En utilisant la puissante source de rayons X que constitue le synchrotron de Grenoble, une équipe de chercheurs espagnols pense pouvoir déterminer la provenance géographique exacte de l'argile utilisée pour obtenir le célèbre bleu Maya. Ce pigment utilisé sur les fresques des temples montre une résistance étonnante qui stupéfie les chercheurs depuis longtemps, mais on commence à la comprendre.<br />
Manuel Sánchez del Río est un physicien à l'European Synchrotron Radiation Facility de Grenoble et...

Lire la suite : A la poursuite des origines du bleu des fresques mayas
Les actualités Futura-Sciences