Bonjour, cliquez-ici pour vous inscrire et participer au forum.
  • Login:



+ Répondre à la discussion
Page 2 sur 4 PremièrePremière 2 DernièreDernière
Affichage des résultats 16 à 30 sur 56

Les sources de motivation : s'y concentrer ?

  1. Simplemind

    Date d'inscription
    novembre 2005
    Messages
    703

    Re : Les sources de motivation : s'y concentrer ?

    La motivation est toujours privative mais certains auteurs font la distinction entre motivation intrinsèque et motivation extrinsèque. Mais il paraît plus prudent de le resituer dans un modèle relationnel de l'individu et son environnement.


     


    • Publicité



  2. Simplemind

    Date d'inscription
    novembre 2005
    Messages
    703

    Re : Les sources de motivation : s'y concentrer ?

    Les ouvrages relatifs à la motivation et l'implication sont un bon point de départ pour découvrir par fil rouge les autres auteurs.
    Paul Diel, D'Iribarne philippe, Claude Levy-Leboyer, Pierre Louart,Pierre MorinMonique Noulin, Josph Nuttin, Maurice thèvenet, Pierre Bourdieux, R.Francès, O Gélinier, E Lauwer, F Herzberg, E Lawler, H. Levison, A Ripon, F Robaye, A schircks, Jhon Searle, Max Weber, V.H Vroom, JC Toussaint, Je Thurman.
    A peluche
     

  3. shokin

    Date d'inscription
    mars 2004
    Localisation
    Suisse
    Âge
    29
    Messages
    8 003

    Re : Les sources de motivation : s'y concentrer ?

    Citation Envoyé par Aigoual
    (non, je ne pense pas que nous vivions dans des sociétés davantage "conceptualisantes" qu’autrefois. Ce sont simplement les formes des concepts qui ont changé)
    Notre société n'est-elle tout de même pas devenue (ou ne veut-elle pas devenir) une société du savoir ? l'homme un être devenu pensant (plus qu'agissant) ?

    Citation Envoyé par Aigoual
    Cela veut dire qu’il n’existe pas de concepts qui soient suffisamment universels pour me réduire à lui.
    Mais une collaboration de plusieurs/beaucoup de/tous les concepts peut-elle suffire pour que je puisse m'y réduire universellement ?

    Citation Envoyé par Aigoual
    La séduction de cette proposition est immense : elle suggère la résolution de la mort elle-même, d’abord la mienne, éventuellement celle de l’autre.
    Cela pourrait aider à expliquer certaines choses, sur la mort et la peur de la mort.

    La mort qui me nie donc m'affirme (puisque je lui résiste) ? si je meurs, suis-je encore moi ?

    la mort (ou la peur de la mort) serait une source de motivation ?

    Citation Envoyé par Aigoual
    Pour lui, les limites se résolvent par la thèse.
    Pour moi, une limite est précisément ce qui ne se résout pas.
    Intéressant point de vue nouveau pour moi, cette distinction.

    Résoudre ou agir permet donc de repousser ses limites ou d'étendre la thèse.

    Ya-t-il contradiction éternelle entre fantasme et principe de réalité (existence d'un point d'achoppement)

    Citation Envoyé par Simplemind
    2°) de comprendre la différence entre Motivation et implication.
    L'implication n'est-elle pas liée à l'engagement ? lequel serait une source de motivation (mais comment s'engager ?).

    Un terme que je n'ai pas encore réellement compris (pas faute d'avoir lu divers ouvrages) : la névrose.

    Merci pour les auteurs, y en a foule dont je n'avais entendu parler.

    Shokin
    Nous sommes libres. Wir sind frei. We are free. Somos libres. Siamo liberi.
     

  4. Aigoual

    Date d'inscription
    septembre 2005
    Messages
    701

    Re : Les sources de motivation : s'y concentrer ?

    Salut Shokin,

    Beaucoup de questions dans ton message…
    J’ai prend une ici, je verrai les autres ensuite.

    Citation Envoyé par Shokin
    Ya-t-il contradiction éternelle entre fantasme et principe de réalité ?
    Le fantasme prétend réaliser le réel (c’est à dire, supprimer les hiatus irréductibles entre lui et moi)
    Le principe de réalité résout le fantasme en rétablissant la vérité du hiatus.
    Cela se fait en deux temps : il faut d’abord le fantasme avant de pouvoir mettre en œuvre le principe de réalité.
    Sans le premier, le second est impossible.

    Il est donc faux de penser que le principe de réalité vise à supprimer le fantasme, bien au contraire.
    C’est notamment sur cette erreur que vit et souffre le dépressif, évoqué un peu plus haut.
    Le fantasme fonctionne comme un moteur.
    Sans moteur, pas de mouvement, pas de "motivation".

    Donc, pour répondre à ta question de départ, si tu souhaites recréer des motivations là où elles sont absentes, il te faut retrouver les fantasmes qui leurs sont sous-jacents.

    La grande difficulté pour le dépressif, tient dans le fait qu’il est parfaitement conscient (personne au monde n’est plus lucide qu’un dépressif) de la nature illusoire du fantasme.
    Il sait très bien qu’un fantasme ne doit jamais, ne peut jamais se réaliser.
    Dans le même temps, il sait tout aussi bien que les fantasmes ne fonctionnent que dans l’illusion de la possibilité de leur réalisation (faute de quoi, ce ne serait plus des fantasmes, mais des rêveries)

    Pour lui donc, il s’agit beaucoup moins d’un refoulement, d’un combat permanent contre les risques réels ou imaginaires de passages à l’acte, que d’une perception suraigüe de l’inutilité du fantasme.
    Dans son extrême lucidité, le dépressif peut très bien envisager tous les fantasmes possibles sans angoisse particulière.
    Contrairement aux autres, dont il sait remarquablement bien décrypter les comportements inconscients sous-tendus par autant de fantasmes, il ne craint ni la mort, ni la perte de soi.

    Comment, dans ces conditions, ce "prince cristallin de l’inutile" peut-il échapper à sa tragédie ?

    Probablement en sachant retrouver l’instant ou le fantasme a été nié.
    Qui m’a dit et quand, que je n’étais pas immortel ? Car Je suis immortel, je le sais.
    Qui m’a dit et quand, que je n’étais pas unique ? Car Je ne suis unique, je le sais.
    Qui m’a dit et quand, que mes désirs ou mes pensées n’étaient pas universels ? Car Je suis la pensée et le désir, je le sais.

    En clair, qui m’a fait remarquer (volontairement ou non, peu importe) que ce sujet qui est moi et qui contient l’intégralité du monde, n’était finalement qu’une poussière sans valeur spécifique, qu’un objet insignifiant parmi tant d’autres, dans l’immensité de l’univers ?

    Le "Je" contient l’intégralité de ce qui est. Il est son sens unique, eternel et immortel.
    Le "moi" n’en est qu’une fraction, sans signification particulière, local et périssable.

    Le principe de réalité en est la résolution, sans réduction de l’un à l’autre.

    Rapporté à la démarche scientifique, tu peux en déduire comment les processus créatifs se révèlent précisément au clivage entre désir et réalité.
    Pour qu’il y ait extension du domaine du réel, il faut que l’extension du désir précède.
    Mais de cela, les scientifiques n’en sont pas toujours conscients.
    Ce qui explique pourquoi la science peut apparaitre aux autres, si froide, si brutale, si inhumaine parfois…

    Amicalement,

    Aigoual.
     

  5. Simplemind

    Date d'inscription
    novembre 2005
    Messages
    703

    Re : Les sources de motivation : s'y concentrer ?

    Citation Envoyé par shokin
    Notre société n'est-elle tout de même pas devenue (ou ne veut-elle pas devenir) une société du savoir ? l'homme un être devenu pensant (plus qu'agissant) ?



    Mais une collaboration de plusieurs/beaucoup de/tous les concepts peut-elle suffire pour que je puisse m'y réduire universellement ?



    Cela pourrait aider à expliquer certaines choses, sur la mort et la peur de la mort.

    La mort qui me nie donc m'affirme (puisque je lui résiste) ? si je meurs, suis-je encore moi ?

    la mort (ou la peur de la mort) serait une source de motivation ?



    Intéressant point de vue nouveau pour moi, cette distinction.

    Résoudre ou agir permet donc de repousser ses limites ou d'étendre la thèse.

    Ya-t-il contradiction éternelle entre fantasme et principe de réalité (existence d'un point d'achoppement)



    L'implication n'est-elle pas liée à l'engagement ? lequel serait une source de motivation (mais comment s'engager ?).

    Un terme que je n'ai pas encore réellement compris (pas faute d'avoir lu divers ouvrages) : la névrose.

    Merci pour les auteurs, y en a foule dont je n'avais entendu parler.

    Shokin
    Exactement l'implication est liée à l'engagement dans une organisation si petite soit-elle. Elle implique un rapport d'altérité. Il y a un consensus des auteurs sur la notion de relation entre l'individu et l'organisation. L'implication est donc une attitude qui signifie l'identification et l'engagement envers une organisation, ce comportement est un idicateur du non-retrait de la part de l'individu.

    A toit de voir si tu veux continuer le fil sur la motivation car de la question de départ il y a depuis quelques posts une nette orientation sur autre chose.
    Cela mérite soit deux fils soit de n'en poursuivre qu'un.

    A plutarque
     

  6. Aigoual

    Date d'inscription
    septembre 2005
    Messages
    701

    Re : Les sources de motivation : s'y concentrer ?

    Citation Envoyé par Simplemind
    L'implication est donc une attitude qui signifie l'identification et l'engagement envers une organisation, ce comportement est un indicateur du non-retrait de la part de l'individu.
    Salut,

    C’est quoi, un "un indicateur du non-retrait" ?
    Tu veux dire qu’il y a renoncement à possibilité de retrait, c’est à dire renoncement volontaire de liberté ?

    Amicalement,

    Aigoual.
     

  7. Aigoual

    Date d'inscription
    septembre 2005
    Messages
    701

    Re : Les sources de motivation : s'y concentrer ?

    Citation Envoyé par shokin
    Notre société n'est-elle tout de même pas devenue (ou ne veut-elle pas devenir) une société du savoir ? l'homme un être devenu pensant (plus qu'agissant) ?
    Peut-être.
    Je ne sais pas vraiment si les rapports de forces ont fondamentalement changé.
    Le savoir dont tu parles est un savoir social, donc enjeu de pouvoir.
    En ce sens tu as raison, nos pouvoirs (donc les dominances) se sont considérablement accrus.
    Il est malgré tout probable que les équilibres entre dominants et dominés n’ont pas beaucoup varié.
    Sans compter les contre-savoirs, qui ont certainement progressés en proportion.
    Je n’adhère pas vraiment à l’idée que nos ancêtres étaient plus stupides que nous.

    Reste le savoir comme instrument de pure connaissance.
    Il faut à mon sens, d’autres motivations pour cela, qui elles passent par des démarches beaucoup plus individuelles.

    Amicalement,

    Aigoual.
     

  8. Aigoual

    Date d'inscription
    septembre 2005
    Messages
    701

    Re : Les sources de motivation : s'y concentrer ?

    Citation Envoyé par shokin
    Une collaboration de plusieurs/beaucoup de/tous les concepts peut-elle suffire pour que je puisse me réduire universellement [à un unique concept universel] ?
    Possible, encore que leur nombre devrait être potentiellement infini pour achever la tâche.
    En fait, ce concept universel existe, il est le pré-requis à tout le reste.
    Il s’agit du réel lui-même, dont on pourrait dire qu’il contient tout, sans pour autant se réduire à rien.

    Que signifierait dans ce cas, me "réduire au réel", puisque de fait, je suis déjà dans le réel ?
    Et pourquoi ais-je besoin d’autres concepts pour décrire ce qui est, sinon parce que j’en suis déjà la réduction, en écart avec lui ?

    En clair, qu’est ce qui me motive à prendre de la distance avec ce que je suis, pour mieux comprendre ce que je suis déjà, de fait ?

    Curieux paradoxe, n’est-ce pas ?

    Amicalement,

    Aigoual.
     

  9. Aigoual

    Date d'inscription
    septembre 2005
    Messages
    701

    Re : Les sources de motivation : s'y concentrer ?

    Citation Envoyé par shokin
    Si je meurs, suis-je encore moi ?
    Sais pas.

    C’est une question analogue à celle-ci :
    Pourquoi suis-je moi, et non pas l’autre, fût-il mon frère jumeau ou mon clone ?
    Il y a ici une rupture de cohérence dans la continuité du réel qui ne se résout pas.

    Amicalement,

    Aigoual.
     

  10. Aigoual

    Date d'inscription
    septembre 2005
    Messages
    701

    Re : Les sources de motivation : s'y concentrer ?

    Citation Envoyé par shokin
    la mort (ou la peur de la mort) serait une source de motivation ?
    Un moteur de survie, certainement (Motivation : ce qui meut)
    Ne définit-on pas la vie comme étant tout ce qui s’oppose à la mort ?

    Mais le moteur seul suffit-il à donner un sens ?
    D’un point de vue objectif (externe à soi) rien n’a de sens.
    Le réel n’a pas de sens en soi.

    Du point de vue du sujet (interne à moi) l’obligation de donner du sens est incontournable.
    Le réel, en soi dépourvu de sens, ne possède que celui que je lui donne.
    (Motivation : ce qui donne du sens)

    Là encore, l’interne et l’externe ne peuvent se réduire l’un à l’autre.
    Il y a ici aussi un hiatus qui ne se résout pas.

    Amicalement,

    Aigoual.
     

  11. Simplemind

    Date d'inscription
    novembre 2005
    Messages
    703

    Re : Les sources de motivation : s'y concentrer ?

    Citation Envoyé par Aigoual
    Salut,

    C’est quoi, un "un indicateur du non-retrait" ?


    Amicalement,

    Aigoual.

    Un individu est soi engagé dans l'organisation quelque qu'en soit le motif, soit pour des raisons diverses il se met en retrait (non participation indifférence, etc...) C'est souvent ce qui fait dire dans le langage commun, "tient il n'est plus motivé".
    En réalité il reste toujours motivé mais ne trouve plus dans cette organisation de quoi faire aboutir son désir.

    Je vous proposerais une définition de la motivation cela éclairera ce fil sur le thème de la motivation. Ou à défaut d'éclairer cela servira de fil rouge.


    PS : pour rire savez vous amis du forum d'où vient l'expression "le fil rouge". (le premier qui dis la couleur est recalé, Non mais ! )
     

  12. Aigoual

    Date d'inscription
    septembre 2005
    Messages
    701

    Re : Les sources de motivation : s'y concentrer ?

    Citation Envoyé par Simplemind
    Un individu est soi engagé dans l'organisation quelque qu'en soit le motif, soit pour des raisons diverses il se met en retrait (non participation indifférence, etc...) C'est souvent ce qui fait dire dans le langage commun, "tient il n'est plus motivé".
    En réalité il reste toujours motivé mais ne trouve plus dans cette organisation de quoi faire aboutir son désir.
    Ca c’est intéressant.

    Ce qui reviendrait à reformuler la question de départ de Shokin, qui était "Peut-on soi-même se recréer des sources de motivation ?" en quelque chose comme : "Est-il possible de trouver des motivations, seul, à l’exclusion de toute participation à des dynamiques collectives ?"

    Mon approche était beaucoup plus introspective.
    Cependant je supposais de même, qu’il n’était pas possible de trouver une source à exister sans transiter par l’autre (même si cet autre n’était pas nécessairement identifié dans un collectif)
    Sources qui, dans les cas extrêmes de pertes de motivations (dont la dépression) auraient été détruites en même temps que le lien à l’autre.

    Citation Envoyé par Simplemind
    Je vous proposerais une définition de la motivation cela éclairera ce fil sur le thème de la motivation.
    Pour moi, le mot "motivation" signifie "ce qui meut", avec une racine commune à d’autres termes proches, tel que "mobile", "motile", " moteur", etc.

    Mais peut-être ta proposition sera-t-elle plus précise.

    Citation Envoyé par Simplemind
    d'où vient l'expression "le fil rouge" ?
    Il me semble me souvenir qu’il s’agissait du titre d’une animation télévisée, du temps préhistorique des yéyés…
    Mais je ne me souviens plus du contexte.

    Amicalement,

    Aigoual.
     

  13. Simplemind

    Date d'inscription
    novembre 2005
    Messages
    703

    Re : Les sources de motivation : s'y concentrer ?

    Citation Envoyé par Aigoual
    Fil rouge

    Il me semble me souvenir qu’il s’agissait du titre d’une animation télévisée, du temps préhistorique des yéyés…
    Mais je ne me souviens plus du contexte.

    Amicalement,

    Aigoual.
    Bonsoir Aigoual

    Las t'as pas bon

    C'est la marine Anglaise (à voile) qui à inventer cela car elle était lasse de se faire voler ses cordages et à donc insérer un fil rouge en leur sein, mais avec un tressage tellement particulier qu'il est impossible de retirer le dis "fil rouge" sans détruire le cordage. Il était donc facile de voir que le cordage appartenait à la royal sans aucun doute possible et de confondre n'importe quel détenteur ou recelleur. Par analogie ce terme a été repris pour indiquer qu'avec un fil rouge on pouvait suivre tout les méandres d'une discussion, etc... (et parfois des sacs de noeuds) sans jamais perdre sa voie, sans se dévoyer en quelque sorte. Une forme de recentrage permanent linéaire.
     

  14. Simplemind

    Date d'inscription
    novembre 2005
    Messages
    703

    Re : Les sources de motivation : s'y concentrer ?

    Citation Envoyé par Aigoual
    Ca c’est intéressant.

    Ce qui reviendrait à reformuler la question de départ de Shokin, Mon approche était beaucoup plus introspective.
    Cependant je supposais de même, qu’il n’était pas possible de trouver une source à exister sans transiter par l’autre (même si cet autre n’était pas nécessairement identifié dans un collectif)
    Sources qui, dans les cas extrêmes de pertes de motivations (dont la dépression) auraient été détruites en même temps que le lien à l’autre.


    Pour moi, le mot "motivation" signifie "ce qui meut", avec une racine commune à d’autres termes proches, tel que "mobile", "motile", " moteur", etc.

    .
    Tu as raison sur les différents points (auxquels je répondrais) mais cela nécessite de ne pas perdre ou de ne pas mélanger les différents éléments.

    Voici donc les définitions que je propose en attendant mieux. Définitions d'auteurs ayant des points de vues et venant de domaine très différents)
    "La motivation est un désir du sujet focalisé sur un objet et engagé dans un projet."
    "c'est tout ce qui est moteur qui pousse à agir"
    "Processus psychologiques qui cause l'apparition, l'orientation et la persistance d'actions volontaires dirigées vers les buts."
    Celle que je préfère et la première car elle contient les trois éléments clés de la motivation.

    A plutarque
     

  15. Aigoual

    Date d'inscription
    septembre 2005
    Messages
    701

    Re : Les sources de motivation : s'y concentrer ?

    Citation Envoyé par Simplemind
    Voici donc les définitions que je propose en attendant mieux. Définitions d'auteurs ayant des points de vues et venant de domaine très différents)
    "La motivation est un désir du sujet focalisé sur un objet et engagé dans un projet."
    "c'est tout ce qui est moteur qui pousse à agir"
    "Processus psychologiques qui cause l'apparition, l'orientation et la persistance d'actions volontaires dirigées vers les buts."
    Celle que je préfère et la première car elle contient les trois éléments clés de la motivation.
    Donc prenons la première.
    J’ai un sujet, qui à un désir, tendu vers un objet (but) organisé dans un projet (une structure d’action)

    Supposons que je supprime l’un des termes :

    Si le désir n’est pas celui du sujet, l’action vers le but persiste, mais dans la souffrance d’une contrainte qui peut devenir insupportable, sauf à accepter la soumission.
    La motivation n’est plus mienne, même si elle continue à s’exercer à travers moi.
    Prototype : l’esclave.

    Si les désirs du sujet s’expriment dans l’action, mais que le but manque, on peut supposer une quête effrénée de jouissance, toujours inassouvie, jamais atteinte.
    Ma motivation s’éparpille en tout sens, uniquement bordée par ce qui est extérieur à moi.
    Prototype : le tyran.

    Si les désirs du sujet possèdent bien un but, mais n’ont pas de stratégie d’action, alors c’est un douloureux sentiment d’impuissance qui prédomine.
    Ma motivation me dessert, jusqu’à se retourner contre moi.
    Prototype : le prolétaire (parce que dépossédé de son travail)

    Enfin, si je sujet est nié, plus rien n’est possible, puisqu’un objet n’a ni désir, ni but, ni cadre d’action.
    C’est la fin de toute motivation, avec à son terme extrême, la négation de tout, le suicide et la mort.
    Prototype : la victime.

    Donc, si je veux restaurer une motivation manquante (question de départ), il me faut vérifier les quatre termes simultanément.

    Correct ?

    Amicalement,

    Aigoual.

    (PS. : il doit être possible de trouver d’autres prototypes, mieux représentatifs)
     


    • Publicité




Poursuivez votre recherche :




Sur le même thème :




 

Discussions similaires

  1. Réponses: 22
    Dernier message: 06/09/2007, 12h23
  2. les codes sources
    Par joulnare18 dans le forum Logiciel - Software - Open Source
    Réponses: 4
    Dernier message: 31/03/2007, 21h54
  3. Les PIC comment s'y mettre?
    Par alex.com dans le forum Électronique
    Réponses: 7
    Dernier message: 21/04/2006, 07h15

Les tags pour cette discussion