Bonjour, cliquez-ici pour vous inscrire et participer au forum.
  • Login:



Discussion fermée
Page 1 sur 2 1 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 15 sur 17

pompe centrifuge plage de fonctionnement

  1. lepap

    Date d'inscription
    octobre 2008
    Messages
    24

    Smile pompe centrifuge plage de fonctionnement

    Bonjour,

    Nouveau sur le forum j'en profite pour féliciter de la qualité, diversité des thèmes et plaisir à y participer.

    J'ai donc une question. En charge de suivi de projet de développement j'ai été amené à acheter deux pompes centrifuges de forte capacité: 750m3/h à 70m. (Trois pompes vieillissantes étaient en place montée en paralléle) sur une demande politique. J'ai suivi les recommandations techniques des techniciens sur place pour le dimensionnement.
    Le réseau dans lequel l'eau est injecté est maillé et vieux (nombreuses fuites). La quantité d'eau n'est pas suffisante pour alimenter tout à chacun. Les pompes fonctionnent en permanence (2 sur 3)
    Un débitmètre est installé ainsi qu'un manomètre au refoulement.
    Ma question est comment puis-je m'assurer que ces pompes vont bien travailler dans la plage de fonctionnement. La pression sur le manomètre au refoulement indique quoi exactement ce n'est évidemment pas la HMT? Que dois-je conseiller pour utiliser au mieux ces pompes sans risquer une détérioration. En plaçant un manomètre à l’entrée de la pompe et la à sortie (refoulement) la différence me donne t’elle la charge. Y a-t-il un intérêt à faire cela pour bien positionner ces pompes sur le point fonctionnement ? merci pour les explications, conseils.


     


    • Publicité



  2. invite76532345
    Invité

    Re : pompe centrifuge plage de fonctionnement

    Bonjour lepap

    Bienvenue sur le forum

    Je comprends mal la question. En effet:
    j'ai été amené à acheter deux pompes centrifuges de forte capacité: 750m3/h à 70m.
    Trois pompes vieillissantes étaient en place montée en paralléle
    Les pompes fonctionnent en permanence (2 sur 3)
    En finale combien y a t-il de pompes sur ce réseau; 2 - 3 ou 5 ? Et combien sont identiques ?
    Avec un tel débit annoncé, je pense que le fluide transporté est de l'eau que nous considérerons à densité "1".
    Le manomètre indique la hauteur manométrique réelle au point de mesure; sachant que pour l'eau considérée 1bar = 10.20m.
    Cette hauteur manométrique moins la hauteur manométrique à l'entrée de la pompe donne la hauteur de refoulement qui correspond à un point sur la courbe débit/hauteur de la pompe.
    Attention: Ramener toutes les mesures en pressions absolues avant de convertir en hauteurs, sinon résultats aberrants assurés.
    Ce point de fonctionnement est obligatoirement sur la courbe de la pompe car de telles "bêtes" (~195kW en hydraulique, ~225kW au moteur) n'ont pas été choisies à la légère. Donc pas de risque de détérioration par cet usage.
    Par contre on ne sait pas à quel point de la courbe cet usage correspond (il faudrait identifier la pompe et fournir sa courbe) et en conséquence, quel est son rendement . Le point de fonctionnement mal choisi se verra immédiatement sur la première facture de "Mr eDF" et si ce point est trop à droite du "BEP"sur la courbe de la pompe, il se peut que le moteur travaille en surcharge ==> usure prématurée.
    Un débitmètre est installé ainsi qu'un manomètre au refoulement.
    Où est il installé? S'il n'y en a qu'un, je suppose que c'est sur le collecteur. Dans ce cas il faut connaître le nombre de pompes identiques en service pour pouvoir exploiter sa lecture. On revient à la première question de ce texte.

    A+

    A+
     

  3. lepap

    Date d'inscription
    octobre 2008
    Messages
    24

    Smile Re : pompe centrifuge plage de fonctionnement

    Bonjour Papykiwi et les autres

    Très sympa de répondre.
    Alors effectivement lorsque l'on commence à creuser les données sont jamais suffisantes !
    J'ai brouillé les pistes avec le nombre de pompes!
    Il y en a et il y en aura 3 pompes dont deux en fonctionnement permanent. J'en change deux uniquement (questions de coût!).
    Deux seront identiques, la troisième débite en gros 550m3/h à 70m, eau claire.
    Y a aucune données de courbe rendement sur cette troisième pompe (comme malheureusement toujours ou presque dans les PVD).
    Les deux nouvelles pompes sont identiques. Elles seront quasiment toujours en fonctionnement mais pour soulager quelques heures par jour (peut être 4à 5h/jour, la nuit) ou en cas de panne la troisième pourra prendre le relais. Sachant que la HMT et la même nous devrions juste avoir un débit moindre c’est tout.
    Le départ canalisation est en 300mm fonte, équipé d’un bélier on ne change rien sur le réseau. (l’eau ne passe pas par un réservoir, elle est directement injecté et « absorbée » par la demande des utilisateurs !) Y a aussi de très nombreuses fuites sur le réseau estimées à au moins 50% !! Bien souvent l’eau n’est pas perdu, elle est récupérée gratuitement c’est tout !
    Le débitmètre est placé sur la partie canalisation commune (il mesure donc le débit totale cumulé des 2 pompes en fonctionnement, débit qui s’ajoute)
    Eventuellement je pourrais insister pour un compteur par pompe (si nécessaire, est-ce le cas ?)
    Le manomètre est au refoulement de chaque pompe.
    Le rendement de la pompe est de 77% avec NPSH de 2 m à 750m3/h; 70m HMT. le rendement augmente si le volume augmente (à 1100m3/h pour 60m, le rendement est de 0,83, NPSH toujours à 2 m) Au-delà de 1200m3/h le NPSH augmente rapidement. La pompe est surdimensionné mais j'ai du me "battre" durant un an pour l'obtenir, via un circuit digne de la mondialisation actuelle et les besoins sont urgent (j’avais à la base commandé le modèle juste en dessous avec un rendement 0,83 à 700m3/h pour 70m). Les 3 pompes actuelles tombent régulièrement en panne causant des ruptures d'alimentation très très régulière.
    Si la ressource en eau est ok (a la sortie de la bâche de pompage un fort débit est encore disponible, tel un cours d’eau), on peut donc sans prendre de risque sur la réserve eau envisager de passer de 500 à 550m3/h actuel à 750m3/h. Mais cela ne sera pas assurément le cas pour 1000m3/h, sans parler des canalisations, pertes de charge qui ne seront plus adaptées.
    Ma question et crainte est de savoir comment faire pour s'assurer que l'on travaille sur 750m3/ à 70m.
    Si je lis par exemple un débit proche de 1500m3/h au débitmètre et 5,5 bars sur chaque manomètre au refoulement (en considérant, estimant à la louche 5 m de perte a l'aspiration et 1 bars pour pression atm) on aurait la HMT à 70m. Est ce un raisonnement correct ?
    Si la pression de refoulement est inférieure à 5,5 bars, je peux vanner pour remonter sur la courbe mais si la pression est supérieure à 5,5 bars que puis je suggérer? Il faudrait changer la canalisation (c’est malheureusement impossible). Dans ce cas, j’ai conseillé de n’utiliser qu’une pompe à 1000m3/h plutôt que deux pompes débitant 500m3/h à un rendement de 65% trop mauvais.
    Bref j'ai des craintes et souhaiterait apporter quelques conseils "judicieux" pour éviter de la casse prématurée. Ma (mes) principale(s) question(s) sont donc suis-je dans le bon avec un manomètre à 5,5 bars, ma vision des choses en général ?
    Ensuite que le débit de 1500 m 3/h soit on non suffisant ça on pourra rien y faire de plus pour le moment. Y a des projets en cours pour de nouveaux captages, c’est une autre affaire..
    Est-ce suffisant comme info (maigre je l’avoue mais on fait avec ce qu’on a. C’est dans tous les domaines, on bricole. Faut le vivre !)
    Sinon en aparté, Papywiki, j’ai pu lire d’anciennes de tes remarques d’ingénieur pointu dans le domaine. J’ai pu lire notamment que tu avais proposé ton logiciel de dimensionnement de pompe via un MP. C’est quoi un MP? Pour mes besoins personnels, sachant que je serais notamment encore amené à travailler dans l’AEP cela me serait certainement très utile, pourriez vous aussi me le faire passer ? (via le MP si je comprends ce que c’est !).

    Bonne fin de journée et que la terre tourne encore…….


    A +
     

  4. invite76532345
    Invité

    Re : pompe centrifuge plage de fonctionnement

    Bonjour lepap.
    Je lis:
    Si je lis par exemple un débit proche de 1500m3/h au débitmètre et 5,5 bars sur chaque manomètre au refoulement (en considérant, estimant à la louche 5 m de perte a l'aspiration et 1 bars pour pression atm) on aurait la HMT à 70m. Est ce un raisonnement correct ?
    Là je vois "comme un défaut"
    Le manomètre indique une pression relative. 5.5 barg ==> 6.5 bara
    Si on arrondit "1bar = 10m" pour de l'eau cela fait une hauteur de 65m.
    De même à l'aspiration, il nous reste 5m (10-5) à l'entrée de la pompe.
    La hauteur manométrique donnée par la pompe est donc "65-5" =60m et non pas 70m.
    ....................
    J’ai pu lire notamment que tu avais proposé ton logiciel de dimensionnement de pompe via un MP. C’est quoi un MP?
    Un "MP" c'est un message privé. Cela sert à communiquer en privé et "entre autres" à faire connaître une adresse "Email" personnelle que l'on ne doit pas transmettre sur le forum.
    Pour envoyer un MP, cliquer sur le nom du destinataire à gauche dans un message puis sur "envoyer un message personnel à...."
    Au reçu de ton adresse "perso" je t'enverrai mon application qui calcule les pompes. Elle ne peut pas passer directement sur le forum; même en "MP", c'est le règlement.
    Par retour, sur mon adresse perso envoie moi STP la (les) courbes de ta pompe (et aussi celle de l'ancienne si elle existe encore) et nous essaierons ensemble de trouver le meilleur point de fonctionnement du point de vue hydraulique, sans négliger le facteur économie.

    Cordialement
     

  5. lepap

    Date d'inscription
    octobre 2008
    Messages
    24

    Smile Re : pompe centrifuge plage de fonctionnement

    Bonjour Papykiwi,

    Oui en effet c'est 6,5 bars qu'il faut lire je pense au refoulement.

    Je joins la courbe de la pompe achetée. Je cherche si possible la courbe des anciennes pompes (mais elles ont été canabalisée, remontée etc..) enfin je me renseigne

    Merci

    A+
    Fichiers attachés
     


    • Publicité



  6. invite76532345
    Invité

    Re : pompe centrifuge plage de fonctionnement

    Bonjour lepap

    Ma question et crainte est de savoir comment faire pour s'assurer que l'on travaille sur 750m3/ à 70m.
    Impossible avec la roue en place
    La feuille de courbes de la pompe montre que le débit est 700m3/h(pas 750) pour une HMT de 70m. (Voir lignes bleues sur la copie jointe) avec la roue de 454mm.
    Cette roue a été sélectionnée par KSB et est sensiblement à 75% du diamètre maxi.
    Pour obtenir 70m à 750m3/h il faudrait une roue de ~80% du diamètre maxi, soit 454 x 80/75= 484mm.
    Le point de fonctionnement est assez bien choisi sur cette pompe type BB1 (norme ISO 13709 ou API 610 10th Ed.)
    La puissance hydraulique annoncée est correcte, ainsi que le dimensionnement moteur.
    On constate que le point de fonctionnement actuel est HMT 65m, donc débit ~900m3/h. L'échelle du dessin ne permet pas plus de précision. (voir lignes rouges)
    A ce point de fonctionnement, avec rendement à 86% la puissance hydraulique est 192kW, ce qui ne laisse pas beaucoup de marge au moteur de 200kW. La norme voudrait un moteur de 222kW.
    Conclusions:
    1/ Les débitmètres et les manos sont à recalibrer pour être sûr des lectures
    2/ Avec la pompe actuelle, il faut vanner pour descendre à 700 m3/h sous peine de raccourcir énormément la longévité du moteur. Avec l'entrée à +5m, un mano précis devrait afficher 7.35 bars absolus (6.35 relatifs) si le moteur tourne réellement à 1450 rpm.
    A quelle température est l'eau que l'on pompe ? On peut faire une erreur jusqu'à 2% en fonction de t°

    Vouala !!!

    Cordialement
    Images attachées
    Dernière modification par invite76532345 ; 20/10/2008 à 18h52. Motif: Correction en 2/
     

  7. lepap

    Date d'inscription
    octobre 2008
    Messages
    24

    Smile Re : pompe centrifuge plage de fonctionnement

    Bonjour Papykiwi,

    Oui, effectivement 700m3/h a 70m. Actuellement les pompes ne sont pas encore en fonctionnement. C’est justement pour donner des infos que je me questionne. Actuellement on a 2 pompes sur 3 en dehors de la station raccordées de manière temporaire au réseau. Toute la salle de machine est cassée pour remonter ces deux nouvelles pompes dans un sens différent des anciennes (maintenant l’entrée et la sortie sont en ligne alors qu’avant on était perpendiculaire). De plus l’ancien bâtit était trop court il a fallu le reprendre. J’ai vais refaire la dalle de la bâche également cassée par les vibrations des anciennes pompes.

    Ce que je n’avais pas bien pris en considération c’est que le moteur lui est ce qu’il est (200kw) ce qui laisse pas vraiment la possibilité d’utiliser la pompe au-delà de 900 m3/h.
    Il n’est donc pas question de placer la pompe à 1100m3/h (P moteur 250Kw) même si pour autant le rendement est très favorable dans le cas ou l’on serait avec les deux pompes délivrant chacune 600m3/h (cas défavorable où les pertes de charge seraient trop forte entrainant la HMT trop à gauche sur la courbe caractéristique. Ce qui pourrait aussi arriver puisque la pompe a été commandée supérieur aux anciennes mais sans rien changer aux réseaux)
    En réalité donc la pompe ainsi livrée ne permet pas que l’on « joue » sur sa plage de fonctionnement ? Qu’elle est la variation possible -10% ; +15% du débit annoncé par le constructeur de 700m3/h?

    Pour la vitesse du moteur, celle-ci dépend de la livraison du courant. De ce côté aussi le paramétrage est difficile à obtenir des baisse de tension, rupture sont très fréquentes. Connaissant les lois de similitudes vitesse/débit/HMT/puissance cela est assurément rapidement mauvais !
    C’est d’ailleurs certainement aussi la raison de casse prématurée des moteurs ?

    Je vais demander que l’on mesure la t°c de l’eau mais l'on doit pas être moins de 24 ou 25°c

    Je laisserai bien l'information que les manos soient sur 6,35 bars dès la mise en service.
    Je vais demander que l’on recalibre les manomètres. C’est effectivement bête mais tout repose sur cette mesure.

    Bonne journée
     

  8. lepap

    Date d'inscription
    octobre 2008
    Messages
    24

    Smile Re : pompe centrifuge plage de fonctionnement

    Bonjour Papykiwi,

    J'ai quelques données supplémentaire que je donnes.

    La température de l'eau est de 21°c finalement.

    J'ai résussi à obtenir la courbe de pompe de la troisième qui sera installée en relais. Je joins les caractéristiques comme quoi en insistant!
    Je vois que la roue est de 473mm mais au vue des caractéristiques nous aurions à 500m3/h une HMT de 73 m.

    Si ces deux pompes sont montées en paralléle, la HMT la plus faible sera celle appliquée je débiterais alors 523 m3/h.

    La puissance moteur de 144 Kw me semble juste limite?


    Voila pour les autre infos.


    Allez bonne journée, grand bleu par ici!
    Fichiers attachés
     

  9. invite76532345
    Invité

    Re : pompe centrifuge plage de fonctionnement

    Bonjour lepap

    Je n'étais pas chez moi le 22, donc je réponds aujourd'hui
    Le réseau de courbes en page (2) montre "500m3/h - 75m - r78%
    Cela amène à un moteur de 152 kW
    Le moteur choisi pages (1L34 et 3) est 160kW. Donc conforme
    La valeur "144" de la page (1L24) est un simple "P+10%" qui ne correspond à aucune norme industrielle, seulement à un minimum "pifométrique" (il y a un livre à écrire là dessus).

    Pas trouvé le diamètre de la roue utilisée.

    En suivant la courbe (à peu près) cette même pompe à 70m HMT donnerait une débit de ~560m3/h
    Si la "grosse" est à 700 m3/h, le débit total des deux en // serait bien 1260m3/h

    Si je reprends le message 3
    Le départ canalisation est en 300mm fonte, équipé d’un bélier on ne change rien sur le réseau. (l’eau ne passe pas par un réservoir, elle est directement injecté et « absorbée » par la demande des utilisateurs !) Y a aussi de très nombreuses fuites sur le réseau estimées à au moins 50% !!
    Je ne vois pas à quoi sert le bélier. Passons.
    Les fuites constituent tout simplement une perte de charge et des pertes d'énergie (on pompe pour renvoyer à la source... Travail nul mais énergie quand même dépensée.)
    La HM donnée par la pompe centrifuge (donc la pression lue au mano) correspond à la résistance du réseau, donc aux pertes de charge + ce qui reste à la sortie du tuyau.
    La perte de charge est une fonction de v2 (v: vitesse de circulation dans le tronçon considéré). Doubler le débit multiplie la perte de charge par 4 mais n'augmente en rien à la pression appliquée au tuyau, au contraire celle-ci baisse (voir les courbes des pompes).Donc le tuyau ne cassera pas ni n'éclatera (sauf peut être "effet de fond" dans un coude mal supporté, et encore...)
    Pour évaluer correctement les pertes de charge il faudrait disposer de l'isométrique de la tuyauterie ou tout au moins d'un relevé exact des longueurs, diamètres, coudes, vannes etc, et tous "accidents" de parcours (sauf les fuites).

    A+
     

  10. felicha

    Date d'inscription
    septembre 2006
    Âge
    92
    Messages
    1 092

    Re : pompe centrifuge plage de fonctionnement

    généralement, dans les bureaux d'études spécialisés, on calcule le diamètre des tuyauteries pour une vitesse du fluide liquide de l'ordre de 2m/sec. Un diamètre de 300mm correspond donc à
    0,785x(0,3)2x2x3600 = 508 m3/heure
    Le diamètre de 300 mm correspond il à une ou à deux pompes?

    Si on adopte une vitesse de passage trop élevée, les pertes de charges augmentent de façon exponentielles et deviennent vite prohibitives et on consomme des kW pour rien.
    Il est vraisemblable que le réseau de distribution multiplie la section de passage du fluide, mais sur quelle longueur tout le débit doit il passer dans un collecteur de 300mm, qui, à mon humble avis est sous dimensionné pour le débit de deux pompes de 750 m3/h
     

  11. FC05

    Date d'inscription
    janvier 2005
    Messages
    3 493

    Re : pompe centrifuge plage de fonctionnement

    Avec l'augmentation du prix de l'énergie, j'avais lu (je ne sais plus où, désolé) qu'il était plutôt recommandé d'avoir une vitesse qui ne dépasse pas les 1,5 m/s.

    Le pétrole baisse ... on peut aller jusqu'à 3 m/s ???
    "La réalité c'est ce qui reste quand on refuse d'y croire" P.K. Dick
     

  12. michel999

    Date d'inscription
    octobre 2008
    Âge
    49
    Messages
    1

    Re : pompe centrifuge plage de fonctionnement

    j'ai un point de vue un petit peut différent :

    Tout d'abord quand tu considères la Hmt, tes manos :
    - ne te donnent que des pressions statiques à l'endroit ou ils sont montés, si les vitesses en ces points sont importantes, il faudra prendre en compte la partie de pression dynamique que le mano ne voit pas : rho*V²/2g (directement en m de h²O). Cela est donné à l'aspiration de la pompe et doit donc être retranché de la Hmt. Par contre au refoulement, c'est donné par la pompe et doit être ajouté pour la Hmt. L'idéal est d'avoir les mano sur les brides de pompes ainsi pas de correction de pertes de charge à faire ni de hauteur en dehors du demi diamètre si ils sont sur le dessus des brides et non à l'axe (voir ci dessous).
    - les valeurs lues doivent faire l'objet de correction : si ils sont très proches de la pompe, tu peux négliger les pertes de charges entre les manos et la pompe. Si ils sont loin (ou après des perturbations : vannes, clapets, coudes, ...) il faut aussi réintégrer la partie perte de charge que tes manos t'indiquent pas sur la longueur pompe / mano.
    Si ils ne sont pas à la hauteur de l'axe de pompe (considérer l'axe des brides d'entrée et de sortie respectivement pour les manos aspi et refoulement), il faut faire les corrections de hauteur. Imagine que le mano soit remonté de 10m par rapport à la pompe ... La pression qu'il indiquerai serait de 10m inférieure ! Si le mano est plus haut que l'axe, il faut ajouter la différence de hauteur à la pression lue, l'inverse si il est plus bas.

    Par ailleurs, le calcul de la courbe réseau me parait : superflu, impossible, et de peut d'interet car la réalité sera tout autre (surtout si tu es sur un réseau de distribution ou les ouvertures / fermetures sur le réseau contribuent à modifier de façon continue cette jolie courbe.)
    Il me parait plus malin de vérifier la réalité du système. La méthodologie est "relativement" simple ; voir ci dessous.

    La courbe réseau est consituée de deux choses:
    - la hauteur géomètrique (qui correspond à la pression minimale nécessaire pour que le bout du tuyau voie du liquide lui arriver).
    - les pertes de charges (fonction du ² de la vitesse) et se trouve rapidement quand on a la Hgéo et que l'on connait le débit (chose qui semble possible sur cette installation). Avec un peut de méthode, on doit même pouvoir estimer les fuites des différentes branches du réseau. Et au vu de la perte de liquide annoncé, ca me semble une priorité (à quoi sert de grater 10% de rendement sur la pompe quand 50% vont à la poubelle !)

    - le comportement de ton installation dépend des conditions réelles auxquelles elle fait face. Et celle ci sont déductibles de mesures simples à réaliser sur site.

    Partant du principe que ton point de fonctionnement dépend de l'intersection de la courbe de pompe et de la courbe réseau.

    Première information nécessaire dans la courbe réseau :
    - la Hgéo : relativement facile. C'est la différence de hauteur géomètrique entre le niveau d'aspiration et le niveau de refoulement (si ils sont à pression atmosphérique, sinon ca se complique mais c'est gérable) . Si les niveaux de rejets sont variables en terme de hauteur. Ce n'est pas grave mais l'étude est plus complexe et si on veut optimiser un fonctionnement, il va falloir quelques capteur et un système de régulation. Pour la mesurer, il faut arréter les pompes et mesurer les pressions statiques aspi et refoulement. Si on est en charge, Pmanoref - Pmanoaspi = Hgéo (il faut que les cana soient pleines et que tes manos ne soient pas isolés du circuit mesurés par une vanne fermée ou un clapet).

    - le débit et les même information de pressions (mais comme on débite, ne pas oublier les termes dynamiques), tu peux obtenir d'autres points sur une courbe qui est forcément une parabole (en V²). Et par deux point dont un est le minimum (Q=0 et Hgéo) on ne peut faire passer qu'une seule parabole ! Ainsi on a la courbe réseau.

    Dans la pratique, tu auras vraisemblablement une hauteur d'aspiration variable, des hauteurs de rejets aussi. Et donc tu n'as pas une courbe réseau unique. Par les différentes configurations en fonctionnement, tu pourras déduire les courbes réseaux extrèmes. Au pire, une enveloppe des points de fonctionnement.
    Pour ce faire : il faut historiser les pression aspi et refoulement en même temps que les débits. Si au passage, tu as la puissance consommée, on pourra même en déduire le rendement de l'ensemble et définir des stratégies d'optimisation de consommation énergétique ...

    Pour ce dernier point ca dépend des besoins. Si la variation de débit est continuellement nécessaire (en direct sur le réseau) ou en alimentation d'un chateau d'eau qui est reprise après par d'autre pompes; globalement :
    - le cas, chateau d'eau, logiquement devrait être géré en "batch" (il se vide progressivement jusqu'a un certain niveau et on refait le plein). La il faut optimiser le point de fonctionnement qui doit être assez stable (au variation de hauteur près à l'aspi - vidange de la bache d'aspi- et au refoulement si on arrive par le fond du réservoir).
    - la variation continue de débit peut être réalisé soit par la mise en place de pompes en parallèle les unes des autres ou par l'utilisation de variateur de fréquence sur le moteur. Le paramètre le plus important dans ce cas est la hauteur géomètrique. Si tu as beaucoup de Hgéo, il est peut probable que la variation de fréquence soit intelligente, si par contre, tu as beaucoup de perte de charge, tu peux être grandement gagnant.

    Pour ce qui est de la vitesse dans les tuyaux : ca dépend de ce que l'on fait voyager avec le liquide et de sa nature ...
    - pour de l'eau potable : 1m/s est un bon compromis (attention toutefois au temps de séjours dans les cana !)
    - dés qu'il y a quoi que ce soit dans le liquide, il faut penser à son évacuation dans les parties droites verticales (la gravité fonctionnant contre l'évacuation des "denses"). Et la on va parler de vitesse d'autocurage ... tout un chapitre car elle dépend de la densité et de la taille des particules transportées ! Ceci est valable pour un fluide porteur donné à une température fixée (densité, viscosité dynamique, température).
    D'une façon générale : moins on vite, moins on a de perte de charge, donc moins on comme d'énergie (la puissance développée par la pompe est le débit que multiplie la pression). C'est particulièrement vrai en dessous du m/s car un nombre inférieur à 1 élevé au carré voit son résultat réduit à encore moins (0.1²= 0.01 !).

    Les questions de taille de tuyaux (et donc de vitesse) doivent être "drivée" par :
    - les pertes de charge
    - les vitesses d'autocurage
    - les bruits induits (au delà de 5m/s, ca commence à ressembler à un sifflet ! sans parler des pb d'abrasion dus à la vitesse)
    - le cout d'investissement pour la tuyauterie.
    - leur taux d'utilisation futur (ca ne sert à rien d'optimiser énergétiquement une installation qui tournera 2h par an - pompe d'incendie) par contre ce qui fonctionne 24/24 7/7 doit toujours être étudié du point de vue de l'énergie consommée (à moins d'avoir des actions chez EDF ...)
    - la consommation énergétique induite : plus gros tuyau = plus cher d'investissement, mais moins de perte de charge, donc pompe moins puissantes = moins cher à l'achat et en consommation énergétique (voir paragraphe ci dessus).

    C'était le point de vue d'un pompiste (concurrent de ceux cité ici - ABS pour ne pas le citer) ... Si tu veux d'autres précisions, n'hésite pas !

    Nota : les oméga de KSB sont de très bonnes pompes dont la durée de vie entre deux révisions doit excéder les 3 à 5 ans en service continu (si ce n'est pas les 5 à 10 ans si elles sont bien calée en terme de point de fonctionnement)
     

  13. lepap

    Date d'inscription
    octobre 2008
    Messages
    24

    Smile Re : pompe centrifuge plage de fonctionnement

    Bonjour,

    Merci à chacun pour les conseils.
    Désole de ne pas avoir répondu plus tôt mais j'ai du quitter brusquement les lieux et depuis une semaine je suis en déplacement. C’est rocambolesque, digne d'un polar !

    J’ai pu laisser les informations à savoir le mano refoulement calé sur environ 6.4 bars sur le haut de la bride de refoulement.
    Les vitesses dans la tuyauterie seront effectivement bien excessives de 5 à 5.5 m/sec mais pas d'autre choix.
    La consommation KWh sera inutilement dépensée en perte de charge, le règlement des coûts n'est (n’était) de toute façon pas bien géré. C'est plus et pas là mon soucis de toute façon.
    L’étalonnage des débitmètres et manos doit être effectué. Le vannage est obligatoire pour éviter un mauvais usage.

    Pas contre, non risquons de ne pas distribuer l'eau sur les zones éloignées (point critiques, malgré l'augmentation de débit) suite aux pertes de charges inutilement perdues dans la tuyauterie et c'est surtout ça qui me gêne.

    D’autre part, en cas de non-vannage est il possible de savoir à l’avance en laissant la pompe tourner sur quoi (débit, HMT) va telle se positionner. Sachant que le rendement de la pompe est plutôt meilleur vers 800m3/h la pompe « seule » cherchera telle à fonctionner vers de point ?


    Maintenant serait-il possible de m'expliquer la différence entre la hauteur manométrique totale et la H géométrique totale.

    Pour moi la HMT (cas de l'eau)= P service (abs)+ Perte charge (aspi + refoulement) + (Z service- Z eau)+v^2/2g
    soit HMT= Pmano refoulement - P mano aspi

    P mano aspi= 10-(sum perte de charge +Z bride aspi-Z niv eau)

    La H géo total c'est la mêm chose non, c'est une question d'appellation?


    Merci encore à chacun et bonne journée
     

  14. invite76532345
    Invité

    Re : pompe centrifuge plage de fonctionnement

    Bonjour
    Une pompe centrifuge donne une hauteur manométrique en fonction de sa courbe (constructeur) et sa vitesse de rotation (celle du moteur).
    Les "lois affines" s'appliquent sans erreur pour une variation jusqu'à 15% en pratique.
    Ce sont:
    Si l'on appelle:
    V la vitesse de rotation
    D le débit
    H la hauteur manométrique
    P la puissance
    Les indices (1) origine et (2) nouveau
    V1/V2 = D1/D2 = H12/H22
    P1/P2 = V13/V23
    La H géo total c'est la mêm chose non, c'est une question d'appellation?
    Vrai si la pression extérieure est la même au niveau de l'aspiration et du refoulement; cas de l'aspiration à l'air libre et du refoulement "itou" (château d'eau ouvert ou citerne sur le toit avec ouverture à l'air libre par exemple)
    Faux si la capacité (réservoir au autre) finale est sous pression car cette pression correspond à une hauteur manométrique donnée par la pompe bien que la hauteur géométrique (mesurée en mètres entre point bas et point haut) soit plus faible.
    le rendement de la pompe est plutôt meilleur vers 800m3/h la pompe « seule » cherchera telle à fonctionner vers de point ?
    Non la pompe centrifuge est une machine "stupide, bête et disciplinée" qui se calera toujours au point d'intersection de sa courbe débit/pression et de la courbe réseau à la même hauteur.
    La courbe "réseau tient compte de la hauteur géométrique, de la hauteur correspondant à la pression extérieure au point haut (réservoir fermé ==> équivalent plus haut) et des pertes de charge.
    D’autre part, en cas de non-vannage est il possible de savoir à l’avance en laissant la pompe tourner sur quoi (débit, HMT)
    Oui mais c'est très compliqué, spécialement s'il y a des fuites dans le circuit car elles font que l'on ne connaît pas la perte de charge réelle du réseau.
    le rendement de la pompe est plutôt meilleur vers 800m3/h
    Ce point de meilleur rendement est déterminé sur la courbe. Mais s'il ne correspond pas au débit pour lequel a été calculé le groupe motopompe, le moteur (d'origine) risque d'être trop faible, donc de surchauffer, de faire disjoncter l'installation, voire de "griller".
    Il faut vérifier ses caractéristiques (lire sa plaque) avant de décider de changer le point de fonctionnement.

    A+
     

  15. GC69

    Date d'inscription
    novembre 2008
    Localisation
    Environ de Lyon
    Âge
    70
    Messages
    81

    Re : pompe centrifuge plage de fonctionnement

    Attention vous parlez de la courbe de la pompe. Si je comprend on aura deux pompes en parallèle. Dans ce cas il faut déduire la courbe des deux pompes en // (même HMT et on additionne les débits). Il faut raisonner avec la courbe du réseau à partir de cette nouvelle courbe. En mettant 2 pompes en // on n'a pas forcement un débit double. D'autre part si les 2 pompes n'ont pas la même courbes le résultat peut être surprenant et les pompes fonctionner en dehors de leurs limites normales.
    Vitesse dans les tuyauteries. Elle est fonction du diamètre de la tuyauterie car la perte de charge est inversement proportionnelle au diamètre de la tuyauterie.
    Tuyau acier
    DN 50 débit 13 m3/h Vit=1.67 m/s DeltaP / 100 m = 0,665 bar
    DN 300 débit 650 m3/h Vit = 2,47 m/s Delta P = 0.162 m/s

    Donc pour des tuyauteries de DN 300 on peut monter jusqu'a des vitesses de 3 m/s sans problème.
     


    • Publicité




Poursuivez votre recherche :




Sur le même thème :




 

Discussions similaires

  1. voyant de fonctionnement d'une pompe
    Par palaga dans le forum Électronique
    Réponses: 27
    Dernier message: 16/11/2013, 21h15
  2. fonctionnement d'une pompe HP Delphi (common rail)
    Par totor6789 dans le forum Technologies
    Réponses: 0
    Dernier message: 24/05/2008, 22h49
  3. Important! Aide pour dimensionnement d'une pompe centrifuge
    Par medbadr dans le forum Technologies
    Réponses: 12
    Dernier message: 21/03/2008, 11h28
  4. Pompe centrifuge et huile
    Par tomiris dans le forum Technologies
    Réponses: 19
    Dernier message: 06/03/2008, 11h38
  5. [génie Chimique]pompe centrifuge montée en charge
    Par Kanami dans le forum Chimie
    Réponses: 7
    Dernier message: 06/11/2006, 18h27