Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 5 sur 5

Actualité - Le guépard court à sa perte



  1. #1
    V5bot

    Actualité - Le guépard court à sa perte

    L’animal bâti pour courir vite passe beaucoup de temps à marcher à la recherche de nourriture. L’habitat des guépards s’est en effet restreint à cause des activités humaines, si bien que leur...

    Lire la suite : Le guépard court à sa perte

  2. Publicité
  3. #2
    mariejeannejourdan

    Re: Actualité - Le guépard court à sa perte

    le guépard était apprivoisé dans l'Egypte ancienne. Il faudrait relancer la domestication, sélectionner pour obtenir un animal plus petit. Ils pourraient aider à protéger(ou donner l'alerte) les champs des paysans dévastés par les animaux sauvages ou encore pour les forces de l'ordre.

  4. #3
    minushabens

    Re : Re: Actualité - Le guépard court à sa perte

    Citation Envoyé par mariejeannejourdan Voir le message
    ... ou encore pour les forces de l'ordre.
    pourquoi, ils n'ont pas assez de leurs tonfas et autres tazers? il faudrait qu'ils lâchent des guépards sur les gens?

    sinon, le guépard est en danger d'extinction, comme la quasi-totalité des Félins, et comme une bonne majorité des espèces de Carnivores en général.

  5. #4
    Gaetgaet

    Re: Actualité - Le guépard court à sa perte

    La domestication comme solution pour la disparition des espèces sauvages, quelle bonne solution*!!
    Pour info, pour protéger (ou donner l'alerte), on a déjà domestiqué un animal, ca s'appelle le chien.

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    noir_ecaille

    Re : Re: Actualité - Le guépard court à sa perte

    Puis un guépard, ce n'est pas un chien. Vous n'obtiendrez pas un remplaçant du chien policier ou autre

    Quand on parle de menacé, c'est aussi parce qu'il est en danger dans son habitat naturel. Un prédateur de fond qui disparaît, c'est une régulation en moins dans l'écosystème. Or les écosystème sont des équilibres dynamiques et ponctuels -- ça peut se dégrader rapidement si on retire une pression de régulation comme un prédateur. Le parc de Yellow-Stone en a fait la triste expérience au XXème siècle : après avoir exterminé les loups dans son enceinte, les herbivores ont explosé en population, causant des dégâts importants à la végétation, au point qu'il fallait organiser des scéances d'abattage pas nécessairement pratiques dans ces montagnes. On a fini par réintroduire le loup "en désespoir de cause" et c'est redevenu gérable à bien des points de vue (dont économique et humain).

    Il y a certaines proies qui ne sont principalement régulés que par les populations de guépards. Ainsi les jeunes guépards chassent principalement des proies modestes mais rapides comme les lièvres, lesquels subissent des pressions (beaucoup ?) moins fortes de la part des autres prédateurs. En tant que lagomorphe et rongeur, leur population galoperait sûrement si elle n'était pas régulée, avec à la clef des implications néfastes pour le reste de la biocœnose.

    C'est donc bien dans son habitat qu'on doit maintenir le guépard, et pas seulement comme NAC ou en tubes à essai.
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche