Bonjour, cliquez-ici pour vous inscrire et participer au forum.
  • Login:



+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 13 sur 13

acide lactique et cornichon

  1. Silouanie

    Date d'inscription
    novembre 2008
    Âge
    53
    Messages
    1

    Question acide lactique et cornichon

    Ce n'est pas une blague : j'ai appris que manger des cornichons permet à l'organisme de neutraliser l'acide lactique, et donc de se débarasser de courbatures, lumbagos etc. Qui peut me le confirmer ?

    D'autre part je voudrais comprendre ce qui fait la différence entre lait (indigeste pour l'adulte) et yaourt (digeste car sans lactose). lorsque l'on souhaite supprimer les laitages à cause d'une surcharge d'acide lactique, faut-il supprimer également les yaourts ?

    Merci


     


    • Publicité



  2. myoper

    Date d'inscription
    décembre 2007
    Messages
    21 145

    Re : acide lactique et cornichon

    Bonjour,
    Citation Envoyé par Silouanie Voir le message
    Ce n'est pas une blague : j'ai appris que manger des cornichons permet à l'organisme de neutraliser l'acide lactique, et donc de se débarasser de courbatures, lumbagos etc. Qui peut me le confirmer ?

    D'autre part je voudrais comprendre ce qui fait la différence entre lait (indigeste pour l'adulte) et yaourt (digeste car sans lactose). lorsque l'on souhaite supprimer les laitages à cause d'une surcharge d'acide lactique, faut-il supprimer également les yaourts ?

    Merci
    Voila un début de réponse qui n'empêchera pas d'aller fouiner sur Google:
    L'acide lactique est métabolisé de façon normale par l'organisme. Elle ne s'accumule que s’il y a production anaérobie (déficit d'apport en oxygène) et donc catabolisme limité.
    Autant dire que dès qu'on a fini de digérer son cornichon (après l'avoir mangé), l'acide lactique en excès a déjà disparu de l'organisme et il est déconseillé d'avaler quelque chose alors qu'on est encore en dette d'oxygène.

    Le lactose est scindé en deux (lactose et galactose si je me souviens bien) avant d'être métabolisé, il ne va pas plus participer a la synthèse d'acide lactique qu'un autre sucre.
    La tolérance a un aliment est en premier due a sa facilité de "digestion" pour l'individu en particulier, pas en général (ceci dit en passant). Une intolérance au lait est en général due à un manque de lactase (enzyme qui, justement, "coupe" le lactose en deux).
    La production d'acide lactique est un point de passage obligé pour produire de l'énergie (digestion, course à pied ...) a partir du glucose. Donc une bonne oxygénation sera plus efficace que n'importe quel cornichon.

    (ouai, bah, depuis deux semaines, la boite a du être bouffée ...)
    Mais bon, ça changeait des autres demandes.
     

  3. jfcas

    Date d'inscription
    juin 2008
    Âge
    61
    Messages
    353

    Re : acide lactique et cornichon

    Le lactose est scindé en deux (lactose et galactose si je me souviens bien) avant d'être métabolisé
    petite correction : le lactose est scindé en glucose + galactose

    Je ne vois pas comment des cornichons qui sont dans un milieu acide (vinaigre), pourraient neutraliser un autre acide


    Malgré son nom, l'acide lactique ne vient pas du lait mais de la dégradation anaérobie du glucose lors de la production d'énergie pour les muscles : quand la voie aérobie, qui produit plus d'énergie mais est très lente au regard de la voie anérobie (qui produit moins d'énergie mais est beaucoup plus rapide), ne suffit plus à alimenter les muscles.
    Pour éliminer les courbatures il faut faire des étirements après des efforts et boire beaucoup d'eau pour augmenter l'élimination des déchets, dont l'acide lactique.

    quant au lumbago, rien à voir avec l'acide lactique, c'est un problème de vertèbres mal positionnées entrainant des douleurs invalidantes.
     

  4. myoper

    Date d'inscription
    décembre 2007
    Messages
    21 145

    Re : acide lactique et cornichon

    Citation Envoyé par jfcas Voir le message
    le lactose est scindé en glucose + galactose
    .
    Bien vu, j'ai été trop vite.

    On a presque toujours une petite quantité d'A. lactique circulante (1 mmol/L qui correspond a l'équilibre pyruvate <-> lactate qui se déplace en fonction de l'oxygène disponible) due a cette voie anaérobie qui est enclenchée dès que l'exercice demande une quantité d'énergie supérieure a la voie aérobie et que la voie anaérobie alactique est épuisée (dépend donc aussi de l'entrainement).
    Pas la peine de boire trop d'eau non plus, ce qu'on a perdu pendant l'effort suffit (ou alors avec le cornichon et un chouia de lait).
    ... je ne sais pas ou ils vont pécher tout ça ...
     

  5. jfcas

    Date d'inscription
    juin 2008
    Âge
    61
    Messages
    353

    Re : acide lactique et cornichon

    Pas la peine de boire trop d'eau non plus, ce qu'on a perdu pendant l'effort suffit
    excuse moi, mais je ne comprends pas trop là, il y a paradoxe dans ce que tu dis… comme on a perdu pas mal d'eau pendant l'effort il faut au contraire boire pour compenser et en plus ça favorise l'élimination des toxines dans l'urine.

    par contre d'accord sur le fait qu'il y a du remède de grand mère là dedans, mais la grand mère qui n'y connait rien et fait semblant d'en savoir beaucoup. A moins que ce ne soit le cornichon au lait…
     


    • Publicité



  6. myoper

    Date d'inscription
    décembre 2007
    Messages
    21 145

    Re : acide lactique et cornichon

    Citation Envoyé par jfcas Voir le message
    comme on a perdu pas mal d'eau pendant l'effort il faut au contraire boire pour compenser et en plus ça favorise l'élimination des toxines dans l'urine.
    Oui, exactement ça, compenser l'eau qu'on a perdue.

    La filtration rénale de ces produit dépend de la pression hydrostatique glomérulaire qui est constante à 45 mm HG (le débit de filtration glomérulaire reste constant sauf chute sévère de la pression hydrostatique capillaire)
    Un apport d'eau supplémentaire va augmenter la dilution plasmatique et donc diminuer la pression oncoctique et aller dans le sens d'un débit de filtration moins important (c'est en fait un peu plus compliqué que ça, suivant ce qui est dilué: electrolytes ou proteines), tandis que l'augmentation de volume plasmatique correspondante sera régulée par le rétrocontrôle tubuloglomérulaire et le système rénine-angiotensine et ne fera pas varier ce débit.
    Il faut donc le juste équilibre: pas déshydraté, pas trop "dilué".
    Dernière modification par myoper ; 04/12/2008 à 22h14.
     

  7. myoper

    Date d'inscription
    décembre 2007
    Messages
    21 145

    Re : acide lactique et cornichon

    Donc, pour éliminer les éventuelles toxines: boire beaucoup et très salé.
    C.a.d. faire une diurèse osmotique. Mais, il faut se faire une paire de litres en plus des pertes dans l'heure qui suit l'effort, sinon ça risque de ne plus servir à grand chose.
    Tous comptes faits, je préfère le cornichon...
     

  8. jfcas

    Date d'inscription
    juin 2008
    Âge
    61
    Messages
    353

    Re : acide lactique et cornichon

    Ah ! je vois qu'on est d'accord !

    Quand je disais boire beaucoup je voulais parler d'eau minérale pour compenser aussi les pertes ioniques pendant l'effort, donc le "salé" dont tu parles
     

  9. myoper

    Date d'inscription
    décembre 2007
    Messages
    21 145

    Re : acide lactique et cornichon

    Probablement que oui, je ne sais pas ce que contiennent les eaux minérales (je suis adepte de la bonne eau chlorée du robinet). Dans le doute, je rajouterais quelques tablettes de sel pour que ce soit franchement hypertonique (c.a.d. plus que ce qu'il faut pour compenser les pertes de sel dues a la transpiration).
    Mais en fait, je me demande si un organisme sain (qui peut se permettre de faire du sport) a besoin de provoquer une diurèse osmotique (qui, j'y pense maintenant, risque de le déshydrater) pour éliminer les quelques déchets (surtout azotés si la scéance a vraiment été violente, ce qui ne doit pas arriver tous les jours) qui vont être éliminés spontanément ou remétabolisés assez rapidement, dans la mesure ou il est correctement hydraté par ailleurs ?
    Qu'en penses-tu ?
     

  10. jfcas

    Date d'inscription
    juin 2008
    Âge
    61
    Messages
    353

    Re : acide lactique et cornichon

    tout dépend de la marque d'eau minérale. Il y en a des chargées en sodium alors que d'autres sont pauvres en cet ion, d'autres sont plus riches en calcium, magnésium, etc…

    Un sportif qui a accompli un acte, pas forcément violent, mais qui se prolonge, va se trouver en hypovolémie au bout d'un certain temps. Il devra alors compenser cette hypovolémie et pour cela boire de l'eau avec apport d'ions minéraux qui auront été perdus lors de l'exercice, et pas que du sodium, même si celui ci est le plus important.

    Quel est le risque de l'hypovolémie ?

    Le volume sanguin étant inférieur à la normale, l'organisme va essayer de compenser cette perte, s'il n'y a pas d'apport, et donc on risque la déshydratation intracellulaire par sortie de l'eau des cellules pour rééquilbrer la volémie. De plus avec l'augmentation de température, la perte de l'eau continue par transpiration et respiration. L'élimination urinaire est bloquée, donc il y a concentration des toxines qui ne sont pas éliminées.

    Quand le sportif va boire, il va donc compenser les pertes, et s'il va aux toilettes ensuite il aura une urine concentrée.
    S'il continue à boire (de l'eau minérale on s'entend), il va alors augmenter sa volémie et il devra éliminer cet excès d'eau par les reins (méthode la plus rapide) et les urines s'éclairciront alors et une partie des déchets partira dans le lot. Bien sûr pour en arriver là la personne doit boire en quantité relativement importante et ne pas se contenter de 2 verres qui ne changeront rien et il devra se forcer car le besoin de boire aura disparu.
     

  11. myoper

    Date d'inscription
    décembre 2007
    Messages
    21 145

    Re : acide lactique et cornichon

    Citation Envoyé par jfcas Voir le message
    Un sportif qui a accompli un acte, pas forcément violent, mais qui se prolonge, va se trouver en hypovolémie au bout d'un certain temps. Il devra alors compenser cette hypovolémie et pour cela boire de l'eau avec apport d'ions minéraux qui auront été perdus lors de l'exercice, et pas que du sodium, même si celui ci est le plus important.
    Ok, nous sommes en présence d'un "sportif" qui n'anticipe pas sa perte en eau. (tu as remarqué les guillemets ?) .

    Citation Envoyé par jfcas Voir le message
    Quel est le risque de l'hypovolémie ?
    Le volume sanguin étant inférieur à la normale, l'organisme va essayer de compenser cette perte, s'il n'y a pas d'apport, et donc on risque la déshydratation intracellulaire par sortie de l'eau des cellules pour rééquilbrer la volémie. De plus avec l'augmentation de température, la perte de l'eau continue par transpiration et respiration. L'élimination urinaire est bloquée, donc il y a concentration des toxines qui ne sont pas éliminées.
    Il en arrive à une insufisance rénale fonctionelle, avec donc une PA max qui passe en dessous de 80 mm Hg (jusqu'a cette valeur, le débit sanguin rénal et le débit de filtration glomérulaire sont conservés).
    Perso, je considère que c'est à ce moment la qu les déchets (azotés...) vont devenir toxiques car tant que le rein fonctionne (de façon tout a fait normale jusqu'a 8 de PA) ils vont être catabolisés/réabsorbés par le rein et remétabolisés dans les synthèses proteiques, donc je les considère comme faisant partie d'un métabolisme normal, sauf rhabdomyolyse).


    Citation Envoyé par jfcas Voir le message
    Quand le sportif va boire, il va donc compenser les pertes, et s'il va aux toilettes ensuite il aura une urine concentrée.
    S'il continue à boire (de l'eau minérale on s'entend), il va alors augmenter sa volémie et il devra éliminer cet excès d'eau par les reins (méthode la plus rapide) et les urines s'éclairciront alors et une partie des déchets partira dans le lot. Bien sûr pour en arriver là la personne doit boire en quantité relativement importante et ne pas se contenter de 2 verres qui ne changeront rien et il devra se forcer car le besoin de boire aura disparu.
    En effet, si tous se passe bien. Moi à sa place (si il est encore debout !), j'irais faire un petit tour a l'hopital car si l'IR fonctionnelle se prolonge, ça va devenir une IR aigue terminale par nécrose tubulaire (sans compter l'encéphalopathie et les troubles de l'hydratation intra et extra cellulaires que tu as mentionné).

    Il vaut donc mieux compenser par "beaucoup" d'eau comme tu le dis, dans l'ignorance pratique de la quantitée perdue.
    C'est le mot "beaucoup" qui me génait car j'ai l'habitude de toujours chiffrer les apports: Par ex, si un sportif perd un litre d'eau par heure et 20 gr de "sel" (au pif), il n'aura pas besoin de prendre plus de 4 litres et 80 gr de "sel" sur un effort de 4 heures, le rein se chargeant sans soucis d'éliminer les quelques déchets car son fonctionnement restera optimal malgré les fluctuations tensionnelles et dhydratation).
    Bon bah, il est loin, le cornichon.
     

  12. jfcas

    Date d'inscription
    juin 2008
    Âge
    61
    Messages
    353

    Re : acide lactique et cornichon

    et oui, la route est longue du cornichon à l'IR

    Il est difficile de quantifier les pertes d'eau et en conséquence les apports compensatoires. Moi, par exemple, je transpire énormément et j'ai besoin de boire des petites gorgées au cours de match de tennis ou de baseball, alors que certains de mes partenaires sont presque secs après 2 heures de match. On ne peut généraliser et chacun doit se connaître pour savoir à peu près quelles sont ses pertes hydriques et comment il doit les compenser. Mais il vaut mieux boire un peu plus que pas du tout…
    Justement, j'en reviens du tennis et je bois bien ! De toutes façons j'ai soif alors le problème est réglé pour moi
     

  13. myoper

    Date d'inscription
    décembre 2007
    Messages
    21 145

    Re : acide lactique et cornichon

    Il faut demander une balance pour le club. Ca va éviter de pisser de l'eau de source à X € le litre pour rien.
    (oui, mais il gagneraient moins d'argent avec le distributeur).
     


    • Publicité




Poursuivez votre recherche :




Sur le même thème :




 

Discussions similaires

  1. Production acide lactique
    Par multifor dans le forum Chimie
    Réponses: 11
    Dernier message: 03/05/2013, 09h52
  2. [TS] dosage acide perchlorique et acide lactique
    Par Eiko dans le forum Chimie
    Réponses: 5
    Dernier message: 02/01/2009, 16h41
  3. Acide lactique
    Par luger11 dans le forum Chimie
    Réponses: 6
    Dernier message: 05/11/2006, 08h17
  4. Acide lactique
    Par afrodiziak dans le forum Biologie
    Réponses: 2
    Dernier message: 25/09/2005, 09h24
  5. acide lactique
    Par Resorci dans le forum Chimie
    Réponses: 3
    Dernier message: 26/07/2005, 02h07