Bonjour, cliquez-ici pour vous inscrire et participer au forum.
  • Login:



+ Répondre à la discussion
Page 2 sur 2 PremièrePremière 2
Affichage des résultats 16 à 17 sur 17

Décarnation

  1. cherallier

    Date d'inscription
    juin 2008
    Localisation
    En Bourbonnais
    Âge
    60
    Messages
    2 792

    Re : Décarnation

    Bonjour,
    Un petit Up sur ce thème.
    Hier après-midi, en zappant, je suis tombé sur un documentaire (je ne me souviens plus du titre ni de la chaîne, il était question de Göbekli tepe) que j'avais déjà vu plusieurs fois et donc je ne me suis pas éternisé mais juste en passant, il a été prononcé le mot "décarnisation" et cela m'a fait tilt par rapport à la présente discussion.
    Il est expliqué qu'à certains endroits et à certaines périodes, le corps d'un défunt était exposé à l'air libre aux vautours afin que ces derniers enlèvent les chairs et que le corps rendu à l'état de squelette puisse être récupéré pour des rites cultuels ou une forme d'inhumation. Les archéologues parlent donc dans ce cas de décarnisation. Il est fort probable que des traces de coups de becs de ces oiseaux sur les os puissent prêter à discussion pour ce type de rite qu'il ne faut pas systématiquement baptiser du cannibalisme. Cela n'exclut pas pour autant des actions ou scènes de cannibalisme avérées dans d'autres lieux et d'autres circonstances, mais nous avons là une explication à ce terme.

    -----

     


    • Publicité



  2. Klu

    Date d'inscription
    juin 2012
    Localisation
    Aquitaine
    Âge
    56
    Messages
    18

    Re : Décarnation

    Bonjour,

    Vous avez tout à fait raison. Néanmoins l'interprétation de traces de découpes sur des os humains n'impliquent pas forcément l'anthropophagie. En effet, des rites himalayens consistent en l'enlèvement des parties molles qui sont sont données aux charognards (souvent des oiseaux). De ce fait, les restes osseux présentent des traces, des 'cutmarks", qui pourraient être interprétées pour évidences de consommation cannibale. Nous touchons là aux limites de l'interprétation et aux présupposés de celui qui interpète. Force est de constater que cette phase interprétative manque souvent de prudence. Le forçage des observations est, de mon point de vue, le pêcher mignon des archéologues. Il convient néanmoins de se poser la question de l'anthropophagie lorsque les restes humain présentant des traces de découpe sont mélangés aux restes fauniques. Bien qu'il faille se poser la question de la taphonomie et des conditions de dépôt. Bref. Si l'archéologie était une science humaine simple, cela ce saurait
     





Sur le même thème :


    301 Moved Permanently

    301 Moved Permanently


    nginx/1.2.1