Bonjour, cliquez-ici pour vous inscrire et participer au forum.
  • Login:



+ Répondre à la discussion
Page 2 sur 6 PremièrePremière 2 DernièreDernière
Affichage des résultats 16 à 30 sur 86

Ralentir la lumière

  1. Gwyddon

    Date d'inscription
    octobre 2004
    Âge
    32
    Messages
    18 609

    Re : Ralentir la lumière

    Bonjour,

    J'ai vu dans cette discussion du presque correct, et du franchement incorrect. Je me permets de rectifier quelques points.

    Citation Envoyé par Chicanau Voir le message
    Re.
    Je lis avec surprise "énergie cinétique du photon transformée en chaleur etc.".
    Le photon n'a pas d'énergie cinétique, du moins liée à sa vitesse relativiste apparente. Il en a une, due a sa vitesse newtownienne imperceptible.
    Ceci ne veut strictement rien dire, il n'y a pas de "vitesse relativiste apparente" et de "vitesse newtonienne". On peut parler de vitesse, tout simplement, et distinguer les régimes de vitesses où les effets dûs à la relativité restreinte se font sentir.

    Le photon est un objet physique à la fois quantique, et relativiste. Donc on ne peut sûrement pas se cantonner à la mécanique newtonienne pour le traiter (c'est déjà un premier point).

    Ensuite, dire que le photon n'a pas d'énergie cinétique est une grossière erreur : il n'a que de l'énergie cinétique justement !

    Extrèmement faible car le photon est paresseux, il ne bouge que par intermitances , quand, de temps en temps, il est photon. Le reste du temps, il file sous la forme onde électromagnétique à la vitesse C.
    Le photon, de part sa nature quantique, est le quantum élémentaire du champ électromagnétique : il est, littéralement, le champ. Donc cette phrase ci-dessus n'a pas de sens. Un photon voyage toujours à c, quel que soit le référentiel. Ceci implique nécessairement que sa masse est nulle. Expérimentalement, aucune mesure n'a mis en évidence une quelconque masse non-nulle au photon, il n'existe pour l'instant que des bornes supérieures à une valeur non-nulle.

    M=H/c² mais son énergie cinétique est nulle, car il est quasi immobile .
    Encore les méfaits de la fameuse formule d'Einstein
    Cette formule n'est pas valable en toute généralité, la formule générale est où justement p est l'impulsion du système, et donc le terme en p représente le terme cinétique de l'énergie.

    Le photon étant de masse nulle, l'énergie se réduit à E=pc, de l'énergie uniquement cinétique. Le photon n'est immobile dans aucun référentiel par conséquent. Dis autrement, si un jour on pouvait littéralement arrêter un photon (et non pas une onde électromagnétique dans un milieu, qui est un objet plus complexe), on mettrait en évidence le caractère non-nulle de la masse du photon par déduction de la théorie de la relativité (non encore mise en défaut par l'expérience, et cela est d'ailleurs remarquable !) puisque un objet allant exactement à c n'est immobile dans aucun référentiel.

    Sa masse fut qualifiée par les physiciens d'extrèmement faible, puis de presque nulle, puis de négligeable.
    Wikipédia en déduit : la masse du photon est nulle.
    Non non, les physiciens qualifient cette masse depuis longtemps de nulle, et les bornes expérimentales sont très basses. Wikipédia n'a donc rien "déduit"



    On en vient maintenant à la partie presque correcte du message

    Le ralentissement apparent des photons dans un réseau de particules est due à une successions de cycles d'absorbtions/émissions de photons de même énergie par les particules du dit réseau.
    On remplace "ralentissement apparent des photons" par "ralentissement apparent de l'onde électromagnétique" est c'est correct


    La suite :

    Le photon qui sort du prisme n'est pas le photon entré.
    C'est un lointain descendant du photon initial. Son ralentissement apparent est du au temps perdu dans ses absorbtions/émissions.

    Cordialement Chicanau.
    est tout à fait correcte : c'est une suite d'absorption/émission, sachant que le temps de relaxation des atomes n'est pas toujours le même (ie le temps mis entre une absorption et une ré-émission).

    Cordialement,

    -----

    Dernière modification par Gwyddon ; 16/09/2009 à 09h27.
    A quitté FuturaSciences. Merci de ne PAS me contacter par MP.
     


    • Publicité



  2. jgiovan

    Date d'inscription
    février 2007
    Âge
    42
    Messages
    1 305

    Re : Ralentir la lumière

    Citation Envoyé par f6bes Voir le message
    Bjr à tous,
    Dire "arréter" la lumiére sans autre précision , ne veut pas dire grand chose.
    Faut donc d'abord savoir si l'on s'intéresse à TOUTE la "lumiére" (spectre électromagnétique dans son intégralité)
    OU
    seulement si on s'intéresse à la partie "visible" (humainement) de celle ci.
    Dans ce cas (visible) faut pas grand chose pour "l'arréter" (objet opaque à la "lumiére")!!
    A+
    Bonjour,

    dans mon intervention je ne faisais pas appel aux donneurs de lecons mais aux physiciens qui connaissaient la manip consistant à "arrêter la lumière". Comme personne n'a jugé utile de me répondre de manière constructive j'ai fait la biblio moi-même.

    Stopped Light with Storage Times Greater than One Second Using Electromagnetically Induced Transparency in a Solid

    En Francais, ca veut bien dire qu'ils ont "arrêté la lumière".

    http://news.bbc.co.uk/2/hi/science/n..._over_a_second
    J. J. Longdell, E. Fraval, M. J. Sellars, and N. B. Manson "[1]". Physical Review Letters, August 2, 2005
    http://prola.aps.org/abstract/PRL/v95/i6/e063601

    Il est plus facile de susciter des polémiques que des réponses...

    Cordialement
     

  3. jgiovan

    Date d'inscription
    février 2007
    Âge
    42
    Messages
    1 305

    Smile Re : Ralentir la lumière

    Citation Envoyé par ordage Voir le message
    Salut

    Référence ci jointe:

    http://news.bbc.co.uk/2/hi/science/nature/3308109.stm

    Cordialement

    Désolé ordage, j'avais zappé ton post au milieu des autres élucubrations !

    Bon, pour ma défense, je suis allé chercher la référence d'origine dans phys. rev. lett.
     

  4. mach3

    Date d'inscription
    mars 2004
    Localisation
    normandie
    Âge
    34
    Messages
    9 193

    Re : Ralentir la lumière

    En effet pour qualifier un "objet" de l'univers de "particule" par opposition a "onde", la qualité requise est la masse qui mesure la quantité de matière constituant la dite particule.
    qualifier une particule de masse nulle est donc un non sens.
    Le mot particule dans un contexte physicien ne signifie pas petite bille possédant une masse... Ce mot donne tellement de contresens chez les vulgarisés que certains préfère abandonner le terme "particule" au profit de "quanton", ou quantum d'excitation d'un champ.

    il est certain que la pensée magique qui est le mode de fonctionnement actuel du cerveau des physiciens
    on croit rêver là... Tu as une vision complétement biaisé de la réalité...

    Inutile de fouiller plus, tout est dit dans ces deux lemmes.
    Je conseillerai à tous ceux qui lisent ce post de relire attentivement ce qu'est l'énergie cinétique et d'appliquer sa loi à une masse nulle.
    Vous pourrez ensuite juger de la validité de la discussion.
    Es-tu au courant que l'énergie cinétique ne s'écrit mv²/2 qu'en approximant aux vitesses faibles?

    En toute rigueur, l'énergie cinétique s'écrit:



    Si la masse est nulle, l'énergie cinétique est donc Ec=pc

    Par ailleurs on sait que pour un photon.

    m@ch3
    Never feed the troll after midnight!
     

  5. Gwyddon

    Date d'inscription
    octobre 2004
    Âge
    32
    Messages
    18 609

    Re : Ralentir la lumière

    Bonjour,

    Étant en quelque sorte au chômage technique j'ai un peu de temps devant moi pour éclaircir certains points (en deux partie, mon message est trop long).

    Citation Envoyé par Chicanau Voir le message
    bonjour.
    je suis toujours étonné et flatté que mes posts amènent autant de réactions, jusqu'aux plus extrèmes. (elles vont arriver sous peu)
    A priori c'est plutôt signe soit que la discussion se tient, soit qu'il y a des erreurs à rectifier. Dans les deux cas c'est plutôt bien pour la discussion qu'il y ait échange.

    Je note que Gwyddon se domicilie a: Localisation: CERN-TH, son post a donc un poid, j'allais dire une masse , non nulle.
    Je n'y suis pas encore, c'est à partir d'octobre
    Mais de toute façon que j'y sois ou non on s'en moque car cela n'apporte rien à la discussion ; les arguments d'autorité ne sont pas recevables. Restons-en à la physique (de base).

    Il y a manifestement dans votre message une incompréhension de ce qu'est la mécanique quantique d'une part, la relativité d'autre part.

    En effet :

    En effet pour qualifier un "objet" de l'univers de "particule" par opposition a "onde", la qualité requise est la masse qui mesure la quantité de matière constituant la dite particule.
    Au sens quantique, il n'existe plus ni "particule" ni "onde". Il existe des objets quantiques qui dans certaines conditions se comportent comme s'ils étaient des ondes classiques et dans d'autres conditions se comportent comme s'ils étaient des particules classiques.

    Ainsi comment qualifiez-vous l'électron lorsque l'on fait une expérience de diffraction avec ? On observe strictement le même phénomène qu'avec un rayon de lumière cohérent, or cela ne vous choque pas d'appeler l'électron une particule. Pourtant dans ce cas précis, il est plutôt une onde

    Il en va de même pour le photon qui est la brique élémentaire du champ électromagnétique : de temps en temps il se comporte comme une particule classique (par exemple dans l'effet Compton, où un photon percutant un métal peut en extraire un électron comme dans un choc classique), et de temps en temps comme une onde (dans une expérience de diffraction par exemple).

    Mais la description sous-jacente est celle de la théorie quantique des champs, qui fait du photon un objet intrinsèquement quantique et n'étant ni une onde, ni une particule.

    Dit de façon plus imagée et par analogie, on pourrait représenter le photon par une pièce de monnaie, dont le côté pile représente son comportement ondulatoire et le côté face son comportement de particule classique. Une pièce de monnaie ce n'est pas seulement le côté pile ou le côté face ; de même le photon ce n'est pas seulement son aspect "particule classique" ou "onde classique".

    Tout ceci, notons-le bien, ne fait aucunement référence à la masse de l'objet physique considéré. Ainsi

    qualifier une particule de masse nulle est donc un non sens.
    Pas du tout, comme ce qui est exposé ci-dessus devrait convaincre n'importe quel lecteur attentif.

    il est certain que la pensée magique qui est le mode de fonctionnement actuel du cerveau des physiciens fait que ce détail est balayé d'un geste et que , ce point éliminé l'imagination n'a plus de limites.
    Ceci est un procès d'intention un peu rapide. Je vous suggère de bien étudier les postulats de base de la physique, puis leur mise en équation et enfin les déductions que l'on peut en faire...
    Pour mémoire, l'électrodynamique quantique (au sein de laquelle le photon.. est de masse nulle ! ) est une théorie s'accordant avec l'expérience à une précision effarante (12 chiffres après la virgule dans les données expérimentales !)


    En dehors des considérations métaphysique on tire de ce discours autorisé:
    Ce n'était pas de la métaphysique, mais de l'explication en français de certains concepts de base de la mécanique quantique...


    Je conseillerai à tous ceux qui lisent ce post de relire attentivement ce qu'est l'énergie cinétique et d'appliquer sa loi à une masse nulle.
    Je suis bien d'accord avec vous.


    Pour faire court, l'énergie cinétique est la quantité d'énergie qu'il faut pour acquérire une certaine vitesse dans un certain référentiel.
    Cette définition est plus ou moins vraie. Disons que donner une définition en français de l'énergie cinétique (et qui soit valable dans tous les domaines de la physique !) est quelque chose de très difficile. Je préfère dire à mes élèves que l'énergie est un concept en physique qui permet de mesurer la capacité d'interaction d'un système avec son environnement, étant donné dans cette définition que se mouvoir est en soi une interaction.

    Ainsi l'énergie cinétique est l'énergie associée au mouvement lui-même et donc à la vitesse de ce mouvement dans un référentiel donné. Cette définition a l'avantage de s'appliquer en toute situation, même pour les systèmes qui ne peuvent être accélérés (ce qui est le cas des systèmes de masse nulle).

    cette énergie cinétique est une fonction du carré de la vitesse dans le référentiel (la loi einsteinienne ne déroge pas a cette règle, la fonction est plus complexe que celle de Newton), et de la quantité de matière dont on veut changer la vitesse.
    Ceci est erroné. En relativité restreinte il n'y a plus proportionnalité avec la vitesse (sinon comment concilier cela avec le fait que la vitesse "c" est indépassable ?).

    Il faut introduire le facteur de Lorentz , et alors l'énergie cinétique est .

    Pour le régime newtonien, où la vitesse v est très faible devant c, un rapide développement limité de l'expression ci-dessus redonne en premier terme (le terme dominant) l'expression bien connue

    Et c'est là où la discussion devient plus délicate et subtile. En effet :

    Il est certain, que sans tomber dans des travers peu rationnels, le produit d'une valeur quelquonque par 0 est par définition 0.
    Ceci est vrai uniquement si la valeur quelconque en question n'est pas infinie. Quiconque a fait un peu de mathématiques sur le calcul de limite sait bien que est une forme indéterminée, pouvant mener tout aussi bien à une limite infinie, nulle ou non-nulle.

    Il faut donc bien regarder ce qui se passe dans le cas où la masse est nulle dans la formule ci-dessus. Au passage :

    L'énergie cinétique d'un photon, est donc le produit de la vitesse de celui-ci par sa masse au repos (?) a travers un calcul dont je vous laisse le soin.
    Quelque soit les contorsions auquelles vous vous prêterez, vous aurez toujours un des termes du produit nul : la masse.
    On en déduit, sans passer par ces phases complexes, que le produit étant toujours nul, l'énergie cinétique d'un photon de masse nulle est nulle.
    Étant démontré que vous partiez d'une formule erronée, tout votre raisonnement tombe à l'eau.

    Partons de l'expression correcte que j'ai fournie (au passage j'invite les sceptiques sur cette formule à regarder n'importe quel cours de relativité restreinte, par exemple ici ) ainsi que de la formule complète de l'énergie .

    Dans cette formule, le premier terme à droite du signe égal est justement le terme d'énergie cinétique relié à la quantité de mouvement (qui n'est donc pas exactement égale à la quantité de mouvement newtonienne p=mv ; cette dernière ceci dit se retrouve à partir de la quantité de mouvement relativiste pour des vitesses faibles devant c en faisant un développement limité). Le second terme est l'énergie de masse que tout le monde connaît et que tout le monde (ou presque) a tendance à confondre avec l'énergie totale du système physique étudié.

    Un système matériel isolé ne peut avoir une énergie totale nulle (cela signifierait qu'il n'interagit pas avec son environnement, même par le mouvement ; cela reviendrait à dire qu'il n'existe pas puisque seul le mouvement ou les interactions avec l'extérieur de lui-même sont le signe de son existence). Cela est en accord avec la définition en français que j'ai donnée de l'énergie plus haut.


    Mais attention ! Ceci ne signifie donc pas qu'un système ne peut pas avoir d'énergie cinétique nulle, ou d'énergie de masse nulle ; ce sont les deux termes simultanément nuls qui sont interdits.
    • Prenons comme hypothèse que notre système va à la vitesse "c" : v = c. Alors si m n'est pas nul, *est infini, ce qui entraîne notamment une quantité de mouvement infinie et par là même une énergie cinétique infinie et une énergie totale infinie : cela n'a aucun sens physique. On doit donc nécessairement en déduire que m=0 pour espérer, grâce à justement l'indétermination , avoir une quantité finie. On se ramène alors à , *et *peuvent avoir une valeur non-nulle.
    • Si l'on prend l'hypothèse inverse, le même raisonnement s'applique : si m=0 la seule manière d'avoir une énergie non-nulle (et donc de parler d'un objet physique) est de prendre v=c

    Tout ceci démontre qu'à partir du moment où l'on mesure une vitesse égale à c dans un référentiel galiléen pour un système donné, alors ce système est de masse nulle.

    Ce qui semble évident a un cerveau normalement constitué, car un objet, fusse-t-il baptisé Photon de masse nulle est un non objet c'est a dire rien.
    Il est visible (sic) que les conclusions ci dessus ne sont pas conformes a la moindre expérimentation.
    Comme démontré ci-dessus, vous êtes ici totalement dans l'erreur.

    D'ailleurs en passant il est curieux de constater un blocaque sur le fait qu'un photon (ou toute autre particule) puisse avoir une masse égale à 0. La masse est une caractéristique parmi tant d'autre d'un système physique, au même titre que sa charge ou son spin par exemple. Or des systèmes de charge électrique nulle cela existe (au niveau élémentaire, le neutrino est un excellent exemple), cela ne choque pourtant personne

    Un objet matériel, une particule, a forcément une masse aussi faible soit-elle.
    Comme démontré ci-dessous, un système physique peut tout à fait exister et posséder une masse nulle (tout comme un système physique peut posséder une charge électrique nulle).
    A quitté FuturaSciences. Merci de ne PAS me contacter par MP.
     


    • Publicité



  6. Gwyddon

    Date d'inscription
    octobre 2004
    Âge
    32
    Messages
    18 609

    Re : Ralentir la lumière

    Maintenant j'ai repéré une autre erreur dans vos écrits, et celle-ci est beaucoup plus importante finalement car c'est une erreur d'unité qui fait que tout ce qui suit est toalement vide de sens :

    Nous connaissons depuis Max Planck la masse du Photon comme l'indique Gwyddon : c'est le quantum d'énergie insécable H.
    On connait H avec une précision diabolique.
    Ceci est complètement faux. La constante de Planck h dont vous parlez n'est pas le quantum d'énergie, mais le quantum d'action (quantité physique peut-être un peu trop abstraite) ou de moment cinétique (quantité physique familière, caractérisant le mouvement en rotation).

    Ainsi, tout ce qui suit :


    Einstein a donc établi une équivalance de la masse et de l'énergie dans sa célèbre formule.
    PLank a établit H comme unité ultime de l'énergie, Einstein l'a baptisé Photon.
    Sa masse est H/C² n'en déplaise aux tenant du Photon virtuel.
    est totalement faux et n'a pas de sens physique, puisque n'a pas du tout la dimension d'une masse.

    Se pose alors le problème de :
    Pourquoi un Photon de masse H/C² se déplace sous nos yeux a C alors qu'a cette vitesse son énergie devrait être infinie?
    Parce que comme démontré ci-dessus, le photon peut avoir une énergie finie à c car il est de masse nulle

    Et son énergie est donnée par Planck et sa formule est sa fréquence (sa "couleur"). Ceci permet d'ailleurs de donner l'expression de sa quantité de mouvement : .


    Evidemment tout ceci :

    La réponse se trouve dans la conjecture suivante qui concilie l'inconciliable sans balayer les fondements de la pensée rationnelle et les règles élémentaires de la physique y compris relativiste.
    Le Photon de masse H/C² ne se déplace pas a la vitesse C.
    L'onde qui le génère s'y déplace elle, mais le Photon est immobile.
    Il apparait régulièremant à la fréquence de son onde génératrice et non porteuse.
    Quand il est onde le photon n'existe pas, quant il se matérialise, l'onde n'existe plus.
    Cette conception ne change en rien les lois de la physique et rejette dans le néant les hypothèses fantaisistes et magiques qui émaillent les publications scientifiques.
    est totalement faux, contrairement aux prétendues "hypothèses fantaisistes et magiques qui émaillent les publications scientifiques".


    Je crains aussi que dans ceci :

    Effets de bord.
    Durant son éphémère existance, le Photon est une particule, il est soumis au champ gravitationnel. Il peut acquérir une vitesse newtownienne ou relativiste qui ne peut excéder la vitesse de propagation de son onde génératrice, respectant ainsi la règle fondamentale de la science: l'effet ne peut précéder la cause.
    C'est durant cette phase que le photon peut changer de direction sous l'influence gravitationnelle, acquérire de l'énergie, en perdre.
    Cette durée est calculable dans l'état actuel des connaissances.
    Je vous laisse les détails des conséquences de cette conjecture , conjecture qui explique la nature duale du Photon et ses caractéristiques quantiques.
    se cache une incompréhension de la relativité générale. En effet celle-ci nous permet de prédire et calculer précisément la déviation de la lumière en présence de gravitation, déviation observée maintes fois et dont l'accord entre l'expérience et le calcul théorique est excellent.

    Or si l'on en reste à la vision de Newton de la gravitation, on ne comprend pas comment le photon, de masse nulle, peut se voir affecté par la gravitation puisque cette dernière est proportionnelle à la masse ?!

    Mais si l'on passe à la relativité générale, cela s'éclaire selon deux manières :
    • d'une part ce qui génère la gravitation c'est l'énergie, et pas seulement la masse (qui n'est qu'une forme d'énergie parmi d'autres)
    • d'autre part, et surtout dans le cas de la déviation, ce qui compte est le fait que l'espace-temps est courbé en présence d'énergie, le photon va alors suivre le chemin le plus court, la "ligne droite" de l'espace courbé. Or cette "ligne droite" est justement courbée (d'où la déviation), on l'appelle une géodésique.

    On a réussi à réconcilier gravitation et masse nulle du photon.


    Enfin pour conclure, deux petites remarques :

    Pour conclure, je ne commenterai que rapidement la phrase suivante:

    C'est quoi des bornes supérieures a une valeur non nulle.
    Vous n'êtes pas obligé de répondre a cette perfide question.
    Cette question n'est pas perfide mais au contraire très intéressante

    Mesurer quelque chose qui a une valeur nulle est impossible expérimentalement, ne serait-ce qu'à cause des incertitudes de mesure et des biais statistiques. Par contre si on fait une mesure d'une quantité A, et que l'on n'observe pas A, on peut dire :
    -> que l'observation est compatible avec A=0
    -> et que si A n'est pas nulle, au mieux la valeur de A est égale à la précision de la mesure effectuée.

    C'est le sens de l'expression "borne expérimentale à une valeur non-nulle" : toute expérience visant à mesurer la masse du photon a montré que cette masse est compatible avec la valeur nulle, n'a pas mis en évidence de masse et la précision de l'expérience permet de dire que si d'aventure cette masse serait non-nulle, alors elle serait inférieure à la précision de la mesure (puisque si elle était supérieure l'expérience l'aurait détectée).

    A l'heure actuelle, cette borne supérieure est de l'ordre de eV ; pour comparaison, un électron a une masse de 511 000 eV.

    Enfin :

    d'ou je sors
    MPhoton =H/c²
    on a:
    E=Hn (Max Planck prix Nobel)
    E=MC² (Albert Einstein prix Nobel)

    on a donc
    Ede_1Photon=H
    M=E/C²
    d'ou
    M_1Photon=H/C²
    Ceci est évidemment faux pour toutes les raisons évoquées le long de ce message. Dans E=Hn, n représente la fréquence d'un photon, et non le nombre de photons d'une onde électromagnétique (ce qui est l'erreur effectuée vraisemblablement).

    Il est aussi très vraisemblable que ce message soit le dernier de ma part dans cette discussion, n'ayant pas un temps infini à consacrer au forum.

    Très cordialement,
    A quitté FuturaSciences. Merci de ne PAS me contacter par MP.
     

  7. invité6543212033

    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    0

    Re : Ralentir la lumière

    Citation Envoyé par Chicanau Voir le message
    Quand a moi, je vais boire mon apéro un peu tiède...

    Cordialement Chicanau.
    Moi aussi je bois mon apéro un peu tiède !
     

  8. physikaddict

    Date d'inscription
    mai 2009
    Localisation
    Danse sur une corde dans une dimension parallele
    Âge
    23
    Messages
    2 002

    Re : Ralentir la lumière

    Citation Envoyé par Chicanau Voir le message
    Les analogies avec les pièces de monnaie a deux faces n'expliquent pas comment une particule onde ait simultanément des caractéristiques et des comportements incompatibles.
    Ce seul point nous sépare pour toujours.
    Il est certain que le singe ne comprendra jamais les concepts supérieurs de l'homme.
    Je resterai ainsi pour toujours mentalement un singe car je n'accepte pas cette dualité simultanée et indiscernable onde/corpuscule.
    Je l'ai baptisée pensée magique car mon intellect ne permettra jamais de conceptualiser votre pensée.
    elle n'est magique que dans mon référentiel limité de singe pensant un peu.
    Ce n'est que l'expression de mon incapacité définitive a accéder a vos concepts supérieurs.
    Merci encore d'avoir fait l'effort, inutile malheureusement, d'essayer de m'expliquer.
    Ne vous inquiétez pas, c'est une réaction parfaitement normale. D'autant plus au "premier contact".

    Alors rassurez-vous, je ne peux résister à la tentation évidente de citer Feynman : "Je crois pouvoir dire sans me tromper que personne ne comprend la mécanique quantique".

    Voila En tout cas, un grand merci à Gwyddon d'avoir pris le temps d'expliquer tout ça !
    Il est plus facile de désintégrer un atome qu’un préjugé. (A.E)
    La matière noire, c'est ce qu'on met quand la matière grise vient à manquer. (Une sage tortue de Savoie)
     

  9. humanino

    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    superplace
    Âge
    37
    Messages
    4 314

    Re : Ralentir la lumière

    Citation Envoyé par Chicanau Voir le message
    La force gravitationnelle n'a d'effet que sur la masse.
    Quid de l'interaction entre une particule de champ (sans masse) et une masse ???
    Le champ gravitationnel couple au tenseur energie-impulsion, et pas a "la masse".

    Et au sujet de nos meres dans le bac a sable : je vous rappelle que le temps ne fait rien à l'affaire.
    "Puisque toute ces choses nous depassent, feignons de les avoir organisees"
     

  10. Cendres

    Date d'inscription
    septembre 2004
    Localisation
    Fresnes
    Âge
    41
    Messages
    17 087

    Re : Ralentir la lumière

    Citation Envoyé par Chicanau Voir le message
    Je me permet de souligner que j'ai l'age (suivant les profils) d'être votre grand père, et que je pratiquais ce monde étrange quand votre mère jouait encore dans les bacs a sable...
    Et alors? Vous êtes informaticien et non physicien, ce me semble. Peu me chaut votre âge.
    N'a de convictions que celui qui n'a rien approfondi (Cioran)
     

  11. myoper

    Date d'inscription
    décembre 2007
    Messages
    27 825

    Re : Ralentir la lumière

    Citation Envoyé par Chicanau Voir le message
    ...il apparait maintenant, que cela fait bien longtemps que cet univers m'est "familier".
    On est encore d'accord, cela fait longtemps ... et il aurait fallu se mettre a jour.
     

  12. mach3

    Date d'inscription
    mars 2004
    Localisation
    normandie
    Âge
    34
    Messages
    9 193

    Re : Ralentir la lumière

    vous ne comprenez vraiment rien...

    Je ressort mon manuel
    h (petit sinon dispute) =6.636 10-34 joules
    non, h=6.636 10-34J.s. Ce n'est pas une énergie, c'est une action, entrez vous bien cela dans le crane

    concernant la masse du photon, je vous invite à lire ceci :

    http://pdg.lbl.gov/2009/listings/rpp...ist-photon.pdf

    ainsi que les références indiquées qui vous expliqueront par quel protocole ces bornes supérieures ont été établies.

    la gravitation n'existe pas, c'est pourquoi le modèle standart ne peut l'intégrer
    faux, c'est juste qu'on ne sait pas encore la traiter quantiquement, mais plein de gens y travaillent.

    il n'existe que des forces répulsives
    pire que faux : contrafactuel. Les charges électriques opposée qui s'attirent vous ne connaissez pas? pas étonnant que vous ne pigiez rien, vous n'avez même pas les connaissances de base de niveau collège...

    m@ch3
    Never feed the troll after midnight!
     

  13. Kawagane

    Date d'inscription
    mai 2009
    Âge
    27
    Messages
    188

    Question Re : Ralentir la lumière

    Comment expliquer que le photons n'ait pas de masse quand on voit des technologies spatiales du type "voile solaire"?

    On parle de "pression de radiation". On peut aussi supposer que l'énergie cinétique provient de particules ayant théoriquement une masse du type Rayonnement α(désintégration atomique)ou bien β(électrons) ?
    Le gamma étant exclu si on considère le photon sans masse.
    C'est quand même merveilleux non ?

    Si les physiciens veulent bien aider mon esprit étriqué de chimiste.

    Cordialement.
     

  14. Gawel

    Date d'inscription
    juillet 2007
    Localisation
    Neuchatel - Suisse
    Âge
    33
    Messages
    2 015

    Re : Ralentir la lumière

    Bonjour,

    Mach3, Chicanau, merci de surveiller votre langage.
    Comme indiqué dans la charte du forum, vos interventions doivent se faire dans le respect des lecteurs et des autres membres avec qui vous discutez (que vous soyez en accord ou non avec eux)

    Chicanau, il s'agit de la deuxième remarque vous concernant pour le même motif. Merci de veiller à ce que cela ne se reproduise plus.

    Bonne journée,
    Gaël pour la modération
    Ing.Dr Conception Mécanique, R&D et Innovation, Horlogerie
     

  15. Kawagane

    Date d'inscription
    mai 2009
    Âge
    27
    Messages
    188

    Wink Re : Ralentir la lumière

    Personne pour répondre à mon intérrogation ?

    Vous me direz, dans le grand collisionneur, on prend un microbe, on l'accélère a 99% de la vitesse de la lumière, il a la masse d'un gros camion,
    Me notions de physique sont toutes relatives mais je doute que la MASSE du microbe en question change même à 300.000km/s.
    Il accumule de l'énergie certes mais pas sous cette forme.C'est d'orde cinétique pas massique F=V*M.

    Il devient pas obèse en plein vol.
     


    • Publicité







Sur le même thème :





 

Discussions similaires

  1. Ralentir un moteur electrique 3V
    Par vad44 dans le forum Électronique
    Réponses: 6
    Dernier message: 02/04/2009, 12h51
  2. Ralentir un moteur 220v
    Par lacane dans le forum Électronique
    Réponses: 4
    Dernier message: 08/02/2009, 22h31
  3. ralentir un moteur ???
    Par astrocloclo dans le forum Électronique
    Réponses: 5
    Dernier message: 23/11/2008, 18h26
  4. Ralentir un pétrin
    Par gibus28 dans le forum Technologies
    Réponses: 20
    Dernier message: 02/09/2008, 22h04
  5. Ralentir PHP ?
    Par guigui-x dans le forum Internet - Réseau - Sécurité générale
    Réponses: 15
    Dernier message: 25/05/2007, 00h55