Répondre à la discussion
Page 1 sur 2 1 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 46

Actu - En bref : la violence dans les médias aussi dangereuse que le tabac



  1. #1
    RSSBot

    Actu - En bref : la violence dans les médias aussi dangereuse que le tabac

    Jeux vidéo, télévision, Internet véhiculent des scènes de violence et la banalisent. Leur impact sur la société est sous-évalué, explique un chercheur américain. Pour lui, il est devenu un problème de santé publique, à ranger à côté de l'abus de tabac et du Sida…Depuis des années, et même des décennies, des indices s'accumulent pour conduire à la conclusion que la violence diffusée quasiment en permanence sur tous les écrans, de la télévision au Web en passant par les jeux vidéo et les téléphones mobiles, a un effet réel sur le comportement des enfants. Rowell Huesmann, de l...

    Lire la suite : En bref : la violence dans les médias aussi dangereuse que le tabac
    Les actualités Futura-Sciences

  2. Publicité
  3. #2
    KoV

    Re : Actu - En bref : la violence dans les médias aussi dangereuse que le tabac

    Si on regarde les programmes qui passent à la télé ou meme des films, dans la plupart des gens sont tués sans aucun remords ... des innocents ... que ce soit les "méchants" ou les "gentils". Il y a vraiement une banalisation des meurtres. Dans un jeu vidéo pour moi c'est différent car la mise en scène n'a souvent rien à voir avec la réalité, et le "gameplay" est souvent limité par rapport à la vie réelle. on peut en dire autant dans la musique avec (je n'ai rien contre le rap) certains rappeurs qui se la joue gangster avec des armes du fric. Inconsciemment cela influe sur notre facon de voir la vie qui plus quand on a peu d'expérience et de repère dans la vie.

  4. #3
    Goldy

    Re : Actu - En bref : la violence dans les médias aussi dangereuse que le tabac

    Citation Envoyé par KoV Voir le message
    Si on regarde les programmes qui passent à la télé ou meme des films, dans la plupart des gens sont tués sans aucun remords ... des innocents ... que ce soit les "méchants" ou les "gentils". Il y a vraiement une banalisation des meurtres. Dans un jeu vidéo pour moi c'est différent car la mise en scène n'a souvent rien à voir avec la réalité, et le "gameplay" est souvent limité par rapport à la vie réelle. on peut en dire autant dans la musique avec (je n'ai rien contre le rap) certains rappeurs qui se la joue gangster avec des armes du fric. Inconsciemment cela influe sur notre facon de voir la vie qui plus quand on a peu d'expérience et de repère dans la vie.

    Je suis globalement d'accord avec ça. Je pense également que la violence dans les jeux vidéo n'a pas le même impacte sur une personne que la violence d'un film. L'aspect actif et passif n'est absolument pas la même approche.

    Aussi étrange que cela puisse paraitre, le coté actif d'un jeu vidéo est beaucoup moins nocif pour un enfant car il a pleinement conscience du fait que le jeu n'est pas réelle, il sait pourquoi il joue, il sait qu'il ne fait de mal à personne, la violence ne se répercutera pas dans le monde réel. Hors, dans le cas d'un film, la passivité laisse l'enfant au prise avec ce que veut bien montrer le scénariste, il n'a aucun contrôle de la situation, il doit subir les images, et celles-ci peuvent facilement s'inscrire en eux de la même manière que les évènements traumatisants (choses que l'ont ne remarquent pas avec les jeux-vidéo).

    Pour donner un exemple simple, un jeu comme GTA, souvent pris en exemple par ceux qui dénoncent la violence dans les jeu vidéo, on peut s'amuser à tabasser quelqu'un, uniquement pour le fun. Dit comme ça, ça peut paraitre choquant. En réalité, si vous voyez une telle scène dans un film, selon la qualité de la mise en scène, vous serez choqué et touché par ça (la violence morale associé au geste est aussi à prendre en compte), et vous serez très content quand le "gentil" aura mis une balle dans la tête de ce "méchant", mais si c'est vous qui contrôlez ce personnage, alors vous n'avez plus du tout le même point de vue, et cette action est tout à fait supportable par votre esprit.

    Je base ça sur ma propre expérience, quand j'étais jeune, il m'était impossible de subir la moindre violence dans un film, celle-ci m'était insupportable, et encore aujourd'hui, je ne pourrais pas voir le moindre film ultra-violent (je me souviens avoir été traumatisé par un disque destiné aux enfants quand j'étais petit, et en y repensant aujourd'hui, j'en ai encore des frissons tellement c'était atroce). Mais à l'inverse, celle qui était présente dans les jeux vidéos ne m'étaient absolument pas insupportable, du moins, celle qui découlait directement des actions du joueurs, preuve que les deux média ne sont pas à considérer de la même manière.

  5. #4
    agata c

    Re : Actu - En bref : la violence dans les médias aussi dangereuse que le tabac

    bonjour je me demande s'il existe des sites qui traitent de ce problème du point de vue du comportement ou de la psychologie de l'enfant, qui fait le point sur la connaissance neurologique etc...
    par ce qu'il est difficile d'avoir un avis nuancé mais documenté sur ces sujets assez brulants avec des parents pleins de préjugés

  6. #5
    boumboumjack

    Re : Actu - En bref : la violence dans les médias aussi dangereuse que le tabac

    Goldy, pour autant, êtes vous devenu violent comme personne?

    Ce topic sent la discussion de comptoir...

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    pyrrhon

    Re : Actu - En bref : la violence dans les médias aussi dangereuse que le tabac

    En effet on peut certainement penser qu'il y a désensibilisation à la violence que l'ont voit répétitivement à la télévision mais lorsque l'on voit de la violence réelle la sensibilité n'est pas pour autant amoindrit. Pour avoir été témoin d'un accident j'ai remarqué que des gens et même de jeunes qui auraient pu rire devant la même scène télévisée ont été grandement ébranlés. Maintenant si la violence télévisée provoque un stress et bien je dirais que l'habituation est une réaction normale et même positive et surtout qu'il faut cesser de penser qu'une adéquation télé=réalité s'opère. On pourrait même dire le contraire car il me semble que la télévision à force de montrer des héro et grands aventuriers à plutot produit une génération hyper sensible et inactive. La télé est beaucoup plus inquiétante vue de sous son aspect désinformatif et génératrice de faux besoins qui eux engendrent une frustration pouvant finalement devenir violence.

  9. Publicité
  10. #7
    beesnest

    Re : Actu - En bref : la violence dans les médias aussi dangereuse que le tabac

    Bonsoir,
    Bourdieu expliquait déjà l'impact néfaste de la télévision et des autres médias sur la socialisation des enfants qui découvrent virtuellement la société à travers eux. Autrefois un enfant découvrait la société de son village ou de sa ville en les parcourant à pied ou à vélo pour aller à l'école, chez l'épicier ou rejoindre ses camarades sur la place. A l'occasion de ces déplacements, les scènes de violence auxquelles il pouvait assister se résumaient à un combat entre deux chiens qui se disputaient le contenu d'une poubelle, ou à une bagarre entre garçons pour un score contesté pendant un jeu voire une altercation entre deux ivrognes qui pactisaient le lendemain même. Cette violence de proximité s'inscrivait dans un ordre "naturel" des choses et elle avait toujours un fondement que les aînés pouvait expliquer à l'enfant. Et puis ces manifestations de violence étaient ponctuelles, il ne les subissait pas tous les jours et surtout, une fois rentrés chez lui, il en étaient protégé. Aujourd'hui, la violences des médias ne laisse plus de répit aux enfants : elle est quotidienne et les poursuit jusque dans l'intimité de leur chambre où la télévision est installée et, lorsque cette dernière est éteinte, c'est la console de jeux qui prend le relais. Que l'enfant soit spectateur ou acteur de la violence (jeux vidéo) ne change pas grand'chose à la charge émotionnelle qu'il subit et qu'il arrive à gérer - petit à petit - comme une constante normale de ses états affectifs. De sorte que la constante fréquence de la violence devient normale et que c'est son absence qui devient "anormale". ainsi, pour retrouver un "confort" psychique conforme, l'enfant va rechercher plus ou moins consciemment des situations de violence comme spectateur ou comme acteur. Et peu importe que cette violence soit virtuelle ou réelle : s'il en a besoin, il l'obtiendra quitte à la produire lui-même.
    La violence connaît plusieurs degrés et diverses manifestations selon l'âge de l'individu ; l'enfant maltraitera son cochon d'inde, fera des cauchemards, se bagarrera à l'école ou ... se renfermera sur lui-même. A l'adolescence puis à l'âge adulte, les manifestation de violence peuvent aller jusqu'à porter gravement atteinte à l'intégrité physique de l'autre ou adopter un comportement dangereux pour soi ou pour les autres (alcool, drogues diverses, sur la route...) ou des comportements sociaux violents (au travail, en couple/famille...). N'en déplaise à certains, on peut être violent "comme personne" sans que cela fasse la "une" des journaux. Un genre de violence ordinaire, banale mais qui s'insinue dans toutes les structures de la société et la pervertit. La société, c'est un "homme collectif" : un comportement individuel multiplié par 7 milliards d'individus donne la mesure d'une société, la fonde, la structure. Si ce comportement individuel est violent...

  11. #8
    Slagt

    Re : Actu - En bref : la violence dans les médias aussi dangereuse que le tabac

    Citation Envoyé par beesnest
    et surtout, une fois rentrés chez lui, il en étaient protégé
    Malheureusement non. Les coups partaient justement plus facilement à cette époque.

    Le taux d'incident violent a-t-il réellement augmenté depuis l'apparition de la télévision (et des films violents) ou des consoles de jeux ? Et si oui, peut-on réellement les accuser à juste titre (corrélation et causalité sont deux mondes bien distincts...) ?
    ••=• ••= = ••= •=• •= =••••= ••• =•=• •• • =• =•=• • •••

  12. #9
    pyrrhon

    Re : Actu - En bref : la violence dans les médias aussi dangereuse que le tabac

    Citation Envoyé par beesnest Voir le message
    ...Cette violence de proximité s'inscrivait dans un ordre "naturel" des choses et elle avait toujours un fondement que les aînés pouvait expliquer à l'enfant. Et puis ces manifestations de violence étaient ponctuelles, il ne les subissait pas tous les jours et surtout, une fois rentrés chez lui, il en étaient protégé...
    Je vois un peu le portrait que vous désirez tracer comme si la violence provenait du dehors. Et en passant votre manière de l'exprimer me fait penser à une critique de la démocratie de Tocqueville. Mais j'aimerais savoir ce que vous pensez d'une situation ou la violence verbale ou physique s'opère entre les parents ou directement envers l'enfant qui n'est pas aimé ou traité convenablement?

  13. #10
    DMA

    Re : Actu - En bref : la violence dans les médias aussi dangereuse que le tabac

    Citation Envoyé par Slagt Voir le message
    Malheureusement non. Les coups partaient justement plus facilement à cette époque.

    Le taux d'incident violent a-t-il réellement augmenté depuis l'apparition de la télévision (et des films violents) ou des consoles de jeux ? Et si oui, peut-on réellement les accuser à juste titre (corrélation et causalité sont deux mondes bien distincts...) ?
    Les jeunes sont clairement plus violent aujourd'hui, demandez à n'importe quel professeur.
    Evidemment ce ne sont pas les jeux vidéos qui en sont seuls responsables.
    Combien imitent leurs héros de jx vidéos ou de film ?
    De nombreux neurologues disent clairement que la TV et les Jx influent sur le comportement, sur la perception de la violence.
    Les publicitaires gagnent leur vie sur des images qui influencent même ceux qui disent que ca ne les touchent pas etc.. Les chiffres prouvant qu'au contraire la pub ca marche.
    Alors les images violentes ne peuvent pas rester sans effet.

  14. #11
    Pernelle

    Re : Actu - En bref : la violence dans les médias aussi dangereuse que le tabac

    Citation Envoyé par pyrrhon Voir le message
    Je vois un peu le portrait que vous désirez tracer comme si la violence provenait du dehors. Et en passant votre manière de l'exprimer me fait penser à une critique de la démocratie de Tocqueville. Mais j'aimerais savoir ce que vous pensez d'une situation ou la violence verbale ou physique s'opère entre les parents ou directement envers l'enfant qui n'est pas aimé ou traité convenablement?
    Posons-nous la question:

    "D'où vient la violence dans le couple et envers les enfants ?"

    Les réponses sont multiples mais...la télévision a sa part de responsabilités.
    Elle "entre" dans les foyers

    Les jeunes couples et parents d'aujourd'hui ont subi pendant leur adolescence cette violence télévisuelle.Les plus fragiles reproduisent des situations rencontrées via la télévision

    Je sais les femmes battues et l'enfance maltraitée , nous voyons cela à toutes époques mais il y a une recrudescence indéniable aujourd'hui

    Dans le journal télévisé , on se désole des horreurs de la société moderne mais une fois le journal fini, on nous présente les "soirées" et dans 90% des cas ,ce sont des soirées de violence sous toutes ses formes.Les images présentées pour attirer le téléspectateur sont bien accompagnées du logo -10ans,-12ans... mais elles sont choisies parmi les plus violentes et les enfants les reçoivent parfois entre deux parties d'émissions banales. Quelques images suffisent pour marquer un enfant à vie...j'en sais quelque chose...

    Le CSA nous met en garde , nous devons respecter ces logos.Il décharge leur responsabilité sur les parents mais ils sont responsables avant les parents.
    La télévision entre dans tous les foyers et la programmation doit tenir compte de ce fait et et bannir ces images "intermédiaires" de grande violence qui arrivent sans crier gare et là, les parents n'y peuvent rien...

    Je suis aussi outrée par certaines pubs dont celle sur les forfaits -mobiles où l'on voit une mère "castagner" son fils jusque dans le réfrigérateur et celle où la grand-mère "castagne" le jeune qui a intrégré à ses commissions les produits à base de soja de ladite grand-mère.Le "slogan" de la pub est indamissible: "avec soja...tout est permis ".

    Je regrette, tout n'est pas permis et la souffrance des enfants m'est particulièrement insupportable...Parmi les auteurs de telles pubs,nous avons des gens vivant en couples et des parents...Je serais curieuse de voir leur comportement "au quotidien et les relations au sein de leur cellule familiale.

  15. #12
    igniz

    Re : Actu - En bref : la violence dans les médias aussi dangereuse que le tabac

    Citation Envoyé par RSSBot Voir le message
    Jeux vidéo, télévision, Internet véhiculent des scènes de violence et la banalisent. Leur impact sur la société est sous-évalué, explique un chercheur américain. Pour lui, il est devenu un problème de santé publique, à ranger à côté de l'abus de tabac et du Sida…Depuis des années, et même des décennies, des indices s'accumulent pour conduire à la conclusion que la violence diffusée quasiment en permanence sur tous les écrans, de la télévision au Web en passant par les jeux vidéo et les téléphones mobiles, a un effet réel sur le comportement des enfants. Rowell Huesmann, de l...

    Lire la suite : En bref : la violence dans les médias aussi dangereuse que le tabac
    Les actualités Futura-Sciences
    Bonjour,
    Par pitié pas encore cet n-ième délire sur la perversion de la jeunesse par la tv et les jeux videos! J'ai joué à des jeux videos violents toute mon adolescence et j'ai vu des films interdits -16 ans avant l'âge comme beaucoup d'autres de mes camarades. Auncun de nous n'est devenu un tueur psychopathe, tout simplement parcque l'on savait différencier réalité et fiction, et puis de toute façon ce n'est pas parce que l'on voit quelque chose à la tv qu'on a forcèment envie de le faire! Ce qui m'irrite beaucoup dans ce genre de débat cest qu'on stigmatise la violence de la fiction alors qu'on devrait stigmatiser la violence de la société: la fiction est le reflet de la réalité et non l'inverse! Bon voilà, pas d'offense personnelle envers quiconque, mais je trouve cette recherche de bouc-émissaire fatiguante.
    Quand quelqu'un dit: Je me tue à vous le dire! Laissez-le mourir.

  16. Publicité
  17. #13
    Pernelle

    Re : Actu - En bref : la violence dans les médias aussi dangereuse que le tabac

    Citation Envoyé par igniz Voir le message
    Bonjour,
    Par pitié pas encore cet n-ième délire sur la perversion de la jeunesse par la tv et les jeux videos! J'ai joué à des jeux videos violents toute mon adolescence et j'ai vu des films interdits -16 ans avant l'âge comme beaucoup d'autres de mes camarades. Auncun de nous n'est devenu un tueur psychopathe, tout simplement parcque l'on savait différencier réalité et fiction, et puis de toute façon ce n'est pas parce que l'on voit quelque chose à la tv qu'on a forcèment envie de le faire! Ce qui m'irrite beaucoup dans ce genre de débat cest qu'on stigmatise la violence de la fiction alors qu'on devrait stigmatiser la violence de la société: la fiction est le reflet de la réalité et non l'inverse! Bon voilà, pas d'offense personnelle envers quiconque, mais je trouve cette recherche de bouc-émissaire fatiguante.
    D'où vient la violence de la société ?Expliquez-nous...
    Si la fiction est le reflet de la société ,comme la fiction envahit notre quotidien, elle cultive donc la violence de la société qui ne fait qu'augmenter...

  18. #14
    igniz

    Re : Actu - En bref : la violence dans les médias aussi dangereuse que le tabac

    Bonjour,
    Une mauvaise éducation, un milieu familial délité, un milieu social défavorable, un contexte économique de plus en plus dur et j'en passe, il suffit de lire les journaux et l'actualité. Et puis d'un point de vue mondial aussi, sortez de votre petite bulle, comparez le niveau de violence dans des pays ou la télé et les jeux de videos ne sont pas répendus mais ou il y ade vrais problèmes de ressources et de stabilité politique, et vous verrez la part réelle de la fiction dans les problèmes du monde. Mais bien sûr, la Palestine, l'Irak , le Pakistan, la Corée du Nord et j'en passe c'est la faute de la télé et des jeux.
    Quand quelqu'un dit: Je me tue à vous le dire! Laissez-le mourir.

  19. #15
    boumboumjack

    Re : Actu - En bref : la violence dans les médias aussi dangereuse que le tabac

    Quelques perles que j´ai releve:
    Les jeunes sont clairement plus violent aujourd'hui, demandez à n'importe quel professeur.
    Je sais les femmes battues et l'enfance maltraitée , nous voyons cela à toutes époques mais il y a une recrudescence indéniable aujourd'hui
    Si la fiction est le reflet de la société ,comme la fiction envahit notre quotidien, elle cultive donc la violence de la société qui ne fait qu'augmenter...
    J´aime beaucoup ces arguments, maintenant, il faut fournir les preuves que tout ce que vous avancez est reel.

    Que toute personne voulant s´entrainer a detecter les arguments fallacieux viennent sur ce fil

  20. #16
    photographe1964

    Re : Actu - En bref : la violence dans les médias aussi dangereuse que le tabac

    citation : "il sait pourquoi il joue, il sait qu'il ne fait de mal à personne, la violence ne se répercutera pas dans le monde réel".


    Malheureusement non ! L'armée a depuis des années fait des études sur la psychologie des conscrits, et a noté que le tir sur cible "ronde" donne des résultats où le tireur qui n'a jamais tué sera plus hésitant que le tireur sur cible de forme "humaine". Il y a donc bien un lien entre le fait de "s'entrainer" sur jeu vidéo sur des silhouettes humaines et le degré de passage à l'acte ! d'autre part, une étude réalisée entre 1957 et 1987 aux USA, au CANADA, et en Australie, montre une extrêmement troublante évolution du nombre de meurtres pour 100000 habitants avec le pourcentage d'équipement des ménages en TV !! A l'époque, le lien n'était pas encore certain entre violence et TV, mais l'histoire de la cible vient ajouter un élément très important au débat.
    je finirais en parlant vécu, qu'il suffit de supprimer la TV un certain temps ; de l'ordre de plusieurs mois; pour se "déshabituer" à la violence, et le "retour" aux images "dures" est un vrai tromatisme . j'imagine ce que ça peut faire aux enfants...

  21. #17
    DMA

    Re : Actu - En bref : la violence dans les médias aussi dangereuse que le tabac

    Citation Envoyé par igniz Voir le message
    Bonjour,
    Par pitié pas encore cet n-ième délire sur la perversion de la jeunesse par la tv et les jeux videos! J'ai joué à des jeux videos violents toute mon
    Des tas de gens sont persuadés que l'homeopathie est efficace en disant "j'ai utilisé les granules toute ma jeunesse etc.." tu vois ce que je veux dire ?
    Ici on parle de statistiques.
    Tout le monde dit également : la pub ca ne me touche pas, je ne suis pas influencable. Et pourtant ca rapporte des milliards..

  22. #18
    photographe1964

    Smile Re : Actu - En bref : la violence dans les médias aussi dangereuse que le tabac

    Citation Envoyé par boumboumjack Voir le message
    Quelques perles que j´ai releve:




    J´aime beaucoup ces arguments, maintenant, il faut fournir les preuves que tout ce que vous avancez est reel.

    Que toute personne voulant s´entrainer a détecter les arguments fallacieux viennent sur ce fil
    vois donc mon message! l'enquête dont je parle a été publiée par science et vie en 1987 il me semble, la seule réserve de l'époque, c'est le sens de l'enquête, en effet, on ne sait pas dans ce type d'enquête, si c'est la TV qui provoque le passage à l'acte, ou bien un autre facteur qui se répercute aussi à travers le taux d'équipement en TV (comme lorsque les gens s'équipent de parapluies, ce n'est pas le parapluie qui fait disparaitre le soleil...).

  23. Publicité
  24. #19
    Pernelle

    Re : Actu - En bref : la violence dans les médias aussi dangereuse que le tabac

    Citation Envoyé par boumboumjack Voir le message
    Quelques perles que j´ai releve:




    J´aime beaucoup ces arguments, maintenant, il faut fournir les preuves que tout ce que vous avancez est reel.

    Que toute personne voulant s´entrainer a detecter les arguments fallacieux viennent sur ce fil
    Quelques perles...vous êtes beaucoup trop jeune pour juger...

    Je suis enseignante...je sors d'un milieu défavorisé...j'ai côtoyé la misère dans mon enfance et dans mon métier plus que vous ne l'imaginez...

    J'ai dit que la violence avait de multiples raisons mais je ne m'étendrai pas sur un autre sujet que sur la violence véhiculée et entretenue par la télévision et la publicité

    Maintenant "riez"...

  25. #20
    igniz

    Re : Actu - En bref : la violence dans les médias aussi dangereuse que le tabac

    Citation Envoyé par DMA Voir le message
    Des tas de gens sont persuadés que l'homeopathie est efficace en disant "j'ai utilisé les granules toute ma jeunesse etc.." tu vois ce que je veux dire ?
    Ici on parle de statistiques.
    Tout le monde dit également : la pub ca ne me touche pas, je ne suis pas influencable. Et pourtant ca rapporte des milliards..
    Bonjour,
    La belle affaire, eh bien justement, si il y a de la violence à la tv et au ciné , c'est parce que c'est vendeur, les gens apprécient, alors on leur donne ce qu'ils veulent voir. La comparaison avec la publicité me parait tout à fait infondée: dans une pub on vous dit clairement : achetez tel produit car il est plus performant, plus beau , moins cher , plus tendance si vous n'en profitez pas c'est que vous êtes bête. Auncun réalisateur ne pourrait aller aussi loin en disant prenez une arme allez braquer une banque c'est ce qu'il y a de mieux pour vous, il y a des lois, le contenu des films et soumis à des comités de classification beaucoup plus sèvère que ce qui se fait en matière de pub.
    Quand quelqu'un dit: Je me tue à vous le dire! Laissez-le mourir.

  26. #21
    DMA

    Re : Actu - En bref : la violence dans les médias aussi dangereuse que le tabac

    Citation Envoyé par igniz Voir le message
    Bonjour,
    La belle affaire, eh bien justement, si il y a de la violence à la tv et au ciné , c'est parce que c'est vendeur, les gens apprécient, alors on leur donne ce qu'ils veulent voir.
    .
    Bonjour,
    Et ? demande à un ado s'il veut voir un film porno ou d'horreur, et même à un enfant.. Ca ne serait pas un cadeau d'accepter.

    La comparaison avec la publicité me parait tout à fait infondée: dans une pub on vous dit clairement : achetez tel produit car il est plus performant, plus beau , moins cher , plus tendance si vous n'en profitez pas c'est que vous êtes bête. Auncun réalisateur ne pourrait aller aussi loin en disant prenez une arme allez braquer une banque c'est ce qu'il y a de mieux pour vous, il y a des lois, le contenu des films et soumis à des comités de classification beaucoup plus sèvère que ce qui se fait en matière de pub.
    Pour les pubs les gens disent "ca ne m'influence pas", d'autres disent pareil pour la TV, d'autres encore disent pareil pour les jeux vidéos.
    Les pubs sont plus limités que les films, on ne peut pas mettre de porno dans une pub, tout au moins pas encore..
    Qui est encore ému en regardant les infos si on annonce 2 ou 3 morts au Zimbabwe ou en Irak ?
    Vendredi matin j'ai eu l'occasion de discuter avec une Kurde, coté Irak, qui a perdu son mari et une fille. Ca touche 1000 fois plus
    Les infos, mais aussi les fictions, qu'elles soient jouées ou pas (et hyper réalistes aujourd'hui dans les jeux vidéos), nous desensibilisent en banalisant la violence.

  27. #22
    photographe1964

    Re : Actu - En bref : la violence dans les médias aussi dangereuse que le tabac

    Citation Envoyé par igniz Voir le message
    Bonjour,
    La belle affaire, eh bien justement, si il y a de la violence à la tv et au ciné , c'est parce que c'est vendeur, les gens apprécient, alors on leur donne ce qu'ils veulent voir. La comparaison avec la publicité me parait tout à fait infondée: dans une pub on vous dit clairement : achetez tel produit car il est plus performant, plus beau , moins cher , plus tendance si vous n'en profitez pas c'est que vous êtes bête. Auncun réalisateur ne pourrait aller aussi loin en disant prenez une arme allez braquer une banque c'est ce qu'il y a de mieux pour vous, il y a des lois, le contenu des films et soumis à des comités de classification beaucoup plus sèvère que ce qui se fait en matière de pub.
    là je suis un peu surpris de deux choses dans ce commentaire
    1) si je comprend bien, si quelque chose est "vendeur", alors il ne faut pas le reguler ? comme l'amiante, les cloppes, l'alcool ou la drogue en somme ?
    2) si on pense que la pub n'est qu'un moyen de communiquer, tapez donc neuromarketing dans un moteur de recherche, vous allez voir à quel point on est plus dans la vente mais de + en + dans la manipulation, ce n'est pas nouveau, mais ça s'amplifie... de plus, les lois sur la pub sont régulièrement contournées ou ignorées par les clients des publicitaires, car il est bien difficile d'avoir un outil efficace et de ne pas s'en servir pour des raisons "ethiques", l'ethique ne se defend pas toute seule, il lui faut des défenseurs, autrement dit, un contre pouvoir...

  28. #23
    boumboumjack

    Re : Actu - En bref : la violence dans les médias aussi dangereuse que le tabac

    Maintenant "riez"...
    A vrai dire la, je suis un peu triste. Mais vous etes enseignante et je suis trop jeune (bien l´argment ad verecundiam).

    Donc vous savez pour sur ce qu´est un biais cognitif et que vous savez egalement les reperer afin de les eviter. Et vous etes egalement egalement capable de faire la distinction entre correlation et causalite.

    Vous savez egalement qu´un sentiment consciemment refoule est inevitablement surexprime lorsque l´autorite et la repression disparait... (je vous passe mes exemples personnels)

    Il me semble qu´il y eu un temps ou les enfants jouaient aux fusils dans les cours de recrees, savez vous ce qui arrive si l´on trouve un pistolet en plastique de nos jour? On l´accuse d´avoir voulu tue un prof! (alors qu´il voulait le vendre a un pote)

    A propos de la pub et l´alcool, voici un petit liens: (pour la moderation, je pense que ce site est de qualite: stats.org)

    http://www.alcoholnews.org/advertising.html

  29. #24
    igniz

    Re : Actu - En bref : la violence dans les médias aussi dangereuse que le tabac

    Citation Envoyé par photographe1964 Voir le message
    là je suis un peu surpris de deux choses dans ce commentaire
    1) si je comprend bien, si quelque chose est "vendeur", alors il ne faut pas le reguler ? comme l'amiante, les cloppes, l'alcool ou la drogue en somme ?
    2) si on pense que la pub n'est qu'un moyen de communiquer, tapez donc neuromarketing dans un moteur de recherche, vous allez voir à quel point on est plus dans la vente mais de + en + dans la manipulation, ce n'est pas nouveau, mais ça s'amplifie... de plus, les lois sur la pub sont régulièrement contournées ou ignorées par les clients des publicitaires, car il est bien difficile d'avoir un outil efficace et de ne pas s'en servir pour des raisons "ethiques", l'ethique ne se defend pas toute seule, il lui faut des défenseurs, autrement dit, un contre pouvoir...
    Je que je veux dire c'est qu'on devrait se demander pourquoi les gens achètent. Pour la pub, on est d'accord c'est exactement ce que j'ai dit, quoique je reste sceptique sur l'efficacité des techniques plus ou moins subliminales. Je pense que l'on a quand même notre libre arbitre, sinon comment pourriez vous fire de tels commmentaires?
    Quand quelqu'un dit: Je me tue à vous le dire! Laissez-le mourir.

  30. Publicité
  31. #25
    igniz

    Re : Actu - En bref : la violence dans les médias aussi dangereuse que le tabac

    Citation Envoyé par DMA Voir le message
    Bonjour,
    Et ? demande à un ado s'il veut voir un film porno ou d'horreur, et même à un enfant.. Ca ne serait pas un cadeau d'accepter.



    Pour les pubs les gens disent "ca ne m'influence pas", d'autres disent pareil pour la TV, d'autres encore disent pareil pour les jeux vidéos.
    Les pubs sont plus limités que les films, on ne peut pas mettre de porno dans une pub, tout au moins pas encore..
    Qui est encore ému en regardant les infos si on annonce 2 ou 3 morts au Zimbabwe ou en Irak ?
    Vendredi matin j'ai eu l'occasion de discuter avec une Kurde, coté Irak, qui a perdu son mari et une fille. Ca touche 1000 fois plus
    Les infos, mais aussi les fictions, qu'elles soient jouées ou pas (et hyper réalistes aujourd'hui dans les jeux vidéos), nous desensibilisent en banalisant la violence.


    Je n'ai jamais dit qu'il fallait montrer tout à des enfants, mais des lois existent dans ce sens, et la responsabilité des parents est engagée. Il y a des tas d'autres choses interdites bien plus grave (alcool, cigarettes, drogues) sur lesquelles certains gosses se précipiteront immanquablement à la première occasion.

    Sur le fait que les infos annoncent des nouvelles très graves de manière banales, sur ce point je suis d'accord. Vous dites avoir été plus touché par une rencontre que par les infos, mais est ce la faute des médias que les tristes nouvelles ne nous affectent plus? Faut -il jeter un voile pudique sur le monde pour avoir l'impression que celui ci est meilleur? blamer le messager est
    bien facile.

    Pour les jeux videos, il faut vraiment arrêter, encore une fois que font les parents? c'est pas un gamin de 7 ans qui va se payer une console à plus de 200 €. Si les parents offrent ce genre de truc à leur gosse et n'exercent aucun regard, bien sur il peut y avoir des excès, mais les risques sont plus liés à l'addiction qu'au contenu.
    Quand quelqu'un dit: Je me tue à vous le dire! Laissez-le mourir.

  32. #26
    patdx

    Re : Actu - En bref : la violence dans les médias aussi dangereuse que le tabac

    Cette idée que la violence télévisuelle est aussi dangereuse que le tabac n'est pas neuve puisqu'elle est explicitement évoquée en 2002 dans le rapport de Blandine Kriegel (qui cite Huesman et coll.) au ministre de la communication. on peut le consulter en ligne à :
    http://lesrapports.ladocumentationfr...00584/0000.pdf

    Elle y fait référence à de nombreuses études psychologiques et psycho-sociologiques mettant en évidence la corrélation entre l'exposition à la violence représentée à la télévision et l'adoption de comportements violents, agressifs ou transgressifs. Des études en laboratoire ont été effectuées, mais aussi des études longitudinales (enquêtes de terrain) et des analyses épidémiologiques (sur la violence avant et après l'apparition de la télévision dans une aire géographique délimitée) corroborent l'idée d'une influence de la télévision sur le comportement.

    l'auteure écrit :

    L’examen de recherches fondées sur des méthodologies différentes montre qu’un
    effet semble se dégager, suggérant que les émissions de télévision violentes
    seraient impliquées dans la violence.
    Plus que l'examen de telle étude particulière, dont la méthodologie peut être discutée c'est "la mise en perspective systématique d’études comparables, soit en examinant séparément leurs résultats et en déterminant si les effets attendus se produisent le plus souvent, soit en procédant à une méta-analyse, qui consiste dans le calcul de la significativité statistique de leurs résultats agrégés.(...) Dans tous les cas, les émissions violentes étaient effectivement liées, quoique modestement, à l’apparition de comportements plus agressifs à court et à long terme, les liens les plus forts s’exprimant dans le cas des études expérimentales".

    L'auteure examine ensuite, sur le plan du vécu psychologique et de la cognition, les effets de l'exposition à la violence télévision sur les téléspectateurs.

    Elle en répertorie plusieurs :

    1. les effets physiologiques immédiats sont de même nature que si cette personne était exposée à une situation de violence réelle, à savoir une augmentation du rythme cardiaque et de la pression sanguine. Sur le plan émotionnel, à court terme on constate des réactions de crainte, d’anxiété et de détresse. A long terme, l’exposition fréquente à des scène de violence contribue à une désensibilisation du spectateur qui s’habitue
    à la violence
    .

    2. perte de confiance au monde, aux autres : "De nombreux travaux, comme ceux de Gerbner et ses collègues (1982) ont également montré que certaines personnes qui sont acculturées à la violence télévisuelle en viennent à surestimer leur risque d’être victime d’agressions, ce qui augmente leur anxiété et leur sentiment d’insécurité et fait diminuer la confiance qu’ils accordent aux gens en général, ils ont le sentiment de vivre dans « le grand méchant monde »

    3. "Les films violents ont également des effets néfastes, en ce qu’ils induisent des croyances erronées concernant le viol". ... et notamment le mythe sexiste de la possibilité d'une séduction réelle par la contrainte initiale

    4. "A court terme,la violence vue à la télévision est copiée, notamment chez les jeunes enfants. L’effet de désinhibition fait s’émousser le sentiment de culpabilité normalement associé à l’acte violent. L’effet d’attraction correspond à la recherche de produits culturels violents suite à l’exposition à des émissions violentes. Enfin, les effets comportementaux à long terme des émissions violentes sont les généralisations à des nouvelles situations".

    L'effet est modeste semble-t-il, mais "si cet effet est modeste, des chercheurs comme Huesman affirment qu’on aurait tort de négliger ses conséquences au niveau sociétal. Pour fixer un ordre de grandeur, Huesman et ses collègues indiquent que la taille de l’effet est statistiquement comparable à celle qui relie la consommation du tabac au
    cancer du poumon.
    "

    Le rapport s'attache aussi à montrer l'influence délétère de la pornographie et de sa banalisation télévisuelle. Il s'agit moins d'un tabou sur la représentation de la sexualité que l'induction, par la pornographie, d'une représentation erronnée de la relation sexuelle qui "la prive de ce qui en fait l’essentiel : le relationnel. Elle fait abstraction de l’émotionnel. Elle abolit le langage, l’échange, les manifestations affectives qui sont le fondement de la sexualité d’un couple." Je ne m'attarderai pas ici sur la question de la pornographie en elle-même, encore qu'il faille s'interroger sur les raisons psycho-biologiques de l'assuétude à son égard.

    Quelques remarques personnelles :

    1. le paysage audiovisuel est devenue ce qu'elle est - une machine à décérébrer lobotomisant le désir et l'intelligence - principalement parce que l'Etat a démissionné de sa mission de contrôle et de gestion d'un service public audio-visuel donnant la priorité à l'information et à la culture, l'inféodant totalement aux intérêts privés des annonceurs publicitaires et des producteurs. Ce qui conduit à cette "dictature de l'audimat" que l'on déplore de manière récurrente sans jamais la contrer par une politique volontariste de qualité. Dès lors si la violence "marche", parce qu'elle "drogue", on n'est pas prêt (signalétique ou non) de la voir disparaitre de nos écrans.

    2. une analyse rigoureuse de l'impact psycho-social de la représentation de la violence doit pouvoir établir une typologie des actes de violence suggérées ou représentées (quelle violence, qui la commet - héros ou "méchant"-, violence légale ou criminelle, violence physique ou psychologique etc... et de leur contexte narratif (fiction, documentaire, actualité télévisée - fiction réaliste ou non, dessin animé, etc...). Il ne faut pas sous-estimer la violence psychologique présente dans certaines émissions de téléréalité (exposition de conflits familiaux ou sentimentaux par ex) et de jeux mettant en scène des intrigues mensongères ou de harcelement moral. Banalisation de cette violence psychologique et mélange des genres (ou fiction et réalité s'estompent) induisent un estompement des normes éthiques et sociales.

    3. La rapport Kriegle constate l'augmentation de la violence dans l'école. Mais elle constate aussi que la violence sociétale est multifactorielle : dégradation des conditions économiques, exclusion sociale, abandon éducatif, banlieusardisation se conjuguent pour faire de l'insécurité et de la petite ou moyenne délinquance un paysage social plus déterminant que les efforts pédagogiques et culturels d'un Etat en déliquescence de légitimité.

    4. Jeux interactifs et violence. De mon temps d'enfance, c'est à dire en 1960, on allait au cinoche du jeudi après midi voir des cow-bow-indien avec un révolver en plastique à la main, et on passait le reste de l'après midi à jouer à la petite guerre dans les parcs publics. Aujourd'hui on interdit pratiquement la vente des armes jouets dans l'espoir que nos bambins ne deviennent pas des enfants-soldats comme on les voit dans les pays sous-développés en guerre... mais les jeux guerriers d'enfance ont une fonction psychologique bien réelle : la catharsis des pulsions violentes. Il s'agit pour les enfants d'intégrer le fait que la société est violente, que l'agressivité existe et qu'ils doivent la gérer. Mais en quittant le terrain de jeu (réel) pour celui du jeu virtuel, l'enfant risque de ne plus vivre la confrontation comme une expérience physique, qui l'implique personnellement. Outre le fait que les jeux induisent une assuétude (boucle neurologique entre action et plaisir), il donnent à penser que le geste de tirer (clic gauche de la souris dans les FPS - first person shooting, jeux de tir subjectif) n'a d'autre conséquence que de fragger un bot virtuel... il faudra donc l'ingéniosité de l'industrie ludique pour produire des gilets tactiles simulant le choc des impacts des projectiles reçus... Ce qui est problématique dans les jeux violents ce n'est pas leur interactivité (le joueur est acteur) mais la déconnection avec la réalité physique et sociale du monde réel. Ne pas oublier que les passages à l'actes "inspirés" par les "jeux de tir subjectifs" ont lieu principalement aux USA où l'usage d'arme (en vente libre) est valorisé comme vecteur d'affirmation de soi, d'indépendance et de garant de la liberté.

    5. Il me parait difficile de parler de la représentation (fictive et cathartique) de la violence sans évoquer la violence réelle de nos sociétés. Bien que nous soyons (localement) en paix, la guerre fait partie de notre horizon culturel. La criminalité (grande et organisée) fait bon ménage avec la dérégulation des Etats et le prospérité économique tout en se prolétarisant dans les banlieues sous la forme d'une économie "souterraine" ou "parallèle" seule stigmatisée dans les medias. Il ne faut pas aussi manquer d'évoquer l'exacerbation des relations de violence psychologique dans le monde de l'entreprise et du travail, comme le relèvent les travaux de C. Dejours par exemple.... mais évoquer tout cela nous oblige, bien sûr, à s'éloigner de la rigueur propre aux études psycho-biologiques et psycho-sociales sur l'agressivité pour évoquer les problématiques socio-économiques et politiques. Ce qui est quelque peu, je concède, off topic ici.



    cordialement

  33. #27
    boumboumjack

    Re : Actu - En bref : la violence dans les médias aussi dangereuse que le tabac

    Oulala, ca part dans tous les sens la!

    Vous avez completement raison, quand les enfants jouaient avec des pitolets en plastiques a petards ils ressentaient vraiment les "balles" . Maintenant ils ont des pistolet a infrarouge ou a billes (ca fait vraiment mal).

    Une vrai stats: vous avez une chance sur 55,692,718 d´etre tue par votre tele (stats.org)

    On vit dans un monde hyper aseptise et vous voyez de la violence de partout!

  34. #28
    igniz

    Re : Actu - En bref : la violence dans les médias aussi dangereuse que le tabac

    Citation Envoyé par patdx Voir le message

    4. Jeux interactifs et violence. De mon temps d'enfance, c'est à dire en 1960, on allait au cinoche du jeudi après midi voir des cow-bow-indien avec un révolver en plastique à la main, et on passait le reste de l'après midi à jouer à la petite guerre dans les parcs publics. Aujourd'hui on interdit pratiquement la vente des armes jouets dans l'espoir que nos bambins ne deviennent pas des enfants-soldats comme on les voit dans les pays sous-développés en guerre... mais les jeux guerriers d'enfance ont une fonction psychologique bien réelle : la catharsis des pulsions violentes. Il s'agit pour les enfants d'intégrer le fait que la société est violente, que l'agressivité existe et qu'ils doivent la gérer. Mais en quittant le terrain de jeu (réel) pour celui du jeu virtuel, l'enfant risque de ne plus vivre la confrontation comme une expérience physique, qui l'implique personnellement. Outre le fait que les jeux induisent une assuétude (boucle neurologique entre action et plaisir), il donnent à penser que le geste de tirer (clic gauche de la souris dans les FPS - first person shooting, jeux de tir subjectif) n'a d'autre conséquence que de fragger un bot virtuel... il faudra donc l'ingéniosité de l'industrie ludique pour produire des gilets tactiles simulant le choc des impacts des projectiles reçus... Ce qui est problématique dans les jeux violents ce n'est pas leur interactivité (le joueur est acteur) mais la déconnection avec la réalité physique et sociale du monde réel. Ne pas oublier que les passages à l'actes "inspirés" par les "jeux de tir subjectifs" ont lieu principalement aux USA où l'usage d'arme (en vente libre) est valorisé comme vecteur d'affirmation de soi, d'indépendance et de garant de la liberté.

    5. Il me parait difficile de parler de la représentation (fictive et cathartique) de la violence sans évoquer la violence réelle de nos sociétés. Bien que nous soyons (localement) en paix, la guerre fait partie de notre horizon culturel. La criminalité (grande et organisée) fait bon ménage avec la dérégulation des Etats et le prospérité économique tout en se prolétarisant dans les banlieues sous la forme d'une économie "souterraine" ou "parallèle" seule stigmatisée dans les medias. Il ne faut pas aussi manquer d'évoquer l'exacerbation des relations de violence psychologique dans le monde de l'entreprise et du travail, comme le relèvent les travaux de C. Dejours par exemple.... mais évoquer tout cela nous oblige, bien sûr, à s'éloigner de la rigueur propre aux études psycho-biologiques et psycho-sociales sur l'agressivité pour évoquer les problématiques socio-économiques et politiques. Ce qui est quelque peu, je concède, off topic ici.

    Bonjour,
    Bon, je ne vais pas m'étendre sur chacun des points, il y aurait beaucoup à dire, mais juste 2 choses: à "votre" époque, dans les westerns, on voyait des cows-boy tuer des indiens: on entendait "bang!" et on voyait les types tomber en criant d'une manière ridicule, pas de sang, pas de souffrance à l'écran! très facile de flinguer des gens! Ou est la banalisation de la violence? les vieux films auxquels personnes ne trouvaient rien à redire banalisaient encore plus la violence en faisant un simple gag façon tarte à la crème. Kubrick avait évoqué ce point dans ses interviews à propos "d'Orange Mecanique".

    Je suis d'accord avec le point 5, mais la conclusion que j'en tirerais et que l'on préfère stigmatiser des choses qui restent que des loisirs (et puis comme dit
    boumboumjack, il ne faut pas exagérer, à vous entendre on a l'impression que tout n'est que violence sanguinaire au ciné à la tv et dans les jeux) plutôt que se pencher sur les vrais problèmes à l'origine de la violence réelle.
    Quand quelqu'un dit: Je me tue à vous le dire! Laissez-le mourir.

  35. #29
    patdx

    Re : Actu - En bref : la violence dans les médias aussi dangereuse que le tabac

    Bonjour,
    les vieux films auxquels personnes ne trouvaient rien à redire banalisaient encore plus la violence en faisant un simple gag façon tarte à la crème. Kubrick avait évoqué ce point dans ses interviews à propos "d'Orange Mecanique".

    Je suis d'accord avec le point 5, mais la conclusion que j'en tirerais et que l'on préfère stigmatiser des choses qui restent que des loisirs (et puis comme dit
    boumboumjack, il ne faut pas exagérer, à vous entendre on a l'impression que tout n'est que violence sanguinaire au ciné à la tv et dans les jeux) plutôt que se pencher sur les vrais problèmes à l'origine de la violence réelle.
    Je rejoins votre remarque... d'une part on peut dire qu'il y a un abaissement du seuil de tolérance à l'égard des gestes de violence banales. On veut une société pacifiée, policée, aseptisée. Ce qui était toléré (rixes, bagarres, insultes) jadis le sont peut être moins qu'aujourd'hui, ou bien on assiste à l'impression d'une recrudescence de la violence urbaine alors que jadis les rixes, les bagarres de rues et les affrontement contre les forces de l'ordre étaient aussi fréquentes, voire plus fréquentes... on peut voir par ex "histoire de la violence" de J.-C. Chesnais, ouvrage sociologique et historique publié en 1981, à une époque où, en France, le débat sur l'insécurité était à l'ordre du jour

    J.C. Chesnais a constaté que le taux des crimes et agressions contre les personnes a diminué au cours du temps - (il faut prendre en considération un périodisation assez large) - en corrélation avec l'élévation du niveau de vie.

    voir par ex cet article http://www.radio-canada.ca/Par4/gr/gr1006.htm

    La représentation cinématographique de la violence évolue elle aussi à mesure d'un relâchement de la censure de sorte que les présentations explicites et "gore" sont aujourd'hui très banalisées. Ce ne veut pas dire que le cinéma soit plus "réaliste" : qu'il suffise d'observer des combats réels (en rue, lors d'émeutes) comparativement aux scènes stylisées des films d'action. Ce qui était perçu comme exceptionnellement violent (par ex des scènes de mutilation etc) devient ici un élément d'esthétisation du film...

    je ne cherche ni à dramatiser ni à m'offusquer de la représentation fictive de la violence, dont l'impact négatif est pratiquement nul si le spectateur est averti et conscient des codes narratifs de la fiction. Je pense que le problème psycho-social est plus aigu dans le cas d'une réception passive, non encadrée, et dans lequel il n'y a pas une césure nette entre l'espace et le temps de l'imaginaire (entrée et sortie de la salle de spectacle par ex) et la vie quotidienne.

    les " les vrais problèmes à l'origine de la violence réelle", je les ai évoquées : "dégradation des conditions économiques, exclusion sociale, abandon éducatif, banlieusardisation"... bref une somme de violences structurelles (exclusion, chomage etc) déterminées par des facteurs socio-économiques... jointe à des facteurs criminogènes plus classiques : expansion de l'économie mafieuse, drogue etc...

    cordialement,

  36. #30
    patdx

    Re : Actu - En bref : la violence dans les médias aussi dangereuse que le tabac

    Citation Envoyé par patdx Voir le message
    . Ce qui était toléré (rixes, bagarres, insultes) jadis le sont peut être moins qu'aujourd'hui ...
    ... erratum : supprimer "qu'"

Page 1 sur 2 1 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Actu - En bref : distribution gratuite de fruits frais dans les écoles
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 6
    Dernier message: 18/12/2007, 09h37
  2. Actu - Effet Casimir : dans un fluide, ça marche aussi !
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 2
    Dernier message: 29/06/2007, 08h00
  3. Actu - En bref : le Blackberry interdit dans les ministères français
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 3
    Dernier message: 22/06/2007, 19h54
  4. Actu - En bref : deuxième sortie dans l'espace pour les astronautes d'Atlantis
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 14/06/2007, 09h00