Discussion fermée
Affichage des résultats 1 à 8 sur 8

Logique et ontologie

  1. #1
    WanderingUniv

    Logique et ontologie

    Bonjour à tous, j'aimerais vous soumettre une pensée qui m'est venue tout à l'heure, y voyez-vous quelque incohérence ou erreur de logique si, toutefois, dans l'absolu, la logique a du sens ? Bien à vous.

    « Que puis-je raconter d’autre que rien dans cet univers crée par Rien ? À quoi bon créer du sens, dans littérature même, si Rien est, dans la mesure où ce Rien n'est rien d'autre qu'un rien, inane, pour ces fins de rien, auxquelles nous sommes, nous autres hommes, consciemment condamnés ? Même si être condamné, c'est déjà être quelque chose, bien des anti-Rien s'époumonent en riens sur cette mort de rien, la leur. Et s'ils ont d'autres hypothèses que ce Rien, ce qui est fort probable, c'est qu'ils ne connaissent pas le rien, parce que formuler, c'est déjà quelque chose. En effet, connaît-on quelque chose que l'on ne connaît pas ? Assurément non. Peut-on prétendre connaître quelque chose que l'on ne connaît pas ? Assurément oui. Et connaître, ce n'est pas rien, car nous ne pouvons connaître Rien. Et si, toutefois, cette chose n'était rien, pourquoi, alors, chercher à la connaître si nous ne pouvons la connaître ? Aussi, n'y a-t-il pas là la marque de l'absurde, tendant à prouver que Rien existe ? Puisque, par définition, rien n'existe pas. Or, rien ne né de rien, comme toutes nos expérimentations scientifiques nous l'ont démontré. De même que, si la vie ne née de rien, que la mort née de la vie, alors la mort naitrait de rien. Or la mort née de la vie, et la vie ne né pas de Rien, puisque le principe même de la vie est de naître, et naître, c'est faire jour, c'est advenir de manière causale, donc rien n'advient du Rien, sinon, il n'y aurait rien. De fait, s'il y a naissance de quelque chose, même de choses naissant du rien-né, il y a, ou il y a eu, quelque Chose pour faire ce Rien d'où tout a découlé, et qui, de fait, ne serait dès lors plus Rien. Et ce Rien, même, est né de quelque chose. Il y a donc une infinité de Choses à imaginer, ainsi que de « Choses-mères », et non un seul et unique Rien, qui serait une paresse, donc une défaite de la pensée, pensée qui n'est pas rien. »

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    antek

    Re : Logique et ontologie

    Et pour l'ontologie, rien à déclarer ?

  4. #3
    Verdurin

    Re : Logique et ontologie

    Bonsoir,
    je ne vois aucun sens dans ce texte.
    On dirait un texte généré par un programme assez médiocre.

    Sinon je pense que tu devrais utiliser la touche provocant un retour de ligne.
    Dernière modification par Verdurin ; 18/05/2018 à 22h30.

  5. #4
    WanderingUniv

    Re : Logique et ontologie

    Bonsoir, voici mon texte avec plus de détails, et finalisé,


    ----

    Que puis-je raconter d’autre que rien dans cet univers crée par Rien ? À quoi bon créer du sens, dans la littérature même, si Rien est, dans la mesure où ce Rien n'est rien d'autre qu'un rien, inane, pour ces fins de rien, auxquelles nous sommes, nous autres hommes, consciemment condamnés ? Même si, être condamné, c'est déjà être quelque chose, bien des évangélistes du Rien s'époumonent en riens sur cette mort de rien, la leur, une tragédie. Et s'ils ont d'autres hypothèses que ce Rien, ce qui est fort probable, c'est qu'ils ne connaissent pas le rien, parce que formuler, c'est déjà quelque chose. En effet, connaît-on quelque chose que l'on ne connaît pas ? Assurément non. Peut-on prétendre à connaître quelque chose que l'on ne connaît pas ? Assurément oui. Connaître, ce n'est pas rien, car nous ne pouvons connaître Rien. Et si, toutefois, cette chose n'était rien, pourquoi, alors, chercher à la connaître si nous ne pouvons la connaître ? Aussi, n'y a-t-il pas, là, la marque de l'absurde, tendant à prouver que Rien existe ? Puisque, par définition, rien n'existe pas. Or, rien ne naît de Rien, comme toutes nos expérimentations scientifiques nous l'ont démontré. Nous ne connaissons, pour l'heure, aucun cas de génération spontanée. De même que, si la vie ne naît pas de rien, que la mort naît de la vie, alors la mort naitrait de rien ! Or, la mort naît de la vie, et la vie ne naît pas de Rien, puisque le principe même de la vie est de naître, et naître, c'est faire jour, c'est advenir de manière causale, de quelque Chose, donc rien n'advient du Rien, sinon, il n'y aurait rien, sauf, évidemment, à penser que de la mort naît la vie, mais la mort, qui semble être le rien, ne serait pas moins rien non plus, car la mort serait génératrice, et donc ne serait pas rien, et serait vie. De fait, s'il y a naissance de quelque chose, même de choses naissant du rien-né, s'il y a vie, il y a, ou il y a eu, quelque Chose pour faire ce Rien d'où tout a découlé, et qui, de fait, ne serait dès lors plus Rien. Et ce Rien, même, est né de quelque Chose. Il y a donc une infinité de Choses à imaginer, ainsi que de « Choses-mères », peut-être à l'infini, et non un seul et unique Rien, qui serait une paresse, donc une défaite de la pensée, pensée qui, même paresseuse, n'est pas rien. Dans le cas contraire, en logique, cela serait absurde, mais je veux bien accepter l'absurde comme logique possible, s'il est toutefois raisonné, ce qui serait absurde. Il est donc préférable de se taire et d'attendre, surtout vers notre raisonnable fin.


    -----


    Si vous n'y voyez aucun sens, cette fois-ci, c'est que votre logique est anémiée.
    Dernière modification par WanderingUniv ; 18/05/2018 à 22h40.

  6. #5
    LeMulet

    Re : Logique et ontologie

    Tout et rien, qui sont des concepts et non pas des "faits actuels", comme on le dirait de même avec le concept d'infini, ne nécessitent pas, pour un individu vivant dans le monde fini d'être "montrés". Par contre, on peut s'accorder sur le fait que ces concepts désignent les extrêmes que l'on pourrait trouver sur une échelle graduée. Ce qui se trouve entre ces deux extrêmes, le "peut être", peut effectivement être observé, ce qui rend les concepts du rien et du tout "plausibles". Ce qui fait donc que ces concepts nous paraissent censés malgré le fait qu'ils n'ont pas de réalité physique dans certains cas. A noter que ces concepts sont "sans objet", dans le sens où il s'agit en fait de "désignateurs", des adjectifs généraux pouvant être concrétisés lorsqu'on précise "de quoi" il est question. La question de la réalité du tout et du rien ne présente pas la même réponse selon l'objet auquel ces concepts se réfèrent. Par exemple dans le cas d'une caisse contenant des objets dénombrables, tout équivaut à l'ensemble des objets et rien à la caisse vide. Il s'agit là d'un exemple concret de tout et de rien qu'il est difficile de réfuter. On ne met pas en doute la réalité physique du tout et du rien lorsque le chauffeur nous dit :"Tout est dans le camion, ou il ne reste rien dans le camion." Si la caisse est par contre "le monde" et que les choses (le peut-être) sont ce qui constitue le monde, pour pouvoir concevoir le tout et le rien de manière concrète il faut exclure la caisse du monde. Ou alors concevoir que rien et tout ne sont pas "atteignables", voir incompatibles d'un point de vue logique. Par exemple, sur la mesure graduée, si on se rapproche du rien (pris dans le sens de l'existence), alors l'inexistence conceptuelle produit une existence concrète du fait que le rien et le tout pour la "présence de matière" sont des notions relatives, ce qui contredit le concept d'inexistence vers lequel on se dirige C'est un peu comme quand on fait le vide en physique et qu'apparaissent alors des particules virtuelles, pouvant apparaitre concrètement dans le monde réel s'il y a "contradiction" , "séparation".
    Bonjour, et Merci.

  7. #6
    Paradigm

    Re : Logique et ontologie

    Citation Envoyé par WanderingUniv Voir le message
    Il est donc préférable de se taire.
    Citation Envoyé par Pierre Dac
    Parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs et rigoureux de tous ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l'ouvrir.
    Raymond Devos lui au moins il nous avait prévenu :

    Cordialement,

  8. #7
    Médiat

    Re : Logique et ontologie

    Bonjour Paradigm,

    D'abord, +1 et , ensuit j'ajouterais :

    Citation Envoyé par Wittgenstein
    Sur ce dont on ne peut parler, il faut garder le silence
    Mais j'ai peur que ce soit un vœu pieux .
    Je suis Charlie.
    J'affirme péremptoirement que toute affirmation péremptoire est fausse

  9. #8
    mh34

    Re : Logique et ontologie

    WanderingUniv, merci de bien vouloir
    - écrire un texte aéré ( tel quel il est incompréhensible)
    - synthétique
    - respecter l'intitulé de la section ; épistémologie et logique
    Sujet fermé.
    νοὗσοι δ'ἄνθρώποισιν φέρουσαι σιγῇ, ἔπει φωνὴν ἕξειλετο μητιστα Ζεύς

Discussions similaires

  1. Ontologie des possibles
    Par Nicophil dans le forum Epistémologie et Logique
    Réponses: 59
    Dernier message: 10/04/2014, 19h21
  2. Ontologie préventive de la MQ.
    Par invité98765E456782 dans le forum Epistémologie et Logique
    Réponses: 3
    Dernier message: 26/08/2013, 07h50
  3. [Formation] Cursus Paléontologie
    Par jankrikrok dans le forum Paléontologie
    Réponses: 2
    Dernier message: 12/10/2004, 17h14
  4. [Techniques Paléo] But et méthodes de la paléontologie
    Par Solène dans le forum Paléontologie
    Réponses: 5
    Dernier message: 17/09/2004, 19h04
  5. [Formation] Paléontologie
    Par Aurore dans le forum Paléontologie
    Réponses: 2
    Dernier message: 22/03/2004, 15h29