Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 2 sur 2

politique spatiale



  1. #1
    kaliscot
    Bonjour m. Heidmann !!

    Depuis l'intervention brillante de R. Zubrin au senat americain, les choses on elles avances pour Mars en matiere de politique spatiale ?

    La recherche de la vie sur Mars pourrai elle etre consideree comme une competition (a l'instar des chasseurs d'exoplanetes..) ou plutot une cooperation ?

    Juste une idee qui me traverse l'esprit, comme ca..
    Ne pensez vous pas que ce serrai une bonne idee de modifier l'iss et de l'envoyer en orbite autour de Mars ?
    C'est vrai quoi ..apres tout le fric quelle a coute ...elle pourrai etre tres utile la-bas..

    A notre niveau de citoyen non diplome mais furieusement motive, que pouvons nous faire pour faire avancer les choses (a part faire des dons aux asso qui milite pour Mars evidement ) ?

    Que pensez vous qu'il arrive a beagle en ce moment ?

    Je pense comme R. zubrin qu'il est grand temps de donner a l'humanite un grand projet spatial et non se cantoner a faire de la recherche technologique.
    Ce qui m'ammene a cette question:
    Faut-il accepter de prendre des risques si nous voulons faire avancer les choses (dans la limite du raisonnable) ou continuer de rechercher le risque 0 au detriment de la veritable exploration (qui est apres tout le propre de l'homme) ?

    Je me dis qu'en cas de decouverte d'une eventuelle vie sur Mars, l'arrivee de l'homme risque d'etre fortement remise a plus tard, a cause des risque de contamination que cela comporte.
    Apres cette eventuelle bonne nouvelle , peut-on s'attendre au pire ?

    Merci d'avance !!

    -----


  2. #2
    Richard Heidmann
    Bonsoir,
    -Etat de la situation aux USA : le point marquant, c'est que le président Bush n'a pas évoqué la politique spatiale lors de son allocution sur l'état de l'union, contrairement à ce que certains pensaient. C'est plutôt positif de notre point de vue, car cela signifie que la réflexion continue (donc pas d'annonce sensationnelle à la hâte, non suivie d'effets), et qu'on a évité (pour l'instant) l'annonce du choix d'un retour d'abord sur la Lune. Nous pensons que le seul but véritablement mobilisateur, et à longue portée, est Mars (ce qui n'exclut pas de revisiter la Lune).
    -Recherche de la vie sur Mars: comme toute aventure scientifique, c'est à la fois, nécessairement, une grande coopération entre tous les spécialistes, mais aussi une compétition, une émulation entre les labos ! Ce n'est pas contradictoire.
    -La station spatiale n'est pas dans un plan orbital favorable à son lancement vers Mars ; par ailleurs, elle n'est pas conçue pour un tel voyage ; beaucoup de ses équipements représenteraient en réalité des poids morts pour une mission martienne ; ce n'est pas réaliste.
    -Que pouvez-vous faire pour aider : vous inscrire à notre association, c'est sûr : du nombre de nos adhérents dépend notre crédibilité et notre poids auprès des décideurs ! Et puis, en parler autour de vous, montrer les images des missions, indiquer des sites Internet à visiter...
    -Beagle 2 a très probablement raté son atterrissage. Malheureusement on ne saura probablement jamais ce qui s'est passé, car aucune télémesure n'était prévue pendant la descente (contrairement aux MER)... A moins qu'un jour MGS repère le parachute sur le sol martien... Ceci étant, il reste encore un mince espoir que ni les liaisons via Mars Odyssey, ni celles en direct via le radiotélescope de Jodrell Bank n'aient pu fonctionner (elles n'avaient pas été testées) et que la liaison directe avec Mars Express, validée en essais, fonctionne. Nous serons définitivement fixés le 7 Janvier, lors de la première tentative de liaison.
    -Le risque 0 n'existe pas. Aucun chiffre officiel de probabilité de catastrophe acceptable pour une telle mission n'existe. Mon opinion personnelle est qu'assurer 95% de probabilité de retour sain et sauf pour la première mission est probablement un objectif raisonnable (faisable et acceptable).
    -La découverte d'une vie martienne avant l'arrivée de l'homme pourrait effectivement retarder le départ, car on souhaitera d'abord (par un retour d'échantillons par exemple) en savoir plus sur les organismes martiens. De mon point de vue cependant, s'il existe aujourd'hui une vie sur Mars, ce n'est probablement pas en surface, à cause des conditions stérilisantes qui y règnent, et donc la probabilité de trouver des organismes vivants avant de mener des investigations lourdes, nécessitant la présence de l'homme, me paraît assez faible. Ce qui n'exclut pas de trouver des indices (biochimiques) d'une vie passée, éventuellement persistante dans des niches écologiques.

    R. Heidmann

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. La politique spatiale doit redevenir une priorité pour l'Europe
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 20
    Dernier message: 15/02/2007, 17h07
  2. L'UE présente les premières esquisses de sa politique spatiale
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 02/06/2005, 11h18