Bonjour, cliquez-ici pour vous inscrire et participer au forum.
  • Login:



+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 6 sur 6

Mécanisme de la tolérance aux drogues

  1. végé

    Date d'inscription
    septembre 2005
    Messages
    1

    Question Mécanisme de la tolérance aux drogues

    Je cherche des renseignements sur les mécanisme de la tolérance ou accoutumance aux drogues. Est-ce par exemple lié à la diminution du nombre de récepteur de neurotransmetteurs ?

    -----

     


    • Publicité



  2. Yoyo

    Date d'inscription
    janvier 2003
    Messages
    15 863

    Re : Mécanisme de la tolérance aux drogues

    Citation Envoyé par végé
    Je cherche des renseignements sur les mécanisme de la tolérance ou accoutumance aux drogues. Est-ce par exemple lié à la diminution du nombre de récepteur de neurotransmetteurs ?
    Bonsoir,

    En effet c'est souvent cela qui est lié à l'accoutumance. Diminution de la sensibilitéé, et donc nécessité d'augmenter les doses pour obtenir le meme effet.
    Certains récepteurs peuvent aussi devenir refractaires, ce qui induit une certaine résistance.

    Yoyo
    PS/ un petit bonjour et merci ne serait pas superflu...
     

  3. Jiav

    Date d'inscription
    juillet 2004
    Messages
    8 240

    Re : Mécanisme de la tolérance aux drogues

    Je crois qu'il faut aussi compter avec la physiologie hors cerveau: par exemple l'alcool qui est métabolisé plus ou moins vite par le foie, ou le stockage du THC dans les graisses.
     

  4. mikee35

    Date d'inscription
    décembre 2007
    Messages
    3

    Re : Mécanisme de la tolérance aux drogues

    en reponse rapide...
    evoluant dans ce milieu parfois obscur, certains moments il m'arrive aussi de m'interroger sur ces mécanismes (tolérance ou asservitude)...
    De mon oeil d'observateur/consommateur j'ai remarqué que la tolérance aux drogues, qu'elles quelles soient, dépendent de l'ambiance plus que du physique, ce qui est assez troublant !
    c'est à dire, que par exemple (pour prendre des drogues courantes) un verre de rhum pourra sous condition de soirée, d'ambiance festive, ou encore, d'apéro solitaire, soit avoir un effet hypnotique et somnolent, soit un effet dynamique ( la fatigue, les soucis ayant un énorme impact sur la tolérance)
    Par contre en ce qui concerne l'accoutumance, le principe reste identique, chacun subbira sa dependence selon son propre mode de vie de pensée, selon ses difficultés ou non à affronter les difficultés de la vie... mais il est vrai que la dependance psychologique joue son role (quasi des les premieres consommations) tandis que la dependance physique semble impercéptible (du moins jusqu'à la décision d'un arret de consommation ou le schéma classique psycho, physique, sevrage se fait ressentir)
    Quand a la métabolisation des subsances, par les graisses, le foie, ou d'autres organes, je ne miserai pas sur un constat généralisé...de mon coté, je creuserai plutot vers une enzyme du cerveau les MAO, qui couplés a des inhibiteurs (exemple passiflore ou autre plantes courantes) vont provoqué un afflux massif vers les récépteurs neuronals qui, je pense, vont permettre et le phénomène de dependance et le phénomène de tolérence
     

  5. belouga7

    Date d'inscription
    décembre 2007
    Localisation
    Canada
    Messages
    25

    Re : Mécanisme de la tolérance aux drogues

    Citation Envoyé par végé Voir le message
    Je cherche des renseignements sur les mécanisme de la tolérance ou accoutumance aux drogues. Est-ce par exemple lié à la diminution du nombre de récepteur de neurotransmetteurs ?
    Salut,

    J'abonde dans le sens de mes confrères, l'accoutumance est en relation directe avec le nombre de récepteurs synaptiques pour la drogue X.
    Sans lien direct avec ta question, mais une chose très interssante explique généralement que la prise de drogue la première fois a un effet plus important sur l'organisme est lié...à l'appareil de Golgi.
    Et oui, ce dernier participe à la détoxification, mais dans un organisme qui n'a jamais pris de drogue X, le nombre de cette organelle est relativement faible, donc la drogue X est éliminée plus lentement et l'effet ressenti par le consommateur est plus important. À la seconde prise, l'organisme s'est adapté et a produit entre temps un nombre plus grand de Golgi, l'effet de la drogue X est donc moins fort et de plus courte durée. Un peu ce qui se passe en immunologie, lors d'une seconde infection par le même pathogène.

    Voilà, à+
    belouga7
     


    • Publicité



  6. Mecton

    Date d'inscription
    août 2007
    Âge
    34
    Messages
    1 831

    Re : Mécanisme de la tolérance aux drogues

    Je ne savais pas...plusieurs Golgi dans la cellule !

    Une autre théorie expliquant l'accoutumance : la théorie des processus opposants.

    En gros il y est dit que les opiacées ont deux effets : un effet analgésique non sujet à une désensibilisation et un effet hyperalgésique qui, lui, augmente par effet d'entrainement ( administration répétée de d'opiacées ). L'effet ressentie étant la résultante de ces 2 processus.

    Entre autre cela explique pourquoi, lorsdqu'on injecte de la naloxone à un drogué celui ci a un syndrome de sevrage alors que le non drogué ne ressent rien suite a cette injection.
     


    • Publicité







Sur le même thème :





 

Discussions similaires

  1. La Tolérance
    Par alcyon35 dans le forum Environnement, développement durable et écologie
    Réponses: 37
    Dernier message: 30/08/2007, 13h45
  2. Découverte d'un mécanisme de défense face aux bactéries
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 1
    Dernier message: 21/02/2006, 13h51
  3. Un lien maternel perturbé accroît la dépendance aux drogues
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 1
    Dernier message: 11/05/2005, 17h33