Bonjour, cliquez-ici pour vous inscrire et participer au forum.
  • Login:



+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 5 sur 5

Dossier éthique

  1. titejulay07

    Date d'inscription
    janvier 2015
    Messages
    2

    Dossier éthique

    Bonjour,
    voilà étant en 3ème année d'ergothérapie, je dois faire un dossier déontologie éthique à propos d'une situation vue en stage. Etant en stage de psychiatrie voici deux situations, entre autres, que j'ai pu voir expliquée avec les pistes que je pensais développer par la suite :
    - La situation se passe dans un hôpital de jour, pour adultes atteints de pathologies psychiatriques, où les patients viennent de une à trois fois maximum par semaine selon les activités qu’ils leur ont été proposés et qu’ils ont choisies. Ainsi deux individus du sexe opposé se sont retrouvés le mardi, seul jour qu’ils avaient en commun, à se rapprocher l’un de l’autre et donc d’avoir une relation amoureuse au sein de l’établissement. Ils sont toute la journée ensembles, pas beaucoup de paroles échangées mais beaucoup de gestes. Le problème survient lorsque ce comportement affecte le bon déroulement des activités. Les deux individus interrompent leur activité pour se rapprocher et parler. Ils gênent ainsi le bon déroulement de la séance et la dynamique de groupe. Ce comportement gêne aussi les autres patients participants à l’activité et ne se gênent pas de le signaler aux principaux intéressés. Malgré les nombreux avertissements des professionnels encadrant les activités auxquelles ils participent, ces derniers ne changent en rien leur comportement. La psychiatre les a ainsi convoqué l’un après l’autre, lors d’entretiens, pour les avertir que si leur comportement continue de compromettre le bon fonctionnement de l’hôpital de jour, elle les change de jour pour qu’ainsi ils ne soient plus ensembles.
    Est-ce que leur pathologie psychiatrique permet une totale compréhension des consignes ?
    L’hôpital de jour, ayant pour objectifs la resocialisation, en cassant ce lien, manquerait-il à ses devoirs ?
    Comprennent-ils que la liberté est limitée par celle des autres, et qu’en agissant ainsi ils dépassent sur celle des autres ?
    Ont-ils toutes les capacités cognitives pour s’apercevoir que leur comportement est inadéquat ?
    Serait-ce de leur priver de leur liberté que de les empêcher de se voir ?

    - Les patients de l’hôpital de jour ont 1 entretien avec la psychiatre du même établissement une fois tous les 2 mois, ou plus régulièrement selon les patients. Ces entretiens sont faits de manières individuelle, le patient est seul en présence de la psychiatre et d’un autre soignant (ou une infirmière ou l’ergothérapeute). La famille, à sa demande, peut participer aux entretiens, la psychiatre ne les conviant pas habituellement.
    Une situation me paraissant problématique est survenue lors d’un d’entre eux. Un patient accompagné de sa mère, est venue pour un entretien avec la psychiatre. Il y avait en plus l’ergothérapeute et moi-même stagiaire. Le patient, de nature un peu réservée et ayant du mal à exprimer ses émotions, a du mal lors de cet entretien, à prendre la parole. En effet, la psychiatre pose de nombreuses questions auxquelles le patient commence à répondre et est interrompu par la mère qui donne systématiquement son point de vue. La psychiatre ne semble pas être perturbée par ces entremêlement de voix qui au final se finit par seulement celle de la mère, le fils s’effaçant devant elle. Le patient dit parfois des ressentis, mais les professionnels n’accordent peu d’importance à ce qu’il dit. C’est seulement quand la parole lui est donnée par la psychiatre qu’il est « entendu ».
    Parfois, la psychiatre parle avec l’autre professionnel qui est dans la salle d’entretien, en parlant du patient présent à la troisième personne.
    Certaines questions posées au patient et auxquelles se dernier à répondu, sont reposées à la mère pour vérification. Comme si la parole du patient n’était pas sure. Comme si la psychiatre a le pouvoir de savoir tout du patient à son détriment, un sentiment de toute puissance….

    Si vous avez des questions par rapport aux situations je me ferais le plaisir de vous y répondre.
    J'aimerais que vous me disiez qu'elle situation serait la plus intéressante à développer, car en réflexion éthique je suis une novice.
    Et pour toute remarque à propose de la formulation et de mes pistes de travail je suis preneuse !

    Merci par avance !

    Cordialement,

    VINCENT Julie

    -----

     


    • Publicité



  2. myoper

    Date d'inscription
    décembre 2007
    Messages
    27 986

    Re : Dossier éthique

    Bonjour et très rapidement.
    Citation Envoyé par titejulay07 Voir le message
    Est-ce que leur pathologie psychiatrique permet une totale compréhension des consignes ?
    Ça dépend des pathologies mais souvent, il n'y a pas de soucis de compréhension.

    Citation Envoyé par titejulay07 Voir le message
    Une situation me paraissant problématique est survenue lors d’un d’entre eux. Un patient accompagné de sa mère, est venue pour un entretien avec la psychiatre. Il y avait en plus l’ergothérapeute et moi-même stagiaire. Le patient, de nature un peu réservée et ayant du mal à exprimer ses émotions, a du mal lors de cet entretien, à prendre la parole.
    Si la situation n'est pas habituelle, ce n'est pas un problème car les soignants ont toutes les autres séances pour travailler et, si besoin, pourront aborder l'épisode lors de la prochaine séance et en profiter pour explorer le sentiment du patient sur la relation avec sa mère.

    Citation Envoyé par titejulay07 Voir le message
    Parfois, la psychiatre parle avec l’autre professionnel qui est dans la salle d’entretien, en parlant du patient présent à la troisième personne.
    Certaines questions posées au patient et auxquelles se dernier à répondu, sont reposées à la mère pour vérification. Comme si la parole du patient n’était pas sure. Comme si la psychiatre a le pouvoir de savoir tout du patient à son détriment, un sentiment de toute puissance….
    Je ne peux pas préjuger du ton utilisé mais dans toutes les spécialités, il est habituel de discuter du patient en sa présence parce que c'est parfois impossible de faire autrement et il est difficile de parler de ce cas à une autre professionnel en utilisant autre chose que la troisième personne du singulier, non ?
    De la même façon, il est habituel de recouper les informations à chaque fois que possible car en effet, le patient, comme tout humain, n'a pas une parole plus fiable qu'un autre mais il est important de faire preuve de tact et ça ne peut que s'apprécier sur pièce et en comparaison avec d'autres spécialités, par exemple.

    Par contre, si le médecin à besoin de connaitre de façon la plus sure possible un certain nombre de choses pour faire son travail de la façon la plus correcte possible, ce n'est jamais à son détriment, sauf si les médecins ne sont pas la pour le soigner mais lui faire du mal ou si les médecins son incompétents ou travaillent mal.
    Il est vrai que ça donne un pouvoir au médecin mais il faudrait être dans la tête du soignant pour connaitre son sentiment (par exemple, en tant que futur ergothérapeute, vous pensez que vous baserez votre travail sur des informations incomplètes ou qui ne sont pas les plus fiables ou encore traiterez mal vos patients, ou tout au moins, utiliserez ce que vous saurez des patients à leur détriments et aurez un sentiment de toute puissance ?).
    Dernière modification par myoper ; 11/01/2015 à 22h09.
     

  3. titejulay07

    Date d'inscription
    janvier 2015
    Messages
    2

    Re : Dossier éthique

    Bonsoir, merci pour cette réponse du coup je comprend que cette situation n'est pas éthique. La première correspondrait mieux à un questionnement éthique ? Qui amènerait alors a une question centrale et a un développement conceptuel ?
     

  4. myoper

    Date d'inscription
    décembre 2007
    Messages
    27 986

    Re : Dossier éthique

    Citation Envoyé par titejulay07 Voir le message
    Bonsoir, merci pour cette réponse du coup je comprend que cette situation n'est pas éthique. La première correspondrait mieux à un questionnement éthique ? Qui amènerait alors a une question centrale et a un développement conceptuel ?
    A priori, ce sont des conclusions qui ne peuvent concerner que vous mais bonne chance pour vos interrogations.
     

  5. ansset

    Date d'inscription
    novembre 2009
    Localisation
    Fresnes
    Âge
    57
    Messages
    23 581

    Re : Dossier éthique

    je reviens juste sur un point.
    et par la négative.
    vous dites que "la situation n'est pas éthique".
    même dans le cas d'une quelconque pathologie complexe, les médecins discutent parfois ensemble parce que la situation est compliquée, et parfois le fond devant le patient, mais leurs échanges techniques ne sont pas forcement destinés au patient.
    en revanche leur conclusion est en général communiqué, si le patient peut les comprendre.
    il n'y a rien qui ressort de l'éthique la dedans
    avec une certaine réserve, car je perçois mal ce que vous avez observé.
    y'a quelque chose qui cloche là dedans, j'y retourne immédiatement !
     


    • Publicité




    • Publicité







Sur le même thème :





 

Discussions similaires

  1. Ethique: Manipulation génétique (avis sur une matrice éthique)
    Par leurne dans le forum Éthique des sciences
    Réponses: 1
    Dernier message: 24/11/2009, 13h05
  2. Réponses: 15
    Dernier message: 19/08/2009, 21h10
  3. Dossier - Les nanosciences : avancées, risques, problèmes sociétaux, éthique
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 20/04/2008, 23h05
  4. éthique PMA
    Par sabforme dans le forum Éthique des sciences
    Réponses: 7
    Dernier message: 13/03/2007, 13h48
  5. Ethique scientifique, Ethique sociale
    Par Dansampi dans le forum Éthique des sciences
    Réponses: 3
    Dernier message: 03/11/2006, 11h45