Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 6 sur 6

Actu - Bourget 2007 : l'hélicoptère souffle ses cent bougies




  1. #1
    RSSBot

    Actu - Bourget 2007 : l'hélicoptère souffle ses cent bougies

    A l'occasion du Bourget, salon de l'Aéronautique et de l'Espace qui ouvre ses portes ce lundi aux visiteurs, nous ne pouvions manquer d'évoquer l'hélicoptère, cette invention qui nous paraît tellement contemporaine, et qui pourtant fête cette année ses cent bougies. Mais ce que l'on sait moins, c'est que ce moyen de locomotion a été inventé presque simultanément en trois endroits différents par trois pionniers, tous Français.L'idée et le principe du vol stationnaire au moyen d'une voilure rotative remonte pratiquement à l'aube de la civilisation, puisque la première représen...

    Lire la suite : Bourget 2007 : l'hélicoptère souffle ses cent bougies
    Les actualités Futura-Sciences

  2. Publicité
  3. #2
    Energy Balance

    Re : Actu - Bourget 2007 : l'hélicoptère souffle ses cent bougies

    "Enfin, un technicien de Peugeot, Etienne Oehmichen (qui inventera et mettra au point le principe d'autorotation, permettant à un hélicoptère de planer en cas d'avarie), y réalisera le 4 mai de la même année le premier kilomètre en circuit fermé tant convoité. L'hélicoptère, dès lors, pouvait prendre son essor."
    Ce n'est pas un technicien mais un ingénieur de Centrale.(ECP)
    C'est Raoul Pateras-Pescara de Castelluccio (1890 - 1966) qui proposa ses véritables hélicoptères (Larousse de 1922 à 1946 comme pouvant pratiquer l'autorotation. Voir www.pateras-pescara.net et www.helicoptere-pescara.com Voir WIKIPEDIA.

  4. #3
    Energy Balance

    Re : Actu - Bourget 2007 : l'hélicoptère souffle ses cent bougies

    Le 4 mai 1924 M. E. Oehmichen a effectué un kilomètre fermé (prix de 10000 fr de l'Aéroclub de France décidé en mars 1923) avec son laboratoire volant n°2 équipé de 12 hélices réparties dans les 3 axes de direction. Les dictionnaires Larousse définissent le mot hélicoptère inventé par M. Ponton d'Amécourt en 1861. Depuis 1922 jusqu'à 1944 le mot hélicoptère est illustré par l'hélicoptère "Système Pescara"
    www.pateras-pescara.net et la lettre de 3AF de novembre 2009.


  5. #4
    Energy Balance

    Re : Actu - Bourget 2007 : l'hélicoptère souffle ses cent bougies

    Citation Envoyé par Energy Balance Voir le message
    "Enfin, un technicien de Peugeot, Etienne Oehmichen (qui inventera et mettra au point le principe d'autorotation, permettant à un hélicoptère de planer en cas d'avarie), y réalisera le 4 mai de la même année le premier kilomètre en circuit fermé tant convoité. L'hélicoptère, dès lors, pouvait prendre son essor."
    Ce n'est pas un technicien mais un ingénieur de Centrale.(ECP)
    C'est Raoul Pateras-Pescara de Castelluccio (1890 - 1966) qui proposa ses véritables hélicoptères (Larousse de 1922 à 1946 comme pouvant pratiquer l'autorotation. Voir www.pateras-pescara.net et www.helicoptere-pescara.com Voir WIKIPEDIA.
    Il faut attendre 1926 avec la construction de son appareil n°3 présenté en 1928 que M. E. Oehmichen réalisa un monohélicoptère. Il donna de piètres résultats.
    Son appareil N°1 était de type Cornu avec un balon Zodiac installé perpendiculairement dans le haut du chassi. Le n°2 était un laboratoire volant équipé de 12 hélices dans les 3 axes. L'autorotation n'équipe pas ses appareils.

  6. #5
    Energy Balance

    Re : Actu - Bourget 2007 : l'hélicoptère souffle ses cent bougies

    Analyse non exhaustive des évènements des années 1923 et 1924 qui ont amené la presse à mettre en concurrences les appareils Oehmichen et Pescara.
    Intéressant d’analyser les documents de l’époque du concours de 10000 FF pour hélicoptères organisé par l’Aéroclub de France officiellement après le premier mars 1923.
    texte dans l’aérophile du 1er-15 avril 1923
    « un prix de 10.000FF offert par l’Aéro-club de France sera attribué au premier hélicoptère monté qui aura franchi une distance en circuit fermé de 1 Km, à une hauteur au-dessus du sol d’au moins 1 m.
    L’épreuve aura lieu en France continentale.
    Elle est ouverte internationale, sauf aux concurrents appartenant à un pays ayant été en guerre avec la France, de 1914 à 1918.
    Les conditions de l’épreuve prévoient la définition de la zone de départ qui est figurée par un cercle tracé sur le sol de 10 m de rayon ayant pour centre la projection du siège du pilote ; la hauteur d’évolution est contrôlée à l’aide d’un cordeau lesté d’un poids de 2 kg fixé en un point d’une verticale passant par le siège du pilote.
    Le poteau sera fixé à 500 m du centre du cercle dans une direction indiquée par le concurrent ; l’appareil devra virer autour du poteau et revenir atterrir, sans aucune avarie, dans la zone de départ. »
    M. E. Oehmichen raconte dans l’Aérophile du 1er au 15 mai 1924 qu’il ne respecta pas le règlement du concours car son terrain de 500 mètres était trop dangereux. Il réalisa un triangle au lieu d’un aller et retour devant le capitaine de marine Chollat.
    Cet envoyé du STAé a certainement laissé un rapport qui détermina l’octroie du prix !
    Les appareils en compétition sont très différents. Le laboratoire volant n°2 de M. E. Oehmichen ne trouve pas sa place dans la définition du mot hélicoptère inventé en 1861. confirmée par les Larousse de l’époque et par des travaux de laboratoires. L’hélicoptère coaxial Pescara 2F est souvent complété par l’adjectif « pur ».
    Le 29 janvier 1924, le prix a été refusé au Marquis Pateras-Pescara ayant engagé sur un parcours défini par le concours, son appareil 2F qui était muni du cordeau. Une rafale de vent au retour fit toucher la béquille. Le 18 avril 1924, il battit le record du monde de distance pour hélicoptère. (Enregistré par la F.A.I.)
    Il est vrai que chacun pilotait son appareil. Seul le Pescara 2F était muni du premier manche à balai pour hélicoptère permettant de descendre en auto-rotation et réduire la vitesse de descente avant de toucher le sol en effectuant le coup de frein Pescara (inversion de l’incidence des ailes de la voilure). Le laboratoire volant disposait de 12 hélices réparties dans les directions à suivre. Seuls les "évolueurs" équipés de leur hélice étaient commandés par un levier qui était appelé manche à balai par son constructeur. Ce levier unique n’agissait que sur l’inclinaison des axes des "évolueurs". Le changement de direction des appareils était assuré pour le n°2 par la réaction du vent sur des volets, fourni par une hélice. Sur le 2F c’était bien à l’aide d’effet de gauchissement sur la voilure commandée par le manche à balai.
    Ainsi mon devoir d’honorer le Marquis Pateras-Pescara, un argentin qui aimait vivre en France est accompli. Aux historiens de résoudre cette page qui démontre qu’il ne suffit pas d’être un génie de la mécanique pour se battre contre des moulins à vent. Le Marquis n’était pas hélas un compatriote de Don Quichotte ni du commandant Lamé.

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    Energy Balance

    Re : Actu - Bourget 2007 : l'hélicoptère souffle ses cent bougies

    Citation Envoyé par Energy Balance Voir le message
    "Enfin, un technicien de Peugeot, Etienne Oehmichen (qui inventera et mettra au point le principe d'autorotation, permettant à un hélicoptère de planer en cas d'avarie), y réalisera le 4 mai de la même année le premier kilomètre en circuit fermé tant convoité. L'hélicoptère, dès lors, pouvait prendre son essor."
    Ce n'est pas un technicien mais un ingénieur de Centrale.(ECP)
    C'est Raoul Pateras-Pescara de Castelluccio (1890 - 1966) qui proposa ses véritables hélicoptères (Larousse de 1922 à 1946 comme pouvant pratiquer l'autorotation. Voir www.pateras-pescara.net et www.helicoptere-pescara.com Voir WIKIPEDIA.
    Les appareils n°1 et n°2 de M. l’ingénieur Oehmichen expérimentés de 1920 au 4 mai 1924 n’ont jamais été des hélicoptères, mais des laboratoires volants. Le n°1 serait un type Cornu soulevé en partie par un ballon Zodiac gonflé d’hydrogène. Ce n’est donc pas un hélicoptère libre comme le prétendent les médias de l’époque jusqu’au centenaire de 2007. Pilotant le n°2 M. Oehmichen n’a pas respecté le règlement du concours pour hélicoptère lancé en mars 1923 par l’Aéroclub de France. Il n’avait pas besoin de respecter un concours qui ne s’adressait pas aux laboratoires volants. Cet appareil n°2 comportait 12 hélices qui étaient groupées selon des directions à suivre. Les médias annoncèrent l’exécution du Km fermé (triangulaire) qui ne correspondait à aucune épreuve homologable. Son enseignement sur la sécurité est un aveu de n’avoir pu trouver une solution autre qu’un ballon pour stabiliser ses appareils. Les hélicoptères Pescara étaient des coaxiaux purs répondant à la définition du mot hélicoptère illustré dans les Larousse de 1922 à 1944 par l’hélicoptère Pescara présenté à Barcelone aux capitaines et au pilote B. de Romanet en mission pour les Services Techniques Aéronautique français. A la différence d’autres descendants de pionnier, les Pateras-Pescara ont toujours pensé que les services historiques présenteraient correctement l’œuvre de leur père, grand-père et arrière grand-père. Rien n’est plus beau que la grandeur nécessaire.
    Science sans conscience n'est que ruine de l'âme.

Discussions similaires

  1. Actu - Bourget 2007 : impressionnante démonstration du MiG-35
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 31
    Dernier message: 25/06/2007, 16h07
  2. Salon du bourget 2007
    Par Ecapsorea dans le forum Astronautique
    Réponses: 1
    Dernier message: 23/06/2007, 11h09
  3. Actu - Bourget 2007 : GLONASS décolle, Airbus s'envole
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 22/06/2007, 18h20
  4. Actu - Bourget 2007 : avenir radieux pour Arianespace
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 1
    Dernier message: 22/06/2007, 01h11
  5. La Loi de Moore souffle ses 40 bougies
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 20/04/2005, 08h39