Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 2 sur 2

Actu - Stupéfiant : photographié en flagrant délit, du corail dévore une méduse



  1. #1
    RSSBot

    Actu - Stupéfiant : photographié en flagrant délit, du corail dévore une méduse

    Les coraux se développent dans des zones souvent pauvres en nutriments. Pour se nourrir, ils utilisent la filtration et la symbiose mais maintenant on sait qu'ils vont plus loin&nbsp;!<br />
    Des coraux champignons (Fungia scruposa) en train de dévorer des méduses communes (Aurelia aurita)&nbsp;! Voici ce qu'ont pris en photo, à leur grand étonnement et à leur grande joie, les scientifiques G. Dishon de l'Université Bar-Ilan, A. Alamaru, Y. Loya et O. Bronstein de l'Université de Tel Aviv (Israël)...

    Lire la suite : Stupéfiant : photographié en flagrant délit, du corail dévore une méduse
    Les actualités Futura-Sciences

  2. #2
    Naliju

    Re : Actu - Stupéfiant : photographié en flagrant délit, du corail dévore une méduse

    Bonjour !

    J’ai été récemment surprit par cet article, moins par sa découverte que par plusieurs affirmations qui semblent bien être erronées. N’étant qu’amateur dans le domaine de la biologie marine, je ne prétends pas affirmer un fait ou un autre, et je ne poste ce message qu’en toute bonne foi, y compris vis à vis de l'auteur de l'article en question dont je ne critique en aucun cas le travail. Mais il me semble bien que plusieurs éléments du texte sont inexacts et que le cas en question pourrait être en réalité bien moins surprenant de ce qui y est affirmé.
    *L'auteur dit que les coraux se nourrissent grâce à la symbiose (photosynthèse des zooxanthelles donc) et par filtration.
    Or, il me semble qu’il s’est trompé de terme. En effet, les coraux ne filtrent pas leur nourriture, mais comme tout cnidaire, les capturent grâce aux tentacules de leurs polypes. Et, de ce fait, peuvent parfaitement prendre des proies planctoniques de "grande taille" comme des copépodes. Cela revêt déjà son importance, car rend plus plausible la possibilité de la consommation de méduses par des polypes coralliens. La filtration est une toute autre démarche, qui consiste à séparer les plus grosses particules (et parfois l'eau) des plus petites, consommables, par un système de "maillage" (éponges...) ou de "lamelles" (Flamands, baleines...)... il s'agit là d'un système relativement passif par apport aux polypes qui doivent attraper leurs proies lorsqu'elles sont à portée.

    Jusque-là, seuls les poissons, les tortues marines et les oiseaux de mer étaient connus pour se nourrir à l’occasion de méduses.»
    l’auteur oublie qu’un proche cousin des coraux est connu de longue date par les plongeurs et les biologistes marins pour se nourrir occasionnellement de méduses : les actinies. Ces dernières arrivent souvent à attraper des méduses à l’aide de leurs tentacules, y compris des aurélies, même bien plus grosses qu’elles. Il est même possible d’observer ce phénomène dans des mares résiduelles à marée basse. Et il n'est en rien surprenant que si des anémones de mer y arrivent, des coraux à gros polypes puissent le faire aussi...

    *L’article affirme que Fungia scruposa est immobile.
    En fait, il fait erreur. En effet, cette espèce de Fungia est caractérisé pour être l'un des rares coraux capable de se déplacer ! Il possède des tentacules sur sa partie inférieure qui lui permettent de marcher sur le substrat. Certes, à de faibles distances et assez lentement, mais probablement assez rapidement comme pour suivre et capturer une méduse en agonie sur le fond. Par contre, il existe en effet d'autres espèces du genre Fungia ne se déplaçant pas, soudés à la roche.

    *Enfin, il termine par une ouverture "Reste une interrogation, comment ces coraux, immobiles, ont-ils pu capturer leur proie ?"
    il n'y a pourtant rien de bien mystérieux ici : Il aurait tout simplement fallu que la méduse soit blessée, malade ou happée par le courant pour qu'elle tombe au fond et qu'un F. scruposa la récupère à l'aide de ses longs tentacules et les enfournes dans sa large bouche. C’est d’ailleurs grâce à ce phénomène que des actinies arrivent à capturer des méduses adultes, parfois bien plus grandes qu’elles. D’ailleurs, ces dernières ne se déplacent que très peu et sont souvent fixées sur leur support, immobiles et pourtant, elles arrivent sans grandes difficultés à attraper des aurélies et autres méduses lorsque ces dernières sont trop proches de la zone benthique. Sans parler qu’en pleine pullulation de ces cnidaires, ce ne sont pas les chances d’attraper des aurélies tombées sur le fond qui manquent…
    Dernière modification par yoda1234 ; 21/11/2009 à 06h12. Motif: Rajout balise citation

Discussions similaires

  1. Actu - Le corail menacé par la famine
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 09/10/2009, 12h45
  2. Actu - Stupéfiant : la pression augmente la radioactivité du thorium !
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 52
    Dernier message: 12/08/2009, 10h43
  3. Actu - Stupéfiant : le bore forme à lui seul un cristal ionique !
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 4
    Dernier message: 04/02/2009, 18h23
  4. Actu - En bref : un okapi photographié dans une réserve naturelle du Congo
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 9
    Dernier message: 19/09/2008, 11h34
  5. La galaxie d'Andromède surprise en flagrant délit de cannibalisme !
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 07/02/2007, 09h08