Bonjour, cliquez-ici pour vous inscrire et participer au forum.
  • Login:



+ Répondre à la discussion
Page 1 sur 2 1 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 15 sur 25

Enigme pas trop mathématique

  1. Médiat

    Date d'inscription
    août 2006
    Âge
    67
    Messages
    16 751

    Enigme pas trop mathématique

    Trouver un prédicat (en français) dépendant de 2 variables P(x, y) tel qu'il existe des constantes a, b et c pour lesquelles :

    P(a, b) est vrai
    b = c est vrai
    P(a, c) est faux

    -----

    Je suis Charlie.
    J'affirme péremptoirement que toute affirmation péremptoire est fausse
     


    • Publicité



  2. Médiat

    Date d'inscription
    août 2006
    Âge
    67
    Messages
    16 751

    Re : Enigme pas trop mathématique

    Wouaouh, presque 24 heures et toujours pas de réponse, même pas une suggestion, voila une énigme bien résistante (et pourtant pas si compliquée que cela)
    Je suis Charlie.
    J'affirme péremptoirement que toute affirmation péremptoire est fausse
     

  3. lper

    Date d'inscription
    avril 2007
    Âge
    49
    Messages
    257

    Re : Enigme pas trop mathématique

    Bonjour Médiat,
    ben je tente ma chance
     Cliquez pour afficher
     

  4. yat

    Date d'inscription
    juillet 2004
    Messages
    2 705

    Re : Enigme pas trop mathématique

    Je tente la voie électorale... scrutin majoritaire à deux tours. L'égalité entre deux candidats implique qu'ils seraient ex-aequo au premier tour, ainsi qu'en cas d'affrontement au deuxième tour.
    P(x,y) signifie "x bat y en cas d'affrontement au deuxième tour".

    Sur une population de 12 électeurs, avec les ordres de préférences suivants :
    abc 2
    acb 2
    bac 1
    bca 3
    cab 3
    cba 1

    Au premier tour, les b et c recueilleraient 4 voix chacun, et en cas d'affrontement au deuxième tour entre b et c, les deux finalistes obtiendraient chacun 6 voix. On peut donc dire que b=c est vrai.

    D'autre part, en cas d'affrontement entre a et b, a l'emporterait avec 7 voix contre 5, donc P(a,b) est vrai, et pourtant, en cas d'affrontement entre a et c, c'est c qui l'emporterait avec 7 voix contre 5. Et du coup, P(a,c) est faux.
     

  5. Médiat

    Date d'inscription
    août 2006
    Âge
    67
    Messages
    16 751

    Re : Enigme pas trop mathématique

    Salut lper
    Citation Envoyé par lper Voir le message
    Bonjour Médiat,
    ben je tente ma chance
     Cliquez pour afficher
    Discutable :
    1. Peut-on dire que 2 clones sont égaux, on peut tout au plus dire qu'ils partagent le même potentiel génétique, et il me semble que l'on ne peut réduire un être humain à cela.
    2. Si être le père signifie "avoir apporté le matériel génétique", alors ne peut-on dire que a est aussi le père de c ? (cf. Blade Runner)
    Dernière modification par Médiat ; 24/05/2007 à 16h34.
    Je suis Charlie.
    J'affirme péremptoirement que toute affirmation péremptoire est fausse
     


    • Publicité



  6. Médiat

    Date d'inscription
    août 2006
    Âge
    67
    Messages
    16 751

    Re : Enigme pas trop mathématique

    Citation Envoyé par yat Voir le message
    Au premier tour, les b et c recueilleraient 4 voix chacun, et en cas d'affrontement au deuxième tour entre b et c, les deux finalistes obtiendraient chacun 6 voix. On peut donc dire que b=c est vrai.
    Si Besancenot et Le Pen faisait le même score à une élection, pourrait-on dire pour autant qu'ils sont égaux ?
    Je suis Charlie.
    J'affirme péremptoirement que toute affirmation péremptoire est fausse
     

  7. yat

    Date d'inscription
    juillet 2004
    Messages
    2 705

    Re : Enigme pas trop mathématique

    Citation Envoyé par Médiat Voir le message
    Si Besancenot et Le Pen faisait le même score à une élection, pourrait-on dire pour autant qu'ils sont égaux ?
    Bah évidemment, c'est un peu tiré par les cheveux , mais du point de vue des urnes, deux candidats ex-aequo au premier tour et en affrontement direct peuvent être considéré comme égaux puisque rien ne permet de les départager. De toutes façons, on peut très bien à ce moment là dire que a représente la popularité d'un candidat x, b celle d'un candidat y et c celle d'un candidat z. Dans la situation que je décris, il n'est pas si génant de dire que b=c.

    Et après tout il faut forcément qu'il y ait une magouille dans ce genre au niveau de l'égalité, sinon dans tous les cas, le simple fait que P(a,b) soit vrai et P(a,c), ça fait une différence entre b et c, et du coup ils ne sont pas égaux. C'est pour ça que j'ai essayé de me diriger vers des rêgles de calcul dans lesquelles on peut avoir des choses genre a>b, b>c et c>a, et que je me suis tout naturellement tourné vers le scrutin majoritaire à deux tours et à ses innombrables incohérences.

    En tout cas je suis curieux d'apprendre le type des éléments de ta solution, et impatient de venir à mon tour te chercher des poux dans la tête parce que b et c ne sont pas égaux

    Tiens, j'ai une autre idée tout aussi tordue :

    P(x,y) signifie "x s'écrit avec plus de caractères que y".
    a=10
    b=1
    c=0,9

    ou alors
    a=1000
    b=104
    c=10000

    Cette fois, on ne peut plus nier l'égalité entre b et c.
     

  8. Médiat

    Date d'inscription
    août 2006
    Âge
    67
    Messages
    16 751

    Re : Enigme pas trop mathématique

    Citation Envoyé par yat Voir le message
    Cette fois, on ne peut plus nier l'égalité entre b et c.
    Et je ne le nierais pas, car c'est excellent. Dans le même genre j'avais en tête une bidouille avec les bases de numération, ou encore avec le nombre de lettres de "trois" et de "deux plus un" etc.

    Je propose aussi un autre exemple que j'aime beaucoup :
    P(x, y) = x sait qu'il épouse y (le jour du mariage)
    a = Oedipe
    b = Jocaste
    c = la mère d'Oedipe

    Il est clair qu'Oedipe sait qu'il épouse Jocaste
    tout aussi clair que Jocaste = la mère d'Oedipe
    Mais il est faux que Oedipe sait qu'il épouse sa mère.

    On voit bien (j'espère) la différence entre ces deux classes de solutions qui donnent naissance à deux nouvelles énigmes, comment expliquer mathématiquement cette fois qu'il n'y a pas de paradoxe (il y a bioen deux explications différentes) ?
    Je suis Charlie.
    J'affirme péremptoirement que toute affirmation péremptoire est fausse
     

  9. yat

    Date d'inscription
    juillet 2004
    Messages
    2 705

    Re : Enigme pas trop mathématique

    Citation Envoyé par Médiat Voir le message
    On voit bien (j'espère) la différence entre ces deux classes de solutions qui donnent naissance à deux nouvelles énigmes, comment expliquer mathématiquement cette fois qu'il n'y a pas de paradoxe (il y a bioen deux explications différentes) ?
    Alors pour moi, non il n'y a pas deux explications différentes : dans les deux cas il s'agit d'une confusion entre l'objet et sa référence. 1 et 0,9, "trois" et "deux plus un", "la mêre d'Oedipe" et "Jocaste", ne sont que des références différentes au même objet. Et l'erreur qui est faite dans les deux cas, c'est de placer la référence dans le prédicat P(x,y), mais de faire la comparaison entre les objets quand on dit "b=c est vrai".

    En effet, si on peut dire que b=c est vrai, alors les constantes b et c ne désignent dans aucun de ces cas la référence mais l'objet.

    Par exemple, les groupes nominaux "trois" et "deux plus un" sont différents, donc en affirmant b=c, on se base sur le fait que b et c ne désignent ici pas la référence, c'est à dire pas le groupe nominal, mais l'objet, c'est à dire l'entier. Et quand on dit que P(a,b) est vrai et P(a,c) est faux, c'est l'inverse. En effet, si on continue de considérer que a, b et c sont des entiers, on aura bien du mal à trouver un entier a qui peut s'écrire avec moins de caractères que l'entier 3, mais pas avec moins de caractères que l'entier 3, puisque c'est bien l'entier désigné à la fois par b et par c.

    De même, "Jocaste" et "La mêre d'Oedipe" sont deux manières différentes de faire référence à la même personne. Si on pose b=c, alors on ne peut pas parler de ces références (puisqu'elles sont différentes), mais uniquement de la personne désignée par ces deux références. Et là encore, si le prédicat P s'applique à une personne, alors on ne peut pas dire qu'Oedipe ignore qu'il va épouser cette personne. Tout ce qu'il ignore, c'est sa relation de parenté avec la personne qu'il épouse, et cela ne concerne que la manière d'y faire référence.
     

  10. Médiat

    Date d'inscription
    août 2006
    Âge
    67
    Messages
    16 751

    Re : Enigme pas trop mathématique

    Citation Envoyé par yat Voir le message
    Alors pour moi, non il n'y a pas deux explications différentes : dans les deux cas il s'agit d'une confusion entre l'objet et sa référence.
    Non tu as tort, parce que je pense le contraire. Oups excuse-moi, une bouffée de chaleur .

    Tu as évidemment raison en disant que les deux explications portent sur la confusion entre objet et référence, si je fais, malgré tout, une différence entre les deux, c'est que
    1. dans un cas (ta solution par exemple) le prédicat porte directement sur les références, et l'égalité sur les objets.
    2. dans le cas d'Oedipe, le prédicat porte bien sur les objets, l'égalité aussi, ce qui cloche est tout simplement que la dernière affirmation est "mathématiquement" vraie (même si elle reste fausse en langue naturelle), en effet, du point de vue "mathématique" Oedipe sait qu'il épouse "sa mère", puisqu'ici "sa mère" est juste une référence sur un objet qu'Oedipe sait parfaitement qu'il épouse.

    Cordialement
    Je suis Charlie.
    J'affirme péremptoirement que toute affirmation péremptoire est fausse
     

  11. yat

    Date d'inscription
    juillet 2004
    Messages
    2 705

    Re : Enigme pas trop mathématique

    Citation Envoyé par Médiat Voir le message
    Tu as évidemment raison en disant que les deux explications portent sur la confusion entre objet et référence, si je fais, malgré tout, une différence entre les deux, c'est que
    1. dans un cas (ta solution par exemple) le prédicat porte directement sur les références, et l'égalité sur les objets.
    2. dans le cas d'Oedipe, le prédicat porte bien sur les objets, l'égalité aussi, ce qui cloche est tout simplement que la dernière affirmation est "mathématiquement" vraie (même si elle reste fausse en langue naturelle), en effet, du point de vue "mathématique" Oedipe sait qu'il épouse "sa mère", puisqu'ici "sa mère" est juste une référence sur un objet qu'Oedipe sait parfaitement qu'il épouse.
    Oui, c'est bien cette petite différence qui m'a obligé à éviter de formuler certaines tournures
    En l'occurence, il n'est pas génant de dire que 0.9 s'écrit avec moins de caractères que 10, puisque 0.9 s'écrit aussi 1.
    Par contre, c'est vrai qu'en mettant par écrit la phrase "Oedipe sait qu'il va épouser sa mère", ça tombe lamentablement à plat, puisque dans le langage courant, l'ambiguité de cette phrase risque de passer complêtement inaperçue. La première interprétation est celle qui aboutit à ce que la phrase soit vraie... "sa mère" est juste un groupe nominal qui désigne une personne, et Oedipe sait effectivement qu'il épouse cette personne. La deuxième interprétation est que le verbe "savoir" porte sur l'éction "épouser sa mère".

    C'est bien entendu la deuxième interprétation qui vient à l'esprit tout de suite quand on entend la phrase. La première interprétation de la phrase est plus difficile à illustrer, mais on peut la faire dans un contexte différent. A une réunion de famille une personne apprend par une tierce personne que sa cousine va se marier. Elle demande "le futur époux sait-il que ma cousine ne sait pas cuisiner ?". Le futur époux n'a jamais entendu parler du cousin en question, mais pourtant la réponse peut être positive. Ici il est évident que la question porte sur le fait que la personne en question sache cuisiner, et pas sur le fait que ça soit sa cousine.
     

  12. Médiat

    Date d'inscription
    août 2006
    Âge
    67
    Messages
    16 751

    Re : Enigme pas trop mathématique

    Citation Envoyé par yat Voir le message
    Oui, c'est bien cette petite différence qui m'a obligé à éviter de formuler certaines tournures
    C'est à dire que le premier cas met en évidence la nécessité de séparer langage et métalangage (sinon je peux affirmer "ce qui est long n'est pas court alors que long est court", il est très facile de faire apparaître des paradoxes en jouant sur le mélange langage/métalangage), et le deuxième illustre que les mathématiques sont ontologiques en ce sens que la valeur de vérité d'un prédicat dépend des objets mis en cause et non des références utilisées pour désigner ces objets, ton exemple de la cousine illustre bien cet aspect.

    Cordialement

    Médiat

    PS : je te le confirme, ta cousine ne sait pas cuisiner
    Je suis Charlie.
    J'affirme péremptoirement que toute affirmation péremptoire est fausse
     

  13. Ledescat

    Date d'inscription
    janvier 2007
    Localisation
    Lyon
    Âge
    29
    Messages
    4 541

    Re : Enigme pas trop mathématique

    Citation Envoyé par yat Voir le message
    a=1000
    b=104
    c=10000
    Excellent. Cependant, cela remet en cause ma définition de deux objets égaux: si a=b, toute propriété vérifiée par a est vérifiée par b et réciproquement. Il faudrait donc corriger en disant "propriété mathématique".
    Me trompe-je ?
    Cogito ergo sum.
     

  14. Médiat

    Date d'inscription
    août 2006
    Âge
    67
    Messages
    16 751

    Re : Enigme pas trop mathématique

    Citation Envoyé par Ledescat Voir le message
    Excellent. Cependant, cela remet en cause ma définition de deux objets égaux: si a=b, toute propriété vérifiée par a est vérifiée par b et réciproquement. Il faudrait donc corriger en disant "propriété mathématique".
    Me trompe-je ?
    Le biais vient de ce que le prédicat porte sur la référence (il est donc supposé être écrit en métalangage), alors que l'égalité porte sur les objets, on pourrait ré-écrire les chose de la façon suivante :

    P(x,y) signifie "x s'écrit avec plus de caractères que y"
    a="1000"
    b="104"
    c="10000"

    Les guillemets indiquant l'usage de référence, alors P(a, b) est vrai, P(a, c) est faux, mais il n'y a pas de contradiction car a b, en effet "104" n'est pas égal à "10000".

    Un peu de la même façon, il est idiot de dire long est court mais parfaitement valide de dire "long" est _court_ (_court_ est ici un élément du métalangage, et non du langage).

    Cordialement
    Je suis Charlie.
    J'affirme péremptoirement que toute affirmation péremptoire est fausse
     

  15. Schrodies-cat

    Date d'inscription
    avril 2015
    Messages
    1 014

    Re : Enigme pas trop mathématique

    Puisque vous avez cité aujourd'hui cet ancien fil, Médiat:
    Un sophisme connu des anciens grec du type:
    non (a = b) , b "=" c et pourtant a"="c .
    Vous n'êtes pas ce que je suis (vous conviendrez qu'il y a des différences entre vous et moi).
    Je suis un être humain (Non je ne suis pas un robot !)
    Donc vous n'êtes pas un être humain !
    Il n'est pire sot que qui ne veut pas comprendre .
     


    • Publicité







Sur le même thème :





 

Discussions similaires

  1. Enigme mathématique
    Par Boson_2_higgs dans le forum Science ludique : la science en s'amusant
    Réponses: 7
    Dernier message: 10/04/2007, 12h01
  2. le soldat core pas d'accord (énigme : recheche justification mathématique)
    Par emilien dans le forum Mathématiques du supérieur
    Réponses: 6
    Dernier message: 12/01/2007, 18h47
  3. Enigme mathématique
    Par _Goel_ dans le forum Science ludique : la science en s'amusant
    Réponses: 25
    Dernier message: 23/08/2006, 21h53
  4. Prépa scientifiques pas trop dur, pas trop nulles...
    Par Nriz dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 5
    Dernier message: 18/01/2006, 15h09
  5. Le coupeur de gateau (énigme pas trop dure)
    Par Argyre dans le forum Science ludique : la science en s'amusant
    Réponses: 4
    Dernier message: 13/01/2006, 12h38