La disparition des super-prédateurs tout autour du monde (loups, guépards, requins...) provoque la multiplication généralisée des prédateurs secondaires, menant à la destruction des écosystèmes et à de graves troubles écologiques comme économiques.<br />
Cette découverte, parue dans Bioscience le 01/10/09, révèle qu'en Amérique du nord, et partout ailleurs dans le monde, les super-prédateurs sont en déclin depuis 200 ans, tandis que les effectifs des mésoprédateurs (prédateurs secondaires) ont augme...

Lire la suite : La disparition des grands prédateurs nuit gravement aux écosystèmes
Les actualités Futura-Sciences