Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 2 sur 2

Cartes émotionnelles : la géolocalisation de nos émotions



  1. #1
    RSSBot

    Cartes émotionnelles : la géolocalisation de nos émotions

    Christian Nold, un artiste londonien, a réalisé des cartes émotionnelles, qui mesurent les sentiments d'une personne durant une promenade.

    En combinant un traceur GPS et un capteur GSR (Galvanic Skin Resistance, “Résistance galvanique de la peau” mesurée notamment lors d'un passage au détecteur de mensonge et qui permet d'apprécier les changements de conductivité de la peau et par-là,...

    Lire la suite : Cartes émotionnelles : la géolocalisation de nos émotions

  2. #2
    jess n'ohm

    Re : Cartes émotionnelles : la géolocalisation de nos émotions

    Bonjour,

    Une actu avec plein de cartes inédites, ça me fait bien plaisir !

    Mini-coup de gueule : Je veux bien que Géo-localisation, ça fasse "High - Tech", mais on parlerait de géographie ou de cartographie, que ce ne serait pas scandaleux.
    D'ailleurs le même type de carte, d'un point de vue graphique au moins, ont déjà été produites sur les questions de l'accessibilité (souvent automobile) ou de la pollution atmosphérique.

    Ces cartes, c'est plus qu'un exercice de géolocalisation. C'est comme si de la physique, on ne retenait que le nouveau protocole qui permet de faire une expérience inédite. La physique, pourtant, ce n'est pas que ça !
    La géographie et la cartographie, ce n'est pas que de la géolocalisation !

    C'est pourquoi faire un peu de géographie scientifique et sortir un peu du carcan scolaire, sur FSG comme ailleurs, serait intéressant, de mon point de vue. Pour discuter de ce point précis :http://forums.futura-sciences.com/thread89268.html !


    Sur les cartes émotionelles, on peut préciser plusieurs choses !

    1. C'est bien conforme avec le mouvement des sciences humaines, qui se rapprochent de plus en plus de l'individu. Peut-être même pouvons-nous commencer à parler de plusieurs individus en un seul ? On s'en rend compte depuis longtemps, mais une personne, heureusement, ne présente pas toujours le même visage. On commence à l'expérimenter de mieux en mieux. Et on se rend compte ou on se rapelle - c'est une piste que personnellement je creuse - que "le corps du citadin, c'est le bien le plus précieux de l'urbanisme" [Le bien commun de villes, Isaac JOSEPH, 1998, In Demain la ville (dir. JP Sueur)].

    2. Il serait sympathique de reproduire les expériences avec des variables plus classiques. La carte émotionelle du cadre/de l'ouvrier/ du chomeur... ; La carte émotionelle du rural/du citadin ; de nuit/de jour ; du vieux/du jeune/ du blessé/ de l'handicapé [...] et quid des cartes émotionelles par genre ?
    Quid des cartes émotionelles à différents âges de la vie ? Quand le vieil homme revient dans les contrées de ces premiers jours et premiers amours, qu'en reste t-il ? Et là, il y a, j'en ai l'intime conviction, beaucoup de liens à créer entre la psychologie (et la neuro-psy) et la géographie.

    3. C'est vrai que c'est sympa ces petites cartes. Maintenant, mon niveau d'anglais ne me permet pas de bien comprendre toute la méthodologie. J'ai bien compris le principe du GSR (mais est-ce bien suffisant pour saisir le complexité de nos émotions ? ça doit pouvoir se discuter). Cependant, je n'ai rien trouvé sur le traitement des données. Or, je sais par expérience, qu'avec un même jeu de données en entrée, vous pouvez représenter tout et son contraire à la sortie. Les cartes, comme toutes les images, et plus généralement comme toute représentation d'information, sont des objets excessivement manipulables et dont il faut se méfier. Comme je ne dispose pas de la méthodo, je me méfie. Quelle que soit la carte, elle-seule ne suffit pas ! Question de science ! Un résultat, sans les étapes intermédiaires, c'est invérifiable !

    4. Je serai curieux de voir comment ils vont passer à une échelle supérieure. Cartographier l'état d'un individu, même très précisemment, ça reste simple. Comment rendre cohérentes des données provenant d'individus différents ? Comment rendre compatibles des émotions, intimes par nature ? On tombe sur les questions très actuelles de l'inter-subjectivité et des situations spatiales [M. Lussault par exemple]. Et là, on touche au coeur des sciences humaines, avec une complexité qui dépasse largement celle des objets matériels et physiques. Pas de quarks en sciences humaines ! Et l'individu me direz-vous ? Naïveté je vous répondrai.

    5. Pour la fin, juste un petit truc de cartographe. Sur le lien Bio Mapping, on voit sur la page d'acceuil une vidéo avec de la 3D. Quand on clique le "Old Maps", on voit de cartes en 2D et on se rend compte que la troisième dimension dans ce cas précis, n'apporte rien de déterminant ! Même pas impréssioné mais bravo quand même !
    Dernière modification par jess n'ohm ; 25/07/2006 à 11h09.
    "Trouver quelque chose ?... Mais c'est déjà fait" (turk et de groot)

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. [Divers] Ensemble, rapprochons nos peuples à travers nos cultures
    Par SAGE1 dans le forum Biologie
    Réponses: 0
    Dernier message: 06/08/2007, 12h33
  2. La piste de nos ancêtres dans nos intestins
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 16/02/2007, 13h19
  3. Géolocalisation + gsm
    Par l_d_r dans le forum Électronique
    Réponses: 3
    Dernier message: 25/10/2006, 20h28
  4. Géolocalisation planaire (précision au cm)
    Par fufusciences dans le forum Électronique
    Réponses: 3
    Dernier message: 25/09/2006, 18h41
  5. Outils et enjeux de la géolocalisation
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 14/07/2006, 07h36