Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 10 sur 10

La régénération de la moelle épinière : mythes et perspectives



  1. #1
    RSSBot

    La régénération de la moelle épinière : mythes et perspectives

    La moelle épinière est la partie du système nerveux central située à l'intérieur de la colonne vertébrale. C'est une structure essentielle aux sensations somatiques (les sensations en provenance de...

    Lire la suite : La régénération de la moelle épinière : mythes et perspectives

  2. Publicité
  3. #2
    Bounoume

    Re : La régénération de la moelle épinière : mythes et perspectives

    Pour améliorer les chances de récupératuion, on tente l' administration, le plus tôt possible, d' une très forte dose de corticoïdes (qui limite habituellement l' oedème et les réactions inflammatoires ... et auto-immunes).

    On a essayé aussi de faire, très précocement, une radiothérapie locale. Je ne sais pas si ses effets facilitateurs de la régénération (très paradoxaux en apparence) ont été confirmés.

    Ce qui ne dispense pas évidemment de l' opération chirurgicale si celle-ci peut au moins limiter les dégâts en réduisant les compressions et en empêchant la zone fracturée de re-bouger.... mais on ne peut actuellement jamais 'recoudre' une moelle coupée....
    Dernière modification par Bounoume ; 02/03/2006 à 13h00.

  4. #3
    Eurole

    Re : La régénération de la moelle épinière : mythes et perspectives

    Cet article est très intéressant !
    Mais pour qui en réalité ?

    *

    Je suis paraplégique depuis 1949, à l’âge de 16 ans.
    (un arbre est tombé malencontreusement sur mon dos, fracture des vertèbres de D4 à D11)
    Pronostic vital de quelques heures
    puis jours
    puis mois
    puis années
    ...
    depuis 56 ans.

    *

    L’expérience, les expériences seraient trop longues à décrire,
    et décrire à qui ?

    Mes premières impressions ont été que je ne comprenais pas ce qui m’arrivait.
    Mon excellent médecin de famille, prisonnier de la théorie médicale de « l’homme machine » (Julien Offray de La Mettrie (1709 - 1751) ne comprenait pas mes réactions (ma lucidité après six heures de coma ...).

    J’ai été jugé inopérable par un Professeur de médecine.

    Un an horizontal, dans une famille de petits agriculteurs (merci maman, merci papa)

    Pendant six ans je prépare par correspondance et obtiens les deux parties du baccalauréat, et la maîtrise en droit.

    Un an au centre de rééducation de Garches, qui vient de s’ouvrir aux accidentés

    Deux ans à Paris, qui me détruisent physiquement .
    Je suis sauvé par la médecine du Dr Carton.

    Deux ans de recherche d’emploi : je découvre enfin le métier de notaire.
    Je l’exercerai après un stage de sept ans, pendant trente ans, comme un idéal venu de St Louis.
    J’enseigne en même temps mon métier, dans ses trois voies possibles, dont vingt ans à l’Université de Poitiers
    ...


    *

    Où veux-je en venir ?
    A l’exigence de se connaître soi-même.
    Ma vie a été marquée par cette parole de Socrate (entre autres seigneurs)

    Tout est illusion lorsqu’on ne se connaît pas réellement.

    Notre époque est au pied d’un mur, après un cycle philosophique, puis religieux, puis scientifique :

    Le présent a besoin d’une synthèse, d’Art

    l’ ART d’ÊTRE

  5. #4
    Jiav

    Re : La régénération de la moelle épinière : mythes et perspectives

    Merci pour les informations suplémentaires et le témoignage.

    Eurole: diriez-vous qu'il est possible de "faire le deuil" de ses jambes ou que même après 56 ans l'espoir est encore là?

    Une chose qui m'avait frappée en faisant des congrès, c'était le nombre de paraplégiques assistant aux présentations sur ce sujet (la neurorégénération). La question que je me pose c'est: est-ce que ça peut nuire à leur réadaptation, en suscitant un faux espoir? J'aimerais bien avoir votre avis la dessus

  6. #5
    Eurole

    Re : La régénération de la moelle épinière : mythes et perspectives

    Bonjour Jiav.

    Je rumine depuis plusieurs jours tes questions (on m’a dit que le tutoiement était de bon ton ici)

    J’ai de la peine à en tirer une réponse simple.
    C’est un aller-retour incessant entre questions et réponses.

    Mes premières réponses seront des questions :
    1. qu’est-ce que « faire le deuil » ?
    2. le deuil de quoi ?)
    3. qu’est-ce que « mes jambes » ?
    4. « mes » jambes ?
    5. mes « jambes » ?
    6. quelle est la différence entre espoir et espérance ?
    7. qu’est-ce qu’un « faux espoir » ?
    8. « faux espoir » des médecins ? (à 16 ans je voulais être médecin et pensais à Santé Navale)
    9. « faux espoirs » des paraplégiques ?

    *

    Quelques réponses globales pour ne pas donner l’impression d’éluder les questions :

    Je considère que mon accident a eu de nombreux effets positifs.
    Je comprends des choses que je n’aurais pas compris autrement (inversement peut-être ...)
    Je ne « regrette » pas en général, sauf des instants fugitifs

    La question des « jambes » n’est pas la plus importante chez un paraplégique : c’est le système instinctif-moteur qui est touché (aucun cas n’est identique).

    L’énergie motrice est aussi présente dans les pensées et les sentiments (on peut parler de mouvement des pensées, mouvement des sentiments ...)

    Je pense qu’à la prochaine étape nous pourrons entrer dans le vif du sujet.

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    Jiav

    Re : La régénération de la moelle épinière : mythes et perspectives

    Je n'ai pas compris tous tes commentaires (en particulier "l'instinctivo-moteur"), mais ce que je voulais dire c'est:

    Entre deux paraplégiques dont un qui accepte le fait que la situation est permanente, et un qui reste dans l'espoir que les avancées de la recherche vont le ramener à la "normalité", le premier va probablement mieux s'adapter à sa situation.

    Est-il alors éthique d'encourager l'espoir des blessés médullaires en décrivant les perspectives en provenance de la recherche? L'article que j'ai écris aurait pu l'être il y a dix ans quasiment dans les mêmes mots: la recherche a beaucoup avancée, mais ça ne s'est pas encore traduit par des avancées concrètes...

    Tes premières réponses m'inclinent à penser que tu as fait ce que j'appelle "ton deuil" depuis longtemps: combien de temps est-ce que ça a pris si ce n'est pas indiscret? Qu'est-ce qui t'a permis d'y arriver?

  9. Publicité
  10. #7
    moijdikssékool

    Re : La régénération de la moelle épinière : mythes et perspectives

    Tes premières réponses m'inclinent à penser que tu as fait ce que j'appelle "ton deuil" depuis longtemps: combien de temps est-ce que ça a pris si ce n'est pas indiscret? Qu'est-ce qui t'a permis d'y arriver?
    drôles de questions. je répondrais volontier à sa place en disant qu'il aurait fait son propre deuil le jour où la médecine lui aurait certifié que la reconstruction de la moelle épinière est et sera impossible pour tous les paraplégiques
    un peu comme si j'avais fait mon deuil le jour où l'on m'aurait dit qu'il y a du pétrole pour l'éternité

  11. #8
    Eurole

    Re : La régénération de la moelle épinière : mythes et perspectives

    Citation Envoyé par Jiav
    Je n'ai pas compris tous tes commentaires (en particulier "l'instinctivo-moteur"), mais ce que je voulais dire c'est:

    Entre deux paraplégiques dont un qui accepte le fait que la situation est permanente, et un qui reste dans l'espoir que les avancées de la recherche vont le ramener à la "normalité", le premier va probablement mieux s'adapter à sa situation.

    Est-il alors éthique d'encourager l'espoir des blessés médullaires en décrivant les perspectives en provenance de la recherche? L'article que j'ai écris aurait pu l'être il y a dix ans quasiment dans les mêmes mots: la recherche a beaucoup avancée, mais ça ne s'est pas encore traduit par des avancées concrètes...

    Tes premières réponses m'inclinent à penser que tu as fait ce que j'appelle "ton deuil" depuis longtemps: combien de temps est-ce que ça a pris si ce n'est pas indiscret? Qu'est-ce qui t'a permis d'y arriver?


    Bonjour Jiav.

    Pardon pour mon retard, j’avais perdu le fil faute de m’être abonné à cette discussion – je viens de le faire.

    *

    « Faire le deuil » a été progressif et difficile.
    Je ne suis pas sûr de l’avoir réalisé entièrement.

    Faire le deuil, comme tout acte psychique, est personnel donc vivant.
    Je n’ai pas de « recette ».
    J’ai eu la chance d’avoir une bonne éducation intellectuelle et religieuse.
    Et à 16 ans je pratiquais la plupart des sports (ceci pour « mes jambes » dont j’étais assez fier, sauf les mollets)

    Ma première grande difficulté a été, une dizaine de mois après l’accident, ma première sortie dans la rue, poussé de force en fauteuil roulant – à l’époque c’était un fauteuil Voltaire sur trois roues .
    Cette difficulté est significative du monde d’illusion dans lequel je vivais (je le dis aux jeunes actuels – mais c’est « crier dans le désert »)

    Elle était liée, cette difficulté,
    1. à la certitude que j’allais « guérir » bientôt, qu’automatiquement la guérison suit la maladie ...
    2. à des considérations stériles et futiles sur moi-même, l’environnement et les circonstances.

    Le grand tournant de ma vie a été une idée « folle », quand j’ai décidé à ma sortie du centre de rééducation de Garches (je ne peux pas dire pourquoi) de vivre seul à Paris.
    Je circulais en 2 CV. J’étais dans le milieu handicapé « celui qui monte son fauteuil dans sa voiture », chose courante aujourd’hui.
    Je suis allé pendant deux ans à la faculté de droit place du Panthéon : mes relations les plus naturelles étaient les clochards abonnés à la bouche d’air chaud de la faculté.

    ...
    Mariage. Vie professionnelle. Retraite.
    Où en suis-je ?
    C’est une question à moi-même.
    J’ai parfois l’impression d’une nouvelle vie (alors que la retraite, ce n’est pas si évident qu’il paraît)

    *

    Instinctif-moteur
    Nous entrons dans le domaine de la connaissance de soi.

    La paraplégie traumatique, ce n’est pas uniquement un problème de motricité proprement dite.

    Elle touche aux sensations.
    Elle touche l’appareil digestif dans sa double fonction d’assimilation et d’élimination.
    Elle touche les reins et la vessie (que j’ai de la peine à situer dans un « système »)
    Elle touche le sexe
    Elle touche la respiration
    ...
    Elle touche l’appareil circulatoire
    (un détail anecdotique qui illustre la différence entre instinctif et moteur
    quand je me suis éveillé de mon coma, on s’est évertué à m’expliquer ce qui m’était arrivé.
    « remue ta jambe » etc. ...
    quand j’ai constaté la paralysie de mes jambes, j’y ai associé l’idée que j’allais mourir, puisque mon coeur, comme mes jambes, ne pourrait pas fonctionner.
    C’est alors que j’ai senti battre une horloge dans ma poitrine – merci à elle pour tant d’années de bons et loyaux services.
    Depuis je peux sentir mon coeur battre à volonté)
    *

    « Entre deux paraplégiques dont un qui accepte le fait que la situation est permanente, et un qui reste dans l'espoir que les avancées de la recherche vont le ramener à la "normalité", le premier va probablement mieux s'adapter à sa situation. »

    L’alternative réelle n’est pas celle-ci.

    D’abord dans la vie et l’Univers, rien n’est permanent.
    Si on laisse aller – solution de facilité - la situation ne peut que s’aggraver.
    Croire aux avancées de la Science est une solution de facilité.

    Reste l’autre solution, la « voie étroite et difficile» que chacun doit découvrir, mystérieuse.

    *

    « Est-il alors éthique d'encourager l'espoir des blessés médullaires en décrivant les perspectives en provenance de la recherche? L'article que j'ai écris aurait pu l'être il y a dix ans quasiment dans les mêmes mots: la recherche a beaucoup avancée, mais ça ne s'est pas encore traduit par des avancées concrètes... »

    La recherche est utile.
    Mais l’art de s’en servir n’est pas là.

    Les handicapés risquent de devenir des enfants gâtés, comme les jeunes de la Sorbonne aujourd’hui.
    Est-il trop tard ? ...

    *

    Terminons par le haut :

    moijdikssékool ,

    qu’est-ce pour toi que l’éternité ?

    Et si l'humanité dans son ensemble était plus ou moins un monde d'handicapés à des titres divers?

    .

  12. #9
    moijdikssékool

    Re : La régénération de la moelle épinière : mythes et perspectives

    qu’est-ce pour toi que l’éternité ?

    Et si l'humanité dans son ensemble était plus ou moins un monde d'handicapés à des titres divers?
    l'éternité, le temps que l'humanité vivra. Et ca peut être très long car le passé a montré que les espèces animales un peu trop brusques sont éliminées avec leur environnement. Ce n'est qu'une opinion personelle invérifiable, mais moijdik il y a un espoir que l'éternité humaine soit réellement éternelle
    pour cela, il lui faudra faire face à un tas d'obstacles naturels, comme la considération des handicaps des uns et autres (c'est encore une opinion perso)
    Comme tu le soulignes, nous avons chacun nos handicaps (la "normalité" n'existe pas) mais on tend parfois à en inventer (le "on n'en a jamais assez")

  13. #10
    Eurole

    Re : La régénération de la moelle épinière : mythes et perspectives

    Citation Envoyé par moijdikssékool
    l'éternité, le temps que l'humanité vivra. Et ca peut être très long car le passé a montré que les espèces animales un peu trop brusques sont éliminées avec leur environnement. Ce n'est qu'une opinion personelle invérifiable, mais moijdik il y a un espoir que l'éternité humaine soit réellement éternelle
    pour cela, il lui faudra faire face à un tas d'obstacles naturels, comme la considération des handicaps des uns et autres (c'est encore une opinion perso)
    Comme tu le soulignes, nous avons chacun nos handicaps (la "normalité" n'existe pas) mais on tend parfois à en inventer (le "on n'en a jamais assez")
    bonjour

    ta définition de l'éternite me plaît.

    l'éternité n'est pas "quelque chose qui ne finit jamais"
    Tout ce qui a un début a une fin.

    .

Discussions similaires

  1. Nouvelle piste vers la réparation de la moelle épinière
    Par Démostène dans le forum Actualités
    Réponses: 5
    Dernier message: 29/06/2019, 13h12
  2. le rôle de la moelle épinière dans les réflexes
    Par Mary28 dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 0
    Dernier message: 06/10/2007, 10h51
  3. moelle épinière
    Par Rann dans le forum Santé et médecine générale
    Réponses: 0
    Dernier message: 18/04/2007, 11h57
  4. Clonage d'organes-moelle épinière ???
    Par whaou dans le forum Biologie
    Réponses: 3
    Dernier message: 30/09/2004, 13h14
  5. Réponses: 4
    Dernier message: 11/07/2003, 13h10