Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 6 sur 6

Le volcan qui a refroidi la Terre



  1. #1
    RSSBot

    Le volcan qui a refroidi la Terre

    L'augmentation de la température des océans depuis un siècle aurait été plus importante encore sans l'activité des volcans ! Les nuages de cendres et d'aérosols pulvérisés dans la haute...

    Lire la suite : Le volcan qui a refroidi la Terre

  2. Publicité
  3. #2
    yves25

    Re : Le volcan qui a refroidi la Terre

    C'est un peu énervant cette tendance au sensationalisme!
    A lire cette info, on a l'impresion que les éruptions volcaniques ont eu un effet considérable.

    Or c'est très certainement faux: l'effet a été réel mais faible et peu durable. Pour avoir un impact significatif sur le climat, il faut que les particules réfléchissent la lumière du soleil assez longtemps et sur de grandes surfaces,

    Avec le Pinatubo, on a eu un refroidissement réél et tout à fait significatif de quelques dixièmes de degré , il a duré une grosse année ralentissant effectivement le réchauffement pendant cette période mais pas plus.

    L'éruption du Krakatoa était certes beaucoup plus importante mais, justement, il n'y a eu que très peu d'éruptions volcaniques de ce type (c'est à dire plinnien et aux basses latitudes) au XXe siècle. L'effet des volcans a donc très certainement été faible.
    Dix secondes pour écrire une bêtise, parfois des heures pour montrer à tous que c'en est une...

  4. #3
    Invité o24
    Invité

    Re : Le volcan qui a refroidi la Terre

    C'est quoi un effet "kiss cool" ? C'est pas clair pour tout le monde !

  5. #4
    yves25

    Re : Le volcan qui a refroidi la Terre

    je ne peux qu'imaginer: un baiser froid, l'ombre de l'éruption qui s'étend et "glace" ce qui se trouve en dessous.

    C'est là, où je ne comprends pas bien. Je n'ai pas la possibilité de lire l'article mais à lire la brève, j'ai l'impression que l'effet sur l'océan a une origine localisée (L'eau étant plus dense autour du volcan, ce refroidissement a pénétré en profondeur dans les couches océaniques, générant un effet durable.)

    Compte tenu de la constante de temps de la circulation thermohaline, l'océan profond n'est pas en cause. Il ne s'agit donc que de la couche limite océanique qui aurait été durablement affectée dans la région de l'éruption. Si cet effet a duré, ce sont les aérosols stratosphériques qui en sont responsables. La zone concernée s'élargit mais l'effet lui même diminue.

    Ce coin là, c'est la "warm pool" , la région des eaux les plus chaudes de la planète, l'extrèmité ouest de la région d'El Nino. J'imagine que ça ait pu diminuer l'activié convective dans cette région, peut être toute la région ouest Pacifique /océan Indien. Je me demande s'il y a eu une variation quelconque de la fréquence ou de l'intensité des évènements El Nino , au moins ceux simulés par le modèle s'il les simule.

    Bon, peut être que j'ai "parlé" trop vite.
    Dix secondes pour écrire une bêtise, parfois des heures pour montrer à tous que c'en est une...

  6. #5
    Journalistes Tech & Co

    Réponse du journaliste auteur de l'article

    Notre article fait référence à un "papier" publié par le chercheur et son équipe dans la très sérieuse revue primaire Nature. A cet égard, et avec tout le recul qu'un journaliste scientifique peut et doit avoir,
    l'information dans Nature peut difficilement être suspectée d'exagération.

    Nous faisons écho à des travaux relatifs à deux volcans, le Krakatoa d'une part et le Mont Pinatubo d'autre part. Les deux éruptions ont eu lieu à un siècle d'intervalle et font ressortir de la même façon un refroidissement de la surface océanique.

    Dans le second cas, l'effet "retard " du refroidissement des couches profondes n'a pas été aussi fort, ce qui s'explique par l'augentation réelle en une centaine d'années de la température suite à l'activité humaine.

    Nous ne faisons donc pas de sensationnalisme, et nous sommes les premiers à suivre le réchauffement climatique et ses conséquences (voir nos articles
    sur la conférence de Montréal). Et s'il est vrai que les travaux cités sur le Krakatoa peuvent sembler à certains un peu "provocateurs" dans l'époque, ils sont objectifs. Quant à nos propos, ils ne prennent pas partie, et ne permettent pas de penser que nous minimisions ou souhaitions atténuer l'importance du réchauffement de la planète.

    Dominique Selse
    Rédaction - Tech & Co

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    yves25

    Re : Réponse du journaliste auteur de l'article

    Citation Envoyé par Journalistes Tech & Co
    Notre article fait référence à un "papier" publié par le chercheur et son équipe dans la très sérieuse revue primaire Nature. A cet égard, et avec tout le recul qu'un journaliste scientifique peut et doit avoir,
    l'information dans Nature peut difficilement être suspectée d'exagération.

    Nous faisons écho à des travaux relatifs à deux volcans, le Krakatoa d'une part et le Mont Pinatubo d'autre part. Les deux éruptions ont eu lieu à un siècle d'intervalle et font ressortir de la même façon un refroidissement de la surface océanique.

    Dans le second cas, l'effet "retard " du refroidissement des couches profondes n'a pas été aussi fort, ce qui s'explique par l'augentation réelle en une centaine d'années de la température suite à l'activité humaine.

    Nous ne faisons donc pas de sensationnalisme, et nous sommes les premiers à suivre le réchauffement climatique et ses conséquences (voir nos articles
    sur la conférence de Montréal). Et s'il est vrai que les travaux cités sur le Krakatoa peuvent sembler à certains un peu "provocateurs" dans l'époque, ils sont objectifs. Quant à nos propos, ils ne prennent pas partie, et ne permettent pas de penser que nous minimisions ou souhaitions atténuer l'importance du réchauffement de la planète.

    Dominique Selse
    Rédaction - Tech & Co
    Bonjour et enchanté,

    En l'occurence, ce n'était pas votre article qui était en cause mais bien Nature.

    Je ne trouve pas le propos particulièrement provocateur. Il me semble que c'est la tendance à faire mousser une trouvaille en en appelant au réchauffement climatique qui est du type "sensationnaliste". Du coup, il n'y a plus de gradation, plus de hierarchisation des processus et tout est sur le même plan; le Krakatoa ici, le Krill là (voir une brève à ce sujet, il y a qq jours).

    Maintenant, s'agissant du Pinatubo, ce qu'il faut surtout noter, c'est qu'il s'agit d'une éruption beaucoup plus faible que celle du Krakatoa à ce je crois savoir. Sinon, l'effet retard dont vous parlez devrait s'être manifesté de toute manière. En l'occurence par un ralentissement du réchauffement. C'est d'ailleurs ce qui s'est passé dans l'atmosphère.

    Est il nécessaire d'ajouter que cette discussion n'a aucun caractère idéologique.

    Cordialement
    Dix secondes pour écrire une bêtise, parfois des heures pour montrer à tous que c'en est une...

  9. Publicité

Discussions similaires

  1. Réponses: 1
    Dernier message: 30/10/2006, 13h06
  2. Etna : Le récit d'un volcan qui s'éveille
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 18/07/2006, 17h19
  3. Merapi : l'éruption vue du ciel d'un volcan qui tonne
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 1
    Dernier message: 17/06/2006, 23h11
  4. Stade refroidi et matière noire...
    Par Mumyo dans le forum Archives
    Réponses: 27
    Dernier message: 18/05/2006, 12h03
  5. L'Homme qui bouge, la Terre qui tremble
    Par STARGATES dans le forum Géologie et Catastrophes naturelles
    Réponses: 19
    Dernier message: 18/05/2005, 04h47