Les femmes ménopausées avec les plus hauts taux d'oestrogènes risquent davantage de souffrir de maladies cardiovasculaires que les autres. Cette découverte met à mal les travaux précédents qui concluaient sur l'effet protecteur des hormones féminines. Le débat est relancé !
Les femmes sont moins sujettes que les hommes aux maladies cardiovasculaires et cette différence hommes-femmes s'estompe après la ménopause. Cette observation est à l'origine de nombreuses idées reçues laissant supposer un...

Lire la suite : Ménopause : et si les oestrogènes n'étaient pas si bons pour le coeur ?
Les actualités Futura-Sciences