Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 6 sur 6

Attaque des loups en plaine



  1. #1
    RSSBot

    Attaque des loups en plaine

    Carnivores opportunistes et puissants, les loups peuvent s'attaquer à toutes les proies vivantes de bonne taille dans notre pays - hormis l'homme, qui ne représente pas une proie potentielle. La peur qu'ils inspirent depuis des siècles est tout à fait réciproque, et ce sont eux qui en ont payé le plus lourd tribut, l'homme s'étant approprié l'essentiel de leur habitat et de leurs proies.

    Le loup a...{br}{br}Lire l'article : Attaque des loups en plaine {br}
    Soyez le premier à commenter cette actualité !

  2. Publicité
  3. #2
    camaron

    Re : Attaque des loups en plaine

    A lire aussi ce travail d'un historien. C'est un élément interessant en plus du débat écologie et politique.

    http://www.seniorplanet.be/write.php?id=8607

  4. #3
    kinette

    Re : Attaque des loups en plaine

    Bonjour,
    Je me demande quel crédit apporter à un tel recueil.
    Il est connu que les loups peuvent s'attaquer à des personnes mourantes ou des cadavres. Par contre, malgré la présence de cette espèce dans pas mal de pays (Europe du Nord et de l'Est, Canada, USA), on ne répertorie aucun cas d'agression sur l'homme (ça a fait marrer des roumains que je connais que je leur explique que les gens ont peur du loup en France).

    Quand à l'interprétation de la bête du Gévaudan, qui serait "cinq loups réunis... c'est faire une conclusion bien hâtive sur une affaire pas très claire, et d'après tout ce que j'ai pu lire et entendre, il vaut mieux se fier aux analyses de ce type: http://www.tao-yin.com/bete-gevaudan/index.html
    Il est étonnant qu'un historien passe sous silence toutes les "bizarreries" de cette affaire qui laissent bien à penser qu'on n'a pas affaire à un loup. Personnellement ça me laisse la sale impression d'une analyse peu rigoureuse destinée à affoler les gens, sans aucune connaissance de la réelle biologie de l'animal, et basée sur des témoignages pas nécessairement fiables (on pourra aussi retrouver dans des archives sur plusieurs siècles moultes histoires de miracles et de choses peu claires dont on pourra faire un recueil pour faire peur ou émerveiller les gens).

    Bien plus objectif et scientifique à mon avis, sur le même sujet:
    http://www.loup.org/spip/article44.html
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  5. #4
    kinette

    Re : Attaque des loups en plaine

    Après quelques recherches sur le sujet, j'ai trouvé un commentaire qui me semble assez sérieux sur ce forum (la personne a épluché le rapport d'origine):
    http://www.la-meute.org/ftopic4358-0-asc-30.php (lire aussi les explications de Jacques Bailoon à la page suivante).
    Bon je viens de lire l'article et en voici mon opinion en quelques remarques (désolé, finalement j'ai fait un peu long... ), qui j'espère aideront à faire avancer le débat...

    Critique générale

    Je trouve que l'ensemble de l'article dans sa présentation est un tantinet "racoleur" dans le sens où 2 gravures sont attribuables à la bête du Gévaudan et les photos de loup le montre les babines relevées ou un morceau de viande rouge à la bouche. Cela est il dû à l'auteur lui même ou simplement à la rédaction de Histoire

    Le préambule commence également par "Les écologistes qui souhaitent réacclimater les loups en France nous l'assurent: ceux ci ne s'attaquent jamais aux hommes." Puis plus tard on peut regretter sur la fin cette phrase (p.69 §2): "La réalité telle que l'observe l'historien vient contredire certains discours écologistes qui tendent à nier farouchement ce type de comportement".

    Le condensé de l'article peut faire aussi réagir car comme c'est un condensé on a pas toutes les données. Il faut donc aller chercher l'article et le lire avant de réagir. (donner envie de lire l'article est d'ailleurs un des buts d'un résumé)

    Malgré quelques critiques il faut préciser que l'auteur tient à préciser certains points et à relativiser les résultats:
    * cette étude est une des études portant sur les rapports conflictuels que fait l'auteur (ouvrage "Le loup et l'homme en France depuis l'An Mil" en prévision en 2006 aux éditions Fayard).
    * les loups n'ont pas toujours tort dans les rapports conflictuels avec l'homme.
    * il faut séparer la réalité actuelle de celle de l'Ancien Régime (différences de conditions). [p66 §3 et dernier paragraphe de l'article]
    * même si les décès ne sont que le sommet de l'iceberg (n'oublions pas dit l'auteur des disparus), il faut relativiser ce nombre d'attaques mortelles au nombre de loups présents en France aux époques considérées (entre 15000-20000 loups) [p69 §6]


    Cette étude est donc tout comme étude de recherche critiquable et on peu regretter quelques pics envers les écologistes. La vérité est certainement entre cette étude et le 0 attaque de loups sur des hommes lancer par certains.


    Présentation
    Passons à une analyse plus précise...

    - il s'agit donc d'une étude faite par JM Moriceau (professeur d'histoire moderne et rurale, qui a écrit de nombreux ouvrages sur le monde rural du moyen âge, ancien empire, etc.). Les données sont issues des registres paroissiaux qui constituent un "indicateur relativement fiable du phénomène". La période étudiée est 1580-1840.

    - les résultats en chiffres : 1600 actes de décès pouvant être attribués à des attaques de loups. c'est notamment sur ce dernier point que l'article et l'étude est le plus critiquable.
    Bon point pour l'auteur, celui ci précise bien que sur les 1600, il y a 435 cas imputables à des loups enragés (car la mort est survenue après les blessures, le fait que l'animal a attaqué au visage, etc.).
    Reste donc 1165 cas de loups anthropophages.


    Critiques sur les données

    Pour moi, comme dans tout travail historique, les principales restrictions reposent sur les données:
    Première restriction: les données sont issus des écrits paroissiaux, c'est à dire des écrits faits par des curés qui recevaient le corps afin de l'inhumer et qui recevaient le témoignage des circonstances de la mort des personnes. Ainsi, comment peut être sur que les personnes étaient vraiment mortes des suites d'une attaque de loup. Je pense que dans bien des cas, on peut en être sûr mais pour d'autres, c'est moins certains. Par exemple, p.66 §4, l'auteur cite un écrit d'un curé disant "Les loups ont mangé un enfant de [...] on m'a rapporté que la tête qui était très entière et dont le visage n'était point défiguré". Cas attribuable au loup, puisque, précise l'auteur, si on s'appuie sur les dires de Jacques de Fouilloux, spécialiste de la chasse au XVIème siècle "les loups ne mangent jamais la tête ni la peau des animaux qu'ils prennent". Toute la question en Recherche en Histoire est de savoir la véracité des données. J'espère que dans l'ouvrage de JM Moriceau, il sera précisé un peu plus sur le tri des données.

    Deuxième restriction: l'auteur ne fait pas la distinction, dans les écrits paroissiaux, entre "loup" et "bête". Bien qu'il discute [p.67 §4] l'appellation du loup dans les écrits, il considère que "bête" signifie "loup" (voir la citation p.67§2 "bête féroce", "griffe de la bête entrée dans la gorge"). Ce qui est d'autant plus regrettable, c'est que l'auteur incrimine le loup même dans le cas de la Bête du Gévaudan (p.67§7: "[...]la bête qui était un loup ou plusieurs loups [...]"; voir aussi p.69 §4). Pourtant dans ce cas là, la culpabilité du loup n'est franchement pas certaine (je pense que l'on peut aller jusqu'à dire que loup peut être innocenté dans ce cas). D'autres cas de "bête" sont également pris en compte et relié à celle du Gévaudan d'ailleurs (Bête du Gâtinais, du Limousin).

    Troisième restriction: l'auteur met à jour un fait intéressant. Si on regarde l'évolution du nombre de décès dans la période étudiée, on remarque qu'on peut distinguer des pics de mortalité due aux loups dans les périodes de guerres ou de conflits. Pendant ces périodes, des cadavres étaient laissés à l'abandon et les loups pouvaient goûter à la chair humaine et ensuite en redemander d'où l'augmentation des attaques.
    Une question se soulève: quand un corps est retrouvé à moitié manger, le curé va inscrire sur son registre : "mangé par un loup". Mais ne peut il pas s'agir d'un acte charognard de la part du loup ou même de tout autre animal. Ainsi, les données pendant les périodes de conflit sont elles vraiment fiables.

    Résultats particuliers

    Passons aux résultats plus précis, "en considérant que les données sont fiables".

    Géographiquement (p.68 §2), toutes les régions sont touchées à part quelques unes commes le bassin parisien, couloir rhodanien, Massif Central.

    Durant l'année (p.68 §4), tous les mois sont touchés mais la période de la fin du printemps à la fin de l'été semble être la plus touchée par les décès imputables aux loups (en même temps 58% des victimes, c'est pas non plus très significatif, mais n'ayant pas les données précises, je ne peux faire de tests stats). Cela va à l'encontre de ce que l'on croyait (voir la réaction un peu virulent de Louva "Pendant l'été ou le printemps ??????????? Pendant les hivers rudes peut-être que les loups approchaient des villes, mais en été ??????? Foutaises, c******* !!!!!!!!") mais cela peut s'expliquer. L'auteur précise donc que cette période estival correspond à une utilisation plus importante du milieu pendant cette période (gardiennage des troupeau, travail des champs, etc.). Ce qui parait logique. Tout comme les moutons ne sont pas attaqués en hiver car ils sont rentrés, les hommes c'est pareils. Cela est à mettre en relation avec mon précédent hurlement où je parlais des attaques de requins: plus ily a du monde dehors, plus il y a de chances qu'il y ait des attaques...

    Cette répartition temporelle des attaques soulève un "problème": cela signifie que selon l'auteur les loups attaquent sans être affamés puisque pendant ces périodes les troupeaux sont sortis et que le gibier abonde.

    Identité des victimes (p.68 §8-9-10): les victimes les plus touchées sont les enfants (80% des victimes entre 3 et 15 ans), les filles (surtout quand elles ont plus de 15 ans: 9 victimes /10 de plus de 15 ans sont des femmes. Ceci souligne que ce sont les personnes ne pouvant se défendre qui mourront sous les dents des loups.
    Enfin, ce sont surtout les travailleurs ruraux qui sont touchés (gardiens de troupeaux.
    Tout ceci correspond en fait, selon l'auteur, à l'organisation ancienne de l'élevage et du travail rural car c'était principalement les enfants qui étaient chargés du gardiennage des troupeaux (p.69 §1).
    Un site sur le loup en Suisse http://www.wild.unizh.ch/wolf/f/wp_me_f3.htm
    (j'ai l'impression que les suisses sont beaucoup plus "cools" par rapport à son retour que ne le sont les français... je me demande pourquoi).

    Lire aussi la position du Groupe Loup France, qui est je pense loin d'être extrémiste:
    http://www.univers-nature.com/interviews/glf.html

    K.i a peut-être vu une trace de loup dans les Alpes l'an dernier ...
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  6. #5
    kinette

    Re : Attaque des loups en plaine

    Bonjour,
    A noter: un dossiers sur le Loup sur Futura-sciences: http://www.futura-sciences.com/compr...ssier544-1.php
    Et on peut aussi consulter le rapport parlementaire http://www.ecologie.gouv.fr/IMG/pdf/Planactionloup.pdf
    (qui conclut notamment
    E - Interactions homme/loup
    Durant ces cinquante dernières années, sur un effectif européen de 10 000 à 20 000 loups, on
    compte seulement une cinquantaine de cas de personnes ayant été confrontées à un
    comportement agressif du loup. Parmi ces cinquante cas, la moitié était le fait de loups
    enragés et une dizaine constituaient une réaction à une action humaine. En Europe de l’ouest,
    les derniers cas recensés remontent à une trentaine d’années. Ainsi donc, le risque de
    comportement agressif du loup vis-à-vis de l’homme est extrêmement faible, notamment du
    fait que la rage, facteur essentiel dans ces interactions, n’est plus présente en France hormis
    des cas exceptionnels d’introduction illégale d’animaux contaminés.
    Lire aussi la partie concernant l'élevage.)

    K.anis lupus
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    ChantalS

    Re : Attaque des loups en plaine

    Je vous propose d'aller sur le site www.aspas-nature.org, vous trouverez une doc sur les loups + les empoissonnements à la bromadiolone pour les exterminer ce qui occasionne de véritables ravages sur la faune sauvage et son milieu, ce qui fait peser aussi des risques graves sur la santé publique.
    Bonne lecture et peut-être à +
    ChantalS
    Dernière modification par JPL ; 24/07/2005 à 13h09. Motif: Correction de balise

  9. Publicité

Discussions similaires

  1. Attaque chimique pour révéler des grains
    Par vbb dans le forum Chimie
    Réponses: 8
    Dernier message: 28/03/2017, 22h01
  2. Soulèvement dans la plaine d'Alsace ?
    Par Alain28 dans le forum Géologie et Catastrophes naturelles
    Réponses: 19
    Dernier message: 22/01/2011, 09h42
  3. Star teck, l'attaque des clones
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 4
    Dernier message: 26/09/2005, 11h33
  4. Internet : L'attaque des serveurs DNS clones
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 14/04/2005, 07h25
  5. Plaine d'Acidalia ?
    Par ze_happy dans le forum À la conquête de Mars
    Réponses: 11
    Dernier message: 18/01/2005, 19h21