Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 6 sur 6

Climatique et bioclimatique: recadrage des démarches nécessaire !



  1. #1
    r17777

    Exclamation Climatique et bioclimatique: recadrage des démarches nécessaire !


    ------

    De jour en jour, nous nous réjouissons de constater que les terme « Bioclimatique » et « Climatique » commencent heureusement à être de plus en plus employés, sur le net, dans les médias, chez les professionnels, et parmi nous, les éco-citoyens et eco-citoyennes en herbe.

    Cependant, les termes employées ne correspondent pas toujours aux offres proposées, et il n’est pas rare que nous le retrouvons dans des propositions certes un peu novatrice, mais bien souvent encore trop éloignées de la vraie démarche dans sa globalité.

    Parfois même on est plus qu’en mesure de se demander si il ne s’agit pas pour certains que d’un terme uniquement mercantiles de plus, tellement les non sens écologique ou « éconologique » foisonnent à tous vas dans certaines de leurs propositions!

    C’est pourquoi, afin de tenter d’éviter une perversion des termes « climatique » et « bicoclimatique » qui engendrerait un ralentissement de la mutation de nos modes de conceptions conventionnels nuisible vers des modes de constructions réellement écologiques et adaptés au climat et besoins de chacun, nous avons décider ici sur le forum « Habitat bioclimatique, chauffage et isolation » , de créer une sorte de charte permettant aux intéressés de faire le tri entre le vrai du moins vrai, voir du faux bioclimatique opportuniste…


    Une sorte de définition généraliste de la chose…

    Donc voilà, je me lance, en vous donnant ma propre définition de la bioclimatique…

    Voir même pour commencer et en toute logique je commence plutôt par ma définition du terme climatique :

    Une conception climatique, doit comme son nom l’indique être faite en fonction du climat local, et non se battre contre lui, c'est-à-dire tirer parti des avantages énergétiques que lui offre la localité géographique, et se prémunir de ses inconvénients.

    Mais pour que cette démarche climatique locale rentre réellement dans la démarche environnementale globale, il ne faut pas que les moyens utilisés déplacent le besoin énergétique vers d’autres postes, tel que le transport des matériaux, l’énergie grise dépensée pour la fabrication de ces alternatifs matériaux de construction, ou le fonctionnement de ces bâtiments au niveau de la centrale de production d’électricité par exemple (cf : rendement centrales EDF + transport jusqu'à votre compteur = 25 à 30% !!).

    On parle donc de billant énergétique global, par une réduction drastique du besoin initial sans réduction du confort (ne pas confondre « rationalisation de l’énergie » avec « rationnement du confort » ), et non de moyens et méthodes pour fournir un besoin énergétique inchangé (donc dispendieux).

    On ne s’arrête pas non plus à la lecture des consommations facturées à l’individu ( = énergie finale), mais on compare réellement en terme d’énergie primaire, c'est-à-dire « du puits à la roue ». Donc sans omettre toutes les pertes en amont du compteur du, ou des utilisateurs.


    La conception climatique étant avant tout une forme d’alternative au chauffage (mais aussi à d‘autres poste telle que l’éclairage par ex), et non une quête du dispositif de chauffage alternatif, si tant est qu’il soit réellement alternatif comme on nous le dit (ce qui n’est pas toujours le cas malheureusement comme l’illustre bien le problème des systèmes pompe à chaleur et pseudo-géothermie )


    Les enjeux internationaux colossaux du siècle naissant, nécessitent de fournir le plus tôt possible la totalité de nos besoins par des moyens réellement alternatifs après les avoir rationalisé en volume et nature. Il est donc urgent de concentrer nos efforts sur tous les besoins vitaux de base et d’écarter les besoins superflus.

    Il devient donc inutile de vouloir faire entrer un concept basé sur un autre moyen de fournir un besoin énergétique sans remettre en cause la nature et l’importance de ce même besoin énergétique. (Un SPA, éclairage de jardin nocturne, climatisation artificielle, maison mal isolée, chauffage exagéré …etc)

    Chaque localité ayant ses propres caractéristiques, ceci permettant une diversité synonyme de richesse culturel et de sécurité économique, il est donc illusoire de croire en la généralisation de modèle clé en main…

    Les concept climatique et bioclimatique ne sont donc pas des modèles de conception à généraliser, mais des modèles de réflexion à adaptés techniquement à chaque cas…
    Ce qui écarte tout de suite les promoteurs, constructeurs, architectes vous proposant du clé en main identique peut importe la région climatique, ou les atouts et contrainte de la localité ou se situe le projet.





    La démarche bioclimatique quand à elle, est une extension de la démarche climatique, qui intègre en plus, les notions de nocivité des matériaux et matériels utilisés sur l’environnement et les personnes.

    Mais tous comme la démarche bio dans le domaine alimentaire, la démarche bioclimatique peu (ou doit ?) intégrer les domaines plutôt d’ordre social par le respect des conditions de travail lors de la fabrication des matériaux ou des règles du commerce équitable, la dynamisation de l’économie locale, et d’ordre culturel par le biais de la valorisation (ou revalorisation) des savoirs faire locaux…. par exemple.





    Bien sûr la difficulté de notre exercice serra de permettre à tout le monde d’évaluer si oui ou non une offre entre dans le cadre des conceptions climatique ou bioclimatique, ou du moins si elle s’en rapproche réellement , sans pour autant l’écarter sous prétexte qu’elle n’est pas 100% conforme…

    Un basculement intégrale, généralisé, et brusque d’un mode de construction à un autre étant un risque énorme de générer de bien des maux, des compromis seront donc parfois à faire (voir souvent).
    Le tout étant de bien évaluer si oui ou non l’avancé socio-environementale, ou « éconologique » est bien au rendez vous, en prenant au moins comme repère à dépasser le plus possible, les obligations légal en vigueur, et non la vieille maison post normes thermiques de son voisin de quartier …

    Nous cherchons donc un vrai nivellement par le haut …


    Voilà donc cette définition comme point de départ …

    J’attends vos enrichissements divers et variés…

    Keep the pressure


    Ps : si quelqu’un à le temps d’enrichir le terme « éconologique » sur le wikipédia francophone http://fr.wikibooks.org/wiki/Habitation_éconologique et http://fr.wikibooks.org/wiki/Habitat...que:_chauffage et corriger par la même occasion les quelques laccunes que l'on y trouve sur le bois énergie ou les pompes à chaleur par exemple ...

    -----

  2. Publicité
  3. 📣 Nouveau projet éditorial de Futura
    🔥🧠 Le Mag Futura est lancé, découvrez notre 1er magazine papier

    Une belle revue de plus de 200 pages et 4 dossiers scientifiques pour tout comprendre à la science qui fera le futur. Nous avons besoin de vous 🙏 pour nous aider à le lancer...

    👉 Je découvre le projet

    Quatre questions à explorer en 2022 :
    → Quels mystères nous cache encore la Lune 🌙 ?
    → Pourra-t-on bientôt tout guérir grâce aux gènes 👩‍⚕️?
    → Comment nourrir le monde sans le détruire 🌍 ?
    → L’intelligence artificielle peut-elle devenir vraiment intelligente 🤖 ?
  4. #2
    m3dps

    Re : Climatique et bioclimatique: recadrage des démarches nécessaire !

    Bonsoir
    R1777ouf! 7.

    vous écrivez:
    Les concept climatique et bioclimatique ne sont donc pas des modèles de conception à généraliser, mais des modèles de réflexion à adaptés techniquement à chaque cas…
    Ce qui écarte tout de suite les promoteurs, constructeurs, architectes vous proposant du clé en main identique peut importe la région climatique, ou les atouts et contrainte de la localité ou se situe le projet.


    je partage tout a fait votre avis.

    J'aimerais au fil de cette discussion vous voir ou un autre spécialiste aborder un recadrage de ce type sur les materiaux à employer et donc le coût .

    depuis quatre mois que je parcours ce forum je m'aperçois que nous sommes tous dans une immense attente de solutions techniques et quelquefois dans l'impasse.

    je voudrais eviter de revivre ou de relire un ou des spécialistes de la maison en bois, (il en vends toujours et il a un super site...) bourré de diplômes d'ingénieur, qui donne conférences sur conférences sur l'habitat bioclimatique et qui au moment ou il faut signer le chèque vous annonce que le budget explose de 30%.

    et pourtant il est passionnant ...

    recadrage technique.

  5. #3
    seboseb

    Re : Climatique et bioclimatique: recadrage des démarches nécessaire !

    Salut à tous,
    Merci, R17777 de cette définition. Je crois que tout y est. Je partage à 100 % !

    On devrait même étendre ce discours à la plupart des produits de consommation courante. Toute la démarche tient en 3 questions :

    1- "De quoi ai-je vraiment besoin," (pas "quel expédient technique vais-je choisir parmi la liste que l'on me propose dans le commerce" mais bien "quel est le problème initial que j'ai à résoudre". Ex : dormir au chaud l'hiver, m'alimenter (et en tirer du plaisir), communiquer avec mes amis-famille éloignés, aller au boulot tous les jours

    2 - "Quelles sont les solutions qui me permettent, à moindre coût (pour moi et pour ma planète) de subvenir à ces besoins". Dans l'idéal, ce serait : bien concevoir et isoler ma maison, acheter des produits locaux et de saison à un producteur en qui j'ai confiance, utiliser l'e-mail (si je n'ai pas de réelle nécessité d'être contacté immédiatement), habiter près de mon lieu de travail, et y aller de préférence à pied, à vélo, etc.

    Et pas : acheter une pompe à chaleur pour chauffer mon pavillon et ma piscine individuelle, acheter du melon en janvier et des navets en août, avoir un téléphone portable qui fait appareil photo et console de jeux, avoir une grosse BMW 4x4 climatisée parce que pour faire 30 km d'embouteillages chaque jour matin et soir, hein, autant être bien installé...

    3- Au vu des nécessités de la vraie vie (contraintes horaires, financières -à ne pas sous-estimer, les écolo-moralisateurs friqués me font bien marrer - vie professionnelle, etc), quels compromis acceptables puis-je adopter ? Et comment planifier, dans le temps, une situation qui tend de + en + vers l'idéal ?

    Evidemment, ça oblige à réfléchir... et une telle démarche est mal perçue par les annonceurs de TF1, si le cerveau humain n'est pas prompt à avaler sans réagir n'importe quelle connerie ("disponible", comme l'a joliment qualifié le P-DG de la chaine).

    Heureusement, par moment (en lisant ce forum, par exemple, en lisant une certaine presse ou en écoutant des émissions gauchistes sur Inter), je me dit qu'il y a quelques poches de résistance de l'intelligence et de la citoyenneté contre le "tout commercial" en vogue depuis une ou deux décennies.

    Bonne journée à tous
    Dernière modification par seboseb ; 06/05/2006 à 15h22.

  6. #4
    bibice

    Re : Climatique et bioclimatique: recadrage des démarches nécessaire !

    Bonjour tout le monde.

    Une bonne idée ce recadrage. Je suis d'accord sur le fond de la demarche d'une construction bioclimatique selon R17777. Cependant, tant qu'on est dans le recadrage, j'appelerai plutot ce concept une maison sociobioclimatique.

    Tout comme on peut faire une maison bio qui ne soit pas climatique, il est tout a fait possible de faire une maison bioclimatique qui ne prenne pas en compte les aspects sociaux. La maison sociobioclimatique serait donc un prolongement de la démarche bioclimatique.

    En tout cas, je reste d'accord sur l'objectif. Et je dois bien avouer que mettre tous ces aspects en pratique n'est vraiment pas facile.
    Avoir le courage d'entreprendre quelque chose est l'un des principaux facteurs du succès.

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #5
    David7578

    Re : Climatique et bioclimatique: recadrage des démarches nécessaire !

    S'il était possible de coller au plus près du sujet ce serait pas mal non? plutôt que de sentir poindre des aspects politiques?


    L'aspect économie a été mis en exergue, dans ce genre de charte, il serait peut-être interressant d'inclure un code de bonne conduite.

    Parcequ'en y regardant de plus près, parfois j'ai l'impression qu'une telle construction ne revient pas vraiment plus chère que le béton/parpaing isolé de l'intérieur.

    Alors je ne sais vraiment pas comment intégrer une démarche économiquement responsable, ou le constructeur etc... ne va pas essayer de faire des marges monstrueuses à la moindre occasion, facturer sans cesse des travaux supplémentaires etc...

    Et pourquoi pas, pour favoriser encore plus l'éclosion du phénomène, prévoir aussi de reverser une partie de l'argent récolté pour construire de l'habitat social avec la même qualité environnementale et énergétique? En évitant de politiser le truc...

    Mais ce qui me fait peur dans la partie financière, c'est qu'il sera toujours très dur d'avoir un système sans profiteur et sans main mise d'un pouvoir "vampire"

    @+

  9. #6
    boifan

    Re : Climatique et bioclimatique: recadrage des démarches nécessaire !

    Il faut bien reconnaître que tout ceci remet en cause les modèles que nous avons en tête.

    Voulez-vous aussi parler de la consommation de l'espace ? Ici beaucoup de posts commencent par "j'ai un terrain" ou "je cherche un terrain". L'adjoint à l'urbanisme de Quimper n'est pas un écolo, mais il dit :" La consommation d'espace devient telle qu'il faudra bien que, tous, nous admettions que l'avenir n'est plus à la maison individuelle. Il faudra de plus en plus penser à la maison de ville, à un ou deux étages, partagée entre plusieurs propriétaires. Ce sera difficile à faire passer, mais c'est inévitable." (Ouest France 5 mai 2006). Habitat collectif en ville, habitat groupé ailleurs. Etes-vous prêts ?

    Ceci pose aussi la question du recyclage des bâtiments anciens. Ce qui pose immédiatement le problème de leur valeur. Ils ne valent que pour la position qu'ils occupent (distance du pôle d'intéret, des ressources, conditions de vie) et de la ressource qu'ils représentent par rapport au coût de leur mise à la "norme". Il faut donc admettre que la valeur d'un bien ne soit plus spéculative ce qui implique une grosse révolution.

    J'ai mis le mot norme entre guillemets parce qu'il ne peut être dissocié de ceux qui la définisse. Aujourd'hui les normes sont définies par les lobbies et non pas comme on veut le faire croire par les "fonctionnaires de Bruxelles". Pour cela il suffit de lire les premières pages des normes et en particulier la liste des participants. Bien souvent, ces normes constituent une privatisation de la Loi. Elles sont propriété d'organisations privées, pour les connaître il faut les acheter et leur copie est interdite. Elles ne sont bien entendu pas issues de processus démocratiques.

    Hélas, je suis comme tout le monde. J'ai un terrain mais je vais faire aussi bien que possible, en fonction de mes idées et de mes moyens : j'ai déjà renoncé à une PAC en lisant ces forums !

  10. Publicité

Discussions similaires

  1. Architecture Bioclimatique (ou Climatique) : Isolation externe et stockage inertiel
    Par r17777 dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 650
    Dernier message: 01/03/2012, 15h09
  2. Recadrage video
    Par michel5002 dans le forum Logiciel - Software - Open Source
    Réponses: 1
    Dernier message: 03/02/2007, 16h28
  3. L'eau nécessaire à la fussion des péridotites
    Par sabrina40 dans le forum Géologie et Catastrophes naturelles
    Réponses: 7
    Dernier message: 14/03/2006, 11h24
Découvrez nos comparatifs produits sur l'univers de la maison : climatiseur mobile, aspirateur robot, poêle à granulés, alarme...