Bonjour, cliquez-ici pour vous inscrire et participer au forum.
  • Login:



Discussion fermée
Page 12 sur 17 PremièrePremière 12 DernièreDernière
Affichage des résultats 166 à 180 sur 248

Le degré humain d'intelligence est-il un hasard extraordinaire ou une tendance de l'évolution ?

  1. Geb

    Date d'inscription
    novembre 2005
    Localisation
    Liège (Belgique)
    Âge
    26
    Messages
    3 074

    Re : Le degré humain d'intelligence est-il un hasard extraordinaire ou une tendance de l'évolution ?

    Citation Envoyé par Nicolas Daum Voir le message
    j’ai l’impression que ce genre de concept, de même que le hasard qui lui est opposé dans ce fil, relève de ce que j’appellerais l’horreur du vide, une horreur toute intellectuelle.
    C'est simplement parce que reconnaître la vision de Diamond, Pinker et Dawkins signifierait la "mort statistique" (à défaut d'une mort certaine) de tout espoir de communications interstellaires avec une autre civilisation technologique, grande question des Drake et Sagan dans les années 60. C'est la seule et unique raison de la présence de la notion de hasard (et de probabilité) dans ce fil.

    Cordialement.


    Mereu este loc de mai bine!
     


    • Publicité



  2. dragounet

    Date d'inscription
    septembre 2009
    Localisation
    Genève
    Messages
    1 304

    Re : Le degré humain d'intelligence est-il un hasard extraordinaire ou une tendance de l'évolution ?

    Citation Envoyé par Xoxopixo Voir le message
    Un exemple simple et relativement bien connu.
    Les plumes des oiseaux.
    Que sont-elles ? Une protection thermique ? Une protection contre l'eau ?
    Finalement, ca va dépendre de l'espèce, et certaines vont utiliser les plumes pour voler.
    L'exacerbation d'un caractère, utile à sa fin première peut s'avérer préjudiciable à la survie d'une espèce, ou pas.
    Tout dépend du contexte et parfois de la reconversion d'une fonction en une autre.
    Et même pour les oiseaux volants, l'avantage des plumes s'est transformé en désavantage à l'apparition des indiens!

    Ou alors le but de la nature en faisant des oiseaux, c’était de fournir des couvre-chefs indiens ?

    La nature et l’évolution n’ont pas de buts, elles font tout et n’importe quoi, de l’Einstein et de l’huitre chantante.

    L’homme n’est qu’un épiphénomène dont la durée de vie sera beaucoup plus courte que le fut celle des dinosaures, ceci grâce à sa très bonne capacité d’autodestruction.
     

  3. Tlaloc

    Date d'inscription
    août 2011
    Messages
    554

    Re : Le degré humain d'intelligence est-il un hasard extraordinaire ou une tendance de l'évolution ?

    Citation Envoyé par dragounet Voir le message
    L’homme n’est qu’un épiphénomène dont la durée de vie sera beaucoup plus courte que le fut celle des dinosaures, ceci grâce à sa très bonne capacité d’autodestruction.
    Ça me semble un peu tôt pour annoncer quelque chose comme ça... D'autant que de comparer une espèce à un ensemble d'espèce (un clade si je ne me trompe pas) n'a pas beaucoup de sens.
     

  4. Saint-Sandouz

    Date d'inscription
    novembre 2007
    Localisation
    Lyon
    Messages
    2 851

    Re : Le degré humain d'intelligence est-il un hasard extraordinaire ou une tendance de l'évolution ?

    Citation Envoyé par skept Voir le message
    Je trouve que le mécanisme de la Reine Rouge est une métaphore efficace pour comprendre comment, face à des ressources finies et un certain niveau de compétition, on peut s'attendre à une pression sélective vers l'innovation.
    Je trouve aussi que c’est un excellent exemple. Le cas de la course aux armements montre bien qu’il n’y a pas de tendance intrinsèque et illustre ce que disait Ryuujin
    Citation Envoyé par Ryuujin Voir le message
    A ma connaissance, l'évolution n'a qu'une tendance : la maximisation de la fitness à l'échelle de l'individu et de l'espèce.
    […]
    Il s'est simplement avéré que dans un contexte précis, certaines complexifications permettaient d'augmenter la fitness des individus concernés, et ont donc été sélectionnées.
    […]
    Dès l'instant où on défini l'évolution comme étant la résultante de la sélection par un environnement (physique, écologique, social...) de mutations aléatoires, on exclue toute tendance qui ne serait pas conditionnée par cet environnement.
    Et cela exclue aussi toute stratégie évolutive.

    Citation Envoyé par Geb Voir le message
    C'est simplement parce que reconnaître la vision de Diamond, Pinker et Dawkins signifierait la "mort statistique" (à défaut d'une mort certaine) de tout espoir de communications interstellaires avec une autre civilisation technologique, grande question des Drake et Sagan dans les années 60. C'est la seule et unique raison de la présence de la notion de hasard (et de probabilité) dans ce fil.
    Je dois dire que j’ai zappé la vision de Diamond, Pinker et Dawkins.
    Comme le demande finement mariposa : « C'est quoi l'intelligence dans une version scientifique ? »
    C’est une autre pierre dans la question posée : c’est encore un de ces concepts commodes mais trop flou pour être défini.
    J’ai soulevé quelque perplexité en disant que l’homme possède des capacités cognitives uniques dans le règne animal (sauf découverte sensationnelle), néanmoins je trouve qu’on a tendance à exagérer la part du rationnel de la psyché humaine. L’homme serait un être doué de raison. De fait, à mon avis l’essentiel de ses motivations et de ses raisonnements sont à la base parfaitement émotionnels, inconscients et irrationnels. Sa raison lui sert essentiel à les justifier a posteriori, ce qui fait qu’il n’est pas si différents de ses cousins animaux.
    Mais c’est peut-être HS.

    ND
    Travailler dur n'a jamais tué personne, mais je préfère ne pas prendre de risques.
     

  5. Geb

    Date d'inscription
    novembre 2005
    Localisation
    Liège (Belgique)
    Âge
    26
    Messages
    3 074

    Re : Le degré humain d'intelligence est-il un hasard extraordinaire ou une tendance de l'évolution ?

    Citation Envoyé par Nicolas Daum Voir le message
    Je dois dire que j’ai zappé la vision de Diamond, Pinker et Dawkins.
    C'est l'idée du biais anthropocentrique débattue dans le texte de Foundalis :

    Steven Pinker, in his influential “How the Mind Works” (Pinker, 1997), argues against astronomer and SETI (Search for Extra-Terrestrial Intelligence) enthusiast Frank Drake and his supposition that intelligence must have evolved somewhere else in the universe, by pointing out that there is no “trend” towards producing more intelligent species in evolution, and that extra-smart human brains, just like extra-long elephantine trunks, are the outcome of random evolutionary events:

    The human brain is an exquisitely complex organ that evolved only once. The elephant’s trunk, which can stack logs, uproot trees, pick up a dime, remove thorns, powder the elephant with dust, siphon water, serve as a snorkel, and scribble with a pencil, is another complex organ that evolved only once. The brain and the trunk are products of the same evolutionary force, natural selection. (Pinker, 1997, p. 151)
    Pinker then goes on to paraphrase an excerpt in which Drake, who argues in support of SETI, claims that the first species to develop intelligent civilizations will discover that it is the only such species, and that it should not be surprised because someone must be first. Pinker substitutes “trunk” for “intelligent civilization”, “powder itself with dust” for “develop electronic technology”, and “trunk-using” for “technology-using”, resulting in the following parody of Drake’s argument:

    The first species to develop a trunk will discover that it is the only such species. Should it be surprised? Someone must be first, and being first says nothing about how many other species had or have the potential to evolve trunks, or may do so in the future.... Similarly, among many trunk-bearing species, one will be the first, and temporarily the only one, to powder itself with dust. The evidence does suggest that planetary sys¬tems need to exist in sufficiently benign circumstances for a few billion years for a trunk-using species to evolve.
    Pinker’s thesis was supported in a more recent publication by Richard Dawkins (Dawkins, 2004), in which Dawkins compares intelligence to the fine-tuned flight abilities of birds such as swifts: just as swifts are among the most capable flying machines in the world of flight-enabled species, so humans are the most capable thinking beings in the world of neuron-possessing species:

    A historically minded swift, understandably proud of flight as self-evidently the premier accomplishment of life, will regard swiftkind — those spectacular flying machines with their swept-back wings, who stay aloft for a year at a time and even copulate in free flight — as the acme of evolutionary progress. (Dawkins, 2004, p. 6)
    Dawkins then recalls and expands on Pinker’s idea:

    [I]f elephants could write history they might portray tapirs, elephant shrews, elephant seals, and proboscis monkeys as tentative beginners along the main trunk road of evolution, taking the first fumbling steps but each — for some reason — never quite making it: so near yet so far. Elephant astronomers might wonder whether, on some other world, there exist alien life forms that have crossed the nasal rubicon and taken the final leap to full proboscitude.
    In an earlier work, Jared Diamond put forth essentially the same idea, using woodpeckers and their ability to bore holes in wood as an example of a biological property that was honed to an extreme by natural selection (Diamond, 1992, Ch. 12). Few species bore holes in wood, according to Diamond, and none can compete with the amazing abilities of a woodpecker. Diamond concludes that we should not be surprised if we do not detect our likewise unique cognitive abilities elsewhere in the universe.
    D'ailleurs, il est utile de mentionner que Steven Pinker est pyschologue, mais aussi chercheur en sciences cognitives, tout comme Foundalis.

    Cordialement.
    Dernière modification par Geb ; 18/11/2011 à 09h55.
    Mereu este loc de mai bine!
     

  6. DomiM

    Date d'inscription
    juillet 2006
    Localisation
    Nîmes
    Âge
    56
    Messages
    2 767

    Re : Le degré humain d'intelligence est-il un hasard extraordinaire ou une tendance de l'évolution ?

    Citation Envoyé par Nicolas Daum
    De fait, à mon avis l’essentiel de ses motivations et de ses raisonnements sont à la base parfaitement émotionnels, inconscients et irrationnels. Sa raison lui sert essentiel à les justifier a posteriori
    Alors il faudrait faire comme en MD une superposition des irrationnels , créationniste, anthropomorphique, réaliste(incertitude,incomplét ude) ?
    le créationniste a du mal à justifier les résultats scientifique à posteriori
    l'anthropomorphique a moins de mal avec le gène , il prend l'émergence pour se couper du reste l’égoïste
    Il y a donc décohérence et la particule devient réaliste(incertitude,incomplét ude) quand on met un détecteur
     

  7. Saint-Sandouz

    Date d'inscription
    novembre 2007
    Localisation
    Lyon
    Messages
    2 851

    Re : Le degré humain d'intelligence est-il un hasard extraordinaire ou une tendance de l'évolution ?

    Citation Envoyé par Geb Voir le message
    C'est l'idée du biais anthropocentrique débattue dans le texte de Foundalis
    Je vois ici aussi une horreur du vide. Toute question devrait obligatoirement avoir une réponse.
    La seule réponse valable est qu'on n'en sait rien et qu'on ne saura sans doute jamais.

    ND
    Travailler dur n'a jamais tué personne, mais je préfère ne pas prendre de risques.
     

  8. Xoxopixo

    Date d'inscription
    octobre 2010
    Messages
    5 163

    Re : Le degré humain d'intelligence est-il un hasard extraordinaire ou une tendance de l'évolution ?

    La structure nerveuse, comme toute structure faisant partie d'un organisme a un coût pour son développement, et son maintient.
    Si celle-ci ne fournit pas d'avantage, la selection naturelle aboutit à la regression de cette structure.

    On peut donc dire d'un point de vue scientifique que la structure nerveuse de l'être humain a été un avantage par le passé.
    Dans le sens ou l'être humain se porte bien du point de vue de l'expansion de l'espèce.
    A temperer bien entendu par rapport à la courte periode observée, sachant qu'1 million d'années est une periode courte du point de vue de l'évolution, et que l'expansion géographique et démographique de la forme dominante Homo sapiens, ne correspond qu'à un battement de cils.

    Néanmoins, on constate, ou mieux dit on suppose avec raison, une évolution vers une augmentation de ses capacités cognitives.
    Ceci depuis 500 000 ans environ en ce qui concerne le groupe antropomorphe. (hominidés)

    Si on compare ce fait avec l'évolution des autres espèces, il ne semble pas à leur niveau que l'organe cognitif se soit développé de la sorte.
    La question de savoir si cet organe s'est développé "par hasard" pendant 500 000 ans est donc inadéquate.
    Il ne peut d'agir d'un hasard sur une periode aussi longue.
    Cette tendance ne se retrouve que dans le groupe des antropomorphes, dont l'espèce humaine est le représentant, "qui a réussi".

    La question, si on veut savoir comment un organe cognitif aussi développé a tendance à apparaitre revient donc à étudier l'avantage que procure un organe aussi développé face à son cout.
    Ceci revient également à se poser la question de savoir quel est le désavantage que procure la perte de la cognition par rapport au gain de ne plus subvenir à ce coût.
    La nature, à long terme, et je pense que l'on peut parler de long terme ici pour la forme antropomorphe, tend à l'équilibre entre le gain et le coût. C'est une dynamique aveugle.

    Pour ce faire il est donc nécéssaire de prendre en compte l'ensemble des caracteristiques de la forme animale.
    Par exemple, un être humain, sans vêtements, ne survivra pas au delà d'une certaine latitude.
    Un pigeon par exemple, n'a pas besoin de se poser ces questions, son plumage, son métabolisme et son mode de vie ne nécéssite pas qu'il se confectionne des vêtements. Son "intelligence" est en quelque-sorte son métabolisme.
    Ne pas être en mesure de manier des outils ne met pas en danger son espèce du point de vue de ce facteur.

    Intuitivement, je dirais que l'espèce humaine possède un avantage cognitif, qui contrebalance ses nombreuses faiblesses qui le met autrement en danger pour sa survie face à un environnement hostile.
    Une des faiblesses étant la necessité de nourrir ce cerveau volumineux.
    Face à un loup, l'être humain "nu", ne fait pas le poids, une rigueur hivernale le tue et une eau de rivière peut l'emporter par la maladie.

    J'en conclurait, et ça se discute, que c'est la possibilité de se passer de ses atouts naturels tels sa resistance et son adaptation à un environnement particulier, par l'outil, qui l'ont petit à petit "affaibli" physiquement, rendant sa cognition nécéssairement de plus en plus développée pour faire face à ses faiblesses.
    L'issue de cette évolution n'est pas connue, sachant qu'aucun cas semblable d'hyperspécialisation n'a encore été observée.
    En bon vivant, rien ne vaut un bonne logique ternaire.
     

  9. ansset

    Date d'inscription
    novembre 2009
    Localisation
    Fresnes
    Âge
    54
    Messages
    11 062

    Re : Le degré humain d'intelligence est-il un hasard extraordinaire ou une tendance de l'évolution ?

    Citation Envoyé par Xoxopixo Voir le message
    Si on compare ce fait avec l'évolution des autres espèces, il ne semble pas à leur niveau que l'organe cognitif se soit développé de la sorte.
    La question de savoir si cet organe s'est développé "par hasard" pendant 500 000 ans est donc inadéquate.
    Il ne peut d'agir d'un hasard sur une periode aussi longue.
    Cette tendance ne se retrouve que dans le groupe des antropomorphes, dont l'espèce humaine est le représentant, "qui a réussi"..
    bonjour,
    je suis d'accord avec l'ensemble du message mais ce paragraphe me gène.
    pourquoi 500 000 et pas 200 000 , age de sapiens ! puisqe tu parles d'espèce !
    ensuite qu sait-on de la différence de "capacité cognitive" entre eux et nous ?
    ( l'observation de l'évolution technolgique n'étant évidemment pas un critère )
    enfin dans l'affirmative éventuelle , que sait on de l'évolution de nos cousins primates ? rien !
     

  10. Geb

    Date d'inscription
    novembre 2005
    Localisation
    Liège (Belgique)
    Âge
    26
    Messages
    3 074

    Re : Le degré humain d'intelligence est-il un hasard extraordinaire ou une tendance de l'évolution ?

    Bonjour,

    Citation Envoyé par Xoxopixo Voir le message
    Intuitivement, je dirais que l'espèce humaine possède un avantage cognitif, qui contrebalance ses nombreuses faiblesses qui le met autrement en danger pour sa survie face à un environnement hostile.
    Une des faiblesses étant la necessité de nourrir ce cerveau volumineux.
    Face à un loup, l'être humain "nu", ne fait pas le poids, une rigueur hivernale le tue et une eau de rivière peut l'emporter par la maladie.
    Et moi, je ne suis pas d'accord avec ce passage

    Le régime alimentaire a dû profondément se modifier pour apporter le surplus de calories qu'exige un cerveau de plus en plus gros.

    En 1999, le primatologue britannique Richard Wrangham, a émis l'hypothèse que cela est lié au fait que l'homme se soit mis à cuire les aliments. La cuisson rend la viande plus digeste, mais surtout elle multiplie par deux nos capacités à absorber l'amidon présent en abondance, par exemple, dans les tubercules.

    Le point central de cette hypothèse, c'est que le fait de consommer les aliments cuits (et pas seulement de la viande comme on l’entend souvent par ailleurs), rendu possible par la domestication du feu, est une cause primordiale du développement du cerveau humain.

    En effet, les australopithèques ont vraisemblablement consommés des aliments crus pendant près d'un million d'années sans que l'on observe chez eux, une augmentation de l'indice d'encéphalisation (le rapport du poids du cerveau sur le poids du corps) sur cette période.

    Un des corollaires de cette théorie est que le feu aurait été domestiqué par les premiers Homo Erectus, il y a 1,9 millions d’années. Les premières traces non-controversées de foyers dûs à la lignée humaine remontent pour l'instant à 300 000 ou 400 000 ans.

    En fait, des preuves de foyers contrôlés (controversées celles-là) peuvent être retrouvées jusqu'à il y a 1,5 millions d'années environ (sur le site de Swartkrans, en Afrique du Sud).

    Un article de BBC News à ce sujet : Bones hint at first use of fire

    Dans l'article, on peut lire ceci :

    The burnt bones were first described by Dr Bob Brain and Dr Andrew Sillen of the University of Cape Town in 1988. Dr Brain found that the burnt bones from Swartkrans could be sorted into types that had been burnt at low and high temperatures.

    He also found that if modern bones were heated at low temperatures for long periods of time they began to look like bones that had been heated to high temperatures in a camp fire.

    However, the electron spin resonance data would seem to confirm original suggestions about the bones.

    This is because the degree of carbonisation of organic material as measured with electron spin resonance is dependent only upon the amount of carbon and not on the time material has been heated for.
    C'est donc la détermination de la température à laquelle les ossements ont été cuits, par la technique de la résonance de spin électronique, qu'on pense qu'il s'agit d'un feu contrôlé de main d'homme.

    Autrement dit, la résonance de spin électronique ne permet pas d'affirmer catégoriquement si les os ont été cuits, soit à basse température pendant une longue période de temps (origine naturelle), soit à haute température pendant une courte période de temps (origine artificielle).

    C'est suffisant pour que les premières traces acceptées par les paléoanthropologues soient renvoyées aux traces plus récentes, soit 300 000 à 400 000 ans.

    Néanmoins, ce site préhistorique constitue, pour Richard Wrangham, une autre preuve de sa théorie. Celle-ci aura bien plus de poids le jour où on aura apporté la preuve que la maîtrise du feu peut-être reculée d'un bon million d'années.

    Dans le même ordre d'idées, les premières preuves archéologiques incontestables que l'Homme ait activement fait du feu (par friction), n'ont que quelques dizaines de milliers d'années. Est-ce à dire que la maîtrise du feu n'a que 20 000 ou 40 000 ans ? A ma connaissance, les paléoanthropologues sont convaincus d'une origine plus ancienne.

    L'être humain est plus adapté, depuis Homo Erectus au moins, il y a un peu moins de 2 millions d'années, à la course de fond. Du moins, il y a des études d'anatomie comparée qui vont dans ce sens.

    Une interview de Daniel Lieberman à ce sujet :

    Humans - built for long-distance running?


    Enfin, rien de tel qu’une petite vidéo pour exprimer la fabuleuse adaptation de l’Homme à la course de fond : Un Bochiman qui bat une antilope à la course de fond !

    David Attenborough - African Kalahari Desert Kudu Persistence Hunt

    Cordialement.
    Mereu este loc de mai bine!
     

  11. Xoxopixo

    Date d'inscription
    octobre 2010
    Messages
    5 163

    Re : Le degré humain d'intelligence est-il un hasard extraordinaire ou une tendance de l'évolution ?

    Citation Envoyé par Ansset
    je suis d'accord avec l'ensemble du message mais ce paragraphe me gène.
    pourquoi 500 000 et pas 200 000 , age de sapiens ! puisqe tu parles d'espèce !
    ensuite qu sait-on de la différence de "capacité cognitive" entre eux et nous ?
    ( l'observation de l'évolution technolgique n'étant évidemment pas un critère )
    enfin dans l'affirmative éventuelle , que sait on de l'évolution de nos cousins primates ? rien !
    J'avais pris des précautions concernant cet énoncé juste avant.

    Citation Envoyé par Xoxopixo
    Néanmoins, on constate, ou mieux dit on suppose avec raison, une évolution vers une augmentation de ses capacités cognitives.
    Ceci depuis 500 000 ans environ en ce qui concerne le groupe antropomorphe. (hominidés)
    Citation Envoyé par Geb
    Le régime alimentaire a dû profondément se modifier pour apporter le surplus de calories qu'exige un cerveau de plus en plus gros.
    Tout à fait, et c'est ce que j'exprimais.
    Et donc cette adaptation, la digestion des aliments cuits (certains aliments comme les carottes ne fournissent leurs sucres que si ils sont cuits) nécéssite bien un savoir faire, la maitrise du feu.
    On peut penser que le fait de manier des outils ou concepts permet de "faire plus".
    Donc penser que finalement, l'évolution ne jouerait pas.

    Or justement, le fait de faire plus gràce à des elements exterieurs au corps (le feu, le silex etc, technique de chasse, solidarité du groupe, la culture en somme), réduit la sélection naturelle sur les capacités du corps. Excepté le cerveau.

    A savoir également, et c'est peut-etre le facteur clef, que la selection "naturelle" se fait aussi sur des critères intraspécifiques.
    Ce n'est pas uniquement la sélection par l'environnement qui joue.
    Certains oiseaux par exemple possèdent de longues plumes qui leur permettent d'augmenter l'attrait du partenaire pour la reproduction.
    Au point que parfois ce caractère limite la capacité au vol.

    Et effectivement il est difficile de juger quelle pression de selection est la plus forte entre les deux.
    Citation Envoyé par wikipedia
    Les adaptations issues de la sélection sexuelle sont indépendantes voire antagonistes aux adaptations déterminées par la sélection écologique qui est le résultat des compétitions intraspécifique et interspécifique pour la nourriture au sein de la niche écologique et de l'adaptation à la survie (résistance à la prédation, au parasitisme, etc.). Par exemple l'impressionnante mais encombrante queue du paon lui est essentiellement utile pour la parade amoureuse. Selon la théorie du handicap, c'est même parce qu'un trait est un facteur de risque pour la survie qu'il va faire l'objet d'une sélection sexuelle : les individus ayant intérêt à se reproduire avec ceux qui sont capables de survivre malgré ce handicap (qui atteste donc de leurs capacités).

    La combinaison de ces deux types de sélections (sexuelle et écologique) sur les mêmes traits est généralement appelée sélection naturelle. Dans le grand public, la sélection naturelle se limite à sa dimension strictement écologique et la sélection sexuelle est parfois simplement ignorée, mais ceci semble être un reliquat de la pruderie victorienne.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9lection_sexuelle

    Citation Envoyé par Geb
    Enfin, rien de tel qu’une petite vidéo pour exprimer la fabuleuse adaptation de l’Homme à la course de fond : Un Bochiman qui bat une antilope à la course de fond !
    Tout à fait, une autre avancée majeur dans l'évolution de notre espèce est sa capacité à courir sur de longues distances.
    Pour éviter les feux mal controlés ?
    En bon vivant, rien ne vaut un bonne logique ternaire.
     

  12. Saint-Sandouz

    Date d'inscription
    novembre 2007
    Localisation
    Lyon
    Messages
    2 851

    Re : Le degré humain d'intelligence est-il un hasard extraordinaire ou une tendance de l'évolution ?

    Et si l’intelligence était le produit de la sélection sexuelle ?
    Comme les plumes du paon ou de l’oiseau de paradis, comme les bois des cerfs, comme l’encolure du taureau ? Dans bien des cas ces caractères n’ont aucun intérêt pratique et peuvent même être un inconvénient dans la vie de tous les jours.
    Dans la compétition pour gagner les faveurs des femelles, chez les hominidés l’intelligence (ou la taille de la tête) aurait présenté un avantage. Par exemple pour devenir le mâle dominant, à la fois chef du groupe et reproducteur, il aurait fallu démontrer qu’on était le plus malin.
    C’était juste des idées comme ça, pour déconner…

    ND
    Travailler dur n'a jamais tué personne, mais je préfère ne pas prendre de risques.
     

  13. DomiM

    Date d'inscription
    juillet 2006
    Localisation
    Nîmes
    Âge
    56
    Messages
    2 767

    Re : Le degré humain d'intelligence est-il un hasard extraordinaire ou une tendance de l'évolution ?

    Alors ça peut venir aussi de la découverte du feu, il a eu tellement d'avantage que certain humain on pensé qu'en réfléchissant un peut ça permettrait de découvrir d'autres choses très utiles en plus ça a prolongé les soirées de réflexion de groupe
    Citation Envoyé par idem
    C’était juste des idées comme ça, pour déconner…
     

  14. skept

    Date d'inscription
    mars 2011
    Messages
    792

    Re : Le degré humain d'intelligence est-il un hasard extraordinaire ou une tendance de l'évolution ?

    Citation Envoyé par Nicolas Daum Voir le message
    Et si l’intelligence était le produit de la sélection sexuelle ?
    Comme les plumes du paon ou de l’oiseau de paradis, comme les bois des cerfs, comme l’encolure du taureau ? Dans bien des cas ces caractères n’ont aucun intérêt pratique et peuvent même être un inconvénient dans la vie de tous les jours.
    Dans la compétition pour gagner les faveurs des femelles, chez les hominidés l’intelligence (ou la taille de la tête) aurait présenté un avantage. Par exemple pour devenir le mâle dominant, à la fois chef du groupe et reproducteur, il aurait fallu démontrer qu’on était le plus malin.
    C’était juste des idées comme ça, pour déconner…
    ND
    Non non c'est une hypothèse que j'ai vu très sérieusement débattue, au moins un bouquin a été rédigé entièrement centré dessus, The Mating Mind de Miller. En fait, tu as plein d'hypothèses – nutritionnelles, sociales, climatiques, sexuelles – qui chacune suggère une forme de pression sélective en faveur de l'intelligence dans le rameau primate, et la lignée hominidée en particulier. J'avais lu un papier de synthèse mais impossible de me souvenir où Il est possible et même probable que l'ensemble des facteurs a joué. L'hypothèse sexuelle, c'est justement un cas de Reine Rouge : une "course aux armements" dans la séduction du partenaire et ensuite son attachement (pour protéger la progéniture jusqu'à l'âge reproductif). Ce n'est pas l'intelligence en temps que telle qui aurait été sélectionnée, mais des corrélats supposés d'attitudes cognitives, du genre avoir plus de resources car on est malin, être plus sérieux et constant dans la relation, bien manier le langage pour séduire, etc. En l'absence de traces fossiles de tout cela, on peut évidemment broder très loin... Mais il y a des intuitions intéressantes quand même, je trouve.
    Dernière modification par skept ; 19/11/2011 à 18h08.
     

  15. Xoxopixo

    Date d'inscription
    octobre 2010
    Messages
    5 163

    Re : Le degré humain d'intelligence est-il un hasard extraordinaire ou une tendance de l'évolution ?

    Citation Envoyé par Nicolas Daum
    Et si l’intelligence était le produit de la sélection sexuelle ?
    Je pense qu'il s'agit ici plutot d'un accelerateur de l'évolution vers une plus grande intelligence.
    L'intelligence permet de detecter ce qui l'est et ce qui ne l'est pas.

    Une incapacité à produire des preuves d'intelligence concretes, qui aurait permi au groupe d'en profiter, n'est pas perçu comme un atout.
    Ce qui est en accord avec les faits en environnement hostile, si l'intelligence est necessaire plutot que les capacités physiques.

    Lors d'une glaciation par exemple, ce ne sont pas quelques poils qui peuvent sauver du froid.
    Alors que l'intelligence est prompte à rémédier au problème. Inutile "d'attendre" que le corps se transforme sous une pression de sélection millénaire.
    Le pelage n'a donc aucune raison d'apparaitre si l'être humain rémédie au problème par son intelligence.
    Voir cette discussion : sélection(s)

    Une autre piste qui va dans le même sens.
    La capacité à imiter est je pense aussi très importante.
    Un organisme intelligent découvre, par hasard ou par imitation. Il n'invente pas sur commande.
    Une base est toujours necessaire pour aller plus loin, c'est le principe de toute notre technologie.
    Nous n'avons pas commencé à "inventer" le calcul differentiel avant le dénombrement.
    En bon vivant, rien ne vaut un bonne logique ternaire.
     


    • Publicité




Poursuivez votre recherche :




Sur le même thème :




 

Discussions similaires

  1. L'évolution des connaissances d'un être humain
    Par Gwyddon dans le forum Science ludique : la science en s'amusant
    Réponses: 1
    Dernier message: 01/09/2008, 22h05
  2. [Génétique] L'évolution du corps humain et sa complexité
    Par quezako dans le forum Biologie
    Réponses: 2
    Dernier message: 06/08/2008, 13h27
  3. TPE sur l'évolution du corps humain dans les millénaires à venir.
    Par epi dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 6
    Dernier message: 04/12/2007, 23h11
  4. le subconscient est-il une autre entité du corps humain?
    Par Nain Supportable dans le forum Neuropsychologie et Psychologie
    Réponses: 4
    Dernier message: 12/06/2007, 09h17