Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 2 sur 2

l'approche pragmatique en psychopatho




  1. #1
    Ioule

    l'approche pragmatique en psychopatho

    Bonjour à tous,
    j'ai lu dernièrement que l'analyse pragmatique du discours de patients atteints de psychopathologie (en l'occurence la schizophrénie) permettait de préciser le tableau clinique de la pathologie étudiée en terme de compétences langagières préservées ou non.
    Je trouve cela très interessant comme démarche mais les connaissances me manquent un peu pour juger tout ça...
    - Comment peut-elle?
    - Permet-elle de décrire la pathologie en allant plus loin que le "simple" aspect langagier (qui me parait un peu réducteur quand même), par exemple permet-elle d'évaluer certaines fonctions cognitives?

    -----

    Vi Veri Veniversum Vivus Vici

  2. #2
    Cyrille999

    Lightbulb Re : l'approche pragmatique en psychopatho

    Citation Envoyé par Ioule Voir le message
    Bonjour à tous,
    j'ai lu dernièrement que l'analyse pragmatique du discours de patients atteints de psychopathologie (en l'occurence la schizophrénie) permettait de préciser le tableau clinique de la pathologie étudiée en terme de compétences langagières préservées ou non.
    Je trouve cela très interessant comme démarche mais les connaissances me manquent un peu pour juger tout ça...
    - Comment peut-elle?
    - Permet-elle de décrire la pathologie en allant plus loin que le "simple" aspect langagier (qui me parait un peu réducteur quand même), par exemple permet-elle d'évaluer certaines fonctions cognitives?
    Bonjour,

    Désolé de te répondre aussi tard... Je viens de m'y mettre à la pragmatique, et je commence juste à parfaire mes connaissances.

    Pour ta problèmatique, je te conseille de lire:
    - "Eléments de psychopathologie cognitive" de Musiol et Trognon qui est un livre sur cette problématique sur la schizophrénie.

    - Pragmatique et pathologies de Virginie Dardier, exclusivement sur la pragmatique pour la psychopathologie.

    Pour répondre à ta seconde question (je ne comprends pas la première ou je ne sais pas), le but de la pragmatique n'est pas de décrire la pathologie (dans ton cas de figure la schizophrénie) mais d'étudier les relations de communication REELLES qui sont effectuées.

    Si tu es un peu familière avec l'école de Palo Alto (si tu ne l'es pas, je te conseille l'excellent l'école de Palo Alto, tu te souviendras qu'il existe un "contrat de communication" lorsque les 2 personnes communiquent...

    Mais qu'en est-il entre un schizophrène et un médecin (ou un psychologue) ? Ce contrat n'est-il pas contraint d'une certaine façon et équivoque d'une autre ? (par exemple, le médecin interroge le schizophrène pour VALIDER son diagnostic ou VALIDER si le traitement agit, pas toujours pour COMPRENDRE le monde intérieur de son patient... Dans ce cas là, le schizophrène qui n'est pas toujours délirant, loin de là, est-ce qu'il va répondre à la non compréhension du médecin de "son monde intérieur" ???

    C'est l'objectif de la pragmatique.

    J'aime un certain nombre de concepts de la psychanalyse; Mais les observant, je me suis rendu compte que de nombreux praticiens avaient tendance à surinterpréter...

    L'avantage de la pragmatique, c'est qu'elle cherche à comprendre les principes sans dogmes pré-concus.

    Il faut savoir que quand nous sommes dans une interaction, l'un influence l'autre et vice versa; Je te conseille de lire le livre "la contagion affective" de Philippe Wallon (le petit fils du célèbre Henri) qui en parle bien de ce processus.

    Voilà. Tu es à Paris VIII ? ou Nancy II ?

    Cyrille, Paris VIII

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. Réponses: 1
    Dernier message: 06/08/2007, 13h49