Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 11 sur 11

Renforcement non contingent dans le traitement des hallucinations auditives chez des schizophrénique



  1. #1
    adele62

    Arrow Renforcement non contingent dans le traitement des hallucinations auditives chez des schizophrénique


    ------

    Bonjour!!

    Je suis actuellement étudiante en 3e année de psychologie et dans le cadre de mon cours de psychologie de la santé, je suis chargée de critiquer un article de recherche fictif. Il porte sur le renforcement contingent pour traiter des hallucinations auditives chez un schizophrène.
    En fait, c'est un plan quasi expérimental à cas unique, c'est à dire que l'échantillon de l'étude est réduit à un seul individu.
    La procédure met en place un plan ABA.
    La phase A constitue la ligne de base
    La phase B consiste en l'installation du renforcement non contingent
    La phase C est un retour à la ligne de base.
    Chaque phase durait 7 jours.
    Le patient schizophrénique était observé une heure par jour par un expérimentateur qui découpait cette heure en 12 périodes de 5min.
    Chaque fois que le sujet ne s'était pas parlé à lui même à voix haute en réponse à des hallucinations, il recevait un jeton.
    A l'inverse, s'il produisait ce comportement, il ne recevait pas de jeton. Ces jetons constituent des renforçateurs et pouvaient être échangés plus tard contre des objets ou de la nourriture disponibles dans la boutique de l'hôpital.

    Il y a plusieurs choses que j'ai du mal à comprendre dans cette étude fictive.
    On dit juste que l'on cherche à diminuer le comportement de "se parler à soi même à voix haute", on devrait donc utiliser une procédure de punition, d'extinction ou de renforcement différentiel.
    Sinon c'est du renforcement mais ce n'est pas le cas ici puisqu'on ne souhaite pas voir la fréquence d'émission du comportement augmenter. Est ce que ce ne serait pas, implicitement, une procédure de renforcement différentiel?
    Quand l'individu ne se parle pas à lui même, c'est qu'il est en train de faire autre chose, par ex il lit, il parle à d'autres patients ou à des membres du personnel...
    Dans le fonds, ce sont ces comportements là que l'on renforce, non?

    Ensuite, je ne comprends pas la différence entre un renforcement contingent et un renforcement non contingent?

    Je me perds un peu dans tous les termes.
    Je vous remercie de votre aide.

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    invité6543212033

    Re : Renforcement non contingent dans le traitement des hallucinations auditives chez des schizophré

    Salut adele !

    Moi je suis psychotique mais je n'ai pas d'hallucinations pourtant, il m'arrive d'exprimer certaine réflexion à haute voix pour me sentir moins seul et appuyer ma démarche ... alors comment faîtes-vous pour distinguer une hallucination d'un monologue intérieur qui s'exprime, est-ce encore une volonté de bâillonner la maladie par rapport au regard extérieur en faisant des offrandes ?

    Je suis profondément interloqué, on a l'impression qu'on essaie de domestiquer un animal sauvage et bien que je ne sois pas contre cette image je plains ce pauvre schizophrène à qui on demande de s'absoudre de ses hallucinations ...

    Désolé chuis un peu dégouté ce soir !

    Cordialement quand même !

  4. #3
    xx cassandre xx

    Re : Renforcement non contingent dans le traitement des hallucinations auditives chez des schizophré

    Je suis parfaitement d'accord avec toi
    Ha ces comportementaliste ................ merci skiner !

  5. #4
    adele62

    Smile Re : Renforcement non contingent dans le traitement des hallucinations auditives chez des schizophré

    Bonjour à vous deux!

    En fait, l'objectif de notre cours de psychologie de la santé est d'apprendre à critiquer des articles de recherche, par exemple au niveau de la méthode ou de la procédure qui sont utilisées.
    Seulement, comme on est qu'en 3e année, les textes qui nous sont proposés sont fictifs et ont été inventés par nos profs.
    Cette recherche n'a donc jamais eu lieu même si j'imagine qu'elle s'est inspirée d'études antérieures équivalentes.
    Donc même si je ne suis pas à 100% en adéquation avec la théorie comportementaliste, je dois travailler ce texte et je trouve intéressant d'essayer de comprendre comment ils arrivent à mettre en place la procédure de renforcement et surtout si les résultats sont probants ou non.
    Si j'ai publié sur ce forum, ce n'était nullement dans l'intention de réouvrir un débat sur les bien fondés ou non de ces méthodes.

    Je cherche juste quelqu'un qui pourrait me renseigner sur la différence entre un renforcement contingent et un renforcement non contingent.
    Je me demande également comment se nomme la procédure qui renforce la non apparition d'un comportement cible pendant un intervalle fixé.

    Je vous remercie pour votre aide.

    PS: ici monologue intérieur et hallucination auditive sont bien différenciés. L'hallucination auditive est définie comme la perception de voix qui procurent la même sensation immédiate de réalité qu'une perception réelle en l'absence de stimulations externes de l'appareil auditif.

  6. #5
    fox117

    Re : Renforcement non contingent dans le traitement des hallucinations auditives chez des schizophré

    Je me demande également comment se nomme la procédure qui renforce la non apparition d'un comportement cible pendant un intervalle fixé.
    un renforcement négatif

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    xx cassandre xx

    Re : Renforcement non contingent dans le traitement des hallucinations auditives chez des schizophré

    Citation Envoyé par fox117 Voir le message
    un renforcement négatif

    j'en suis arriver a la meme conclusion

  9. Publicité
  10. #7
    adele62

    Red face Re : Renforcement non contingent dans le traitement des hallucinations auditives chez des schizophré

    On parle de renforcement négatif quand on veut voir la fréquence d'apparition d'un comportement augmenter par retrait d'une stimulation aversive.
    Ce serait par exemple, le rat qui doit passer d'un compartiment A à un compartiment B pour éviter un choc électrique.
    En fait, je pense que le problème vient de l'étude en elle même.
    Le fait de vouloir diminuer un comportement en récompensant sa non apparition, ça ne porte pas de nom particulier puisqu'en fait ça ne revêt aucun intérêt.
    Dès qu'on va enlever les renforçateurs, le comportement à supprimer va immédiatement réapparaître et au final le problème est le même.
    Je ne sais pas ce que vous, vous en pensez.
    Une solution serait d'analyser ce qui dans l'environnement est susceptible de déclencher une hallucination auditive chez le patient schizophrène (ex: stress, anxiété) et quelles sont les conséquences de ce comportement (est ce pour lui une manière de fuir la réalité? ou de se rassurer?). A partir de là, on pourrait modifier l'environnement et donc la fréquence d'apparition du comportement.

    En tout cas, merci pour vos réponses.

  11. #8
    xx cassandre xx

    Re : Renforcement non contingent dans le traitement des hallucinations auditives chez des schizophré

    Citation Envoyé par adele62 Voir le message
    On parle de renforcement négatif quand on veut voir la fréquence d'apparition d'un comportement augmenter par retrait d'une stimulation aversive.
    Ce serait par exemple, le rat qui doit passer d'un compartiment A à un compartiment B pour éviter un choc électrique.
    En fait, je pense que le problème vient de l'étude en elle même.
    Le fait de vouloir diminuer un comportement en récompensant sa non apparition, ça ne porte pas de nom particulier puisqu'en fait ça ne revêt aucun intérêt.
    Dès qu'on va enlever les renforçateurs, le comportement à supprimer va immédiatement réapparaître et au final le problème est le même.
    Je ne sais pas ce que vous, vous en pensez.
    Une solution serait d'analyser ce qui dans l'environnement est susceptible de déclencher une hallucination auditive chez le patient schizophrène (ex: stress, anxiété) et quelles sont les conséquences de ce comportement (est ce pour lui une manière de fuir la réalité? ou de se rassurer?). A partir de là, on pourrait modifier l'environnement et donc la fréquence d'apparition du comportement.

    En tout cas, merci pour vos réponses.

    le truc c'est qu'il serais theoriquement possible de changer les renforçateurs pour le fixer sur une forme de stimulie qui serais "aprise " par le patient
    et ainsie baisser peux a peux les halucination du patient pour le pousser a trouver un meillieur comportement

    bref a aprendre a sont cerveaux a descriminer les voix en començant par moduler ces comportement
    ....c'est probablement stupide ce que je dit

  12. #9
    mr green genes

    Re : Renforcement non contingent dans le traitement des hallucinations auditives chez des schizophré

    Citation Envoyé par adele62 Voir le message
    PS: ici monologue intérieur et hallucination auditive sont bien différenciés. L'hallucination auditive est définie comme la perception de voix qui procurent la même sensation immédiate de réalité qu'une perception réelle en l'absence de stimulations externes de l'appareil auditif.
    Oui mais comment tu fais la différence expérimentalement entre l'hallucination et le fait de se parler tout seul ? Si tu vois le mec parler seul comment sais-tu si il répond à ses voix où si il pense à voix haute ?

    Sinon à part ça heureusement que cette expérience est fictive parce qu'elle est débile. A quoi ça peut bien servir qu'il ne réponde plus à ses voix non pas parce qu'il n'est plus délirant mais parce qu'il a compris que s'il se taisait il aurait des jetons qui lui permettrait d'acheter des cigarettes ou un sandwich un peu meilleur que la bouffe de l'hôpital ? A ce qu'on ne le regarde pas de travers dans la rue ?
    Tout à fait d'accord avec Octanitrocubane (sans regarder ^^) on est en train de parler d'un schizo là pas d'un poulpe, or on croirait la description d'une expérience sur un animal.
    Personnellement j'ai du mal à saisir l'intérêt thérapeutique d'un conditionnement pavlovien.

  13. #10
    xx cassandre xx

    Re : Renforcement non contingent dans le traitement des hallucinations auditives chez des schizophré

    Citation Envoyé par mr green genes Voir le message
    Oui mais comment tu fais la différence expérimentalement entre l'hallucination et le fait de se parler tout seul ? Si tu vois le mec parler seul comment sais-tu si il répond à ses voix où si il pense à voix haute ?

    Sinon à part ça heureusement que cette expérience est fictive parce qu'elle est débile. A quoi ça peut bien servir qu'il ne réponde plus à ses voix non pas parce qu'il n'est plus délirant mais parce qu'il a compris que s'il se taisait il aurait des jetons qui lui permettrait d'acheter des cigarettes ou un sandwich un peu meilleur que la bouffe de l'hôpital ? A ce qu'on ne le regarde pas de travers dans la rue ?
    Tout à fait d'accord avec Octanitrocubane (sans regarder ^^) on est en train de parler d'un schizo là pas d'un poulpe, or on croirait la description d'une expérience sur un animal.
    Personnellement j'ai du mal à saisir l'intérêt thérapeutique d'un conditionnement pavlovien.

    les fou font moin de bruit
    on diras que ces une therapie eficasse
    ça vous rapelle quelque chose?

  14. #11
    physiquantique

    Re : Renforcement non contingent dans le traitement des hallucinations auditives chez des schizophré

    Citation Envoyé par octanitrocubane Voir le message
    Salut adele !

    Moi je suis psychotique mais je n'ai pas d'hallucinations pourtant, il m'arrive d'exprimer certaine réflexion à haute voix pour me sentir moins seul et appuyer ma démarche ... alors comment faîtes-vous pour distinguer une hallucination d'un monologue intérieur qui s'exprime, est-ce encore une volonté de bâillonner la maladie par rapport au regard extérieur en faisant des offrandes ?

    Je suis profondément interloqué, on a l'impression qu'on essaie de domestiquer un animal sauvage et bien que je ne sois pas contre cette image je plains ce pauvre schizophrène à qui on demande de s'absoudre de ses hallucinations ...

    Désolé chuis un peu dégouté ce soir !

    Cordialement quand même !
    belle réponse ... ya les études , et ya la vie , les unes sont comprises dans l'autre
    x
    vivons avec légerté

Discussions similaires

  1. renforcement des bass
    Par matinale dans le forum Électronique
    Réponses: 3
    Dernier message: 27/08/2009, 12h30
  2. Réponses: 1
    Dernier message: 04/11/2007, 17h07
  3. Traitement des images à partir des filtres classiques
    Par Bamoo dans le forum Mathématiques du supérieur
    Réponses: 11
    Dernier message: 26/04/2005, 23h54
  4. Renforcement des ouvrages ou protection des occupants ?
    Par BESACIER dans le forum Géologie et Catastrophes naturelles
    Réponses: 26
    Dernier message: 29/05/2003, 13h58