Bonjour, cliquez-ici pour vous inscrire et participer au forum.
  • Login:



Page 2 sur 2 PremièrePremière 2
Affichage des résultats 16 à 28 sur 28

Quand conception et consommation s'influencent, ...

  1. shokin

    Date d'inscription
    mars 2004
    Localisation
    Suisse
    Âge
    33
    Messages
    10 617

    Re : Quand conception et consommation s'influencent, ...

    Citation Envoyé par riovas
    La télé qu'en t'a la flemme de faire quoi que ce soit c'est utile. C'est le divertissement le moins actif que je connaisse.
    C'est le divertissement où l'on est le moins actif. La télé (et les pesonnes que tu vois et entends) est très active.

    Citation Envoyé par riovas
    Tu fais rien, tu dis rien, t'as même pas vraiment besoin d'écouter, juste tu t'étale. Apres un long devoir de géo ana je peux vous assurer que c'est exactement ce qu'il me faut. Des fois même lire un livre ça demande trop d'effort. Ca relaxe. C'est plus proche d'une sieste que d'un vrai divertissement.
    Personnellement, je ne trouve pas la télé comme relaxante ou reposante. Elle est une émission d'informations que tu reçois, beaucoup, beaucoup trop d'informations (pas toujours vraies). C'est pas très reposant. [Attention, j'apprécie les reportages historiques !]

    Et d'abord, quel est selon toi le but de la télé ? reposer ou divertir ? comme je l'ai dit, je ne crois pas que ça repose (au contraire). Si c'est pour divertir, ça marche trop bien. Mais ce qu'elle nous envoie comme divertissement fausse, selon moi, notre conception et appréciation de la réalité.

    Citation Envoyé par riovas
    Mais des fois on a envie de rien faire mais on est pas fatiguer. Pour moi la télé c'est la non activité par excellence. Ou sinon c'est pas mal comme fond (ça fait du bruit et ça brille un peu comme un aquarium mais en mieux). Mais pour cette raison ça m'est indispensable (je suis du genre flemmard)
    Si tu prônes la non-activité (alors que je prône l'action), ... mais je comprends mieux quand tu dis être du genre flemmard.

    Pour le son, je préfère écouter mes morceaux, ou de la musique relaxante.

    La télé ne m'est pas indispensable (depuis quelques moi, niet).

    Shokin

    -----

    Pardon, humilité, humour, hasard, tolérance, partage, curiosité et diversité => liberté et sérénité.
     


    • Publicité



  2. riovas

    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Paris
    Âge
    31
    Messages
    394

    Re : Quand conception et consommation s'influencent, ...

    Justement la télé est active pour nous, voir les autres s’agiter ne ma jamais trop fatiguer Sinon je ne prône pas l'inactivité. Ca dépend des moment j'ai bien dit "des fois". Peut-être que toi tu prend le temps d'analyser ce que tu regarde à la télé, mais moi qu'en je regarde la télé mon cerveaux est en mode veille. Ca rentre par une oreille sa sort par une autre. La télé quand on n’y attache aucune importance c'est très bien, quand on la prend au sérieux c'est tout de suite moins bien. Pour être honnête le seul moment ou je suis un peu concentré sur la télé c'est quand je regarde les films pour adulte mais ça m'arrive pas souvent. Avant y avait aussi les films traditionnels mais maintenant y a la carte UGC et les DVD et même le P2P ce qui fait que quand un film passe à la télé je l’ai souvent déjà vu plusieurs fois, même quand c’est sur les chaînes cinéma, et je suis aussi peu attentif que pour le reste. De toute façon les films à la télé c’est pas vraiment de la télé c’est plus du cinéma.
    Quand je veux m'informer je vais sur Internet principalement (sur les site de presse la plupart du temps). Quand je veux me divertir de manière active intellectuellement je lis. Quand je veux me divertir de manière "sociale" je sors. Chaque chose à sa place (bien sur je force le trais).
     

  3. shokin

    Date d'inscription
    mars 2004
    Localisation
    Suisse
    Âge
    33
    Messages
    10 617

    Re : Quand conception et consommation s'influencent, ...

    Citation Envoyé par riovas
    mais moi qu'en je regarde la télé mon cerveaux est en mode veille. Ca rentre par une oreille sa sort par une autre.
    Mais ça laisse aussi des traces, des influences, que tu analyses ou non ce que tu perçois.

    J'ai aussi tendance à préférer le web à la télévision. Toutefois en le limitant, en le critiquant.

    Tiens, si nous parlions du web comme autre media, à présent !

    Shokin
    Pardon, humilité, humour, hasard, tolérance, partage, curiosité et diversité => liberté et sérénité.
     

  4. riovas

    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Paris
    Âge
    31
    Messages
    394

    Re : Quand conception et consommation s'influencent, ...

    Houlà on est pas coucher .

    Faudrait déjà bien savoir de quoi on parle. Le Web c'est ce qui est accessible par les navigateurs web. Donc normalement pas les forums, l'email, le chat, la messagerie instantané, le P2P, le téléchargement de fichiers etc. Mais séparer ça du Web alors que l'email, les forums, les chats, et maintenant MSN Messenger sont disponibles depuis un navigateur Web est un peu artificiel. Futura c'est un site Web mais le forum en fait une partie intégrante sur d'autre site c'est un chat qui en fait partie intégrante, alors que c'est du IRC et pas à proprement parler du Web et si l'on inclue le chat alors pourquoi pas les messagerie instantané, si on parle du téléchargement de fichier depuis un site comment ne pas parler du P2P.Toute ces chose sont extrêmement connecter entre elles.

    Il faudrait parler d'Internet, ce qui n'est pas synonyme de Web. Internet c'est aussi un magasin géant, un système de lettre rapide, un système de téléphone (peut-on mettre le VoIP dans un critique du net?).Et le problème c'est que Internet c'est juste un réseaux, ça ne dit en rien ce que doit être dans ce réseaux. Acheter un voyage sur Internet ou gérer son compte en ligne, ce n’est pas vraiment utiliser Internet comme un média aux sens strict du terme. On peut diffuser une télé ou une radio en streaming sur le net. Si TF1 serait diffuser de cette manière est-ce qu'il faudrait en parler dans une critique général d'Internet? Quand le Monde diffuse sur le net exactement les même articles que sur son journal version papier, n'est il pas plus juste de le critiquer en tant que presse écrite qu'en tant que site Web? Mais pour un journal exclusivement Web? Peut-on alors parler d'Internet comme on parle de la télé? Faire une sorte d'analyse générale n'est il pas déplacé?
    Tout ça me fait te poser cette question : de quel aspect d’Internet veux-tu parler, shokin?


    Lien (pour la comparaison télé/net) : http://www.internetactu.net/index.php?p=5723
     

  5. shokin

    Date d'inscription
    mars 2004
    Localisation
    Suisse
    Âge
    33
    Messages
    10 617

    Re : Quand conception et consommation s'influencent, ...

    Soit, parlons d'internet.

    Ses bons et mauvais usages, influences.

    Shokin
    Pardon, humilité, humour, hasard, tolérance, partage, curiosité et diversité => liberté et sérénité.
     


    • Publicité



  6. aka

    Date d'inscription
    septembre 2004
    Messages
    29

    Re : Quand conception et consommation s'influencent, ...

    Citation Envoyé par shokin
    Salut tout le monde,

    je voulais discuter de l'influence de la consommation sur la conception et de la conception sur la consommation : comment le fait de consommer tel bien/produit/service influence ma conception des choses, et vice-versa.
    Bonjour, en restant très flou sur le sujet,

    je crois que consommation influence conception, oui, quelqu'un parlait déjà du circuit de récompense et des drogues, mais perso, une bonne glace bien crémeuse suffit largement...

    D'ailleur, pourquoi ferait-on des pub sinon ?

    Hum, la bonne glace bien cremeuse, sluuuuurp, bonbon, caramel, esquimaux, chocolat....

    Bien entendu, cela reste du domaine de chacun, la dépense, la dépendance, tant que cela ne déborde pas sur l'ensemble de notre vie, que cela ne s'insinue pas comme un obssedante envie rétroactive, réactivité auto-gratifiante.

    Je crois que ce type de réflexion déborde parfois contre toute attente, et viens s'insinuer jusqu'au plus reculée de nos participations.

    Il n'y a pas que la consommation, désir instantanée, au surplus, recherche du plaisir éphémère : magasin avec trois millions de produits à consommés : calcul, pour - contre, calcul de convivialité, arithmétique de justesse, de soirée conforme, échange un peu de possible contre une agréable soirée...

    ...en pensant à yves, à hugo, à dédé et à pierrot, et à leurs goût préféré, c'est un calcul de superordinateur

    Simplement l'échange marchand, l'introduction de l'autre aux pertes et profit, le faire rentrer dans notre plan d'arithmétique : d' échange : un peu d'argent vaut un peu d'amitié... beaucoup d'argent vaut beaucoup d'amitié... c'est au choix de la dérive, de nos possibilités à vendre le vide comme le plein, le virtuel comme le réel, la demande comme l'offre...

    on se calcule les uns les autres,
     

  7. shokin

    Date d'inscription
    mars 2004
    Localisation
    Suisse
    Âge
    33
    Messages
    10 617

    Re : Quand conception et consommation s'influencent, ...

    Gloup ! c'est vrai que ça reste très flou.

    Pour préciser, je voulais parler de la consommation d'Internet (pour l'instant) et de son influence sur notre conception (des choses, des personnes, de la société, du monde...).

    - Les news sur internet.
    - Les forums.
    - Les chats.
    - Les sites sur une discipline (les math, la psychologie, etc.).
    - Le peer-to-peer.
    - Les sites encyclopédiques.
    - Les sites commerciaux.
    - Les sites ong.
    - ...

    etc.
    Pardon, humilité, humour, hasard, tolérance, partage, curiosité et diversité => liberté et sérénité.
     

  8. riovas

    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Paris
    Âge
    31
    Messages
    394

    Re : Quand conception et consommation s'influencent, ...

    Je voudrais juste dire qu'a la base la pub c'est fait pour informer de l'existence d'un produit. On parle bien d'annonceur. Et la plupart des pubs (surtout des affiches) ce contente de montrer un produit (en le mettant en valeur bien sur) et eventuellement de donner son prix et d'autre infos (lieux d'achat caractéristque etc...). En fait il faudrait parler de marketting (vendre un produit non pour ses qualité intraséque mais pour son image) c'est plus precis que publicité.

    http://www.liberation.fr/page.php?Article=264021&AG
    http://www.liberation.fr/page.php?Article=264019
    http://www.liberation.fr/page.php?Article=264023
     

  9. shokin

    Date d'inscription
    mars 2004
    Localisation
    Suisse
    Âge
    33
    Messages
    10 617

    Re : Quand conception et consommation s'influencent, ...

    Très intéressant, point de vue sociologique, ces liens que tu nous as donnés. Je cite :

    Les consommateurs semblent délaisser les grandes marques, notamment dans les rayons des hypers. Pourquoi ?

    Les grandes marques sont devenues trop chères. Elles sont victimes de la concurrence des marques de distributeurs (MDD) et du hard-discount, qui sont 30 % meilleur marché. Par ailleurs, l'air du temps fait que cela devient intelligent de consommer pas cher. L'acte de consommation n'est plus forcément un signe de statut social. Le problème, c'est que la marque persiste à tenir un discours à l'intention exclusive de l'hyperconsommateur, celui qui achète toutes les marques, quel qu'en soit le prix.

    Pourtant, les grandes marques ont fait dernièrement des efforts parfois spectaculaires en baissant leurs prix...

    C'est vrai, Marionnaud fait des tarifs à * 25 %, Allways fait du * 50 %. Il y a aussi Karl Lagerfeld qui vend une collection à H & M pour 10 % de sa valeur réelle. Mais en jouant aussi facilement leurs prix à la baisse, les marques révèlent le pot aux roses et troublent le consommateur. Il se demande aujourd'hui pourquoi il acceptait auparavant de payer 100 quelque chose que la marque lui vend aujourd'hui à 70. D'autant que le consommateur constate de plus en plus que la différence de qualité est devenue quasi nulle entre certaines grandes marques et les produits vendus sous MDD ou en hard-discount. Résultat : le client n'achète plus la marque, c'est une dissidence silencieuse.

    Quels sont les secteurs où les grandes marques se sentent le plus menacées par les consommateurs ?

    Tout le secteur de la lessive et de l'hygiène-cosmétique est devenu vulnérable à la qualité des marques de distributeurs. Une poudre de lavage vendue sous une grande marque a de plus en plus de mal à justifier sa différence de prix avec une «sans marque». L'alimentaire souffre également de plus en plus de la comparaison : certains produits sont en grandes difficultés.

    Le secteur du luxe a pourtant l'air de très bien résister ?

    Pour l'instant, oui. Mais certains industriels, comme le chausseur et maroquinier Celine, anticipent ce mouvement de méfiance. Dernièrement, le management a longuement réfléchi sur le thème : «que faut-il faire pour garder les clients sur les dix prochaines années ?»

    La remise en cause des marques suppose-t-elle de la part des consommateurs une remise en cause du système qui les produit ?

    Oui, et c'est une difficulté de plus pour les marques. Leur remise en cause actuelle constitue une esquisse de critique du couple libéralisme-globalisation : celui-ci insiste sur la nécessité d'une croissance que le consommateur doit tirer toujours plus en dépensant toujours plus. Il y a une interrogation sur le bonheur marchand que nous ressentons dans les groupes de travail que nous constituons. Le plus inquiétant, c'est que la grande majorité des patrons, à l'exception notamment de Philippe Lemoine, le coprésident des Galeries Lafayette, préfèrent ignorer cette remise en question.

    Qu'y a-t-il de si nouveau dans vos groupes de travail ?

    Il y a l'éclosion de ce que j'appelle l'alterconsommateur, le contraire de l'hyperconsommateur. L'hyperconsommateur japonais reste un des seuls au monde à faire une confiance absolue à la valeur ajoutée garantie par la marque. L'alter français, né sur un terreau spécifique très antipub, ne s'en laisse plus compter par le discours des marques. Il conteste le packaging et s'inquiète des conditions sociales dans lesquelles les marques sont fabriquées. L'alter typique, qui représente aujourd'hui au moins 15 % des consommateurs, aime la tradition, les PME, l'ancienneté : il joue Saint-Nectaire contre Caprice des dieux. Il surconsomme de la feta et toutes les AOC en vins et en fromages. La part la plus radicale de ces consommateurs dissidents a plus de 35 ans, un niveau de vie supérieur, et vit beaucoup en dehors des grandes villes.

    Que peuvent faire les marques ?

    Elles doivent se relégitimer. Ce que veut le consommateur de marques, c'est une expérience inattendue d'achat. La marque doit devenir un éclaireur de la société, un expert dans sa partie. Le magasin de luxe de 2020 sera d'abord une expérience dans laquelle le service tiendra un rôle majeur, essentiellement pour fidéliser les clients. Un chausseur de luxe a déjà compris cette démarche : le prix d'une paire achetée chez lui donne droit à un certain nombre de ressemelages ou de réparations gratuits, comme pour une voiture neuve.

    A qualité égale, pourquoi acquitter davantage pour un sigle ? Les produits de grande consommation le sentent passer. Mais la tendance progresse. Jusqu'à l'électronique, le numérique, l'automobile, la presse, où les marques n'imposent plus le respect, où payer plus cher ne vaut que si le produit se distingue de la concurrence en innovation et en qualité. Jusqu'au luxe ou le must aujourd'hui est de le porter discret, sans étiquette tapageuse. La mode est bien à la non-marque. Signe que le capitalisme, pour se régénérer, a bien appris du no logo des alters. Et bien compris qu'il est désormais du dernier chic entrepreneurial de créer une non-marque pour pousser à la consommation.
    Malheureusement, ça pousse à la consommation...

    Shokin
    Pardon, humilité, humour, hasard, tolérance, partage, curiosité et diversité => liberté et sérénité.
     

  10. riovas

    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Paris
    Âge
    31
    Messages
    394

    Re : Quand conception et consommation s'influencent, ...

    Citation Envoyé par shokin
    Malheureusement, ça pousse à la consommation...
    Oui! Mais je considére que la consommation est une bonne chose en soi, ce sont ses effets secondaires qui sont mauvais. Mais je sais que tu n'est pas d'accord avec moi .
     

  11. shokin

    Date d'inscription
    mars 2004
    Localisation
    Suisse
    Âge
    33
    Messages
    10 617

    Re : Quand conception et consommation s'influencent, ...

    C'est sûr que je pense aux conséquences de nos actes plus qu'aux actes eux-mêmes.

    Shokin
    Pardon, humilité, humour, hasard, tolérance, partage, curiosité et diversité => liberté et sérénité.
     

  12. riovas

    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Paris
    Âge
    31
    Messages
    394

    Re : Quand conception et consommation s'influencent, ...

    Bon ben personne n'a rien à dire sur le net!! Bon je vais essayer de dire un petit quelque chose. Mais je ne sais pas encore quoi dire, c'est un vaste sujet. Donc à une prochaine fois peut-être.
     

  13. shokin

    Date d'inscription
    mars 2004
    Localisation
    Suisse
    Âge
    33
    Messages
    10 617

    Re : Quand conception et consommation s'influencent, ...

    Bien essayé !

    Au fait, pour mieux aborder ma question :

    jusqu'à quel point pensez-vous que la consommation est nécessaire ?

    - consommation d'aliments...
    - consommation d'informations...
    - consommation de jeux video...
    - consommation de papier...
    - consommation du web, d'internet...
    - ...

    Shokin
    Pardon, humilité, humour, hasard, tolérance, partage, curiosité et diversité => liberté et sérénité.
     


    • Publicité







Sur le même thème :





 
Page 2 sur 2 PremièrePremière 2

Discussions similaires

  1. Logiciel conception 3D
    Par p-47 dans le forum Logiciel - Software - Open Source
    Réponses: 24
    Dernier message: 03/12/2010, 10h14
  2. Conception
    Par ClaudeH dans le forum Epistémologie et Logique
    Réponses: 3
    Dernier message: 08/02/2007, 01h08
  3. Course à la conception!
    Par Tartopommes dans le forum Électronique
    Réponses: 0
    Dernier message: 14/01/2007, 01h10
  4. conception compteur
    Par ryoban dans le forum Électronique
    Réponses: 10
    Dernier message: 09/01/2006, 16h56
  5. mécanique, conception ?
    Par Carter dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 5
    Dernier message: 03/01/2006, 19h45