Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 14 sur 14

Un moustique génétiquement modifié pour lutter contre le paludisme




  1. #1
    RSSBot

    Un moustique génétiquement modifié pour lutter contre le paludisme

    Un groupe de chercheurs du Department of Molecular Microbiology and Immunology de l'université Johns Hopkins (Baltimore - USA) a réussi à créer un moustique génétiquement modifié dans l'espoir qu'il pourrait un jour aider à contenir la propagation du...

    Lire la suite : Un moustique génétiquement modifié pour lutter contre le paludisme

  2. Publicité
  3. #2
    Roy Callaghan

    Re : Un moustique génétiquement modifié pour lutter contre le paludisme

    Ouais relacher un insecte genetiquement modifie dans la nature, je doute que ca se fasse. Meme si on relache bien des vegetaux genetiquement modifies, je n'ai pas connaissance d'animaux genetiquement modifies, qui ne soient sous controle. Mis a part les petites levures ou les bacteries qui partent dans les eviers pleines de resistances aux antibiotiques.

  4. #3
    Ryuujin

    Re : Un moustique génétiquement modifié pour lutter contre le paludisme

    parti comme c'est, la question du contrôle ne se pose même pas : le transgène est un désavantage sélectif énorme.

    Le problème, ça serait plutôt l'influence réelle de la chose, car si c'est pour avoir 1 moustique sur 10000 qui résiste, quel est l'intérêt ?


  5. #4
    invite765732342432
    Invité

    Re : Un moustique génétiquement modifié pour lutter contre le paludisme

    Citation Envoyé par Ryuujin Voir le message
    parti comme c'est, la question du contrôle ne se pose même pas : le transgène est un désavantage sélectif énorme.

    Le problème, ça serait plutôt l'influence réelle de la chose, car si c'est pour avoir 1 moustique sur 10000 qui résiste, quel est l'intérêt ?
    Je crois que tu as arrété ta lecture un peu tôt:
    De nouvelles recherches ont abouti à la mise au point d'un transgène mieux adapté qui, introduit dans une population de moustiques nourris sur des souris non infectées, non seulement confère aux insectes une résistance au Plasmodium, mais entraîne aussi une fécondité plus élevée et une mortalité inférieure. Ainsi, des recherches menées sur deux populations égales en nombre de moustiques "normaux" et de moustiques génétiquement modifiés ont abouti, après neuf générations, à un taux global d'individus résistants de 70%.

  6. #5
    Ryuujin

    Re : Un moustique génétiquement modifié pour lutter contre le paludisme

    ah, oui effectivement, j'avais mal lu.

    Ca va être coton d'estimer le risque de ce système...

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    Démostène

    Question Re : Un moustique génétiquement modifié pour lutter contre le paludisme

    Citation Envoyé par Ryuujin Voir le message
    ah, oui effectivement, j'avais mal lu.

    Ca va être coton d'estimer le risque de ce système...
    Salut,
    Mode on/
    Vi, encore un cadeau de la transgénie !
    Mode off/
    Quelles autres modifications ce moustique pourrait-il amener dans un écosystème ?

    @+
    " Devant l'homme, la forêt, derrière, le désert" Chat-tôt-brillant.

  9. #7
    Ryuujin

    Re : Un moustique génétiquement modifié pour lutter contre le paludisme

    en l'occurence, c'est pas trop l'écosystème le problème, ce sont les populations de moustiques.

    C'est bien gentil ça, mais comment elles vont évoluer à terme ?
    On parle bien de moustiques à plus forte natalité, et à plus faible mortalité ; cad aux populations plus difficiles à contrôler.

  10. Publicité
  11. #8
    Démostène

    Talking Re : Un moustique génétiquement modifié pour lutter contre le paludisme

    Citation Envoyé par Ryuujin Voir le message
    en l'occurence, c'est pas trop l'écosystème le problème, ce sont les populations de moustiques.

    C'est bien gentil ça, mais comment elles vont évoluer à terme ?
    On parle bien de moustiques à plus forte natalité, et à plus faible mortalité ; cad aux populations plus difficiles à contrôler.
    Salut,
    Mode on/
    C'est pas grave, après on inventera un super-prédateur transgénique pour éliminer les populations immenses de moustiques ayant envahi la planète !
    Mode off/
    @+
    " Devant l'homme, la forêt, derrière, le désert" Chat-tôt-brillant.

  12. #9
    invité576543
    Invité

    Re : Un moustique génétiquement modifié pour lutter contre le paludisme

    Bonjour,

    Citation Envoyé par Ryuujin Voir le message
    C'est bien gentil ça, mais comment elles vont évoluer à terme ?
    On parle bien de moustiques à plus forte natalité, et à plus faible mortalité
    En différentiel uniquement, par comparison entre les deux types au sein d'une population mixte. Il n'y a pas de raison immédiate permettant de penser que la natalité/mortalité sur la population totale normaux+transgènes soit modifiée. La population totale de moustique est déterminée par les facteurs externes, sources de nourriture, prédateurs, etc... pas par la résistance ou non au plasmodium, il me semble.


    ; cad aux populations plus difficiles à contrôler.
    Pourquoi? Si la taille de la population totale est déterminée par les facteurs externes, le problème du contrôle est inchangé, non?

    Cordialement,

  13. #10
    REMASY

    Thumbs down Essayez de mieux transmettre l'info...

    Citation Envoyé par RSSBot Voir le message
    Un groupe de chercheurs du Department of Molecular Microbiology and Immunology de l'université Johns Hopkins (Baltimore - USA) a réussi à créer un moustique génétiquement modifié dans l'espoir qu'il pourrait un jour aider à contenir la propagation du...

    Lire la suite : Un moustique génétiquement modifié pour lutter contre le paludisme
    Bonjour,

    J'ai peur que les rédacteurs de l'article ait mal interprété l'article original dans PNAS...
    En effet, lorsque les souris sont infectés, les moustiques trangéniques prennent le dessus. En revanche, lorsque les souris ne sont pas infectés, et que l'on réalise le passage de 9 générations de moustique sur ces souris, alors, la proportion de 50/50 du début se retrouve à la fin... Conclusion, c'est le P. bergei qui entraine une baisse de compétitivité des moustique femelles (ici A. stephensi) et pas le transgène qui entraine une augmentation de la compétitivité. Le transgène seul, semble neutre de ce côté là...
    1°point d'interogation : il y a un problème d'extrapolation de ce système Souris-An.stephensi-P.bergei au système Homme-An.gambiae-P.falciparum. Est ce que ce transgène sur An. gambiae va fonctionner avec P. falciparum? Pas si sûr...
    2° point d'interrogation : les moustiques dit sauvage sont en réalité des moustiques d'elevages ayant un nombre de génération très important depuis leur capture en milieu sauvage. Qu'en serait d'une compétition vis à vis de moustiques réellement sauvage.
    3° point d'interogation : le fait que les moustiques transgéniques n'aient pas d'avantage selectif sur les moustiques sauvages non contaminés. En effet dans les zones de très forte transmission du paludisme, avec des taux de transmission de l'ordre de 1000 piqûres infestantes par homme et par an, l'indice sporozoïtique (i.e. la proportion de moustique potentiellement infectant) ne dépasse que très rarement les 5% et est le plus souvent vers 1%. De ce fait, dans la nature, l'avantage des moustiques transgéniques se trouve fortement dilué, les moustiques transgéniques n'auraient donc aucun avantage vis à vis de 99% des moustiques sauvages...
    4° Dans la nature, la selection ne se fait pas que dans des conditions d'un insectarium dans lequel la température et l'hygrométrie sont constante, l'eau des gîtes larvaires bien propres avec de la nourriture bien saine (on leur donne de la nourriture pour poisson en aquarium), absence de prédateurs et les distances à parcourir sont ultra faibles... Comment le transgène agit-il sur le vol, la mobilité des larves, la résistance aux différences de températures, aux variations d'apport alimentaire (notemment dans les gîtes larvaires)... Tout ces points doivent être étudiés.
    5° enfin, le paludisme, n'est en Afrique (soit 90% de la mortalité de cette maladie) par transmis que par une seule espèce d'anophèle. A certains endroits on peut avoir la cohabitation entre une espèce vectrice principales (le plus souvent An. gambiae s.s.) et plusieurs espèces secondaires (An. nili, An. arabiensis, An. mascarensis, etc...)... Voire deux espèces principales (An. funestus et An. gambiae s.s. souvent en alternance) et des espèces secondaires... Dans ce cas, il faut non pas faire une espèce transgénique mais plusieurs espèces transgéniques...
    Si l'on rajoute par dessus le marché les interogations sur les transgèniques dans la nature... Ca fait beaucoup...

    Maintenant, petit clin d'oeil aux rédacteurs, quand vous parlez de paludisme, les moustiques transmetteurs sont des anophèles femelles, donc ne mettez pas une image d'Aedes aegyptii...

  14. #11
    REMASY

    Re : Un moustique génétiquement modifié pour lutter contre le paludisme

    Citation Envoyé par Ryuujin Voir le message
    en l'occurence, c'est pas trop l'écosystème le problème, ce sont les populations de moustiques.

    C'est bien gentil ça, mais comment elles vont évoluer à terme ?
    On parle bien de moustiques à plus forte natalité, et à plus faible mortalité ; cad aux populations plus difficiles à contrôler.
    Jsutement l'article de futura Science a mal retransmis l'article original dans PNAS... Comme je l'ai dis précédement ce transgène, dans les conditions de l'insectarium et sur An. stephensi avec P. bergei, ne donne aucun avantage sélectif sauf si les moustiques non transgénique sont infectés par le Plasmodium... Dans la nature, seul 1% (exceptionnellement jusqu'à 5%) des moustiques sont infectés par un Plasmodium... L'avantage selectif est donc nul.

  15. #12
    REMASY

    Lightbulb Re : Un moustique génétiquement modifié pour lutter contre le paludisme

    Citation Envoyé par mmy Voir le message
    Bonjour,



    En différentiel uniquement, par comparison entre les deux types au sein d'une population mixte. Il n'y a pas de raison immédiate permettant de penser que la natalité/mortalité sur la population totale normaux+transgènes soit modifiée. La population totale de moustique est déterminée par les facteurs externes, sources de nourriture, prédateurs, etc... pas par la résistance ou non au plasmodium, il me semble.




    Pourquoi? Si la taille de la population totale est déterminée par les facteurs externes, le problème du contrôle est inchangé, non?

    Cordialement,
    Effectivement, autant Plasmodium falciparum exerce une pression selective importante sur les populations humaines, autant il n'exercerait pas une très grande pression selective sur les populations d'anophèles... L'être humain, les prédéteurs, et l'environement en général exerce, eux une pression selective beaucoup plus grande.
    Donc si on veut remplacer les populations sauvages par des populations transgéniques, il faudrait dans le cas où on a pas de différence au niveau de la sensibilité à l'environement, il faudrait relacher 5 ou 6 fois plus de mâle transgénique qu'il y aurait de male sauvage pour être sûr que le transgène s'intègre totalement dans la population. Ceci est envisageable dans un système insulaire comme celui des Comores, mais en aucun cas au système d'Afrique Centrale... Il faudrait donc un moustique qui non seulement soit refractaire à la transmission du paludisme mais en plus un avantage selectif concéquent dans des conditions naturelles (qui par exemple vie plus longtemps, qui est resistant à un insecticide particulier, etc, etc...)...
    Après il faut discuter des concéquences environementales de telles mesures.
    Mais il ne faut pas oublier de mettre dans la balance le fait qu'en Afrique cette maladies non seulement tue 1,5 millions de personnes par an (dont principalement des enfants et des femmes enceintes) mais en plus entraine dans le reste de la population une morbidité accrue, source de sous developpement. On estime la perte du PIB de l'Arfique subsaharienne de 1,3% de point de croissance par ans. Ce qui cumulé depuis 1960 représente des centaines de milliards de dollards... De quoi rembourser la dette...
    Bref le poid humain du paludisme est CONSIDERABLE en Afrique, alors il faut bien peser les concéquences environementale, mais quelque dégât colatéraux peuvent être accepté, tout depend de leur importance réelle.

  16. #13
    Ryuujin

    Re : Un moustique génétiquement modifié pour lutter contre le paludisme

    ah, ok, dans ce cas l'article est vraiment à revoir ; à le lire on a l'impression que le moustique transgénique a un avantage sélectif important par rapport aux moustiques non transgéniques.

    Quelqu'un a le lien vers la publi, ou ses références svp ?

  17. #14
    invité576543
    Invité

    Re : Un moustique génétiquement modifié pour lutter contre le paludisme

    En fouillant sur http://www.pnas.org/, on le trouve en une recherche...

    http://www.pnas.org/cgi/content/abst...urcetype=HWCIT

    Cordialement,

Discussions similaires

  1. Demain le HGM (Homme Génétiquement Modifié)?
    Par paulb dans le forum Éthique des sciences
    Réponses: 185
    Dernier message: 19/11/2010, 14h05
  2. L'Union européenne approuve trois lignées de maïs génétiquement modifié
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 3
    Dernier message: 05/07/2009, 22h58
  3. La déforestation pour lutter contre le réchauffement ?
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 27
    Dernier message: 23/04/2007, 22h00
  4. Premier essai d'orge génétiquement modifié autorisé en Allemagne
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 2
    Dernier message: 13/05/2006, 22h21
  5. SARS: un virus modifié génétiquement?
    Par Solitonique dans le forum Actualités
    Réponses: 23
    Dernier message: 24/08/2004, 17h16