Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 20 sur 20

Enquête: un hiver trop doux, conséquences sur faune et flore




  1. #1
    Runjulia

    Enquête: un hiver trop doux, conséquences sur faune et flore

    Bonjour,

    j'aimerais connaître votre avis sur les conséquences possibles de l'hiver doux que nous connaissons - en se limitant strictement à ce champ - sur la faune et la flore :

    Par exemple: je me demande si certaines espèces n'encourent pas une mortalité plus importante, ou au contraire une prolifération de certaines espèces, du fait de l'absence de repos hivernal ? Cela ne fragilise -t-il pas plus certains écosystèmes (pollinisation etc.), des maladies...?

    Je ne suis pas sûre que je puisse poster ici cette question, la médiation se chargera bien de déplacer dans le bon forum.

    Merci d'avance de vos réponses éclairées de naturalistes avertis.

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    moinillon

    Re : Enquête: un hiver trop doux, conséquences sur faune et flore

    Bonjour Julia!

    Hé, l'hiver n'est pas terminé!!!!

    Je veux au moins un petit moins dix, nous nous sommes promené une nuit ou deux vers moins cinq,
    de la plaisanterie!

    Sérieusement il y a toujours eu des irrégularités d'une année sur l'autre, on n'a jamais vu ça, toujours à
    deux doigts de déposer une réclamation auprès de celui qui habite là haut!

    Je pense que concernant les parasites divers, si cela continue ainsi, l'année à venir sera un peu difficile,
    mais bon...

    Quant aux influences éventuelles sur les écosystèmes, cela dépend de cycles plus longs.

  4. #3
    Cendres

    Re : Enquête: un hiver trop doux, conséquences sur faune et flore

    Un phénomène constaté en France, c'est le réveil des ruches. Les abeilles commencent déjà à sortir à la recherche de fleurs...encore fort rares. Les reines accèlèrent leur ponte. Cel oblige localement les apiculteurs à placer du candi dans les ruches pour nourrir les abeilles.
    N'a de convictions que celui qui n'a rien approfondi (Cioran)


  5. #4
    Nepenthes

    Re : Enquête: un hiver trop doux, conséquences sur faune et flore

    Je peux dire que la flore est en avance: les perce-neige sont en pleine floraison.

    Nep.
    Il n'est qu'une clef pour accéder au savoir, et c'est le désir (A. Nothomb)

  6. #5
    Runjulia

    Re : Enquête: un hiver trop doux, conséquences sur faune et flore

    oui c'est bien le sens de ma question:

    je me suis laissée dire qu'une abeille travaillant trop et trop tôt peut mourir d'épuisement ? et que donc il peut y avoir une conséquence sur la flore au printemps prochain par exemple,

    n'en va-t-il pas de même pour d'autres insectes et leurs prédateurs...?

    Certains d'entre vous trouvent des oeufs alors que ce n'est pas l'époque...cela influencera sur quoi...

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    Balistique

    Re : Enquête: un hiver trop doux, conséquences sur faune et flore

    En effet la durée de vie d'une ouvriére (abeille) et d'environ de 3 semaines, pendant ce temps elle ne dorment pas, et ne font que de travailler et meurs d'épuissement.
    Mais la Reine fécondé en pond plusieurs milliers par jours.
    Je ne veut pas me mêttre les "ècologiste" à dos mais il faut ce méffier de ce qu'on entend sur les abeilles.

  9. #7
    Runjulia

    Re : Enquête: un hiver trop doux, conséquences sur faune et flore

    Donc, les abeilles ne se reposent pas en hiver, je ne comprends pas bien Ballistique...

    Il y a quand-même des insectes qui hivernent, dans des cocons, ou qui s'enterrent, que sais-je ou les hérissons qui s'en vont hiverner dans un nid douillet et qui peuvent sortir en croyant que le printemps est là..., je ne parle ici ni d'écologie ou de climatologie: je veux juste savoir ce qui se passe, là maintenant et ce qui se peut se passer plus tard dans l'année, si le printemps arrive trop tôt ou l'hiver très tard...

    Ma question est sans doute idiote, un peu d'indulgence....

    Les seuls qui n'ont pas vraiment de quoi se plaindre: les oiseaux migrateurs qui ont abrégé leur parcours et se retrouvent à zoner dans des lieux inhabituels, enfin là aussi me trompé-je ?

  10. Publicité
  11. #8
    invite87654345678
    Invité

    Re : Enquête: un hiver trop doux, conséquences sur faune et flore

    Si, les abeilles se reposent (si l'on peut dire) en hiver. En fait elles font en sorte de maintenir un niveau de température acceptable pour préserver la reine. Pendant cette periode leur longévité s'accroit.

    http://www.futura-sciences.com/fr/do...684/c3/221/p1/

    Le plus grand danger qui les guette, comme presque tous les insectes, est que leur horloge biologique se détraque. Les insectes vont émerger de leur diapause alors que les températures deviennent trop clémentes pour la saison, et risquent de périr en cas de coup de froid brutal (comme les bourgeons des fruitiers)...

  12. #9
    invite87654345678
    Invité

    Re : Enquête: un hiver trop doux, conséquences sur faune et flore

    Citation Envoyé par Balistique Voir le message
    Je ne veut pas me mêttre les "ècologiste" à dos mais il faut ce méffier de ce qu'on entend sur les abeilles.
    C'est à dire ? Pourrais-tu préciser ta pensée ?

  13. #10
    tarninou

    Re : Enquête: un hiver trop doux, conséquences sur faune et flore

    Citation Envoyé par patrick.68110 Voir le message
    Le plus grand danger qui les guette, comme presque tous les insectes, est que leur horloge biologique se détraque. Les insectes vont émerger de leur diapause alors que les températures deviennent trop clémentes pour la saison, et risquent de périr en cas de coup de froid brutal (comme les bourgeons des fruitiers)...
    J'abonde. En effet, si la température restait clémente toute l'année, je ne pense pas que la faune et la flore s'en plaindraient, il n'y a qu'à voir les faunes et flores des pays tropicaux... De plus, et particulièrement chez les insectes, les animaux s'adaptent, certaines espèces peuvent passer plus ou moins de temps au stade larvaire en fonction des conditions climatiques.

    Ce qui est largement plus embêtant, c'est si les plantes et animaux sortent leurs beaux habits de printemps et se tapent 10 jours à -5 dans la foulée...
    C'est l'histoire d'un têtard qui croyait qu'il était tôt alors qu'en fait il était tard.

  14. #11
    Runjulia

    Re : Enquête: un hiver trop doux, conséquences sur faune et flore

    Merci à Patrick pour le lien et la remarque de Cendres je comprends mieux:

    "L'essaim est constitué de 30 000 à 70 000 individus pendant la période où les ressources en nourriture sont abondantes (printemps, été, automne), et se réduit à environ 6 000 en hiver afin que la quantité des réserves amassées suffise pour passer la mauvaise saison".

    (rien à voir mais j'ai lu cet article de M. Gaub, et p't'ête bien que je vais me mettre à manger du miel...

  15. #12
    Runjulia

    Re : Enquête: un hiver trop doux, conséquences sur faune et flore

    Merci Tarninou, chez ces insectes (de chez nous) peuvent-ils par exemple sortir de leur état d'hivernage ou de léthargie et y retourner en cas de grands frimas au printemps et ainsi en quelques sortes faire un doigt d'honneur au climat? Cela existe de tels animaux (ou plantes, pas d'exclusives...) ?

  16. #13
    tarninou

    Re : Enquête: un hiver trop doux, conséquences sur faune et flore

    ça je n'en sait rien et ça m'étonnerais, en tout cas si il y en a, il n'y en a certainement pas beaucoup. C'est ce qui fait que la saison que nous vivons peut s'avérer problématique.

    Non, je parlais plus d'espèces qui à l'état larvaire sont enterrées ou aquatiques et qui vont passer un an a l'état de larve si les conditions climatiques (et donc la nourriture disponible) ont été bonnes et deux ans si ces conditions étaient moins propices.
    C'est l'histoire d'un têtard qui croyait qu'il était tôt alors qu'en fait il était tard.

  17. #14
    Runjulia

    Re : Enquête: un hiver trop doux, conséquences sur faune et flore

    Ok Tarninou, compris...

    Encore une petite question: le sens populaire dit souvent que par exemple les moustiques seront abondants ainsi que les guêpes si l'hiver est trop doux ? Est-ce un phénomène objectivable par une observation ou est-ce encore une de ces idées un peu bizarres qui ne correspondent finalement à aucune observation scientifique ? (du genre noël au balcon, pâques aux tisons..).

    Ce que j'observe chez moi, vu de mon 2ème sur des jardins (urbains):

    de petits oiseaux que je n'entends qu'au printemps se manifestent bruyamment comme au temps des parades,

    peu d'animaux volants ou d'araignées qui rentrent dans l'appart

    des roses (trémières) en pleine floraison

    Un début de genet

    un saule pleureur qui développe ses bourgeons

    mes plantes d'intérieur qui habituellement se reposent en hiver comme l'hibiscus et un palmier hovea, me font des fleurs et pousses et jets....

    Comme tu le dis, les plantes exotiques sont prolifiques mais là moi je risque de les perdre parce qu'elles doivent se reposer (par chez nous !) je diminue en principe les arrosages en hiver, là si je ne les arrose pas, vont crever !

  18. #15
    bzh_nicolas

    Re : Enquête: un hiver trop doux, conséquences sur faune et flore

    Citation Envoyé par tarninou Voir le message
    J'abonde. En effet, si la température restait clémente toute l'année, je ne pense pas que la faune et la flore s'en plaindraient, il n'y a qu'à voir les faunes et flores des pays tropicaux...
    Ce n'est pas aussi simple, en effet si les animaux s'en sortent sans trop de soucis (à partir du moment où un froid subit ne revient pas et qu'ils trouvent suffisamment de nourriture), c'est plus complexe pour les végétaux. La plupart des végétaux de nos régions ont besoin d'un repos hivernal pour se développer correctement. S'ils restent plusieurs années sans repos, les plantes des régions tempérées finissent par dépérir et mourir en quelques années.
    C'est pour cela qu'il est plus difficile d'acclimater des plantes de régions tempérées en région tropicale que l'inverse (on peut protéger une plante du froid mais c'est plus difficile de provoquer une période de froid et d'obscurité suffisamment longue pour mettre une plante en repos durant quelques mois).
    Dernière modification par bzh_nicolas ; 26/01/2012 à 20h44.

  19. #16
    invite87654345678
    Invité

    Re : Enquête: un hiver trop doux, conséquences sur faune et flore

    Je ne suis pas biologiste mais je ne pense pas qu'un hiver froid ou plus clément influe sur l'émergence de myriades d'insectes.
    Leur apparition plus ou moins nombreuses répondent à des cycles. Je me souviens qu'il y trois ou quatre ans, on a eu beaucoup de questions sur des "hordes" d'insectes divers qui envahissaient les maisons.
    La plupart des des larves d'insectes qui entrent en diapause pour se nymphoser, supportent les grands froids grâce à une sorte d'antigel (du glycérol je crois). Les insectes en fabriquent moins lorsqu'il fait moins froid.
    Si les moucherons et les moustiques devaient proliférer, il y aurait également des guêpes, des frelons, ou des araignées pour en éliminer un grand nombre.

  20. #17
    Runjulia

    Re : Enquête: un hiver trop doux, conséquences sur faune et flore

    Il y a donc Patrick une sorte d'équilbre naturel qui s'e rétablira ou se normarlisera en fin de compte, malgré un départ prématuré ou tardif de certaines espèces, donc sur un seul cycle d'une année un peu spéciale, cela peut se réguler en toute "simplicité si je puis décrire ainsi des mécanismes complexes...

    Si j'ai bien pigé, certains organismes peuvent souffrir momentanément mais retrouver in fine à terme un bio-dévellopement "normal", une sorte de faculté de ré-adaptation naturelle à leur cycle, ou même développer des cycles à retardement. C'est ça ?

  21. #18
    invite87654345678
    Invité

    Re : Enquête: un hiver trop doux, conséquences sur faune et flore

    Certaines espèces d'insectes (des coléoptères entre autres) ont des cycles de deux, trois ou quatre ans. Les populations varieront selon les pontes effectuées les années précédentes, et en fonction des prédations effectuées par d'autres insectes ainsi que des morts naturelles.
    Par exemple le capricorne Hylotrupes bajulus a un cycle variant de 4 à 10 ans et les vrillettes de 2 à 3 ans.

    Par contre de nombreux insectes ont un cycle d'une année en moyenne (diptères, hyménoptères, lépidoptères...) et hibernent. C'est le cas de certains moustiques également. Donc si l'insecte a su s'abriter, il est en mesure de se mettre à pondre tôt en saison.

    Les cycles se suivent et ne se ressemblent pas. Certaines années, certaines espèces seront plus nombreuses, ou alors compte tenu des températures relativement clémentes, on verra apparaître des espèces plus méridionales. Il est arrivé au sphinx macroglosse qui est un migrateur, d'hiverner en Alsace.

    Le point inquiétant, mais qui ne peut pas mettre les espèces en danger de disparition, est que l'émergence de la plupart, est liée à la floraison des plantes auxquelles elles sont inféodées. Si les plantes fleurissent trop tôt ou trop tard, les insectes qui s'en nourrissent peuvent mourir de faim s'ils ne trouvent pas d'aliments de substitution. Ce peut être le cas des abeilles solitaires.

    Je suis les abeilles solitaires sur un secteur donné. Les populations sont assez stables d'année en année. J'ai constaté une chute en 2011 due au froid (retard de la floraison). Mais je n'ai aucun doute qu'elles vont remonter.

  22. #19
    Runjulia

    Re : Enquête: un hiver trop doux, conséquences sur faune et flore

    Bonjour,

    merci à tous pour vos explications limpides, patientes et passionnantes

  23. #20
    Nepenthes

    Re : Enquête: un hiver trop doux, conséquences sur faune et flore

    Pour étayer les explications de Patrick, les bébés épeires sont déjà sorties.

    Nep.
    Il n'est qu'une clef pour accéder au savoir, et c'est le désir (A. Nothomb)

Discussions similaires

  1. Protection de la faune et de la flore
    Par Glowin59 dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 11
    Dernier message: 16/07/2011, 23h07
  2. [Identification] Etude faune flore
    Par mainnemf dans le forum Biologie
    Réponses: 34
    Dernier message: 09/06/2008, 09h38
  3. [Biologie végétale] Flore épigee faune
    Par jeje12.ultra dans le forum Biologie
    Réponses: 1
    Dernier message: 20/12/2007, 12h21
  4. Flore et faune méditerranéenne
    Par Rétinite dans le forum Biologie
    Réponses: 0
    Dernier message: 07/03/2006, 18h05