Bonjour, cliquez-ici pour vous inscrire et participer au forum.
  • Login:



+ Répondre à la discussion
Page 1 sur 2 1 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 15 sur 17

ethique medicale

  1. ABN84

    Date d'inscription
    juillet 2004
    Localisation
    IDF
    Messages
    4 912

    ethique medicale

    bonjour,
    j'essaie de reflechir sur les derives possibles en medecine, je ne vois que l'eugenisme.
    y en a-t-il d'autres?
    merci

    -----

    "Engineering is the art of making what you want from what you get"
     


    • Publicité



  2. invite765732342432
    Invité

    Re : ethique medicale

    Citation Envoyé par einstein Voir le message
    j'essaie de reflechir sur les derives possibles en medecine, je ne vois que l'eugenisme.
    J'en vois déjà deux autres
    - l'acharnement thérapeutique
    - à long terme, la bionique poussée à l'excès
     

  3. astypal

    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    colmar
    Âge
    32
    Messages
    99

    Re : ethique medicale

    je dirais même plus....... Mickael Jackson.


    bonne recherche albert
     

  4. Azathoth

    Date d'inscription
    février 2009
    Âge
    34
    Messages
    17

    Re : ethique medicale

    une question surement idiote mais bon...
    qu'est ce que l'eugénisme ?
    et je ne sais si cette remarque à ça place dans ce forum mais que pensez-vous de l'éthique du docteur de fiction house, pensez-vous qu'un docteur pareil puisse euh pratiquer, ne serait-il même en france pas couvert de procès en tous genres et déjà interdit de pratique ?
    (au-dela du fait qu'il rentre par effraction chez ses patients) je trouve pour ma part qu'il a une éthique très poussée.
    rien n'est éternel, sauf le goût de la liberté.
     

  5. mh34

    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages
    16 515

    Re : ethique medicale

    Bonjour.
    Euh, quelque part, l'eugénisme...on y est, avec le diagnostic prénatal...
    D'accord, c'est pour l'instant un eugénisme "négatif" dans la mesure où on interrompt des grossesses, mais le DPI est une forme "positive " d'eugénisme ( j'entends "positif" dans le sens où la sélection se fait avant la grossesse, et pas par défaut, une fois la grossesse en cours).

    Quant à l'acharnement thérapeutique ; cette expression me fait tiquer, parce que ses limites sont mal définies. A partir de quand doit-on considérer qu'on "s'acharne"?
    Est-ce qu'une conduite considérée comme de l'acharnement aujourd'hui ne pourrait pas se révéler normale demain?
    Je donne un exemple ; les premières opérations de chirurgie cardiaque se sont heurtées à un mouvement d'opposition assez nette, avant qu'elles ne fassent leurs preuves ; en tout cas, les premiers chirurgiens qui tentaient des interventions de cet ordre étaient assez mal vus de leurs collègues ( ce qu'en pensait le grand public, c'est vrai je l'ignore ; vraisemblablement n'était-il pas au courant, sinon comment aurait-il réagi? Il est permis de penser qu'il aurait considéré ça comme de l'acharnement thérapeutique...)
    http://www.besancon-cardio.org/cours...ard-gen.php#00
    Il y a pas mal de progrès médicaux qui ont dû se faire contre l'opinion courante, et sont peut-être passés pour de l'acharnement au début, avant qu'ils ne soient justifiés par les résultats obtenus...
    C'est pour ça que cette expression ne me satisfait pas, d'autant plus que je n'ai jamais vu, dans les services de réa dans lesquels je suis passée, de conduite pouvant s'apparenter à un acharnement thérapeutique.

    Je pourrais mettre en pendant l'euthanasie ; ça aussi c'est un risque de dérive médicale!
     


    • Publicité



  6. Azathoth

    Date d'inscription
    février 2009
    Âge
    34
    Messages
    17

    Re : ethique medicale

    Citation Envoyé par mh34 Voir le message
    Je pourrais mettre en pendant l'euthanasie ; ça aussi c'est un risque de dérive médicale!
    alors d'abord merci pour ta description de l'eugénisme.
    ensuite concernant l'euthanasie je pense que de parler de "risque médicale" c'est un peu rapide comme conclusion non ?
    étant récemment inscrit je n'ai pas encore exploré tous les méandre de ce forum, mais si il n'y a pas de discussion la dessus je pense que l'euthanasie en "mérite" une à lui, car est-ce un meurtre ou un suicide ?
    rien n'est éternel, sauf le goût de la liberté.
     

  7. invite765732342432
    Invité

    Re : ethique medicale

    Citation Envoyé par mh34 Voir le message
    Est-ce qu'une conduite considérée comme de l'acharnement aujourd'hui ne pourrait pas se révéler normale demain?
    Je ne vois pas le problème, l'éthique est elle-aussi fluctuante avec le temps, et aussi le lieu.

    Quant à l'acharnement thérapeutique ; cette expression me fait tiquer, parce que ses limites sont mal définies. A partir de quand doit-on considérer qu'on "s'acharne"?
    A partir du moment où on fait des choses que le patient ne souhaite pas (exemple classique: le refus d'euthanasie, ou de laisser mourir, jusqu'à il y a quelques mois) ou n'aurait pas souhaiter (plus difficile à définir là).

    en tout cas, les premiers chirurgiens qui tentaient des interventions de cet ordre étaient assez mal vus de leurs collègues
    L'acharnement n'est à définir que dans un seul cadre: la relation équipe soignante-patient.
    Les collègues ou la famille n'en font pas partie.

    Il y a pas mal de progrès médicaux qui ont dû se faire contre l'opinion courante, et sont peut-être passés pour de l'acharnement au début, avant qu'ils ne soient justifiés par les résultats obtenus...
    Euh, soyons clairs... soit le patient était d'accord, alors ce n'est pas de l'acharnement, soit il n'était pas d'accord et c'est de l'expérimentation sur humain non-consentant qu'aucun résultat ne peut justifier (ou alors, il va falloir réécrire quelques pans de l'histoire)

    Citation Envoyé par Azathoth Voir le message
    étant récemment inscrit je n'ai pas encore exploré tous les méandre de ce forum, mais si il n'y a pas de discussion la dessus je pense que l'euthanasie en "mérite" une à lui, car est-ce un meurtre ou un suicide ?
    Il y a déjà plein de discussions à ce sujet, n'hésite pas à t'y référer
     

  8. mh34

    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages
    16 515

    Re : ethique medicale

    Sur ceci,
    L'acharnement n'est à définir que dans un seul cadre: la relation équipe soignante-patient.
    je suis entièrement d'accord. De toutes les façons, le problème ne se pose pas à ce niveau, la déontologie interdisant d'appliquer des soins à un patient majeur non consentant.

    C'est au niveau du patient inconscient qu'il y a un souci.
    Et c'est là qu'on ne pourra pas définir l'acharnement thérapeutique...

    Mais j'envisageais une autre situation.
    Je vais essayer d'expliquer plus clairement : l'exemple concret de la malformation cardiaque. Est-ce que vouloir à tout prix essayer d'opérer un enfant à cœur ouvert, alors que les techniques n'étaient pas au point et le décès quasiment inévitable, ne pouvait pas être considéré comme de l'acharnement thérapeutique?
    Alors que maintenant c'est une technique rodée et devenue quasiment banale ( pour certaines malformations du moins...
    De même, vouloir essayer de maintenir en vie pendant des années un coma végétatif peut être considéré soit comme un acharnement thérapeutique, soit comme une volonté de donner la chance au patient de profiter d'une éventuelle découverte permettant de le sortir de ce coma...
     

  9. invite765732342432
    Invité

    Re : ethique medicale

    Citation Envoyé par mh34 Voir le message
    Je vais essayer d'expliquer plus clairement : l'exemple concret de la malformation cardiaque. Est-ce que vouloir à tout prix essayer d'opérer un enfant à cœur ouvert, alors que les techniques n'étaient pas au point et le décès quasiment inévitable, ne pouvait pas être considéré comme de l'acharnement thérapeutique?
    A mon avis, on en revient dans le cas précédent, mais avec un patient non-autonome. L'acharnement se définit donc en fonction du choix des parents et de l'enfant.
    Idem pour les patients inconscients, la question à se poser doit être: lui, dans le coma, aurait-il souhaité qu'on continue les soins ou pas ?

    Je pense que sur le principe (mais pas dans la pratique), c'est assez simple de faire la différence entre acharnement et traitement normal.
     

  10. znasni

    Date d'inscription
    mars 2013
    Messages
    1

    Lightbulb Re : ethique medicale

    Le clonage est aussi une dérive de la médecine
     

  11. ansset

    Date d'inscription
    novembre 2009
    Localisation
    Fresnes
    Âge
    57
    Messages
    20 984

    Re : ethique medicale

    je ne sais pas si il faut inscrire à cette liste certaines pratiques médicales déjà pratiquées comme le commerce d'organes.
     

  12. kdroussel2013

    Date d'inscription
    juin 2013
    Messages
    3

    Re : ethique medicale

    Citation Envoyé par ABN84 Voir le message
    bonjour,
    j'essaie de reflechir sur les derives possibles en medecine, je ne vois que l'eugenisme.
    y en a-t-il d'autres?
    merci
    L'une des dérives possible de la médecine est la médecine elle même : celle qui se nomme allopathique et qui est presqu'entièrement entre les mains des laboratoires pharmaceutiques. Au fur et mesure qu'elle transforme les médecins en distributeurs automatiques de cachets, elle élimine de façon cachée ou ouverte toutes les autres pratiques médicales. Pour allez plus loin, les labos sont une des branches de la chimie, l'autre étant l'agro-alimentaire. Elles se partagent le plus juteux des marché de l'histoire de l'Homme : la maladie et le besoin de se nourrir et de mon point de vue, trahissent toutes deux Hippocrate. Nous avons donc une humanité à l'alimentation perturbée les incitant à se jeter tout droit dans les bras d'une médecine aux effets secondaires alarmants. Pour ceux qui s’intéressent à la médecine et son but fondamental, la santé des gens, trouveront nombre de réponses intéressantes en creusant cette piste.
     

  13. shokin

    Date d'inscription
    mars 2004
    Localisation
    Suisse
    Âge
    32
    Messages
    10 543

    Re : ethique medicale

    Citation Envoyé par Faith Voir le message
    Je ne vois pas le problème, l'éthique est elle-aussi fluctuante avec le temps, et aussi le lieu.
    Nos sensibilités peuvent évoluer comme on s'habitue à tout, et d'un contexte à l'autre.

    Il a le mouvement "pro-vie" (la vie à tout prix, la vie comme primat) qui peut être une dérive.

    Il y a aussi le fait de croire que nous sommes malades alors que nous ne le sommes pas qui peut être favorisé par la médecine entre autres. Le Malade Imaginaire, imagé par Molière.
    Pardon, humilité, humour, hasard, tolérance, partage, curiosité et diversité => liberté et sérénité.
     

  14. karlp

    Date d'inscription
    avril 2010
    Messages
    2 644

    Re : ethique medicale

    Citation Envoyé par kdroussel2013 Voir le message
    L'une des dérives possible de la médecine est la médecine elle même : celle qui se nomme allopathique et qui est presqu'entièrement entre les mains des laboratoires pharmaceutiques. Au fur et mesure qu'elle transforme les médecins en distributeurs automatiques de cachets, elle élimine de façon cachée ou ouverte toutes les autres pratiques médicales. Pour allez plus loin, les labos sont une des branches de la chimie, l'autre étant l'agro-alimentaire. Elles se partagent le plus juteux des marché de l'histoire de l'Homme : la maladie et le besoin de se nourrir et de mon point de vue, trahissent toutes deux Hippocrate. Nous avons donc une humanité à l'alimentation perturbée les incitant à se jeter tout droit dans les bras d'une médecine aux effets secondaires alarmants. Pour ceux qui s’intéressent à la médecine et son but fondamental, la santé des gens, trouveront nombre de réponses intéressantes en creusant cette piste.
    Bonjour

    N'êtes vous pas en train de confondre la médecine elle-même et les pratiques véreuses de détournement de la médecine ?
    Q'un labo puisse se rendre coupable de quelque méfait ne signifie pas que tous les laboratoires sont coupables, et encore moins que les médecins le sont.
    Plutôt que de se fier aux discours courants je crois que nous serions avisés de nous fier à notre expérience.
    La mienne me suggère que je serais déjà mort depuis longtemps (au moins deux fois cette année) sans la médecine.
     

  15. Jean-GUERIN

    Date d'inscription
    septembre 2011
    Localisation
    PARIS ou CALVI ...
    Âge
    65
    Messages
    1 305

    Re : ethique medicale

    Bonsoir karlp, kdroussel2013, Bonsoir à toutes et à tous,

    Citation Envoyé par kdroussel2013 Voir le message
    L'une des dérives possible de la médecine est la médecine elle même : celle qui se nomme allopathique et qui est presqu'entièrement entre les mains des laboratoires pharmaceutiques. Au fur et mesure qu'elle transforme les médecins en distributeurs automatiques de cachets, elle élimine de façon cachée ou ouverte toutes les autres pratiques médicales. Pour allez plus loin, les labos sont une des branches de la chimie, l'autre étant l'agro-alimentaire. Elles se partagent le plus juteux des marché de l'histoire de l'Homme : la maladie et le besoin de se nourrir et de mon point de vue, trahissent toutes deux Hippocrate. Nous avons donc une humanité à l'alimentation perturbée les incitant à se jeter tout droit dans les bras d'une médecine aux effets secondaires alarmants. Pour ceux qui s’intéressent à la médecine et son but fondamental, la santé des gens, trouveront nombre de réponses intéressantes en creusant cette piste.
    Au-delà des arguments très pertinents de karlp, je citerai quelques autres points - non exhaustifs :
    • Un médecin n'est pas forcément un "distributeur automatique de cachets" ... Par contre, il a souvent un patient qui cherche à avoir des cachets. Je ne sais pas qui est le plus grand coupable !
    • Sans médecine moderne, comme karlp, je serais mort depuis longtemps, et je n'aurais jamais eu mes 11/10e de vision binoculaire, dus à mon implant cristallin. Je serais en fait totalement amblyope (cataracte). Et nous ne sommes pas les seuls dans ce cas ;
    • On peut avoir une consommation de cachets "fabuleuse" dans certains cas - je pense aux EHPAD (maisons de retraite) que je connais bien. En gérontologie, le recours à différents types de cachets est monnaie courante (pilules du bonheur le jour, pour dormir la nuit, pour se réveiller le matin, plus tous les médocs concernant les maladies chroniques : cardiopathies, diabète, etc.). C'est sans doute discutable ;
    • L'agro-alimentaire a tout de même du bon, au-delà de la barbaque avariée de canasson. On peut faire une croisière de longue durée sans crever du scorbut (par exemple). En outre, je ne suis pas sûr que les intoxications alimentaires étaient plus rares au "bon vieux temps". Elles étaient certainement beaucoup plus fréquentes, les gens crevaient, on ne savait pas diagnostiquer, et passez muscade. L'agro alim a appris à maîtriser de façon industrielle les chaînes de conservation des aliments, même s'il y a encore des margoulins.
    Voili voilou, Amitiés,

    Jean
    Γνῶθι σεαυτόν
     


    • Publicité




 

Discussions similaires

  1. physique medicale
    Par racha15 dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 3
    Dernier message: 15/02/2009, 10h06
  2. Optique médicale
    Par drlecter dans le forum Physique
    Réponses: 13
    Dernier message: 12/04/2008, 12h31
  3. imagerie medicale
    Par STEEVE003 dans le forum Physique
    Réponses: 3
    Dernier message: 10/10/2007, 15h11
  4. Ethique scientifique, Ethique sociale
    Par Dansampi dans le forum Éthique des sciences
    Réponses: 3
    Dernier message: 03/11/2006, 11h45
  5. Secrétaire médicale
    Par camille59 dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 0
    Dernier message: 02/12/2005, 12h47