Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 8 sur 8

microRNA



  1. #1
    Weasley14

    microRNA

    Bonjour à tous , je ne comprends pas très bien les microRNA. A partir d'un gène on transcrit plusieurs RNAm identiques mais sur certains ils vont se maturer en micro-RNA et vont s'hybrider à tous les autres RNA synthétisés pour les dégrader ????

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    MasterCobra

    Re : microRNA

    Ça tombe bien, je viens de voir ça dans mon cours de génie génétique... bon, je dois t'avouer que je suis pas un expert dans la matière, mais j'essaie tout de même. Les petits ARN nucléaires sont des ARN de régulation, d'atténuation d'expression protéiques. Ils sont surtout utilisés comme moyen de défenses contre les ARN viraux. La cellule produit des ARN d'une vingtaine de nucléotides, et lorsqu'infectée par un ARN viral, ces petits ARN viennent se fixer contre ces ARN étrangers. La cellule à un mécanisme de défense: aucun ARN double-brin dans la cellule de plus de 25 nucléotides! Un "DICER" vient cliver l'ARN double brin en petits morceaux inoffensif, toujours double brin, et un complexe, nommé RISK, dégrade un brin de l'ARN double brin. Le brin restant peut ensuite aller accomplir le même travail.

    Les chercheurs commencent à mieux comprendre ce phénomène et l'utilise comme moyen d'atténuer (silencer, en anglais) l'expression protéique. Un insert dans la cellule une séquence complémentaire à un ARNmessager qu'on désire atténué la transcription en protéine. La cellule pense qu'il s'agit d'un ARN viral et commence à dégrader une bonne partie (70%) des ARNmessager transcrit par la cellule. Alors, il n'y a pas d'atténuation de la transcription de l'ADN en ARMmessager, mais une forte atténuation de la transcription d'ARNmessager en protéines.

    On peut alors étudier l'effet d'une sous-production de la protéine

    J'espère que ça éclaire ta lanterne!
    Julien

  4. #3
    Taz_79

    Re : microRNA

    Salut,

    Si l'on a une complémentarité parfaite entre l'ARNmess ou viral et le siRNA alors on a la formation du complexe RISK qui dégradera l'ARNmess. Si c'est une complémentarité imparfaite c'est-à-dire que quelques nucléotides de l'ARNmess ou viral ne e sont pas hybridés avec le siRNA alors on a une inhibition de la traduction de l'ARN sans qu'il soit forcément dégradé.

    Bonne journée
    " Heureux étudiant qui comme la rivière suit son cours sans quitter son lit "

  5. #4
    Weasley14

    Re : microRNA

    mais il dégrade un ARN message viraux seulement ou c'est celui de nos cellules aussi quand la synthèse protéique est finie ?

  6. #5
    Taz_79

    Re : microRNA

    Il me semble que ça peut aussi être un moyen de réguler la traduction des protéine à vérifier.
    " Heureux étudiant qui comme la rivière suit son cours sans quitter son lit "

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    MasterCobra

    Re : microRNA

    Les petits ARN sont une découverte récente. Le phénomène n'est pas encore très bien compris. J'imagine mal par contre la cellule synthétiser un brin d'ARN seulement pour réduire sa production d'une protéine... Il serait plus logique de seulement atténuer l'expression du gène.

  9. Publicité
  10. #7
    random_postdoc

    Re : microRNA

    La découverte est certes récente mais la recherche sur les microRNA est tellement active ces dernières années que ca commence à être pas mal compris.

    Et si, les microRNA inhibent aussi l'expression des protéines endogènes, soit en inhibant la traduction soit en provoquant la destruction du mRNA cible, c'est un moyen de contrôle de l'expression des gènes (au niveau de la protéine) autrement qu'au niveau transcriptionel. Pour des exemples tapez microRNA sur pubmed il y a des dizaines de nouveaux papiers chaque semaine.

  11. #8
    nowell

    Re : microRNA

    SAlut à tous,

    Les microRNA sont encore appelés miRNA, ou plus spécifiquement avec un numéro par exemple miR124 que lon retrouve dans les neurones. Leur implication dans la régulation post-transcriptionnelle est capitale pour un grand nombre de gènes. Ils interviennent dans la régulation de la vie cellulaire en entraînant des mécanismes de différenciation, prolifération, migration, apoptose, ou alors de répression de ces mécanismes.
    J'ai récemment lu un article justement sur le miR124 impliqué dans la différenciation neuronale (découverte initiale chez l'Homme) qui jouerait également un rôle important de suppresseur de tumeur dans les cancers de la prostate du sein et du cerveau. #trouvez ces informations en tapant facilement miR124 sur pubmed ncbi#

    A mon sens, le miR a une activité endogène bien plus importante sur la physiologie cellulaire que de rôle de protection antibactérienne.

    Cordialement
    Nowell
    Si les faits ne correspondent pas à la théorie, changez les faits. (A. Einstein)

Sur le même thème :