Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 16 sur 16

Gène et comportement

  1. #1
    zimzum18

    Gène et comportement

    Bonjours à tous,

    Je viens ici pour débattre entre autre sur les propos de Nicolas Sarkozy. Je sais que ce débat est entre philosophie et science.
    Mais est ce que les gènes jouent beaucoup sur le comportement d'un individu? Existe t il les gènes de la violence, de la pédophilie, du suicide... Subit on des déterminismes très fort?? A t on un réel libre arbitre?

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    synchrotron

    Re : Gène et comportement

    L'éducation régit la plus grande partie de nos comportements et de notre intelligence. Le tissu social pendant le développement de l'enfant est ce qui déterminera la plus grande partie de la personnalité de l'adulte qu'il sera.

    Il faut reconnaitre que certains ont peut être un taux de testostérone plus élevé que la normale et ceci peut conduire à une virilité exacerbée et donc à un penchant pour la violence. Un taux de sérotonine élevé provoque aussi une attitude agressive il me semble, car trop de confiance en soi.

    Mais mise à part ces hormones ou dans certains cas des anomalies génétiques comme des hommes ayant un caryotype sexuel de type XYY c'est à dire deux Y ont évidemment une attitude violente car il n'existe pas comme chez les femmes l'inactivation du chromosome sexuel double. Donc tout ce qui est relatifs aux gènes exclusifs au sexe mâle (environ 30 gènes) est exprimé deux fois plus, donc trop de virilité, donc trop d'agressivité.

    Mais vu que nous somme globalement génétiquement très proches, en tout cas pas au point que l'expression de nos hormones varie à ce point, dire qu'il y a un déterminisme par rapport à nos gènes et donc qu'une part de notre libre arbitre s'en retrouve atteinte est une pure absurdité.

    Sarkozy est un politicien et ferait mieux de ne s'en tenir qu'à son rôle de politicien!
    les hommes veulent tout connaitre de l'univers,les XTsiens se contentent de l'observer

  4. #3
    titanic

    Re : Gène et comportement

    Citation Envoyé par synchrotron Voir le message
    Sarkozy est un politicien et ferait mieux de ne s'en tenir qu'à son rôle de politicien!
    Un fieffé politicien en effet, avec en prime un brin d'ego surdimensionné

    "Moi j'ai pas de tendances pédophiles", "moi j'suis normal" bravo, moi ci moi ça et patati et patata

    (si les modos modératisent ... je comprendrai)
    Le déterminisme c'est la science, la science c'est le déterminisme.

  5. #4
    aquilegia

    Re : Gène et comportement

    Citation Envoyé par zimzum18 Voir le message
    Bonjours à tous,
    Mais est ce que les gènes jouent beaucoup sur le comportement d'un individu?
    Existe t il les gènes de la violence, de la pédophilie, du suicide...
    Bonjour,
    nos gènes jouent très certainement sur nos comportements, mais vraisemblablement pas de la façon dont l'a sous-entendue monsieur S.
    D'ailleurs, si j'ai bien compris son propos, il était un peu contradictoire : si il considère que des comportements sont modelables par une prise en charge précoce, cela signifie que l'environnement a une part importante de déterminisme sur ce comportement... donc que le déterminisme génétique n'est pas si important que cela...
    Bref.
    Citation Envoyé par zimzum18 Voir le message
    Subit on des déterminismes très fort?? A t on un réel libre arbitre?
    C'est délicat de parler de libre arbitre... Il faut voir qu'un déterminisme purement environnemental ne donne pas plus de libre arbitre qu'un déterminisme purement génétique. Mais le déterminisme de nos comportements se trouve entre les deux, et c'est peut-être là que se trouve notre libre-arbitre.

    Tout d'abord, nos gènes jouent sur des schémas spécifiques de nos comportements : en tant qu'espèce, nous avons des comportements particuliers.
    A ce niveau, nous sommes à peu près tous pareils : nous avons des capacités d'apprentissage poussées, nous avons des schémas comportementaux qui sont adaptés à notre vie sociale etc...

    Ensuite, nos gènes peuvent déterminer des potentialités différentes chez les individus : tout le monde par exemple n'a pas les exactement les mêmes capacités d'apprentissage. Pour apprendre une leçon, certains auront besoin de plus de travail que d'autres, par exemple. Certains ont une mémoire plus auditive, et d'autres une mémoire plus visuelle etc...

    Ainsi, certaines personnes peuvent être plus susceptibles que d'autres de développer certains comportements, mais il ne s'agit généralement que de probabilités (et ces probabilités ne sont de surcroît nulles chez personne).

    Par ailleurs, comme nos gènes codent justement pour des comportements plastiques, nous sommes grandement influençables par l'environnement.
    Cela signifie que pour beaucoup de comportements, l'influence de telle ou telle tendance génétique peut a priori être en partie ou totallement balayée par l'influence de environnement (par exemple, des tendances suicidaires peuvent à mon avis apparaître chez n'importe qui en fonction du contexte).

    Dans un tel contexte de déterminisme multifactoriel, le propos de S apparaît donc complètement à côté de la plaque.
    Mon avis personnel : faire de la prévention, ok, mais pour tout le monde.
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant. (Pierre Dac)

  6. #5
    blondie

    Re : Gène et comportement

    Citation Envoyé par aquilegia Voir le message
    Bonjour,
    nos gènes jouent très certainement sur nos comportements, mais vraisemblablement pas de la façon dont l'a sous-entendue monsieur S.
    D'ailleurs, si j'ai bien compris son propos, il était un peu contradictoire : si il considère que des comportements sont modelables par une prise en charge précoce, cela signifie que l'environnement a une part importante de déterminisme sur ce comportement... donc que le déterminisme génétique n'est pas si important que cela...
    Bref.

    C'est délicat de parler de libre arbitre... Il faut voir qu'un déterminisme purement environnemental ne donne pas plus de libre arbitre qu'un déterminisme purement génétique. Mais le déterminisme de nos comportements se trouve entre les deux, et c'est peut-être là que se trouve notre libre-arbitre.

    Tout d'abord, nos gènes jouent sur des schémas spécifiques de nos comportements : en tant qu'espèce, nous avons des comportements particuliers.
    A ce niveau, nous sommes à peu près tous pareils : nous avons des capacités d'apprentissage poussées, nous avons des schémas comportementaux qui sont adaptés à notre vie sociale etc...

    Ensuite, nos gènes peuvent déterminer des potentialités différentes chez les individus : tout le monde par exemple n'a pas les exactement les mêmes capacités d'apprentissage. Pour apprendre une leçon, certains auront besoin de plus de travail que d'autres, par exemple. Certains ont une mémoire plus auditive, et d'autres une mémoire plus visuelle etc...

    Ainsi, certaines personnes peuvent être plus susceptibles que d'autres de développer certains comportements, mais il ne s'agit généralement que de probabilités (et ces probabilités ne sont de surcroît nulles chez personne).

    Par ailleurs, comme nos gènes codent justement pour des comportements plastiques, nous sommes grandement influençables par l'environnement.
    Cela signifie que pour beaucoup de comportements, l'influence de telle ou telle tendance génétique peut a priori être en partie ou totallement balayée par l'influence de environnement (par exemple, des tendances suicidaires peuvent à mon avis apparaître chez n'importe qui en fonction du contexte).

    Dans un tel contexte de déterminisme multifactoriel, le propos de S apparaît donc complètement à côté de la plaque.
    Mon avis personnel : faire de la prévention, ok, mais pour tout le monde.
    Bonjour
    À ce propos, chez les Gays Américains, le désir de voir confirmer une origine génétique à leur sexualité, nous paraît étrange, mais s’explique à mon avis par le désir de former une communauté dans laquelle l’individu subit un déterminisme dont il n’est pas responsable.
    ( Comme dans les autres communautés)

    Blondie

  7. #6
    aquilegia

    Re : Gène et comportement

    Citation Envoyé par blondie Voir le message
    Bonjour
    À ce propos, chez les Gays Américains, le désir de voir confirmer une origine génétique à leur sexualité, nous paraît étrange, mais s'explique à mon avis par le désir de former une communauté dans laquelle l'individu subit un déterminisme dont il n'est pas responsable.
    ( Comme dans les autres communautés)
    Le problème de tout ça, c'est quand les idéologies viennent se mêler au débat...
    Ça amène les gens à déclarer un peu tout et n'importe quoi du moment que ça sert leurs idées (on a eu une magnifique démonstration avec les grands temps de l'eugénisme).
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant. (Pierre Dac)

  8. #7
    Dentiste fou

    Re : Gène et comportement

    je suis globalement d'accord avec ce qui a été dit mais malgré tout, plus généralement je trouve que c'est trop reducteur de dire que notre caractère derive en grande majorité de note environnement ; des personnes souvent ont des caractères qu'ont leur parents alors vous allez simplement me dire ; evidemment puiqu'ils sont en contact avec eux, et/ou élevés par eux, dans mon cas personnel, j'ai été élevé par ma mère sans rencontrer mon père que de loin et pourtant souvent elle me dit que j'ai nombre de ses comportements, vous voyez de quoi je veux parler. Alors simple coincidence ... ?D'autre part pour contrebalancer cette idée j'avance aussi l'experience" du sperme des prix nobel pour engendrer des enfants "surdoués" qui à ce jour n'a donné aucun resultat mais ne croyez vous pas que les gènes ont un role autre que de determinisme physique ? Ou alors que celui ci influencerait notre conscience et notre pensée ? j'attend vos remarques merci

  9. #8
    aquilegia

    Re : Gène et comportement

    Citation Envoyé par Dentiste fou Voir le message
    je suis globalement d'accord avec ce qui a été dit mais malgré tout, plus généralement je trouve que c'est trop reducteur de dire que notre caractère derive en grande majorité de note environnement
    Bonjour,
    une vision d'un déterminisme unique est bien sûr réductrice, que l'on pense à un déterminisme génétique ou environnemental.
    Le problème, c'est que pour chaque comprtement, les interactions gènes et environnement sont complexes, et qu'il est très difficile de faire la part de l'un par rapport à l'autre, sans parler des possibles variations individuelles.

    Il y a eu une discussion récemment à ce sujet , sur le fil suivant (et sans doute d'autres...):
    http://forums.futura-sciences.com/thread137904.html
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant. (Pierre Dac)

  10. #9
    Squid

    Re : Gène et comportement

    Salut à tous!

    Cette relation gêne comportement semble bien compliquée!
    On commence dailleur à trouver des mechanisme expliquant des modifications de comportement lié à un type d'education..
    Peut être quelqu'un a-t-il lu cet article recent qui montrait un lien entre comportement de là mère avec sa progeniture et comportement du souriceau, basé sur une modification definitive de la transcription d'un gêne..

    Pour résumer:

    Le gêne codant les recepteurs aux glucocorticoides (impliqué dans les phénomene de stress), ont dans leur sequence de régulation un site dont le degrès de methylation va être modifié durant la première semaine de vie des souriceau en fonction du comportement de la mere, modifiant ainsi pour toute la vie du souriceau l'état de methylation de ce site, et donc le niveau d'expression du recepteur aux glucocorticoides!

    Plus la mère materne son souriceau durant cette première semaine de vie, mois la souris sera sensible au stress!

    Ca soulève aussi d'autres débats..
    Squid

  11. #10
    Thorin

    Re : Gène et comportement

    Bonjour,

    N.S. n'a pas parlé que de la pédophilie, mais a aussi parlé du suicide.
    Il a dit que certains jeunes naissaient avec un terrain plus propices au suicide.
    Ma question n'est pas de savoir l'on est condamné à se suicider, la réponse est évidemment Non.


    en revanche, peut-on dire, de manière très modérée, hein, que certains facteurs génétiques augmentent les chances des jeunes à se suicider.
    Par exemple, je crois savoir que lorsque l'on a pour parent quelqu'un victime de troubles bipolaires, on a plus de chance que la moyenne d'être aussi victime de ces troubles ; ceci signifie qu'il y a un facteur génétique pour cette maladie.
    Or, on remarque de plus grandes proportions de suicidés chez les victimes de troubles bipolaires.

    Est-ce faux d'en conclure que d'une manière certes indirecte et qui ne se montre pas au grand jour chez tous le monde, la génétique joue un rôle dans le suicide ?


    Autre chose ;
    sachant que l'on n'a pas prouvé, à ma connaissance (?) que la sexualité des homosexuels était déterminée par les gènes, ou qu'elle ne l'était pas ; peut on affirmer dans le cadre de la pédophilie que la génétique n'entre pas en jeu ?
    Ce que je veux dire, c'est que certes, on na pas prouvé que la pédophilie était génétique....mais a t on prouvé qu'elle ne l'était pas ?
    Dans ce cas, il serait tout aussi faux de dire que l'on nait pédophile....ou que l'on ne nait pas pédophile...
    non ?

    Merci

  12. #11
    Simon31

    Re : Gène et comportement

    Je pense que comme on n'en sait rien, le mieux est de ne rien dire !

  13. #12
    Thorin

    Re : Gène et comportement

    La science n'avancerait pas si l'on se contentait de parler de ce qu'on connait déjà

  14. #13
    aquilegia

    Re : Gène et comportement

    Est-ce faux d'en conclure que d'une manière certes indirecte et qui ne se montre pas au grand jour chez tous le monde, la génétique joue un rôle dans le suicide ?
    Bonjour,
    justement, le problème est bien que l'on ne sait quelle est la part de génétique et la part de l'environnement.
    Imagine deux enfants : l'un avec un terrain légèrement favorable à des tendances suicidaires, l'autre pas.
    Le premier, élevé dans des conditions favorables à un déveoppement équilibré, ne développera peut être jamais ces tendances, alors que le second, élevé dans un environnement moins favorable à un développement équilibré, finira peut-être par les avoir.

    Personne ne naît avec une probabilité zéro de développer des tendances suicidaires ou dépressives.
    En outre, il existe sans doute des gènes qui favorisent l'apparition de la dépression par exemple, mais on ne parle jamais que de probabilités.
    Par conséquent l'approche de NS est beaucoup trop simpliste.
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant. (Pierre Dac)

  15. #14
    Thorin

    Re : Gène et comportement

    c'est bien ce qu'il me semblait ^^
    toutefois, ce que tu dis n'est pas en désaccord avec NS, sauf si bien sur, on cherche un sens caché dans ce qu'il dit, mais là n'est pas le débat.
    Trop simpliste, mais pas faux ^^

    Merci

  16. #15
    camaron

    Re : Gène et comportement

    Pour avoir été choqué par les propos rapportés de N. Sarkozy. Aussi je suis allé lire la revue Philosophie Magazine et l'article avec le philosophe Michel ONFRAY.

    Il s'agissait d'une argumentation pour dire que les individus ne sont pas déterminés par leur seule éductaion, mais qu'il y a le libre arbitre et qu'un partie de ce comportement pourrait avoir une origine génétique.

    Ces propos m'ont paru nettement moins définitif que ce que j'avais lu comme phrase extraite.

    En tous cas comme ce qui a été dit au dessus, pour ma part "'j'inclinerai" à penser que l'on ne peut pas avoir d'avis clair sur la question du fait de l'existence de l'environnement et de la génétique. En plus ces deux facteurs ne serait rien pour moi, le libre arbitre restant grand sur des sujets comme la pédophilie et le suicide.

    On peut certe probablement observer une dose d'héritabilité de ces comportements.

  17. #16
    pommier

    Re : Gène et comportement

    Bonsoir
    Les explications "tout d'origine génétique" étaient en vogue à une époque dans le monde anglo saxon. A l'inverse les explications "tout à cause de l'environnement" étaient à la mode dans l'ex bloc soviétique.
    La réalité se situe entre les deux avec la difficulté (l'impossibilité?) de quantifier pour chaque cas la part de la génétique et de l'environnement.

Discussions similaires

  1. [Génétique] Gène ?
    Par demonne dans le forum Biologie
    Réponses: 33
    Dernier message: 18/11/2007, 18h39
  2. gène expression
    Par biologiste123 dans le forum Biologie
    Réponses: 5
    Dernier message: 26/12/2006, 23h39
  3. gene
    Par scholasticus dans le forum Biologie
    Réponses: 4
    Dernier message: 03/05/2006, 16h54
  4. transferer un gene
    Par sofi85 dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 3
    Dernier message: 04/10/2004, 19h25
  5. [comportement] comportement innée
    Par quetzal dans le forum Biologie
    Réponses: 9
    Dernier message: 06/09/2004, 21h18