Bonjour, cliquez-ici pour vous inscrire et participer au forum.
  • Login:



+ Répondre à la discussion
Page 1 sur 4 12 3 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 15 sur 58

Théorie de la relativité et mathématiques

  1. cielazur

    Date d'inscription
    juillet 2012
    Messages
    18

    Théorie de la relativité et mathématiques

    Bonjour,

    Pensez-vous qu'il faille maîtriser certains domaines des mathématiques "modernes" (Poincaré, Hilbert, Minkowski...) pour comprendre la théorie de la relativité (restreinte ou générale).

    Par avance merci.

    -----

    Dernière modification par cielazur ; 18/07/2012 à 19h41.
     


    • Publicité



  2. pianno

    Date d'inscription
    mai 2012
    Messages
    202

    Re : Théorie de la relativité et mathématiques

    Salut,

    pour la relativité restreinte faut avoir vu l'algèbre linéaire (L1) et un peu de calcul tensorielle (L3).

    La relativité générale c'est un autre niveau avec, cette fois, beaucoup de calcul tensorielle ( et la géométrie non euclidienne).
     

  3. leon.w

    Date d'inscription
    juillet 2012
    Localisation
    Lyon
    Messages
    62

    Re : Théorie de la relativité et mathématiques

    Bonjour,
    ça dépend comment la comprendre. Evidemment tu peux la comprendre théoriquement sans aucune connaissance mathématique, mais juste les conséquences des formules mathématiques(comme savoir que la vitesse de la lumière est infranchissable ou que l'attraction gravitationnnelle est dû au déformement de l'espace-temps).Seulement toute ces affirmations reposent sur des formules mathématiques qu'ils faut maitriser pour comprendre complètement la théorie de la relativité.
    Si tu ne maitrise pas les domaines mathématique requis (avec un bac S tu devrais pouvoir comprendre les équations la relativité restreinte) je te conseille de lire de la litérature scientifique vulgarisée.
    cordialement
    Dernière modification par leon.w ; 18/07/2012 à 22h14.
     

  4. invite6754323456711
    Invité

    Re : Théorie de la relativité et mathématiques

    Citation Envoyé par cielazur Voir le message

    Pensez-vous qu'il faille maîtriser certains domaines des mathématiques "modernes" (Poincaré, Hilbert, Minkowski...) pour comprendre la théorie de la relativité (restreinte ou générale).
    Il est dit que les mathématiques constituent le langage de la physique. Une des propriété est que la possibilité de moduler le sens d’un mot par le contexte s’affaiblit dans les langages spécialisés. Dans un langage formel réussi elle est même éliminée entièrement. Maintenant auparavant il faut être clair par ce que l'on cherche par comprendre.

    Patrick
     

  5. cielazur

    Date d'inscription
    juillet 2012
    Messages
    18

    Re : Théorie de la relativité et mathématiques

    OK,

    Je vous remercie tous les 3 pour vos éclairages.

    Donc il faut maîtriser les formules mathématiques pour bien comprendre la théorie mais on peut tout de même la rendre accessible à tous sans pour autant la maîtriser.

    Disons que j'ai une formation en informatique (niveau II) donc j'ai fait un peu de maths mais je suis très très loin de connaître ou de bien comprendre tout ces concepts mathématiques nécessaires à la bonne compréhension de la théorie.

    Serait-il possible par exemple de m'expliquer de façon simple (en faisant si possible abstraction de l'outil mathématiques) pourquoi la vitesse de la lumière est une limite infranchissable.

    Merci
     


    • Publicité



  6. Nicophil

    Date d'inscription
    octobre 2011
    Localisation
    en translation elliptique autour d'une horloge quasi-standard
    Messages
    4 498

    Re : Théorie de la relativité et mathématiques

    Bonsoir,

    Citation Envoyé par cielazur Voir le message
    pourquoi la vitesse de la lumière est une limite infranchissable?
    Ca c'est un constat expérimental. C'est sur ce socle qu'a été bâtie la théorie, qu'il a fallu bâtir la théorie.
    Si on tombait un jour sur quelque chose de matériel qui dépasse la vitesse de la lumière, toute la théorie s'effondrerait.
     

  7. Nicophil

    Date d'inscription
    octobre 2011
    Localisation
    en translation elliptique autour d'une horloge quasi-standard
    Messages
    4 498

    Re : Théorie de la relativité et mathématiques

    Au départ, 2 constats expérimentaux:
    - la vitesse de la lumière dans l'espace vide est la même quel que soit le référentiel inertiel.
    - l'énergie nécessaire pour accélérer les particules des "rayons cathodiques" augmente exponentiellement quand elles s'approchent de cette vitesse.

    En 1905, Einstein a expliqué ces 2 constats de façon relativement simple, par une nouvelle cinématique: la cinématique relativiste.
    Dernière modification par Nicophil ; 19/07/2012 à 00h22.
     

  8. stefjm

    Date d'inscription
    avril 2008
    Localisation
    Zut! C'est pas homogène! Ben t'as qu'à mélanger...
    Messages
    12 638

    Re : Théorie de la relativité et mathématiques

    Bonjour,
    Citation Envoyé par Nicophil Voir le message
    - l'énergie nécessaire pour accélérer les particules des "rayons cathodiques" augmente exponentiellement quand elles s'approchent de cette vitesse.
    En
    Je ne suis pas sûr qu'on puisse qualifier "d'exponentiellement" pour ce cas. (peut-être avec un changement de variable?)
    Il y a une asymptote (comme pour 1/x), pas une branche parabolique (e^x) ou (x^2).
    Moi ignare et moi pas comprendre langage avec «hasard», «réalité» et «existe».
     

  9. leon.w

    Date d'inscription
    juillet 2012
    Localisation
    Lyon
    Messages
    62

    Re : Théorie de la relativité et mathématiques

    Avant de répondre à ta question je rappelle que la théorie de relativité restreinte dis qu'il y a une vitesse limite mais pas quelle est cette limite. Que la vitesse de la lumière soit cette limite a été conclu expérimentalement.

    D'après les équation de la relativité restreinte, plus on va vite plus il faut d'énergie pour accelérer encore plus. Pour atteindre la vitesse de la lumière (pour un objet ayant une masse) il faudrai une énergie infinie. Comme la notion d'énergie infini est ridicule on dit que la vitesse de la lumière est infranchissable. Dans les équation l'infini se traduit par une nombre divisé par 0.

    Cordialement
     

  10. Zefram Cochrane

    Date d'inscription
    janvier 2011
    Messages
    4 032

    Re : Théorie de la relativité et mathématiques

    Citation Envoyé par Nicophil Voir le message
    Bonsoir,

    Ca c'est un constat expérimental. C'est sur ce socle qu'a été bâtie la théorie, qu'il a fallu bâtir la théorie.
    Si on tombait un jour sur quelque chose de matériel qui dépasse la vitesse de la lumière, toute la théorie s'effondrerait.
    Bonjour,
    Je ne suis pas d'accord sur cette affirmation. Si effectivement on observait quelque chose allant plus vite que la lumière comme cela a failli être le cas pour les neutrinos du CERN ou si on déconvrait une masse au photon, la théorie de la relativité nécessiterait un ajustement en fonction des nouvelles données mais ne serait pas remise en cause dans son intégralité car la nouvelle théorie devrait englober les résultats expérimentaux obtenus en RR comme en RG.
    Cordialement,
    Zefram
    On the influence of gravitation on the propagation of light.
     

  11. cielazur

    Date d'inscription
    juillet 2012
    Messages
    18

    Re : Théorie de la relativité et mathématiques

    ok,

    merci pour ces explications maintenant je comprends mieux ce choix.

    Concernant la dilatation du temps et la contraction des longueurs à très grandes vitesses :

    D'après ce que j'ai pu comprendre c'est juste une interprétation des expériences qui ont montrées que la vitesse de la lumière était la même quelque soit le référentiel...

    Un exemple d'ailleurs assez clair a été donné sur ce forum concernant l'impossibilité d'addition classique des vitesses.

    Maintenant j'aimerai comprendre simplement ce qu'est la dilatation du temps :

    Est-ce que cela veut dire que si on se représentait une seconde par un segment sur un graphique ce segment deviendrait plus grand à des vitesses proches de la lumière ?

    Si bien que 1 seconde dans des conditions classiques "équivaudrait" à moins d'une seconde à très grande vitesse ?


    Merci.
     

  12. GillesH38a

    Date d'inscription
    août 2005
    Messages
    11 904

    Re : Théorie de la relativité et mathématiques

    Citation Envoyé par cielazur Voir le message
    Est-ce que cela veut dire que si on se représentait une seconde par un segment sur un graphique ce segment deviendrait plus grand à des vitesses proches de la lumière ?

    Si bien que 1 seconde dans des conditions classiques "équivaudrait" à moins d'une seconde à très grande vitesse ?
    je ne vois pas bien ce que tu appelles "comprendre" en offrant une représentation forcément conventionnelle. Tu peux bien représenter les secondes par un segment que tu veux, y compris en changeant de convention !

    la dilatation du temps correspond à un phénomène observable physiquement et descriptible par des expériences (au moins de pensée) tout à fait concrètes, et indépendamment de toute "représentation" que tu veux leur donner.

    Spécifiquement, la relativité dit ceci : si tu considères 2 évènements A et B pour lequel il existe un référentiel dans lequel on les voit arriver au même endroit (ce qui n'est pas toujours possible, il faut une condition pour cela, c'est que dAB < c tAB dans au moins un référentiel (et alors ce sera vrai pour tous) pour qu'on ait le "temps" d'aller de l'un à l'autre à une vitesse v = dAB/tAB < c ), alors
    * la durée séparant ces deux évènements dépend du référentiel
    * elle est minimale le référentiel dans lequel ils ont lieu au même endroit, et supérieure dans tous les autres.

    La "dilatation" ne porte donc que sur la comparaison des temps dans les référentiels où ils n'ont pas lieu au même endroit (temps "impropre" dans un référentiel "impropre" ) par rapport à celui dans lequel ils ont lieu au même endroit (temps "propre" ).

    En revanche ça ne concerne pas la comparaison de temps impropres entre eux : si A et B n'ont pas lieu au même endroit, ni dans R1, ni dans R2, alors les temps t1 et t2 sont différents en général mais on ne peut pas dire lequel est le plus court, ou lequel est le plus long ça dépend des conditions. Il n'y a donc pas de "ralentissement général" du temps d'un référentiel par rapport à un autre : il y a ralentissement des temps "propres de R2" (qui ont lieu au même endroit dans R2) , mesurés par R1, et réciproquement, il y a ralentissement des temps propres de R1 par rapport à R2.

    Ainsi les battements de coeur d'un observateur "en mouvement" (mais qui donc ont lieu "au même endroit" dans son référentiel mobile ), semblent ralentis par rapport à un observateur fixe. Mais réciproquement les battements de coeur de l'observateur fixe (qui ont cette fois lieu au même endroit dans le référentiel fixe) semblent AUSSI ralentis pour l'observateur mobile. Il y a symétrie totale, et on ne peut pas dire comme on le croit parfois que "le temps de l'observateur mobile" est ralenti par rapport au référentiel fixe : ça ne concerne que les évènements particuliers ayant lieu au même endroit dans ce référentiel (c'est l'oubli de cette condition qui cause la plupart des soi-disant "paradoxes" de la relativité).
     

  13. Nicophil

    Date d'inscription
    octobre 2011
    Localisation
    en translation elliptique autour d'une horloge quasi-standard
    Messages
    4 498

    Re : Théorie de la relativité et mathématiques

    Citation Envoyé par stefjm Voir le message
    Je ne suis pas sûr qu'on puisse qualifier "d'exponentiellement" pour ce cas. Il y a une asymptote (comme pour 1/x), pas une branche parabolique (e^x) ou (x^2).
    Oui, j'ai employé "exponentiellement" pas du tout rigoureusement.
     

  14. Nicophil

    Date d'inscription
    octobre 2011
    Localisation
    en translation elliptique autour d'une horloge quasi-standard
    Messages
    4 498

    Re : Théorie de la relativité et mathématiques

    Bonjour,

    Citation Envoyé par leon.w Voir le message
    Avant de répondre à ta question je rappelle que la théorie de relativité restreinte dis qu'il y a une vitesse limite mais pas quelle est cette limite. Que la vitesse de la lumière soit cette limite a été conclu expérimentalement.
    J'ai vraiment du mal avec ce point de vue. Je sais bien que tu ne parles pas au plan historique mais au plan "architecture intellectuelle de la théorie" mais...

    La science physique est fondée sur le socle des données expérimentales. Si on fait abstraction de la vitesse de la lumière, sur quelles données expérimentales est fondée la théorie?
     

  15. Deedee81

    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Courcelles - Belgique
    Âge
    54
    Messages
    25 323

    Re : Théorie de la relativité et mathématiques

    Salut,

    Citation Envoyé par Nicophil Voir le message
    La science physique est fondée sur le socle des données expérimentales. Si on fait abstraction de la vitesse de la lumière, sur quelles données expérimentales est fondée la théorie?
    Au tout départ de cette fondation si je te comprend bien ?

    Sur l'électromagnétisme et le fait que cela implique que la vitesse d'une onde électromagnétique dans le vide est invariante (pas nécessairement, a priori, une vitesse limite). Et bien entendu sur le constat expérimental de ce fait.

    A partir de là on en déduit la théorie.

    On peut aussi se baser uniquement sur des postulats sans vitesse limite ou invariante. En particulier on ne prend que le principe de relativité (et quelques "peccadilles" : espace et temps continus, postulat de groupe pour les transformations de coordonnées,...).

    Dans ce cas on montre qu'on aboutit à seulement trois types de transformations :
    - Galilée
    - Lorentz, avec une vitesse invariante c (numériquement quelconque).
    - et une troisième non nommée et inconsistante (acausale).

    On peut alors montrer plusieurs choses :
    - avec Lorentz, c est aussi une vitesse limite
    - plus généralement, si on mesure dans deux repères différents (vitesse V relative) le même signal avec des vitesses v et v' différentes d'un petit epsilon, alors il existe une vitesse invariante c quasi identique à v et v' (ce qui valide automatiquement Lorentz sur base des données expérimentales même si la précision n'est pas absolue)
    - avec la dynamique, si un corps a une masse nulle alors sa vitesse est c (et réciproquement)

    On peut alors se demander, pourquoi la lumière a une masse nulle (et plus généralement quelle est sa nature, question centrale à l'époque de la naissance de la relativité avec les questions sur l'éther luminifère, etc.). Et ça ce n'est pas du ressort de la relativité (quand on sait que ces questions ont menés à la relativité, c'est assez ironique ). C'est du ressort de l'électrodynamique quantique, etc... (en particulier, la symétrie liée à la charge électrique et au champ EM est U(1) qui n'est pas une symétrie brisée => le boson de jauge = le photon n'a pas de masse).

    Les explications au début et celles sur la nature de la lumière expliquent que celle-ci a tenu une place aussi centrale dans la relativité au moins au départ. Ca et évidemment le fait que c'est un "outil" expérimental bien pratique, surtout en relativité. Mais la lumière n'est en rien un élément central de la relativité (le photon serait massif et aurait une vitesse légèrement inférieure à c, cela ne changerait pas nécessairement l'existence d'une vitesse c limite).

    Voilà, j'ai fait le tour même si c'est hyper condensé
    Tout est relatif, et cela seul est absolu. (Auguste Comte)
     


    • Publicité




Poursuivez votre recherche :




Sur le même thème :




 

Discussions similaires

  1. théorie de la relativité
    Par bashad dans le forum Lectures scientifiques
    Réponses: 0
    Dernier message: 17/11/2007, 13h07
  2. Réponses: 168
    Dernier message: 09/08/2007, 20h41
  3. Relativité et outils mathématiques
    Par neutrino éléctronique dans le forum Lectures scientifiques
    Réponses: 20
    Dernier message: 26/11/2006, 09h45
  4. Relativité, problème de mathématiques
    Par chr57 dans le forum Physique
    Réponses: 30
    Dernier message: 24/07/2006, 20h20