Bonjour, cliquez-ici pour vous inscrire et participer au forum.
  • Login:



+ Répondre à la discussion
Page 4 sur 6 PremièrePremière 4 DernièreDernière
Affichage des résultats 46 à 60 sur 84

IFEC Toulouse: etude de chiropraxie

  1. myoper

    Date d'inscription
    décembre 2007
    Messages
    20 419

    Re : IFEC Toulouse: etude de chiropraxie

    Citation Envoyé par DChosto Voir le message
    la France : la profession n'a pas de statut de profession médicale à ce jour, comme c'est le cas en Suisse par ex (je parle du statut juridique, car les cadres légaux sont comparables en les 2 pays). Contrairement à la formation IFEC, la profession n'a pas le statut qu'elle a à l'international. Il n'existe d'ailleurs pour ainsi dire pas de profession chiropratique encore instituée en France. Seul un titre a été établi. Ce titre s'accompagne de critères de formation minimum décidés par le gouvernement. Il n'existe aucun autre établissement que l'IFEC en France. Les décrets de formation rendent cependant relativement difficile la possibilité de création d'un autre établissement chiropratique (cf les critères exigés par décret).

    Les chiropracteurs (qu'ils soient formés à l'IFEC, à l'université de Zurich de Madrid ou aux USA ) peuvent ils donc exercer en France leur art à part entière. La réponse est clairement : NON ! Le cadre du décret d'application, leur donne une certaine autonomie de pratique avec une forme de diagnostic déguisé, mais ne permet pas de manière claire l'exercice normal du diagnostic médical. Nous ne pouvons pas en France réaliser nos radiographies, ni même les prescrire, idem pour les examens biologiques, etc ...Il est évident que cette situation ne satisfait pas la profession en France. Je rajouterai que sur une promotion d'étudiants chiro, à peu prêt la moitié va pratiquer à l'étranger ... ou la demande est très forte pour ces nouveaux diplômés que ce soit en Espagne, Suisse, Italie, etc ..ou hors d'Europe, et ou ces derniers peuvent exercer pleinement leur art, et gagnent plutôt bien leur vie (c'est aussi un des aspects à considérer dans le choix de ses études).

    Merci pour ces précisions qui sont très claires.
    En ce qui concerne la demande à l'étranger et l'attractivité, ça rejoint assez précisément ce que j'avançais dès mon premier message.

    Je peux préciser qu'au lu de tout ce qui s'est écrit ici et des liens qui ont été donnés, la pratique (en France de la chiro - je re-précise) ne permet pas du tout "l'exercice normal du diagnostic médical" car ce n'est pas une pratique reconnue en France comme médicale.
    Ce qu'a titre personnel qui n'engage que moi, je regrette car ça la prive d'être intégrée dans une chaine de soins qui permettrait une meilleure prise en charge des patients et des compétences accrues (enseignement également).
    Ça éviterait à un seul intervenant formé en 3 ans à 40 heures par semaine (par exemple mais on peut étaler sur plus d'années) de cumuler les compétences des spécialités formés bien plus longuement sur la base de fondements scientifiques (imagerie, rhumatologie, orthopédie ... par exemple) ; ça éviterait aussi de ne pas se soumettre aux obligations de sécurité des autres pratiques médicales et en particulier à l'expertise des dites spécialités (cf : passer outre les contre-indications, comme chiro nous l'a évoqué précédemment), faire la publicité (lancer des affirmations alors qu'elles ne sont pas soumises aux contrôles qui sont pourtant nécessaires pour valider la pratique).

    Ça permettrait aussi un changement de mentalité qui peuvent sembler loin de celles du soignant si j'en crois ce que je lis sur ce fil : "... éviter de se faire piller".
    Pourquoi ? Pour que les chiros restent rares et que les gens ne bénéficient pas des bénéfices affirmés de la profession et que ça reste alors une clientèle gardée (pas d'autre mot dans le contexte, désolé) ?
    Le temps ou les soignants (sens large pour ne pas prendre en compte que les médecins - qui seraient bien inutiles tout seuls) exerçaient tout seuls dans leur coin est révolu et les compétences se cumulent pour avoir la réponse thérapeutique la plus performante et la moins risquée et s'il est possible que les manipulations soient encore légalement autorisés a tous les médecins, ce n'est plus admis (par la profession - médicalement) s'ils n'ont pas acquis les compétences particulières lors d'un enseignement validé (au moins légalement - avec toutes les insuffisances que ça implique).

    Citation Envoyé par chiropr Voir le message
    . Pour enseigner ces techniques il faut de nombreuses années de pratiques, et le chiropracteurs ne veulent pas voir leur profession pillée.
    Citation Envoyé par chiropr Voir le message
    Tout comme un médecin peut contre indiquer une intervention chirurgicale et pourtant elle sera faite par un autre confrère.
    Chacun engage sa responsabilité et si je décide de faire un traitement car d'après mes connaissance et mon expérience je le peux, (cf décrets thérapeute de premier contact)






    Citation Envoyé par myoper
    Afin que les personnes intéressés par cette orientation en France puisse avoir l'information la plus pertinente possible (basée sur des argumentaires vérifiables et vérifiés), donc valides.
    ...
    [...]
    ...
    Citation Envoyé par DChosto
    Mais dans ce cas, il faut également éviter de poser des questions qui n'ont aucun sens, du type "quels sont les fondements de la chiropratique" . IL vous a été expliqué que cette profession se définie par son champs d'application (Scope of Practice ), non sur une technique, une théorie, etc ...
    Il vous a aussi été expliqué que cette affirmation seule ne fait pas un raisonnement.
    En effet, un "champ d'application" ne suffit absolument pas a définir ni a expliquer une profession, surtout si elle se veut de soins car il faut bien évidement savoir ce qui est fait mais aussi comment et donc pourquoi et si ça ne vous parait pas évident à vous, ça ne veux pas dire que ça n'a pas de sens pour les autres et en particulier ceux qui sont intéressés par cette formation (cf sujet du fil).

    Par exemple, les professions de santé sont, en France, basées sur l'anatomie, la physiologie, la biologie, physique, chimie, etc ... (désolé, je me répète mais il semble que vous n'aillez pas tout lu, trop vite ou pas compris mes précédents messages) et on peut donc déterminer la validité d'un soin avant de le tester pour éviter des risques inutiles sur les patients (par exemple, outre le fait que les médicaments homéopathiques ont été mis en évidence comme "relevant du placébo", on savait déjà avant toute étude que leur mode de fonctionnement était totalement fantaisiste en se référant aux fondements sur lesquels se base la pharmacologie (...)).
    Les fondements sont donc une des conditions qui permettent une évaluation scientifique d'une thérapie ou d'un soin, quel qu'il soit, mais c'est surtout ce qui permet les progrès de la dite professions (sinon ils se baseraient sur quoi pour ce faire ?).



    Citation Envoyé par chiropr Voir le message
    Les manipulations en Chiropractie existe depuis plus d'1 siècle, la profession s'est structurée, les protocoles de soin établis depuis des décennies.
    Ou alors vous voulez dire comme chiropr que certains "vieux" gestes (les protocoles qui sont établis depuis des décennies) basés sur d'anciens fondements, dont il a été précisé qu'ils n'étaient plus valables, ont été évalués et ceux qui ont été déterminés comme "satisfaisants" sont gardés comme faisant partie de la pratique dans le champ d'application (a propos, lui aussi, sur quels fondements a t'il été déterminé ? Pour une question qui n'a pas de sens, elle revient souvent si on veux éclairer cette pratique) et ce sont ces pratiques figées (ils n'ont pas de fondements sur lesquels évoluer) qui sont enseignées ainsi que sur qui l'employer (sur qui il a été remarqué que ça marchait et dans quelles conditions) ?
    D’où mon interrogation sur le nombre d'études randomisées et le niveau de preuve de ces évaluations.

    Citation Envoyé par ptitom85 Voir le message
    quand à voir proposer un master de réhabilitation en chiro... on se demande pourquoi ne pas faire kinési, non ?
    surtout que c'était l'idée de départ
    Tout a fait et sachant que la difficulté des études était une des données du problème.
    Je ne pense pas pouvoir être plus clair.


     


    • Publicité



  2. myoper

    Date d'inscription
    décembre 2007
    Messages
    20 419

    Re : IFEC Toulouse: etude de chiropraxie

    Désolé d'avoir été un peu abrupt mais outre que la connexion au forum ne m'a pas permis d'éditer mon message, il est difficilement acceptable de se faire rembarrer uniquement sur des arguments d'autorité en ce qui concerne certaines questions.
     

  3. DChosto

    Date d'inscription
    janvier 2012
    Messages
    4

    Re : IFEC Toulouse: etude de chiropraxie

    Désoler pour ce message je dois modifier!
    Dernière modification par DChosto ; 17/01/2012 à 09h57.
     

  4. DChosto

    Date d'inscription
    janvier 2012
    Messages
    4

    Re : IFEC Toulouse: etude de chiropraxie

    "Par exemple, les professions de santé sont, en France, basées sur l'anatomie, la physiologie, la biologie, physique, chimie, etc .."

    La chiropratique qui est une profession de santé à l'étranger (en France c'est un titre et non une profession), qui plus est de type médical, est basée sur l'anatomie, la physiologie, la biologie, physique, chimie ..... Le confrère chiro vous a orienté sur les standards ECCE, en vous communicant le lien il ne peut pas pas y avoir plus clair.

    Cela répond mieux à votre question ?

    Pour ce qui est du Master en Réhabilitation, une des compétences supplémentaires que peut acquérir un chiropracteur (à l'étranger ...). Ou est le problème ? Vous semblez dire que les Physiothérapeutes (je sais de quoi je parle) ont cette compétence. Oui et ? Il faudrait arrêter de former les médecins ré-éducateurs , sous prétexte que les Kinésithérapeutes ont déjà ce savoir faire ? Vous parliez de transversalité des compétences un peu plus haut dans votre message (en rapport au pillage), pourquoi ce principe ne pourrait pas s'appliquer en ce domaine ?! D'autre part, d'un point de vue pratique, certes j'ai fait mes études de kiné il y a plus de 20 ans (la notion d'Evidence based n'existait pas encore ...) ... je n'ai pas de spécialité chiro en réhab. , mais j'ai l'exemple de jeunes confrères ayant passé cette spécialité aux USA et qui ont monté des structures multidisciplinaire DC + Physio. Il est indéniable que c'est un avantage pour le chiropracteur (prescripteur à l'étranger) d'avoir cette compétence supplémentaire dans le cadre de structures multidisciplinaires. Cette spécialité s'est développée relativement récemment sous l'impulsion de Chiropracteurs comme le Dr Craig Liebenson, qui est une référence si ce n'est LA référence (dans le sens autorité) pour TOUTES les professions touchant à la REHAB. de la pathologie MSK : Chiro / Physio / Médecins
     

  5. chiropr

    Date d'inscription
    janvier 2012
    Messages
    11

    Re : IFEC Toulouse: etude de chiropraxie

    Mon avis c'est plutôt d'appliquer le modèle étranger standardisé qu'il semble plutôt bien marcher. Car pour ce qui est de l'IFEC elle ne formera jamais en 3500 ... et rien que du fait de l'exigence des décrets il est très peu probable de voir naitre une école à 3500.
     

  6. ptitom85

    Date d'inscription
    novembre 2011
    Localisation
    vendée
    Messages
    502

    Re : IFEC Toulouse: etude de chiropraxie

    Citation Envoyé par DChosto Voir le message
    Pour ce qui est du Master en Réhabilitation, une des compétences supplémentaires que peut acquérir un chiropracteur (à l'étranger ...). Ou est le problème ? Vous semblez dire que les Physiothérapeutes (je sais de quoi je parle) ont cette compétence. Oui et ? Il faudrait arrêter de former les médecins ré-éducateurs , sous prétexte que les Kinésithérapeutes ont déjà ce savoir faire ? Vous parliez de transversalité des compétences un peu plus haut dans votre message (en rapport au pillage), pourquoi ce principe ne pourrait pas s'appliquer en ce domaine ?! D'autre part, d'un point de vue pratique, certes j'ai fait mes études de kiné il y a plus de 20 ans (la notion d'Evidence based n'existait pas encore ...) ... je n'ai pas de spécialité chiro en réhab. , mais j'ai l'exemple de jeunes confrères ayant passé cette spécialité aux USA et qui ont monté des structures multidisciplinaire DC + Physio. Il est indéniable que c'est un avantage pour le chiropracteur (prescripteur à l'étranger) d'avoir cette compétence supplémentaire dans le cadre de structures multidisciplinaires. Cette spécialité s'est développée relativement récemment sous l'impulsion de Chiropracteurs comme le Dr Craig Liebenson, qui est une référence si ce n'est LA référence (dans le sens autorité) pour TOUTES les professions touchant à la REHAB. de la pathologie MSK : Chiro / Physio / Médecins




    la référence pour toutes les professions... MSK, point de vue biaisé...
    quand au pillage, j'aimerais qu'on m'explique un peu le Mac Kenzie chez les chiro...
     

  7. myoper

    Date d'inscription
    décembre 2007
    Messages
    20 419

    Re : IFEC Toulouse: etude de chiropraxie

    Citation Envoyé par DChosto Voir le message
    "Par exemple, les professions de santé sont, en France, basées sur l'anatomie, la physiologie, la biologie, physique, chimie, etc .."
    La chiropratique qui est une profession de santé à l'étranger (en France c'est un titre et non une profession), qui plus est de type médical, est basée sur l'anatomie, la physiologie, la biologie, physique, chimie ..... Le confrère chiro vous a orienté sur les standards ECCE, en vous communicant le lien il ne peut pas pas y avoir plus clair.

    Cela répond mieux à votre question ?
    Apparemment, j'y ai répondu tout seul (un comble sur un fi de spécialistes) et d'autre part, je n'ai pas eu de réponse a mes commentaires et en particulier toutes les contradictions relevées.

    Maintenant, il reste a voir si les différences de pratiques entre la France et les pays étrangers, de type médical ou non, satisfont l'auteure du fil (en préjugeant que les enseignements soient complétement identiques).


    Citation Envoyé par DChosto Voir le message
    ... (en rapport au pillage), pourquoi ce principe ne pourrait pas s'appliquer en ce domaine ?!
    Je n'en sais rien, il faut demander à votre collègue chiropr qui ne semble pas avoir la même notion du soin, du partage des connaissances, donc et aussi de la prise en charge des gens malades puis vous mettre d'accord.

    Citation Envoyé par DChosto Voir le message
    D'autre part, d'un point de vue pratique, certes j'ai fait mes études de kiné il y a plus de 20 ans (la notion d'Evidence based n'existait pas encore ...)
    Juste en passant, elle n'avait peut être pas ce nom la mais elle existait bien.
    http://www.prescrire.org/fr/12/32/0/11/About.aspx
     

  8. myoper

    Date d'inscription
    décembre 2007
    Messages
    20 419

    Re : IFEC Toulouse: etude de chiropraxie

    Citation Envoyé par chiropr Voir le message
    ... et rien que du fait de l'exigence des décrets il est très peu probable de voir naitre une école à 3500.
    Ça, je ne comprends pas puisque 3500 heures est une exigence des décrets.
     

  9. mfbkamui

    Date d'inscription
    février 2012
    Messages
    1

    Re : IFEC Toulouse: etude de chiropraxie

    Bonjour,
    Je madresse a une personne ayant ou étant en train d'étudier a l'IFEC...
    La sélection au niveau des études est elle importante?
    Avez vous un tableau avec les résultats du nombre de passants pour le nombre d'admis aux examens?
    Pour info je suis actuellement en PACES en vue de faire des études en kinésithérapie mais la chiropraxie minteresse aussi et elle pourrait me faire office de passerelle si je nobtient pas ma première année de PACES...
    Mon projet d'avenir est de m'installer au quebec et j'aimerai donc savoir si cette profession est bien acceptée par les québécois et le salaire que je pourrai espérer avoir...
    merci d'avance!!
     

  10. Nino1988

    Date d'inscription
    février 2013
    Messages
    1

    Re : IFEC Toulouse: etude de chiropraxie

    Bonjour
    J'ai effectué mes études a l'IFEC d'Ivry sur Seine,c'est en effet un beau métier et intéressant mais n'allez surtout pas vous inscrire dans cette école. Pour résumer,a l'entrée en clinique (5e année) vous entrez dans un système ou vous vous faites exploiter et traiter comme de la m..... Corvées de ménage,de secrétariat,déménagement de tables Chiro,brimades et engueulades si vous osez ouvrir votre bouche.. Il faut egalement savoir que la sélection se base essentiellement sur vos moyens financiers. Pas de problème pour rentrer dans l'école à condition de pouvoir payer. Résultat l'école est de plus en plus engorgée la 1e année et a larrivée en clinique c'est juste une galère pour avoir suffisamment de patients. La directrice de clinique est exécrable et si vous ne savez pas progresser sous un stress constant ce n'est même pas la peine. Mon conseil,allez aux États Unis ou ailleurs si ce métier vous intéresse car en France,du point de vie des débouchés comme de la qualité de l'école,c'est très mal barré.
     

  11. ventoline73

    Date d'inscription
    juin 2013
    Messages
    1

    Re : IFEC Toulouse: etude de chiropraxie

    bonjour, je suis également étudiante à l'IFEC paris et je tenais à nuancer ton message effectivement tous n'est pas rose à l'IFEC mais c'est pareil dans beaucoup d’école, il faut essayer de ce battre pour arranger les choses et puis ces problèmes internes ne joue en rien sur le fait que à la sortie nous sommes des professionnels compétent et très bien former.
    Pour ce qui est d’être des "vaches à lait" oui c'est vrai cet établissement privée est honneur et dure longtemps donc les finances sont importante. Mais c'est la même chose pour toutes les écoles privées. enfin bon il y a quand même un entretien et une demande de dossier pour être accepter il ne faudrait pas l'oublier!!!!!! bienvenu dans le capitalisme!lol
    Pour ce qui est de la clinique, ne fais-tu pas ce que tu fera aussi dans ton future cabinet (ménage, secrétariat,aménagement de l'espace...)?!!!! Pour ce qui est de l'ambiance je t'accorde que ce n'est pas facile et qu'il nous mettes la pression mais est ce une raison pour dénigrer à ce point notre école? je ne pense pas car le plus important au final ce sont les compétences qu'ils nous donnent et elles sont vraiment bonnes et complètes et elles nous permettent de pouvoir travailler correctement par la suite.

    il ne faut pas perdre de vu sont objectif: devenir une bon chiro capable d'aider les gens!

    Pour conclure je dirai juste que oui ce sont des études difficile mais sa vaut le coup de râler et de ce battre pour faire progresser les choses pour faire un métier génial et que l'on aime!
     

  12. chiropratic

    Date d'inscription
    juin 2013
    Messages
    1

    Re : IFEC Toulouse: etude de chiropraxie

    Bonjour, je me permets de répondre à ton message ventoline, j'ai moi aussi étudié à l'IFEC et sorti il y a quelques années de cela, et je suis assez d'accord avec le précédent message. Cette école m'a étonné sur de très nombreux points, c'est une institution qui de par son caractère privé se permet énormément de choses, autant en ce qui concerne les étudiants que les diverses magouilles qu'il y a pu y avoir. Entre autres choses, les élèves réquisitionnés pour effectuer des travaux de ménage/peinture/déménagement de tables et matériel, les différences de traitement entre les élèves en fonction des relations entretenues avec les cliniciens, les rattrapages massifs d'étudiants à certaines matières, le stage de dissection dont le financement douteux du directeur adjoint s'est vu rentabilisé par l'application d'intérêts prélevés sur l'argent de la scolarité des élèves..Je ne vais pas m'étaler davantage sur le sujet mais cette école est à fuir à tout prix, et il ne faut pas se leurrer par rapport à l'entretien d'admission car elle ne dépend effectivement que des moyens financiers des futurs étudiants. Et c'est d'ailleurs aussi pour cela qu'à l'arrivée en clinique on se bat pour avoir un patient ou une salle de libre, les promotions sont trop grandes et la clinique trop petite, ce qui explique également le taux important de recalage à l'entrée en clinique, avec bien évidemment un délai de plusieurs semaines avant de pouvoir s'y représenter, ce qui régule le flux d'étudiants mais leur fait perdre beaucoup de temps, et sur 6 ans cela fait beaucoup.
    Autre chose, l'école communique sur les salons étudiants notamment sur le fait que le diplôme est international et qu'en sortant de l'école on est docteur en chiropratique; en réalité pour exercer à l'étranger il faut passer ce que l'on appelle des "Boards", qui sont des examens en 4 parties, non seulement très onéreux mais aussi très difficiles à valider.
    Plus récemment, les décrets d'application sortis en 2011 ont fixé le champ d'application des chiropraticiens et l'état français a reconnu le diplôme comme étant un BAC+4 et non un BAC+6 ce qui ne nous donne ni le droit de se positionner en tant que professionnels de santé, ni d'avoir le titre de "Docteur en chiropratique". La principale conséquence est qu'à l'étranger dans les pays qui reconnaissent cette profession, pour exercer il faut avoir cette mention de Docteur sur le diplôme, il est donc impossible d'y pratiquer.
    Tout cela n'est qu'une partie de l'iceberg IFEC, et je ne parle même pas de la fâcheuse tendance des cliniciens, de la directrice de clinique et des membres de l'administration à vous parler comme un enfant sur qui on a l'autorité et à se prendre pour des dieux tout-puissants, c'est réellement déplorable lorsqu'on croit être parti pour apprendre une belle profession comme la chiropraxie. En tout cas je suis d'accord avec Nino, si ce métier vous intéresse allez l'apprendre à l'étranger, l'IFEC n'est qu'une école qui accepte en masse les étudiants friqués pour les presser comme des citrons, elle est malheureusement dirigée par une bande de malins opportunistes et très bons commerciaux.
     

  13. chiroa

    Date d'inscription
    juin 2013
    Messages
    1

    Re : IFEC Toulouse: etude de chiropraxie

    Bonjour à tous,

    Je tiens à réagir et nettement nuancer vos propos. Je suis également étudiant à l’IFEC.

    -d’accord le coût de scolarité est élevé, malheureusement de nos jours c’est un peu partout pareil, hormis la fac (j’ai des amis en école de commerce et d’ingénieurs qui payent autant et certains plus …). Mais ce qu’il ne faut pas oublier (et là c’est une énorme différence avec de nombreuses écoles) c’est le fait que l’école soit une association loi 1901 (à but non lucratif), que chaque étudiant (donc cotisant) peut se rendre à l’assemblée générale annuelle et donc avoir accès au bilan comptable de l’année écoulée, poser des questions. Vous critiquez sur ce forum mais êtes vous venus à une AG (en 6 ans, vous devriez avoir eu l’occasion) pour parler de « tous vos problèmes » à l’IFEC, et demander des explications sur les supposées prises d'intérêt de certain personnel ?

    -je suis d’accord avec ventoline73, le but d’un institut de formation est de donner une bonne formation, des bases solides.
    Vous qui êtes passés par l’IFEC qu’en pensez vous ?
    Je n’ai pas votre recul car simple étudiant, mais pour avoir discuté avec quelques chiros, à l’unanimité ils sont contents de l’enseignement de l’IFEC qui est de bonne qualité.

    Vous critiquez la clinique (peut être que tout n’est pas rose, je ne peux pas en juger, je n’y suis pas encore), mais vous oubliez d’informer les personnes intéressées sur l’expérience acquise en clinique. Avant de passer le diplôme final, vous avez 400 visites à faire … Vous sortez donc de là avec une expérience non négligeable.

    -chiropratic : tu parles des décrets. Mais tu oublies de mentionner qu’en France, légalement, nous sommes, avec les médecins, les seuls autorisés à faire une manipulation … (encore une fois, non négligeable)
    Cf : décret d’application chiropracteur http://legifrance.gouv.fr/affichText...tegorieLien=id

    Tu parles aussi du taux important de recalage à l’entrée en clinique, pourtant la promo au dessus de moi (actuels 5°A) n’a pas l’air trop affectée par cela (une grande partie est passée, je n’ai pas de chiffre précis, mais au moins 85% d’après ce que des 5°A m’ont dit).
    Et l’année d’avant, c’était la même chose …

    Tu écris : « La principale conséquence est qu'à l'étranger dans les pays qui reconnaissent cette profession, pour exercer il faut avoir cette mention de Docteur sur le diplôme, il est donc impossible d'y pratiquer. »
    Je suis désolé mais tu te trompes. L’école étant accréditée ECCE, tu peux exercer dans de nombreux pays sans problèmes, ou parfois avec seulement un test de langue à passer, ce qui me semble normal (ex : Belgique, Irlande, Pays-Bas, Italie, …). Je connais également des chiropracteurs diplômés de l’IFEC exerçant en Allemagne ou en Suisse. C’est donc tout à fait possible.

    Après d’accord, pour les USA ou l’Australie, il y a un board à passer.
    Mais à l’avenir, maintenant que les décrets sont sortis (en 2011), peut être que la France prendra le même chemin et qu’un étudiant sortant d’une école étrangère devra passer un board pour pouvoir exercer en France ?

    -Vous dîtes qu’il faut fuir l’école à tout prix et faire ses études de chiropracteur à l’étranger, notamment aux USA.
    Vous êtes vous renseignés sur le montant de scolarité aux USA ? Car il est nettement supérieur à celui de l’IFEC.

    Pour finir, je conseillerai aux personnes intéressées de venir directement à l’école pour rencontrer des étudiants, avoir leur avis (via entre autres les Journées Portes Ouvertes, bien qu’en dehors nous restons tout à fait disponible pour vous faire visiter l’école, discuter avec vous, …). N’hésitez pas à aller à la rencontre également de chiropracteurs.

    Et pour les personnes ne sachant pas ce qu’est la chiropraxie : c’est une profession de santé manuelle, s’intéressant au diagnostic, traitement et prévention des troubles neuro-musculo-squelettiques. Un chiropracteur est un thérapeute de 1° intention, on peut donc aller le voir directement, a fait 6 années d’études à temps complet, a eu à l’école une expérience clinique d’au moins 400 visites.
    Le diplôme est international, mais il se peut que vous ayez à passer une équivalence pour exercer dans certains pays.
    La profession est légalisée depuis 2002, reconnue depuis 2011 (cf lien plus haut).
    Les conditions d’entrée à l’IFEC (Toulouse ou Paris) sont : dossier + entretien (où sera évaluée la motivation de l’étudiant).

    Bonne continuation.
     

  14. ptitom85

    Date d'inscription
    novembre 2011
    Localisation
    vendée
    Messages
    502

    Re : IFEC Toulouse: etude de chiropraxie

    Non, la chiropractie n'est pas une profession de santé, c'est faux de prétendre cela

    Quand au rapport bénéfice/risque d'une manipulation, il est telle que je ne vois pas l'intérêt de se gausser d'avoir ce droit, qui n'est d'ailleurs pas réserver aux seuls chiro et medecins, contrairement a vos affirmations
    Dernière modification par ptitom85 ; 12/06/2013 à 18h57.
     

  15. ayahuasca

    Date d'inscription
    décembre 2010
    Messages
    57

    Re : IFEC Toulouse: etude de chiropraxie

    Renseignez vous avant de parler pour gaspiller de air et de votre temps.
    Dernière modification par ayahuasca ; 15/05/2014 à 19h21.
     


    • Publicité




Poursuivez votre recherche :




Sur le même thème :




 

Discussions similaires

  1. ICAM Toulouse
    Par sosoflower dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 1
    Dernier message: 30/07/2010, 10h41
  2. INSA Toulouse..?
    Par tikiyurii dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 4
    Dernier message: 06/03/2009, 12h23
  3. Bordeaux ou Toulouse
    Par Titam dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 54
    Dernier message: 26/07/2007, 19h11
  4. ENSIACET Toulouse
    Par marie2511 dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 0
    Dernier message: 28/04/2007, 22h05
  5. Insa Toulouse
    Par BiBoU18 dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 0
    Dernier message: 11/02/2007, 18h04