Répondre à la discussion
Page 2 sur 7 PremièrePremière 2 DernièreDernière
Affichage des résultats 31 à 60 sur 191

[Terminé] Amplificateurs en classe B: et maintenant, la version Tropicalisée!




  1. #31
    Tropique

    Re : Des amplificateurs complets

    Non, je ne lis pas Elektor, j'en achète un tous les jamais, et en général je suis plutot déçu, mais comme ça fait longtemps, j'acheterai peut-être ce numéro.

    S'il s'agit du principe de correction du genre de celui de Bob Cordell, Hawksford et al, c'est complètement différent. D'ailleurs, dans ce cas, l'appelation de "correction" est assez trompeuse, puisqu'il s'agit en définitive d'une contre-réaction locale au niveau de l'étage de sortie (même si ce n'est pas évident en première analyse).
    Ma topologie ne fait en elle-même aucune correction, que ce soit en boucle ouverte ou fermée: elle se contente d'éliminer les défauts supplémentaires causés par l'association des deux moitiés de push-pull. D'ailleurs la distorsion lorsque l'étage travaille en boucle ouverte le montre bien: c'est celle causée par les non-linéarités primaires des transistors.

    Sans l'avoir vu, je sais difficilement me prononcer sur la supériorité de l'une ou de l'autre, mais comme elles agissent vraisemblablement sur des choses différentes, il est très possible qu'elles soient utilisables simultanément; du moins s'il n'y a pas d'incompatibilté hardware primaire. Ma topologie utilise nécéssairement des bipolaires, et si la version d'Elektor utilise des MOSFETs, il est clair que ce ne sera pas possible.
    A+

    -----

    Pas de complexes: je suis comme toi. Juste mieux.

  2. Publicité
  3. #32
    BastienBastien
    Invité

    Re : Des amplificateurs complets

    Re,

    Il s'agit du principe de correction de Malcolm Hawksford (1984).

    Ils utilisent un double push-pull de darlingtons bipolaires (NPN et PNP).

    http://www.allegromicro.com/en/Produ...Numbers/94104/

    Ce serait sympa, que tu nous ponde un schéma alliant les deux techniques révolutionnaires.

  4. #33
    Tropique

    Re : Amplificateurs en classe B: et maintenant, la version Tropicalisée!

    J'ai acheté l'elektor, mais j'ai raté le numéro d'avril, je n'ai que la seconde partie.
    Cela suffira cependant pour faire quelques commentaires.

    Avant cela, voici les résultats de l'adaptation de la topologie à un ampli "historique", tel qu'on en faisait à la fin des années '60.
    Le test a été fait uniquement pour vérifier l'universalité et la flexibilité du principe; selon les standards actuels, les perfomances sont franchement minables. Pour ajouter à la difficulté de l'exercice, le transistor NPN de l'étage de sortie a été remplacé par un modèle silicium; le PNP est resté un germanium, un AD150 dans ce cas ci.
    A part ça, et le circuit de polarisation bien sur, il n'y a que des altérations mineures, notamment pour que T2 puisse être au silicium. Voir GeBamp.
    Il s'agit d'un ampli sorti d'une note d'application Siemens, avec bootstrap de la sortie et polarisation par thermistance, stabistor et ajustable. Ce sont ces derniers éléments qui ont été l'objet de la modification.
    Pour les résultats, pas de simulation, forcément, juste des mesures "physiques".
    Les caractéristiques sont bien au rendez-vous, avec une distorsion un peu inférieure à 1% jusqu'à 11W, après quoi l'écrêtage débute. La modification est donc "transparente", malgré les conditions assez particulières imposées par l'étage de sortie mixte.
    Il y a une petite faiblesse, mais elle est causée par l'utilisation du bootstrap plutot qu'une source de courant dans l'attaque des transistors de sortie: la résistance R3 limite le gain du transistor de commutation de base, et s'il est employé seul, sans diodes auxiliaires, une distorsion de croisement est nettement perceptible, alors que dans les autres versions présentées, le phénomène est presque indétectable, même sans les diodes.

    Conclusion: le circuit est bien tous-terrains... dommage que personne n'y ait pensé avant.
    Images attachées Images attachées
    Pas de complexes: je suis comme toi. Juste mieux.

  5. #34
    Tropique

    Réflexions sur la correction d'erreur

    Citation Envoyé par BastienBastien Voir le message
    Re,

    Il s'agit du principe de correction de Malcolm Hawksford (1984).

    Ils utilisent un double push-pull de darlingtons bipolaires (NPN et PNP).

    http://www.allegromicro.com/en/Produ...Numbers/94104/

    Ce serait sympa, que tu nous ponde un schéma alliant les deux techniques révolutionnaires.
    Hawksford a produit des choses très intéréssantes; je ne sais pas si la première partie de l'article en parle, mais à première vue, il semble que non.
    Il est parti de la constatation qu'il n'est pas possible d'atteindre un résultat théorique parfait avec la classe AB, et que le fonctionnement en classe B pure pose trop de difficultés pratiques pour être réaliste.
    Il a donc réfléchi à des moyens qui permettraient d'atteindre la perfection théorique avec des transistors bipolaires.
    Le résultat qu'il a obtenu ressemble superficiellement à de la classe AB, mais s'en démarque largement. En fait, son concept est beaucoup plus large qu'une simple adaptation de la classe AB, c'est une véritable "philosophie", qui mériterait largement un nom de classe à part. Si la lettre n'est pas prise, je pense que classe T serait adéquat:
    C'est une généralisation des principes de translinéarité à des montages de puissance et complémentaires. C'est une voie extrêmement intéréssante, que j'explore d'ailleurs moi-même, quoique de manière résolument distincte.
    Bien que prometteuse, cette voie présente ses propres difficultés: normalement, les circuits translinéaires se contentent de traiter le signal à bas niveau, avec des transistors de même sexe, de surface comparable (ou multiple entière) et fonctionnant dans des conditions identiques. Etendre le concept à des transistors complémentaires, de puissance, travaillant à des niveaux très différents présente des challenges intéréssants.

    Apparemment, l'ampli d'Elektor est plutot basé sur un concept de "Correction d'Erreur", qui est, me semble-t-il, antérieur à Hawksford.
    C'est un domaine qui a un statut tout particulier auprès des audiophiles: il y a un certain folklore, un certain langage, certaines conventions et certaines icônes qui y sont associées.
    Une de ces icônes est le schéma de la fig.1 (N° de mai), reproduit en ErrC (il y a longtemps que c'est dans le domaine public).

    Pour suivre la tradition, l'officiant doit d'abord établir que l'ampli à corriger ajoute une distorsion au signal traité:
    Vout=Ve+d (d symbolise l'ensemble des distorsions ajoutées par l'ampli)
    Le sommateur/soustracteur S2 réalise l'opération Vout-Ve, donc
    Vc=Ve+d-Ve=d
    Cette distorsion est ensuite soustraite du signal d'entrée:
    Ve=Vin-d
    Ce signal est appliqué à l'ampli:
    Vout=(Vin-d)+d ==> Vout=Vin
    Voilà, la messe est dite, on a totalement éliminé la distorsion introduite par l'ampli, sans faire appel à de la contre-réaction, juste avec un signal de correction bien calibré.
    Il est donc apparemment possible d'éliminer totalement des distorsions, à priori non-linéaires, au moyen d'un circuit purement linéaire, et ne présentant pas de gain apparent (ici, les sommateurs/soustracteurs ont un gain unitaire).

    Avertissement: à partir d'ici, on pose le pied en territoire hérétique, et ce qui suit risque de heurter les croyances et convictions de certains...

    Une première remarque: le gain unitaire des sommateurs ne doit pas laisser penser qu'ils peuvent être passifs: pour des sommateurs vraiment passifs, on aurait Vs=(V1+V2)/2 (en faisant abstraction du signe). Ici, il y a donc un gain de 2 qui est implicite. Si on substitue de simples additionneurs résistifs, et que l'on s'occupe du gain et du signe à posteriori (avec un transfo p.ex), la magie n'opère plus.

    Deuxièmement, examinons plus en détail le chemin suivi par Ve dans la fig.1:
    Ve est inversé par S2, et se retrouve dans Vc, après quoi il change de nouveau de signe, pour se retrouver dans ... Ve.
    On a donc Ve + (quelque chose) = Ve. Inévitablement, le "quelque chose" devra valoir 0, et Ve peut prendre n'importe quelle valeur pourvu que cette condition soit respectée. Il y a donc un certain parfum d'indétermination, qui n'est pas sans rappeler certaines "démonstrations", qui permettent de prouver p.ex. que 1=2 (voir forum "science ludique" pour des exemples).
    Pour éclaircir les idées, on peut "matérialiser" la situation avec des éléments réels: voir Err_corr. Pour ne pas alourdir inutilement le circuit, Vin est inversée, mais ça ne change rien aux principes.
    Ici, l'ampli à corriger est un push pull classe B non polarisé. U1 et U2 jouent le rôle des soustracteurs.
    On voit clairement l'anneau, formé par les deux amplis inverseurs qui se "mordent la queue": U1/R1, R2, U2/R3, R4. L'effet d'une telle structure est de "défermer" la boucle de CR autour des AOP. Si les résistances ont des valeurs exactes, le gain de la cascade sera de A² (A étant le gain en boucle ouverte des AOP).
    Donc, cela confirme ce que l'on avait constaté dans un premier temps: la tension Ve va se fixer à une valeur quelconque, indéterminée à priori, mais telle que les entrées externes (Vin et Vout) aient une différence nulle.
    Ce comportement est familier: il suffit de mettre un AOP avec l'entrée + à Vin, l'entrée - à Vout, et la sortie à Ve pour obtenir un comportement similaire.
    On en arrive au circuit No_corr: ici, S2 est hors service et la CR vient directement de la sortie.
    On constate que le comportement est similaire.... mais meilleur: le travail de camouflage effectué dans le circuit précédent a un prix: entre autres, on double le déphasage introduit dans la boucle de contre-réaction, ce qui se paye par une dégradation des performances.

    En termes d'audiophilie, c'est un prix très faible, car les bénéfices, au niveau de la présentation, sont inestimables: on peut affirmer que l'ampli ne nécéssite pas de contre-réaction élevée pour atteindre de bonnes perfomances, et que la correction n'est pas sujette aux limitations classiques de la CR: contraintes de stabilité en boucle fermée, impossibilité d'éliminer totalement la distorsion, etc.
    En fait, rien de tout cela n'est vrai, et la topologie est bel et bien tributaire de toutes les limitations liées aux circuits en boucle fermée, même si elles ont été escamotées avec un talent digne des meilleurs prestidigitateurs...

    Cependant, il serait dommage de jeter le bébé avec l'eau du bain:
    Il est tout à fait possible d'obtenir des améliorations réelles grâce à ce circuit: l'ampli supplémentaire permet d'augmenter le gain en boucle ouverte, et donc, à gain externe égal, d'augmenter le gain de boucle disponible pour la réduction des non-linéarités. Il serait difficile d'exploiter la totalité du gain, la valeur de A² constitue donc une limite assez théorique, mais il est certainement possible d'arriver à une amélioration appréciable si le supplément est bien exploité.
    Hors, le fait d'avoir le gain réparti en deux blocs distincts permet d'optimiser les boucles de CR, et la réponse en boucle fermée pour avoir les meilleurs compromis possibles.
    Il y a donc des bénéfices possibles, mais pas pour les raisons avouées: plus personne n'oserait dire qu'il obtient de bons résultats grâce à l'application massive de contre-réaction, obtenue en poussant au max le gain en boucle ouverte: c'est bien plus sexy de prétendre que le résultat vient d'un ampli zero-feedback.
    Images attachées Images attachées
    Pas de complexes: je suis comme toi. Juste mieux.

  6. #35
    BastienBastien
    Invité

    Re : Réflexions sur la correction d'erreur

    Bonsoir,

    Voilà l'article dont tu viens de parler. C'est du lourd. C'est le SEUL article de ce numéro que je n'ai pas lu...

    +


    PS : J'epsère que la validation des images sera possible........
    Dernière modification par gienas ; 01/05/2008 à 20h06. Motif: Supprimé les PJ

  7. #36
    gienas

    Re : Réflexions sur la correction d'erreur


    Bonsoir BastienBastien et tout le groupe

    Citation Envoyé par BastienBastien Voir le message
    ... PS : J'epsère que la validation des images sera possible ...
    Malheureusement, non.

    Nous entretenons d'excellentes relations avec Elektor, et nous préférons que cela dure. L'exemplaire du mois dernier, ne peut pas être rendu public, sans voler les règles du copyright, évidentes.

    Je pense que tu peux t'arranger avec Tropique, mais sans nous.

    J'élimine donc les PJ, confidentielles.

  8. #37
    Tropique

    Objectif ppm

    Pour conclure le chapitre correction d'erreur:

    Le fait que les bases théoriques de la correction d'erreur soient infondées ne signifie pas nécéssairement que les amplis construits suivant ces principes soient mauvais. Et d'ailleurs, l'histoire humaine et des sciences n'est qu'une longue série de déductions et de décisions la plupart du temps à peu près correctes, basées sur des principes plus ou moins faux et des raisons plus ou moins mauvaises: le géocentrisme de Ptolémée et Aristote n'a pas empêché la production d'almanachs, tables d'éphémérides et autres, parfaitement utilisables. De tels exemples peuvent être multipliés à l'infini.
    En plus, ce n'est qu'une méthode détournée pour reproduire le schéma classique d'un bloc de gain quasi-infini, accompagné d'une contre-réaction.
    Evidemment, le fait d'arriver au résultat voulu de manière aussi indirecte se paye, comme on l'a vu dans les exemples. Il se paye aussi d'autres manières: dans la configuration normale, explicite, on voit clairement quel est le gain de boucle, où vont se placer pôles et zéros, et quelle stratégie il faudra adopter pour les compensations en fréquences. Ces aspects sont totalement obscurcis avec la correction d'erreur, mais ils restent présents, et doivent être réglés plus ou moins à tâtons. Ce n'est sans doute pas la stratégie idéale pour arriver à un design optimal.

    Il est dommage que l'auteur du "Pax" se soit intéréssé à cette partie des travaux de Hawksford, qui a par ailleurs produit des choses réellement novatrices et intéréssantes.
    Le résultat est ici un bon ampli, mais qui a nécéssité des moyens disproportionnés pour pouvoir surmonter le handicap auto-infligé par la correction d'erreur: des moyens comparables utilisés sans à-priori et de façon froidement rationnelle et efficace auraient pu donner de bien meilleures performances.
    Quoiqu'il en soit, ce qui va déterminer la qualité perçue d'un ampli ne va généralement pas se trouver dans les caractéristiques, pourvu qu'elles soient suffisantes. Les aspects déterminants seront plutôt d'ordre ergonomique, l'aptitude à bien se comporter sur des charges malsaines, l'immunité au bruit ambiant, la résistance de la sortie au court-circuit occasionnel, etc.

    La topologie que je propose (appelons la classe BS, pour B switching, avec un petit clin d'oeil aux anglophones) ne joue pas dans la même catégorie: elle est bien adaptée à de petits amplis, de qualité moyenne, et se contente d'éliminer les problèmes liés au circuit de polarisation des bases: distorsion de croisement, compensation en T°, résistances d'émetteur etc. En dehors de la zone de croisement, elle n'agit pas et laisse les non-linéarités éventuelles inchangées. Les ambitions sont donc beaucoup plus limitées, et ce serait une erreur que d'essayer de faire des comparaisons.

    Il est par contre tout à fait possible d'utiliser le(s) transistor(s) de la classe BS pour également linéariser l'étage de sortie. Là, les buts et les ambitions sont nettement différents, raison pour laquelle je vais vous proposer un autre projet, toujours basé sur les fondements de la classe BS, mais avec une finalité différente.
    Ce sera "Objectif ppm".

    A tout de suite....
    Pas de complexes: je suis comme toi. Juste mieux.

  9. Publicité
  10. #38
    Tropique

    Re : Objectif ppm

    Au fait, voici le lien vers "Objectif ppm"
    http://forums.futura-sciences.com/thread222024.html
    Pas de complexes: je suis comme toi. Juste mieux.

  11. #39
    Tropique

    Re : [Terminé] Amplificateurs en classe B: et maintenant, la version Tropicalisée!

    Un petit déterrage:

    Il semble que la Tropicalisation et la classe BS aient fait des émules (au moins un en tous cas!):
    http://www.edn.com/article/CA6702272...dustryid=44217
    Je ne pourrais évidemment pas affirmer avec certitude qu'il s'agit d'un repompage: c'est peut-être une "convergence d'idées" authentique comme il s'en produit parfois....

    Il faut malgré tout reconnaitre que c'est assez troublant:
    Lorsqu'on compare le schéma de l'article (Bedn):
    http://www.edn.com/contents/images/6702272f1.pdf
    avec ceux donnés dans le présent fil:
    http://forums.futura-sciences.com/at...e-purebsym.jpg
    , ainsi que son compagnon pour l'instant inachevé (mais bel et bien posté):
    http://forums.futura-sciences.com/at...ppm-ultrab.jpg
    , il est difficile de rater une certaine similarité.
    La chronologie également est intéréssante: pile-poil 18 mois après l'apparition sur Futura. Et si la conception d'un enfant normal prend 9 mois, celle d'un enfant dans le dos nécéssite le double: il faut passer par toutes les étapes du processus de revue, d'approbation et de correction du magazine concerné.

    Enfin, chose curieuse, l'auteur est de nationalité canadienne: celle-ci n'est sûrement pas particulièrement renommée pour le plagiat ou autres basses pratiques (rassure-toi Louloute!), mais c'est une des (relativement) rares au niveau mondial à être familière avec le français. Et les gens qui fréquentent Futura ont nécéssairement une connaissance minimale de cette langue.

    Ca fait beaucoup de coïncidences....
    Images attachées Images attachées
    Pas de complexes: je suis comme toi. Juste mieux.

  12. #40
    BastienBastien
    Invité

    Re : [Terminé] Amplificateurs en classe B: et maintenant, la version Tropicalisée!

    Hi !

    Je me demande pourquoi tu n'as pas couché toutes ses idées dans un livre.
    Pas pour la gloire, mais pour permettre à tout le monde d'y accéder encore plus facilement.
    Et puis, faut qu'en même avouer que ça doit être appréciable, de sortir un livre !
    Et ainsi, il sera gravé dans le marbre que tout ça vient de Dr Tropique !

    +

  13. #41
    Tropique

    Re : [Terminé] Amplificateurs en classe B: et maintenant, la version Tropicalisée!

    Citation Envoyé par BastienBastien Voir le message
    Hi !

    Je me demande pourquoi tu n'as pas couché toutes ses idées dans un livre.
    +
    Moi je le sais!

    C'est un boulot de dieu le père, et moi, l'ordre, le suivi, la persévérance et tout ça, c'est pas trop mon truc.
    Sortir un 'one-shot" de temps à autre est juste à la limite de mes possibilités.
    J'ai des tonnes de "matériel brut" dans des classeurs, des disques durs, et même au dos d'eveloppes ou de vieux formulaires, mais avant de mettre tout ça en valeur et de le formater de manière exploitable et compréhensible, il y a du "vrai travail", avec transpiration et tout. Dur!
    Comme tu l'as compris, je ne suis pas une bête de travail..
    C'est d'autant plus vexant de se faire piller le peu que j'arrive à sortir.
    Pas de complexes: je suis comme toi. Juste mieux.

  14. #42
    Qristoff

    Re : [Terminé] Amplificateurs en classe B: et maintenant, la version Tropicalisée!

    En tout cas, merci pour ce cours d'électronique ! cela faisait longtemps que je n'en avais pas suivi un aussi riche d'apprentissage sur les transistors. Encore bravo !
    Tout existe, il suffit de le trouver...!

  15. #43
    steph_tsf

    Re : [Terminé] Amplificateurs en classe B: et maintenant, la version Tropicalisée!

    hello,

    sans vouloir paraître mesquin ou agressif, il me semble qu'avant de dire que l'on se fait piller ses idées au Canada (en effet, ce Pierre Corbeil semble avoir lu ce fil avant de publier dans EDN), peut-être conviendrait-il de ne pas se cacher sous un pseudo, et de dire son nom, son vrai nom ou un nom de scène, explicitement, lorsqu'on présente quelque chose que l'on aurait légèrement tendance à revendiquer plus tard.

    Ensuite, pour que des types soigneux et organisés comme moi, pour qu'au moins ils puissent donner un NOM au principe comme par exemple classe B Visch, classe B Thornton, classe B Tanaka, classe B Tartenpion, là aussi, ce serait assez généreux et humain de donner le NOM.

    Le fait que l'auteur de ces lignes ne donne ni son nom ni sa qualité, m'a fait penser durant une nanoseconde qu'au détour de l'un ou l'autre brevet pris par National Semi, Texas Instruments, Analog Devices, .... donc dans le cadre des circuits intégrés, il me serait assez facile de retrouver la paternité et l'origine de l'idée. Et par conséquent, je ne sais pas si c'est le cas aussi chez vous, autres participants de ce forum, je me suis dit que peut-être, celui qui est l'auteur de ces lignes, est peut-être au fait de certaines idées, plus ou moins enterrées, et que, s'il divulguait son identité ou sa qualité, on verrait très vite que non, ce n'est pas un inventeur, mais peut-être un employé passionné d'un bureau de brevets, ou un collaborateur d'un bureau de recherche, ou toute autre chose de cet acabit, qui donc le mettrait en grave difficulté dès qu'il se découvre. Je ne dis pas que cela peut être le cas ici. Je dis simplement que c'est ce qui peut traverser l'esprit, dans une situation comme celle-ci, où tout de même, présenter un nouveau procédé de polarisation d'un étage de sortie, c'est quelque chose de magnifique, d'extraordinairement intéressant. La qualité de ce post est extraordinaire, c'est un peu dommage pour tout le monde qu'il soit impossible d'y associer un NOM. Cela fait tâche. Non pas tâche, mais flou.

    Regardons maintenant ce qui se passe au Canada. Là, nous avons quelqu'un qui travaille non pas dans le flou, mais dans la philosophie libérale de l'ouest. "Je fais ce que je fais et si cela amène un débat, et bien je suis là, avec mon nom, et mes coordonnées complètes chez l'éditeur de EDN". "Il n'y a qu'à me joindre et nous nous expliquerons". "Eventuellement publiquement, à-travers le courrier des lecteurs dans EDN". Voilà, assurément, l'état d'esprit de Pierre Corbeil, et il ne faut voir là-dedans aucun opportunisme, aucun caractère belliqueux non plus. Je trouve que l'article canadien est rédigé avec beaucoup de retenue.

    Alors donc, avant que l'on ne commence à se faire mousser ici, à déblatérer sur EDN et sur Pierre Corbeil, peut-être faudrait-il sortir du bois, car laisser dire, laisser mousser, et sciemment restrer en retrait, cela ce n'est pas totalement correct.

    Je comprendrais très bien que Pierre Corbeil, voyant des suspicions de plagiat se développer ici, nous considère tous comme des malades mentaux, se demandant pourquoi il n'a jamais été contacté pour parler de la situation qui se développe, et peut-être, rédiger un article commun en vue de la réalisation d'un ampli "objectif PPM" qui combine certaines idées.

    Je connais pas mal de monde qui serait intéressé par une telle étude transcontinentale, avec un circuit imprimé à la clef, peut-être "équipé CMS" comme on dit dans certaines boutiques.

    La balle est dans votre camp. Le voilà, votre joli "one shot" !

    p.s.
    Outre le principe de polarisation, j'ai beaucoup apprécié vos vues à-propos de PAX et de la correction aval de Hawksford. C'est publiable, légèrement étoffé, il me semble, une fois que les bonnes graines auront été semées.

    S.C.

  16. #44
    Tropique

    Re : [Terminé] Amplificateurs en classe B: et maintenant, la version Tropicalisée!

    Quelques précisions:

    J'ai bien tenté de contacter M. Corbeil, mais il n'a pas réagi.

    Ce n'est qu'après que j'ai mis mes réflexions ici, et également contacté John Broskie, qui avait publié un papier sur le sujet.

    En ce qui concerne les aspects de propriété intellectuelle, paternité des concepts, dénominations, utilisation des idées, etc, si j'ai choisi cette façon de publier ce matériel, c'est pour l'offrir de manière totalement "libre" à qui souhaite en faire usage.
    "Libre" est à comprendre un peu dans le sens de la licence libre de Creative Commons, mais en plus ouvert: si quelqu'un utilise ces concepts dans le cadre d'un projet, privé ou commercial, je n'estime même pas nécéssaire qu'il cite ses sources.

    Faire un article spécifiquement sur le sujet, en le présentant comme neuf, et en s'en attribuant la paternité est quelque chose de différent cependant, et même pour moi cela dépasse les bornes.
    Mais ce n'est pas pour autant que je vais piquer une crise, lancer une action en justice ou quoique ce soit.

    Quant à la manière d'offrir mes idées, par ce canal et sous un pseudo, c'est mon choix. Ceux qui le désapprouvent ne sont pas obligés de les lire ou de les utiliser....
    Il m'arrive également d'utiliser des canaux officiels, que ce soit à titre privé ou professionnel, mais ici, sur Futura, ce sont ces règles que j'ai choisies. C'est le principe d'un forum.

    Mais si j'expose mes idées ici, c'est également pour qu'elles soient discutées, challengées, améliorées, et je suis tout à fait réceptif au dialogue.
    Pas de complexes: je suis comme toi. Juste mieux.

  17. #45
    steph_tsf

    Re : [Terminé] Amplificateurs en classe B: et maintenant, la version Tropicalisée!

    Le terrain n'est pas aussi miné que je le craignais. Ouf !

    Quel est cet article de John Broskie ?

    Il serait intéressant de comparer les résultats de votre approche, et les résultats de Burr-Brown à-travers leur brevet US 5,019,789. L'approche est différente, mais mérite la comparaison il me semble.

    Il y a quelque temps j'avais fait un état des lieux en ce qui concerne les étages de sortie. Pour compléter cet état des lieux, que proposeriez-vous comme nom pour votre solution, quelle date, quel auteur, et quelle réalisation pratique ?

    Patents :
    *********
    1975 Pass Non-Switching : US3995228
    1978 JVC Super-A : US4274059
    1978 Thornton Non-Switching : US4160216
    1979 Pioneer Non-Switching : US4215318 and US4254379
    1980 Dodson Hyperbolic Class A :
    1980 Hitachi Superlinear : US4345215
    1980 Kenwood : US4342966
    1980 Sansui Non-Switching : US4401951
    1980 Technics New Class A :
    1990 Burr-Brown Adaptive Bias Circuit for Preventing Turnoff in a Push-Pull Stage : US5019789
    1990 Gyula Padi Working Point Adjusting : US5070308
    1995 LT1166 Integrated Circuit :
    1997 Hawksford Non-Switching :

    All patents are downloadable from http://www.freepatentsonline.com/

    AES preprints and papers :
    **************************
    1975 Pass Non-Switching :
    1978 JVC Super-A :
    1978 Thornton Non-Switching : http://www.aes.org/e-lib/browse.cfm?elib=3712
    1979 Pioneer Non-Switching : http://www.aes.org/e-lib/browse.cfm?elib=2933
    1980 Dodson Hyperbolic Class A : http://www.aes.org/e-lib/browse.cfm?elib=3693
    1980 Hitachi Superlinear :
    1980 Kenwood :
    1980 Sansui Non-Switching : http://www.aes.org/e-lib/browse.cfm?elib=3760
    1980 Sansui Non-Switching : http://www.aes.org/e-lib/browse.cfm?elib=3926
    1980 Technics New Class A :
    1990 Burr-Brown Adaptive Bias Circuit for Preventing Turnoff in a Push-Pull Stage :
    1990 Gyula Padi Working Point Adjusting :
    1995 LT1166 Integrated Circuit :
    1997 Hawksford Non-Switching : http://www.aes.org/e-lib/browse.cfm?elib=7287

    All AES papers are downloadable (subscription needed) from http://www.aes.org/e-lib/

    Commercial products :
    *********************
    1975 Pass Non-Switching :
    1978 JVC Super-A : AX1 AX2 AX3 AX4 AX7
    1978 Thornton Non-Switching :
    1979 Pioneer Non-Switching : SA7800 SA8800 SA9800 A5 A6 A8 A9 A60 A70 A80
    1980 odson Hyperbolic Class A :
    1980 Hitachi Superlinear : HA-3700 / HA-4700 (BJTs) and HA-7500 MK2 (MOSFETs)
    1980 Kenwood :
    1980 Sansui Non-Switching : AU-D5
    1980 Technics New Class A : SU-V5 SU-V7 SU-V8 SU-V9
    1990 Burr-Brown Adaptive Bias Circuit for Preventing Turnoff in a Push-Pull Stage :
    1990 Gyula Padi Working Point Adjusting :
    1995 LT1166 Integrated Circuit :
    1997 Hawksford Non-Switching :

    Many service manuals are downloadable from http://www.hifiengine.com/manuals.shtml

  18. #46
    steph_tsf

    Re : [Terminé] Amplificateurs en classe B: et maintenant, la version Tropicalisée!

    Deuxième challenge : ne peut-on dire que Visch, en 1975, avait suivi la même démarche, en l'étendant à un compound en sortie (sorte de Darlington), avec en plus une tentative d'instaurer un courant de repos ? Si dans le Visch, on déboulonne le condensateur de mémorisation (250 microfarad), est-ce que le circuit ne commencerait pas à commuter très rapidement et très proprement comme dans votre approche ? Noter que certaines simulations indiquent que le Vish conforme au schéma de 1975, a un comportement "intéressant" (c-à-d catastrophique) avec une inductance de 1mH en série avec la charge de 4 ohm.

  19. #47
    steph_tsf

    Re : [Terminé] Amplificateurs en classe B: et maintenant, la version Tropicalisée!

    Troisième challenge : récemment sur diyAudio, il y a de l'activité en ce qui concerne les étages de sortie en classe AB.
    Notamment http://www.diyaudio.com/forums/solid...itching-2.html (thread lancé par steph_tsf le 15 mars 2010).
    Notamment http://www.diyaudio.com/forums/solid...not-visch.html (thread lancé par kenpeter le 18 mars 2010).

    Dans http://www.diyaudio.com/forums/solid...itching-2.html la question y semble résolue le 20 avril 2010 au post #15 via schematic #3 dans la pièce attachée du post.
    Il s'agit d'un amplificateur issu du Kuroda 1982, que je tiens pour l'archétype des amplis de puissance analogiques du 21ème siècle, qui ici mesure le courant de repos via deux Schottky conformément à ce que kenpeter préconise, et qui dans ce cadre particulier, illustre trois modules de gestion du courant de repos. Le numéro #3 combine simplicité et efficacité.
    J'appelle cet ampli le Kuroda-kenpeter-cnockaert.
    Reste à tester sur des charges complexes, pour ne pas aller au-devant de la même désillusion que le Visch.

    Ce steph_tsf, là-bas et ici, c'est bien évidemment le même, votre serviteur, Stéphane Cnockaert (Bruxelles 1000).

    Le Kuroda 1982 précède de près de 8 ans le "Mark Alexander Current Feedback Amplifier" présenté en 1990, dont on se demande comment ce dernier a finalement pu obtenir un brevet US en 1992. Certains prétendront que le Kuroda 1982 n'est pas un vrai ampli "current feedback". Cela arrange tout le monde dans le cadre du lancement d'une production en série d'amplis dérivés du Kuroda 1982. Personnellement, je pense que le Kuroda 1982 est un ampli "current feedback" puisque l'étage de gain en tension (VAS) peut délivrer un courant instantané de 20mA, et plus encore si on diminue la résistance de 100 ohm sur l'émetteur du transistor régulateur 15V, ce qui est nettement plus que le double du courant de repos de cet étage.

    J'aimerais bien rentrer en contact avec M. Kuroda, lui montrer tous les espoirs que sa réalisation de 1982 permet aujourd'hui, en 2010. Pouvez-vous m'aider en cela ?

    Plus sur le Kuroda 1982 : http://www.diyaudio.com/forums/solid...mp-1982-a.html

    Dans la première ligne je parle de challenge. Parce que si la solution Kuroda-kepeter-cnockaert réagit bien sur des charges complexes, compte tenu de sa simplicité, plus aucun designer ne prendra le risque de mettre le pied dans la classe AB native, où l'on prend le risque d'avoir un des deux transistors qui passe en mode déconnecté.
    Tous les designers, même les plus conservateurs, aimeront l'idée qui consiste à diminuer la dissipation (à-partir de 1 ampère, une Schottky dissipe moins qu'une résistance de 0.47 ohm), et aimeront l'idée de tester différents contrôleurs de bias dans des amplis conventionnels dotés d'un Darlington ou d'un MOS vertical en sortie.

    Je parle d'ampli conventionnel, mais vous l'aurez compris, le Kuroda 1982 a ma préférence car c'est le seul qui permette d'introduire les bienfaits d'un ampli op audio en entrée, utilisé dans sa plage nominale (gain en tension de 5 environ) pour que son condensateur de compensation interne travaille dans un contexte normal, et donc, pour que la signature acoustique de l'ampli op audio, une fois utilisé à cette sauce, reste celle qu'il a dans les applications de préamplis. C'est là qu'on réalise le pourquoi et le comment de la rétroaction locale, vers la sortie de l'ampli (390 ohm vers les 150 ohm de charge). Subtil mais fondamental ! C'est là qu'on réalise que Kuroda, au-delà de la stérile théologie voltage-feedback vs current-feedback, prend le bon train, celui qui mène tout droit au 21ème siècle.

    Bref, tout cela pour dire que dans le schéma que vous proposez, c'est un peu le contraire : on ne perçoit pas nettement et immédiatement comment on peut implanter le nouvel étage de sortie dans une structure classique comportant le différentiel en entrée, étage de gain en tension, étage de sortie. Et il y a ce souci : comment préserver les avantages de ce mode de fonctionnement avec un Darlington en sortie ?

    Pour les derniers potins au sujet des étages de sortie Soft Non-Switching, voyez le thread où je suis tombé sur une usine à gaz combiné à un casse-tête : latchup au démarrage à cause d'une alimentation bootstrappée. http://www.diyaudio.com/forums/solid...itching-2.html - post #19 du 23 avril 2010. Tout est parti d'une suggestion de Paul Kemble, une suggestion très intéressante que je vous laisse découvrir, prometteuse. Il s'agit du circuit Renardson paru dans Electronics World en 1998. http://www.angelfire.com/ab3/mjramp/pagefour.html On établit séparément pour chaque moitié de l'étage de sortie (positif - négatif) une rétroaction locale, bien plus intelligente que le classique CFP (autrement appelé Darlington compound en français), car ici, en mimant Hawksford, on pourra arriver à démontrer que cela n'est pas de la rétroaction, mais du feedforward. Du feedforward double, puisqu'il y en a un par polarité, et de façon croisée de surcroit.

    Assez sexy comme vous dites, de quoi donner des sensations à l'audiophile le plus blasé. D'où mon idée de baptiser cela "Ultralinear Soft Non-Switching". L'ampli devient alors un Kuroda-kenpeter-cnockaert-renardson.

    Ce qui est encourageant là-dedans, c'est que effectivement, LTspiceIV donne une THD en diminution, avec ce feedback (ou feedforward) local à la Renardson.

    Si cela tient la route, nous tenons là l'ampli analogique du 21è siècle. Il ne resterait qu'à passer une couche de Sidol en introduisant votre concept PPM, que j'apprécie beaucoup. Un très joli coup dans la fourmilière, de quoi tenir en respect les amplis en classe D.

    Bienvenue au Club !

    Steph
    Images attachées Images attachées
    Fichiers attachés Fichiers attachés
    Dernière modification par steph_tsf ; 27/04/2010 à 08h42.

  20. #48
    Tropique

    Re : [Terminé] Amplificateurs en classe B: et maintenant, la version Tropicalisée!

    Citation Envoyé par steph_tsf Voir le message
    Quel est cet article de John Broskie ?
    Voir ici, en bas de page:
    http://www.tubecad.com/2009/11/blog0177.htm
    Et ici, le rectificatif, en bas de page également:
    http://www.tubecad.com/2010/04/blog0186.htm

    Il serait intéressant de comparer les résultats de votre approche, et les résultats de Burr-Brown à-travers leur brevet US 5,019,789. L'approche est différente, mais mérite la comparaison il me semble.
    L'approche me semble vraiment très différente, mais pourquoi pas.

    Il y a quelque temps j'avais fait un état des lieux en ce qui concerne les étages de sortie. Pour compléter cet état des lieux, que proposeriez-vous comme nom pour votre solution, quelle date, quel auteur, et quelle réalisation pratique ?
    J'ai utilisé deux dénominations dans cet article, B-Pure, et B-S(witching), qui font référence au fait que l'étage fonctionne exclusivement en classe B "dure", par opposition aux schémas plus classiques, basés sur une forme de classe AB.
    B-Pure semble assez descriptif et a l'avantage de fonctionner aussi bien en français qu'en anglais.
    La première date de publication est celle de ce fil, 04/2008. J'ai créé la topologie il y a près de 15 ans, et je l'ai incorporée dans certains équipements, en particulier l'étage de sortie de systèmes de signalisation 20Hz, mais ce sont des développements exclusivement internes, et il n'y a jamais eu d'applications à l'audio, excepté un ou deux protos que j'ai construits à usage privé.
    Le seul exemple d'application pratique, en dehors des circuits illustrant ce fil, est l'ampli de sortie du générateur de fonction décrit ailleurs dans cette section "projets":
    http://forums.futura-sciences.com/at...or-outampoejpg

    [QUOTE]
    Patents :
    *********
    1975 Pass Non-Switching : US3995228
    1978 JVC Super-A : US4274059
    1978 Thornton Non-Switching : US4160216
    1979 Pioneer Non-Switching : US4215318 and US4254379
    1980 Dodson Hyperbolic Class A :
    1980 Hitachi Superlinear : US4345215
    1980 Kenwood : US4342966
    ...../......


    [\QUOTE]
    Je connais dans les grandes lignes la plupart de ces brevets, et je ne pense pas qu'il y ait quoi que ce soit de même vaguement similaire qui y apparaisse.

    Deuxième challenge : ne peut-on dire que Visch, en 1975, avait suivi la même démarche, en l'étendant à un compound en sortie (sorte de Darlington), avec en plus une tentative d'instaurer un courant de repos ? Si dans le Visch, on déboulonne le condensateur de mémorisation (250 microfarad), est-ce que le circuit ne commencerait pas à commuter très rapidement et très proprement comme dans votre approche ? Noter que certaines simulations indiquent que le Vish conforme au schéma de 1975, a un comportement "intéressant" (c-à-d catastrophique) avec une inductance de 1mH en série avec la charge de 4 ohm.
    La topologie de Visch est certainement très interéssante, mais dans son implémentation originale, elle posséde effectivement des défauts tout à fait rédhibitoires, et pas seulement le comportement sur charge inductive.
    Mais il serait dommage de l'écarter pour si peu, ces défauts peuvent être éliminés relativement facilement, et je suis en train d'y travailler.
    Au niveau simulation, je suis arrivé à d'excellents résultats et j'ai construit un proto, mais la réalité se laisse faire moins facilement et d'autres problèmes imprévus sont apparus. Je devrais arriver à les résoudre, et je présenterai le résultat final si j'y arrive.

    Je n'ai pas essayé de voir ce qui se passerait sans le condensateur de mémorisation, mais je vais certainement faire le test, c'est facile et rapide.
    Dernière modification par Tropique ; 28/06/2010 à 12h57. Motif: Suppression de données perso
    Pas de complexes: je suis comme toi. Juste mieux.

  21. #49
    Tropique

    Re : [Terminé] Amplificateurs en classe B: et maintenant, la version Tropicalisée!

    Citation Envoyé par steph_tsf Voir le message
    J'aimerais bien rentrer en contact avec M. Kuroda, lui montrer tous les espoirs que sa réalisation de 1982 permet aujourd'hui, en 2010. Pouvez-vous m'aider en cela ?
    Je crains que non. Peut-être via l'AES, ou un journal dans lequel il a publié?


    Bref, tout cela pour dire que dans le schéma que vous proposez, c'est un peu le contraire : on ne perçoit pas nettement et immédiatement comment on peut implanter le nouvel étage de sortie dans une structure classique comportant le différentiel en entrée, étage de gain en tension, étage de sortie. Et il y a ce souci : comment préserver les avantages de ce mode de fonctionnement avec un Darlington en sortie ?
    Je suis tout à fait conscient que c'est un OVNI, ayant une valeur pratique limitée, notamment à cause de l'impossibilité de mettre des darlingtons, et je l'ai dit dans le post.
    C'est un circuit assez étonnant, pouvant résoudre certains problèmes précis de façon simple et élégante, mais ses avantages ne sont pas transférables à des amplis en "vraie grandeur".

    Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si je l'ai publié sans beaucoup me soucier de propriété intellectuelle....

    Pour les derniers potins au sujet des étages de sortie Soft Non-Switching, voyez le thread où je suis tombé sur une usine à gaz combiné à un casse-tête : latchup au démarrage à cause d'une alimentation bootstrappée. http://www.diyaudio.com/forums/solid...itching-2.html - post #19 du 23 avril 2010. Tout est parti d'une suggestion de Paul Kemble, une suggestion très intéressante que je vous laisse découvrir, prometteuse. Il s'agit du circuit Renardson paru dans Electronics World en 1998. http://www.angelfire.com/ab3/mjramp/pagefour.html On établit séparément pour chaque moitié de l'étage de sortie (positif - négatif) une rétroaction locale, bien plus intelligente que le classique CFP (autrement appelé Darlington compound en français), car ici, en mimant Hawksford, on pourra arriver à démontrer que cela n'est pas de la rétroaction, mais du feedforward. Du feedforward double, puisqu'il y en a un par polarité, et de façon croisée de surcroit.
    Le circuit Renardson est incontestablement remarquable, et c'est clairement selon ces principes, et dans cette direction qu'il faut chercher. Ce que j'ai fait d'ailleurs.

    Le SNS de Kenpeter est un bloc de construction très valable.
    En ce qui me concerne, je trouve dommage son obsession à l'utiliser pour essayer de controler le courant dans des diodes schottky; je pense qu'il mérite mieux que cela.
    Je comprends très bien pourquoi il le fait, et au fond sa démarche est un peu la même que celle poursuivie ici: éliminer toute résistance de dégénération d'émetteur pour obtenir une linéarité parfaite dans la région de cross-over, mais en réalité, conceptuellement, cela revient à vouloir faire un diamond buffer sans résistances d'émetteur.
    Assez risqué.
    Et toujours conceptuellement, on peut arriver au même résultat en économisant les schottky, avec un des circuits que j'ai créés vers la même époque que B-Pure: tant qu'à faire se battre deux transistors l'un contre l'autre, autant le faire directement, sans diodes, et exploiter directement les jonctions base/émetteur.
    Voir exemple: moi je mets des résistances d'émetteur, mais Kenpeter les ferait se battre à mains nues.
    Ce circuit ne fonctionne pas mal, mais je ne l'ai pas retenu, parce qu'il ne résout pas vraiment les problèmes de stabilisation thermique de manière satisfaisante: on doit compenser le Vbe d'un transistor soumis à une forte dissipation par celui d'un transistor en petits signaux, donc on ne sort pas réellement du même vieux problème.
    Images attachées Images attachées
    Fichiers attachés Fichiers attachés
    Pas de complexes: je suis comme toi. Juste mieux.

  22. #50
    steph_tsf

    Re : [Terminé] Amplificateurs en classe B: et maintenant, la version Tropicalisée!

    Citation Envoyé par Tropique Voir le message
    Le SNS de Kenpeter est un bloc de construction très valable. En ce qui me concerne, je trouve dommage son obsession à l'utiliser pour essayer de controler le courant dans des diodes schottky; je pense qu'il mérite mieux que cela.
    Le SNS de kenpeter : je ne vois pas bien de quel schéma on parle. Pourriez-vous préciser ?

  23. #51
    steph_tsf

    Re : [Terminé] Amplificateurs en classe B: et maintenant, la version Tropicalisée!

    Citation Envoyé par Tropique Voir le message
    Voir exemple: moi je mets des résistances d'émetteur, mais Kenpeter les ferait se battre à mains nues. Ce circuit ne fonctionne pas mal, mais je ne l'ai pas retenu, parce qu'il ne résout pas vraiment les problèmes de stabilisation thermique de manière satisfaisante: on doit compenser le Vbe d'un transistor soumis à une forte dissipation par celui d'un transistor en petits signaux, donc on ne sort pas réellement du même vieux problème.
    Rôle des diodes Schottky ?
    Images attachées Images attachées

  24. #52
    steph_tsf

    Re : [Terminé] Amplificateurs en classe B: et maintenant, la version Tropicalisée!

    En toute généralité, quelle est votre avis sur les MOSFETs latéraux combinés NMOS + PMOS que Semelab-Magnatec-Alfet s'apprète à mettre sur le marché, permettant de constituer un étage de sortie au moyen d'un seul boîtier TO-247 ? Notez bien que le composant ne comporte que 5 pattes, avec les sources réunies en direct ou via des résistances de dégénération, mais auxquelles de toutes façons on n'a plus accès.

    Quel serait dans ce cas là le contrôleur SNS qui irait dans le sens de l'histoire :

    - polarisation des MOSFETs à environ 2 fois 0,8 volt qui correspond au seuil habituel des MOSFETs latéraux style 2SK 2SJ,
    - cette tension est trop faible pour alimenter la circuiterie interne du contrôleur SNS, s'il lui faut une alimentation,
    - si une alimentation est nécessaire pour le contrôleur SNS, une solution est l'alimentation boostrappée à-partir du signal de sortie,
    - perte de l'accès indépendant aux sources des MOSFETs, ce qui empêche de mesurer le courant via les classiques résistance de dégénération ou via des diodes Schottky à la kenpeter

    Semelab : http://www.semelab.com/magnatec/alfet.shtml

    Vers quoi allons-nous, en ce qui concerne les amplis de puissance analogiques ? Les fabricants de semiconducteurs n'inciteraient-ils pas à désaméliorer les amplis analogiques en classe AB, pour mieux ouvrir le marché aux amplis en classe D ?

    Que donnerait un tel composant dans un classe D auto-oscillant avec étage de puissance en drain commun (sortie sur les sources, donc) , un peu comme certains amplificateurs expérimentaux en classe D de Elektor, à la grande époque ? Outre la robustesse des nouveaux MOSFETs latéraux, qu'est ce qui a changé au niveau des composants, qui en 2010 permettrait une centaine de watts sur 4 ohm avec une alim de +42V -42V, un rendement de l'ordre de 85%, une dissipation au repos de moins de 5 watt, et moins de 0,1% de distorsion à la louche ?

    Et si on tentait l'opération en partant du Kuroda 1982 ? Le faire auto-osciller vers les 500 kHz ?
    Utiliser une alim flottante pour éviter que le VAS ne se coltine les 100V d'amplitude ?
    A cause de l'alim flottante, inverser la polarité de la rétroaction.
    Mais alors on perd l'effet Kuroda (la 390 ohm dans la 150 Ohm) qui fait travailler l'ampli-op dans sa plage de gain nominale (x5 environ).
    Rajouter un ampli-op audio inverseur dans ce tracé.
    De préférence débarrassé du contenu HF.
    Tenter de séparer la rétroaction HF de la rétroaction audio.

    Voudriez-vous, avec moi, travailler sur le Kuroda 1982/D ?

    Est-ce que LTspiceIV est fiable pour estimer la distorsion d'un classe D ?

    En marge de ceci, je vous indique mon post de la journée sur diyAudio : http://www.diyaudio.com/forums/solid...e-belgium.html

    Steph

  25. #53
    Tropique

    Re : [Terminé] Amplificateurs en classe B: et maintenant, la version Tropicalisée!

    Citation Envoyé par steph_tsf Voir le message
    Le SNS de kenpeter : je ne vois pas bien de quel schéma on parle. Pourriez-vous préciser ?
    Par exemple Q3 Q9 R2 et D1 à 4 sur ce schéma:


    Rôle des diodes Schottky ?
    Antisaturation des transistors.

    Au fait, le circuit Visch sans son condensateur se comporte à peu près comme un redresseur simple alternance, ce n'est pas viable.
    Images attachées Images attachées
    Pas de complexes: je suis comme toi. Juste mieux.

  26. #54
    steph_tsf

    Re : [Terminé] Amplificateurs en classe B: et maintenant, la version Tropicalisée!

    les courants dans R1 et dans R2 n'ont pas la même forme, je suppose que c'est à cause de l'attaque asymétrique, par en bas ? En cas d'attaque symétrique, je suppose que les courants dans R1 et R2 ont la même forme ?
    Images attachées Images attachées

  27. #55
    Tropique

    Re : [Terminé] Amplificateurs en classe B: et maintenant, la version Tropicalisée!

    Citation Envoyé par steph_tsf Voir le message
    En toute généralité, quelle est votre avis sur les MOSFETs latéraux combinés NMOS + PMOS que Semelab-Magnatec-Alfet s'apprète à mettre sur le marché, permettant de constituer un étage de sortie au moyen d'un seul boîtier TO-247 ? Notez bien que le composant ne comporte que 5 pattes, avec les sources réunies en direct ou via des résistances de dégénération, mais auxquelles de toutes façons on n'a plus accès.

    Quel serait dans ce cas là le contrôleur SNS qui irait dans le sens de l'histoire :

    - polarisation des MOSFETs à environ 2 fois 0,8 volt qui correspond au seuil habituel des MOSFETs latéraux style 2SK 2SJ,
    - cette tension est trop faible pour alimenter la circuiterie interne du contrôleur SNS, s'il lui faut une alimentation,
    - si une alimentation est nécessaire pour le contrôleur SNS, une solution est l'alimentation boostrappée à-partir du signal de sortie,
    - perte de l'accès indépendant aux sources des MOSFETs, ce qui empêche de mesurer le courant via les classiques résistance de dégénération ou via des diodes Schottky à la kenpeter

    Semelab : http://www.semelab.com/magnatec/alfet.shtml

    Vers quoi allons-nous, en ce qui concerne les amplis de puissance analogiques ? Les fabricants de semiconducteurs n'inciteraient-ils pas à désaméliorer les amplis analogiques en classe AB, pour mieux ouvrir le marché aux amplis en classe D ?
    Avant tout, que les choses soient claires: je ne suis qu'un designer audio du dimanche et professionellement, je n'ai pratiquement eu à traiter de l'audio que sous forme de téléphonie, public adress, EOW, etc, càd des cas où la linéarité ultime est vraiment un souci très secondaire.
    Je ne m'intéresse aux topologies de sortie que sous forme de challenge intellectuel, parmi d'autre choses.
    Mes avis sur les nouveautés technico-commerciales présentées par les fondeurs ne sont donc pas très informés.

    J'imagine que si des paires complémentaires sont proposées, elles doivent (un minimum) tenir la route, et être polarisables et stables sans circuit externe évolué.
    Le fait que les sources ne soient pas accessibles ne m'inquièterait pas excessivement, même si on veut conserver un circuit de gestion de crossover sophistiqué: ce que l'on mettait au potentiel de sortie peut normalement aussi être référencé aux rails d'alimentation.

    Je ne pense pas que la plupart des fabricants aient pour agenda d'essayer d'imposer la classe D: ils font peut-être des expériences, mais dans l'ensemble, ils vont dans la direction du vent, càd des profits, et donc des ventes. Tant qu'il y a un marché, il y aura quelqu'un pour l'alimenter.

    Ce qui m'ennuie avec les paires "complémentaires" en MOS, c'est qu'elles ne le sont pas: avec le silicium, il est impossible d'éviter les disparités sévères des N et P en MOS, bien plus qu'en bipolaire.

    Pour cette raison, j'aurais tendance à préférer les topologies de type "circlo", qui permettent une pseudo-complémentarité bien plus parfaite.

    Que donnerait un tel composant dans un classe D auto-oscillant avec étage de puissance en drain commun (sortie sur les sources, donc) , un peu comme certains amplificateurs expérimentaux en classe D de Elektor, à la grande époque ? Outre la robustesse des nouveaux MOSFETs latéraux, qu'est ce qui a changé au niveau des composants, qui en 2010 permettrait une centaine de watts sur 4 ohm avec une alim de +42V -42V, un rendement de l'ordre de 85%, une dissipation au repos de moins de 5 watt, et moins de 0,1% de distorsion à la louche ?

    Et si on tentait l'opération en partant du Kuroda 1982 ? Le faire auto-osciller vers les 500 kHz ?
    Utiliser une alim flottante pour éviter que le VAS ne se coltine les 100V d'amplitude ?
    A cause de l'alim flottante, inverser la polarité de la rétroaction.
    Mais alors on perd l'effet Kuroda (la 390 ohm dans la 150 Ohm) qui fait travailler l'ampli-op dans sa plage de gain nominale (x5 environ).
    Rajouter un ampli-op audio inverseur dans ce tracé.
    De préférence débarrassé du contenu HF.
    Tenter de séparer la rétroaction HF de la rétroaction audio.
    Je ne suis pas sûr que ces paires soient bien adaptées au fonctionnement en commutation. Dans la datasheet, on parle "d'impédance d'entrée élevée", ce qui me semble de mauvais augure.
    De même, faire travailler un ampli linéaire en commutation ne semble à priori pas une bonne idée: tous les efforts qui ont été mis dans la linéarisation de la fonction de transfert sont perdus, mais d'un autre côté, le slew rate, même s'il est exceptionnel pour un ampli linéaire risque d'être très faible pour une classe D efficace.
    Voudriez-vous, avec moi, travailler sur le Kuroda 1982/D ?
    Je ne peux pas m'y engager, je n'ai pas suffisamment de temps à y consacrer.
    Pourquoi par contre ne pas créer un fil sur le sujet, que tout le monde, y compris moi pourrait enrichir et alimenter, et qui déboucherait sur un projet réalisable.
    Il y a certainement une demande pour un ampli qui serait à la fois exceptionnel et facilement réalisable, et des bonnes volontés se manifesteraient pour faire des PCB, comme ça a été le cas pour d'autres projets.


    Est-ce que LTspiceIV est fiable pour estimer la distorsion d'un classe D ?
    C'est une chose à laquelle je n'avais jusqu'à présent pas beaucoup réfléchi, mais à priori, je dirais que oui: les causes de non-linéarité vont provenir de l'imperfection du modulateur, des temps morts dans la commutation de l'étage de sortie (l'équivalent en D de la distorsion de croisement), de la modulation de la conductivité, et du gain de boucle fini (si je n'oublie rien).
    Or, tous ces effets sont en principe modélisables avec une bonne précision, je serais donc assez optimiste.

    les courants dans R1 et dans R2 n'ont pas la même forme, je suppose que c'est à cause de l'attaque asymétrique, par en bas ? En cas d'attaque symétrique, je suppose que les courants dans R1 et R2 ont la même forme ?
    A cause de l'attaque asymétrique, et un peu du fait que les transistors ne sont pas parfaitement complémentaires et que ce set-up de test est en boucle ouverte et ne les symétrise donc pas.
    Pas de complexes: je suis comme toi. Juste mieux.

  28. #56
    le solar

    Re : [Terminé] Amplificateurs en classe B: et maintenant, la version Tropicalisée!

    Rebonjour tropique (et oui encore moi par ici)
    les version basym et classic sont les version final ? Ecoutable sur haut parleur ?
    je vais essayée de les réalisé , lors de mes temp libre voir ce que sa donne

  29. #57
    Tropique

    Re : [Terminé] Amplificateurs en classe B: et maintenant, la version Tropicalisée!

    Citation Envoyé par le solar Voir le message
    Rebonjour tropique (et oui encore moi par ici)
    les version basym et classic sont les version final ? Ecoutable sur haut parleur ?
    PureBclassic est écoutable en lui mettant les accessoires décrits, basym je ne vois pas où elle est
    Pas de complexes: je suis comme toi. Juste mieux.

  30. #58
    le solar

    Re : [Terminé] Amplificateurs en classe B: et maintenant, la version Tropicalisée!

    Je parlais de b assist , je me suis tromper
    sur bclassic , je met un stop dc a l'entré et sa devrait être ecoutable

  31. #59
    Tropique

    Re : [Terminé] Amplificateurs en classe B: et maintenant, la version Tropicalisée!

    Citation Envoyé par le solar Voir le message
    Je parlais de b assist , je me suis tromper
    sur bclassic , je met un stop dc a l'entré et sa devrait être ecoutable
    Oui, Bassist risque d'être plus chatouilleux
    Pas de complexes: je suis comme toi. Juste mieux.

  32. #60
    le solar

    Re : [Terminé] Amplificateurs en classe B: et maintenant, la version Tropicalisée!

    En simus de bclassics sous 4ohm je voit une grosse faille dans le coté positif normal ?

Page 2 sur 7 PremièrePremière 2 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. A.I.L amplificateurs.
    Par Quirin dans le forum Électronique
    Réponses: 1
    Dernier message: 27/01/2009, 16h20
  2. [Terminé] Classe B: la Tropicalisation continue!!!!
    Par Tropique dans le forum Projets électroniques
    Réponses: 18
    Dernier message: 28/06/2008, 11h15
  3. Amplificateurs
    Par seb1408 dans le forum Électronique
    Réponses: 6
    Dernier message: 24/09/2007, 10h35
  4. Amplificateurs
    Par Electrofred dans le forum Électronique
    Réponses: 4
    Dernier message: 26/07/2005, 17h06