Un manque d'amour maternel pourrait développer un stress imprimé dans les gènes et déréguler le bon fonctionnement du cerveau. Bien que seulement&nbsp;démontrée sur le rat, cette découverte pourrait expliquer les prédispositions de certaines personnes&nbsp;à des&nbsp;maladies neurologiques.&nbsp;<br />
Le stress ou l'anxiété sont des&nbsp;moyens naturels d'alerter l'organisme d'un danger, mais certaines formes chroniques sont pathologiques, au même titre que certaines maladies psychiatriques et&nbsp;...

Lire la suite : Le stress vécu pendant l'enfance modifie le cerveau
Les actualités Futura-Sciences