Répondre à la discussion
Page 1 sur 2 1 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 45

Guérir de la dépression par le sport

  1. #1
    kirikou00236

    Guérir de la dépression par le sport

    Bonjour,

    suite à un passage dépressif, qui en a suivit des crises d'angoisse. Je prend du séropram, pour calmer mes angoisse. J'ai toujours été très distant à la prise de médicament pour guérir des maladies psychiques. J'ai suivis avec difficultés et par contre coeur un psychiatre. Par curiosité et surtout par peur, je me suis renseigné sur la psychanalyse qui franchement rassure pas. je me suis dit comme je suis un complexé et oisif sédentaire. Est ce que ma fragilité psychique et pour beaucoup de gens n'est elle pas du a un manque de confiance, une oisiveté, et des questionnement existentiel tout le tralala. ET là EST ma Question. Le fait d'avoir une hygiène de vie propre, une alimentation saine et faire du sport beaucoup de sport, dont on sait que cela donne confiance en soi, ne serait ce pas là comme une bonne "thérapies". ET que le fait de trop attendre de médicament et de thérapies qui souvent ne marche pas, n'est pas une attente inutile. Même pour les psychotiques, des amis a moi psychotiques, avec un suivi et prise de médoc pratiquait du sport en même temps que son traitement, a connu un changement énorme . Le sport peut être un bon outil de soin? C'est produire de l'endorphine naturellement, réguler le sang. Les scientifiques, sont d'accord et même les médecins le sont aussi c'est un très bon moyen de prévention. Qu'en pensez vous? Merci

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    Rhedae

    Re : Guérir par le sport de la dépression

    Le sport peut être un bon outil de soin?
    Une étude américaine tend à le prouver en effet, et les conclusions de l'étude portait notamment sur des rechutes moins importantes chez les sujets qui pratiquaient un sport, que les sujets traités avec un antidépresseur, mais le problème est que tout le monde n'est pas capable de pratiquer un sport régulièrement surtout dans le cas de la dépression qui altère la motivation. Disons que le réflexe des médecins qui consiste à prescrire un AD , est surement conditionner par un manque structurel de prise en charge de cette maladie par le sport ou plus simplement un incapacité du sujet à pratiquer un sport.

    Sinon la mauvaise hygiène de vie n'est pas la cause du problème, mais plutôt une conséquence de ce genre de maladie. Que se soit la dépression, ou des maladies psychiques plus impressionnantes, comme les état borderline, ou schizophrénique, on constate souvent qu'elles s'accompagne du syndrome de Diogène ou de conduites à risque.
    Dernière modification par Rhedae ; 29/07/2008 à 14h39.
    "Le monde contient bien assez pour les besoins de chacun, mais pas assez pour la cupidité de tous."

  4. #3
    Fuuma

    Re : Guérir par le sport de la dépression

    la prise de médicaments est dangereuse, je ne fais pas du tout confiance aux entreprises pharmaceutiques^^

    Au début 2 ou 3 comprimés ça calme et sa fait du bien ensuite vous enfilez le paquet !

    Existe il une plante qui puisse naturellement augmenté le niveau de dopamine de notre cerveau sans laisser aucun dommages et aucunes dépendances physiques ?

  5. #4
    Jiav

    Re : Guérir par le sport de la dépression

    Citation Envoyé par Fuuma Voir le message
    la prise de médicaments est dangereuse, je ne fais pas du tout confiance aux entreprises pharmaceutiques^^
    Ça a l'air idiot d'être obligé de le dire... Fuuma, les entreprises pharmaceutiques ne sont pas nécessairement des grands méchants qui veulent empoisonner les gens. Maman nature n'est pas non plus une grande gentille qui passe son temps à préparer des potions pour notre plus grand bonheur. Se méfier des premiers plus que de la deuxième est... quelque chose qui m'a toujours surpris.
    The opposite of a deep truth may well be another deep truth. Information is physical.

  6. #5
    Fuuma

    Re : Guérir par le sport de la dépression

    Bonsoir


    ils le disent eux même dans leurs notices " Peut engendrer des troubles de la mémoire"

  7. #6
    kinette

    Re : Guérir par le sport de la dépression

    Bonjour,
    A l'heure actuelle la seule plante ayant montré quelques effets contre la dépression est le millepertuis... et il n'est pas du tout exempt d'effets secondaires.

    Cordialement,
    K
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  8. #7
    myoper

    Re : Guérir par le sport de la dépression

    Bonjour,
    Citation Envoyé par Fuuma Voir le message
    la prise de médicaments est dangereuse, je ne fais pas du tout confiance aux entreprises pharmaceutiques^^
    Oui, les médicaments présentent un risque, c'est la raison pour laquelle c'est un professionnel de la santé formé pour cela qui va te les prescrire, ce n'est pas un labo.
    C'est aussi pour cela qu'on les évalue: on en connait les risques et les avantages et ils ne te seront proposés que si tu en tire un avantage supérieur a ces risques (c.a.d. que tu prendrais un risque plus important en ne les prenant pas).

    Citation Envoyé par Fuuma Voir le message
    ils le disent eux même dans leurs notices " Peut engendrer des troubles de la mémoire"
    Ceux qui vont te proposer des "plantes" ou autres produits ne le marqueront pas car ils n'en ont aucune idée, pas plus que l'(in)efficacité de leurs produits.

    Citation Envoyé par Fuuma Voir le message
    Au début 2 ou 3 comprimés ça calme et sa fait du bien ensuite vous enfilez le paquet !
    La meilleure chose a faire étant de suivre la prescription.

    Citation Envoyé par Fuuma Voir le message
    Existe il une plante qui puisse naturellement augmenté le niveau de dopamine de notre cerveau sans laisser aucun dommages et aucunes dépendances physiques ?
    Citation Envoyé par kinette Voir le message
    A l'heure actuelle la seule plante ayant montré quelques effets contre la dépression est le millepertuis... et il n'est pas du tout exempt d'effets secondaires.
    Exact. Effets secondaires qui ont été moins souvent évalués que ceux des autres anti dépresseurs.
    Quand on trouve quelque chose de "naturel" qui marche, on en prend le principe actif, on le teste, et si le résultat n'est pas probant on ne s'en sert pas. Sinon, on en fait des comprimés parfaitement dosés, avec des effets connus. Ce qui n'arrivera jamais avec les "potions naturelles".

  9. #8
    Fuuma

    Re : Guérir par le sport de la dépression


  10. #9
    myoper

    Re : Guérir par le sport de la dépression

    Il est exact que l'on pense que que les francais consomment trop d'AD, mais surtout trop d'anxiolytiques (d'un autre coté on nous dit que le francais moyen n'a pas le moral. ).
    Meme trop de médicaments en général.
    Ce n'est pas vraiment le sujet mais c'est loin d'etre la principale "ressource" des laboratoires qui n'ont jamais prétendu faire des médicaments gratuits. Ils ne sont pas non plus prescripteurs de leurs produits.
    Il faut savoir aussi que le développement et les essais des molécules représente un coup énorme que seule des firmes avec de gros budgets peuvent supporter (surtout quand la molécule doit etre abandonée).

  11. #10
    kinette

    Re : Guérir de la dépression par le sport

    Bonjour,
    Il est vrai que les français consomment plus d'AD que leurs voisins... on peut trouver ça regrettable, mais d'un autre côté ils ne présentent pas de différence en terme de santé qui pourrait être attribuée à cet usage.

    On sait même que de nombreuses dépressifs manquent de soins, de prise en charge.
    http://www.doctissimo.fr/html/psycho...escription.htm
    La différence entre France et autre partie est en partie culturelle... mais aussi liée à un système de santé plus social.

    De plus, il suffit de lire le dossier sur Doctissimo:
    http://www.doctissimo.fr/html/psycho...seurs_niv2.htm
    pour voir que les antidépresseurs ne sont pas utilisés que contre la dépression... il serait intéressant de voir l'usage de la fameuse "surconsommation" (qui de toute façon est un marronnier qu'on nous ressort régulièrement, avec d'autres, pour illustrer combien le français est un affreux surconsommateur de médicaments qui fait rien qu'à creuser le trou de la sécu).

    K
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  12. #11
    nexus6

    Re : Guérir de la dépression par le sport

    Citation Envoyé par kirikou00236 Voir le message
    Est ce que ma fragilité psychique et pour beaucoup de gens n'est elle pas du a un manque de confiance, une oisiveté, et des questionnement existentiel tout le tralala. ET là EST ma Question. Le fait d'avoir une hygiène de vie propre, une alimentation saine et faire du sport beaucoup de sport, dont on sait que cela donne confiance en soi, ne serait ce pas là comme une bonne "thérapies".
    La dépression arrive lorsque qu'une personne se sent inutile et incapable, à ses yeux ou aux yeux de la société (de sa famille, de son travail).
    Pour avoir une hygiène de vie saine il faut d'abord en avoir envie donc être déjà sortie de la dépression.
    Le seul moyen d'en sortir est de se trouver des buts, des projets d'avenir, ça peut être dans les loisirs, le bénévolat, le sport (qui donne en effet un but), une formation, une reprise d'activité, n'importe quoi qui s'inscrive dans l'avenir.
    Pour augmenter le taux de "bons" neurotransmetteurs, on peut rencontrer des amis (ou s'en faire), rire, sortir, tomber amoureux, séduire, faire du sport (en effet), faire l'amour, s'occuper d'autres personnes ou d'animaux, se promener dans la nature tous les jours (c'est prouvé), et bien d'autres activité "positives".
    Pour calmer les angoisses, rien ne vaut la méditation et le yoga.

    Quand aux médicaments, ils ne guérissent pas de la dépression et créent une dépendance certaine.
    Je n'ai pris qu'une seul fois des anxiolitiques légers et seulement 15 jours (10 jours de prescrits et 5 jours de plus pour réduire la dose petit à petit).
    J'ai eu un mal fou à arrêter ces médicaments qui étaient censés supprimer mes crises d'angoisses : si j'arrête, elles vont revenir ! Un vrai cercle vicieux, j'ai détesté me sentir piégée de cette façon et plus jamais je n'en reprendrait, sans parler de l'effet "légume de canapé".

    Et non seulement les français consomment plus de psychotropes que leurs voisins mais ils ont le moins bon moral, quel est la cause, quelle est la conséquence ?
    Un collectif de médecins s'est créé pour dénoncer cet état de fait :
    trop de prescription sans aucun suivi psychologique, une industrie pharmaceutique qui a tout intérêt à prolonger la dépendance des consommateurs, voir leur état dépressif (car peu de médicaments peuvent être pris sur de si longues périodes par autant de gens), une communication médicales uniquement contrôlée par l'industrie du médicament (les prescripteurs réels sont les industriels, n'en déplaise à certains).
    Et l'industrie n'est pas en manque d'imagination pour trouver de nouveaux débouchés à ses psychotropes, syndrome prémenstruel, syndrome du week-end (essayé mais ça n'a pas marché !), maladies cardio-vasculaires (sauf que les études sont très contradictoires), hyperactivité infantile et tout ça en agissant sur les symptômes visibles et non sur les causes, ce qui a l'avantage de garantir un traitement long, voir à vie.

    http://www.continentalnews.fr/actual...t-on,2188.html

  13. #12
    Rhedae

    Re : Guérir de la dépression par le sport

    Salut Nexus,

    Je suis un peu d'accord avec toi, même si je trouve ton discourt un peu caricatural. Il faudrait pas exagérer et dire que les AD sont la cause d'un mal être généralisé des français, ou poussent les gens au suicide.

    Pour la question des anxiolytiques, c'est effectivement une question qui me trote dans la tete depuis longtemps: pourquoi sont-ils prescrit quasi systématiquement avec un AD à heures régulières, alors que leurs effets se limitent souvent à une durée d'une heure ? Quand j'ai posé la question à mon medecin en lui disant que j'ai rarement des angoisses a heures fixe, il m'a dit, oui en effet , ben je te l'enlève . Et aujourd'hui étant donné que je suis sujet a des crises d'angoisses nocturnes j'utilise ces produits ponctuellement, uniquement quand je sent l'angoisse monter . Ca m'évite de faire venir un medecin de nuit pour qu'il me fasse une injection de Valium .
    "Le monde contient bien assez pour les besoins de chacun, mais pas assez pour la cupidité de tous."

  14. #13
    kinette

    Re : Guérir de la dépression par le sport

    Citation Envoyé par nexus6 Voir le message
    La dépression arrive lorsque qu'une personne se sent inutile et incapable, à ses yeux ou aux yeux de la société (de sa famille, de son travail).
    Pour avoir une hygiène de vie saine il faut d'abord en avoir envie donc être déjà sortie de la dépression.
    Le seul moyen d'en sortir est de se trouver des buts, des projets d'avenir, ça peut être dans les loisirs, le bénévolat, le sport (qui donne en effet un but), une formation, une reprise d'activité, n'importe quoi qui s'inscrive dans l'avenir.
    Pour augmenter le taux de "bons" neurotransmetteurs, on peut rencontrer des amis (ou s'en faire), rire, sortir, tomber amoureux, séduire, faire du sport (en effet), faire l'amour, s'occuper d'autres personnes ou d'animaux, se promener dans la nature tous les jours (c'est prouvé), et bien d'autres activité "positives".
    Pour calmer les angoisses, rien ne vaut la méditation et le yoga.
    Bonjour,
    Cette liste de conseils fait très "yaka"... c'est bien joli mais dans l'application...
    La dépression a une composante génétique avérée: dans certains cas, tu as beau avoir des conditions favorables, une personne fera quand même une dépression...
    D'autre part, c'est bien joli de dire que les gens doivent avoir des habitudes de vie saine... mais le vie n'est pas qu'un joli fleuve tranquille. Les individus, totalement indépendamment de leur volonté, peuvent se retrouver soumis à des stress déclencheurs. On sait, par le modèle animal, que ça laisse des traces dans le fonctionnement du cerveau, quoiqu'on fasse.
    Et rencontrer des gens, faire des activités, etc... j'aimerais bien que tu ailles en discuter avec un dépressif pour comprendre que ce n'est pas si facile (et que ça peut même aggraver la situation si c'est mal mené).

    Quand aux médicaments, ils ne guérissent pas de la dépression et créent une dépendance certaine.
    Le sport aussi crée des dépendances, on peut aussi être dépendant d'interactions sociales, etc...
    Un diabétique est dépendant de son insuline...
    Bref, faut-il se désoler que certaines personnes ne puissent pas se passer d'un médicament, ou se réjouir que le médicament les aide à vivre normalement.
    Évidemment ce n'est pas le cas de toutes les dépressions, mais il faudrait peut-être arrêter de jeter le bébé avec l'eau du bain...
    D'autre part, tous les médicaments agissant sur le psychisme n'ont pas le même effet, c'est stupide de tout mélanger: certains sont connus pour entraîner des dépendances, d'autres non.

    Je n'ai pris qu'une seul fois des anxiolitiques légers et seulement 15 jours (10 jours de prescrits et 5 jours de plus pour réduire la dose petit à petit).
    J'ai eu un mal fou à arrêter ces médicaments qui étaient censés supprimer mes crises d'angoisses : si j'arrête, elles vont revenir ! Un vrai cercle vicieux, j'ai détesté me sentir piégée de cette façon et plus jamais je n'en reprendrait, sans parler de l'effet "légume de canapé".
    Attention à ne pas confondre la dépendance vraie et la dépendance psychique: prendre un médicament pour se rassurer...
    Est-ce le médicament qui est "responsable"? Si on remplace le médicament par un rituel, on observera aussi des gens "dépendants" qui ne veulent pas arrêter car peur que ça recommence...

    Un collectif de médecins s'est créé pour dénoncer cet état de fait :
    trop de prescription sans aucun suivi psychologique,
    Le problème serait-il donc dans la quantité per se consommée, ou bien plutôt dans la qualité globale des soins psy?
    Nos voisins sont-ils meilleurs globalement de ce côté (depuis l'Allemagne, je serais tentée de dire NON).

    une industrie pharmaceutique qui a tout intérêt à prolonger la dépendance des consommateurs, voir leur état dépressif (car peu de médicaments peuvent être pris sur de si longues périodes par autant de gens), une communication médicales uniquement contrôlée par l'industrie du médicament (les prescripteurs réels sont les industriels, n'en déplaise à certains).
    Là faut arrêter la psychose... je vois mal comment l'industrie aurait la main-mise sur les généralistes et psy...

    http://www.eaad.net/fra/our-topic-1.php
    Jeter un oeil sur la répartition des suicides en Europe...
    Pas nécessairement super corrélé aux consommations de psychotropes (par contre la situation économique, le taux de chômage, mais aussi certains aspects culturels...).

    Et l'industrie n'est pas en manque d'imagination pour trouver de nouveaux débouchés à ses psychotropes, syndrome prémenstruel, syndrome du week-end (essayé mais ça n'a pas marché !), maladies cardio-vasculaires (sauf que les études sont très contradictoires), hyperactivité infantile et tout ça en agissant sur les symptômes visibles et non sur les causes, ce qui a l'avantage de garantir un traitement long, voir à vie.
    Donc pour toi, que les personnes ayant des problèmes cardiaques soient aussi souvent dépressives, ce n'est pas un problème et on doit simplement s'occuper du coeur et faire une suivi psy?
    Pareil pour les gens souffrant de douleurs chroniques?
    C'est joliment utopiste de dire qu'on doit agir sur les causes et non les symptômes... d'ailleurs amusant, c'est généralement le discours de gogothérapeuthes qui prétendent avec leur poudre de perlimpimpin agir toujours sur les causes.
    Malheureusement, ce n'est pas toujours si facile...

    Bref, un peu de mesure dans le discours et les pratiques serait une bonne chose (ni utiliser les antidépresseurs pour tout et n'importe quoi, mais ne pas non plus les abandonner, sous prétexte que ça ne soigne pas les causes, ou qu'on en prend trop! La dépression est actuellement sous-soignée, c'est connu, et aller raconter à tort et à travers que ça se soigne en faisant du sport ou de la méditation n'aura pour effet que d'augmenter le nombre de personnes qui, se sentant culpabilisées, ne se soigneront pas).

    Cordialement,
    K
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  15. #14
    myoper

    Re : Guérir de la dépression par le sport

    Tu te doutais bien que ça allait etre relevé . J'appuie fortement Kinette.
    On sait maintenant que la prescription d'AD est délicate chez les adolescents et les jeunes qui sont en train de se construire une personalité mais ça n'a rien a voir avec les adultes.
    C'est très étudié (et on attend pas les labos pour le faire).
    Si soigner la dépression était si facile, on aurait jamais besoin d'avoir recours aux AD.

    Citation Envoyé par nexus6 Voir le message
    Quand aux médicaments, ils ne guérissent pas de la dépression et créent une dépendance certaine.
    Ne pas confondre AD et anxiolytiques qui sont tous deux des psychotropes mais de familles totalement différentes.

    Citation Envoyé par nexus6 Voir le message
    ... une communication médicales uniquement contrôlée par l'industrie du médicament (les prescripteurs réels sont les industriels, n'en déplaise à certains).
    Les médecins sont libres de lire ce qu'ils veulent, pas forcément "la gazette des labos". Si il est vrai qu'il y a une forte dépense promotionelle de la part de ces derniers (environ 20000 € par médecin et par an, en france et ils sont en train de s'apercevoir que c'est de l'argent en grande partie jeté par les fenètres), le médecin est libre de ne pas en tenir compte et a tout un éventail de publications et d'études qui lui permettent de se faire une opinion (libre et éclairée).
    Sachant qu'un médicament arrive sur le marché après avoir suivi une série de tests (meme s'il existe quelques ratés du système). Il n'y va vraiment pas a l'aveugle.
    De plus il est capable de constater, non pas sur un seul cas mais sur l'ensemble de sa patientèle utilisatrice ce que vaut le comprimé en question. Je ne pense pas qu'il poursuive une prescription si il juge son efficacité insuffisante ayant ou trop d'effets secondaires ! (Il ne doit pas etre plus crétin qu'un autre, je crois).

  16. #15
    Fuuma

    Re : Guérir de la dépression par le sport


  17. #16
    myoper

    Re : Guérir de la dépression par le sport

    Rien de nouveau.
    (Qu'en as tu retenu ?)

  18. #17
    Fuuma

    Re : Guérir de la dépression par le sport

    Ils ont un peu survolé le problème des suicides accentué par la prise d'AD :
    Le fait de se donner la mort est un acte difficile psychologiquement, nous avons peur de la mort par instinct !

    les AD jouent ils le rôles de coup de pouce, en supprimant cette peur ?

  19. #18
    myoper

    Re : Guérir de la dépression par le sport

    Citation Envoyé par Fuuma Voir le message
    Ils ont un peu survolé le problème des suicides accentué par la prise d'AD :
    Le passage a l'acte est favorisé en début de traitement, les AD levant l'inhibition (c'est d'ailleur un signe d'efficacité). C'est connu depuis longtemps.
    Pour les dépressions a risque de suicide, un anxiolytique est donc souvent ajouté en début de traitement. Par la suite, l'AD en atténuant les signes de la dépression, ce risque est diminué.
    Il y a plus suicides empéchés que provoqués par les AD.

  20. #19
    myoper

    Re : Guérir par le sport de la dépression

    PS:
    Citation Envoyé par Fuuma Voir le message
    Existe il une plante qui puisse naturellement augmenté le niveau de dopamine de notre cerveau sans laisser aucun dommages et aucunes dépendances physiques ?
    Si on trouve une telle substance (dans les plantes, il y a beaucoup trop de substances et l'augmentation ne sera pas plus "naturelle"), elle aura exactement le meme profil d'effets indésirables qu'un AD dopaminergique. De par son mécanisme.
    On l'a donc trouvé.

  21. #20
    Fuuma

    Re : Guérir de la dépression par le sport

    Citation Envoyé par myoper Voir le message
    Le passage a l'acte est favorisé en début de traitement, les AD levant l'inhibition (c'est d'ailleur un signe d'efficacité). C'est connu depuis longtemps.
    Pour les dépressions a risque de suicide, un anxiolytique est donc souvent ajouté en début de traitement. Par la suite, l'AD en atténuant les signes de la dépression, ce risque est diminué.
    Il y a plus suicides empéchés que provoqués par les AD.
    Oui mais c'est pas un cashton qui peut régler votre situation financière ou social !
    Les émotions disparaissent mais les problèmes a l'origine de la dépression eux persistent.

    C'est en se basant sur ça que je pose ma question !

    Une personne au bord du gouffre peut ne pas se suicidé par peur de la mort(c'est biologique je me trompe pas ?) et c'est la que les AD interviennent peut être en court-circuitant le flux d'émotions que peut provoqué un tel acte !?

    N'oublions pas que les émotions sont des réaction chimique, la peur, l'amour, le stresse...

  22. #21
    myoper

    Re : Guérir de la dépression par le sport

    Citation Envoyé par Fuuma Voir le message
    Oui mais c'est pas un cashton qui peut régler votre situation financière ou social !
    Les émotions disparaissent mais les problèmes a l'origine de la dépression eux persistent.
    On est bien d'accord que l'AD n'agit pas sur la cause.
    Mais refuserait on des antidouleurs pour un cancer ( ou n'importe quoi d'autre), de l'insuline pour un diabètique, un traitement cardiaque, etc ... car ils ne soignent pas la cause et ne font que rétablir un équilibre ?
    A ce compte, énormément de traitements considérés comme indispensables peuvent etre jetés aux oubliettes.
    La plupart du temps les dépression ne sont pas réactionnelles, c.a.d. que tout va bien, pas de problèmes matériels ou sentimentaux, tout pour etre heureux: un coup de tonnerre dans un ciel bleu.
    Doit on laisser les gens souffrir ?

  23. #22
    myoper

    Re : Guérir de la dépression par le sport

    Citation Envoyé par Fuuma Voir le message
    Une personne au bord du gouffre peut ne pas se suicidé par peur de la mort(c'est biologique je me trompe pas ?) et c'est la que les AD interviennent peut être en court-circuitant le flux d'émotions que peut provoqué un tel acte !?
    Il a envie de se suicider avant de prendre les AD. Dans un premier temps le médicament va diminuer son inhibition, lui permettre de faire ce qu'il veut et qu'il ne faisait plus a cause de la dépression (recommencer a mener sa vie ) et c'est la que le risque est maximum, puis l'AD va améliorer l'humeur et diminuer l'envie de suicide.
    En général les dépression les plus graves n'ont pas de causes, le risque de suicide est maximum dans ce cas.
    On peut constater, par exemple, qu'un suicidé qui s'est défiguré définitivement par cet acte, malgré une cause importante supplémentaire, se mettra a s'accrocher a la vie ...

    Citation Envoyé par Fuuma Voir le message
    N'oublions pas que les émotions sont des réaction chimique, la peur, l'amour, le stresse...
    Oui. D'ou l'idée des AD et autres psychotropes ...

  24. #23
    kinette

    Re : Guérir de la dépression par le sport

    Bonjour,
    Un des symptômes de dépression est le manque d'énergie (on observe souvent une hypersomnie et une difficulté à la prise de décision et à l'action).
    Les dépressifs décrivent souvent ça comme une paralysie...
    C'est aussi observé chez l'animal (diminution de l'activité...).
    L'envie de suicide n'est pas pour autant absente.

    Ensuite, comme expliqué par myoper, les AD agissent en faisant sortir de cette phase "amorphe", mais peuvent faciliter par la même le passage à l'acte.
    Il me semble possible que tout autre méthode qui réussirait à agir sur la dépression puisse avoir exactement les mêmes effets...


    Une personne au bord du gouffre peut ne pas se suicidé par peur de la mort(c'est biologique je me trompe pas ?) et c'est la que les AD interviennent peut être en court-circuitant le flux d'émotions que peut provoqué un tel acte !?
    Personnellement je ne pense pas que ce soit la peur de la mort qui empêche un dépressif de se suicider. L'état dépressif (quand il est assez poussé) diminue il me semble au contraire souvent la perception de ce genre de peur, de même que la peur de faire du mal aux proches, celle de souffrir, etc...

    Cordialement,
    K
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  25. #24
    artest

    Re : Guérir de la dépression par le sport

    Alors ,quand a moi je dirai que la bonne méthode de soigner la dépression pas seulement la pratique du sport ,mais aussi la vie sociale et surtout qu'on attend des reconnaises des gens envers nous ,celà absolument va augmenter le morale pour pratiquer du sport et aussi avoir la vie en rose
    salutations.

  26. #25
    nexus6

    Re : Guérir de la dépression par le sport

    Citation Envoyé par kinette Voir le message
    D'autre part, c'est bien joli de dire que les gens doivent avoir des habitudes de vie saine... mais le vie n'est pas qu'un joli fleuve tranquille. Les individus, totalement indépendamment de leur volonté, peuvent se retrouver soumis à des stress déclencheurs. On sait, par le modèle animal, que ça laisse des traces dans le fonctionnement du cerveau, quoiqu'on fasse.
    Bonjour,
    Je n'ai pas dis qu'ils "doivent" avoir une vie saine puisqu'ils ne le peuvent pas tant qu'ils sont dépressifs.
    Pour l'aspect génétique et acquit, je suis tout à fait d'accord, nous ne sommes pas tous égaux devant le stress, ça n'empêche que certaines activité "simples" peuvent avoir un effet bénéfique sur la chimie du cerveau.


    Citation Envoyé par kinette Voir le message
    Attention à ne pas confondre la dépendance vraie et la dépendance psychique: prendre un médicament pour se rassurer...
    C'est bien le problème de ces médicaments, c'est qu'ils sont trop souvent pris "pour se rassurer".
    D'autre part, ce n'est pas parce qu'une dépense est "seulement" psychologique qu'elle n'est pas réelle.


    Citation Envoyé par kinette Voir le message
    Le problème serait-il donc dans la quantité per se consommée, ou bien plutôt dans la qualité globale des soins psy?
    Nos voisins sont-ils meilleurs globalement de ce côté (depuis l'Allemagne, je serais tentée de dire NON).
    Dans le cas de la France, il est clair que la quantité consommée est bien trop élevée ET que les soins psychologiques ne sont pas adaptés, quand il existent d'ailleurs ET que certaines personnes ne devraient même pas avoir ce genre de prescription.
    En tout cas, on ne peux pas nier que de telles quantités ai un impact sanitaire, il ne s'agit pas de petits bonbons au miel...


    Citation Envoyé par kinette Voir le message
    Là faut arrêter la psychose... je vois mal comment l'industrie aurait la main-mise sur les généralistes et psy...
    Il n'y a qu'a regarder le nombre de pubs sur le bureaux des médecins, ceux qui ont le temps d'aller vraiment se renseigner sur un produit sont bien rares.
    Les médecins ne sont pas des imbéciles, mais ont-ils seulement le temps de lire d'autres informations que celles fournies par les labos ? (pendant leurs études ou pendant leur vie professionnelle)
    Sur les visiteurs médicaux
    http://www.prescrire.org/aLaUne/dossierVM.php
    En 2006, l'état en ai encore à faire un rapport avec des "propositions" :
    http://www.senat.fr/rap/r05-382/r05-382.html

    Citation Envoyé par kinette Voir le message
    http://www.eaad.net/fra/our-topic-1.php
    Jeter un oeil sur la répartition des suicides en Europe...
    Pas nécessairement super corrélé aux consommations de psychotropes (par contre la situation économique, le taux de chômage, mais aussi certains aspects culturels...).
    ... Donc pour toi, que les personnes ayant des problèmes cardiaques soient aussi souvent dépressives, ce n'est pas un problème et on doit simplement s'occuper du coeur et faire une suivi psy?
    Pareil pour les gens souffrant de douleurs chroniques?
    En effet, j'ai sans doute exagérer sur le rôle des AD dans le suicide. La perte du statut social (licenciement, handicap, maladie) ou familiale (divorce) sont les principales cause de dépressions graves.
    Maintenant, je n'ai pas dit que trouver la cause suffisait, ni qu'un suivie psy de qualité n'était pas nécessaire, simplement que peu de dépressifs ont droit à autre chose que des médicaments en première et parfois en seule thérapie.


    Citation Envoyé par kinette Voir le message
    La dépression est actuellement sous-soignée, c'est connu, et aller raconter à tort et à travers que ça se soigne en faisant du sport ou de la méditation n'aura pour effet que d'augmenter le nombre de personnes qui, se sentant culpabilisées, ne se soigneront pas).
    Ça se soigne AUSSI avec des alternatives reconnues comme efficaces par le monde scientifique, pourquoi les exclure et les ridiculiser ?

    Cordialement,

  27. #26
    kinette

    Re : Guérir de la dépression par le sport

    Citation Envoyé par nexus6 Voir le message
    Bonjour,
    Je n'ai pas dis qu'ils "doivent" avoir une vie saine puisqu'ils ne le peuvent pas tant qu'ils sont dépressifs.
    Bonjour,
    beaucoup de personnes, même non dépressives, ne peuvent pas si facilement avoir une vie "idéale" (pas pour rien que la dépression touche plus certains âges, certaines catégories professionnelles...).
    Pour la grande part de qualité de vie que ne contrôle pas le dépressif, c'est souvent à la société de se poser des questions, et tenter d'améliorer les choses.

    C'est bien le problème de ces médicaments, c'est qu'ils sont trop souvent pris "pour se rassurer".
    D'autre part, ce n'est pas parce qu'une dépendance est "seulement" psychologique qu'elle n'est pas réelle.
    C'est un gros problème de médecine "pratique" de déterminer à partir de quand le patient a vraiment besoin d'un médicament, et quand il a simplement besoin d'un placebo...
    Les pressions ne sont pas nécessairement seulement du côté des labos pharmaceutiques, le patient aussi peut faire pression pour avoir "son remède". Et j'ai l'impression que sur ce point la culture française joue...
    Je me demande à quel point la France serait en surconsommation par rapport aux autres pays par "faute des médecins et des labos", ou simplement parce que les médicaments coûtent moins cher et le patient en veut.

    Dans le cas de la France, il est clair que la quantité consommée est bien trop élevée ET que les soins psychologiques ne sont pas adaptés, quand il existent d'ailleurs ET que certaines personnes ne devraient même pas avoir ce genre de prescription.
    En tout cas, on ne peux pas nier que de telles quantités ai un impact sanitaire, il ne s'agit pas de petits bonbons au miel...
    En ce qui concerne l'impact sanitaire, c'est joli de dire "on ne peut pas nier", mais si cette surconsommation et si néfaste, on devrait du coup observer des conséquences non?
    Est-ce que quelqu'un aurait connaissance d'une étude sur le sujet?

    Il n'y a qu'a regarder le nombre de pubs sur le bureaux des médecins, ceux qui ont le temps d'aller vraiment se renseigner sur un produit sont bien rares.
    Les médecins ne sont pas des imbéciles, mais ont-ils seulement le temps de lire d'autres informations que celles fournies par les labos ? (pendant leurs études ou pendant leur vie professionnelle)
    Et pourquoi dans les autres pays seraient-ils mieux informés et moins manipulés?

    Maintenant, je n'ai pas dit que trouver la cause suffisait, ni qu'un suivie psy de qualité n'était pas nécessaire, simplement que peu de dépressifs ont droit à autre chose que des médicaments en première et parfois en seule thérapie.
    Pas mal d'études ont montré que les thérapies les plus efficaces sont celles qui combinent AD et thérapie psy.
    Ceci dit, je me demande si dans les autres pays la situation est meilleure en ce qui concerne les thérapies...

    Ça se soigne AUSSI avec des alternatives reconnues comme efficaces par le monde scientifique, pourquoi les exclure et les ridiculiser ?
    Je n'ai ni exclus ni ridiculisé...
    Simplement si on suit ton raisonnement (à faux peut-être, mais je vois le danger de conclusion rapides), le dépressif qui prend des AD pourrait être pris pour un paresseux ou un imbécile qui ferait mieux de se bouger le cul pour faire quelques activités bénéfiques qui le soigneraient sans problème...
    Si c'était si facile!
    Bref, on ne le redira pas assez, beaucoup de dépressifs hésitent à consulter, culpabilisent sur leur état (c'est d'ailleurs généralement lié à la dépression). La dépression (la vraie) est une maladie, ce n'est pas une "déprime passagère". Elle peut laisser des séquelles (fragilisation) et doit être prise au sérieux (ce qui ne veut pas dire nécessairement prise de médicaments, c'est à voir avec le médecin).

    Cordialement,
    K
    PS: je ne pense pas qu'on soit en désaccord profond
    Dernière modification par kinette ; 27/08/2008 à 10h57.
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  28. #27
    myoper

    Re : Guérir de la dépression par le sport

    Citation Envoyé par nexus6 Voir le message
    ça n'empêche que certaines activité "simples" peuvent avoir un effet bénéfique sur la chimie du cerveau.
    Nous sommes tous d'accord.

    Citation Envoyé par nexus6 Voir le message
    C'est bien le problème de ces médicaments, c'est qu'ils sont trop souvent pris "pour se rassurer".
    Oui, mais difficile a contrer.

    Citation Envoyé par nexus6 Voir le message
    D'autre part, ce n'est pas parce qu'une dépense est "seulement" psychologique qu'elle n'est pas réelle.
    Cette dépendance est principalement due au fait que si les AD sont arrétés, la dépression reflambe. Comme un diabète ou une HTA sans traitement.

    Citation Envoyé par nexus6 Voir le message
    Dans le cas de la France, il est clair que la quantité consommée est bien trop élevée ET que les soins psychologiques ne sont pas adaptés, quand il existent d'ailleurs ET que certaines personnes ne devraient même pas avoir ce genre de prescription.
    La quantité consomée est très élevée sans amélioration apparente par rapport aux autres pays. D'accord sur le reste.

    Citation Envoyé par nexus6 Voir le message
    En tout cas, on ne peux pas nier que de telles quantités ai un impact sanitaire, il ne s'agit pas de petits bonbons au miel...
    Voir la réponse de Kinette et peut etre que l'état "moral" des français serait beaucoup plus mauvais si il n'y avait pas cette consommation: impossible de conclure.

    Citation Envoyé par nexus6 Voir le message
    Il n'y a qu'a regarder le nombre de pubs sur le bureaux des médecins, ceux qui ont le temps d'aller vraiment se renseigner sur un produit sont bien rares.
    Les médecins ne sont pas des imbéciles, mais ont-ils seulement le temps de lire d'autres informations que celles fournies par les labos ? (pendant leurs études ou pendant leur vie professionnelle)
    Sur les visiteurs médicaux
    http://www.prescrire.org/aLaUne/dossierVM.php
    En 2006, l'état en ai encore à faire un rapport avec des "propositions" :
    http://www.senat.fr/rap/r05-382/r05-382.html
    Pareil dans tous les pays industrialisés. Si on ne peut nier la part de la pression pharmaceutique, on ne peut l'évaluer. Une grande partie de leurs efforts vise a faire prescrire le produit de leur labo plutot que celui du concurent sans argumenter sur le fait qu'il faudrait oui ou non une prescription. L'influence est dans ce cas nulle.
    D'autre part les médicaments arrivent avec une autorisation dans telle ou telle pathologie, le discours du labo n'y change rien.
    Je n'ai plus les références mais une autre étude a démonté le fait que les labo influencent le volume de prescription (c'est peut etre pour cela qu'il diminuent beaucoup leurs effectifs).
    Les médecins bénéficient, suivant les régions d'une formation indépendante des labos. D'autre acceptent leur financement mais refusent leur présence ni un quelquonque droit de regard sur le contenu.
    Le patient exerce une pression beaucoup plus grande: il veut une réponse concréte, et il la veut maintenant, dans le cabinet. Il n'acceptera pas que des conseils et ira consulter jusqu'a ce qu'il ait une prescription (et vu la densité médicale ...).

    Citation Envoyé par nexus6 Voir le message
    En effet, j'ai sans doute exagérer sur le rôle des AD dans le suicide. La perte du statut social (licenciement, handicap, maladie) ou familiale (divorce) sont les principales cause de dépressions graves.
    Maintenant, je n'ai pas dit que trouver la cause suffisait, ni qu'un suivie psy de qualité n'était pas nécessaire, simplement que peu de dépressifs ont droit à autre chose que des médicaments en première et parfois en seule thérapie.
    Le fait est que l'on manque de psychiatres, que les gens sont réticents (opposés) a y aller, que les psychologues ne sont pas remboursés. Que reste-t'il ? et doit on s'en priver ?
    Les AD ne sont absoluments pas remis en question dans la dépression grave car on sait, entre autre, qu'ils diminuent le risque de suicides. (sinon, il ne seraient pas utilisés).

    Citation Envoyé par nexus6 Voir le message
    Ça se soigne AUSSI avec des alternatives reconnues comme efficaces par le monde scientifique, pourquoi les exclure et les ridiculiser ?
    Personne ne ferait cela, mais une fois le patient informé et (peut etre) convaincu, on fait quoi ?

  29. #28
    nexus6

    Re : Guérir de la dépression par le sport

    Citation Envoyé par kinette Voir le message
    Les pressions ne sont pas nécessairement seulement du côté des labos pharmaceutiques, le patient aussi peut faire pression pour avoir "son remède". Et j'ai l'impression que sur ce point la culture française joue...
    Je me demande à quel point la France serait en surconsommation par rapport aux autres pays par "faute des médecins et des labos", ou simplement parce que les médicaments coûtent moins cher et le patient en veut.
    Et pourquoi dans les autres pays seraient-ils mieux informés et moins manipulés?
    Tout à fait d'accord, la pression des patients français est considérable, ça doit être en effet une question de culture et d'habitudes de consommation qui va bien plus loin que la problématique des AD. On sait bien qu'il est très difficile pour un médecins de négocier une "non prescription" auprès d'un de ses patients (antibiotiques par exemple).
    Mais je suis aussi souvent ressortit de consultation médicale avec des listes de médicaments largement supérieures aux besoins réels et immédiats (antibiotiques par exemple ).

    Citation Envoyé par kinette Voir le message
    Cette dépendance est principalement due au fait que si les AD sont arrétés, la dépression reflambe. Comme un diabète ou une HTA sans traitement.
    Il me semble que la dépendance arrive aussi AVANT l'arrêt, la simple idée qu'on va arrêter un AD peut très bien déclencher une peur "en prévision de".
    Maintenant, je n'ai jamais pris d'AD, mais la plupart des personnes que je connait en on déjà pris, notamment de type SSRIs (les plus prescrits), aucun n'étaient en dépression vraie et ils tous eu du mal à gérer leur consommation, avec comme leitmotiv typique "demain, j'arrête".
    Surtout, la plupart d'entre eux consommaient de l'alcool en plus, ce qui est plus courant qu'on ne le croit, surtout concernant des personnes qui ne sentent pas bien. Es-ce que ce fait (connu) est pris en compte lors des prescriptions ?

  30. #29
    myoper

    Re : Guérir de la dépression par le sport

    Bonsoir,
    Citation Envoyé par nexus6 Voir le message
    Il me semble que la dépendance arrive aussi AVANT l'arrêt, la simple idée qu'on va arrêter un AD peut très bien déclencher une peur "en prévision de".
    Maintenant, je n'ai jamais pris d'AD, mais la plupart des personnes que je connait en on déjà pris, notamment de type SSRIs (les plus prescrits), aucun n'étaient en dépression vraie et ils tous eu du mal à gérer leur consommation, avec comme leitmotiv typique "demain, j'arrête".
    On peut partir du principe que quel que soit le diagnostic, la prescription d'AD les a améliorés (sinon: arret a 2 mois); donc diagnostic, au moins a postériori, de dépression.
    Ensuite l'arret se fait en utilisant des doses dégressives sur 6 a 12 mois (normalement), ce qui devrait permettre de juger tranquillement du bien fondé de l'arrèt ou au contraire de la necessité de les prolonger. (Sans provoquer d'inquiétudes particulieres ni de soucis de "gestion").

    Citation Envoyé par nexus6 Voir le message
    Surtout, la plupart d'entre eux consommaient de l'alcool en plus, ce qui est plus courant qu'on ne le croit, surtout concernant des personnes qui ne sentent pas bien. Es-ce que ce fait (connu) est pris en compte lors des prescriptions ?
    Si j'en juge les réponses faites ici:
    http://www.france5.fr/c-dans-l-air/i...d_article=3336
    Un psy était au fait, l'autre pas vraiment ?
    (du fait de la consommation "en plus" de sa prescription, pas que la dépression est un facteur de consommation supplémentaire).
    En tout cas, ce doit etre pris en compte, mais seul le psy aura le temps de vraiment s'en occuper: on en revient a cette consultation difficile a réaliser.

  31. #30
    caribou.volant

    Re : Guérir de la dépression par le sport

    L'idée est que la pratique régulière d'un sport augmente la libération de sérotonine, neurotransmetteurs impliqués dans l'humeur et les états psychologiques qui y sont liés.

Page 1 sur 2 1 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Guérir De La Paresse ?
    Par luca13 dans le forum Santé et médecine générale
    Réponses: 21
    Dernier message: 24/10/2009, 15h46
  2. [Divers] Peut-il guerir?
    Par Lylia13 dans le forum Biologie
    Réponses: 2
    Dernier message: 04/01/2008, 16h36
  3. Mieux prévenir et guérir l'hiver
    Par Anais Le Bec dans le forum Santé et médecine générale
    Réponses: 1
    Dernier message: 12/12/2007, 16h14