Bonjour, cliquez-ici pour vous inscrire et participer au forum.
  • Login:



+ Répondre à la discussion
Page 1 sur 8 12 3 4 5 6 7 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 15 sur 106

Biais cognitif « Je n'y comprends rien, ça doit donc être très fort. »

  1. saint.112

    Date d'inscription
    mai 2014
    Localisation
    Lyon
    Messages
    2 200

    Biais cognitif « Je n'y comprends rien, ça doit donc être très fort. »

    Bonjour à toutes et à tous

    Il y a bien y avoir dans la nomenclature un biais cognitif répertorié correspondant à cette attitude intellectuelle devant quelque chose d'obscur : « Je n'y comprends rien, ça doit donc être très fort. »
    C'est ce qui a fait le succès de penseurs comme Jacques Lacan et bien d'autres qui réussissent à enfumer les foules avec un discours abscons qui a les apparences de la profondeur tout en étant d'une vacuité totale et tout le monde d'en rester bouche bée.

    Merci d'avance de vos lumières.

    Nico

    -----

    Travailler dur n'a jamais tué personne, mais je préfère ne pas prendre de risques.
     


    • Publicité



  2. illusionoflogic

    Date d'inscription
    janvier 2015
    Localisation
    non
    Messages
    1 116

    Re : Biais cognitif « Je n'y comprends rien, ça doit donc être très fort. »

    Hello saint.112, je te cites : « Je n'y comprends rien, ça doit donc être très fort. »

    C'est marrant, c'est exactement ce que je pense de moi désolé effet Barnum

    Lisez mes propos. Je suis pas là.
     

  3. ansset

    Date d'inscription
    novembre 2009
    Localisation
    Fresnes
    Âge
    57
    Messages
    23 581

    Re : Biais cognitif « Je n'y comprends rien, ça doit donc être très fort. »

    bjr,
    je ne vois pas pourquoi ce serait à priori un biais.(*)
    pas plus que son inverse :"je n'y comprend rien , c'est donc de l'enfumage ".

    à la limite le biais serait dans le point de vue systématique : "tout ce que je ne saisi pas est très puissant " ( même si c'est des c.....ies )
    Dernière modification par ansset ; 19/06/2017 à 09h11.
    y'a quelque chose qui cloche là dedans, j'y retourne immédiatement !
     

  4. myoper

    Date d'inscription
    décembre 2007
    Messages
    27 973

    Re : Biais cognitif « Je n'y comprends rien, ça doit donc être très fort. »

    Bonjour à tous.
    Citation Envoyé par saint.112 Voir le message
    Il y a bien y avoir dans la nomenclature un biais cognitif répertorié correspondant à cette attitude intellectuelle devant quelque chose d'obscur : « Je n'y comprends rien, ça doit donc être très fort. »
    C'est surtout une erreur de raisonnement et seulement un problème cognitif propre à l'auteur s'il y croit vraiment.
    La seule façon de valider cette assertion, c'est que l'auteur définisse explicitement que ce qui est très fort est ce qu'il ne comprend pas, quoique ce puisse être. Mais ça ne concerne que lui et uniquement lui, tant dans la compréhension que dans la définition de ce qui est très fort.
    Donc tout ce qui est indéfini dans la phrase (ça, fort) et pourrait concerner d'autres personnes procède à la formation d'un sophisme.
    Myorphyrogénètopter.
     

  5. saint.112

    Date d'inscription
    mai 2014
    Localisation
    Lyon
    Messages
    2 200

    Re : Biais cognitif « Je n'y comprends rien, ça doit donc être très fort. »

    Ce dont je parle c'est de la réaction du lecteur ou de l'auditeur ou du public en général face à un discours obscur, surtout si celui-ci est un peu jargonnant. Le béotien suppose a priori que s'il ne comprend pas ou mal c'est que ça le dépasse. Je l'ai constaté souvent : il y a de fait une prime à l'obscurité. Lacan a longtemps été considéré comme un penseur profond (alors qu'il reconnaissait lui-même qu'il était un charlatan). Il était pris au sérieux par des gens qui ne le comprenaient pas. Par exemple son aphorisme le plus fameux : « L'inconscient est structuré comme un langage. »

    Ma question porte donc sur ce que je considère comme un biais cognitif consistant à supposer a priori qu'un discours difficile à comprendre doit être de haut niveau. Il y a au fond la peur d'être vu comme un idiot qui ne sait pas reconnaitre une pensée profonde.

    Une autre belle perle du même escroc intellectuel :
    « Le sujet, dans le contexte de la demande, c’est le premier état, si je puis dire, de notre sujet, de celui dont nous essayons d’articuler par ce graphe les conditions d’existence. Ce sujet n’est pas autre chose que le sujet du besoin car c’est ce qu’il exprime dans la demande. Tout mon point de départ consiste à montrer cette demande du sujet qui est, du même coup, profondément modifiée par le fait que le besoin doit passer par le défilé du signifiant. »
    In Séminaire VI, « Le désir et son interprétation », 19/11/1958.

    Reconnaissez avec moi que c'est très fort, très très fort même… dans l'enfumage bien entendu.
    Et sur ce terrain ce sont bien souvent qui lacaniens qui dépassent leur maitre.

    Prendre ça au sérieux relève pour moi de ce biais cognitif dont j'aimerais avoir le nom.

    Nico
    Travailler dur n'a jamais tué personne, mais je préfère ne pas prendre de risques.
     


    • Publicité



  6. ansset

    Date d'inscription
    novembre 2009
    Localisation
    Fresnes
    Âge
    57
    Messages
    23 581

    Re : Biais cognitif « Je n'y comprends rien, ça doit donc être très fort. »

    exemple intéressant.
    concernant ta première citation , elle correspond bien à un fondement de l'approche de Lacan, à savoir l'association/dichotomie entre le "signifiant" et le "signifié".
    donc, on ne peut dire qu'il s'agit uniquement de verbiage.
    pour le reste , on peut lui reconnaître un certain art dans la complexification volontaire de ses propos.
    et donc, indépendamment d'une adhésion ( ou pas ) à ses modèles, l'émergence d'un doute sur la cohérence de certains propos.
    cela suffit il à le qualifier de charlatan ? ( indépendamment d'une adhésion ou pas à certains de ses concepts ).
    pour ma part, concepts il y a.
    et je ne sais interpréter le pourquoi de l'expression parfois tortueuse ( s'amusait il lui-même de cela ? , ou bien était ce comme tu le suggères pour "enfumer" ? )
    y'a quelque chose qui cloche là dedans, j'y retourne immédiatement !
     

  7. Merlin95

    Date d'inscription
    octobre 2015
    Messages
    478

    Re : Biais cognitif « Je n'y comprends rien, ça doit donc être très fort. »

    Ce biais consiste à considérer face à une situation ambigüe (entrainée par discours abscons par exemple) que c'est nous qui sommes trop "nul" pour comprendre, plutôt que de rechercher les différentes raisons amenant un auteur à construire un tel discours.

    C'est la même chose avec un discours scientifique fondé, complexe et volontairement réduit, simplifié pour le mettre à disposition d'élèves par exemple, on préfère se dire que nous sommes trop "nul" pour comprendre et que la compréhension de ce qui est dit nécessite d'être un génie, plutôt que d'évaluer ses propos pour ce qu'ils sont.
    Dernière modification par Merlin95 ; 19/06/2017 à 12h34.
     

  8. Amanuensis

    Date d'inscription
    septembre 2010
    Messages
    21 567

    Re : Biais cognitif « Je n'y comprends rien, ça doit donc être très fort. »

    Je ne comprends pas qu'on appelle cela un biais cognitif.

    C'est une attitude normale dans notre société moderne, hautement technique. C'est en terme de vraisemblance plus vraisemblable que "je n'y comprends rien donc on cherche à me tromper", qui, appliqué systèmétriquement est plutôt preuve de manque d'humilité, de «tendance paranoïaque», et autre pb de même farine.

    Appliquer cela à l'électronique, à la lecture d'une analyse de sang, aux mathématiques des espaces de Hilbert, aux orbitales moléculaire, etc., etc., est plutôt sain.

    Si problème il est ailleurs, pas sous la forme donnée par le titre.
    Pour toute question, il y a une réponse simple, évidente, et fausse.
     

  9. Merlin95

    Date d'inscription
    octobre 2015
    Messages
    478

    Re : Biais cognitif « Je n'y comprends rien, ça doit donc être très fort. »

    Citation Envoyé par Amanuensis Voir le message
    Appliquer cela à l'électronique, à la lecture d'une analyse de sang, aux mathématiques des espaces de Hilbert, aux orbitales moléculaire, etc., etc., est plutôt sain.
    Par exemple, je lis une analyse de sang je lis un terme très technique je me dis que ca doit être très compliqué, cela m'amène à me renseigner mais je constate après coup qu'en fait, il s'agissait d'un terme savant qui n'apporte pas grand chose à la compréhension de ce pourquoi j'ai fait l'analyse.

    Dans ce cas précis là seulement il s'est produit un biais (dont les conséquences sont plutôt bonnes) influencé par une stratégie qui elle est sensée de considérer à raison comme plus vraisemblable en moyenne que ces termes cachent quelque chose de très complexe.
    Dernière modification par Merlin95 ; 19/06/2017 à 15h00.
     

  10. saint.112

    Date d'inscription
    mai 2014
    Localisation
    Lyon
    Messages
    2 200

    Re : Biais cognitif « Je n'y comprends rien, ça doit donc être très fort. »

    Ce dont je veux parler est assez proche de l'argument d'autorité. C'est l'autorité du verbe plus que de la personne qui utilise le verbe.
    Il peut avoir sa raison d'être. Sur un sujet de cosmologie que je ne comprends pas je vais a priori faire plus crédit à Jean-Pierre Luminet ou à Hubert Reeves qu'aux frères Bogdanov et avec juste raison.
    Dans les sciences molles le problème est plus complexe et on va avoir tendance à faire crédit à ceux qui ont le langage apparemment le plus “scientifique“, donc si possible abscons comme Lacan. Il est loin d'être le seul à exploiter ce filon.

    J'ai regardé dans List of cognitive biases mais je n'ai pas trouvé ce que je cherchais.

    Nico
    Travailler dur n'a jamais tué personne, mais je préfère ne pas prendre de risques.
     

  11. Merlin95

    Date d'inscription
    octobre 2015
    Messages
    478

    Re : Biais cognitif « Je n'y comprends rien, ça doit donc être très fort. »

    Citation Envoyé par saint.112 Voir le message
    Sur un sujet de cosmologie que je ne comprends pas je vais a priori faire plus crédit à Jean-Pierre Luminet ou à Hubert Reeves qu'aux frères Bogdanov et avec juste raison.
    Si tu t'intéresses à une question de cosmologie, c'est que tu y es forcément un peu compétent, donc il n'y aura là moins d'ambiguïté que si tu es entièrement nouveau dans le sujet, et le biais en question ne peut pas se produire.

    Mais pour parler de biais, il faut des mises en situation qui soient décrites en terme de tendance partagée par à peu près tout le monde, même vous, ce qui veut dire que vous devez citer des exemples dans lesquels vous pouvez aussi comme tout le monde vous trouver potentiellement pris dans le biais. Par exemple, si pour Lacan vous ne vous imaginiez pas vous inclure (aujourd'hui ou au moins dans le passé) dans le biais possible alors la suite de la discussion s'orientera forcément plus sur la question de la "supercherie" en question que sur la rechercher du nom d'un biais cognitif.
    Dernière modification par Merlin95 ; 19/06/2017 à 17h44.
     

  12. ansset

    Date d'inscription
    novembre 2009
    Localisation
    Fresnes
    Âge
    57
    Messages
    23 581

    Re : Biais cognitif « Je n'y comprends rien, ça doit donc être très fort. »

    Citation Envoyé par saint.112 Voir le message
    J'ai regardé dans List of cognitive biases mais je n'ai pas trouvé ce que je cherchais.
    c'est normal, car ce n'est pas de l'ordre du "biais".
    plutôt de l'usage d'une sémantique spécifique (*) qui est ( ou pas ) justifiée selon le contexte. ( et l'avis de chacun )

    notamment tous les néologismes propres à une discipline quelconque ( même hors champs scientifiques )
    y'a quelque chose qui cloche là dedans, j'y retourne immédiatement !
     

  13. Merlin95

    Date d'inscription
    octobre 2015
    Messages
    478

    Re : Biais cognitif « Je n'y comprends rien, ça doit donc être très fort. »

    Il y a le sophisme d'appel à l'ignorance qui illustre ce biais (personnellement je préfère conserver ce terme de biais puisque c'est ce qui semble vouloir être discuté).
    Dernière modification par Merlin95 ; 19/06/2017 à 18h03.
     

  14. ansset

    Date d'inscription
    novembre 2009
    Localisation
    Fresnes
    Âge
    57
    Messages
    23 581

    Re : Biais cognitif « Je n'y comprends rien, ça doit donc être très fort. »

    je ne vois pas de lien direct entre la thématique de saint.112 et le concept de "l'appel à l'ignorance". ( tel qu'il est décrit dans ton lien )
    y'a quelque chose qui cloche là dedans, j'y retourne immédiatement !
     

  15. Merlin95

    Date d'inscription
    octobre 2015
    Messages
    478

    Re : Biais cognitif « Je n'y comprends rien, ça doit donc être très fort. »

    L'auteur (gourou d'une secte par exemple) présente une théorie si "alambiquée" qu'il suggère qu'en raison du fait que personne n'a prouvé qu'elle était fausse, qu'elle est donc vraie.
    Dernière modification par Merlin95 ; 19/06/2017 à 18h13.
     


    • Publicité







Sur le même thème :





 

Discussions similaires

  1. Faire des études en sciences sans y être très fort ?
    Par Didier2014 dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 1
    Dernier message: 08/09/2014, 01h48
  2. Question sémantique (biais cognitif*?)
    Par Syst. dans le forum Epistémologie et Logique
    Réponses: 5
    Dernier message: 29/06/2014, 11h09
  3. L’objet phyisique et ses propriétés - un biais cognitif (?)
    Par invite6754323456711 dans le forum Epistémologie et Logique
    Réponses: 94
    Dernier message: 17/05/2013, 14h18
  4. biais cognitif
    Par eilujulie dans le forum Neuropsychologie et Psychologie
    Réponses: 5
    Dernier message: 11/02/2009, 12h21