avec l'ascenseur spatial

    Faute de français grossière de ma part...
    Citation Envoyé par noir_ecaille Voir le message
    Le canon de Jules Verne, version XXème siècle...

    Il existe toujours des calculs pour envoyer une masse avec une impulsion depuis le sol uniquement -- via impulsion laser entre autres, dont on dit que le coût énergétique serait nécessairement plus bas puisqu'il n'y a pas le poids en carburant à transporter / prendre en compte.

    Quant à la faisabilité, c'est une autre histoire
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche
     

  30. saint.112

    Date d'inscription
    mai 2014
    Localisation
    Lyon
    Messages
    2 285

    Re : Problème (encore!) avec l'ascenseur spatial

    Citation Envoyé par noir_ecaille Voir le message
    Faute de français grossière de ma part...
    Heu… laquelle ?

    Nico
     


    • Publicité







Sur le même thème :





 

Discussions similaires

  1. Ascenseur spatial
    Par oOPtiluOo dans le forum Astronautique
    Réponses: 73
    Dernier message: 08/04/2015, 15h43
  2. Ascenseur spatial - Problème de physique
    Par Camillo1981 dans le forum Astronautique
    Réponses: 1
    Dernier message: 14/08/2012, 15h09
  3. [exo] ascenseur spatial
    Par 'Jey dans le forum Physique
    Réponses: 3
    Dernier message: 16/05/2011, 15h20
  4. Ascenseur spatial
    Par _Goel_ dans le forum Technologies
    Réponses: 50
    Dernier message: 22/01/2010, 14h07
  5. Ascenseur spatial
    Par titan481 dans le forum Physique
    Réponses: 5
    Dernier message: 07/09/2007, 18h07