Discussion fermée
Page 1 sur 2 1 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 31

FAQ orientation POST-BAC

  1. #1
    Futura

    Exclamation FAQ orientation POST-BAC

    Bonjour à tous,

    Ceci est une première mouture de la FAQ orientation post BAC, qui comporte notamment une partie prépa presque finalisée, ainsi que différents lien internet concernant l'orientation post-bac.

    Je remercie tous les participants du forum qui ont fait beaucoup pour que cette FAQ puisse voir le jour, et notamment Ithilian_bzh (auteur de la liste de lien), Romain_des_bois (auteur de l'intro et de la partie concernant l'entrée en prépa), sarahvit (auteure de la partie concernant la chimie post-prépa), Darkmind (auteur de toutes les précisions sur la partie TSI), Sharp, Nozferatiel, chrisgir, mort_kahn/triskaël, adrislas, 360n02 et cedric_1012 (pour les précisions sur la filière PT), Baygon_jaune, Nikkau (pour les précisions sur la PSI), Futura (le coordinateur de cette FAQ), Simba_du_31 (auteure de tout ce qui concerne la prépa TB), Ecthelion pour les concours BCPST, Velardinho et zendub pour pharmacie, et j'en oublie sûrement un certain nombre.

    Sommaire
    Voici ce qu'il reste à faire, et j'en appelle à tous ceux qui peuvent s'y atteler :

    * FAQ après-bac voie 1, la fac de science (LMD, les filières, les débouchés, les concours CAPES/Agrég, les Master pro/recherche,quels minima pour certains DEA, etc...) ; la filière bio est achevée.

    * Dans la FAQ après-bac voie 2 (prépa) préciser les concours E3A, CCP et les filières techno (TPC)

    * FAQ après-bac voie 4, filières courtes (DUT,BTS) (et penser à parler des possibilités de poursuivre sur des études longues)

    * FAQ après-bac divers : les admissions parallèles, les différentes passerelles, etc...

    Éventuellement, penser à faire une FAQ particulière sur pilote de chasse ou astro, ce sont des thèmes qui reviennent très souvent, ainsi que toute autre idée qui peut aider (voir le fil en tête du forum orientation à ce sujet où des idées ont été proposées).

    Futura pour Gwyddon(09Jul85)

    PS : N'hésitez pas à ouvrir un nouveau sujet pour participer ; vous pouvez aussi écrire à Gwyddon ou Futura par message privée.

    -----

    Dernière modification par Gwyddon ; 14/10/2007 à 21h16.

  2. Publicité
  3. #2
    Futura

    Introduction - Après le bac, que peut-on faire ?

    En gros, les jeunes bacheliers qui désirent s'orienter vers les sciences ont 4 choix :
    - préparer un DUT-BTS (respectivement Diplome Universitaire de Technicien et Brevet de Technicien Supérieur) ,
    - entrer en faculté de pharmacie / médecine ,
    - entrer en faculté de sciences ,
    - entrer en prépa.

    1. DUT - BTS

    Ce sont des diplômes professionnels en 2 ans, mais continuer ses études reste possible.

    Le DUT et le BTS se préparent en 2 ans. Le DUT se prépare en IUT (Institut Universitaire de Technologie) et le BTS en lycée. Que ce soit BTS ou DUT, l'ambiance et les exigences seront proches de celles du lycée : petites sections, devoirs à rendre régulièrement ...

    Le BTS et le DUT sont des diplômes professionnels : ils permettent de trouver un emploi à la sortie. Mais les possibilités de continuer ses études sont fortes. On peut suivre une année de spécialisation (qui ne compte pas comme une année de plus d'études : on est toujours bac+2), une licence professionnelle, une licence, ou poursuivre en école d'ingénieurs - tout cela si acceptation bien sûr. Se référer à après-bac voie 4.


    2. Médecine / Pharmacie : le barrage du concours

    Les études de médecine et de pharmacie attirent beaucoup de bacheliers, surtout scientifiques. La première année (PACES) est uniquement consacrée à la réussite du concours. Le numérus clausus fixe chaque année le nombre d'admis en deuxième année.
    PACES permet de poursuivre en
    - médecine
    - pharmacie
    - Dentaire
    - Maïeutique (sage femme)
    - Kiné (suite à la réforme du concours d'entrée en école de kiné, la majorité des places sont réservées aux élèves de PACES.)

    Le pourcentage d'admis en deuxième année oscille autour de 30% en pharmacie ou en médecine. C'est la position au concours qui détermine le choix ou non de l'orientation en deuxième année. Les reçus-collés (moyenne au concours mais non admis) ont souvent une équivalence avec la première année de fac en sciences de la vie.

    Les études de pharmacie peuvent mener à la recherche (comme les études de médecine) mais aussi à l'ingéniérie. Mais là aussi tout se décide en fonction du classement, et la priorité est donnée à la formation du pharmacien (ou du médecin). Se référer à après-bac voie 3.


    3. La faculté de sciences

    Il faut être honnête : la fac de sciences souffre d'une très mauvaise réputation en France où dit-on on ne travaille pas beaucoup, et qui n'aurait pour ambition que de former des professeurs et des chercheurs. Ces on-dits donnent une mauvaise image de la fac des sciences, à laquelle il faudrait préférer la prépa. La fac permet un enseignement de très haut niveau, mais les étudiants doivent être autonomes et motivés : personne ne les poussera à travailler...

    Elle est la voie principale pour le professorat et la recherche (hors ENS bien sûr) mais aussi une voie essentielle pour les futurs ingénieurs (qui choisiront de passer un Master Professionnel – Bac+5 – ou de rejoindre une école d'ingénieurs entre la L2 et le M1). Sans compter les DESS professionnalisant bien entendu. Se référer à après-bac voie 2.


    4. Les classes préparatoires (CPGE) scientifiques

    «Réservées uniquement aux excellents élèves» nous dit-on toujours. Pourtant les classes prépas se sont sérieusement démocratisées, et il est aujourd'hui plus facile d'en intégrer une. Elles s'étalent sur deux ans, voire trois : première année : sup, et deuxième année : spé. L'objectif est simple : les concours au bout des deux ans. L'enseignement se déroule en lycée, et les élèves sont très encadrés. Le volume de travail est très important et demande une très grosse motivation pour résister à la pression qui n'est pas, contrairement à la réputation, toujours si néfaste. Se référer à après-bac voie 1.
    Dernière modification par vep ; 10/07/2016 à 07h27. Motif: correction PACES

  4. #3
    Futura

    Liens utiles traitant de l'orientation post-bac

    Voici une première version d'une liste de sites utiles à consulter pour les jeunes en mal d'orientation.

    Quelques remarques préliminaires :

    1- Vous pourrez constater que la partie consacrée aux prépas est la plus longue : d'abord parce que je connais le sujet , mais aussi parce que des recherches sur Google ou Futura-Sciences n'ont pas donné beaucoup de sites pertinents pour les autres formations (sauf si des sites de cours payants pour la PCEM1 sont des sites pertinents... Cela reste à prouver)

    2- Il manque des sites pour les prépas intégrées, car je ne sais pas quel sera leur futur statut dans la FAQ...

    3- N'hésiter pas à rajouter des liens qui vous paraissent intéressants ou pertinents !


    1 - Sites généralistes d’orientation

    - http://www.onisep.fr : site généraliste de l’éducation nationale pour l’orientation (une référence)
    - http://www.education.fr et http://www.education.gouv.fr : idem
    - http://www.orientation.ch : idem pour la Suisse
    - http://www.orientation.be : idem pour la Belgique
    - http://www.educationcanada.cmec.ca/FR/home.php : pour le Canada


    2 - Sites pour la voie Prépas-Ecoles d’ingénieurs


    2.1 - Sites généraux :

    - http://www.admission-postbac.org : le site de l’Education nationale pour l’admission en prépa
    - http://www.scei-concours.org : le portail de l’éducation nationale pour l’intégration en école d’ingénieur. LE site incontournable, toutes les informations concernant les concours sont disponibles sur ce site (centrale, ccp, mines, etc...)
    - http://www.concours-agro-veto.net : le site des concours BCPST
    - http://tsifrance.free.fr : un site très bien fait décrivant la prépa TSI (source de beaucoup d'informations de cette FAQ à propos de cette filière)
    - http://www.orientation.ac-versailles...ques_TB_v2.pdf : un site d'informations sur la prépa TB (merci Simba_du_31 !)
    - http://www.sup.adc.education.fr/supweb/etb/ei/ing.htm : liste des écoles d’ingénieur habilitées par l’Education nationale
    - http://www.prepas.org/accueil.htm : site des professeurs des classes prépas (programmes…)
    - http://www.delleo.com : portail des étudiants de Cergy (cela peut toujours servir...)

    Organismes écoles d'ingénieurs:
    - http://www.cdefi.fr/
    - http://www.cge.asso.fr/


    NB : Pour les concours d’entrée à Polytechnique et aux ENS, se référer aux liens des écoles (fait pour éviter les redondances).


    2.2 - Sites des écoles accessibles après prépa

    * Filières MP, PC, PSI, PT, TSI :

    - http://www.polytechnique.fr : site de l’Ecole Polytechnique
    - http://www.ens.fr : site de L’ENS Ulm
    - http://www.ens-lyon.fr : site de l’ENS Lyon
    - http://www.ens-cachan.fr : site de l’ENS Cachan
    - http://www.espci.fr : site de l'ESPCI (Ecole Supérieure de Physique et Chimie Industrielle de la ville de Paris) (concours X-ESPCI en PC)

    Concours commun Mines-Ponts :

    - http://www.ensmp.fr : site des Mines de Paris
    - http://www.enpc.fr : site des Ponts et Chaussées
    - http://www.supaero.fr : site de Supaéro
    - http://www.ensta.fr : site des Techniques Avancées
    - http://www.enst.fr : site de Télécom Paris
    - http://www.emse.fr : site des Mines de St Etienne
    - http://www.mines.u-nancy.fr : site des Mines de Nancy
    - http://www.enst-bretagne.fr : site des Télécoms Bretagne

    Concours commun Centrale Supélec :

    - http://www.ecp.fr : site de Centrale Paris
    - http://www.ec-lyon.fr : site de Centrale Lyon
    - http://www.ec-lille.fr : site de Centrale Lille
    - http://www.ec-nantes.fr : site de Centrale Nantes
    - http://www.supelec.fr : site de Supélec
    - http://www.supoptique.fr : site de Supoptique
    - http://www.egim-mrs.fr : site de « Centrale Marseille »
    - http://www.iie.cnam.fr : site de L’IIE
    - http://www.ensea.fr : site de l'ENSEA (Ecole Nationale Supérieure de l'Électronique et de ses applications)

    Concours commun Polytechnique :

    La liste suivante ne vise pas l’exhaustivité (50 écoles accessibles), mais répertorie les écoles qui reviennent le plus dans les discussions.
    - http://www.st-cyr.terre.defense.gouv.fr : site de St Cyr
    - http://www.ensica.fr : site de l’Ensica
    - http://www.enac.fr : site de l’Enac
    - http://www.inpg.fr : site des écoles de l’INP Grenoble

    Concours E3A et banque PT :

    - http://www.paris.ensam.fr : site des Arts et Métiers


    * Filière BCPST :

    - http://www.inapg.fr/spip/ : site de L’Inapg
    Sinon, consulter le site des concours BCPST


    3 - Sites pour la voie Médecine-Pharmacie

    Pas de site général là-dessus par l’éducation nationale, il faut voir académie par académie (ou par université), sur http://www.education.gouv.fr

    - http://www.remede.org : portail d’étudiants en formation médicale
    - http://www.aventispharma.fr/ : formations médicales

    - http://www.tutorat-medecine-lille.com (pour les lillois)
    - http://www.anatomie-humaine.com/osteo/menu-osteo.html (pour l'anatomie)

    - www.anemf.org
    - www.e-carabin.net (site complet)
    - http://www.anemf.org/spip.php?rubrique362298 (autre lien de FAQ)


    4 - Sites pour la voie Fac de Sciences


    Là encore, il s’agit de se renseigner sur www.education.gouv.fr par académie ou par faculté.

    - http://www.eurosciences.org : petit site sympa sur les études de sciences à la fac (le mieux que j’ai trouvé pour l’instant).


    5 - Sites pour la voie BTS-DUT


    Voir par académie principalement.

    Des liens utiles pour le BTS ATI (Assistant Technique Ingénieur) :
    • http://www.btsati.org : un site très complet présentant de manière générale le BTS (profil de formation, atout professionnel, débouchés, etc...) et présentant la spécialité ATI (avec le programme de formation et des informations sur les stages).

      Un grand merci à chaverondier pour ce lien !
    • http://fr.wikipedia.org/wiki/Brevet_...ing%C3%A9nieur : la page de Wikipedia décrivant le BTS ATI.
    Dernière modification par Gwyddon ; 14/10/2007 à 21h12.

  5. #4
    Futura

    Les CPGE scientifiques : 1 - Présentation des prépas

    Les CPGE (ou Classe Préparatoires aux Grandes Écoles) sont plus souvent dénommées classes prépas. Elles sont une formation d’au minimum deux ans, au sein de lycées d’enseignement général ou technologique, dont le but est de préparer les élèves en vue d’un concours permettant d’intégrer les écoles d’ingénieurs : Centrale, Mines, Polytechnique, etc..., tout le monde a déjà entendu ce genre d’écoles. Mais la prépa permet aussi de préparer à d’autres écoles moins prestigieuses mais tout aussi intéressantes, ce qui fait que c’est une voie qui n’est pas réservée exclusivement à une “élite” : toute personne un tant soit peu motivée et ayant des notes correctes, prête à faire des efforts, peut s’inscrire en prépa et y réussir. A l’issue de la prépa, et puis de la fomation en école, c’est le métier d’ingénieur, avec toute sa complexité, qui vous attend. (hormis les quelques élèves qui rentrent dans une ENS, voir la section concours pour plus de précisions). Si votre objectif est l’enseignement, ou la recherche et que vous ne vous sentez pas capable d’entrer en ENS (ou que vous pensez que la prépa n’est pas faite pour vous), il est bien plus profitable d’aller en faculté. Il en est de même pour les études courtes, qui nécessite plutôt un passage par les IUT. Voir la section de la FAQ concernant la faculté et les IUT pour plus de précisions.

    Le rythme de travail est très intense, il faut donc être prévenu. Par contre, il est erroné de voir en la prépa un “bagne” où les élèves sont condamnés à travailler 24 heures par jour. Comme dans toute formation, l’ambiance peut être excellente ou exécrable, tout dépend des élèves. Mais il n’existe pas de lycées “de tueurs” et de lycée “de glandeurs”. L’ambiance est studieuse, mais cela n’empêche pas une vie en dehors des cours. Mais il est généralement vrai que la masse de travail ne permet pas d’avoir une vie aussi débridée que souhaitée.

    Une des particularités de la prépa vis-à-vis du lycée et dans une moindre mesure du premier cycle en université est la présence de “colles”. Ce sont des interrogations orales, d’une heure, qui ont lieu chaque semaine et dont le contenu varie en fonction de la filière. Elles préparent aux oraux des concours.

    La préparation aux concours se fait donc sur un minimum de deux ans : une première année (maths sup) que l’on ne peut pas redoubler, et une deuxième année (maths spé), année du concours se terminant en mars, les concours démarrant en avril. Cette année peut se redoubler en cas d’échec aux concours ; ceux qui ne sont pas redoublants sont dénommés 3/2, les redoublants étant dénommés 5/2.

    Il est possible, dans des circonstances très exceptionnelles (maladie par exemple) de faire “7/2”, c’est à dire de redoubler une seconde fois. Mais d’une part c’est très rare, d’autre part peu de lycées acceptent un tel redoublement, et il se fait souvent dans des établissements privés.
    Dernière modification par Futura ; 19/08/2005 à 13h39.

  6. #5
    Futura

    Les CPGE scientifiques : 2 - Les différentes filières

    Il existe 8 filières différentes en 1ère année, et 9 en seconde année. Chacune sont détaillées dans ce qui suit.


    2.1 La filière MPSI/MP :

    C’est une filière qui fait la part belle aux mathématiques. Elle est considérée comme la plus prestigieuse de toutes les filières prépa, et il est indéniable qu’elle attire les meilleurs élèves. L’enseignement en mathématiques se fait à raison de 12 h par semaine officiellement, mais dans certaines prépas il atteint plutôt 14h voire 16h. Il est assez théorique, et se divise en algèbre, analyse et géométrie (schématiquement).

    La physique est la seconde matière principale., enseignée à raison de 8h par semaine. L’enseignement de la physique est lui aussi assez théorique, et centré sur la mécanique classique (du point et du solide), l’électromagnétisme, la thermodynamique. Un enseignement de chimie est aussi inclut dans ce volume horaire, comprenant essentiellement de la chimie inorganique (se référer au programme officiel disponible sur http://www.prepas.org pour de plus amples précisions).

    Cette filière recrute uniquement les bacheliers scientifiques, et la spécialité de terminale n’a aucune importance.

    A noter : cette filière comprend un enseignement de SI (voir PTSI/PT pour plus de renseignements), qui peut être remplacé à la fin du premier semestre par l'informatique (au choix du candidat). Garder la SI permet en fin de première année de s'orienter soit en PSI, soit en MP (avec SI), tandis que son abandon au profit de l'informatique entraîne obligatoirement l'élève vers la MP. Voir la section consacrée à l'informatique (partie II) pour plus de précisions.


    2.2 La filière PCSI/PC :

    Cette filière se veut plus expérimentale que la filière MPSI/MP . Son prestige est quasiment équivalent à cette dernière. L’enseignement en mathématiques y reste essentiel, mais comporte des parties manquantes par rapport au programme de MPSI/MP (notamment en algèbre générale). L’enseignement en physique y est très poussé, et comporte notamment de la mécanique des fluides, ce que ne possède pas la filière MPSI/MP. De plus, les travaux pratiques y ont bien plus d’importance, et constitue un aspect non-négligeable le jour du concours.

    La chimie est LA matière de cette filière. Elle est distincte de la physique dans son enseignement, dispose de travaux pratiques propres, et d’un volume horaire assez conséquent. Elle comprend deux parties principales : la chimie organique, et la chimie inorganique (thermochimie, chimie des solutions, cristallographie, etc...).

    Cette filière recrute uniquement les bacheliers scientifiques, et la spécialité de terminale n’a aucune importance.

    Il est bon de savoir que les deux filières ci-dessus (MPSI et PCSI) sont celles donnant accès à tous les concours (quelques concours sont spécifiques à la filière PC cependant).


    2.3 La filière PTSI/PT :

    Cette filière est bien plus méconnue que les deux précédentes. Pourtant, elle mériterait plus d’attention, tant ses potentialités sont fortes. L’enseignement y est plus technologique que dans les deux filières précédentes, et donne un aperçu du métier d’ingénieur au travers d’une matière que peu, en sortant de terminale, connaissent : les Sciences de l’Ingénieur ou SI, qui comprend du dessin industriel, l’étude de systèmes industriels, etc...

    Il n’empêche que les mathématiques et la physique ont toujours autant d’importance !

    Cette filière recrute uniquement les bacheliers scientifiques, et la spécialité de terminale n’a aucune importance. Toutefois, il est quand même assez avantageux d’avoir fait un baccalauréat S option SI ; néanmoins, cela ne signifie pas du tout que les bac SVT sont voués à l’échec, loin de là !


    2.4 La filière TSI :

    La prépa TSI (Technologies et Sciences Industrielles) est la prépa technologique par excellence ! (7h de technologie par semaine).

    Cette filière recrute uniquement les bacheliers technologiques :
    • - STI de spécialités :
    Génie Electronique - Génie Électrotechnique - Génie Mécanique - Génie des Matériaux
    Génie Civil - Génie Énergétique
    • - STL de spécialités :
    Physique de laboratoire - Procédés industriels

    Bien que le niveau soit différent des filières MP ou PC par exemple, il est vrai que les concours restent exigents, les programmes très chargés et que vous devrez consacrer beaucoup de votre temps libre au travail personnel.

    Voici l'emploi du temps de cette filière, hors colle :
    • Mathématiques : 10h
    • Physique/Chimie : 8h
    • Génie électrique : 3h30
    • Génie mécanique : 3h30
    • Français : 2h
    • Langue vivante : 2h
    • TIPE : 2h
    • Informatique : 1h
    • Devoirs Surveillés : 4h

    Les candidats doivent être dotés d'un minimum de capacités de travail et d’une réelle motivation, mais il arrive que la réussite se joue parfois aussi grâce aux disciplines littéraires (français, langues ...). Il n’est pas nécessaire d’être un élève surdoué de terminale pour effectuer une scolarité en TSI mais il faut par contre de la ténacité et de la volonté comme dans toutes les prépas !


    2.5 La filière ATS :

    Cette filière est de création très récente (1997), ouverte aux titulaires d’un BTS. Elle dure un an, et donne accès à plusieurs écoles d’ingénieurs comme l’ENSAM (Arts et Métiers) où Centrale Nantes.

    Les 25 écoles de ce concours offrent chaque année près de 250 places par le biais de cette filière.

    Avant tout chose: Cette prépa n'est pas une "sous-prépa", elle mérite et doit, au même titre que les autres classes préparatoires, recevoir le titre de CPGE, même si le niveau final atteint par les élèves n'a pas grand chose en commun (moins élevé en Maths Physique Chimie, mais plus complet en SI).
    Les élèves d'ATS sont considéres comme 3/2 (utile pour remplir ses dossiers d'écoles).

    Cette filière a pour but de donner la possibilité aux titulaires de DUT & BTS d'avoir un niveau tendant à se rapprocher de celui ses prépas classiques (maths sup maths spé). En effet, même si bon nombre d'écoles d'ingénieurs rentrent les DUT, et à moins forte raison des BTS, en admission parallèle, il existe cependant un certain fossé avec les autres élèves, qu'il faut combler par un travail intense. C'est pour éviter ce genre de désillusions que l'ATS (pour Adaptation Technicien Supérieur, ou Aptitude Technicien supérieur) a été créée.

    Les enseignants sont de très bonne qualité et réellement motivés, ça doit se vérifier au niveau national. De vrais profs de prépa !


    L'enseignement et les horaires :
    • 10h de mathématiques, 4h de cours + 6 de TD : complexes, développement limités, une grosse partie d'algèbre linéaire qui dure 4 mois, études de fonctions, suites etc... Le programme balaye beaucoup de notions vues en PCSI/PTSI, pour donner un ordre d'idée, se référer donc aux programmes de PCSI/PTSI.
    • Physique/Chimie, 5 de Cours, 3 de TD, 2 de TP*: mécanique du point, électrostatique, électromagnétisme, magnétisme, optique géométrique, thermodynamique ; chimie nucléaire, réaction d'oxydo-réduction, réactions acido-basiques, chimie de l'eau
    • Anglais, 2h de cours, 1h de TD : on revoit tout depuis le début
    • Français, 2h de cours, 1 de TD : dissertations et commentaires sur le thème donné par l'Éducation Nationale à toutes les CPGE
    • Génie Mécanique, 4h de cours (quelques TP) : cinématique, statique et dynamique du solide ainsi qu'un peu de technologie (conception mécanique)
    • Génie Électrique, 4h de cours (quelques TP) : ALI, automatisme, amplificateurs opérationnels, filtres, machine à courant continu
    • EPS: 2h par semaine : défouloir intégral
    • Informatique (optionnel) : langage C

    Les écoles peuvent être demandées sur dossier comme après un DUT BTS: ENI,UT,INSA,ENSHEEIT [...]
    sur concours spécial: ENAC (ingénieur électronique embarqué), Supélec
    Sur concours ATS: Centrales Nantes et Lille, ENSMA,ENSAM,Polytech's,ENIVL,E NSEA,ECE,ESTPetc...
    Sur concours DUT/BTS de l'ENSEA: ENS Cachan, ENSAM, ECE, ENSEA, ESTP (selon le DUT obtenu)

    L'avis d'un élève d'ATS : La prépa ATS ça met le couteau sous la gorge après deux ans de DUT ou BTS ou on vous a surtout appris à faire la fête, et j'exagère à peine.
    En Maths et Physique il y a un vrai bon gros niveau et ça fait plaisir d'enfin réapprendre des choses. C'est un peu le marathon au rythme du sprint, en gros 25 semaine pendant lesquelles on reste tête dans le guidon. Ca paye presque toujours puisque 90% des élèves sont placés en école d'ingé. Et ceux qui restent réussissent très bien à la fac !


    2.6 La filière TB :

    La prépa TB (Technologie et Biologie) recrute sur les bacheliers technologiques essentiellement : filière STL, BGB, STAE et STPA. Elle a été créée en 1977, afin de préparer les futurs ingénieurs agronomes. La TB ouvre aussi les portes à certaines écoles vétérinaires. Il existe trois lieux en France pour la prépa TB : Paris (pas de logement), Strasbourg (internat), Toulouse (studio alloué automatiquement aux TBs). Il y a donc environ 90 places en France.

    Le niveau requis est moins élevé que les autres filières car la prépa TB est très peu connue. Il faut bien entendu fournir un travail régulier et intensif, comme toute autre prépa mais rien d'insurmontable. L'anglais est obligatoire.

    Voici l'emploi du temps de cette filière, hors colle (2 à 3h par semaine) :
    • Mathématiques (trigo, algèbre linéaire, géométrie, etc...) ; le programme est prévu pour que les bacheliers technologiques rattrapent rapidement le niveau des S : 6h
    • Physique/Chimie : 6h
    • Biochimie et Génie Biologique (génétique, enzymologie, chromatographie, microbiologie, etc...) : 6h
    • Biologie (animale, végétale, un peu de géologie - rien en comparaison du programme de BCPST en géologie) : 6h
    • Français : 2h
    • Anglais : 2h
    • TIPE (pas de partie expérimentale en TB) : 2h
    • Informatique : 1h
    • Géographie : 4h

    Attention ! Au concours TB, toutes les matières ont le même coefficient, donc ne négligez pas le français et l'anglais !

    En ce qui concerne le devenir des élèves, les deux années précédentes, 25/50 intègrent une INA, ENITA, ENSA ou ENV. En école, il y a de tout (échecs comme réussite, exemple à l’INAPG ou en ENV).

    Il est tout à fait possible de bifurquer à la fac en deuxième année plutôt que d’aller en spé, et la première année n’est pas perdue pour autant car elle permet d’avoir des bases solides pour l’enseignement universitaire.


    2.7 La filière TPC :

    (A compléter)

    Bacheliers STL spé physique ou chimie, vous pouvez faire une prépa TPC (Technologie, physique, chimie). Elle vous prépare aux écoles d'ingénieurs spécialisées dans la chimie.


    2.8 En seconde année, la PSI :

    Cette filière n’existe qu’en deuxième année de classe prépa, et recrute sur les MPSI, PCSI et PTSI. Elle offre un enseignement en SI légèrement plus poussé que dans la filière MPSI (2h de TP par semaine en plus), un peu moins que dans la filière PTSI, et un solide enseignement en mathématiques et en physique (deux matières qui restent les matières principales). Le programme en physique est quasiment le même qu'en PC (ils ont en plus de la thermodynamique qui rentre à la fois en physique et en chimie), mais en PSI il y a d'autres choses (moteurs à courant continu, asynchrone, etc..., et des petits détails) plus orientées ingénieur (comme le voulait la vocation première de cette filiière, qui était de proposer un enseignement plus adapté au futur métier d'ingénieur).

    Elle attire généralement des élèves d’un niveau moyen à bon dans d’autres filières avec un bon potentiel en SI, et qui parviennent à travers cette filière à obtenir de bonnes écoles. Il y a quelques années, il était courant que des élèves qui auraient été limites d'avoir Polytechnique en MP/PC l'obtenaient sans problèmes à travers la PSI, mais il apparaît de nos jours que cet avantage s'estompe, et qu'il y ait des fluctuations d'une année sur l'autre. En définitive, la PSI s'est maintenant imposée dans le paysage préparationnaire (elle est de création récente) aux côtés des filières plus traditionnelles telles que la PC ou la MP.


    2.9 Une voie d'accès particulière menant à la PSI : la filière PCSI/PSI :

    Dès l'entrée en PCSI, on peut choisir entre chimie et SI. Le second choix mène automatiquement à la PSI en seconde année, le premier à la PC. Se référer à la section PSI pour les détails la PSI.


    2.10 La filière BCPST :

    Filière Biologie, Chimie, Physique et Science de la Terre, anciennement dénommée prépa agro, elle prépare aux écoles d’agronomie et aux Écoles Normales Supérieures en biologie et sciences de la terre.

    L’enseignement comprend des mathématiques poussées, et comprenant des statistiques et des probabilités (ce que n’ont pas les filières citées plus haut), de la physique (assez proche de l’enseignement de PCSI, en moins poussé même si les notions enseignées sont à peu près les mêmes) ainsi que de la biologie (dont le programme est chargé : biologie végétale, physiologie humaine, biologie cellulaire....) et de la géologie.

    Depuis peu, cette filière permet aussi de présenter les concours d’entrée dans les écoles vétérinaires (les prépas véto ayant disparu).

    Elle recrute des bacheliers scientifiques de toute spécialité (mais bien sûr il faut avoir fait SVT en terminale, ainsi les bacheliers S - SI ne peuvent aller en BCPST, sauf cas très exceptionnel), ceci dit la spécialité SVT est souvent la plus représenté.
    Dernière modification par Gwyddon ; 09/03/2008 à 18h43. Motif: Addendum proposé par Darkmind :) - et puis par Simba_du_31 :) - modif, merci Boson_de_Higgs

  7. #6
    Futura

    Les CPGE scientifiques : 3 - Quid du français et des langues ?

    Le programme de CPGE comprend un enseignement obligatoire de français/philosophie de deux heures par semaine ainsi qu’un enseignement de langue vivante de deux heures par semaine.

    L’importance de ces matières aux concours est non-négligeable. En effet, les candidats (hormis les très brillants), ont souvent un niveau équivalent en sciences, et les matières littéraires les départagent. Il ne faut donc pas négliger ces dernières, et attention aux notes éliminatoires dans certains concours !

    L’enseignement du français comprend une préparation au résumé et à la dissertation. Il repose sur l’étude de 3 œuvres obligatoires en relation avec un thème annuel. Les professeurs (et les élèves ! ) ne s’interdisent pas, bien entendu, des références à d’autres œuvres ; mais il est obligatoire au concours qu’une copie contienne une référence au moins aux trois œuvres obligatoires lors des dissertations, qui sont souvent le lieu d'une comparaison entre les 3 oeuvres à propos d'un questionnement en rapport avec le thème de l'année. Il est aussi organisé des colles de français dans l’année, à raison d’une par trimestre, préparant à l’analyse et au commentaire d’un texte donné en préparation le jour de l’épreuve, sans lien a priori avec le thème de l’année.

    L’enseignement des langues comprend une préparation aussi bien écrite qu’orale (une colle tous les 15 jours). Il s’appuie sur l’étude de la grammaire, l’enrichissement du vocabulaire, le suivi de l’actualité des pays concernés, et se traduit par des épreuves de version, thème, thème-contraction (résumé d’un texte français dans la langue étudiée) ainsi qu’expression écrite. Le niveau requis le jour du concours est bien plus élevé que le niveau considéré comme bon à l’épreuve du baccalauréat, c’est pourquoi il est important de prendre au sérieux les cours dispensés par les professeurs de langue.
    Dernière modification par Futura ; 19/08/2005 à 13h38.

  8. #7
    Futura

    Les CPGE scientifiques : 4 - Le mystère de l’étoile, LV2, informatique et TIPE

    4.1 Les classes étoilées :

    En deuxième année, deux classes dans une même filière existent (exceptés en TSI, ATS,TB, TPC et BCPST) : les classes étoilées et les classes non-étoilées.

    Les MP*, PC*, PT* et PSI* regroupent les meilleurs élèves d’un lycée qui comporte des classes étoilées. Par conséquent ces classes préparent en priorité les concours les plus difficiles et les plus prestigieux (détaillés dans la prochaine section).

    Il est toutefois bon de savoir que dans les meilleurs lycées, une classe non-étoilée permet aussi la réussite à ces concours difficiles (puisque l’étoile n’est qu’une classification interne au lycée).


    4.2 La LV2 en prépa :

    La LV2, obligatoire au bac, devient facultative le jour du concours (hormis aux Écoles Normales Supérieures, où elle est obligatoire pour Ulm et Cachan). Tous les concours la proposent comme épreuve orale, hormis les CCP (où elle est évaluée sous la forme d’un QCM écrit) et les Écoles Normales Supérieures où l’épreuve est écrite, consistant en une version et une expression écrite.

    L’enseignement de la LV2 est très variables selon les lycées, tant dans sa manière que dans les langues proposées. Il est généralement assez souple, comportant théoriquement 2h par semaine, mais pouvant être allégé en fonction des circonstances (colles par exemple).

    Le jour du concours, comme dit plus haut, l'épreuve est orale, comportant résumé et commentaire, parfois agrémenté d'une petite traduction et de quelques questions de grammaires pour certaines langues comme chinois, russe, japonais, etc... . Quelques exceptions : aux CCP, où la LV2 est un QCM écrit, et aux E3A, où la LV2 est sous forme d'une version, d'un thème et d'une dissertation. Quant aux ENS, il s'agit d'une épreuve similaire à l'épreuve de LV1 comportant version et expression écrite.

    Au-delà de l’aspect uniquement “comptable” (cela rapporte toujours quelques points aux concours), la LV2 est l’occasion de se changer un peu l’esprit des maths et de la physique, et de s’ouvrir sur une autre culture.


    4.3 L’informatique en prépa :

    L’enseignement en prépa comprend une initiation à la manipulation d’un logiciel de calcul formel (Maple ou Mathematica principalement) pour toutes les filières. Généralement, il se fait en TD sur ordinateur à raison de 2h par quinzaine.

    Par contre, il existe en filière MPSI/MP une option spécifique consacrée à l’informatique. Elle débute dès le second trimestre de MPSI et se substitue à la SI. Cette option comporte un nombre limité de place, par conséquent lorsque il y a plus de demande que de places une sélection est faite sur la base du classement à l’issue du 1er trimestre, essentiellement en mathématiques. C’est pourquoi la filière MPSI/MP option informatique regroupe la majeure partie des meilleurs élèves le jour du concours (tous les lycées, de plus, ne proposent pas cette option). A noter : une fois l’option informatique sélectionnée, il n’est plus possible de faire PSI en deuxième année.

    L’enseignement repose sur la maîtrise de la programmation et de l’algorithmique à travers l’utilisation d’un langage de programmation (Caml ou Pascal, ce dernier tendant à disparaître au profit du premier), ainsi qu’un enseignement très théorique au travers de la logique et de la théorie des automates finis. La théorie des graphes, ainsi que celle des arbres est aussi abordée.


    4.4 Le TIPE :

    Je vous renvoie à l'excellente FAQ TPE / TIPE concoctée par lephysicien, disponible dans la section TIPE de ce forum.
    Dernière modification par Gwyddon ; 29/08/2006 à 18h48.

  9. #8
    Futura

    Comment rentrer en prépas ?

    La réponse vous est donnée par Romain29, qui vous a concocté une excellente FAQ à ce propos que voici :


    Premièrement, le choix de la filière

    Rappelons que le choix doit se faire par goût (si vous aimez la chimie, allez en PCSI par exemple) ou par stratégie au concours (filière qui propose le plus fort taux admis sur présentés par exemple).


    Deuxièmement, le choix du lycée

    Vous avez choisi votre filière, et vous voulez aller en prépa... mais où ? Vous entendrez sûrement parler dans vos recherches d'un "classement" annuel des prépas scientifiques. En tête, vous y trouverez des lycées parisiens et peut-être quelques rares lycées de province. Alors vous vous direz que pour réussir, il vous faut un de ces lycées.

    Il faut savoir que ce classement est établi sur l'admission aux grandes écoles qui sont l'X, les Mines/Ponts, Centrales (et d'autres éventuellement).

    Les "grands lycées" parisiens (je ne citerai aucun nom ici), et quelques rares de province (à Lyon, à Toulouse, à Nice notamment, mais j'en oublie), ont en effet un fort taux d'admis à ces très grandes écoles. Ces forts taux de réussite proviennent d'une très forte sélection à l'entrée : les meilleurs (en 1S et en TS) entrent dans ces lycées, et comme ce sont eux qui sont admis, le lycée a un bon taux de réussite, donc beaucoup d'élèves veulent entrer dans ce lycée, donc la sélection se renforce, donc les meilleurs entrent, etc etc ... c'est un cercle vicieux.

    L'enseignement prodigué dans ces lycées et le même que dans tous les lycées : les profs de prépa sont agrégés (et bien classés à l'agreg) partout ! On peut donc dire que"grand lycée" et réussite ne sont pas liés. Il y a chaque année des élèves de province qui intègrent l'X, les ENS, Centrale Paris, ...
    Les discussions à ce sujet sont nombreuses sur le forum orientation. On pourra éventuellement ajouter une liste des liens intéressants à ce propos.

    Des rumeurs disent que dans ces "grands lycées" l'ambiance est très mauvaise. C'est une information à dénigrer, de l'avis de taupins de ces dits-lycées.

    Ceci dit, le choix du lycée doit se faire sur une multitude de facteurs propres à la personne. Personnellement, mon choix s'est fait sur le rapprochement avec ma famille et le confort moral et matériel notamment. La prépa, c'est dur à gérer, alors autant assurer un maximum de confort.

    Participez aux JPO (Journées Portes Ouvertes) - en mars, je crois - vous vous ferez un avis vous-mêmes.


    Troisièmement, la sélection à l'admission

    L'entrée en prépa se fait sur une sélection plus ou moins dure. Votre dossier comporte vos bulletins de première, vos notes au bac de Français, les deux premiers bulletins de terminale, votre classement en terminale en maths, physique, LV1 et philo, et un petit commentaire de vos profs de maths, physique, LV1 et philo. Les prépas scientifiques aiment bien les élèves forts en maths et physique bien sûr, mais aussi les élèves homogènes (qui n'ont pas 17 en maths contre 5 en anglais )
    De bonnes appréciations sont également un fort atout.

    Un 17 dans un lycée pouvant valoir un 12 dans un autre, le jury qui étudie votre dossier se renseigne généralement sur le niveau de votre lycée de TS pour pallier à ce problème.

    Il n'y a pas de règles précises pour l'admission. Un élève premier partout à toutes ses chances, bien sûr, mais les notes ne veulent rien dire (ou pas grand chose). Il ne sert à rien d'étaler ses bulletins en demandant si on va être admis. Mettez toutes les chances de votre côté en travaillant, et tout ira bien !

    Si vous participez aux JPO, peut-être certains profs vous demanderont vous bulletins et vous diront si vous avez des chances. Mais, rien d'officiel, attention.


    Quatrièmement, le processus de pré-inscription

    Pour vous pré-inscrire, vous devrez vous connectez sur le serveur "admission-postbac" (l'adresse vous sera donnée dans vos lycées) (Janvier). Vous remplirez un petit questionnaire (civil).
    Vous devrez également choisir vos filières et lycées (Mars) : vous avez droit à 12 voeux, et 6 voeux par filière.

    Vous pouvez demander le même lycée dans deux filières différentes (cela fait deux voeux), et avec ou sans internat (deux voeux aussi).

    Ensuite vous devrez constituer votre dossier (décrit ci-dessus) (Mars-Avril) en plusieurs exemplaires (un par lycée), et le déposer (le plus souvent) au secrétariat du lycée dans lequel vous êtes en TS. Votre lycée transmet votre dossier aux lycées choisis.

    Ensuite vous devrez classer vos voeux (avant une date butoire - Juin). Il vous faudra faire attention ! En effet,

    si vous avez choisi les lycées A, B et C dans cet ordre.
    Si le lycée A vous accepte, vous ne pourrez plus candidater dans les lycées B et C.
    Si le lycée B vous accepte, vous ne pourrez plus aller au C, mais vous pourrez continuer à candidater au A.

    L'admission se fait en 4 phases (Juin) : première vague d'admis, donc désistements (ceux qui ont refusés des lycées moins bien classés), d'où deuxième vague et ainsi de suite.

    J'espère avoir été clair

    A mon avantage : ce n'est quand même pas facile à expliquer !

    Vous n'aurez plus qu'à vous inscrire à proprement parler (si vous avez été admis bien sûr !)

    NB : il y a également une procédure d'incription complémentaire, qui débute plus tard. A compléter.


    Cinquièmement, la réussite en prépa

    Si vous avez été admis, c'est que vous pouvez réussir, non ? Ce cinquièmement a pour but de rappeler que la réussite en prépa n'a pas grand chose à voir avec la réussite au lycée. Vous avez eu mention TB : tant mieux, vous pouvez réussir.

    Vous n'avez pas eu de mention, ou mention AB. Vous pouvez réussir aussi !

    Je note ici deux exemples :
    - une élève excellente au lycée, mention TB au bac, n'a pas tenu 15 jours en prépa (exemple trouvé sur le forum, peut-être inexactitude sur la durée)
    - un élève mention AB au bac a intégré Supélec


    Enfin que faire avant de rentrer en prépa ? (merci spoutnix)

    L'expérience montre qu'il n'est que très peu profitable de préparer le programme de première année de prépa avant la-dite première année.

    Pourquoi ?
    • Parce que la prépa est épuisante, il faut du repos et surtout arriver l'esprit vide.
    • La prépa, ce n'est que moyennement la suite du lycée. Il faut repartir de zéro, avec un esprit neuf. Il faut apprendre à raisonner en plus apprendre à apprendre. Le niveau de la prépa n'a strictement rien à voir avec celui de la terminale, même si l'on sort du meilleur lycée de france.

      La forme physique et psychologique (le repos) sont bien plus importantes que la préparation intellectuelle.
    • La prépa, c'est le début de l'enseignement supérieur, et non la poursuite du lycée. On ne peux donc pas continuer avant le début !

    Il est donc nécessaire d'arriver en prépa avec de la fraîcheur, avec l'envie d'apprendre et de comprendre, avec curiosité. Il faut se demander ce qui nous attend, et non pas ce que l'on croit savoir. Il ne s'agit pas d'un rite initiatique ! Mais le moral et la fraîcheur sont très importants, surtout en situation d'échec. Or la plupart des taupins connaissent cette situation d'échec, car il s'agit d'un temps d'adaptation nécessaire. Ce temps d'adaptation ne peut pas être fait avant, puisqu'il nécessite d'être en taupe ! Il faut la pression environnante.

    La masse de connaissances que vous allez acquérir est énorme : le lycée n'en donne pas du tout l'habitude. Il faut passer par l'échec, car c'est à partir de cet échec que l'on se remet en question. C'est cet echec qui va modifier la façon d'apprendre et de réflechir. Et qui au final va permettre la réussite. Les concours se préparent sur 2 ans, rappelez-vous !

    Si vous voulez commencer le programme dans un livre, ce dernier va vous montrer la physique ou les mathématiques, mais pas comment les apprendre : il faut un enseignant pour cela. Si la transmission du savoir était si facile, les écoles auraient disparues depuis longtemps au profit des bibliothèques ! Le risque de mal comprendre est aussi très grand. Le programme de prépa descend très loin dans le détail et aborde des modèles assez abstraits. Il est trop facile de faire une erreur de raisonnement qui conduit au bon résultat.

    Vous souhaitez quand même vous rassurer en travaillant pendant les vacances ? Que faire alors :
    • lire les livres de français. C'est essentiel, et cela doit passer avant tout autre envie d'avancer le programme de prépa. Seule la période de vacances permet de lire réellement attentivement les livres du programme.
    • revoir la trogonométrie : les formules sont considérées comme acquises, il n'y a pas de formulaire en taupe, on vous demandera de les utiliser sans que cela soit explicitement dit.
    • tout le reste est superflu !

    Le temps de comprendre efficacement une notion sans enseignant est plus long que celui avec un enseignant. C'est un fait que beaucoup de taupins peuvent expérimenter. Ainsi un étudiant qui essaye d'acquérir le programme seul fournira une importante quantité de travail, qu'un professeur traite en... 15 jours ! Vous utiliserez ce temps pour avancer tout seul ? Vos professeurs grignoteront ce retard très rapidement. En moins d'un mois les différences de niveau avec d'autres élèves n'ayant pas fait ce travail préparatoire seront gommées. Que va t'il se passer : une possible baisse des résultats, alors que ceux des autres vont monter, ce qui entraîne à terme les résultats inverses de ceux escomptés...

    Les risques :
    • se démoraliser : tant de travail pour rien... Les autres sont meilleurs que moi...
    • rater le coche : être décroché par la tête de classe, ne pas être considéré comme un élément moteur même si l'on remonte petit a petit, et rater éventuellement la deuxième année ou le passage en étoile [voir à "étoile"].
    • Être fatigué trop vite et craquer avant les vacances de Noël, qui sont les premières vraies vacances où l'on peut se reposer
    Ceci sont des conseils, et non une obligation !
    Dernière modification par Gwyddon ; 25/11/2007 à 20h46.

  10. #9
    Futura

    Les concours en prépas : 1 - Généralités

    La période des concours en prépas démarre généralement vers le 26 avril (sauf concours Pilote, à part, qui débute plus tôt). Il y a deux sessions : une session d’écrits et une session d’oraux, ces derniers débutant à la mi-juin et s’achevant le 20 juillet.

    Il y a donc deux phases : la première, après les écrits, et qui désigne les candidats admissibles (autorisés à passer les oraux), où une première grande vague de candidats sont éliminés ; la seconde, après les oraux, et qui désigne les candidats classés, c’est-à-dire susceptibles d’intégrer les écoles en fonction de leur rang de classement, leur choix et le nombre de places disponibles.

    Voici quelques précisions géographiques concernant l'organisation des concours

    De façon générale, toutes les principales villes de province sont centres de concours, vous n'aurez pas à vous déplacer. Pour la région parisienne, les Mines et les CCP ont leurs écrits qui se déroulent au parc floral de Vincennes.

    En revanche, pour les oraux, il est souvent nécessaire de se déplacer et une grande majorité des oraux se déroulent en région parisienne. Voici quelques localisations (à compléter) :

    - concours ENS : à l'ENS Ulm ou Cachan (Paris), quelque épreuves à Lyon, notamment l'algorithmique pour les infos, ainsi que certains TP en PC. Logement gratuit sur place, restauration aussi sur place (mais gratuite, ça je ne sais pas).

    - concours Polytechnique : tous les oraux à l'école à Palaiseau (sud -ouest de Paris). Pour les PC, certains oraux du concours X-ESPCI sont à l'ESPCI, en plein coeur de Paris.

    - Mines-Ponts : les MP vont aux Ponts (Marne-la-vallée), les PSI à L'ENSTA (Paris), les PC ont leurs oraux aux Mines de Paris, en plein coeur de Paris.

    - Centrale : les MP vont à L'ECP (sud de Paris), les PSI au lycée Ste-Marie à Fontenay-aux-roses, banlieue sud de Paris (pas très loin de Centrale), les PC à Supélec. Les TPs (on a oublié d'en parler de ceux-là...) sont à L'ECP, à Supélec ou à Supoptique.

    - CCP : dispatché dans des lycées de la région parisienne. Pour les MP, les CCP se pasent au lycée Jean-Baptiste Corot, à Savigny-sur-Orge (banlieue sud-est de Paris) ; pour une autre filière (je ne sais pas du tout laquelle), ça se passe à Jussieu (Université Pierre et Marie Curie, Paris 5e)

    - TIPE (toutes filières confondues) : à l'IUT de Paris

    - Pour les E3A, il me semble que les oraux sont par école, à confirmer. Si c'est bien le cas, cela signifie qu'il faut voyager un peu partout en France

  11. #10
    Futura

    Les concours en prépas : 2 - Inscription

    L’inscription s’effectue aux mois de décembre-janvier sur internet http://www.scei-concours.org . Il est d’ailleurs très utiles pour tous les futurs élèves de prépa d’aller jeter un coup d’oeil sur ce site ainsi que sur les sites partenaires (voir la rubrique correspondante), où ils trouveront des statistiques des années précédentes et surtout les rapports des concours, regorgeant d’informations très utiles pour la préparation des concours.

    Cette inscription a un coût, assez élevé. Les boursiers bénéficient d’exonérations. Pour plus de détail, voir sur le site ci-dessus.

  12. #11
    Futura

    Les concours en prépas : 3 - Descriptif des différents concours

    Il y a 7 types de concours : la banque inter-ENS, le concours X (ou X-ENS, ou X-ESPCI selon la filière), le concours commun Centrale-Supélec, le concours Commun Mines-Ponts, la banque CCP, la banque E3A ainsi que la banque PT (spécifique à cette filière).

    Le descriptif qui suit est très sommaire. Si vous souhaitez plus de précisions, référez-vous au site http://www.scei-concours.org

    Note : il manque les bio, les ATS, les TPC et les TB (encore une fois...)


    3.1 La banque inter-ENS :

    C’est le concours le plus difficile et le plus prestigieux avec l’École Polytechnique. Il s’étale sur une semaine, voire plus selon les filières, et comporte des épreuves pouvant durer 6 heures. Il donne accès aux trois Écoles Normales Supérieures : Paris, Lyon et Cachan, qui forment principalement des enseignants et des chercheurs de très haut niveau. Elles donnent aussi accès aux grands corps de l’État. Il recrute sur la filière MP, PC et BCPST.

    En BCPST, il y a le choix entre une version biologie/chimie ou géologie/physique qui permettent toutes les deux un accès aux trois écoles normales. En MP, on a le choix pour chacune des écoles entre le concours MPI ou I. Les écrits du concours MPSI sont communs aux 3 ENS, et de ce fait plus difficiles qu'auparavant. Enfin en PC, il y a le choix entre dominante physique et dominante chimie.

    Il est souvent de tradition de dire que la plus prestigieuse est l’ENS Paris (dénommée plus souvent Ulm), puis ensuite l’ENS Lyon et enfin l’ENS Cachan. Il est bon toutefois de savoir que chacune a un domaine de compétence qui lui est propre. Ainsi, il est indéniable que l’ENS Ulm est la meilleure en mathématiques pures, mais l’informatique est bien plus réputée à Lyon ou Cachan. De même, l’enseignement de la physique est aussi solide à Ulm qu’à Lyon et Cachan, la biologie est enseignée en commun à Ulm et Cachan. En définitive, le choix de l’une des trois, à côté du prestige attaché à chacune des écoles, peut se faire en fonction de la matière que l’on désire poursuivre plus tard ainsi que le cadre de vie. C'est "une école sur trois campus" et d'ailleurs les M2r (ex-DEA) s'effectuent n'importe où en France, en particulier dans n'importe laquelle des trois ENS.

    Il est bon de savoir qu’un normalien acquiert le statut de fonctionnaire-stagiaire, et reçoit, en contrepartie d’un engagement décennal qui débute dès l’entrée à l’école, un salaire de 1450 € brut par mois (revalorisé à 1500 € en deuxième année)


    3.2 Le concours X, X-ENS Cachan, X-ESPCI :

    Ce concours existe en trois versions selon la filière : concours X pour la flilière MP (divisé en deux branches : concours MP-SI et concours MP-Info, aux recrutements séparés), concours X-ESPCI pour la filière PC, organisé en commun avec l’ESPCI (École de Physique et Chimie Industrielle de la ville de Paris), école ouverte uniquement à la filière PC, et concours X-ENS Cachan pour la filière PSI.

    C’est un concours très difficile et prestigieux, donnant accès à l’École Polytechnique (X), école d’ingénieur généraliste sous tutelle militaire. Un polytechnicien reçoit à ce titre un solde de 400 € par mois la première année, 800 € par mois à partir de la seconde année.

    (Sections à préciser...)


    3.3 Le concours commun Mines-Ponts :

    Le concours commun Mines-Ponts est ouvert aux filières MP, PC, PSI et TSI (donne accès dans ce cas à l’École Polytechnique). Il offre l’admission dans les 8 écoles suivantes : l’école des Mines de Paris (ENSMP), l’école des Ponts et Chaussées (ENPC), Supaéro, les Techniques Avancées (ENSTA), Télécom Paris (ENST) cursus Paris et cursus Sophia-Antipolis, l’école des Mines de St-Etienne (ENSMSE), l’école des Mines de Nancy (ENSMN) et Télécom Bretagne (ENSTB).

    Les concours ENSAE, TPE-EIVP et INT sont aussi rattachés au concours commun : ces concours prennent les notes d’écrits du concours commun pour établir leur liste d’admissibles, puis organisent leurs propres oraux.

    C’est un concours difficile, plus aisé que les concours X et ENS mais qui nécessite tout de même un bon niveau. Il est bon de savoir que l’admissibilité à ce concours donne pratiquement l’admission dans au moins une des écoles de ce concours, car très peu de candidats sont éliminés à l’issue des oraux.


    3.4 Le concours Centrale-Supélec :

    Le concours Centrale-Supélec est ouvert aux filières MP, PC, PSI et TSI. Il offre l’admission dans les écoles suivantes : l’école Centrale Paris (ECP), Supélec, Centrale Lyon (ECL), Supoptique, Centrale Lille, Centrale Nantes (ECN), l’EGIM (École généraliste d’Ingénieur de Marseille, voué à devenir Centrale Marseille), l’ENSEA et l’IIE (Institut Informatique d’Entreprise).

    Ce concours est de difficulté équivalente à celui de Mines-Ponts en ce qui concerne Centrale Paris et Supélec. Mais il faut savoir que bien que les épreuves écrites soient communes aux écoles citées ci-dessus, chacune d’entre elles a sa propre barre d’admissibilité, ce qui fait qu’il est sans doute plus facile d’être admissible à une des écoles de ce concours que d’être admissible aux Mines (où la barre est commune aux 8 écoles).

    A savoir : si un candidat n’est admissible qu’à l’ENSEA, il passe des oraux spécifiques, distincts des oraux du concours Centrale-Supélec.

    Grâce à Darkmind, voici un lien qui donne un aperçu des écoles offertes aux élèves en TSI par le biais de ce concours : http://tsifrance.free.fr/images/ecoles_ccs.png

    3.5 La banque CCP (Concours Communs Polytechniques, ex-ENSI)

    A préciser

    Grâce à Darkmind, voici un lien qui donne un aperçu des écoles offertes aux TSI par le biais de concours : http://tsifrance.free.fr/images/ecoles_ccp.png

    3.6 Le concours E3A


    A préciser


    3.7 La banque PT

    Les concours dans la filière PT sont organisés en banque d’épreuves : la banque PT. Les écrits se déroulent sur deux semaines au mois de mai et les oraux se déroule de la facon suivante :

    -CC ENSAM : à l'ENSAM de Paris (on appelle cela l'oral 1)
    -CC Centrale Supelec, Mines Ponts, ENS Cachan, X, CCP à l'ENS de Cachan (on appelle cela l'oral 2)

    Les écoles qui recrutent sur la banqe PT sont les suivantes :

    - ENS Cachan (seule ENS ouvertes aux PT) : 40 places
    - Ecole Polytechnique : 10 places
    - Concours Centrale Supelec : 86 places
    - Concours Mines Ponts : 23 places
    - Concours Commun ENSAM : 644 places
    - Concours Communs Polytechniques : 179 places
    - Concours des ecoles des mines (petites mines) : 25 places
    - Concours Commun Archimede : 369 places
    - Concours Commun Euclide : 85 places
    - Concours Fesic Prepa : 49 places
    - 3IL , ECE , EIPC , ISPA , ENSAIT , ENSITMulhouse , ESIGELEC , ESIGETEL , ESITC-Caen , ISMEA , ESTIA , ESTP , IFMA , ISMANS , MATAMECA , Telecom INT : 326 places


    3.8 La concours A-TB

    Le concours A-TB est le concours de la filière TB. Il ouvre les portes des ENITA, ENSA et des INA. Il y a aussi possibilité d'intégrer d'autres écoles sur dossier en TB.

    Pour avoir de plus amples informations sur ce concours, on peut aller consulter ce site.

    3.8 La banque Agro/Véto

    C'est une banque d'épreuves ouverte aux BCPST. Elle permet un accès aux écoles agronomiques (INA-PG, ENSAR, ENSAM…), vétérinaires (ENVL, ENVA, ENVT et ENVN), Archimède (ENSTIB, ESBS…) et PC bio (ESPCI, ENSCP, ENSCL et ENSCM).

    Les épreuves sont entièrement communes. Seuls les coefficients appliqués diffèrent entre la filière agro et la filière véto (par exemple 5 en bio A pour véto contre 3 pour l’agro). Le classement est donc séparé en deux.

    - places en agro (3 ans en école): environ 900
    - places en véto (5 ans en école): 372 (93 dans chaque ENV)
    - places en PC bio : 16
    - places en écoles Archimède : environ 160.

    3.9La banque G2E

    C'est une banque d'épreuves ouverte aux BCPST, et qui permet un accès aux écoles de géologie (Géol Nancy…), d'ailleurs G2E = Géologie, Eau, Environnement.

    3.9 informations sur les épreuves dans Agro/Véto et G2E

    Les épreuves écrites d'agro/véto comprennent 8 épreuves réparties sur 4 jours :

    - 2 épreuves de biologie de 3h30 chacune (une avec documents (coef agro 5, véto 5, PC bio 2, compte pour Archimède mais coef inconnu) et une autre de dissertation (coef agro 3, véto 5, PC bio 2, Archi 0),

    - 2 épreuves de mathématiques de 3h30 chacune (avec traditionnellement une épreuve de probabilités (coef agro 4, véto 3, PC bio 5, inconnu pour Archi) et une autre d’analyse, algèbre, etc (coef agro 4, véto 3, PC bio 5, Archi 0))

    - 1 épreuve de chimie de 3h30 (coef agro 4, véto 4, PC bio 8, inconnu pour Archi)
    - 1 épreuve de physique de 3h30 (coef agro 4, véto 4, PC bio 8, inconnu pour Archi)
    - 1 épreuve de LV1 de 2h (coef de 4 pour agro, véto et PC bio, inconnu pour Archi)
    - 1 épreuve de composition française de 3h (coef agro 4, véto 5, PC bio 4, Archi 0)

    Les épreuves orales comprennent 9 épreuves obligatoires plus 2 épreuves facultatives comptant pour les concours A BIO (agro), A ENV et PC BIO (oraux indépendants pour Archimède) :

    - Biologie : oral de restitution au tableau avec dessins et plan détaillé sur un sujet choisi parmi 2. Oral de 30min de préparation et 30 min de passage (coef agro 3, véto 6, PC bio 0)
    - TIPE : oral de 30 min sans préparation (coef agro 6, véto 6, PC bio 4)
    - TP de biologie de 3h (coef agro 3, véto 4, PC bio 2)
    - Chimie : 30 min de préparation, 30 min de passage (coef agro 3, véto 4, PC bio 8)
    - Physique : de même qu’en chimie (coef agro 3, véto 3, PC bio 8)
    - Mathématiques : de même (coef agro 4, véto 1, PC bio 6)
    - Géographie : de même (coef agro 2, véto 1, PC bio 0)
    - Géologie : 40min de préparation, 20 min de passage (coef agro 2, véto 1, PC bio 0)
    - LV1 : extrait de presse et vidéo en 30 min de préparation et 30 min de passage (coef agro, véto et PC bio : 4)
    - LV2 fac. De même que la LV1, coef 3 pour tous avec les points au-dessus de 10 qui comptent
    - Informatique fac. De même, coef 3 pour tous avec points au dessus de 10 qui comptent

    (Pour des renseignements plus complets, consulter la notice du concours :
    http://www.concours-agro-veto.net/IM...tice_BCPST.pdf )

    Les oraux pour les écoles Archimède sont spécifiques à chaque école.

    Les épreuves de la banque G2E sont à part pour les écrits et les oraux.


    Quelque petites précisions supplémentaires :

    - l'épreuve de TIPE pour les PT c'est avec tout le monde à l'IUT avenue de Versailles.
    - en PT il n'y a qu'une ENS mais pas de LV2 obligatoire ni d'épreuve écrite pour l'avoir.
    - Pour les oraux certaines écoles de la banque PT en organisent des supplémentaires (IFMA, INT,...)
    - En sortie de PT il y a aussi la possibilité de tenter d'autres concours que la banque comme les concours ENAC.
    _ Il existe des écoles accessibles sur dossiers pour les élèves de la filière TSI, voir ce lien (merci à Darkmind).
    Dernière modification par Gwyddon ; 24/01/2007 à 17h00. Motif: prépa TB, merci Simba :) / BCPST, merci Ecthelion :)

  13. #12
    Futura

    Les concours en prépas : 4 - Assister aux oraux

    Se référer à la discussion suivante : http://forums.futura-sciences.com/th...-concours.html

  14. #13
    Futura

    Les concours en prépas : 5 - Quelles écoles choisir, pour quoi faire ?

    J’avoue que pour l’instant je ne me sens pas en mesure de pouvoir répondre efficacement à cette question, notamment vis-à-vis des formations proposées dans les écoles. Je pense que le mieux serait de donner la parole à des élèves d’écoles, des anciens et des ingénieurs.

    Voici ce que sarahvit (plus un petit addendum de lylynette concernant les ENS) nous a fourni concernant les écoles de chimie :

    Plusieurs concours, plusieurs écoles..:

    Concours Communs Polytechniques (CCP) ou ENSI :
    Pour les PC, de la plus demandée à la moins demandée… ENSC Paris
    ENSC Montpellier
    ENSIC Nancy
    ENSIACET chimie ou génie chimique ou matériaux et procédés
    ENSCP Bordeaux, mélange procédés physiques et chimiques ce qui en fait une des rares écoles généraliste des concours CCP
    ENSC Rennes
    ENSC Lille
    CPE Lyon, attention, gros frais d’inscription
    ECPM Strasbourg
    ENSC Clermont-Ferrand
    ENSI Caen Matériaux et chimie
    Et une école classé dans les écoles de physique mais qui demeure très chimique
    EFP Grenoble : la seule école publique de la papeterie en France.

    Pour les MP : dans le désordre : EFPG, ENSIC, et ENSIACET
    Pour les PSI : EFPG, CPE, ENSIC
    Pour les PT : ENSI Caen, EFPG
    Pour les TSI : EFPG

    Concours Polytechnique : l’ESPCI
    Concours ENS : ENS Cachan, Lyon, Ulm : formation complémentaire, avec les différents laboratoires suivants intégrés aux départements des écoles :

    Cachan: photochimie et photophysique supramoléculaire
    Ulm: électrochimie (appliquée aux protéines et électrochimie cellulaire)
    Lyon: catalyse


    Si évidemment vous voulez faire de la chimie, il est clair qu’il faut s’engager dans la filière PCSI/PC qui débouche sur le plus grand nombre d’écoles de chimie possible. Il faut cependant savoir que les écoles de chimie sont parmi celles où on travaille le plus en sortie de prépa, au grand désarroi de certain taupins qui croyaient qu’après la prépa c’était farniente total jusqu’à ce qu’on « refile » le diplôme d’ingénieur. C’est vrai pour quelques rares écoles, mais surtout pas pour les écoles de chimie où les TP sont obligatoires et qui dit TP dit Préparation de TP, manipulations et compte-rendus à faire !

  15. #14
    Gwyddon

    L'université - généralités

    L’université est statistiquement le principal choix d’étude des néo-bacheliers. Il est donc bon de savoir à quoi s’attendre.
    Tout d’abord, il vaut mieux prévenir que guérir : en fac on s’assume tout seul. Cela n’a de fait rien à voir avec le lycée, où l’encadrement était important. A l’université, l’étudiant est autonome et personne n’est là derrière pour le pousser dans ses études. Il y a des cours magistraux et des TDs, et si l’élève est absent, il n’y aura personne pour le lui reprocher (à l’exception de certains TPs pour les filières concernées, comme physique, chimie ou biologie). De cela la fac a souvent traîné une mauvaise image. Il faut donc être conscient que c’est une formation qui nécessite, comme partout ailleurs, un travail constant et régulier.


    Depuis la réforme LMD, les examens sont semestriels, et le cycle est découpé en trois niveaux principaux :
    • _ le niveau L (Licence) en 3 ans (L1,L2 et L3).
    • _ le niveau M (Master) en 2 ans, délivrant au choix un M2r (Master Recherche, pour poursuivre en thèse) ou un M2p (Master Professionnel, ouvrant la porte des entreprises à bac+5)
    • _ le niveau D (Doctorat) en 3 ans, délivrant le diplôme de Docteur, et ouvrant notamment la voie à la recherche et à l’enseignement supérieur.
    Chacun de ces niveaux est organisé en parcours, qui permettent à la fois une structuration des études et une certaine liberté dans le choix des modules. Si l’étudiant est motivé et capable, il a donc la possibilité d’étendre son choix de module au-delà du choix habituel propre au parcours, mais il faut se renseigner au cas par cas avec sa fac. A partir du L2 il y a obligation de choisir un module en dehors de la discipline étudiée.


    Pour rentrer en M2r, la sélection se fait sur dossier. Il est donc nécessaire d’avoir effectué de bonnes études jusque là, et il n’est pas rare que cette sélection demande au minimum une mention. Certains M2r demandent même une mention bien ou très bien minimum, mieux vaut être prévenu.
    Dernière modification par Gwyddon ; 07/12/2007 à 16h30. Motif: modif merci MiMoiMolette
    A quitté FuturaSciences. Merci de ne PAS me contacter par MP.

  16. #15
    Gwyddon

    La fac de physique : 1 - Le programme en L1/L2

    La physique à l’université

    A l’université, il n’existe pas de parcours type en physique. En effet la réforme LMD permet aux étudiants d’avoir un enseignement à la carte (du moins en théorie), sous réserve de concordance des horaires des modules. Dans la pratique, les parcours sont souvent proches des anciens deug mais permettent néanmoins de choisir des modules transversaux.
    Trois parcours se retrouvent couramment pour les deux premières années de la licence:

    _Parcours à dominante physique chimie : il correspond le plus souvent à l’ex deug Science de la matière. Son contenu en physique chimie est assez proche de celui de la prépa PCSI-PC. Il permet de poursuivre ses études soit en physique soit en chimie.

    _ Parcours à dominante physique : il permet aux étudiants de approfondir leurs connaissances en physique par rapport à une licence en physique chimie. En effet, une grande part des modules de chimie sont remplacées par des modules de physique (relativité, astrophysique…) et de calculs scientifiques. La poursuite d’étude se fait généralement dans le domaine de la physique.

    _ Parcours à dominante mathématiques physique : à mi chemin entre les ex deug MIAS et SM, il permet d’avoir de solides bases à la fois en mathématiques et en physique. A l’instar du parcours de physique, tous les cours de chimie sont remplacés par des cours de mathématiques. En quoi diffère-t-il d’un parcours purement mathématiques ? Les cours sont plus axés sur les mathématiques appliquées et donc exit les cours d’arithmétiques ou d’algèbre plus théorique. Il permet de poursuivre ses études soit en physique soit en mathématiques.


    Les programmes

    Les programmes de ces trois parcours sont sensiblement les mêmes pour la première année.

    En première année

    Physique :

    • Mécanique du point
    • Electronique
    • Optique géométrique
    • Magnétostatique et électrostatique
    • thermodynamique

    Mathématiques

    • rappel de terminale
    • Complexes
    • Intégrale et dérivation
    • Analyse : équations différentiels, suites, D.L., équations paramétriques…
    • Algèbre linéaire
    • Géométrie affine et euclidienne

    Chimie

    • Atomistique et liaison chimique
    • Thermodynamique chimique
    • Cinétique chimique
    • Chimie organique


    Informatique :

    Initiation à l’algorithmique (langage : soit du pascal ou du fortran voir du C)

    Anglais (en général 2h/semaine)

    +des cours de culture générale scientifique ou de communication

    En deuxième année

    En deuxième année, pour tous ces parcours, il existe des enseignements communs en physique :

    • Electromagnétisme,
    • mécanique du solide,
    • optique ondulatoire,
    • physique des ondes,
    • thermodynamique,
    • initiation à la mécanique quantique.

    Pour le parcours physique-chimie et physique, on trouve des cours de mathématiques appliqués*, où sont traités :

    • diagonalisation des matrices,
    • séries et transformées de Fourier,
    • intégrales doubles, triples,
    • fonction de plusieurs variables,
    • les opérateurs…

    *Les cours traités dans ces parcours peuvent avoir les mêmes intitulés que ceux du parcours mathématiques-physique cependant dans ce dernier, ils sont abordés d’un point de vue plus théorique et sont plus approfondis.

    Enseignements selon les parcours :

    Pour le parcours de physique-chimie, les enseignements de chimie sont :

    • thermodynamique chimique
    • fondements de la chimie quantique
    • spectroscopie, complexation et précipitation
    • Chimie inorganique
    • Chimie redox

    Pour le parcours de physique, on a

    • Initiation à la relativité
    • Electronique numérique
    • Astrophysique
    • Calcul scientifique (matlab, scilab…)
    • Programmation (C, Fortran…)

    Pour le parcours de mathématiques-physique, les enseignements de mathématiques sont :

    • analyse :
    • espaces, distances et continuité,
    • série (généralités, entière, Fourier),
    • convergence simple, uniforme et normale,
    • fonctions vectorielles,
    • intégrale à paramètre,
    • intégrale double et triple,
    • géométrie euclidienne,
    • algèbre :
    • réduction endomorphisme
    • espace préhilbertien
    • équations différentielles linéaires vectorielles
    • coniques et quadriques

    Ces listes d’enseignements n’ont rien d’exhaustives car chaque université a son projet pédagogique, ce qui veut dire que :
    • certaines matières seront plus ou moins approfondies (voir pas enseignées) selon les universités
    • certaines matières peuvent être vu en 2ème année plutôt qu’en première année ou en 3ème année pour des enseignements de 2ème année. Tout simplement parce que la licence est un cycle de trois ans.

    Les options transversales dépendent aussi des universités. Certaines peuvent porter sur des thématiques de physique mais aussi de biologie, de pédagogie,de culture générale scientifique, du sport.... Par exemple dans certaines universités, il est possible d’avoir des cours d’œnologie et de connaissance de la vigne.

    Il existe une option dite préparation au concours commun polytechnique ( CCP deug) qui prépare l’élève à ce concours afin d’intégrer une école nationale supérieure d’ingénieur.
    Cf lien http://ccp.scei-concours.org/html/deug/accueil_deug.htm

    Que faire après mon L2 ?

    Il existe tout un panel de formation :

    • Licence 3 (physique,physique-chimie, pluridisciplinaire…)
    • Magistère de physique
    • Licence pro
    • IUP
    • Ecole d’ingénieur (par le concours CCP deug ou par admission sur titres)

    Il est aussi possible de rattraper la 2ème année d’un DUT après la L2 par une sélection sur dossier.



    Les questions souvent posées :

    Que faut-il pour s’inscrire en première année de fac de physique?

    Normalement, tous les titulaires d’un baccalauréat sont admis de droit à l’université. Cependant les universités demandent à leurs futurs étudiants un baccalauréat scientifique, voir STI. Si vous avez un bac ES ou L, il est vivement conseillé de faire une année de remise à niveau.

    Combien coûte les frais de scolarité ?

    Les frais de scolarité vont de 200 à 400 euros (dont un montant pour la Bibliothèque Universitaire ainsi que pour les Fonds de Solidarité et de Développement des Initiatives Étudiantes)
    Vous pouvez y rajouter dans les 20 euros pour l’inscription dans une activité sportive.
    Selon votre statut et celui de vos parents, vous devrez payez des droits pour la sécurités sociale aux environs de 200 euros.

    Il y a-t-il un age limite pour s’inscrire à l’université ?

    Il n’y a pas d’age limite.


    Quels sont les horaires hebdomadaires ?

    On peut dire qu’une semaine tourne autour de 25 à 30h par semaine. On y rajoute 4 à 8h de TP par semaine.

    Quelles méthodes pour réussir ?

    Cela va vous surprendre, mais pour réussir il faut travailler. En effet, c’est l’assiduité qui est le plus payant à l’université.
    Bon nombre d’étudiants commencent leurs révisons deux semaines avant leur partiels. Ce sont les TD ainsi que les annales qui sont principalement retravaillés. Cette méthode peut en effet être payante, cad qu’on peut avoir des notes correctes avec, mais elle est préjudiciable pour la continuité des études.
    En effet, il est nécessaire de bien maîtriser son cours pour attaquer sereinement l’année suivante. Or c’est bien sur les cours que l’impasse est souvent faite car il est impossible en deux semaines de maîtriser à la fois les cours et les TD.
    La seule solution est de travailler, comprendre et apprendre son cours régulièrement. Il faut aussi essayer de faire les exercices avant les TD.

    Quel niveau faut-il avoir pour réussir à l’université ?

    Tout est question d’investissement et, je me répète, de capacité de travail. Des élèves ayant eu une mention (AB ou B) se sont trouvés et surtout mis en difficulté car ils se sont laissé aller et se sont trouvés fort dépourvu lorsque les partiels furent venues.
    Les facilités interviennent aussi, bien entendu, dans la réussite mais par expérience, le premier atout est l’assiduité.

    Comment se déroulent les évaluations ?

    Il y a deux types d’évaluations : les contrôles continus et les partiels. Pour les premiers, ce sont les équivalents des interrogations, ils portent sur un ou plusieurs chapitres d’une matière mais jamais sur tout le programme. Ils peuvent y en avoir un par semestre tout comme quatre ou cinq. Il ne faut pas les négliger car ils peuvent apporter des points « faciles » (du moins plus facile qu’aux partiels) à la note finale.
    Le partiel est l’examen final semestriel sur une matière, il englobe tout le programme. Il compte souvent pour les 2/3 de la note et 1/3 pour les contrôles continus.
    Les coefficients peuvent changer s’il y a des oraux ou des TP, mais globalement ils restent dans ces eaux là.

    Faut il acheter des livres ?

    Tout dépend de la méthode de travail. On peut réussir sans avoir recours aux livres. Cependant les livres peuvent apporter un autre point de vue sur un sujet, mettre en avant les points faibles de nos connaissances…Il n’est alors pas nécessaire d’acheter les livres, la BU en abonde. On y trouve des livres traitant de généralités, des livres d’exercices ou/et de cours pour la licence. Il ne faut pas hésiter à aller voir du côtés des livres un peu plus anciens faits pour les DEUGs MIAS ou SM. (MIAS=Maths et Info Appliquées aux Sciences, le cursus de maths ; SM=Sciences de la Matière, le cursus physique-chimie).
    Vous pouvez aussi travailler sur des livres faits pour les prépa, les programmes de prépa sont très proches des programmes universitaires.
    Dernière modification par vep ; 18/02/2016 à 13h13. Motif: Ajout d'un post sur la physique
    A quitté FuturaSciences. Merci de ne PAS me contacter par MP.

  17. #16
    Gwyddon

    La fac de biologie : Licence SVT

    Je remercie ici tous les membres du forums qui ont oeuvré pour la partie "fac de bio" de cette FAQ : jajaloic , pimd, lapingris, elims, genecod, Alice57, anakreenskyrider, val17.


    Le programme donné ici reste variable d’une fac à l’autre et d’un parcours à l’autre. Cependant il reste globalement valable , des modules étant pour certains des cours obligatoires, pour d’autres des options.
    • Biologie animale - zoologie : étude des organismes vivants animaux (mise en place des appareils circulatoire, respiratoire, urinaire, etc, mais aussi développement embryonnaire). On étudie toute l'évolution animale, de la simple cellule aux mammifères (arbre de l'évolution). Mais aussi la biologie du développement embryonnaire, mise en place du schéma corporel (symétrie, etc...). Beaucoup de schémas à apprendre, à savoir redessiner pour la plupart (pas forcément en 1ère année, mais en 2ème dur d'y échapper). En pratique : TP de dissection, ça aide beaucoup à comprendre le cours mine de rien. Ce n'est pas forcément le TP le plus apprécié, mais il ne faut pas renoncer à la bio pour ça.

    • Biologie végétale : études des plantes et des arbres. On voit la structure histologique des végétaux, la germination, la reproduction, les métabolismes. Là aussi, TP et schémas à l'appui. Il se peut que des sorties soient organisées. On peut choisir des options avec réalisation d'un herbier, ou approfondissement... Les cycles de développement sont très évoqués.

    • Biochimie : études des molécules qui constituent l'être vivant (lipides, glucides,acides aminés, protéines, enzymes, ADN, etc). Beaucoup de formules à apprendre. Toute la biochimie du métabolisme à savoir : cycle de Krebs, glycolyse, néoglucogenèse, hélice de Lynen....

    • Biologie cellulaire : étude de la cellule, et de tous ses organites.

    • Physiologie : études des différents appareils (circulatoire, respiratoire, etc) des animaux mais pas d'un point du vue histologique comme en biologie animale, mais d'un point de vue fonctionnel.

    • Génétique : mendélienne comme au lycée, mais aussi bactérienne. Peut y avoir un TP de microbiologie, premier apprentissage très intéressant (étude de mutation, etc ...). En deuxième année il peut y avoir en plus de la génétique évolutive : une étude mathématique des populations ainsi qu’une étude des théories évolutives.

    • Géologie : On étudie la subduction pour changer du lycée , l'atmosphère, les autres planètes du système solaire, les roches qui constituent en grande partie notre planète. Ceux qui ont fait Spé SVT sont très avantagés ici, mais cela reste rattrapable pour les autres, pas d’inquiétude à avoir.

    • Chimie : pH, oxydo-réduction, cinétique, thermodynamique chimique. Et aussi chimie organique : savoir nommer des molécules, les conformations, les stéréoisomères, etc. Les réactions de chimie organique : alcools, fonction carboxyle, aromatiques, etc...

    • Physique : optique, électricité. Cinématique

    • Mathématiques : matrices, probabilités et statistiques, équations différentielles.

    • Statistiques, Anglais, Expression et communication

    • Ecologie : Etudes du développement de la biosphère, des modifications biosphériques liées à des contraintes géothermiques.

    • Microbiologie : Structures bactérienne, développement bactérien en milieu complet/limité.

    • Virologie : Etudes de la structure virale, et des pathologies.

    • Immunologie : très semblable à la terminale, mais en beaucoup plus poussé, avec par exemple l'approche génétique de l'immunologie.

    • Dans certaines facs, il y a ce que l’on nomme le "projet professionnel" : réalisation d'un dossier et exposé sur le métier envisagé (ou non), qui permet de le découvrir et de se familiariser avec les présentations, qu'on a beaucoup à réaliser par la suite. De même la 'méthodologie' permet de faire un peu de méthodes informatiques (word, excel, power point) très utiles pour ceux qui n'y ont pas accès chez eux ou qui s'en servent peu et mal ...

    • Option informatique possible : se familiariser et programmer en langage C, avec quelques notions d'algorithmique.


    En résumé, il y a plein de matières différentes, la première année est très générale puis par la suite il y a une spécialisation dans la licence et qui se poursuit jusqu’à la fin des études.


    En ce qui concerne les heures en bio, on ne chôme pas. Il arrive souvent d'avoir des journées complètes : 8h-18h.

    La première année fait une sélection. Exemple dans la fac d’un des participants de ce forum : un peu moins de la moitié des étudiants ont eu leur année.

    Toutefois c'est une filière très intéressante, avec un minimum de travail on s'en sort.

    En voici quelques-un, la liste n’est pas exhaustive.
    • A bac +1 : on peut intégrer la 1ère année d'un IUP (Institut Universitaire Professionnel), qui délivre à l’issue d’un bac+5 (donc 4 ans d’études) le diplôme de master 2 professionnel, pour intégrer directement la vie active. Il faut noter que cela est de plus en plus rare suite à la réforme LMD, et que le cycle qui commence à s’imposer est L3-M1-M2 professionnel.

      Certaines écoles d’ingénieurs prennent aussi à bac+1 (sur dossier) ; il arrive cependant que l’école oblige à refaire la première année.

    • A bac +2 :
      • on peut tenter le concours B pour rentrer dans une école d'agro ou une école vétérinaire. Le concours aura lieu en 2007, mais en 2008 il sera remplacé par un concours dit "L" qui apparemment ne sera accessible qu'aux étudiants en L3 (en licence). Certaines facultés proposent une option de préparation spécifique à ces concours (du moins en 2007). Se renseigner auprès de vos facs.
      • on peut intégrer la 2eme année d'un IUP (voir remarque ci-dessus).
      • on peut intégrer beaucoup d’écoles d’ingénieurs qui recrutent encore une fois sur dossier+entretien. Exemples : ISBP, UTC, ENSBANA, EBI, ISTOM, ISTAB, ESMISAB, Polytech, INSFA, ENITA, etc...
    • A bac +3, on peut s'orienter vers :
      • un master professionnel (en 2 ans), ce qui permet de rentrer dans la vie active (notamment en entreprise) avec un diplôme bac+5.
      • un master recherche (en 2 ans) qui ouvre la voie pour faire un doctorat (en 3 ans), ce qui permet de devenir chercheur ou enseignant-chercheur à l’université (niveau final : bac+8).
      • une préparation au CAPES ou à l'agrégation (à bac+4 pour cette dernière) pour devenir professeur dans l’enseignement secondaire. L’agrégation ouvre aussi la porte à l’enseignement en premier cycle d’enseignement supérieur (classes prépas, DUT, PRAG).
      • l'IUFM pour devenir professeur des écoles.

    • A bac +4 : avec une maîtrise on peut tenter d'intégrer une école d'ingénieurs sur dossier. Il y aussi le concours de l'agrégation (voir ci-dessus).

    Il existe en France ce que l’on appelle des magistères (Génétique à Paris VII, Biochimie à Paris XI, Géologie à Lyon1/ENS Lyon, etc...). Ce sont des formations d’excellence à la fac, recrutant sur dossier à bac+2, et ouvrant la porte à l’obtention d’un master professionnel ou recherche à l’issue d’un cycle L3-M1-M2. Les cours sont plus soutenus qu’ailleurs, et les stages sont obligatoires dès la première année.


    Après le master, il existe aussi ce qu’on appelle les DU (Diplôme d’Université) qui permettent la spécialisation dans une branche donnée. Se renseigner au cas par cas auprès de l’université concernée.
    Dernière modification par vep ; 18/02/2016 à 13h15.
    A quitté FuturaSciences. Merci de ne PAS me contacter par MP.

  18. #17
    Gwyddon

    Les études en IUT (pour obtenir un DUT)

    Je remercie ici Kjedjhal (auteur de cette FAQ), WestCoast_85 ainsi que Boson_2_Higgs et MaT21 (qui ont contribué de manière significative au travail de Kjedjhal).

    L'IUT est une filière courte après le bac, destinée principalement à l'obtention d'un diplôme professionalisant à bac+2. Elle permet ainsi l'obtention du DUT (Diplôme Universitaire Technologique), l'IUT (Institut Universitaire Technologique) étant le lieu des études.

    Plus clairement, l'objectif de la formation est de développer un enseignement apte à former des techniciens supérieurs de niveau bac +2 capables de s'insérer rapidement dans le monde professionnel. L'enseignement est donc axé sur l'acquisition de:
    • - Savoirs théoriques permettant de comprendre et d'interpréter les principaux phénomènes chimiques rencontrés. Une importante formation générale de base permet également de pouvoir évoluer et progresser ultérieurement aussi bien dans le travail que dans les études.

    • - Savoir-faire techniques permettant l'utilisation et la mise au point des techniques d'analyse, de synthèse et de production.

    L'IUT en quelques mots c'est:
    • Une trentaine d'heures de cours dans la semaine avec en général un après-midi de libre par semaine hors période d'examens.
    • Un encadrement des professeurs en cours, TD et TP irréprochable (on reste ici dans le fonctionnement lycée, contrairement à la fac où l'autonomie est très grande).
    • Des contrôles réguliers (à peu près un toutes les 2-3 semaines par matière), et une série d'examens (environ 1h30 par matière) pour valider chaque semestre.
    • Un stage de 10 à 12 semaines en deuxième année dans l'industrie ou un laboratoire qui permet de se rendre compte de ce que l'on souhaite faire (ou pas) et d'avoir une expérience professionnelle à proposer sur son CV.
    • Une soutenance orale de votre stage qui permet de mettre en valeur ce que vous avez appris durant les deux années d'IUT & le stage (c'est là qu'on est content d'avoir fait des oraux en anglais et en formation générale).

    Le travail à fournir n'est ni excessif, ni léger. Pour valider son DUT, il faut ainsi avoir la moyenne générale, et pas moins de 8 dans chaque UE (Unité d'Enseignement). Comme partout ailleurs, la régularité dans son travail est essentiel : en moyenne 30 mn à 1h par soir de travail personnel, augmenté à 1h à 2h lors des périodes d'examens. Ceci reste, bien entendu, une moyenne et en aucun cas une généralité.

    Il ne faut pas voir l'IUT comme une fin en soit, mais plutôt comme une bonne alternative pour ceux qui savent dans quel domaine s'orienter et qui ne savent pas jusqu'à quel niveau d'étude ils souhaitent aller. Et si l'IUT ferme quelques portes en terme de poursuite d'études, il en laisse également beaucoup d'ouvertes, comme le montreront les débouchés de chacunes des filières présentées ici.

    Voici un lien vers un IUT, permettant de se rendre compte de ce qu'est un IUT :

    http://wwwiutp.univ-poitiers.fr/DIPL...MIE/CHIMIE.pdf
    Dernière modification par Gwyddon ; 29/09/2006 à 21h58.
    A quitté FuturaSciences. Merci de ne PAS me contacter par MP.

  19. #18
    Gwyddon

    L'IUT de chimie : 1 - Conditions d'admission et débouchés

    Conditions d'admission

    Il faut être titulaire d'un Baccalauréat S, STL ou alors provenir d'une 1ère année post-bac que l'on aurait ratée. Environ 70% des élèves de 1ère année viennent d'un Bac S (spécialité quelconque).


    Débouchés professionnels
    • Chimie de base, chimie fine et pharmacie, pétrochimie
    • L'industrie parachimique : cosmétiques, parfums, peintures...
    • Protection de l'environnement (eau, air, déchets)
    • Agro-alimentaire, bio-procédés
    • Industries du verre, des céramiques, des textiles, papetières, nucléaires, automobile, métallurgie ...
    • Laboratoires d'analyse et de contrôle
    • Centre de recherche et documentation
    • Les fonctions technico-commerciales


    Poursuite d'études
    • Les licences pro (BAC +3) & masters pro (BAC +5)
    • Les IUP (Instituts Universitaires Professionnels) (BAC +5)
    • Le cursus LMD (licence et master de chimie traditionnels)
    • Les classes prépas ATS
    • Les écoles d'ingénieurs de chimie (cf. Fédération Gay-lussac), souvent les 10-15 premiers de promotion
    • partir à l'étranger poursuivre ses études

    Il y a la possibilité de continuer dans une autre branche que la chimie tout en mettant en valeur sa formation en IUT. (Exemples : école de management ou de commerce qui ajouté au DUT de chimie permet de se diriger vers les entreprises de ventes de matériel pour les industries chimiques ou les laboratoires)

    Cependant, il n'en reste pas moins que beaucoup d'étudiants intègrent la vie active après l'obtention du DUT, alors que d'autres voient l'IUT plus comme en tremplin.
    A quitté FuturaSciences. Merci de ne PAS me contacter par MP.

  20. #19
    Gwyddon

    L'IUT de chimie : 2 - Descriptif de la formation

    La formation en IUT de chimie peut être répartie en trois unités d'enseignements. Le programme est succeptible de changer légèrement d'un IUT à l'autre suivant que des options soient proposés ou non durant la formation.

    UE1 Chimie et technologie
    • Chimie Analytique : Ce cours est dans la continuité du lycée puisque l'on y retrouve la radioactivité, les réactions Acide/Base et l'oxydoréduction. Il introduit également les réactions de précipitation et de complexation.
      Les nouveautés se situent essentiellement au niveau des appareils d'analyse puisque l'on étudie dans le détail l'appareillage et les méthodes de mesures, le tout étant mis en application lors des TP.
      On rencontre: la Spectrophotométrie Atomique & Moléculaire, la Chromatographie (CPG, CPL & d'exclusion stérique), l'Electrochimie (polarographie, potentiométrie, ampérométrie, coulométrie), la spectroscopie Infra-Rouge & RMN et la spectrométrie de masse.
    • Chimie Physique : Ce cours est une introduction à la thermodynamique et la cinétique chimique.
    • Chimie Minérale/Atomistique : Ce cours débute là où se termine le programme de terminale en Physique/Chimie, on y parle de la théorie et du modèle quantique, des liaisons chimiques, et des structures cristallines. En deuxième année le programme est moins terre à terre, on étudie beaucoup de composés inorganiques pour voir leur importance sur la Terre ou tout simplement leurs propriétés remarquables d'un point de vue chimique!
    • Génie des procédés : On étudie dans cette matière les différents "unit process" qui permettent de produire à grande échelle des produits chimiques. La dynamique des fluides, la distillation, les transferts thermiques, les mesures de pression et débits, et bien d'autre choses encore y sont enseignés.
    • Chimie Organique : C'est la chimie de la vie! Ici on commence par apprendre à écrire et à parler "chimie" pour être capable comprendre n'importe quel chimiste dans le monde. Puis on se lance enfin dans l'études des réactions chimiques qui permettent de créer entre autres des médicaments, et des matériaux.


    UE2 Enseignements pratiques professionnels

    Cette UE regroupe finalement tous les TP qui prennent une part importante dans l'emploi du temps d'un étudiant en IUT de chimie. Cette part est de l'ordre de 50%. Une UE qu'il ne faut évidemment pas négliger et qui prend tout son sens lors du stage obligatoire de 2 ème année que ce soit en industrie ou en laboratoire.

    Voici la liste des TP:
    • Chimie Analytique
    • Chimie Organique
    • Chimie Minérale
    • Génie des Procédés Physique

    Distillation, extraction, purification, chromatographie (phase liquide, gaz), dosage et bien d'autres techniques sont réalisées dans cette UE.


    UE3 Formation scientifique & communication
    • Mathématiques : On retrouve le programme du lycée, sans la géométrie, avec bien sûr de nouveaux chapitres qui ont un rapport direct avec les cours de chimie ou de physique. Voici les grands axes: Algèbre de Boole pour l'automatisme; Statistiques (Densité de probabilités, Echantillonage, Regression linéaire, Calcul matriciel, Plans d'experience) pour la chimie analytique ; Transformée de Laplace, Séries de Fourier pour la physique.
    • Physique : Deux parties sont étudiées : l'optique car bon nombre d'appareils de mesure ou d'analyse font appel à des notions de base dans ce domaine et l'électricité pour les mêmes raisons.
    • Formation générale : Cours axé sur la communication, la sociologie, ainsi que sur l'économie, l'organisation et les lois au sein de l'entreprise.
    • Anglais : Cours et TD techniques pour la chimie & l'entreprise.
    • Informatique : Cours sur la suite Office, Visual Basic et quelques logiciels conçus pour la chimie.
    • Hygiène sécurité environnement qualité (HSEQ)

    En 1ère année, le niveau d'anglais n'est pas très élevé car on travaille les fondamentaux. L'expression-communication est une matière utile pour apprendre à parler en public, réaliser des dossiers, travailler en groupe...


    Stage & Projet tutoré (Semestre 4)
    • Chaque étudiant d'IUT doit, dans le cadre de sa formation, effectuer un stage de 10 à 12 semaines en entreprise. Cette période lui permet de voir comment fonctionne l'entreprise, quelles sont les règles (sécurité, hygiène...), de profiter de l'expérience des employés, et de mettre en application ce qu'il a appris en cours et en TP. Ce stage se solde par un rapport et une soutenance à l'oral.
    • Les projets tutorés permettent durant 6 à 8 semaines en deuxième année, de ne faire qu'une matière en TP à raison de 16 heures par semaines. Le choix se fait parmis les matières de l'UE1, Physique ou Informatique. Lors de ces projets les étudiants travaillent en général en binôme. Les sujets sont variés, cela peut aller de l'élaboration d'un TP pour les futurs promotions, à la résolution d'un sujet donné par un industriel, en passant par la recherche sous la tutelle d'un thésard.
    Dernière modification par Gwyddon ; 02/09/2006 à 18h57.
    A quitté FuturaSciences. Merci de ne PAS me contacter par MP.

  21. #20
    Gwyddon

    L'IUT GMP : 1 - Conditions d'admission et débouchés

    Conditions d'admission

    Pour accéder à l'IUT GMP (Génie Mécanique et Productique), il faut être titulaire d'un Baccalauréat S, STI Génie Mécanique ou alors provenir d'une 1ère année post-bac que l'on aurait ratée. Environ 50% des élèves de 1ère année viennent d'un Bac S (SVT : 20 %, SI : 30 %), la majeure partie des 50 % restant étant des bacheliers STI.


    Débouchés professionnels
    • Technicien méthode
    • Responsable de production
    • Technicien qualité
    • Dessinateur Projecteur
    • Technicien en bureau d'études
    • Technico-commercial


    Poursuite d'études
    • Les licences pro (BAC +3) & masters pro (BAC +5)
    • Les IUP (Instituts Universitaires Professionnels) (BAC +5), généralement en génie mécanique
    • Le cursus LMD (licence et master de mécanique)
    • Les classes prépas ATS
    • Les écoles d'ingénieurs généralistes ou à dominante mécanique pour les meilleurs de promotion (ENSAM, UT, ENI principalement)
    • partir à l'étranger poursuivre ses études

    De nos jours, environ 80% des titulaires du DUT GMP poursuivent leurs études dans les différentes voies citées ci-dessus. Pour ceux qui intègrent le monde du travail directement après les deux ans de formation, les offres d’emplois sont nombreuses et le temps de recherche du premier emploi est généralement assez court (moins de 3 mois).
    A quitté FuturaSciences. Merci de ne PAS me contacter par MP.

  22. #21
    Gwyddon

    L'IUT GMP : 2 - Descriptif de la formation

    La formation en IUT GMP peut être répartie en trois unités d'enseignements, tout comme l'IUT de chimie. Le programme est tout aussi susceptible de changer légèrement d'un IUT à l'autre.

    UE1 Formation scientifique

    C'est l'UE la plus importante si l'on souhaite poursuivre ses études, la réussite y est donc capitale.
    • Mathématiques : Le programme est d’un niveau assez abordable et les S s’en sortent généralement très bien tandis que les STI ont plus de difficultés. C'est dans la continuité du lycée.
    • Mécanique du solide : Assez peu appréciée car très calculatoire et assez abstraite. Elle n'en reste pas moins importante, et son programme comprend de la dynamique/statique, cinétique du solide, cinématique du solide. En deuxième année de la mécanique des fluides peut être proposée.
    • Dimensionnement des Structures (anciennement Résistance des Matériaux) : La résistance des matériaux est l’approche pratique de la mécanique. Elle traite du comportement des matériaux sous diverses contraintes et permet de dimensionner les pièces mécaniques.
    • Science des matériaux : Complémentaire à la DDS, la Science des matériaux ou SDM donne des bases en : nomenclature, composition chimique et atomique, essais mécaniques,thermique et chimiques des matériaux.

    En plus des ces enseignements, l’informatique donne des bases en bureautique d’une part (Word et Excel) et en programmation d’autre part(C/C++).


    UE2 Formation technique
    • Méthodes
    • Productique
    • Métrologie : La métrologie est la science de la mesure (du grec «metron»*: mesurer), elle est théorique en cours ou appliquée à des séries de pièces en travaux pratique.
    • Ingénieurie mécanique et conception produit : C'est la matière ou l’on apprend à concevoir. Partir d’une idée, réfléchir aux solutions technologiques, les appliquer et modéliser le tout sur un dessin technique manuscrit ou sur un ordinateur (Conception Assistée par Ordinateur) grâce au logiciel CATIA.
    • Electricité/Electronique, Automatisme : On y acquiert des connaissances de base qui pourront servir aussi en conception mécanique ou production ( portes logiques,moteurs asynchrones,composants électroniques,filtres,grafcet etc).

    En méthodes et productique, le but est de savoir assurer la mise en production d’un produit. Différents travaux pratiques (fraisage, tournage, Soudage etc.) illustrent les cours et permettent d’acquérir une culture technique conséquente.


    UE3 Formation Générale & communication/gestion
    • Organisation de gestion et production : C'est une matière abordant les thèmes de la gestion à l’intérieur des entreprises*: la planification des tâches sur une chaîne de production, la gestion des stocks, l’utilisation du tableur d’Excel pour résoudre des problèmes complexes ou l’utilisation du logiciel Project ( Simulation d’une chaîne de production)
    • Anglais
    • Expression et communication
    • Projets Personnels et Professionnels : matière dispensée en 1ère année et qui nous permet de définir un projet professionnel précis et de nous donner des objectifs pour la 2ème année. Extrêmement utile pour ceux auxquels l’orientation post DUT n’avait jamais été un sujet de réflexion.

    L'anglais et la formation à l'expression/communication sont identiques à l'IUT de chimie, s'y référer.

    Stage & Projet tutorés
    • Pour le stage, se référer à l'IUT de chimie, le discours est identique.
    • Les projets tutorés en GMP sont des sortes de TPE Scientifico-Techniques. On cherche à mettre en application tout ce qui a été vu en cours et en TP, et les élèves choisissent généralement*l’étude d’un système ou une réalisation concrète. On peut donner ici quelques exemples :
      • réalisation d’une guitare électrique
      • construction d’un dirigeable radio commandé ( 5m de long )
      • étude du mécanisme de l’hélicoptère
      • modification d’un châssis de vélo Solex
      • étude d’une fourche de motocyclette
    A quitté FuturaSciences. Merci de ne PAS me contacter par MP.

  23. #22
    Gwyddon

    BTS - Une courte présentation du BTS ATI

    Le BTS (Brevet de Technicien Supérieur) est un diplôme à bac+2, qui se prépare au sein des lycées d'enseignement technique. Ce qui va suivre est une courte présentation du BTS ATI (Assistant Technique Ingénieur), pour donner une idée de la formation et des compétences acquises en BTS, ainsi que des débouchés professionnels (merci chaverondier) :


    Généralités sur la formation :

    L'assistant Technique d'Ingénieur possède:
    • une formation pluritechnique (mécanique, électrotechnique, automatisme)
    • une forte compétence en communication technique (bureautique-communication, français, anglais, dossier et soutenance de deux stages industriels)
    • une vision globale de l'entreprise (Organisation Industrielle, éco-gestion d'entreprise).

    A qui s'adresse ce BTS :

    Ce BTS s'adresse aux élèves titulaires d'un Bac S-SVT, S-SI, STI ou STL (ou encore d'un bac pro sous certaines conditions).


    Responsabilités en entreprises d'un titulaire du BTS ATI

    Le profil de formation de l'Assistant Technique d'Ingénieur lui permet d'exercer des tâches d'organisation et de communication technique telles que:
    • la conduite de projet industriel
    • la fonction de chargé d'affaires
    • toutes les tâches visant à faire circuler l'information technique et à organiser le travail entre les différents services d'une entreprise industrielle (Bureau d'Etudes, service méthodes, service production, service maintenance, service qualité, service sécurité-environnement) en vue de leur permettre de travailler efficacement ensemble.

    Ce Technicien supérieur polyvalent joue, en quelque sorte, le rôle de chef d'orchestre, les Techiciens Supérieurs spécialisés jouant le rôle de musiciens.


    On pourra, à titre d'exemple, lui confier des tâches telles que:
    • la rédaction de dossiers techniques
    • la préparation et la planification d'une nouvelle production
    • l'aménagement d'un poste de travail ou d'un atelier
    • la rédaction de fiches de poste
    • la mise en œuvre d'un plan qualité et la rédaction de procédures qualité, sécurité, environnement...

    au sein des services tels que:
    • le bureau d'études
    • le bureau des méthodes
    • le service production
    • le service ordonnancement-planification
    • le service maintenance
    • le service qualité
    • le service sécurité-environnement

    dans des entreprises industrielles de toutes catégories et de toutes tailles.


    On poura trouver un descriptif plus détaillé de cette formation, des poursuites d'étude et des emplois occupés par les anciens élèves (ainsi que les activités professionnelles, des exemples de stages, des exemples de rapports de stage, des diaporamas de soutenance de stage réalisés en 1ère et 2ème année) en http://www.btsati.org .
    A quitté FuturaSciences. Merci de ne PAS me contacter par MP.

  24. #23
    Gwyddon

    Pharmacie : 1 - Introduction et débouchés

    Merci à Velardinho et zendub pour cette FAQ.

    Généralités :

    Le concours de pharmacie à l'issue de la première année s'inscrit dans un cadre plus général qui est celui du 1er cycle, étalé sur deux ans.

    Il s'agit de deux années ou l'apprentissage est assez vaste : de la botanique à la chimie organique, en passant par la physiologie et la biologie cellulaire.

    La fin de la 1ère année est donc sanctionnée d'un concours, un numerus clausus étant fixé en cours d'année. En 2006-2007 celui-ci n'a pas évolué, et reste à 2990 pour la France. Voici le détail par faculté : http://www.anepf.org/articles.php?lng=fr&pg=271.

    En général, le taux de reussite par faculté est d'environ 30% de reussite (entre 25% et 35% selon la faculté). Ce concours se déroule en 1 ou 2 sessions : soit une première partie en Janvier et la seconde en Mai, soit tout au mois de Mai. Le travail à fournir est assez intense, et il existe des prépas qui permettent de préparer spécifiquement le concours mais ce n'est pas une nécessité. Attention à ne pas se fier au niveau acquis en terminale, le travail à fournir dans l'enseignement supérieur est différent ! Cela signifie qu'il ne faut ni partir battu si les notes au lycée étaient médiocres, ni partir gagnant d'avance si les notes étaient excellentes.

    S'il y a reussite au concours, il y a passage en 2ème année. Les matières y sont un peu la continuité de celles de 1ère année.

    Avant l'entrée en 3ème année (donc soit à la fin de la 1ere année soit à la fin de la 2ème année), il faut réaliser un stage de 6 semaines en officine, pour découvrir un peu ce monde.

    Programme du concours :

    En gros, dans chaque fac le concours est basé sur une quinzaine de matières qui varient selon les facultés, mais en général on retrouve : physique, chimie organique, biologie cellulaire, biologie moléculaire, botanique, galénique, culture générale, physiologie, oranisation animale, biochimie.... L'emploi du temps de la 1ère année est composé de cours en amphi (cours magistraux) : d'une quinzaine d'heures par semaine, ainsi que des ED (Enseignements Dirigés en petits groupes) où l'on fait des exercices, on complète un peu le cours et l'on peut poser des questions aux professeurs. Une semaine "normale" contient donc environ 22h de cours par semaine.

    Les études pharmaceutiques sont ainsi généralement plus axés physique/chimie en passant très rapidement sur la biologie/physiologie.

    Il y a tout de même un partie importante de "par coeur" mais il s'équilibre à 50% avec le raisonnement... Cela reste tout de même une année de selection avec un contenu selectif.

    Voici le détail type d'un programme de première année (sachant qu'il y a quelques variations d'une fac à l'autre) :
    • Chimie analytique
    • Chimie Générale/minérale
    • Chimie Organique
      ces 3 matières comptent pour une grosse partie
    • Physiologie/histologie/embryologie (beaucoup moins détaillé qu'en médecine)
    • Initiation à la connaissance et à la délivrance du médicament
    • Statistiques
    • Physique
    • Biologie cellulaire / organisation animale (parasitologie)
    • Génétique
    • Biochimie
    • Biologie moléculaire
    • Botanique

    Selon les facs, il y aura d'autres matières comme les mathématiques.
    Dernière modification par Gwyddon ; 11/07/2007 à 23h25.
    A quitté FuturaSciences. Merci de ne PAS me contacter par MP.

  25. #24
    Gwyddon

    Pharmacie : 2 - La première année et le concours

    Généralités :

    Le concours de pharmacie à l'issue de la première année s'inscrit dans un cadre plus général qui est celui du 1er cycle, étalé sur deux ans.

    Il s'agit de deux années ou l'apprentissage est assez vaste : de la botanique à la chimie organique, en passant par la physiologie et la biologie cellulaire.

    La fin de la 1ère année est donc sanctionnée d'un concours, un numerus clausus étant fixé en cours d'année. En 2006-2007 celui-ci n'a pas évolué, et reste à 2990 pour la France. Voici le détail par faculté : http://www.anepf.org/articles.php?lng=fr&pg=271.

    En général, le taux de reussite par faculté est d'environ 30% de reussite (entre 25% et 35% selon la faculté). Ce concours se déroule en 1 ou 2 sessions : soit une première partie en Janvier et la seconde en Mai, soit tout au mois de Mai. Le travail à fournir est assez intense, et il existe des prépas qui permettent de préparer spécifiquement le concours mais ce n'est pas une nécessité. Attention à ne pas se fier au niveau acquis en terminale, le travail à fournir dans l'enseignement supérieur est différent ! Cela signifie qu'il ne faut ni partir battu si les notes au lycée étaient médiocres, ni partir gagnant d'avance si les notes étaient excellentes.

    S'il y a reussite au concours, il y a passage en 2ème année. Les matières y sont un peu la continuité de celles de 1ère année.

    Avant l'entrée en 3ème année (donc soit à la fin de la 1ere année soit à la fin de la 2ème année), il faut réaliser un stage de 6 semaines en officine, pour découvrir un peu ce monde.

    Programme du concours :

    En gros, dans chaque fac le concours est basé sur une quinzaine de matières qui varient selon les facultés, mais en général on retrouve : physique, chimie organique, biologie cellulaire, biologie moléculaire, botanique, galénique, culture générale, physiologie, oranisation animale, biochimie.... L'emploi du temps de la 1ère année est composé de cours en amphi (cours magistraux) : d'une quinzaine d'heures par semaine, ainsi que des ED (Enseignements Dirigés en petits groupes) où l'on fait des exercices, on complète un peu le cours et l'on peut poser des questions aux professeurs. Une semaine "normale" contient donc environ 22h de cours par semaine.

    Les études pharmaceutiques sont ainsi généralement plus axés physique/chimie en passant très rapidement sur la biologie/physiologie.

    Il y a tout de même un partie importante de "par coeur" mais il s'équilibre à 50% avec le raisonnement... Cela reste tout de même une année de selection avec un contenu selectif.

    Voici le détail type d'un programme de première année (sachant qu'il y a quelques variations d'une fac à l'autre) :
    • Chimie analytique
    • Chimie Générale/minérale
    • Chimie Organique
      ces 3 matières comptent pour une grosse partie
    • Physiologie/histologie/embryologie (beaucoup moins détaillé qu'en médecine)
    • Initiation à la connaissance et à la délivrance du médicament
    • Statistiques
    • Physique
    • Biologie cellulaire / organisation animale (parasitologie)
    • Génétique
    • Biochimie
    • Biologie moléculaire
    • Botanique

    Selon les facs, il y aura d'autres matières comme les mathématiques.
    A quitté FuturaSciences. Merci de ne PAS me contacter par MP.

  26. #25
    Gwyddon

    Pharmacie : 3 - Après le concours et la seconde année

    Une fois le concours et la deuxième année passés, il reste encore deux cycles d'étude.

    2ème cycle : 3ème et 4ème année

    La, on rentre un peu plus dans le sujet (médicaments, pathologies) avec des matières comme la pharmacologie, l'immunologie, l'hématologie, encore de la physiologie, de la parasitologie, de la bactériologie, de la virologie et encore de la chimie....

    3ème cycle :

    La 5ème année est différente selon la filière choisie :
    1. Filière Officine : 12 mois à temps partiel à l'hopital, tout en ayant des cours à la fac
    2. Filière Industrie : 6 mois à temps plein à l'hopital, des cours à la fac, puis 3 mois de stage
    3. Filière Internat

    L'internat est une formation théorique et pratique de 3e cycle des études pharmaceutiques, rémunérée, dont l'accès se fait par concours et qui aboutit en quatre ans minimum à l'obtention d'un diplôme d'étude spécialité (DES) permettant de faire carrière tant dans le secteur privé (laboratoire d'analyses biologiques et médicales, industrie pharmaceutique) que dans le secteur public (fonction hospitalière ou universitaire).

    Le programme est celui de la Formation Commune de Base.

    Les inscriptions ont lieu chaque année vers mai-juin. L'admissibilité se déroule en septembre à Paris pour tous les candidats. Le jury fixe une note minimale pour l'admissibilité.

    L'admission est organisée en deux sessions d'examen, l'une pour le nord de la France et l'autre pour le sud. Il est possible de passer ces deux sessions qui se tiennent à une semaine d'intervalle. Il faut savoir qu'un étudiant admis au concours d'internat ne peut être nommé interne que s'il a validé dans son intégralité la 5e année hospitalo-universitaire.

    Les internes choisissent leur DES en fonction de leur rang de classemement au concours et du nombre de places disponibles. Les différentes voies s'articulent autour d'un enseignement universitaire et de huit stages d'un semestre dans des services hospitaliers ou des laboratoires.

    Ces filières sont les suivantes :
    • DES de biologie médicale :

      L'internat de biologie médicale est l'unique formation pour exercer la profession de biologiste dans les laboratoires d'analyses médicales.
      L'obtention de ce DES permet d'accéder à des fonctions de responsabilité dans les laboratoires d'analyses médicales privés (directeur, directeur adjoint), publics (biologistes praticiens hospitaliers), spécialisés (contrôle des eaux, agro-alimentaire, environnement).
      Ce diplôme peut faciliter l'accès à des fonctions d'enseignement et l'accès à la recherche dans les universités, au CNRS, à l'INSERM.
    • DES de pharmacie hospitalière et des collectivités :

      L'obtention de ce DES permet de se présenter au concours de praticien hospitalier.
      Ce diplôme peut faciliter l'accès à des postes d'enseignement. Il prépare aussi à des carrières de santé publique (épidémiologie, hygiène, économie de la santé, Inspection de la santé, pharmacien conseil à la Sécurité Sociale) grâce au DES de pharmacie et de santé publique mention " environnement " ou mention " administration ".
    • DES de pharmacie industrielle et biomédicale :

      Ce DES prépare aux carrières de l'industrie, dans les secteurs de recherche, du contrôle ou de la production, et permet d'accomplir une année d'internat dans un laboratoire industriel agréé.
      Il faut préciser que les débouchés proposés aux anciens internes de PIBM sont très rarement identiques à ceux offerts aux étudiants sortants du cycle court.
    • DES de pharmacie spécialisée :

      Ce DES est particulièrement adapté aux étudiants qui se destinent à des carrières de recherche et d'enseignement, tant dans les secteurs biologiques que pharmaceutiques.
      Il concerne toutes les formations des études de 3e cycle qui se situent en dehors des autres DES ou bien qui, tout en ayant trait à des domaines couverts partiellement par un autre DES, abordent cependant des sujets trop " pointus " pour que la maquette de l'un ou de l'autre
      de ces DES convienne.
      L'étudiant doit faire preuve d'un esprit d'initiative et de curiosité pour parcourir un cursus spécifique qu'il aura à créer et à organiser avec l'aide d'un enseignant-tuteur prévu par la réglementation.

    6ème année :

    Pour la filière officine : 6 mois de stage en officine, devant se terminer par la soutenance de sa thèse.

    Pour la filière industrie : stage en industrie (+cours) et thèse

    http://forums.futura-sciences.com/at...8&d=1182094537
    Dernière modification par Gwyddon ; 11/07/2007 à 23h21.
    A quitté FuturaSciences. Merci de ne PAS me contacter par MP.

  27. #26
    Gwyddon

    Médecine : 1 - Introduction et généralités

    Merci à étoile64 (rédactrice principale) et à molR (pour quelques renseignements complémentaires, notamment sur l'odontologie)


    Le cursus de médecine est divisé, en théorie, en 3 cycles :
    • le premier cycle en 2 ans (P1 et P2)
    • le 2ème cycle en 4ans (D1, D2, D3 et D4)
    • le troisième cycle qui correspond à l'internat

    Au niveau de l’organisation, on le divise plus souvent en :
    • P1, qui est une année « à part » puisque beaucoup s’arrêteront à ce niveau
    • P2/D1 qui sont des années de transition
    • D2, D3 et D4 qui correspond à l’externat
    • L’internat

    S'il est vrai que la P1 est l'année la plus connue et qui a le plus la réputation d'année difficile, il ne faut pas croire qu'une fois cette année passée c'est la dolce vita. En effet, l'externat est tout aussi éprouvant.

    Cette FAQ va vous présenter tout d'abord la P1 et son concours, puis va balayer tout le cycle de Médecine jusqu'à l'internat et la thèse. Quelques informations seront aussi données sur les possibilités de réorientation à l'issu de la P1.
    A quitté FuturaSciences. Merci de ne PAS me contacter par MP.

  28. #27
    Gwyddon

    Médecine : 2 - La P1 et ses débouchés

    Après le bac, on intègre la fac de médecine en PCEM1 (Première Année du Premier Cycles des Etudes Médicales) : cette dernière est sanctionnée par un concours plutôt sélectif permettant à environ un peu moins de 20% des inscrits (le nombre d'admis est défini par le gouvernement chaque année, c'est le numérus clausus) de passer en PCEM2.


    Conditions d’accès :

    Les conditions pour pouvoir s’inscrire en P1 sans limitation sont : être titulaire du bac (n’importe lequel) de l’année précédente et résider dans l’académie de la fac de son choix.
    Dans les autres cas, les facs sont libres de demander un dossier avec lettre de motivation, voir de refuser l’inscription de l’étudiant, ce qui reste d’être de plus en plus fréquent vus que les amphis de P1 sont surchargés et que cela s’aggrave d’année en année.


    Réussite en P1

    Malgré tout ce que vous avez pu entendre sur sa difficulté - certes réelle -, il est tout à fait possible de réussir la 1ère année en un an (en tant que « primant », par opposition aux « doublants »), à condition bien évidement de travailler sérieusement. Une certaine proportion des doublants ont raté la P1 de peu, et il s'ensuit que si vous faites votre P1 en deux ans, avec du travail il est rare de ne pas réussir.

    Tous les bacs peuvent donc être admis en 1ère année, mais la grande majorité des étudiants sont issus d’un bac S : en effet, c’est le bac le plus adapté pour commencer ces études. De nombreuses statistiques ont montré que les bacs autres que S n’avaient que très peu de chances de réussir cette P1. Alors que faire si vous êtes dans ce cas ? Premièrement, essayez d’analyser la situation avec objectivité. Pourquoi avec choisi une autre filière que S ? Si c’est parce que vous aviez des difficultés au lycée, même avec du travail, il faut s’interroger sur ses capacités : la P1 est quand même loin du lycée en terme de quantité de travail, et quelqu’un qui a déjà des difficultés au lycée aura surement beaucoup de difficultés dans la filière médicale. Si c’était par choix et que vous avez des facilités et de bonnes capacités de travail, vous pouvez vous lancer.

    Pour ceux qui viennent d’un bac S, quelle option prendre en terminale ? Les statistiques ont montré que les bac S option maths réussissaient légèrement mieux que les PC ou les bio, mais cela reste une différence extrêmement minime, et il vaut mieux choisir une spé qui nous plaît pour valider son bac avec de bonnes notes. D’autant plus que les cours d’options de terminale n’apportent aucune connaissance qui vous permettrait d’avoir de l’avance en P1, choisissez donc ce qui vous plait.

    Enfin, les statistiques montrent que les chances de réussite en P1 sont très fortement corrélées au niveau général au lycée : les mentions TB réussissent globalement beaucoup mieux que quelqu’un ayant eu son bac au rattrapage. Mais là aussi, des nuances sont à apporter : quelqu’un qui a un bac sans mention mais sans travailler car pas intéressé par les matières du lycée et capable de se mettre au boulot en P1 aura ses chances.

    Bref, il faut bien analyser sa situation avant de se lancer en P1 pour éviter de perdre 1 voir 2 années, tout en sachant qu’idéalement, il faut :
    • être motivé
    • être bosseur,
    • savoir travailler sur le long terme,
    • être rapide (ne pas mettre des heures pour comprendre un cours),
    • être curieux,
    • savoir s’autogérer,
    • être conscient de ses points forts et de ses points faibles,
    • savoir s’auto-évaluer : il est ainsi inutile de voir et revoir un cours que l’on connaît déjà très bien, mais inversement, il ne faut pas se surévaluer !
    • savoir se positionner par rapport aux autres...
    • essayer de garder le moral et de voir à long terme,
    • avoir des capacités d’adaptation pour s’adapter vite et bien au rythme de la P1.

    Tout le monde ne peut pas posséder toutes ces qualités bien entendu, mais cela vous donne un aperçu de ce qui est demandé en P1 et vous permettra de vous faire une idée de vos points forts et de vos points faibles, et de voir ce qui pourra compenser…


    Les cours

    Au niveau de la P1 en elle-même, les matières tournent essentiellement autours de la biologie et de l’anatomie, avec un peu de maths et de physiques pour certaines facs (c’est très variable, il vaut mieux se renseigner directement auprès de la fac ou on souhaite aller).

    On y voit donc, en gros : de l’anatomie, de la biologie cellulaire, un peu de chimie, de la biochimie, de l’histologie, de l’embryologie, de la physiologie, mais aussi des sciences humaines. La plupart des facs enseignent des biostatistiques, mais seules quelques facs de France font véritablement des maths pures. Il en va de même pour la physique, renseignez-vous auprès de la scolarité de la fac où vous souhaitez aller.

    Les cours de la fac sont indépendants du lycée, donc tout ce qui est nécessaire à la compréhension d’un cours sera vu (on ne demande pas de pré-requis), mais sachez que le rythme de la P1 est beaucoup plus rapide que celui du lycée, donc il est toujours intéressants de partir avec les quelques bases du lycée.

    Ne vous laissez pas impressionner par le folklore de certaines facs où les doublants mettent l’ambiance dans l‘amphi, ca reste du folklore et avec un peu de concentration, cela ne vous empêchera pas de travailler.


    Le travail perso

    Pour le travail personnel, il est impossible de le quantifier en nombre d’heures, car cela reste très variable d’une personne à une autre. Par contre, essayez d’apprendre relativement vite à « optimiser » vos heures de travail, afin de ne pas perdre de temps en travail inefficace. Il vaut mieux faire 4h de travail très productif et s’accorder le reste de l’après-midi et de la soirée plutôt que d’y passer 10h en étant fatigué et peu concentré pour au final n’avoir rien retenu… Le maître mot en P1 est donc de bien se connaître.

    Pour s’entraîner au concours, de nombreuses facs proposent un tutorat (sous formes de « colles » souvent proposées par des étudiants de 2ème et 3ème année), qui est très souvent de très bonne qualité. Vous entendrez également parler des prépas privées, qui vantent souvent des taux de réussite très élevés au concours, mais qui facturent des sommes parfois astronomiques.

    Sachez quand même que les chiffres sont souvent truqués, et que dans la plupart des villes, le tutorat apporte une aide équivalente aux prépas privées. Il arrive que certaines facs proposent un tutorat de qualité médiocre, voir pas de tutorat du tout : dans ce cas là, essayez de vous renseigner auprès de l’association de la fac ou d’anciens P1 afin de savoir si la prépa est vraiment utile.

    Dans tous les cas, sachez qu’il est tout à fait possible de réussir la P1 sans prépa


    Que faire en cas d’échec en P1 ?

    Le concours de P1 permet de présenter, outre médecine, plusieurs filières.

    Dans toutes les facs, cette année permet de choisir entre médecine, dentaire et sage-femme, tant est que l’on soit classé en rang utile (que notre classement nous permette de les avoir).

    Certaines facs de France permettent également de présenter d’autres filières : par exemple kiné, ergothérapeute ou manipulateur radio. Pour ces filières, il existe un Numerus Clausus propre, et parfois un concours légèrement différent que pour médecine (avec des matières en moins ou en plus).

    Par contre, en cas d’échec en P1, les possibilités de réorientation sont peu nombreuses et souvent fac-dépendantes. La plupart des facs proposent une équivalence pour la 2ème année de licence en biologie (sous réserve d’avoir obtenu la moyenne au concours) et certaines proposent une telle équivalence pour d’autres licences (droit, maths), parfois avec une remise à niveau dans certaines matières.

    Pour rester dans le milieu médical, certaines facs dispensent également de la partie écrite du concours d’infirmier (IFSI), toujours sous réserve d’avoir obtenu la moyenne.
    Bref, n’hésitez pas à vous renseigner directement auprès de la scolarité de votre fac pour avoir tous ces renseignements.
    A quitté FuturaSciences. Merci de ne PAS me contacter par MP.

  29. #28
    Gwyddon

    Médecine : 3 - Après la P1

    La P2/D1

    Suivent ensuite 2 années (P2 et D1) basées sur la théorie avec beaucoup de sciences fondamentales (bactériologie, pharmacologie, anatomie, physiologie…), quelques bases de sémiologie (études des signes et symptômes d’une maladie) et quelques stages cliniques (environ 2 ½ journées par semaine) permettant d’acquérir les bases de l’examen clinique.

    Ces années sont réputées pour être des années « cool », mais sachez que le volume de cours reste très important et qu’il vaut mieux continuer à travailler régulièrement plutôt que de se retrouver à 15 jours des partiels sans avoir rien lu ! Cela vous évitera de passer un été pourri pour passer les rattrapages en septembre, voire même de perdre encore un an en redoublant une de ces années.

    C’est également les années idéales pour faire de l’associatif si cela vous intéresse, et de profiter de la vie étudiante avant l’externat.


    L’externat (D2, D3, D4)

    L’externat donc, 3 années qui visent à acquérir la pratique de la médecine, avec des stages le matin à l'hôpital et des cours l'après-midi. Ces années sont rémunérées (100 € environ en D2, 190 en D3 et 220 en D4 environ, nets et mensuels) mais en contrepartie, on ne bénéficie que de 5 semaines de congés payés. Il y a également un certain nombre de gardes à effectuer, rémunérées environ 24 € la garde de semaine (mais variable selon les facs, dans certaines, les gardes ne sont pas payées)

    Il existe 7 stages obligatoires (pédiatrie, chirurgie orthopédique, anesthésie-réanimation, médecine interne, cardiologie, gynéco-obstétrique, neurologie) et 5 stages libres, chacun durant 3 mois.

    Ces année sont souvent très éprouvantes, car elles demandent beaucoup d’investissement : le programme à acquérir en 3ans est extrêmement lourd, et c’est souvent une mauvaise surprise que découvrent les étudiants qui se sont mal renseignés avant la P1.


    Et après ?

    À la fin de ces 3 années d'externat, on passe un examen donnant le droit de prescrire (le CSCT) et un autre concours nous attend : les ECN (Epeuves Nationales Classantes) : 9 dossiers cliniques de 100 points chacun qui sont censés classer les étudiants au niveau national. Les étudiants choisissent ensuite leur spécialité :
    médecine générale, spécialités médicales, spécialités chirurgicales, psychiatrie, gynéco, gynéco-obst, anesthésie-réa, santé pub, biologie, pédiatrie, médecine du travail
    et leur ville d'étude en fonction des postes proposés. En gros, chaque ville possède un certain nombre de postes à pourvoir, le 1er classé choisit ce qu'il veut, puis le suivant, en fonction des postes restants.

    L'internat dure ensuite entre 3 et 5 ans selon la spécialité choisie et se compose de différents stages qui permettent de définir une maquette menant à une spécialité précise. (En gros, quand on choisit spé med, on peut devenir aussi bien cardiologue que gastro-entérologue, et c'est déterminé par les stages effectués pendant l'internat). Mais là également, on choisit ses stages par ordre de classement dans la ville, donc il vaut parfois mieux choisir une ville moins réputée où l'on sera mieux classé que d'être dernier d'une ville réputée si on a une spé bien précise en tête.
    Les années d'internat sont rémunérées, environ 1200 € nets sans les gardes au début, mais on ne compte pas ses heures (environ 70h/semaine...)

    Il existe une formation à la recherche par la recherche avec le cursus MSBM qui permet en parallèle de ces etudes d'avoir l'équivalence d'une première année de master grâce à la validation de 3 (ou 2) certificats au choix dans des domaines très variés, le but étant de devenir chercheur en passant une thèse d'université.


    La thèse de médecine

    Certains ont entendu parler d'un minimum de 40 pages, et d'un maximum de 150. Attention à cela, il n'y a pas de "minimum" ni de "maximum", cela reste un travail universitaire. Les sujets sont très variables et peuvent être parfois assez éloignés du domaine médical.

    En pratique on choisit un professeur avec qui il faut bien s'entendre ou quelqu'un qui travaille sur un sujet vous intéressant à qui vous demandez s'il veut bien être votre maître de thèse : en général, il peut vous donner tous les dossiers de ses patients depuis 20 ans en vous disant que cela fera un très bon sujet de thèse, a vous de faire des statistiques dessus.
    On peut aussi faire une thèse plus bibliographique, c'est un peu comme au-dessus mais à la place des dossiers il faut trouver soi-même des centaines d'articles scientifiques.
    Enfin il est aussi possible de faire une thèse plus orientée recherche, mais on est encore loin de la thèse d'université pour devenir chercheur.

    Pour ce qui est de la soutenance, bien sûr en théorie on peut se voir refuser la thèse, mais dans les faits ça doit être rarissime - ne serait-ce que parce cela serait un affront fait au maître de thèse ! - et au pire la thèse est obtenue avec la mention "honorable".

    Il faut plutôt voir la soutenance de thèse comme une cérémonie d'intronisation où vos pairs vous reconnaissent en tant que tel et où vous prêtez serment, se finissant par un buffet (comme d'ailleurs dans les thèses universitaires classiques). On est loin de l'examen sanctionnant des années d'études.
    A quitté FuturaSciences. Merci de ne PAS me contacter par MP.

  30. #29
    Gwyddon

    Médecine : 4 - un cursus parallèle, les études d'odontologie (chirurgie dentaire)

    La réussite au concours de P1 permet aussi d'accéder aux études de chirurgie dentaire, filière méconnue et souvent considerée comme moins prestigieuse que médecine et donc souvent dénigrée par les étudiants.

    Il faut balayer les préjugés : on a trop souvent l'image du vieux dentiste boucheur de trou qui ne corespond plus du tout au chirurgien dentiste moderne.

    Le charme de ce métier est avant tout dans la diversité de sa mission. On peut passer au cours d'une même journée de la prévention auprès d'un enfant de 6 ans à un acte chirugical, en passant par une réhabilitation esthétique du sourire, pour finir par un patient arrivant en urgence se tordant de douleur.

    L'absence de spécialisation officielle et la capacité totale du dentiste dans son domaine permet une orientation de son exercice en fonction de ses affinités et compétences : si vous voulez vous spécialiser en pédodontie (les enfants) ou en chirurgie, pas besoin de passer un concours.

    L'orthodontie constitue la seule spécialité reconnue en France, il ne s'agit pas seulement comme on le croit trop souvent de "redresser les dents" mais plutôt d'une thérapeutique orthopédique visant à favoriser l'harmonie du visage (on parle d'ODF pour Orthopédie Dento-Faciale)

    La chirurgie dentaire est donc une spécialité médicale à part entière qui fait souvent peur parce qu'elle est méconnnue.


    Voici rapidement le cursus :
    • P1: commun avec medecine
    • P2 & D1 : en plus des sciences fondamentales (anatomie, physiologie, biochimie, biophysique, etc..) on y rajoute des matières médicales pures (microbiogie, sémiologie, anapathologie, etc...) et d'autres plus spécialisées (occlusologie, prothèse, soins conservateurs, parodontologie, médecine & chirurgie buccale, etc...). Ces matières s'accompagnent généralement de TPs ; le programme de ces 2 années est donc extrêmement lourd.
    • D2 & D3 : en plus des cours et TP des vacations cliniques apparaissent. Dans le service d'odontologie vous prendrez en charge de A à Z vos patients avec l'aide d'enseignants spécialisés dans chaque domaine.
    • 3e cycle : il peut se faire en 1 an (voie classique) ou en 3 ans en passant le concours de l'internat ; contrairement à médecine son but n'est pas de créer des spécialistes mais plutôt d'ouvrir la voie aux carrières hospitalo-universitaires.

    Après la thèse, un concours très selectif permet d'accéder au CESMO pour devenir "qualifié en ODF" (la seule spécialité actuellement en France). Il faut alors compter 4 ans d'études supplémentaires.

    Les études d'odontologie sont nettement plus courtes au final que les études de médecine, ce qui peut paraître un critère assez peu important mais qui peut toujours pencher dans la balance lors de vos choix d'études, sachant qu'il faut s'assumer à un moment où à un autre.
    A quitté FuturaSciences. Merci de ne PAS me contacter par MP.

  31. #30
    vep

    Les écoles d'ingénieur : les INSA

    Citation Envoyé par Nicolas666666 Voir le message
    Bonjour à tous, voilà suite aux questions récurrentes sur le groupe des INSAs jj'ai fait un post regroupant les principales informations les concernant ainsi que des liens utiles pour en savoir plus :

    Présentation
    Les INSA (Institut National des Sciences Appliquées) sont un groupe de cinq écoles publiques françaises délivrant des formations d'ingénieurs et ayant pour particularité commune de recruter en majeure partie après le bac.
    Elles sont situées à Toulouse, Lyon, Rennes, Rouen et Strasbourg.
    Pour au moins Toulouse (à confirmer ou non pour les autres), le cycle n’est plus 2-2-1 (deux ans de cycle préparatoire intégré, 2 ans de pré orientation et 1 an de spécialisation) mais 1-2-2.

    Admission
    L’admission se fait principalement après le bac en trois vagues : la première sur dossier, la seconde sur dossier plus entretien, la troisième sur dossier et notes du bac.
    Il n’y a pas de vérité pures : en effet, comme cela a été dit des dizaines de fois sur le forum une mention très bien peu être refusée, comme une assez bien acceptée.
    On peut aussi intégrer l’INSA en deuxième ou troisième année (quelques cas rares dans les deux dernières années) : il faut priviligier un IUT dans la filière que l’on veut intégrer, ou après une première année de prépa, ou de fac-prépa… Sachant toujours qu’il y a des cas exceptionnels venus d’autres endroits.

    Particularités
    Certains des INSAs ont la particularité de proposer à leurs étudiants de suivre un cursus international (EURINSA, ASINSA, AMERINSA...), sportif (sport-études de haut-niveau) ou artistique (musique-études, danse-études, théâtre-études, arts-plastiques-études, techniques-études, etc.).
    De plus des spécialisations spécifiques à certaines INSAs existent, comme une 6ème année en commun avec l’école d’architecture de Toulouse pour l’INSA de Toulouse.

    INSA Toulouse, une école vivante :
    Avec des dizaines de clubs, d’associations, et d’AS, l’INSA de Toulouse est une école très vivante ! Quelques exemples :
    Club rock, salsa, pom-pom girls, modélisme, plongée, ski, AS foot, basket, hand-ball, hockey, gym, indiaction (humanitaire en Inde), soleil Africa (humanitaire en Afrique) et tellement d’autres..

    Pré-Orientation pour l’INSA de Toulouse
    Il y a quatres pré-orientations en seconde année (je ne détaillerai pas les orientations ici, sauf si on me le demande mais je ne pense pas que ce soit indispensable) :
    IC : ingénierie de la construction, qui mène au génie civil, au génie mécanique et à l’ingénierie des systèmes industriels (récemment renommé, mais je n’en sais pas plus).
    ICBE : la bio, la chimie, la thermodynamique et d’autres cinétiques y dominent…
    IMACS : ici c’est la physique, l’électronique et les maths, comme en
    MIC où on remplace plutôt l’électronique par l’informatique (Ces deux POs ont quasiment un tronc commun durant un an)
    Durant ces deux année de pré-orientation, on peut officiellement changer si ça nous chante, mais à savoir que c’est très dur !

    Pour de plus amples informations, je vous renvoie aux sites complets suivant :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/INSA
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Institu...3%A9es_de_Lyon
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Institu...es_de_Toulouse
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Institu...A9es_de_Rennes
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Institu...%A9es_de_Rouen
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Institu..._de_Strasbourg

    Aux sites de l’INSA :
    http://www.insa-france.fr/
    http://www.insa-toulouse.fr//fr/index.html
    http://www.insa-rennes.fr/
    http://www.insa-rouen.fr/accueil?set_language=fr&cl=fr
    http://www.insa-strasbourg.fr/
    http://www.insa-lyon.fr/insa/ingenie...ieur-lyon.html

    Et aux posts de ce forum :
    http://forums.futura-sciences.com/se...archid=2135427

    Voilà n'hésitez pas à rajouter des informations complémentaires!
    Cordialement!

    Lien vers une discussion apportant beaucoup d'infos complémentaires ici :
    Les INSAs

Page 1 sur 2 1 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. orientation post-bac
    Par thibaut_j dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 2
    Dernier message: 06/11/2007, 13h02
  2. orientation post bac
    Par maia_h dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 5
    Dernier message: 21/02/2007, 23h39
  3. Bac S SI, perdu dans son orientation post bac...
    Par Muteenux dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 3
    Dernier message: 30/12/2006, 14h59
  4. FAQ : informations sur les concours post-bac
    Par Gwyddon dans le forum Renseignements sur les concours et examens
    Réponses: 4
    Dernier message: 26/07/2006, 11h55
  5. Orientation post-bac
    Par virae dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 11
    Dernier message: 30/11/2004, 20h01