La limite de Shockley-Queisser des cellules solaires classiques ne permettait pas d'espérer un rendement supérieur à 33,7 %. Mais d'après une récente publication de chercheurs du Niels Bohr Institute de Copenhague et de l'École polytechnique fédérale de Lausanne, ce n'est probablement pas le cas avec des nanofils.
Si l'on pouvait réaliser de la photosynthèse artificielle ou produire de l'hydrogène en utilisant l'énergie du Soleil avec des systèmes performants et à bas coût,...

Lire la suite : Les cellules solaires du futur seront-elles faites de nanofils ?
Les actualités Futura-Sciences