La mémoire procédurale est la mémoire des savoir-faire et des habiletés motrices. Elle permet d’acquérir des automatismes de manière inconsciente, afin d’accomplir des tâches motrices, mais sans avoir à réapprendre les gestes nécessaires à l’action : conduire une voiture, marcher, manger, nouer ses lacets, faire du vélo, skier ou nager.Cerveau : la mémoire procédurale, une mémoire implicite

La mémoire procédurale est une mémoire implicite (qui fait partie de la mémoire à long terme) parce que l’individu n’a pas besoin de se concentrer sur sa tâche pour l’accomplir.De manière générale, on distingue la mémoire à court terme de la mémoire à long terme. Cette dernière comprend :
  • lamémoire déclarative ou explicite : mémoire épisodique et mémoire sémantique ;
  • la mémoire non déclarative ou implicite comme la mémoire procédurale.
La mémoire procédurale est particulièrement sollicitée par les sportifs ou les artistes qui doivent acquérir des automatismes dans certains gestes. La mémoire procédurale utilise des réseaux neuronaux sous-corticaux (striatum, noyau caudé) et situés dans le cervelet.Maladie neurodégénérative et mémoire procédurale

Dans certaines maladies neurodégénératives, comme la maladie de Parkinson ou la maladie de Huntington, la mémoire procédurale peut être affectée. Le patient rencontre des difficultés à faire un apprentissage procédural (par exemple, pour la lecture en miroir).En revanche, la mémoire procédurale est conservée dans des cas d’amnésie profonde, ce qui suggère qu’elle utilise des voies indépendantes.

Lire la suite : Mémoire procédurale