Des souris dépourvues des récepteurs à la corticostérone, l'hormone du stress, dans certains neurones se sont montrées bien meilleures pour lutter contre la dépression. Cette découverte constitue une piste intéressante pour développer de nouveaux médicaments contre les troubles de l'humeur.
Chez les vertébrés, le stress déclenche une libération rapide d'hormones glucocorticoïdes, la corticostérone chez les rongeurs ou le cortisol chez l'Homme. Cette hormone modifie l'expression de nombreux...

Lire la suite : Dépression liée au stress : une histoire de neurones et de récepteurs
Les actualités Futura-Sciences