Bonjour, cliquez-ici pour vous inscrire et participer au forum.
  • Login:



+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 3 sur 3

biologie de l'hépatite virale C

  1. sihamo

    Date d'inscription
    mars 2008
    Localisation
    Au Labo.
    Âge
    31
    Messages
    7

    Post biologie de l'hépatite virale C

    1. Historique :
    Apres la mise au point de tests sérologique fiables permettant le diagnostic des hépatites A et B, il s'est avéré qu'il persistait nombre d'atteintes hépatique ou ne semblait impliqué aucun des virus hépatotropes connus. La terminologie hépatites non-A, non-B a été alors adoptée à partir de 1974 pour designer provisoirement ce groupe d'hépatites non encore étiquetées, qui constituait de ce fait un diagnostic d'exclusion.
    Quelques années plus tard, soit au début des années 1980, un nouveau pas a été franchi lorsque les études épidémiologiques ont permis de déterminer que les hépatites non-A, non-B recouvraient en fait deux entités distinctes:
    - L'une de caractère épidémique, d'incubation courte, de transmission hydrique, dite <<A like>>;
    - L'autre d'incubation plus longue, de transmission parentérale, dite <<B like>>
    S'il est vrai qu'une véritable avancée dans les connaissances a été réalisée sur le plan clinique et épidémiologique; sur le plan virologique, par contre, on se heurtait toujours à l'identification des germes responsables par les techniques classiques.
    Ce n'est qu'en 1989, grâce à l'apport de techniques de biologie moléculaire, que Choo et Coll. Ont identifié l'agent responsable de la majorité des hépatites non-A, non-B à transmission parentérale mettant ainsi fin à 15 ans de recherche infructueuses. Ce virus a été appelé virus de l'hépatite C (HVC). Il s'agit d'une première dans l'histoire virologique, ou un virus a été identifié par son génome, sans isolement de la particule virale elle-même .
    2. Définition de l'HVC :
    Une hépatite est une inflammation qui perturbe le fonctionnement du foie. Lors d'une hépatite, les cellules du foie (ou hépatocytes), sont détruites et remplacées par du tissu cicatriciel : la fibrose.
    Cette infection due a un virus appelé virus de l'hépatite C.
    3. Structure et caractéristiques de l'agent pathogène :
    Le VHC est un virus enveloppé de 50 nm de diamètre à capside icosaédrique hébergeant un ARN monocaténaire linéaire organisation proche de celle des flavivirus de polarité positive d’environ 9,6 kb (figure8). Son génome comprend trois régions distinctes de l’extrémité 5’ à l’extrémité 3’, soit la région 5’ non_traduite (NT), la région codante et la région 3’NT.


    Figure 8. Structure du virus de l'hépatite C
    La région 5’NT comporte 341NT et des domaines hautement conservés riches en structures secondaires complexes formant le « internal ribosome entry site » (IRES) ou site interne d’entrée du ribosome).
    La région codante varie entre 9024 et 9111NT de long, et présente un cadre de lecture ouverte codant pour une polyprotéine d’environ 3033 acides aminés (aa). Lors de sa maturation post-transcriptionnelle, la polyprotéine est scindée par des protéases cellulaires et virales pour donner naissance aux protéines structurales (C-E1-E2-p7) et non-structurales (NS2-NS3-NS4A-NS4B-NS5A-NS5B) du virus (voir figure 9). La protéine C sert essentiellement à la formation de la capside par polymérisation et est capable d’interagir avec de nombreux constituants cellulaires. E1-E2 sont les glycoprotéines de l’enveloppe virale. Elles forment un complexe hétérodimériques par des interactions non-covalentes et qui sont principalement impliquées dans la reconnaissance cellulaire. La p7 est un polypeptide de 7 kDa présentant plusieurs résidus hydrophobes et ayant une fonction encore inconnue. NS2 est une métalloprotéase qui forme, avec l’extrémité N-terminale de NS3, une protéase auto-catalytique dépendante du zinc qui permet la coupure de la jonction NS2-NS3. NS4A sert comme cofacteur de NS3 pour le clivage de la jonction NS3-NS4A. NS4B présente un rôle plausible dans la réplication virale. NS5A ainsi que la glycoprotéine E2 présentent un rôle dans la résistance virale à l’interféron.


    Figure 9. Organisation génomique du VHC.
    Partant du plasma d'un chimpanzé infecté, les acides nucléiques ARN en ont a été purifié pour être transcrits en ADN complémentaires. Celui-ci au génome d'un bactériophage pour une expression de l'information sous forme de protéines. Parmi les très nombreux clones ainsi produits, l'un d'eux a été reconnu comme exprimant une protéine virale, car cette protéine a été reconnue par un sérum de convalescent d'hépatite non_A non- B.
    À partir de ce premier clone, utilisé comme sonde nucléique, on a pu, de proche en proche, reconstituer tout le génome.
    La variabilité génétique de ce virus est considérable. Elle est liée aux ratés de l'ARN polymérase qui, comme la rétrotranscriptase du HIV, est dépourvue de mécanisme de correction des erreurs. Cela définit 6 génotypes (figure 10), eux-mêmes subdivisés en sous-types (1a, 1b, 2a, 2b, 3a, 3b...) et, chez un même individu, on trouve souvent, simultanément, une myriade de variants d'un même sous-type définissant une quasi-espèce.
    Les variations antigéniques portant surtout, comme c'est le cas d'une façon générale pour les virus, sur la surface virale, c'est à dire ici l'enveloppe (E1 et E2). L'analogie avec l'HIV est frappante .


    Figure 10: Les génotypes du virus de l’hépatite C.

    La figure (11) résume le mode de réplication de ce virus.


    Figure 11: Réplication du virus de l'hépatite C.

    a continué -de mon travail au mémoire de fin d'étude DES en biochimie-

    -----

    ღ Madness is always to behave same manner and to expect a diffrent result ღ
     


    • Publicité



  2. Galice

    Date d'inscription
    décembre 2006
    Messages
    34

    Re : biologie de l'hépatite virale C

    salut SiHaMo
    je n'ai pas lu tout ton texte mais à première vue tu n'as pas compris le cycle de réplication du VHC. Ton dernier schéma correspond au HIV.
    Pour le VHC, il n'y a ni rétrotranscription ni intégration du génome viral. C'est un virus à ARN positif, donc directement utilisable par les ribosomes pour la traduction de la polyprotéine. (ce que tu as bien montré dans ton 2e schéma)
     

  3. zbine2

    Date d'inscription
    novembre 2008
    Âge
    30
    Messages
    7

    Re : biologie de l'hépatite virale C

    Bonjour,
    je voudrais savoir si quelqu'un peut m'expliquer ou connait un site qui explique le système de culture de HCV avec les pseudo-particules HCVpp et HCVcc!
    merci
     


    • Publicité







Sur le même thème :





 

Discussions similaires

  1. Infection virale
    Par olive17 dans le forum Sécurité et malwares : désinfectez votre machine
    Réponses: 1
    Dernier message: 07/02/2008, 17h48
  2. Protéine virale
    Par Gecko38 dans le forum Biologie
    Réponses: 2
    Dernier message: 01/01/2007, 23h25
  3. Protéines de surface de l'Hépatite B. Help!!!!
    Par Vinc dans le forum Biologie
    Réponses: 6
    Dernier message: 23/04/2004, 18h54
  4. Cycle viral de l'Hépatite B (HBV)
    Par Vinc dans le forum Biologie
    Réponses: 4
    Dernier message: 26/03/2004, 11h13
  5. La menace virale
    Par Yoyo dans le forum Actualités
    Réponses: 1
    Dernier message: 18/03/2003, 16h38