Bonjour, cliquez-ici pour vous inscrire et participer au forum.
  • Login:



+ Répondre à la discussion
Page 1 sur 2 1 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 15 sur 19

Actu - Levothyrox : les effets indésirables seraient dus à un déséquilibre thyroïdien, selon l'ANSM

  1. RSSBot

    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    FS
    Messages
    28 113

    Post Actu - Levothyrox : les effets indésirables seraient dus à un déséquilibre thyroïdien, selon l'ANSM

    L'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) dédouane la nouvelle formule du Levothyrox. Selon les premiers résultats de l'enquête en cours, qui ne concernent que...

    Lire la suite : Levothyrox : les effets indésirables seraient dus à un déséquilibre thyroïdien, selon l'ANSM
     


    • Publicité



  2. ann72

    Date d'inscription
    octobre 2016
    Localisation
    la Sarthe
    Messages
    477

    Re : Actu - Levothyrox : les effets indésirables seraient dus à un déséquilibre thyroïdien, selon l'

    bonjour !!

    Ils ont de l'humour !!
    les gens qui prennent du lévothyrox , le font pour des déséquilibres thyroïdiens !
    En prenant le nouveau lévo. , ils prennent la même dose avec juste un adjuvant différant et se retrouvent en déséquilibre thyroïdien , on nous apprend rien !!!!
    c'est justement ça le problème , c'est pas la cause !!!
    un clou , une aile de papillon et un colibri !!!
     

  3. yves95210

    Date d'inscription
    septembre 2013
    Messages
    694

    Re : Actu - Levothyrox : les effets indésirables seraient dus à un déséquilibre thyroïdien, selon l'

    Bonjour,

    Puisque, comme le dit l'ANSM, en le présentant (maintenant !) comme une évidence, « tout changement de spécialité ou de formule peut modifier l'équilibre hormonal et nécessiter un réajustement du dosage », c'est une faute grave
    - de ne pas avoir informé publiquement les patients avant la mise sur le marché de la nouvelle formule : pour la plupart d'entre eux il s'agissait du même médicament, donc ils ne s'attendaient pas à des effets indésirables et n'ont probablement pas pensé à consulter leur médecin avant l'installation de symptômes "lourds", plusieurs mois après le passage à la nouvelle formule ;
    - de ne pas avoir demandé aux médecins traitants de faire pratiquer systématiquement un contrôle du taux de TSH environ 6 semaines après le passage à la nouvelle formule ;
    - de ne pas avoir demandé aux pharmaciens de prévenir leurs clients lorsqu'ils leurs fournissaient la nouvelle formule, et de les inviter à consulter leur médecin.

    D'autre part, la consigne donnée initialement par l'ANSM aux pharmaciens étant de ne fournir la nouvelle formule qu'une fois épuisé le stock de l'ancienne, cela rendait impossible un suivi par le médecin traitant avec prescription d'un contrôle du taux de TSH, puisqu'il ne pouvait pas savoir à partir de quand son patient allait passer à la nouvelle formule (je connais une pharmacie qui avait encore un stock de l'ancienne en septembre).
    De plus, cela présentait le risque qu'un patient, renouvelant son traitement dans des pharmacies différentes en fonction de son lieu de séjour, bascule d'un mois sur l'autre de l'ancienne formule à la nouvelle puis à nouveau à l'ancienne, etc. (tout ça sans que son médecin traitant soit informé), ce qui ne doit évidemment pas aider à retrouver un taux de TSH stable.
     

  4. albanxiii

    Date d'inscription
    novembre 2010
    Localisation
    92
    Âge
    43
    Messages
    9 518

    Re : Actu - Levothyrox : les effets indésirables seraient dus à un déséquilibre thyroïdien, selon l'

    Bonjour,

    Citation Envoyé par ann72 Voir le message
    En prenant le nouveau lévo. , ils prennent la même dose
    Justement, mon hypothèse c'est que ça n'est pas la même dose.
    Le dosage de l'ancienne formule était garanti à 10 %, celui de la nouvelle à 5 %
    De plus la nouvelle formule est censée garantir une meilleur stabilité dans le temps du principe actif.
    Et de surcroit, on parle de doses en microgrammes, je n'ose imaginer les problèmes de fabrication que cela pose. Ce qui compte, la limite, ça n'est pas la dose absolue de T4 dans chaque comprimé, mais plutôt le fait de garantir que cette quantité est la même d'un comprimé à l'autre.
    Partant de là, il n'est pas irraisonnable de penser qu'avec le changement de formule, il y a eu un changement de procédé de fabrication et donc de la quantité de T4 par rapport à nombre écrit sur la boîte.
    Mais je le répète, c'est juste une hypothèse personnelle.
    Not only is it not right, it's not even wrong!
     

  5. yves95210

    Date d'inscription
    septembre 2013
    Messages
    694

    Re : Actu - Levothyrox : les effets indésirables seraient dus à un déséquilibre thyroïdien, selon l'

    Citation Envoyé par albanxiii Voir le message
    Et de surcroit, on parle de doses en microgrammes, je n'ose imaginer les problèmes de fabrication que cela pose. Ce qui compte, la limite, ça n'est pas la dose absolue de T4 dans chaque comprimé, mais plutôt le fait de garantir que cette quantité est la même d'un comprimé à l'autre.
    Partant de là, il n'est pas irraisonnable de penser qu'avec le changement de formule, il y a eu un changement de procédé de fabrication et donc de la quantité de T4 par rapport à nombre écrit sur la boîte.
    Mais je le répète, c'est juste une hypothèse personnelle.
    C'est une hypothèse raisonnable. Mais dans ce cas les effets devraient être les mêmes chez tous les patients sensibles à cette différence de dosage (qui ne devrait pas dépasser 15%, mais toujours dans le même sens). Alors que, si j'ai bien compris, certains se retrouvent apparemment avec les symptômes associés à une hyper-thyroïdie et d'autres avec ceux associés à une hypo.
    D'autre part les posologies du Lévothyrox permettent un dosage à 12,5 µg près (1/2 comprimé de 25 µg). Pour un patient dont le traitement avec l'ancienne formule était bien ajusté, par exemple à 75 µg, et dans l'hypothèse qu'il y aurait une différence systématique de dosage de 15% entre les deux formules, cela représenterait environ 11 µg et demanderait effectivement une légère modification du dosage de son traitement avec la nouvelle formule (+/- 12,5 µg). Mais dans ce cas on a du mal à comprendre que, après plusieurs mois d'essais d'ajustement du traitement, le taux de TSH (et de T4?) de certains patients n'arrive pas à se stabiliser.

    Dans la précédente discussion ouverte sur le sujet (dans cette même section du forum) une autre hypothèse avait été évoquée : celle d'une différence de taux d'absorption chez certains patients, liée au changement d'excipients. La discussion ayant été fermée je n'ai pas eu le temps d'y poser une question : le fait que les excipients de la nouvelle formule sont des substances couramment utilisées comme additifs alimentaires (et, pour l'acide citrique, présent naturellement dans certains aliments) ne peut-il pas avoir pour effet de modifier ce taux d'absorption en fonction des habitudes alimentaires de chacun (et de leur évolution dans le temps) ?
     


    • Publicité



  6. jacodepo

    Date d'inscription
    octobre 2011
    Messages
    34

    Re : Actu - Levothyrox : les effets indésirables seraient dus à un déséquilibre thyroïdien, selon l'

    Le dosage de la TSH à ne pas prendre le résultat pour "vérité évangélique". Ci-dessous un résumé d'article scientifique qui dit que ce dosage est difficile car il y a des interférences pas évidentes à mettre en lumière.

    Il y a longtemps que le problème est connu, déjà, au début des années 80, quand la sté FLOW Laboratories ( aujourd'hui disparue) a mis sur le marché un kit ELISA pour ce dosage, on nous avait expliqué lors du stage de formation, que certaines personnes développaient des biomolécules qui se fixaient sur l'antigène de la TSH et donnaient un dosage par défaut.

    Moi-même, j'ai eu des dosages très bas de TSH qui ont fait conclure à une endocrinologue que je faisais une hyper-thyroïdie frustre avec T3 T4 dans les clous. Je lui ai fait remarquer ce que je savais du dosage elle m'a répondu que c'était elle la spécialiste et nous nous sommes quittés fâchés ! Je n'ai rien fait et qq années plus tard mes dosages de TSH sont rentrés dans les clous, mais une petite note sur la feuille de résultat indiquaient que Beckman-Coulter avait changé son réactif ! Cherchez l'erreur

    bref à manipuler avec des pincettes

    Nécessité d’un nouveau test TSH pour le diagnostic précoce de l’hypothyroïdie☆
    Required by a new test TSH for the early diagnosis of the hypothyroidism
    Author links open overlay panel
    A.S.GauchezabcK.ChikhcdE.Kucze wskidA.Charriecd
    Show more
    https://doi.org/10.1016/j.mednuc.2016.08.003
    Get rights and content



    Résumé
    L’immunodosage de la TSH est l’examen biologique de première intention en cas de présomption de dysthyroïdie. Il est important de définir les limites de l’intervalle de référence qui correspond au taux dit «*normal*» de la molécule dosée. En effet, déterminer avec précision ces valeurs de référence est essentiel pour permettre de définir quels patients devront bénéficier d’une thérapie ou d’un suivi médical adapté. Même s’il existe aujourd’hui un consensus autour de l’intervalle 0,4–4*mIU/L de TSH, la limite supérieure est source d’avis divergents. Alors que plusieurs institutions pensent qu’il faut abaisser cette valeur, des études menées ces dix dernières années infirment cette idée. La TSH est une hormone glycoprotéique dont le taux circulant varie selon de nombreux critères. Il est aujourd’hui clairement établi que le taux de TSH évolue différemment selon l’environnement, les caractéristiques physiologiques et les habitudes des patients et que l’hormone dosée présente elle-même un polymorphisme qui peut influencer le résultat des dosages. Un appel d’offre de l’ANR nous a permis de constituer une sérothèque prospective et documentée à partir des hypothèses de travail basées sur la mise en place d’une nouvelle calibration de TSH et/ou l’utilisation de nouveaux formats (couple*Ac de capture/Ac de révélation) pour reconnaître la TSH.
     

  7. myoper

    Date d'inscription
    décembre 2007
    Messages
    27 963

    Re : Actu - Levothyrox : les effets indésirables seraient dus à un déséquilibre thyroïdien, selon l'

    Citation Envoyé par jacodepo Voir le message
    Le dosage de la TSH à ne pas prendre le résultat pour "vérité évangélique". Ci-dessous un résumé d'article scientifique qui dit que ce dosage est difficile car il y a des interférences pas évidentes à mettre en lumière.

    Il y a longtemps que le problème est connu, déjà, au début des années 80, quand la sté FLOW Laboratories ( aujourd'hui disparue) a mis sur le marché un kit ELISA pour ce dosage, on nous avait expliqué lors du stage de formation, que certaines personnes développaient des biomolécules qui se fixaient sur l'antigène de la TSH et donnaient un dosage par défaut.
    .... des dosages très bas de TSH qui ont fait conclure à une endocrinologue que je faisais une hyper-thyroïdie frustre avec T3 T4 dans les clous.
    C'est d’autant plus vrai que ça peut arriver avec n'importe quel résultat et même avec une technique éprouvée pour n'importe quelle cause entre l'état du patient au moment du prélèvement jusqu'à la réception du résultat. D’où l'importance de vérifier. L'avantage avec un diagnostic frustre, c'est qu'on peut se contenter d'un traitement frustre, surtout s'il n'y en a pas besoin (comme les sub-diagnostics).


    Citation Envoyé par yves95210 Voir le message
    (qui ne devrait pas dépasser 15%, mais toujours dans le même sens).
    En fait, c'est plus ou moins autour d'une valeur de type "moyenne".

    Mais dans ce cas on a du mal à comprendre que, après plusieurs mois d'essais d'ajustement du traitement, le taux de TSH (et de T4?) de certains patients n'arrive pas à se stabiliser.
    Tout à fait: sont compris dedans des patients qui n'étaient pas stabilisés, des patients qui ont d'autres causes identifiées de ces symptômes ou de déséquilibre, des gens qui ont ancré psychologiquement certains symptômes et ceux qui n'ont pas de causes identifiées et ne peuvent être de nouveau équilibré avec une formulation le permet... Sans compter les gens qui n'ont pas de symptômes que lorsque leur valeur biologique est en dehors des clous.


    Citation Envoyé par yves95210 Voir le message
    Dans la précédente discussion ouverte sur le sujet (dans cette même section du forum) une autre hypothèse avait été évoquée : celle d'une différence de taux d'absorption chez certains patients, liée au changement d'excipients. La discussion ayant été fermée je n'ai pas eu le temps d'y poser une question : le fait que les excipients de la nouvelle formule sont des substances couramment utilisées comme additifs alimentaires (et, pour l'acide citrique, présent naturellement dans certains aliments) ne peut-il pas avoir pour effet de modifier ce taux d'absorption en fonction des habitudes alimentaires de chacun (et de leur évolution dans le temps) ?
    Peut être mais ça voudrait dire que chaque jour, à chaque changement d'aliment ou d'horaire du repas, il y aura ce problème...
    Myorphyrogénètopter.
     

  8. mh34

    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages
    17 248

    Re : Actu - Levothyrox : les effets indésirables seraient dus à un déséquilibre thyroïdien, selon l'

    νοὗσοι δ'ἄνθρώποισιν φέρουσαι σιγῇ, ἔπει φωνὴν ἕξειλετο μητιστα Ζεύς
     

  9. yves95210

    Date d'inscription
    septembre 2013
    Messages
    694

    Re : Actu - Levothyrox : les effets indésirables seraient dus à un déséquilibre thyroïdien, selon l'

    Citation Envoyé par myoper Voir le message
    En fait, c'est plus ou moins autour d'une valeur de type "moyenne".
    Je répondais (plutôt pour la réfuter) à l'hypothèse d'albanxiii, ci-dessous, qui faisait plutôt penser à un écart systématique :
    Citation Envoyé par albanxiii Voir le message
    Partant de là, il n'est pas irraisonnable de penser qu'avec le changement de formule, il y a eu un changement de procédé de fabrication et donc de la quantité de T4 par rapport à nombre écrit sur la boîte.
    Citation Envoyé par myoper Voir le message
    Tout à fait: sont compris dedans des patients qui n'étaient pas stabilisés, des patients qui ont d'autres causes identifiées de ces symptômes ou de déséquilibre, des gens qui ont ancré psychologiquement certains symptômes et ceux qui n'ont pas de causes identifiées et ne peuvent être de nouveau équilibré avec une formulation le permet... Sans compter les gens qui n'ont pas de symptômes que lorsque leur valeur biologique est en dehors des clous.
    Mais il y a aussi des cas de patients qui étaient parfaitement stabilisés depuis de nombreuses années et dont le taux de TSH a évolué suite au changement de formule. J'en connais personnellement un(e), qui heureusement ne présente pas (encore ?) de symptômes, et dont ce n'est que le contrôle annuel de son taux de TSH qui a mis le problème en évidence. C'est par hasard que ce contrôle a effectué ce mois-ci, ni son pharmacien ni son médecin traitant ne l'ayant alertée préalablement sur le besoin de l'effectuer suite au changement de formule - et elle ne s'en était pas inquiétée, au point de ne pas savoir depuis quand elle prenait la nouvelle formule.

    Citation Envoyé par myoper Voir le message
    Citation Envoyé par yves
    le fait que les excipients de la nouvelle formule sont des substances couramment utilisées comme additifs alimentaires (et, pour l'acide citrique, présent naturellement dans certains aliments) ne peut-il pas avoir pour effet de modifier ce taux d'absorption en fonction des habitudes alimentaires de chacun (et de leur évolution dans le temps) ?
    Peut être mais ça voudrait dire que chaque jour, à chaque changement d'aliment ou d'horaire du repas, il y aura ce problème...
    Pas à ce point, car l'effet du Lévothyrox est cumulatif, et donc lissé sur plusieurs semaines (d'où le fait qu'après une modification du traitement il faut attendre environ 6 semaines avant de doser la TSH).
    Ceci dit ma parenthèse à propos de l'évolution dans le temps n'était pas le point important de la question. Mon hypothèse, que personne jusqu'à présent n'a confirmée ni infirmée, avait pour but d'essayer de trouver une explication au fait que l'impact du changement de formule semble différent d'un patient à l'autre.

    Citation Envoyé par article du Dr Dupagne du 17/9, suite à la "libération" par l'ANSM des données de l'étude de bioéquivalence
    (...) il faut aussi garder à l’esprit que les conditions de cette étude sont destinées à éviter les écarts à la moyenne... Elle porte sur 204 sujets de moins de 50 ans, ethniquement homogènes (blancs), exempts de problème thyroïdien, présentant un bilan sanguin général normal (et notamment une bonne fonction rénale et hépatique), ne prenant pas d’autres médicaments ni de compléments alimentaires, ne buvant pas certains jus de fruits, non fumeurs, ne suivant pas habituellement un régime particulier, etc. Le détail est dans le protocole à partir de la page 30/1628. C’est la loi du genre, et il n’y a rien d’anormal ou d’atypique en cela. En revanche, cette population "idéale" n’est pas du tout représentative de la totalité des utilisateurs du LEVOTHYROX.
    (...)
    Cela ne veux pas dire que les résultats ne sont pas fiables, mais que si l’on trouve quand même quelques résultats discordants dans ce contexte, il y en aura probablement plus dans la "vraie vie" [2].
    Et justement, il y a des résultats discordants. Très peu, mais il y en a.
    (...)
    [2] D’aucun rétorqueront à juste titre qu’il peut s’agir de simples fluctuations liées au hasard. Pour documenter cette possibilité, il aurait fallu prévoir un autre groupe de sujets qui auraient reçu deux fois le même médicament, afin d’estimer la variabilité indépendante de la formule du médicament. Il me semble (mais l’avis des spécialistes m’intéresserait) que cette variabilité est en partie déduite, indirectement, à partir des données de l’étude. Dans l’état actuel des données, tout est envisageable, y compris l’existence de profils atypiques et très minoritaires qui absorbent moins bien une formule du médicament que l’autre.
    En regardant dans le détail la page 30 (Selection of trial population) du protocole de l'étude cité par le Dr Depagne, et certains des cas pour lesquels des sujets ont été exclus de l'étude, j'ai l'impression de ne connaître personne qui aurait pu faire partie du groupe de sujets de l'étude :
    pas de consommation de jus de pamplemousse ou d'orange, pas plus de 5 tasses de café par jour, non fumeur, ne prenant pas de contraceptif oral, ne prenant pas même occasionnellement certains médicaments (aussi courants que, par exemple, l'Ibuprofène), pas d'historique d'asthme ni d'allergies ayant nécessité un traitement, etc.

    Bref, c'est peut-être un protocole "normal" pour des études de ce type, mais je ne vois pas comment cela pourrait permettre d'identifier, par exemple, l'impact d'une consommation habituelle de café, de jus d'orange ou de tabac sur l'absorption du médicament (ni sur une différence d'absorption entre l'ancienne et la nouvelle formule) par un patient "normal"...
    Dernière modification par yves95210 ; 15/10/2017 à 15h11.
     

  10. myoper

    Date d'inscription
    décembre 2007
    Messages
    27 963

    Re : Actu - Levothyrox : les effets indésirables seraient dus à un déséquilibre thyroïdien, selon l'

    Citation Envoyé par yves95210 Voir le message
    Je répondais (plutôt pour la réfuter) à l'hypothèse d'albanxiii, ci-dessous, qui faisait plutôt penser à un écart systématique :...
    Toutes mes excuses, j'ai donc sorti le message du contexte.

    Mais il y a aussi des cas de patients qui étaient parfaitement stabilisés depuis de nombreuses années et dont le taux de TSH a évolué suite au changement de formule. J'en connais personnellement un(e), qui heureusement ne présente pas (encore ?) de symptômes, et dont ce n'est que le contrôle annuel de son taux de TSH qui a mis le problème en évidence.
    En fait, on ne peut pas le savoir puisqu'il n'y avait pas de contrôle depuis un an et qu'il y a bien des façons d'être déséquilibré: par exemple, cette personne avait des valeurs et une clinique tout à fait correcte avant qu'un dosage n'indique qu'il faille la mettre sous traitement (avant d'être malade, on ne l'est pas et en un an, il s'en passe des choses, ne serait-ce qu'un an ). De la même façon, cette pathologie n'est pas (forcément) stable. Et comme déjà précisé, une seule valeur qui peut être un écart à la moyenne, ne permet pas de certifier un problème (à elle seule, je veux dire).
    Ceci dit, il est possible que ce changement de formule ait causé une déstabilisation "à lui tout seul" mais rien n'indique que l'état ne puisse être de nouveau stabilisé avec la nouvelle formule (sauf si un autre évènement l'empêche).



    Pas à ce point, car l'effet du Lévothyrox est cumulatif, et donc lissé sur plusieurs semaines (d'où le fait qu'après une modification du traitement il faut attendre environ 6 semaines avant de doser la TSH).
    Ceci dit ma parenthèse à propos de l'évolution dans le temps n'était pas le point important de la question. Mon hypothèse, que personne jusqu'à présent n'a confirmée ni infirmée, avait pour but d'essayer de trouver une explication au fait que l'impact du changement de formule semble différent d'un patient à l'autre.
    Ce qui montre bien que si le "gros" de l'effet est cumulatif, il reste un effet immédiat (cf les gens qui présentent des symptômes quelques heures après l'oubli d'une prise), d'ou la prise quotidienne.


    Bref, c'est peut-être un protocole "normal" pour des études de ce type, mais je ne vois pas comment cela pourrait permettre d'identifier, par exemple, l'impact d'une consommation habituelle de café, de jus d'orange ou de tabac sur l'absorption du médicament (ni sur une différence d'absorption entre l'ancienne et la nouvelle formule) par un patient "normal"...
    On peut prendre comme normal toute consommation habituelle en l'absence d'évènement intercurrent. C'est la consommation épisodique qui va introduire une modification dans le métabolisme habituel.
    Si la consommation habituelle implique un métabolisme porté aux limites de son fonctionnement, c'est bien sur autre chose mais sauf pour la première itération d'un problème qui va devenir récurent, ces consommations seront repérées à cause des problèmes engendrés à chaque fois qu'un évènement "saturera" ce métabolisme déjà à cette limite.
    Je ne suis pas sur de répondre à la question mais si ces quelques µg d'excipients suffisent à perturber le métabolisme à ce point à cause d'une consommation autre, c'est que cette consommation allait de toute façon poser un problème rapidement, même spontanément si ce n'était déjà le cas.
    Myorphyrogénètopter.
     

  11. yves95210

    Date d'inscription
    septembre 2013
    Messages
    694

    Re : Actu - Levothyrox : les effets indésirables seraient dus à un déséquilibre thyroïdien, selon l'

    Citation Envoyé par myoper Voir le message
    On peut prendre comme normal toute consommation habituelle en l'absence d'évènement intercurrent. C'est la consommation épisodique qui va introduire une modification dans le métabolisme habituel.
    Si la consommation habituelle implique un métabolisme porté aux limites de son fonctionnement, c'est bien sur autre chose mais sauf pour la première itération d'un problème qui va devenir récurent, ces consommations seront repérées à cause des problèmes engendrés à chaque fois qu'un évènement "saturera" ce métabolisme déjà à cette limite.
    Je ne suis pas sur de répondre à la question mais si ces quelques µg d'excipients suffisent à perturber le métabolisme à ce point à cause d'une consommation autre, c'est que cette consommation allait de toute façon poser un problème rapidement, même spontanément si ce n'était déjà le cas.
    Non, ça ne répond pas à la question. Je ne pensais évidemment pas à une perturbation du métabolisme par quelques mg d'acide citrique ou de mannitol, mais à l'éventuel impact que pourrait avoir la consommation d'aliments contenant naturellement (ou artificiellement) les mêmes substances sur le taux d'absorption du Lévothyrox, impact qui pourrait être différent entre l'ancienne formule et la nouvelle.

    Je suppose que si les sujets de l'étude de bioéquivalence sont censés ne pas consommer (entre autres) de jus de fruits, c'est pour éviter que cette consommation interfère avec les résultats de l'étude, et c'est donc bien parce que certains aliments peuvent modifier la façon dont le médicament est absorbé par le sujet - et pourquoi pas la modifier de manière différente suivant la formule.
     

  12. BioBen

    Date d'inscription
    septembre 2004
    Messages
    5 235

    Re : Actu - Levothyrox : les effets indésirables seraient dus à un déséquilibre thyroïdien, selon l'

    Bonjour,

    Si je peux me permettre d'élargir le sujet en faisant une remarque : j'ai pu constater autour de moi que les médecins étaient toujours très rapides pour effectuer un dosage thyroïdien (TSH avec en complément T3 et T4), mais j'ai rarement vu prescrire un dosage de l'iode, pourtant essentiel à la bonne fonction thyroïdienne.

    Je fais cette remarque car je sais que souvent ça touche des populations plutôt âgées à qui l'on préconise de réduire leur consommation en sel et qui par ailleurs ne boivent en général pas de lait. Du coup, elles n'ont que très peu d'apports d'iode alimentaire et se retrouvent en carence d'iode (dosage urinaire autour de 50 ug/L au lieu de >100 à 150 ug/L normalement)

    Je ne souhaite pas généraliser car je ne travaille absolument pas sur un échantillon représentatif, mais certains ont ils fait le même constat ?
     

  13. BioBen

    Date d'inscription
    septembre 2004
    Messages
    5 235

    Re : Actu - Levothyrox : les effets indésirables seraient dus à un déséquilibre thyroïdien, selon l'

    Mais il y a aussi des cas de patients qui étaient parfaitement stabilisés depuis de nombreuses années et dont le taux de TSH a évolué suite au changement de formule. J'en connais personnellement un(e), qui heureusement ne présente pas (encore ?) de symptômes, et dont ce n'est que le contrôle annuel de son taux de TSH qui a mis le problème en évidence.
    La TSH a des variations saisonnières.
    Par exemple si vous aviez l'habitude de la doser chaque hiver et que là le dosage a été fait en été, il serait normal de trouver un niveau plus faible que celui habituellement constaté.
     

  14. yves95210

    Date d'inscription
    septembre 2013
    Messages
    694

    Re : Actu - Levothyrox : les effets indésirables seraient dus à un déséquilibre thyroïdien, selon l'

    Citation Envoyé par BioBen Voir le message
    La TSH a des variations saisonnières.
    Par exemple si vous aviez l'habitude de la doser chaque hiver et que là le dosage a été fait en été, il serait normal de trouver un niveau plus faible que celui habituellement constaté.
    En l'occurrence les dosages précédents avaient été faits en décembre (avec des taux variant autour de 1,5 d'une année sur l'autre).
    Le dernier a été fait début octobre, donc juste après l'été, et a donné un taux non pas plus faible, mais nettement plus élevé (> 5). Selon votre remarque, cela ne peut donc pas être attribué à la variation saisonnière du TSH.

    Je précise que le sujet concerné est mon épouse, qui a la mauvaise habitude de prendre son Lévothyrox (ainsi que d'autres traitements) le matin avec un verre de jus d'orange - mais c'était déjà le cas lors de la période d'ajustement du traitement après son opération de la thyroïde, donc tant qu'elle utilisait l'ancienne formule il n'y avait pas de raison que cette habitude ait un impact.

    PS : son médecin lui a raisonnablement prescrit un nouveau contrôle dans deux mois (mais en lui disant de le consulter immédiatement en cas d'apparition de symptômes entre temps). On verra...
    Dernière modification par yves95210 ; 16/10/2017 à 11h04.
     

  15. LeMulet

    Date d'inscription
    septembre 2016
    Âge
    49
    Messages
    716

    Re : Actu - Levothyrox : les effets indésirables seraient dus à un déséquilibre thyroïdien, selon l'

    Question bête : Pourquoi avoir remplacé l'excipient lactose par autre chose ?
    C'est surement pas pour faire une économie sur le lactose...

    Donc, si on peut répondre à cette question, peut-être que le problème vient du fait qu'avec le nouvel excipent il est possible de faire une économie sur la quantité d'hormones (chère celle-là ?) présente dans chaque comprimé ?

    Si dans la majorité des cas le nouvel excipient fait que le patient absorbe mieux l'hormone, et pour avoir le même dosage actif il suffit de réduire la quantité d'hormones du comprimé, et on fait des économies.
    Et peut-être que pour certains patients, l'hormone est beaucoup mieux absorbé ou moins bien, ce qui nécessite chez ces quelques cas de recalibrer le dosage.
    Bonjour, et Merci.
     


    • Publicité







Sur le même thème :





 

Discussions similaires

  1. Traitements de déséquilibre thyroidien
    Par Karim Ch dans le forum Santé et médecine générale
    Réponses: 0
    Dernier message: 26/12/2012, 14h28
  2. Actu - Téléphone portable : pas d'effets indésirables selon des Britanniques
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 30/04/2012, 14h30
  3. Actu - Rhume : 22 médicaments aux effets indésirables graves ?
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 17
    Dernier message: 21/03/2012, 19h03
  4. Actu - En bref : les médicaments tirés du Ginkgo ont trop d'effets indésirables
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 08/11/2011, 11h30
  5. Actu - Buflomédil : « des effets indésirables graves »
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 04/01/2011, 16h45