Bonjour, cliquez-ici pour vous inscrire et participer au forum.
  • Login:



+ Répondre à la discussion
Page 2 sur 3 PremièrePremière 2 DernièreDernière
Affichage des résultats 16 à 30 sur 36

psychologie et homosexualité

  1. JPL

    Date d'inscription
    septembre 2003
    Messages
    67 731

    Re : psychologie et homosexualité

    Ce que je veux dire c'est que ce qui a été avancé comme faits sont soit des choses fausses soit des choses qui sont encore discutables me semble-t-il. À ma connaissance les arguments avancés se répartissent en trois catégories :
    • les différences anatomiques dans le cerveau (la seule étude dont j'ai entendu parler est à jeter à la poubelle) ;
    • un déterminisme génétique ;
    • une exposition hormonale un peu déséquilibrée du fœtus lors de la grossesse.
    Curieusement la lecture de toutes ces études montre que les chercheurs qui les ont faites ont miraculeusement retrouvé dans leurs résultats une confirmation des idées qu'ils avaient au départ (ce n'est pas de la prophétie autoréalisatrice, mais de la recherche autoréalisatrice ). C'est en soi suffisant pour que je me méfie un peu.

    Pour ma part je me borne à dire qu'à l'adolescence les jeunes commencent à ressentir des intérêts et des désirs parfois flous au début mais de plus en plus orientés qui conduisent à une identité hétérosexuelle chez la plupart et à des désirs et une identité homosexuelle chez d'autres (plus certains chez qui ces désirs sont plus ou moins un mélange des deux). Ces deux pôles d'orientation sexuelle sont imposés par la "nature" à chacun et sont donc également naturels. Mis à part "l'objet du désir" le mécanisme d'apparition et les caractéristiques de ces deux sexualités sont strictement identiques.

    -----

    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac
     


    • Publicité



  2. minushabens

    Date d'inscription
    juillet 2014
    Messages
    5 448

    Re : psychologie et homosexualité

    A mon humble avis, si on veut parler d'homosexualité (ou de sexualité en général) d'un point de vue scientifique, il faut se limiter aux comportements. Seuls les comportements sont observables et quantifiables.
     

  3. JPL

    Date d'inscription
    septembre 2003
    Messages
    67 731

    Re : psychologie et homosexualité

    Une interrogation sur le déterminisme de l'orientation sexuelle n'est pas inintéressante sur le plan scientifique. Ou plus exactement les déterminismes car il me semble que c'est très probablement multifactoriel. On ne peut donc rester au niveau de l'étude des comportements.

    Mais personnellement concernant l'humain je m'intéresse beaucoup plus aux personnes qu'aux explications scientifiques donc de ce point de vue connaître la ou les causes qui ont fait que telle personne est homosexuelle ne m'intéresse absolument pas. Ce qui m'intéresse c'est ce quelles vivent et dont elles me parlent.

    D'ailleurs c'est curieux, pourquoi ne s'interroge-t-on jamais sur les causes de l’hétérosexualité, mais uniquement sur celles de l'homosexualité ?
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac
     

  4. minushabens

    Date d'inscription
    juillet 2014
    Messages
    5 448

    Re : psychologie et homosexualité

    Mais sur ce forum on est censé parler de science. Que tu t'intéresses aux gens, très bien, mais ça ne regarde que toi et il n'y a rien à en dire.
     

  5. JPL

    Date d'inscription
    septembre 2003
    Messages
    67 731

    Re : psychologie et homosexualité

    C'est juste pour équilibrer le fait que je disais aussi que la recherche des déterminismes, si elle est possible est scientifiquement intéressante, mais que cela n'a pas d'intérêt pour la vie des personnes.
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac
     


    • Publicité



  6. minushabens

    Date d'inscription
    juillet 2014
    Messages
    5 448

    Re : psychologie et homosexualité

    Je suis d'accord. A priori tout ce qui peut modifier la perception que la société a de l'homosexualité est susceptible d'influer sur la vie des personnes concernées mais comme il n'y aura probablement jamais de consensus scientifique cette influence est difficile à prédire.

    Je connais des chercheurs qui explorent l'hypothèse de l'imprégnation hormonale pendant la gestation (hormones féminisantes dans le cas d'un garçon). Cette hypothèse m'a toujours paru douteuse, parce qu'elle semble supposer que les hommes homosexuels sont nécessairement efféminés, ce qui me semble faux. Mais quelle que soit mon opinion, lesdits chercheurs avancent et je crois qu'ils ont de solides arguments à l'appui de leur hypothèse. On verra ce qu'il en sortira.
     

  7. JPL

    Date d'inscription
    septembre 2003
    Messages
    67 731

    Re : psychologie et homosexualité

    Citation Envoyé par minushabens Voir le message
    parce qu'elle semble supposer que les hommes homosexuels sont nécessairement efféminés, ce qui me semble faux.
    À moi aussi, même si je n'en connais pas beaucoup. C'est là que je me demande si un cliché populaire n'influe pas involontairement sur la direction dans laquelle ces chercheurs cherchent. Donc je dubite...
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac
     

  8. shokin

    Date d'inscription
    mars 2004
    Localisation
    Suisse
    Âge
    33
    Messages
    10 664

    Re : psychologie et homosexualité

    Oui, à vrai dire, si je compte les hommes que je sais - avec confirmation des personnes concernées - homosexuels, faible est le pourcentage d'homosexuels efféminés que je connaisse. [Ceci n'est qu'un commentaire personnel. ]

    Un cliché peut influencer, voir l'effet Rosenthal/Pygmalion.
    Pardon, humilité, humour, hasard, tolérance, partage, curiosité et diversité => liberté et sérénité.
     

  9. JPL

    Date d'inscription
    septembre 2003
    Messages
    67 731

    Re : psychologie et homosexualité

    Il y a aussi les homosexuels type cuir, style motard, ou bear qui vont tout à fait à l'encontre du cliché. Et la masse qui est constituée d'individus lambda que rien ne distingue.
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac
     

  10. Deedee81

    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Courcelles - Belgique
    Âge
    55
    Messages
    28 161

    Re : psychologie et homosexualité

    Salut,

    Je ne pourrais certainement pas donner de statistique sur les comportements des psychiatres et des psychologues, je n'en sais rien. Mais il est clair que "homosexualité" = maladie n'est plus le courant dominant chez nous et tant mieux. Par contre, j'ai connu pas mal d'homosexuels ayant des difficultés, des dépressions, en grande partie à cause de difficultés familiales et/ou professionnelles (devinez pourquoi). Et à Bruxelles un groupe de psychologues travaillant au seins de la communauté Gay les aident à surmonter ces difficultés. Il ne me viendrait donc certainement pas à l'idée de mettre tous les psys dans le même panier.

    Citation Envoyé par JPL Voir le message
    Il y a aussi les homosexuels type cuir, style motard, ou bear qui vont tout à fait à l'encontre du cliché. Et la masse qui est constituée d'individus lambda que rien ne distingue.
    Je confirme. Il y a aussi les travestis, les trans, les travestis.... mais qui à nouveau ne concernent qu'une petite partie. Je me souviens d'un débrieffing après une gay pride où certains homo c'étaient plains de la présence des "folles" qui donnaient une mauvaise image de la gay pride (comme quoi il n'y a pas besoin d'être homophobe pour être intolérant). Inutile de dire que la majorité a monté au créneau pour défendre la pluralité. Ce n'est pas pour rien que notre drapeau est arc-en-ciel et non rose. J'ai vu aussi cette intolérance entre homo et bi. Triste.

    La vie en société est parfois bien difficile !
    Tout est relatif, et cela seul est absolu. (Auguste Comte)
     

  11. minushabens

    Date d'inscription
    juillet 2014
    Messages
    5 448

    Re : psychologie et homosexualité

    On distingue hétérosexualité et homosexualité mais en fait il y a une multitude de pratiques sexuelles. Il y a des choses que l'on fait et d'autres que l'on ne fait pas, soit parce qu'on les ignore, soit parce qu'on les a essayées mais qu'on n'a pas aimé, soit qu'on les trouve dégradantes, etc. En tout cas on a l'impression d'avoir le choix de faire ou ne pas faire ceci ou cela (à condition de trouver un partenaire que ça intéresse).

    Mais pour l'orientation sexuelle, il semble qu'on n'ait pas le choix. Ca s'impose à nous. Peut-être est-ce un simple manque d'ouverture d'esprit, ou bien (pour les hétérosexuels) que la pression de la société est trop forte. Mais peut-être que c'est un indice d'un déterminisme biologique fort.
     

  12. vep

    Date d'inscription
    janvier 2014
    Messages
    6 945

    Re : psychologie et homosexualité

    Comme dit à plusieurs reprises, l'idée que l'homosexualité serait pathologique n'est pas majoritaire parmi les psychiatres et psychologues, loin de là et heureusement !
    Mais si vous rencontrez un "psy" ayant ce type de position, et que cela ne vous convient pas, il faut vite en changer.
     

  13. f.oreste

    Date d'inscription
    septembre 2015
    Messages
    613

    Re : psychologie et homosexualité

    Citation Envoyé par minushabens Voir le message
    Les psychologues et les psychiatres ne prétendent pas être des scientifiques.
    les psychiatres sont au moins docteur en médecine, ce qui généralement équilibre largement les sur-interprétation de la psychanalyse... que tous ne prétendent pas être des chercheurs, n'implique en rien qu'ils soient des dogmatiques, ou pire des religieux
     

  14. hatapoum

    Date d'inscription
    novembre 2016
    Messages
    93

    Re : psychologie et homosexualité

    Citation Envoyé par JPL Voir le message
    Pour ma part je me borne à dire qu'à l'adolescence les jeunes commencent à ressentir des intérêts et des désirs parfois flous au début mais de plus en plus orientés qui conduisent à une identité hétérosexuelle chez la plupart et à des désirs et une identité homosexuelle chez d'autres (plus certains chez qui ces désirs sont plus ou moins un mélange des deux). Ces deux pôles d'orientation sexuelle sont imposés par la "nature" à chacun et sont donc également naturels. Mis à part "l'objet du désir" le mécanisme d'apparition et les caractéristiques de ces deux sexualités sont strictement identiques.
    C'est Freud ça. L'air de rien.
     

  15. vep

    Date d'inscription
    janvier 2014
    Messages
    6 945

    Re : psychologie et homosexualité

    Citation Envoyé par hatapoum Voir le message
    C'est Freud ça. L'air de rien.
    Ce n'est pas parce que Freud a un jour parlé de l'orientation sexuelle et des désir que ces deux concepts sont "du Freud" !
    Les théories freudiennes sur l'orientation sexuelle sont dépassées et non validées scientifiquement.
    Ce ne sont donc pas de bonnes références pour répondre à la question de ce fil de discussion.
     


    • Publicité







Sur le même thème :





 

Discussions similaires

  1. école de psychologie - métier de psychopathologie - fac de psychologie
    Par hahahey dans le forum Neuropsychologie et Psychologie
    Réponses: 3
    Dernier message: 18/02/2015, 21h10
  2. [Divers] Homosexualité
    Par Christophe02 dans le forum Biologie
    Réponses: 5
    Dernier message: 08/03/2009, 20h26
  3. l'homosexualité
    Par Goni dans le forum Santé et médecine générale
    Réponses: 54
    Dernier message: 19/05/2006, 20h00
  4. Psychologie de l'espace-psychologie du temps : au coeur de la géographie
    Par albius21 dans le forum Neuropsychologie et Psychologie
    Réponses: 4
    Dernier message: 02/03/2006, 06h22