Discussion fermée
Page 1 sur 2 1 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 51

Huit planètes : une bonne décision ?



  1. #1
    RSSBot

    Huit planètes : une bonne décision ?

    " Une clarification " d'après Francis Rocard, tandis qu'André Brahic se dit " absolument ravi " : la décision de l'UAI sur le terme " planète " satisfait les astronomes.

    Après la nouvelle définition du mot planète, fixée par l'assemblée générale de l'Union astronomique internationale (UAI), réunie à Prague en août dernier, le Soleil n'en compte...

    Lire la suite : Huit planètes : une bonne décision ?

  2. Publicité
  3. #2
    Pyjam

    Question Re : Huit planètes : une bonne décision ?

    Je me demande si la notion et le terme astéroïde sont toujours valables ? Depuis la fumeuse résolution 5A, on parle de petits objets du système solaire, non ?

  4. #3
    erik

    Re : Huit planètes : une bonne décision ?

    Je me demande si la notion et le terme astéroïde sont toujours valables ?
    Tu vas rire, le terme anglo-saxon pour désigner les astéroides est (depuis toujours, pas depuis le changement de définition pour les planètes) "minor planet", planetes mineures.
    Donc le changement de définition ne change rien outre atlantique. Et à priori pas de raison que ça change du coté français.

  5. #4
    AUBERT Dominique

    Re : Huit planètes : une bonne décision ?

    Entre autres promotions, je lis que le Pomerol et le Nuits-Saint-Georges sont promus outils astronomiques et permettent d'arrondir les angles des …
    ... planètes… .

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    Tonton Nano

    Re : Huit planètes : une bonne décision ?

    On remarquera que, à part les américains (qui ont découvert Pluton), tout le monde à l'air plutôt content de cette décision.
    Il est vrai que certaines définitions ont besoin d'être dépoussiérées.

  8. #6
    Invité o24
    Invité

    Re : Huit planètes : une bonne décision ?

    Il y a dans l'article un problème d' "échantillon" des astronomes. On cite les propos de DEUX astronomes en transformant ce faible chiffre en "les astronomes". L'équation entre les deux me semble trop vite faite.

    Comment se fait-il que la définition des planètes ne concerne pas les extrasolaires ? Celles-ci ne sont donc plus des planètes ? Est-il plus extraordinaire de tourner autour du Soleil que d'une autre étoile ? Ce concept ne me semble pas très scientifique - seul le Soleil aurait des planètes. Le Soleil trone-t-il au "centre" de l'Univers ?

  9. Publicité
  10. #7
    Bouli

    Re : Huit planètes : une bonne décision ?

    Si tu sais comment étudier la sphéricité et l'encombrement de l'orbite des planètes extra-solaires, ca sera une grande avancée pour la science. En attendant, mieux vaut résoudre les problèmes auxquels on est confrontés et on avisera quand on pourra débattre sur le nom d'un objet de 2000km de diamètre qui tourne autour d'une étoile à 100 années-lumière.

  11. #8
    Romain-des-Bois

    Re : Huit planètes : une bonne décision ?

    Citation Envoyé par Tonton Nano Voir le message
    On remarquera que, à part les américains (qui ont découvert Pluton), tout le monde à l'air plutôt content de cette décision.
    C'est également un américain qui a découvert 2003 UB 313 Lui non plus il doit pas être content il n'a découvert qu'une "planète naine" et non pas LA dixième planète du SS !


    Romain

  12. #9
    AUBERT Dominique

    Re : Huit planètes : une bonne décision ?

    Citation Envoyé par Bouli Voir le message
    quand on pourra débattre sur le nom d'un objet de 2000km de diamètre qui tourne autour d'une étoile à 100 années-lumière.
    Voulez-vous dire plutôt 100 UA (100 fois dist.ter-sol) ?

  13. #10
    Pyjam

    Exclamation Re : Huit planètes : une bonne décision ?

    Voici le compte-rendu et le sentiment, trouvés sur usenet, d'un astronome présent lors des débats :

    From: ph42@infocanarias.com - view profile
    Date: Sun, Aug 27 2006 2:11 am
    Email: p...@infocanarias.com
    Groups: sci.astro.amateur

    At this point in time, I believe that it is appropriate to present a
    -naturally subjective- synopsis and evaluation of the most salient
    aspects of the 2006 IAU General Assembly.

    Needless to say that there were more points on the agenda of the GA
    than reaching an agreement on what is a planet, but this latter issue
    without doubt dominated on this occasion. So I will limit myself to
    this most salient of salient aspects.

    In the plenum of astronomers there circulated - above as well as below
    the table - three proposals on how to define a planet: Two official
    ones und one non official one. All of these proposals had in common
    that they somehow tried to define a lower limit of size which would
    enable us to distinguish between planets and the myriad of smaller or
    even microscopical objects in our solar system. And one of these
    proposals stipulated a definition which could also be applied to other
    solar systems. Of course, all of these proposals differed in the manner
    in which said lower limit of size should be determined, but the manner
    in which these manners of definition differed among each other can
    clearly be characterized as their respective degree of rationality - as
    will be shown below. Below I will assume my readers to be familiar with
    the precise content of the three proposals in question.

    The first official proposal of the IAU, which was also the one which
    potentially could have been applied to extrasolar planets, tried to
    define the lower size limit of what a planet is in terms as rational as
    possible, i.e. by making use exclusively of physical properties of the
    objects in question.

    The second official proposal of the IAU was a compromise between
    rational criteria and historical convention. It consisted of declaring
    a somewhat arbitrary lower size limit of what is a planet, but in such
    a manner that this lower size limit could nevertheles be justified in
    one way or another by physical criteria unrelated to size, like
    differences in composition, type of orbit around the sun and type of
    solar system region in which the body is located.

    The third and unofficial proposal was based entirely on sentiments
    about historical convention, i.e. consisted in not changing anything
    about the historical definition of what is a planet. And despite of at
    times desperate attempts, nobody has been able to find any physical
    criteria of any type which could somehow corroborate this definition.

    Naturally, the most rational proposal was also the most revolutionary
    one. The visionary part in the first proposal of the IAU was the
    recognition that in our search for extrasolar planets we might one day
    discover planet/sattelite systems in which the components are so
    simimilar in size, that we could not avoid to call them multiple planet
    systems. But the rational criterion which they proposed in order to
    distinguish between planet/sattelite systems and multiple planet
    systems also converted the Pluto/Charon system into a multiple planet
    system. It is to be assumed that it was this circumstance, and not the
    easily correctable problem of the barycenter of the system possibly
    dipping in and out of one of its components in the case of the presence
    of very eliptical orbits, which lead to the inmediate rejection of this
    concept by a great part of the participants. It was just too
    revolutionary to them.

    But the most revolutionary aspect of the first proposal was its
    consequence that - starting with the inmediate declaration of three
    more planets and announcing the declaration of many more within a short
    time - the idea of a fixed and precisely known number of planets would
    soon have to be abolished. As it turned out, he abolishement of the
    idea of a fixed and precisely known number of planets was so shocking a
    proposal to its opponents, that they weren´t even capable of attacking
    it directly, but were only able to reflect on their inner state by
    calling it "confusing".

    Besides aiming at being rational, the first proposal was aiming above
    all at being a practical solution to the problem of defining a planet,
    thus deriving its distinguishing criteria from observed qualities
    rather than deriving them from mathematical definitions. As it turns
    out, in distinction to natural processes the properties of natural
    objects by themselves can never be defined in mathematical terms,
    because all natural objects are intrinsically non-perfect (*).
    Nevertheless, the first proposal of the IAU was widely attacked for the
    lack of mathematical precision of its distinguishing criteria.

    Under such circumstances, it was no surprise to see that the first
    proposal ended up being rejected in the conference from early on.

    But in all likelyhood, very many of those attendants who rather
    fiercely attacked the first proposal of the IAU for the lack of
    mathematical precision in its distinguing criterion between planets and
    non-planets ("roundness", or rather the hydrostatical equilibrium of a
    planet) did NOT do this because they wanted a more rational solution
    than what was offered in this proposal. This is because they usually
    did not make any suggestions with regard to how to improve it, but they
    simply wanted it to be discarded without offering any rational
    alternative to it. So rather, and due to the mechanism described in the
    inmediately following paragraph, it is reasonable to assume that those
    people who immediately and fiercely attacked the first proposal of the
    IAU were largely and clandestinely supporting the unofficial proposal.

    Honesty does not belong to the typical characteristics of homo sapiens.
    And just because a person is highly emotional, that does not
    necessarily mean that it is also stupid or ignorant of its own
    emotionality. Thus, because -not only- emotional people like to "win"
    the arguments in which they get involved, and since -above all in
    science- the emotivity of an argument is not generally accepted as a
    sign of its quality, we must always expect that there exist hidden
    motives behind the arguments which are explicitly stated by people.
    Thus, the unofficial proposal was largely dealt "below the table".
    There was a last ditch attempt, possibly promoted by Richard Binzel of
    MIT, to get the unofficial proposal - though camouflaged as a
    reinterpretation of the term "classical planet" from the first IAU
    proposal - on top of the table, but this attempt did not succeed.

    So in the end, and in order to not end up with empty hands and expose
    oneself to even more ridicule than in the past, and also in oder to be
    able to proceed with the long overdue naming of certain KBOs, the IAU
    adopted the second proposal as a compromise.

    In the press, this compromise has been hailed as a victory for reason.
    But in the light of what I have written above, it turns out to just
    have been a defeat of utter irrationality. And it was a close defeat.
    Only about 12% of the original attendants of the conference actually
    participated in the vote. And among these, the second proposal only won
    by a narrow margin (if I wasn´t mislead by a potentially dubious
    source in this thread). It would be interesting to speculate on what
    was the predominant motive among those who voted against the second
    proposal, but I will abstain from doing it here.

    The interesting question which remains is: Why did the vast majority of
    the attendants leave the conference so early that they couldn´t
    participate in the actual decision -i.e. the voting, even though the
    preceeding discussions had been so bitter at times? I have no doubt
    that they would come up with all sorts of excuses if we would ask each
    one of them personally. But in the light of what I have said above
    about hidden motives, I consider the most likely explanation for the
    early good-bye of many of them to be the following: They were
    scientists, and they hated the solution they would have to vote for if
    they didn´t listen to their heart. Besides, the vote was not secret
    and they possibly feared to become targets of ridicule. And because
    they were not able to deal with these circumstances they simply ran
    away.

    As a final remark: It might well be that from the viewpoint of pure
    astronomical research this general assembly of the IAU hasn´t been too
    interesting for not to say sensational. But from the viewpiont of
    another science, which is psychology, the data which can be gathered
    from this general assembly, in combination with interviews of its
    participants, should offer sufficient material for at least one
    doctorate thesis. In terms of interdisciplinary science astronomy and
    psychology might appear as strange bedfellows, but strange bedfellows
    is what life often produces.

    Peter




    De : p...@infocanarias.com - afficher le profil
    Date : Mer 30 août 2006 18:25
    E-mail : p...@infocanarias.com
    Groupes : sci.astro.amateur

    > I see -- the debate has now drifted and is no longer about whether Pluto
    > is a planet or not, but about whether the IAU is ridiculous or not.

    > If the IAU instead had decided as you wished it would have decided,
    > would you then have argued that the IAU acted ridiculously? I think not....

    > So why not just face it? You "lost" - don't act as a bad loser.

    > And the definition of "planet" is of course not a matter of science,
    > it's just a matter of semantics. Pluto is still there, the same as it
    > was, we just switched the label we attach on it.

    I am not outraged by the outcome of that last GA, just disappointed.
    Considering that all attendants were products of biological evolution
    (like me, so I know what I am talking about), perhaps it was all we
    could hope for under such emotionally charged conditions.

    So we will have to stick with the concept of a fixed and precisely
    known number of planets. But at least the eight planets to which
    planethood in our solar system is now restricted have some physical and
    orbital properties by which they can be distinguished from the rest of
    the solar system bodies (composition, type of orbit, general region of
    the solar system and more). This is not very satisfying, but it could
    have been much worse:

    If the plutomaniacs would have gotten their way and the number of
    planets in our solar system would have been restricted to nine, then
    there would not exist any physical or orbital properties by which one
    could distinguish planets from KBOs. And even worse, we would have
    created the contradictory situation in which Pluto is considered a
    planet while 2003UB313 is not. In other words, we would have *created*
    a convention which is absolutely meaningless(*). A bit of meaning is
    still better than none at all.

    The present definition should be able to hold up until some day an
    extrasolar planet with less mass than Mercury is found. Unless perhaps
    some day it is replaced by a more universal definition which abolishes
    the idea of a fixed and precisely known number of planets and is thus
    applicable to extrasolar systems without limits (even though we should
    always be ready for surprises). Nonetheless, considering how close -to
    my understanding- we were last week to a victory of the plutomaniacs
    (all they needed was to make any solution impossible, in order to ger
    their newfangled "convention" more deeply engrained (*)). The last week
    has made me rather sceptical about what reasoning power scientists tend
    to have nowadays.

    And talking about meaning: Science and semantics are not unrelated,
    since it is science which is supposed to find meaningful connections
    between the phenomena of this world. And semantics is about contexts of
    meaning.

    Peter

    (*)To call Pluto a planet was much more than just a convention. To
    suddenly call this a pure convention is nothing but a straw argument
    pulled out of the hat by certain people when they found it convenient.
    And even conventions tend to be usefull - whether they are social
    conventions or traffic rules.

  14. #11
    Invité o24
    Invité

    Re : Huit planètes : une bonne décision ?

    Citation Envoyé par Bouli Voir le message
    Si tu sais comment étudier la sphéricité et l'encombrement de l'orbite des planètes extra-solaires, ca sera une grande avancée pour la science.
    Ben, non, je ne sais pas faire ça, et je ne l'ai d'ailleurs jamais affirmé. Ma remarque était : lier la défiinition d'un objet astronomique au fait qu'il tourne autour du Soleil uniquement n'est pas scientifique. ça implique que le Soleil est une catégorie spéciale d'étoile à lui tout seul. je trouve ça très anthropocentrique et peu scientifique. Bien sur que le Soleil est central pour les humains, puisqu'il nous permet de vivre, mais il ne l'est pas astronomiquement parlant.

    Décidément, le mot planète ne veut plus rien dire du tout. Va-t-il falloir le rayer du dictionnaire ?

  15. #12
    ABN84

    Re : Huit planètes : une bonne décision ?

    Citation Envoyé par Opopanax Voir le message
    Ben, non, je ne sais pas faire ça, et je ne l'ai d'ailleurs jamais affirmé. Ma remarque était : lier la défiinition d'un objet astronomique au fait qu'il tourne autour du Soleil uniquement n'est pas scientifique. ça implique que le Soleil est une catégorie spéciale d'étoile à lui tout seul. je trouve ça très anthropocentrique et peu scientifique. Bien sur que le Soleil est central pour les humains, puisqu'il nous permet de vivre, mais il ne l'est pas astronomiquement parlant.

    Décidément, le mot planète ne veut plus rien dire du tout. Va-t-il falloir le rayer du dictionnaire ?
    bonjour,
    il faut voir les choses dans leurs contertes.
    le debat s'est ouvert a l'occasion de la decouverte de deux nouveaux astres. alors si la definition cite soleil au lieu d'etoile, c'est que le debat concernait uniquement les planetes du systeme solaire. je crois que, quand l'heure de standadiser la definition viendra, celleci sera plus generique et prendra la dimension astronomique.
    pour rester dans le debat, je crois que c'est une bonne decision de limiter les planetes a 8 aulieu de les etendre a 12, autrement, il suffirait de decouvrir un quelconque caillou "rond" pour que ca soit une planete, et on se trouverait ave un systeme solaire a un millier de planetes. a mon avis la restriction vaut mieu que l'extension.
    A+
    "Engineering is the art of making what you want from what you get"

  16. Publicité
  17. #13
    OKO

    Re : Huit planètes : une bonne décision ?

    Citation Envoyé par AUBERT Dominique Voir le message
    Voulez-vous dire plutôt 100 UA (100 fois dist.ter-sol) ?
    Certainement pas, en aucune façon 100 UA non ...
    Il n'y a aucune autre étoile a 100 UA vu qu'on est pas encore sorti du système solaire, qui s'etend jusqu'a ~ 150.000 UA (fin du nuage d'Oort), ce qui donne 1500 fois plus loin que vos 100 UA.
    Excusez du peu

    Cordialement.

  18. #14
    Dulot

    Re : Huit planètes : une bonne décision ?

    Opopanax> Si tu lis l'article précédent, tu verras que la définition ne se focalise pas exclusivement sur le soleil.
    Une planète doit vérifier les critères suivants :

    # En orbite autour d’une étoile, sans toutefois être une étoile ;

    # Suffisamment massif pour que l’effet de sa propre gravité lui confère une enveloppe sphérique ;

    # Dominant son environnement et ayant « dégagé le voisinage autour de son orbite » - ce qui n'est pas le cas de Pluton.

    Le deuxième points est déjà difficile à vérifier. Le troisième point le semble bien plus. La vérification "rigoureuse" de ces trois points (sans parler des cas limites qui ne manqueront pas de se manifester dans le futur) ne semble guère possible actuellement. On peut, peut-être, discuter de la nature des premières exoplanètes découvertes; géantes gazeuses dont la gravité doit être si intense qu'elle vérifie sans doute ces deux derniers points.

    Par conséquent et à mon humble avis, il n'y a pas lieu de s'offusquer de cette focalisation sur le système solaire.

  19. #15
    sauron25

    Thumbs up Re : Huit planètes : une bonne décision ?

    salut,

    moi je suis tout a fait d'accord avec cette décision !!!
    Et les americains n'ont qu'a ravaler leur fiereté !!!

    @+
    "Un problème sans solution est un problème mal posé."[Albert Einstein]

  20. #16
    Pyjam

    Question Re : Huit planètes : une bonne décision ?

    Citation Envoyé par einstein Voir le message
    je crois que c'est une bonne decision de limiter les planetes a 8 aulieu de les etendre a 12, autrement, il suffirait de decouvrir un quelconque caillou "rond" pour que ca soit une planete, et on se trouverait ave un systeme solaire a un millier de planetes. a mon avis la restriction vaut mieu que l'extension.
    Je serais intéressé de savoir pourquoi tu trouves que 8 est mieux que plusieurs milliers.

    D'ailleurs, selon ce principe, un système solaire à 4 planètes ne serait-il pas encore meilleur ? Après tout, comparée à Jupiter, la Terre est comme un petit poid comparé à une boule de bowling.

  21. #17
    AUBERT Dominique

    Re : Huit planètes : une bonne décision ?

    Citation Envoyé par OKO Voir le message
    Certainement pas, en aucune façon 100 UA non ...
    Il n'y a aucune autre étoile a 100 UA vu qu'on est pas encore sorti du système solaire, qui s'etend jusqu'a ~ 150.000 UA (fin du nuage d'Oort), ce qui donne 1500 fois plus loin que vos 100 UA.
    .
    Oui, bien sûr, j'ai fait une erreur de lecture de votre phrase, et j'ai interprété votre 'planête de 2000km' dans notre SS. Je suis donc bien d'accord en relisant avec attention votre texte initial.

  22. #18
    ABN84

    Re : Huit planètes : une bonne décision ?

    Rebonjour,
    Citation Envoyé par Pyjam Voir le message
    [...]il suffirait de decouvrir un quelconque caillou "rond" pour que ca soit une planete[...]
    Je serais intéressé de savoir pourquoi tu trouves que 8 est mieux que plusieurs milliers.

    D'ailleurs, selon ce principe, un système solaire à 4 planètes ne serait-il pas encore meilleur ? Après tout, comparée à Jupiter, la Terre est comme un petit poid comparé à une boule de bowling.
    pour ne pas que les rigolots reclament la decouverte de leurs planetes a longueur de journee.
    guillemets:c'est comme pour le guiness-book, pour y entrer il suffit d'imaginer une quelconque epeuve, aussi farfelues soit elle. et la, on decouvre un petit caillou, et on dit qu'on a decouvert une planete


    tu imagine, si un eleve de 8 ans etais obligé d'apprendre le nom d'un millier d'astres.

    je crois que cette decision est meilleure, non pas juste parcequ'elle limite le nombre de planetes mais surtout parcequ'elle ferme la porte a tout debordement


    il ne faut pas oublier, par ailleur, qu'avec cette restriction, pluton ne prends que plus d'importance: avant c'etais la petite planete rebelle du systeme et maintenant, c'est la mère d'une nouvelle lignée d'astres.
    Dernière modification par ABN84 ; 31/08/2006 à 17h20.
    "Engineering is the art of making what you want from what you get"

  23. Publicité
  24. #19
    younes guessous

    Re : Huit planètes : une bonne décision ?

    Bonjour,
    Tout à fait d'accord avec Pyjam, d'ailleurs "enlever" une planète de la liste n'as aucun sens. Cela veut dire que la science "recule" en quelque sorte.
    Ce qui est incompréhensible, c'est que le monde soit compréhensible.(Albert Einstein)

  25. #20
    sauron25

    Exclamation Re : Huit planètes : une bonne décision ?

    Citation Envoyé par Pyjam Voir le message
    Je serais intéressé de savoir pourquoi tu trouves que 8 est mieux que plusieurs milliers.

    D'ailleurs, selon ce principe, un système solaire à 4 planètes ne serait-il pas encore meilleur ? Après tout, comparée à Jupiter, la Terre est comme un petit poid comparé à une boule de bowling.
    oui mais si l'on suit le même principe encore plus loin Jupiter et les 3 autres géantes gazeuses ne sont que de vulgaire "caillou" par rapport aux géantisimes planète extrasolaire (de + de 8 fois la masse de Jupiter) et donc dans ce cas le SS ne contient aucune planète..... non !!!

    Restons sérieux je pense qu'il falait fixer une limite peut importe laquelle et l'UAI l'a fait, ce qui est très bien !!!
    "Un problème sans solution est un problème mal posé."[Albert Einstein]

  26. #21
    younes guessous

    Re : Huit planètes : une bonne décision ?

    Je dis aussi que ça permettra d'éviter la corvée de l'apprentissage et que ça donnera à la masse l'occasion de connaître l'immensité du système solaire
    Ce qui est incompréhensible, c'est que le monde soit compréhensible.(Albert Einstein)

  27. #22
    Pyjam

    Unhappy Re : Huit planètes : une bonne décision ?

    Citation Envoyé par einstein Voir le message
    Rebonjour,
    pour ne pas que les rigolots reclament la decouverte de leurs planetes a longueur de journee.
    guillemets:c'est comme pour le guiness-book, pour y entrer il suffit d'imaginer une quelconque epeuve, aussi farfelues soit elle. et la, on decouvre un petit caillou, et on dit qu'on a decouvert une planete


    tu imagine, si un eleve de 8 ans etais obligé d'apprendre le nom d'un millier d'astres.

    je crois que cette decision est meilleure, non pas juste parcequ'elle limite le nombre de planetes mais surtout parcequ'elle ferme la porte a tout debordement
    Bonsoir,

    Tu ne m'en voudras pas j'espère de ne pas trouver ces raisons très scientifiques.

    Encore un texte intéressant sur le sujet.

    Au dernier recensement, il y aurait 45 planètes naines. Donc, une partie des astronomes n'en voulait pas comme planète (trop petites), l'autre partie n'en voulait pas comme astéroïdes (trop grosses). Le compromis : créer les planètes naines !

    Maintenant, la moitié des astronomes considère les planètes naines comme des planètes et l'autre non.

    Et tout ce que l'homme de la rue a retenu c'est que Pluton n'est plus une planète. Triste société des média.

  28. #23
    ABN84

    Re : Huit planètes : une bonne décision ?

    Tu ne m'en voudras pas j'espère de ne pas trouver ces raisons très scientifiques.
    non, j'en suis concient. mais a ton avis, a quoi est due cette decision? je doute que ce soit uniquement les bases scientifiques
    "Engineering is the art of making what you want from what you get"

  29. #24
    Pyjam

    Re : Huit planètes : une bonne décision ?

    C'est bien ce qui m'agace autant. Ceux qui prétendent exclure Pluton sans état d'âme me paraissent en réalité ceux les plus attachés à la tradition.

  30. Publicité
  31. #25
    ABN84

    Re : Huit planètes : une bonne décision ?

    je doute que ce soit sans etat d'ame. je dirais plutot qu'entre deux maux, ils ont choisi le moindre.
    "Engineering is the art of making what you want from what you get"

  32. #26
    Diaba

    Re : Huit planètes : une bonne décision ?

    Citation Envoyé par younes guessous Voir le message
    Bonjour,
    Tout à fait d'accord avec Pyjam, d'ailleurs "enlever" une planète de la liste n'as aucun sens. Cela veut dire que la science "recule" en quelque sorte.
    Bonjour

    Je suis pas vraiment d'accord avec toi et heureusement que aujourd'hui la science sait aussi revenir sur des decisions qu'elles a pu prendre par le passé, ca permet aussi d'avancer.

  33. #27
    Tonton Nano

    Re : Huit planètes : une bonne décision ?

    Citation Envoyé par younes guessous Voir le message
    Cela veut dire que la science "recule" en quelque sorte.
    La science ne recule pas ! Il n'a pas été question de nier les faits ou d'abandonner une théorie. Il s'agit juste d'un changement dans la nomenclature. Le fait de créer une nouvelle classe d'objets montre au contraire que nous prenons con-science de la richesse de ce qui nous entoure. Et à la vue de nos connaissance actuelle, il est plus approprié de ranger Pluton avec les objets qui lui ressemblent qu'avec les planètes (avec lesquelles elle n'a pas grand chose en commun).

    Je trouve que renoncer à une terminologie historique pour des raisons de logique est une bonne chose et devrait être appliqué plus souvent dans tous les domaines.

  34. #28
    Invité o24
    Invité

    Re : Huit planètes : une bonne décision ?

    300 astronomes ont signé une pétition contre la décision de l'UAI. La phrase de l'article "la décision de l’UAI sur le terme « planète » satisfait les astronomes.", qui ne cite les propos que de DEUX astronomes, n'est pas objective ni juste. C'est pas le nombre de gens qui donne raison, mais, pourquoi muer "deux" en "les" ?

  35. #29
    ABN84

    Re : Huit planètes : une bonne décision ?

    bonsoir,
    en quoi est ce un probleme de restraindre une definition. ca ne fait qu'avancer la science comme ca a ete deja cité.
    jadis, la geometrie cartesienne a eté limitée aux plans horizontaux, ce qui a fait emmergé deux nouvelles geometries: des plans convexes et des plans concaves.
    de meme la relativité a ete limitée a l'echelle macro, ce qui a permis de developper la mecanique quantique, a l'echelle micro.
    et ca n'a derangé personne (au debut oui, mais tout le monde a reconnu que cette restriction etais la bonne decision apres)
    la ce sont 2 exemple, mais les restriction des definitions dans la sciences sont innombrable. et sans ca, la science n'avancerait pas, imaginez si vous regardier, toutes les disciplines, tous les objets, et toutes les def, de la meme facon§ imaginez que vous regardiez les quark, les atomes, les mailles, les cellules, les etres vivants, les astres les galaxies, et l'univers tout entier du meme point de vue, diriez vous que la science avance?

    de la meme facon l'exclusion de pluton a immergé une nouvelle famille d'astres qui vont etre etudié d'un autre point de vu, vu leurs caracteristiques differentes aux autres astres du systeme solaire. d'ailleur, il n'est pas exclu, que dans un futur proche ou lointain d'autres astres soient exclus de la definition des "planete".
    "Engineering is the art of making what you want from what you get"

  36. #30
    Pyjam

    Smile Re : Huit planètes : une bonne décision ?

    Heureusement, 300 astronomes professionnels ont signés une pétition pour protester contre cette définition fumeuse et les conditions dans lesquelles elle a été votée.



    “This petition gives substantial weight to argument that the IAU definition of planet does not meet fundamental scientific standards and should be set aside,” states petition organizer Dr. Mark Sykes, director of the Planetary Science Institute in Tucson, Arizona.
    “A more open process, involving a broader cross section of the community engaged in planetary studies of our own solar system and others should be undertaken.”

Page 1 sur 2 1 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Le probleme du grand huit
    Par meitantei dans le forum Physique
    Réponses: 6
    Dernier message: 26/03/2007, 20h23
  2. Cancer : une action mondiale pour éviter huit millions de décès d'ici 2015
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 7
    Dernier message: 10/02/2006, 17h06
  3. Une bonne config???
    Par AnthoSnake dans le forum Matériel - Hardware
    Réponses: 39
    Dernier message: 22/08/2005, 20h18
  4. Faut-il une CG spéciale si on veut une bonne qualité d'image 2D (Bureau)
    Par bitonio6 dans le forum Matériel - Hardware
    Réponses: 9
    Dernier message: 10/01/2005, 15h59
  5. Prendre une décision
    Par Lee dans le forum [ARCHIVE] Psychologie / Sociologie
    Réponses: 6
    Dernier message: 29/05/2004, 00h11