Page 6 sur 6 PremièrePremière 6
Affichage des résultats 151 à 168 sur 168

Cannabis, Cocaine, drogue et psychologie

  1. #151
    yat

    Re : Cannabis, Cocaine, drogue et psychologie

    Citation Envoyé par Rhedae
    Tu fais ce que tu veux , moi je suis pas la pour faire la morale, mais la consommation intelligente, raisonné , cela n'empeche pas que le cannabis va te rendre "con" , beta , alors pour la consommation intelligente ..heuumm , j'ai des doutes
    Voilà une belle argumentation.
    Si tu prétends que même une consommation raisonnable change ta personnalité quand tu n'es plus sous l'influence du produit, là il va me falloir des sources un peu plus sérieuses que ce genre d'affirmations gratuites et partiales.

    -----


  2. Publicité
  3. #152
    Boglee

    Re : Cannabis, Cocaine, drogue et psychologie

    Je pense qu'il fait allusion au fait que tu perd quelques neuronnes à chaque fois que tu fume, la vitesse de connection entre neuronnes étant à la base de notre réflexion : moins de neuronnes = vitesse de réfléxion amoindrie ( il me semble bien que cela a été prouvé ), mais de là à dire que le Cannabis te transformera en légume en quelques années, y a des limites, étant donné le nombre de neuronnes que chaque individu possède ( variant d'ailleurs d'un individu à un autre ), je ne pense pas que la vitesse de connection entre les neuronnes restants soit diminuée d'un degré visible, peut-être quelques millisecondes, correspondant au "trajet" que les neuronnes restants auront à faire dans notre cerveau afin d'assurer celui des neuronnes manquants...

    Donc oui, le Cannabis réduit notre capacité intellectuelle, joints après joints, mais cela de manière tellement infime que ça ne vaut même pas la peine d'être évoqué.

  4. #153
    Rhedae

    Re : Cannabis, Cocaine, drogue et psychologie

    Citation Envoyé par yat
    Voilà une belle argumentation.
    Si tu prétends que même une consommation raisonnable change ta personnalité quand tu n'es plus sous l'influence du produit, là il va me falloir des sources un peu plus sérieuses que ce genre d'affirmations gratuites et partiales.
    Je dit simplement que quand tu fumes, ca rend "con", beta ... Quand l'effet du produit s'estompe tt revient a la normale en general. Ne me fait pas dire ce que j'ai pas dit . Mais quand meme quand tu arretes de fumer , cela provoque generaement une depression . Pour estomper l'effet de cette depression souvent les fumeurs refument des joints "antidepresseurs" .. un cercle viscieux, c'est pas vraiment la panacé ;;voila ... Pour soigné de la depression vaut mieux prendre d'autre produit moins nocifs , et se faire suivre par kk1 de competent . Moi j'ai un ami qui est paranoiaque , un vrais de vrais sous Solian avec 50% d'incapacité , et cela est certainement du a sa conso de cannabis ..Un produit que maintenant il evite en connaissance de cause .
    "Le monde contient bien assez pour les besoins de chacun, mais pas assez pour la cupidité de tous."

  5. #154
    Opale68

    Re : Cannabis, Cocaine, drogue et psychologie

    Salut,
    Juste un témoignage d'ancien consommateur (modéré) :
    Pendant ma période de consommation, de mes 17 vers mes 26 ans, à raison d' 1 à 8 "joints" par semaine, j'avais le sentiment de mieux percevoir le monde et ses faces cachées ainsi que d'avoir un côté "mystique" plus développé que chez les non-consommateurs.
    Gros délirium, non ?
    Aujourd'hui, si lors d'une manifestation publique, l'on me fait partager 3 ou 4 bouffées de "pétard", Je suis pris d'une énorme crise d'angoisse paranoïque car je ne suis plus moi. Aussi, j'ai décidé de cesser celà. (peut-être une bouffée à nouvel an?).
    Mes facultés, (est-ce dû â l'age ?), se réduisent considérablement aujourd'hui en consommant cette substance .
    Chacun sa route, chacun son chemin ...
    Que ce qui vient du coeur aille au coeur (L. van Beethoven)

  6. #155
    yat

    Re : Cannabis, Cocaine, drogue et psychologie

    Citation Envoyé par Rhedae
    Je dit simplement que quand tu fumes, ca rend "con", beta ... Quand l'effet du produit s'estompe tt revient a la normale en general. Ne me fait pas dire ce que j'ai pas dit . Mais quand meme quand tu arretes de fumer , cela provoque generaement une depression . Pour estomper l'effet de cette depression souvent les fumeurs refument des joints "antidepresseurs" .. un cercle viscieux, c'est pas vraiment la panacé ;;voila ... Pour soigné de la depression vaut mieux prendre d'autre produit moins nocifs , et se faire suivre par kk1 de competent . Moi j'ai un ami qui est paranoiaque , un vrais de vrais sous Solian avec 50% d'incapacité , et cela est certainement du a sa conso de cannabis ..Un produit que maintenant il evite en connaissance de cause .
    Ok, pardon d'avoir mal interprété tes propos. Donc évidemment, sous l'effet du produit on a une perception et un mode de pensée complêtement altéré, et vu de l'extérieur, on peut paraitre con. Je ne présenterais cependant pas les choses comme ça, mais ce n'est pas très important, l'effet recherché n'est pas de paraitre plus intelligent.
    Pour l'effet de dépression après la redescente, je ne généraliserais pas autant que toi, mais il n'est pas incorrect de présenter les choses comme ça.
    Néanmoins, je maintiens que ce n'est pas dans le cadre d'une consommation responsable : ralummer un joint parce que ça ne va pas et qu'on n'aime pas être dans son état normal, c'est le plus court chemin vers la dépendance. Le cannabis ne doit, à mon avis, être utilisé que dans un but récréatif, pour apporter un "plus", changer d'état d'esprit ou voir les choses autrement, mais certainement pas parce que ça va mal. D'ailleurs, comme l'a souligné boblafro, le thc a tendance à amplifier les sensations, et il me semble que fumer un joint quand on ne va pas bien, ça ne peut qu'empirer les choses.
    Je connais effectivement certaines personnes qui sont passées par des périodes de véritables dépendances au cannabis, mais ce n'est que la conséquence d'un comportement complêtement inconscient à un moment ou à un autre. Parmi ces gens, certains l'ont complêtement banni de leur existence, et d'autres ont retrouvé une consommation raisonnable. Mais maintenant ça fait longtemps que je ne fréquente plus les milieux étudiants, ce qui ne m'empêche pas d'avoir pas mal de fumeurs dans mon entourage. Et je peux te dire que sur cet échantillon de fumeurs adultes, aucun n'est suffisamment inconscient pour se laisser entrainer dans le moindre début de dépendance.

  7. #156
    yat

    Re : Cannabis, Cocaine, drogue et psychologie

    Citation Envoyé par Opale68
    Salut,
    Juste un témoignage d'ancien consommateur (modéré) :
    Pendant ma période de consommation, de mes 17 vers mes 26 ans, à raison d' 1 à 8 "joints" par semaine, j'avais le sentiment de mieux percevoir le monde et ses faces cachées ainsi que d'avoir un côté "mystique" plus développé que chez les non-consommateurs.
    Gros délirium, non ?
    Aujourd'hui, si lors d'une manifestation publique, l'on me fait partager 3 ou 4 bouffées de "pétard", Je suis pris d'une énorme crise d'angoisse paranoïque car je ne suis plus moi. Aussi, j'ai décidé de cesser celà. (peut-être une bouffée à nouvel an?).
    Mes facultés, (est-ce dû â l'age ?), se réduisent considérablement aujourd'hui en consommant cette substance .
    Chacun sa route, chacun son chemin ...
    Ton expérience n'est pas rare. Les crises de parano déclenchées par le THC me semblent très courantes, et peuvent être un gros problème (ou tout au moins une excellente raison de ne plus vouloir fumer, ce qui n'est pas réellement un problème parce qu'on peut très bien vivre sans) si on ne s'en prémunit pas.
    Chez, moi aussi fumer un joint déclenche systématiquement une parano assez violente. Mais il suffit de se mettre dans de bonnes conditions pour qu'aucune angoisse ne puisse venir alimenter cette parano. Je ne fume jamais en présence de gens que je ne connais pas, ni dans un endroit non familier ou quand je pense avoir à gérer quoi que ce soit dans les heures qui suivent. En me plaçant dans un contexte ou il y a très peu de chances qu'il m'arrive quoi que ce soit, je n'ai alors aucune raison de flipper et je peux alors tranquillement profiter des effets de la plante.
    Après, il peut effectivement arriver que la parano vienne d'une peur de mourir, de sensations physiques bizzares ou de choses comme ça. C'est arrivé à mon petit frère un soir en regardant la télé à l'époque ou il fumait, et ça a été suffisamment violent pour qu'il n'ait plus envie de recommencer. J'ai aussi eu, au début, ce genre de crises ou l'on croit qu'on va mourir ou que l'on ne redeviendra plus jamais normal. Bah après en être redescendu, il est facile d'y repenser plus posément et de s'enfoncer dans le crâne que ce genre d'idées est totalement farfelu. Personne n'est jamais mort violemment ou resté gaga parce qu'il avait fumé un joint. Alors depuis cette époque, quand j'ai l'impression de sentir mon coeur battre bizarrement, ou que je sens des choses pas claires dans ma gorge ou dans mes membres, je suis en mesure de me raisonner et de me dire que c'est juste parce que je suis complêtement raide que je me fais des idées.

    Pour ce qui est des facultés, il est clair que dans l'ensemble elles se réduisent beaucoup sous l'effet du thc, mais pas forcément toutes... il faut savoir exploiter celles qui sont exacerbées et ne pas trop compter sur toutes les autres. Mieux percevoir le monde et ses faces cachées n'est bien entendu qu'une impression, mais par exemple, je note que ça me permet souvent d'aborder certaines choses sous une optique différente de ce dont j'ai l'habitude, et parfois j'en tire des choses qui s'avèrent très positives par la suite. Mais chacun vit ça différemment.
    De toutes façons il me semble plus raisonnable de fumer pour passer un bon moment (ou plutôt rendre un moment déjà agréable encore plus agréable), pas pour se sentir plus intelligent.

  8. #157
    Opale68

    Re : Cannabis, Cocaine, drogue et psychologie

    On s'est bien compris ...
    C'est pourquoi je laisse les risques de "mauvais délire" en ne fumant plus ...
    je préfère pour la même convivialité, la rencontre sociale et le même plaisir
    Que ce qui vient du coeur aille au coeur (L. van Beethoven)

  9. #158
    Opale68

    Re : Cannabis, Cocaine, drogue et psychologie

    Attention ! L'abus est dangereux !!!
    Que ce qui vient du coeur aille au coeur (L. van Beethoven)

  10. #159
    DonPanic

    Re : Cannabis, Cocaine, drogue et psychologie

    Salut
    Citation Envoyé par Rhedae
    Je voi que tu es assez ignorant dans le domaine , le cannabis , l'herbe, on des taux assez variable de thc, et des hallucinations peuvent etre provoqué par le THC . C'est point barre , c'est pas la peine de revenir sur quelque chose qui a etait demontré .
    Oui, j'avais vu un film avec les expés d'Henri Michaux qui en avait bouffé des quantités incompatibles avec le budget d'un fumeur, plus de 20 grammes, je crois.
    Comme si tu disais que l'alcool est un hallucinogène parce que ça provoque le delirium tremens. et que par conséquent, un verre de Blanquette de Limoux est hallucinogène.
    Un peu de sérieux dans les arguments, STP

  11. #160
    uinet_propane

    Re : Cannabis, Cocaine, drogue et psychologie

    Je fais une petite parenthese avant de commencé mon post (les modos peuvent la supprimé s'ils l'estiment justifié)

    YEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE EEEES !!!!!!!!!!!!!!! J'ai enfin l'ADSL. Bon, c'est de l'ADSL suisse (1.2 Mo), mais c'est quant meme l'ADSL.

    Fin parenthese

    Citation Envoyé par yat
    l'effet recherché n'est pas de paraitre plus intelligent.
    Exactement.

    Citation Envoyé par yat
    Pour l'effet de dépression après la redescente, je ne généraliserais pas autant que toi, mais il n'est pas incorrect de présenter les choses comme ça.
    Je suis pas tout a fais d'accord. La descente n'est pas une depression. La descente, c'est 30 à 45 min (pour moi) après avoir fini le joint ou j'ai une baisse de la motivation. Mais après 1 petite heure, j'ai de nouveau la motive. En plus, la demotive ne viens pas chaque fois, elle depend de mon activité. La par exemple, je suis entrain de redigé mon message et je suis pas du tout demotivé. Ca serais meme le contraire.

    La depression (pathologique) c'est un etat permanent de démotivation (en simplifié, bien sur. On discute pas de la depression ).

    Citation Envoyé par yat
    Néanmoins, je maintiens que ce n'est pas dans le cadre d'une consommation responsable : ralummer un joint parce que ça ne va pas et qu'on n'aime pas être dans son état normal, c'est le plus court chemin vers la dépendance. Le cannabis ne doit, à mon avis, être utilisé que dans un but récréatif, pour apporter un "plus", changer d'état d'esprit ou voir les choses autrement, mais certainement pas parce que ça va mal.
    A 200% d'accord. Et il faut le repete. Ca pourrait d'ailleurs figuré comme avertissement pour d'eventuel "paquet de joints".

    Citation Envoyé par yat
    Parmi ces gens, certains l'ont complêtement banni de leur existence, et d'autres ont retrouvé une consommation raisonnable.
    Je fais partie des seconds. Je suis passé d'une conso quotidienne de 20 joint en MOYENNE, a 1-3 joint, le soir chez moi, et ce en 2 mois. J'ai profité d'un changement dans ma vie pour modifié mon comportement, et je pense que ca m'as été utile (20 joint c'est effectivement excessif). J'ai eu des periodes de coupure, sans effets de manque, a part une envie de temps en temps (les habitudes sont plus longue a abandonné), ce qui me permet aujourd'hui de choisir librement de continué a fumé ou pas.

    J'estime avoir une consommation raisonnable et reflechit, en ayant aussi eu une conso excessif (voir vraiment addictive, je le reconnais sans problème). C'est pour ca que j'estime raisonnable de demandé une legalisation controlée.

    Pt etre que certain estimerons mon cas comme etant l'exemple type justifiant la criminalisation, et si c'est le cas, ben soit on discute de se qui vous choque, soit on reste chacun sur nos positions.

    Citation Envoyé par yat
    Les crises de parano déclenchées par le THC me semblent très courantes, et peuvent être un gros problème (ou tout au moins une excellente raison de ne plus vouloir fumer, ce qui n'est pas réellement un problème parce qu'on peut très bien vivre sans) si on ne s'en prémunit pas.
    Je sais pas ce que vous entendez par parano, mais moi, a part quelques situation ou j'ai un peu plus d'appréhension (surtout la peur du flic en fait), j'ai jamais eu d'episode paranoiaque au point ou ca m'empechait de faire ce que j'avais envie. Y compris si j'avais le risque de croisé un flic.

    Encore une fois, est-ce que la personne etait prédisposée ou est-ce le cannabis en lui meme qui ont declenché la paranoia ?

    Citation Envoyé par yat
    Chez, moi aussi fumer un joint déclenche systématiquement une parano assez violente. Mais il suffit de se mettre dans de bonnes conditions pour qu'aucune angoisse ne puisse venir alimenter cette parano. Je ne fume jamais en présence de gens que je ne connais pas, ni dans un endroit non familier ou quand je pense avoir à gérer quoi que ce soit dans les heures qui suivent. En me plaçant dans un contexte ou il y a très peu de chances qu'il m'arrive quoi que ce soit, je n'ai alors aucune raison de flipper et je peux alors tranquillement profiter des effets de la plante.
    Je croit que l'environnement sociologique joue bcp sur cet aspect. En suisse, il n'est pas rare de croisé des gens inconnu avec qui ont echange un joint. Le train, les discos, les soirées open-air, les parades, les events en general, y compris si la police est présente, comme a la street parade, ou à 3 (dont 2 francais abassourdi) on a fumé un joint a coté d'un policier zurichois en uniforme. Et ca se resent, je connais aucune personn habitant en suisse devenu paranoiac. Par contre mon cousin lui effectivement, il a arreter a cause de ca. La différence entre lui et moi, c'est le lieu d'habitation, donc l'environnment sociologique et la qualité du produit (le shit c'est pas forcement le mieux a fumé).

    Je me demande ou se situe la responsabilité du cannabis. Pt etre que les responsable devrait faire des etudes scienfique plus etendu et plus diversifié. Testé les différentes forme de cannabis (beuh, shit, huile) et leur effets, l'environnement sociologique (france, hollande, suisse, espagne, maroc), les "cas extremes" correspondants, leur quantités et leur gravité pour vraiment pouvoir determiné la part de responsabilité du cannabis. Parce que si les gens sont paranoiaque a cause de la legislation, si elle change, il y aura probablement une baisse des cas puisque les gens seront moins stressé.

    Citation Envoyé par yat
    Après, il peut effectivement arriver que la parano vienne d'une peur de mourir, de sensations physiques bizzares ou de choses comme ça.
    La peur de mourir existe chez tout le monde, de la a en faire une paranoia, c'est qu'il y a un autre problème sous-jacent et le cannabis n'en ai que le revelateur.

    Par contre, pour les sensations bizzare, ca je suis a 200% d'accord. Elles existe, plus ou moins fort, mais elles se gerent. J'ai souvent des sensations vraiment bizzare, des inversions de l'orientation, des changement de la perception du temps ou de la realité. Mais je les gerent. Moi ma technique, c'est de me laissé porté par l'effet (c'est quant plus ou moins ce qu'on recherche, non ???), tout en sachant pertinnement que c'est le cannabis et que cet effet est temporaire. Au pire, le lendemain, c'est passé.

    Je ne suis pas a la recherche de cet effet a chaque fois que je consomme (d'ailleurs des fois, c'est plutot embettant, mais ca se gere aussi, encore une fois), que ce soit clair.

    Citation Envoyé par yat
    Personne n'est jamais mort violemment ou resté gaga parce qu'il avait fumé un joint. Alors depuis cette époque, quand j'ai l'impression de sentir mon coeur battre bizarrement, ou que je sens des choses pas claires dans ma gorge ou dans mes membres, je suis en mesure de me raisonner et de me dire que c'est juste parce que je suis complêtement raide que je me fais des idées.
    C'est une autre technique, tout aussi valable. Et dans le cadre justement d'une conso raisonnable, ces effets ne deviennent pas un problème.
    underinet, l'information appartient à l'humanité

  12. #161
    Rhedae

    Re : Cannabis, Cocaine, drogue et psychologie

    Citation Envoyé par DonPanic
    Salut

    Oui, j'avais vu un film avec les expés d'Henri Michaux qui en avait bouffé des quantités incompatibles avec le budget d'un fumeur, plus de 20 grammes, je crois.
    Comme si tu disais que l'alcool est un hallucinogène parce que ça provoque le delirium tremens. et que par conséquent, un verre de Blanquette de Limoux est hallucinogène.
    Un peu de sérieux dans les arguments, STP

    Chez des personnes prédisposées, le chanvre pourrait entraîner des troubles psychiques parfois sévères (dépression, hallucination, idées délirantes…)
    source:www.doctissimo.fr

    Voila tu vois j'ai meme trouvé ca sur le site doctossimo , un site medical serieux . Faut arreter de mettre en doute tout le temps ce qui est deja prouvé . Moi je veux bien discuter, mais faut avoir un minimum d''honneteté intellectuelle pour ca . L'idée c'est pas de faire un debat pour ou contre le canabis ,l'idées je pense sur ce forum c'est de trouver les information objectives .

    Aussi tiré du meme site

    Des études récentes ont aussi montré un lien entre une consommation précoce (à l’adolescence) et le développement d’une schizophrénie à l’âge adulte. Même si le lien causal n’est pas démontré, les spécialistes estiment que cette substance peut précipiter l’apparition d’une schizophrénie, aggraver les symptômes et rendre moins efficace le traitement.
    "Le monde contient bien assez pour les besoins de chacun, mais pas assez pour la cupidité de tous."

  13. #162
    Rhedae

    Re : Cannabis, Cocaine, drogue et psychologie

    Pour les crises d'angoisses aigue, cela est aussi assez typique de la consommation de cannabis , pour ce qui en ont jamais eu c'est assez terrifiant comme sensation . Sensation de vertige, sensation que le cerveau va s'arreter de fonctionner (peur de la mort imminente), accleration du rythme cardiaque, on cherche sa respiration, sensation bizarre dans le cerveau (on crois genre qu'il y a des bugs, voir une tumeur ) bref, c'est oppressant au possible, ca donne souvent envie d'arreter la fumette Meme si on sais que c'est somatique , cela n'enleve rien a la sensation . Impossible de fermer les yeux ou s'endormir .

    Pour remedier a cet etat , Valium, Anxiolitique, exomil etc... bref des calmants . Une tisane ca sufit pas vraiment . Si vous avez rien sous la main , SOS medecin, il vous fera une bonne piquouse (souvent du VAlium) .
    "Le monde contient bien assez pour les besoins de chacun, mais pas assez pour la cupidité de tous."

  14. #163
    uinet_propane

    Re : Cannabis, Cocaine, drogue et psychologie

    Citation Envoyé par Rhedae
    Sensation de vertige, sensation que le cerveau va s'arreter de fonctionner (peur de la mort imminente), accleration du rythme cardiaque, on cherche sa respiration, sensation bizarre dans le cerveau (on crois genre qu'il y a des bugs, voir une tumeur )
    Franchement, ce que tu me decrit la je l'ai deja ressenti (sauf pour la sensation que le cerveau va s'arreter de fonctionner). Des pressions bizzare dans un coin du cerveau j'en ai de temps en temps, le coeur qui s'accelere aussi. La respiration c'est rare mais ca arrive. Des vertiges de tout sorte (tournis, mouche devant les yeux). Et j'ai jamais eu de crise de paranoia ou de panique a cause de ca, je gere comme je l'ai mis plus haut. Effectivement, ca fout une giclée d'adrenaline assez puissante (une bonne decharge) et chez moi ca passe. Et ca m'arrive rarement et aleatoirement (que ce soit une petite ou grosse conso ce jour la).

    Mais des gyclée d'adrenaline, j'en ai sur les montagne russe ou devant un film prenant.
    underinet, l'information appartient à l'humanité

  15. #164
    DonPanic

    Re : Cannabis, Cocaine, drogue et psychologie

    Salut
    Citation Envoyé par Rhedae
    Chez des personnes prédisposées, le chanvre pourrait entraîner des troubles psychiques parfois sévères (dépression, hallucination, idées délirantes…)
    source:www.doctissimo.fr
    Voila tu vois j'ai meme trouvé ca sur le site doctossimo , un site medical serieux . Faut arreter de mettre en doute tout le temps ce qui est deja prouvé . Moi je veux bien discuter, mais faut avoir un minimum d''honneteté intellectuelle pour ca .
    L'honnêteté intellectuelle, c'est d'appeler le toche un psychotrope et laisser au LSD, à la Psylopsibine et à la Mescaline les appellations d'hallucinogène. Ayant pris il y a longtemps des 2 premières, et pas chez www.doctissimo.fr je pense savoir la différence entre hallucinations et troubles perceptifs.
    Chez les personnes prédisposées à l'hallucination, je suppose que d'autres produits peuvent également provoquer des hallus.
    Citation Envoyé par Rhedae
    Sensation de vertige, sensation que le cerveau va s'arreter de fonctionner (peur de la mort imminente), accleration du rythme cardiaque, on cherche sa respiration, sensation bizarre dans le cerveau (on crois genre qu'il y a des bugs, voir une tumeur )
    En général, une boisson chaude fortement sucrée et un bonne couette mettent fin à ces symptômes que j'attribue à un stress hépatique entrainant une hypoglycémie.

  16. #165
    uinet_propane

    Re : Cannabis, Cocaine, drogue et psychologie

    Citation Envoyé par DonPanic
    Chez les personnes prédisposées à l'hallucination, je suppose que d'autres produits peuvent également provoquer des hallus.
    Surtout que tout les document medicaux disent bien :

    Chez des personnes prédisposées
    Faut pas tout melangé non plus. Les personnes qui finisse avec ce genre de troubles aurait probablement un jour ou l'autre eu ces troubles. Mon grand pere est schyzophrene et il a jamais fumé de cannabis de sa vie et ce depuis ces 28ans. Et moi j'ai des prédisposition, genetique selon les psychologue, et j'ai pas de symptomes depuis bientot 10ans que j'ai gouté pour la premiere fois au cannabis. Et j'etait adolescent en plus (periode propice a ce genre de pathologie).
    underinet, l'information appartient à l'humanité

  17. #166
    DonPanic

    Re : Cannabis, Cocaine, drogue et psychologie

    Salut
    J'ajoute que chez personnes qui fument des joints gros comme des havanes ou dans des chilums, il doit y avoir des effets dus à une asphyxie provoquée par la présence massive de fumée dans les poumons.

  18. #167
    uinet_propane

    Re : Cannabis, Cocaine, drogue et psychologie

    Citation Envoyé par DonPanic
    Salut
    J'ajoute que chez personnes qui fument des joints gros comme des havanes ou dans des chilums, il doit y avoir des effets dus à une asphyxie provoquée par la présence massive de fumée dans les poumons.
    Surtout qu'on retient plus longtemps sa respiration quant on fume un joint que quant on fume une clope. Et je ne me fierais pas aux valeurs fournit par les respirateur artificiel (les machines qui definisse la quantité de goudrons et de nicotine pour les clopes).
    underinet, l'information appartient à l'humanité

  19. #168
    Yoyo

    Re : Cannabis, Cocaine, drogue et psychologie

    Bonsoir,

    COmme chacun en viens a parler de sa propre expérience et que la discussion ne se base plus sur des faits scientifiques avérés (j'ai bien essayé pourtant) en fournissant a l'appuye des données scientifiques originales (et non pas des données deja analysées) je cloture cette discussion.
    Le forum n'est pas un lieu pour donner ses sentiments/expériences personnelles.
    Chaques arguments ayant été donnés au moins plusieurs fois au cours de ces pages, je pense que chacun pourra juger en fonction des faits donnés.

    Yoyo

Page 6 sur 6 PremièrePremière 6

Discussions similaires

  1. Psychologie de l'espace-psychologie du temps : au coeur de la géographie
    Par albius21 dans le forum Neuropsychologie et Psychologie
    Réponses: 4
    Dernier message: 02/03/2006, 05h22