Page 1 sur 5 12 3 4 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 147

Choix retardé : quand la mécanique quantique agit sur le passé



  1. #1
    RSSBot

    Choix retardé : quand la mécanique quantique agit sur le passé

    La magie de la mécanique quantique semble inépuisable si on la prend vraiment au sérieux. Une expérience récente, effectuée par Jean François Roch et ses collègues de l'ENS Cachan, a permis de réaliser, bien mieux qu'auparavant,...

    Lire la suite : Choix retardé : quand la mécanique quantique agit sur le passé

  2. Publicité
  3. 📣 Nouveau projet éditorial de Futura
    🔥🧠 Le Mag Futura est lancé, découvrez notre 1er magazine papier

    Une belle revue de plus de 200 pages et 4 dossiers scientifiques pour tout comprendre à la science qui fera le futur. Nous avons besoin de vous 🙏 pour nous aider à le lancer...

    👉 Je découvre le projet

    Quatre questions à explorer en 2022 :
    → Quels mystères nous cache encore la Lune 🌙 ?
    → Pourra-t-on bientôt tout guérir grâce aux gènes 👩‍⚕️?
    → Comment nourrir le monde sans le détruire 🌍 ?
    → L’intelligence artificielle peut-elle devenir vraiment intelligente 🤖 ?
  4. #2
    AberrationStructurée

    Re : Choix retardé : quand la mécanique quantique agit sur le passé

    J'ai de la chance, je suis assis !
    C'est vraiment Contre-Intuitif tout ça.
    Ne peut on pas considérer que le corpuscule/onde est partout à la fois, de fait, et ainsi d'où que l'on observe, on voit ?
    Je préférerai une explication de ce genre, si ça ne revient pas au même, mais de toute façon tel un adepte religieux, je ne peux que faire preuve de foi, un minimum, dans le bénéfice du doute de l'ignorant.

  5. #3
    Horrigan

    Re : Choix retardé : quand la mécanique quantique agit sur le passé

    Franchement je suis sur le cul, je m'incline devant les êtres humains ayant pu imaginer, comprendre de telles choses, c'est vraiment dingue

  6. #4
    BBFaïta

    Re : Choix retardé : quand la mécanique quantique agit sur le passé

    Bonjour,
    je me permets de citer une réponse de Chaverondier, auquel je demandais qu'elles étaient les interprétations déterministes de la MQ :
    Dans ma précédente réponse, j'ai oublié une autre possibilité de conserver le déterminisme et le réalisme de l'interprétation de la mesure quantique (sans cependant avoir besoin de sacrifier la localité) : la Transactional Interpretation of Quantum Mechanics (de John Cramer, reprenant et développant la théorie dite de l'absorbeur de Wheeler et Feynman). La TIQM conserve, réalisme, déterminisme et localité, mais sacrifie la causalité. Les interactions de type émission absorption y résultent d'interférences constructives entres ondes avancées (se propageant à rebrousse-temps) et ondes retardées (se propageant dans un sens temporel plus normal)

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #5
    mtheory

    Re : Choix retardé : quand la mécanique quantique agit sur le passé

    Bonsoir,

    Oui, il n'est pas facile d'interpréter correctement ce que le formalisme de la mécanique quantique signifie vraiment. Wheeler soutient une position parmi d'autres à ce propos, reste quand même que cette expérience est bluffante !

    Les tenants de la théorie de David Bohm ont une interprétation un peu plus terre à terre mais ça reste quand même très étrange !
    “I'm smart enough to know that I'm dumb.” Richard Feynman

  9. #6
    Garion

    Re : Choix retardé : quand la mécanique quantique agit sur le passé

    Ne serait-il pas plus sage de considérer que la particule (électron, photons, ou autre) passe systématiquement par les deux fentes à la fois sous la forme d'une onde et qu'au moment de l'interaction avec les détecteurs il se crée un état qui donne l'illusion qu'elle ne soit passé que par une seule ?

  10. Publicité
  11. #7
    jiherve

    Re : Choix retardé : quand la mécanique quantique agit sur le passé

    Bonsoir
    Brian Green a pas mal glosé sur le sujet dans la "Magie du Cosmos" et c'est effectivement trés perturbant et difficile a intérioriser.
    C'est tout de même plus extraordinaire que les pyramides en béton!
    JR

  12. #8
    AberrationStructurée

    Re : Choix retardé : quand la mécanique quantique agit sur le passé

    Citation Envoyé par jiherve Voir le message
    C'est tout de même plus extraordinaire que les pyramides en béton!
    JR
    Ca dépend si les pyramides en béton sont des phénomènes antériorécursifs (historiquement parlant lol).

  13. #9
    mtheory

    Re : Choix retardé : quand la mécanique quantique agit sur le passé

    Citation Envoyé par Garion Voir le message
    Ne serait-il pas plus sage de considérer que la particule (électron, photons, ou autre) passe systématiquement par les deux fentes à la fois sous la forme d'une onde et qu'au moment de l'interaction avec les détecteurs il se crée un état qui donne l'illusion qu'elle ne soit passé que par une seule ?
    Bonsoir,
    Non, c'est une idée qui a déjà été proposée il plus de 70 ans pour se sortie des paradoxes de la MQ. Cela ne marche pas ! En fait c'est toute l'idée d'un schéma d'objet classique, que soit onde ou particule, avec des rapports dans l'espace et dans le temps classiques qui est à revoir.
    “I'm smart enough to know that I'm dumb.” Richard Feynman

  14. #10
    creut

    Re : Choix retardé : quand la mécanique quantique agit sur le passé

    si j'ai bien compris, sa veut dire que tout ce qu'on va découvrir dans le futur, les nouveaux moyens de mesures et d'observations surement plus précis, et peut être des phénomènes voir des grandeurs physiques dont nous avons pas encore conscience pourrait changer tout ce qui c'est passer au moment du big bang. On ne pourra donc jamais savoir ce qui s'est passé au moment du big bang si on agit sans cesse sur le passé. Peut-être que si on arrive à l'observer pour le comprendre on pourrait le comprommettre. C'est sa la finalité?
    Sa devient de la philosophie. C'est peut-être sa le rapprochement entre le monde physique que l'on connait et la conscience.
    ça parraît sans limite, soit ceux qui ont fait cette erxpérience ont trop regarder star gate, soit s'est à cause du mec qui a écrit star gate que le big bang est arriver, parce-qu'il a tout écrit.
    Je rigole mais à lire sa qui sait...
    je suis bluffer

  15. #11
    lithium57

    Re : Choix retardé : quand la mécanique quantique agit sur le passé



    Mais qu'est qu'on observerai, si dans l'écran on faisait deux trous pour laisser passer les deux faisceaux d'électrons?

  16. #12
    mach3
    Modérateur

    Re : Choix retardé : quand la mécanique quantique agit sur le passé

    En fait c'est toute l'idée d'un schéma d'objet classique, que soit onde ou particule, avec des rapports dans l'espace et dans le temps classiques qui est à revoir.
    en fait il faut considérer un effondrement instantané de la fonction d'onde à travers tout l'espace n'est-ce pas?

    Petite réflexion : change-t-on réellement le passé? Si on provoque l'effondrement de la fonction d'onde de deux photons provenant d'un quasar (avec une lentille gravitationnelle au milieu), c'est qu'ils n'ont jamais interagi avant de nous atteindre non? sinon leur fonction d'onde serait déjà effondrée depuis belle-lurette, me trompe-je? Donc, si il n'ont interagi avec rien, le fait qu'on effondre leur fonction d'onde maintenant ne changerais pas le passé.

    Qu'en pensez vous?

    m@ch3
    Never feed the troll after midnight!

  17. Publicité
  18. #13
    mtheory

    Re : Choix retardé : quand la mécanique quantique agit sur le passé

    Bonsoir,

    Il ne s'agit pas vraiment de dire que l'on peut modifier le passé à volonté mais que les connexions causales, l'ordre dans l'espace-temps des phénomènes sont beaucoup plus subtils qu'une vision naive pourrait le faire croire. Quel est exactement cet ordre, nous ne le comprenons pas encore même si il semble clair qu'il faille bien renoncer à une vision classique du monde. Il semblerait donc bien que le passé et le futur soit liés d'une façon très étrange, mais cela n'implique pas qu'on puisse changer vraiment le cours des événements passés.
    La mesure directe de la trajectoire des photons dans l'expérience de Wheeler peut très bien se faire avec un détecteur, c'est ce qui se passe dans l'expérience de l'ENS. Donc là, directement, la conscience n'intervient pas.
    Il y a donc une école majoritaire dans le maquis touffu des interprétations de la MQ qui dit que la conscience n'intervient pas dans les phénomènes quantiques. Une autre école de pensée, comprenant des gens comme Wheeler, Wigner et dans un certain sens Von Neuman, se demande si en fait ça ne serait pas le cas.Linde semble pencher vers cette dernière sans se prononcer, comme les autre en fait .
    Mais c'est un beau sujet de réflexion où la science retrouve directement ses racines philosophiques !
    “I'm smart enough to know that I'm dumb.” Richard Feynman

  19. #14
    PopolAuQuébec

    Re : Choix retardé : quand la mécanique quantique agit sur le passé

    Salut

    Sans un compte-rendu détaillé de l'expérience, il est bien difficile de se prononcer (est-ce qu'un tel compte-rendu est disponible quelque part ?).

    Il y a toutefois quelque chose qui me fait tiquer à prime abord :

    C’est là que l’expérience devient stupéfiante. Bien qu’ayant dépassé les deux fentes, c’est le choix de l’observateur qui va déterminer dans le passé par quelle fente le photon a voyagé, par une ou par les deux en même temps !
    Dans une telle expérience, on doit avoir une onde quasi-monochromatique. Une onde monochromatique est étendue à tout l'espace. Comment peut-on alors dire que le photon a déjà dépassé les deux fentes lorsque le choix d'utiliser l'écran ou les télescopes est effectué ? Il me semble que l'on peut dire que le photon a dépassé les deux fentes uniquement après sa détection. Non ?

  20. #15
    mtheory

    Re : Choix retardé : quand la mécanique quantique agit sur le passé

    Citation Envoyé par PopolAuQuébec Voir le message
    Salut

    Sans un compte-rendu détaillé de l'expérience, il est bien difficile de se prononcer (est-ce qu'un tel compte-rendu est disponible quelque part ?).

    Il y a toutefois quelque chose qui me fait tiquer à prime abord :



    Dans une telle expérience, on doit avoir une onde quasi-monochromatique. Une onde monochromatique est étendue à tout l'espace. Comment peut-on alors dire que le photon a déjà dépassé les deux fentes lorsque le choix d'utiliser l'écran ou les télescopes est effectué ? Il me semble que l'on peut dire que le photon a dépassé les deux fentes uniquement après sa détection. Non ?
    Bonsoir, l'article sur l'expérience d'Aspect et Roch est dans la news et c'est en fait elle qui est particulièrement propre.
    “I'm smart enough to know that I'm dumb.” Richard Feynman

  21. #16
    boblafro

    Re : Choix retardé : quand la mécanique quantique agit sur le passé

    Vraiment intéressant cet article! Je l'ai relu trois fois pour bien comprendre mais je n'arrive toujours pas a comprendre pourquoi on dit que
    La conclusion semble inévitable. Bien qu’indivisible, l’électron est passé par les deux fentes à la fois !
    . Merci d'avance pour votre réponse!

  22. #17
    invite73192618

    Re : Choix retardé : quand la mécanique quantique agit sur le passé

    Citation Envoyé par boblafro Voir le message
    Vraiment intéressant cet article! Je l'ai relu trois fois pour bien comprendre mais je n'arrive toujours pas a comprendre pourquoi on dit que
    La conclusion semble inévitable. Bien qu’indivisible, l’électron est passé par les deux fentes à la fois !
    . Merci d'avance pour votre réponse!
    Parce qu'ils interférent

  23. #18
    bardamu

    Re : Choix retardé : quand la mécanique quantique agit sur le passé

    Les électrons et autres « particules » quantiques ne sont en réalité ni des ondes ni des particules mais quelque chose d’autre dont les attributs classiques, trajectoire, vitesse, localisation, n’apparaissent qu’en fonction du dispositif expérimental donné.
    (...)
    Bien qu’ayant dépassé les deux fentes, c’est le choix de l’observateur qui va déterminer dans le passé par quelle fente le photon a voyagé, par une ou par les deux en même temps !
    Je me permet quelques critiques à cette présentation (rapport à mon hobby épistémologique...).

    Il est contradictoire de dire qu'en quantique on ne parle ni d'onde ni de particule (corpuscule) et de continuer à faire une interprétation des expériences en ces termes.
    Le choix de l'observateur ne détermine pas "par quelle fente le photon a voyagé", vu qu'il n'y a pas vraiment de notion de trajectoire et, comme il est dit, que la localisation n'apparaît qu'en fonction du système expérimental (contextualisme de la quantique).

    Le choix de l'observateur détermine les probabilités qu'un détecteur récupère un signal ou pas.
    mtheory me corrigera, mais a priori, la probabilité sera de 50/50 si on n'a que les 2 détecteurs et suivra une distribution d"'interférence" dans le cas d'une surface d'écran.
    L'inférence entre détection par 1 détecteur et passage par une fente reste sur une métaphore de trajectoire qui ne correspond pas au formalisme. On parle d'information "which way" pour ce type d'expérience, mais on pourrait se demander si ça n'entretient pas de malheureuses équivoques.

    L'étonnant serait en fait qu'un système à 2 détecteurs induise des réponses différentes d'un système à écran.
    Ca ne l'est pas du point de vue d'une causalité strictement empiriste (2 configurations instrumentales = 2 gammes d'effets différents), ça l'est plus dès lors qu'on introduit une séparation causale spatio-temporelle entre les éléments du système.

    On peut se poser ensuite quelques questions :
    - approche épistémique vs approche physicaliste : dans quelle mesure la non-localité (ou la non-séparabilité) est à rechercher dans une configuration instrumentale/informationnelle (conditions d'effectuation d'une mesure), plutôt que dans des interactions physiques (variables cachées, "transactional interpretation") entre parties séparées spatio-temporellement ?
    - dans quelle mesure peut-on généraliser les systèmes de laboratoire où sont maîtrisés tous les éléments à des systèmes naturels : comment établit-on le vecteur d'état d'un système quasar-lentille graviationnelle-télescopes ? quels sont les présupposés ?

    En résumé : parler de causalité spatio-temporelle ("à partir d’une « particule quantique » (...) il y a 13,7 milliards d’année, c’est justement le fait qu’il y aurait plus tard des systèmes classiques collecteurs d’informations") alors que ces questions semblent de plus en plus ne pas en relever, me semble inapproprié, et l'appliquer sans précaution à n'importe quel système n'est par forcément justifié.
    Ethica, IV, 43 : Titillatio excessum habere potest et mala esse.
    Spinoza

  24. Publicité
  25. #19
    FC05

    Re : Choix retardé : quand la mécanique quantique agit sur le passé

    Pour reformuler une question du post précédent (enfin je crois qu'elle y est par ce que je n'ai pas tout compris), l'écran est un détecteur placé après les fentes ... Pourquoi n'a-t-il pas les mêmes effets que d'autres types de détecteurs ?
    Simplement car il n'est pas capable de "savoir" d'où viennent les électrons ?
    "La réalité c'est ce qui reste quand on refuse d'y croire" P.K. Dick

  26. #20
    mtheory

    Re : Choix retardé : quand la mécanique quantique agit sur le passé

    Hello!

    Citation Envoyé par bardamu Voir le message
    Je me permet quelques critiques à cette présentation (rapport à mon hobby épistémologique...).

    Il est contradictoire de dire qu'en quantique on ne parle ni d'onde ni de particule (corpuscule) et de continuer à faire une interprétation des expériences en ces termes.
    Je ne vois pas pourquoi, c'est l'essence même de la complémentarité de Bohr et du sens physique des inégalités de Heisenberg. Notre physique est au minimum une description de ce qui est directement observable, même si elle introduit des concepts qui ne sont pas directement observables et qu'elle établit des liens entre les phénomènes en sortant d'un cadre simplement phénoménologique. On admet que des synthèses à priori anticipant l'expérience soient possibles et qu'une unification des phénomènes soit elle aussi possible parce que d'une certaine façon il existe jusqu'à un certain point une harmonie pré-établie entre notre esprit et les lois de l'Univers. En tant qu'observateur classique, nous définissons les phénomènes par le fait de pouvoir échanger de l'énergie, de l'impulsion, du moment cinétique et de l'information avec nos instruments de mesures qui sont classiques. Par exemple on définit un champ électrique par sa capacité à exercer une force sur une charge test en un point de l'espace. Un champ de température se mesure par sa capacité à dilater un morceau de matière, la lumière à mettre en mouvement des électrons etc...Donc à chaque fois transfert d'énergie etc...sur une "sonde". Ces instruments de mesures sont classiques, ils doivent être décrits par de la physique classique et servent d'interfaces entre le monde quantique et le monde classique. Cela explique donc que la formulation de la MQ soit schizophrénique car tout en indiquant qu'il existe un substratum des phénomènes au-delà de l'espace et du temps elle incorpore la description classique des instruments de mesures. C'est pour cela qu'on parle d'observables pour les variables de la MQ, en tant qu'observateur classique toute notre description des phénomènes et de leur dynamiques dans l'espace et le temps est implicitement celle du mouvement d'un système discret ou continu de particules tests : c'est la description particule ou onde. En réalité il n'y a ni onde ni particule mais ces concepts doivent être associés tout en se limitant eux-mêmes dans le formalisme. Le terme observable reprend donc le fait, sans obligatoirement renvoyer à un interprétation positiviste de Bohr et Heisenberg comme on l'a trop souvent mal compris, que les phénomènes sont définis par un schéma d'ondes et de particules dans l'espace-temps au niveau de l'observation mais qu'ils renvoient a des lois qui ne découlent pas d'un schéma d'ondes et de particules dans l'espace-temps. Si on le fait on aboutit à des contradictions!
    Les inégalités de Heisenberg sont alors un moyen efficace de continuer à se faire une "image" des processus physiques élémentaires dans un sens proche de la physique classique, de construire et d'analyser les phénomènes et les lois en prenant appui sur le monde classique en correspondance avec le monde quantique tout en mettant sous contrôle le fait qu'il n'y a ni onde ni corpuscule et que le réel fondamentale est au delà de l'espace et du temps.







    Le choix de l'observateur ne détermine pas "par quelle fente le photon a voyagé", vu qu'il n'y a pas vraiment de notion de trajectoire et, comme il est dit, que la localisation n'apparaît qu'en fonction du système expérimental (contextualisme de la quantique).
    Il y a effectivement une ambiguité, en principe cependant avec l'expérience suivant Wheeler les télescopes voient le photon "sortir" d'une des fentes! Cette expérience ne différe de l'expérience classique que par le choix retardé mais les résultats finals se comportent comme dans le cas non retardé.



    Le choix de l'observateur détermine les probabilités qu'un détecteur récupère un signal ou pas.
    mtheory me corrigera, mais a priori, la probabilité sera de 50/50 si on n'a que les 2 détecteurs et suivra une distribution d"'interférence" dans le cas d'une surface d'écran.
    L'inférence entre détection par 1 détecteur et passage par une fente reste sur une métaphore de trajectoire qui ne correspond pas au formalisme. On parle d'information "which way" pour ce type d'expérience, mais on pourrait se demander si ça n'entretient pas de malheureuses équivoques.
    Je suis d'accord partiellement, en fait tout cela est très délicat. L'objection que tu soulèves mérite effectivement examen. Pour le moment je crois que cela ne change pas l'interprétation de Wheeler mais je ne suis pas sûr. Et puis je suis très loin d'être un expert des interprétations de la MQ





    En résumé : parler de causalité spatio-temporelle ("à partir d’une « particule quantique » (...) il y a 13,7 milliards d’année, c’est justement le fait qu’il y aurait plus tard des systèmes classiques collecteurs d’informations") alors que ces questions semblent de plus en plus ne pas en relever, me semble inapproprié, et l'appliquer sans précaution à n'importe quel système n'est par forcément justifié.
    Tout à fait, Wheeler et ceux qui le suivent sont là presque dans la métaphysique. Ce n'est pas à prendre pour argent comptant et il faut rester très prudent. Mais comme le fait remarquer Linde dans son article, la physique pourrait bien avoir à considérer sérieusement cette possibilité.
    “I'm smart enough to know that I'm dumb.” Richard Feynman

  27. #21
    mtheory

    Re : Choix retardé : quand la mécanique quantique agit sur le passé

    Citation Envoyé par FC05 Voir le message
    Pour reformuler une question du post précédent (enfin je crois qu'elle y est par ce que je n'ai pas tout compris), l'écran est un détecteur placé après les fentes ... Pourquoi n'a-t-il pas les mêmes effets que d'autres types de détecteurs ?
    Simplement car il n'est pas capable de "savoir" d'où viennent les électrons ?
    Un télescope donne une image de la lumière sortant d'une des fentes. Le détecteur enregistre juste une figure d'interférence sur l'écran, il ne donne aucune indication sur le passage d'un photon au travers d'une des fentes si aucun autre dispositif pour observer une trajectoire n'a été utilisé. Dans ce dernier cas le détecteur enregistrerait des impacts se répartisant selon le modèle purement corpusculaire,comme dans le deuxième schéma de l'article.
    “I'm smart enough to know that I'm dumb.” Richard Feynman

  28. #22
    acropole

    Re : Choix retardé : quand la mécanique quantique agit sur le passé

    Bonjour,
    Je suis plutot étonné de ces histoire de "conscience".
    Ca donne l'impression qu'un observateur conscient va modifier l'histoire d'un photon venant d'un quasar par l'observation de celui-ci. Mais le photon qui vient du même quasar et qui va s'écraser sur la planète Mars ? Le fait qu'il soit "observé" par un cailloux sans aucune conscience change le resultat ?

    En suite, l'article parle de choix retardé. Comme si le fait que l'observateur peux choisir l'un ou l'autre et donc modifier le passé. Mais l'observateur a-t-il réèlement le choix ? Ne serait'il pas possible que le photon soit "étendu" dans le temps. c'est a dire qu'au moment où il est émis l'observation est déjà déterminée ?
    Si on prend l'exemple d'une spline (une courbe en image de synthèse) tous les points de la courbe dépendent les uns des autres. Si cette courbe est une ligne de temps on peux imaginer que le temps ne soit pas une succession d'évennement qui va du passé (existant) pour avancer dans du vide mais que le présent est autant déterminé par le passé que par le futur. C'est a dire que les trois évennement (émission, passage dans la fente et observation) sont innévitables et liés a tout moment ?
    Cette hypothèse est peut être totalement absurde.

  29. #23
    mach3
    Modérateur

    Re : Choix retardé : quand la mécanique quantique agit sur le passé

    Ne serait'il pas possible que le photon soit "étendu" dans le temps. c'est a dire qu'au moment où il est émis l'observation est déjà déterminée ?
    En effet, si on se place (ce qui est plutot bancal de ce que je me souviens) dans le référentiel du photon, le temps ne s'écoule pas donc son émission, son trajet et son observation se passe "au meme moment" pour lui... Cependant ce raisonnement ne fonctionne pas dans le cas où la particule est un electron, qui lui ne va pas à la vitesse de la lumière...

    m@ch3
    Never feed the troll after midnight!

  30. #24
    mtheory

    Re : Choix retardé : quand la mécanique quantique agit sur le passé

    Citation Envoyé par acropole Voir le message
    Bonjour,
    Je suis plutot étonné de ces histoire de "conscience".
    Ca donne l'impression qu'un observateur conscient va modifier l'histoire d'un photon venant d'un quasar par l'observation de celui-ci. Mais le photon qui vient du même quasar et qui va s'écraser sur la planète Mars ? Le fait qu'il soit "observé" par un cailloux sans aucune conscience change le resultat ?
    Bonjour,
    La question que pose certains des plus grands physiciens à propos de la MQ est effectivement si la conscience joue un rôle dans la structure du monde physique. Selon Wheeler, oui la trajectoire du photon émit par le quasar est déterminé par le type d'observation qui sera faite sur lui dans le future, mais pas obligatoirement par un détecteur humain. Reste quand même qu'au bout du compte c'est un être conscient qui choisit le type de mesure qu'il va faire sur le photon et donc c'est un choix humain qui déterminer le passage du photon selon deux ou un seul trajet. Qu'est-ce que ça peut bien vouloir dire, c'est justement le problème. Non l'absorption par un cailloux sur Mars n'influe pas ou plutôt si mais en laissant le photon passé par deux trajectoires.


    En suite, l'article parle de choix retardé. Comme si le fait que l'observateur peux choisir l'un ou l'autre et donc modifier le passé. Mais l'observateur a-t-il réèlement le choix ? Ne serait'il pas possible que le photon soit "étendu" dans le temps. c'est a dire qu'au moment où il est émis l'observation est déjà déterminée ?
    Si on prend l'exemple d'une spline (une courbe en image de synthèse) tous les points de la courbe dépendent les uns des autres. Si cette courbe est une ligne de temps on peux imaginer que le temps ne soit pas une succession d'évennement qui va du passé (existant) pour avancer dans du vide mais que le présent est autant déterminé par le passé que par le futur. C'est a dire que les trois évennement (émission, passage dans la fente et observation) sont innévitables et liés a tout moment ?
    Cette hypothèse est peut être totalement absurde.
    Non, c'est justement ce que ça implique d'une certaine façon cette expérience, il y a une sorte de non localité dans le temps et l'ordre causal n'est pas toujours celui que l'on croit passé---> futur apparemment.
    “I'm smart enough to know that I'm dumb.” Richard Feynman

  31. Publicité
  32. #25
    spoutrain

    Lightbulb Re : Choix retardé : quand la mécanique quantique agit sur le passé

    Bonjour à tous !

    J'ai une expérience à vous proposer !

    Au lieu de 2 petits trous, considérons maintenant une matrice de petits trous. On y fait passer des électrons comme dans l'autre expérience, selon les mêmes conditions.

    Si j'ai bien compris, c'est l'observateur qui va décider de ce qui s'est passé, et ce bien après que tous les électrons aient fini leur chemin.

    Donc, si un observateur A décide qu'une forme X (Un smiley par exemple) s'est dessiné, il aura raison. Et si un observateur B décide qu'une forme Y (Une fleur par exemple) s'est dessinée, il aura aussi raison !!

    Aller, à vos pupitres, il y a quelque chose à vérifier là !! Et surtout, montrez moi le résultat, j'aimerais y voir ce que je veux ( )

    Bonne Journée !

  33. #26
    jimix

    Re : Choix retardé : quand la mécanique quantique agit sur le passé

    Bonjour à tous !

    J'ai une petite question qui me turlupine avec cette experience de double-fente :

    L'experience de Young montre qu'en envoyant des particules (photons ou electrons) les unes APRES les autres à travers ces fentes on obtient à l'écran une fonction d'onde (franges d'interférences etc...) avec tous les problèmes intellectuels que ça occasionne ! jusque là tout vas bien.....
    Alors voici ma question : y a-t-il un intervalle de temps maximum entre chaque envois de particule pour obtenir cette fonction d'onde ? expliqué autrement : j'envoies un photon aujourd'hui....je ne touche pas à mon dispositif...et demain je balance à nouveau un photon....etc etc pendant plusieurs jours.....est-ce que j'obtiendrai au final sur l'écran une fonction d'onde ?? ou alors mes particules se comporteront (enfin) normalement comme des éléments ponctuels ?.

    Merci de vos réponses !

  34. #27
    acropole

    Re : Choix retardé : quand la mécanique quantique agit sur le passé

    Citation Envoyé par mach3 Voir le message
    Cependant ce raisonnement ne fonctionne pas dans le cas où la particule est un electron, qui lui ne va pas à la vitesse de la lumière...
    Ok, donc si le photon à une étendue "infinie" dans le temps et l''électron non, je me pause une autre question. Est ce que l'étendu de l'électron est nulle ? A priori, si j'ai plus ou moins bien compris les histoire de vitesse et de relativité, l'étendu dans le temps dépend de la vitesse. Plus l'électron va vite, plus il est étendu, mais sans jamais atteindre l'étendue d'un photon.
    Mais, dans ce cas là (et je crois que ce n'est pas précisé dans l'article) la vitesse de l'éelectron et la distance qui séparre l'éméteur et le recepteur sont importante ?
    Par exemple si l'électron va a une vitesse qui lui donne une étendue de 2 secondes dans le temps et qu'il parcour le dispositif en 1 seconde ou en 3 secondes les effets observés sont ils différents ?

  35. #28
    bigarreau

    Re : Choix retardé : quand la mécanique quantique agit sur le passé

    bonjour,
    désolé d'être lourd, mais quelqu'un peut m'expliquer:

    C’est là que l’expérience devient stupéfiante. Bien qu’ayant dépassé les deux fentes, c’est le choix de l’observateur qui va déterminer dans le passé par quelle fente le photon a voyagé, par une ou par les deux en même temps !

    si on se met en T1 on voit que le photon est passé en T2? ou quoi d'autre? que voit on au moment où on fait cette experience.
    merci de votre aide

  36. #29
    mtheory

    Re : Choix retardé : quand la mécanique quantique agit sur le passé

    Citation Envoyé par bigarreau Voir le message
    bonjour,
    désolé d'être lourd, mais quelqu'un peut m'expliquer:

    C’est là que l’expérience devient stupéfiante. Bien qu’ayant dépassé les deux fentes, c’est le choix de l’observateur qui va déterminer dans le passé par quelle fente le photon a voyagé, par une ou par les deux en même temps !

    si on se met en T1 on voit que le photon est passé en T2? ou quoi d'autre? que voit on au moment où on fait cette experience.
    merci de votre aide
    Bonjour, T1 ou T2 enregistre l'image du photon passant par la fente 1 pour T1 ou 2 pour T2. La trajectoire est donc bien fixée par l'observation future. Je rappelle qu'étant donné la vitesse de la particule, photon ou électron ou même fullerène, on s'arrange pour choisir l'écran ou les télescopes (en abaissant l'écran cf schéma) APRES que le passage à travers les fentes se soit produit et donc en théorie sans qu'un choix ait été effectué à ce moment là.
    “I'm smart enough to know that I'm dumb.” Richard Feynman

  37. #30
    BBFaïta

    Re : Choix retardé : quand la mécanique quantique agit sur le passé

    Citation Envoyé par mtheory Voir le message
    Les tenants de la théorie de David Bohm ont une interprétation un peu plus terre à terre mais ça reste quand même très étrange !
    Bonsoir,
    sauf erreur l'interprétation Bohmienne de la MQ est elle aussi déterministe.
    (petite "pique" sympa pour Gillesh38 )

Page 1 sur 5 12 3 4 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Physique sur le web - Mécanique Quantique
    Par bashad dans le forum Lectures scientifiques
    Réponses: 0
    Dernier message: 21/10/2007, 19h27
  2. Physique sur le web - Mécanique Quantique
    Par Lévesque dans le forum Physique
    Réponses: 12
    Dernier message: 13/09/2006, 22h07
  3. Question sur la mécanique quantique
    Par abuzin dans le forum Physique
    Réponses: 1
    Dernier message: 07/05/2006, 12h28
  4. Réponses: 24
    Dernier message: 11/02/2006, 03h49
  5. Explication sur la mécanique quantique
    Par Pierre-Yves dans le forum Physique
    Réponses: 65
    Dernier message: 29/01/2005, 10h24