Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 9 sur 9

Actualité - La vie aimait l’arsenic il y a plus de 2,7 milliards d’années



  1. #1
    V5bot

    Actualité - La vie aimait l’arsenic il y a plus de 2,7 milliards d’années

    Il y a 2,72 milliards d’années, dans des lacs volcaniques très salés, des micro-organismes étaient capables d’utiliser l’arsenic pour leur métabolisme. Cette information étonnante est issue des...

    Lire la suite : La vie aimait l’arsenic il y a plus de 2,7 milliards d’années

  2. Publicité
  3. #2
    noir_ecaille

    Re : Actualité - La vie aimait l’arsenic il y a plus de 2,7 milliards d’années

    Autrement dit...

    a) Soit il y a eu remplacement de l'arseniate par le phosphate, et reste à expliquer ce nouveau mystère.
    b) Soit il y avait une versatilité de substrat plus importante avec utilisation pas trop spécifique d'arseniate et phosphate, et reste à expliquer la raréfaction/"disparition" du métabolisme arsenié.
    c) Soit il y avait des formes de vie arseniées et des formes de vie phosphatées... Et des formes mixtes ? Il n'y aurait donc pas qu'un LUCA potentiel

    Par ailleurs, cela suggère qu'un phénomène vivant peut reposer sur un édifice chimiquement similaire au nôtre, bien qu'en utilisant quelques éléments différents. Passionnant


    Dommage que l'intégralité étude ne soit pas en libre accès ^^;
    Dernière modification par noir_ecaille ; 29/10/2014 à 23h05.
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche

  4. #3
    Yunahreb

    Re: Actualité - La vie aimait l’arsenic il y a plus de 2,7 milliards d’années

    Oui, c'est vraiment passionnant, car l'horizon n'est jamais fermé sur ses propres lois ou certitudes...

  5. #4
    Amanuensis

    Re : Actualité - La vie aimait l’arsenic il y a plus de 2,7 milliards d’années

    Rien ne dit dans l'article que l'arsenic avait un rôle comparable à celui du phosphore.

    Les arsénites étaient peut-être juste utilisés comme réducteurs dans le métabolisme énergétique.
    Pour toute question, il y a une réponse simple, évidente, et fausse.

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    noir_ecaille

    Re : Actualité - La vie aimait l’arsenic il y a plus de 2,7 milliards d’années

    En chimiolithoautotrophie ? Possible, j'y ai pensé -- c'est pour ça que j'aimerais lire l'étude histoire de voir comment ils arrivent à leur conclusion
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche

  8. #6
    Amanuensis

    Re : Actualité - La vie aimait l’arsenic il y a plus de 2,7 milliards d’années

    Autre possibilité, c'était principalement (comme maintenant, il semble) à une "détoxification du milieu", les arséniates semblant moins gênants que les arsénites. Auquel cas le titre est plutôt malguidant.
    Pour toute question, il y a une réponse simple, évidente, et fausse.

  9. Publicité
  10. #7
    Amanuensis

    Re : Actualité - La vie aimait l’arsenic il y a plus de 2,7 milliards d’années

    Citation Envoyé par noir_ecaille Voir le message
    histoire de voir comment ils arrivent à leur conclusion
    Les résumés de certains articles référencés par l'article (et listés dans son résumé) sont utiles.
    Pour toute question, il y a une réponse simple, évidente, et fausse.

  11. #8
    jacquolintégrateur

    Re : Actualité - La vie aimait l’arsenic il y a plus de 2,7 milliards d’années

    Bonjour
    On relève dans l'article:"les scientifiques ont analysé des petits globules de matière organique attribués à des restes de cellules microbiennes". Comment a-t-on établi qu'il s'agissait de "matière organique" ? Rapport isotopique C12/C13 ?? ou ??
    Cordialement
    Ne jetez pas l’anathème : il peut servir !

  12. #9
    noir_ecaille

    Re : Actualité - La vie aimait l’arsenic il y a plus de 2,7 milliards d’années

    C'est dans les données de l'études, sans doute...


    @ Amanuensis

    Pas faux. Apparemment on est sur la piste chimiolithoautotrophe, bien qu'une des références ne parle que de "chemoautotrophe".
    Dernière modification par noir_ecaille ; 31/10/2014 à 08h54.
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche