Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 11 sur 11

Vautour fauve



  1. #1
    eterlou66

    Vautour fauve


    ------

    Bonsoir à toutes et à tous,
    Ce matin, nous étions un groupe d'ornithos qui nous interrogions à la lecture du journal local (département des Pyrénées-Orientales).
    Ce quotidien relatait qu'un tourisme aurait été victime au moment où il déjeunait en montagne d'une "attaque" par un vautour.
    Bien que l'article soit assez laconique, et qu'il a donc fallu "traduire", et qu'il serait préférable bien entendu d'avoir des détails, nous avons cru pouvoir lire (je suis prudent dans mes affirmations) :
    1 - qu'il s'agissait d'un vautour fauve (l'article ne le précisait pas, mais je ne vois ni le gypa ni le percno -ce dernier d'ailleurs sur le départ en cette période, sinon déjà parti- se livrer encore moins que le fauve à ce genre d'"activité"). Nous n'avons pas d'autres espèces de vautour dans les pyrénées-orientales.
    2 - que l'individu qui avait ce genre de vélléités et plus donc serait un individu relâché d'un parc d'acclimatation

    On m'a souvent rapporté des articles (et non des témoignages directs) d'"attaques" de fautours fauves sur du bétail venant de naître???????

    Peut-on admettre la réalité de cette "attaque" dont on pourrait expliquer l'audace par le fait qu'il s'agirait, outre le fait qu'aujourd'hui l'espèce entièrement protégée (à juste titre), et souvent nourrie par l'homme, ne craint absolument plus de dernier; qu'en outre, l'individu en question, issu de parc, devenu en quelque sorte anthropophile aurait finalement "estimé" que notre brave touriste devait lui fournir sa pitance.

    Par ailleurs, rassurez-vous l'article précisait que la blessure était sans gravité : un pic à la jambe.

    J'ai personnellement observé lorsque nous allons baguer les goëlands leucophée non seulement des simulations d'attaques mais des attaques réelles sur l'un ou l'autre d'entre nous qui ne restait pas en groupe.
    Mais le goëland est un prédateur; les vautours des charognards (certes s'attaquant quelquefois à des bêtes pas tout à fait mortes). De sorte que les choses ne sont nullement comparables.

    Votre avis, plus encore vos témoignages, m'intéressent vraiment
    Cordialement
    Maurice

    -----
    Dernière modification par eterlou66 ; 12/09/2004 à 22h30.

  2. Publicité
  3. #2
    kinette

    Re : Vautour fauve

    Bonjour!
    J'ai entendu à la radio cette information... un peu différente mais proche.
    1 - qu'il s'agissait d'un vautour fauve (l'article ne le précisait pas, mais je ne vois ni le gypa ni le percno -ce dernier d'ailleurs sur le départ en cette période, sinon déjà parti- se livrer encore moins que le fauve à ce genre d'"activité"). Nous n'avons pas d'autres espèces de vautour dans les pyrénées-orientales.
    D'après ce que j'ai entendu c'était bien un vautour fauve
    2 - que l'individu qui avait ce genre de vélléités et plus donc serait un individu relâché d'un parc d'acclimatation
    Là ce que j'ai entendu était beaucoup moins clair... ils ont juste parlé d'un comportement aberrant, peut-être dû à la fin. Apparemment pas un comportement très agressif (l'animal aurait tenté de mordiller les mollets du dit touriste!).

    On m'a souvent rapporté des articles (et non des témoignages directs) d'"attaques" de fautours fauves sur du bétail venant de naître???????
    Manifestement, pour ces "témoignages" les vautours s'intéressent surtout au placenta, et aux individus morts-nés... un observateur arrivant et voyant un vautour mangeant un agneau tout juste né concluera qu'il l'a tué... mais comment faire la différence avec un animal mort-né?

    Peut-on admettre la réalité de cette "attaque" dont on pourrait expliquer l'audace par le fait qu'il s'agirait, outre le fait qu'aujourd'hui l'espèce entièrement protégée (à juste titre), et souvent nourrie par l'homme, ne craint absolument plus de dernier; qu'en outre, l'individu en question, issu de parc, devenu en quelque sorte anthropophile aurait finalement "estimé" que notre brave touriste devait lui fournir sa pitance.
    Pour les animaux réintroduits on essaie de ne pas imprégner l'animal, donc a priori, si le comportement observé vient d'un nourrissage par l'homme, l'animal proviendrait plutôt d'un parc à thème comme on en voit de plus en plus, plutôt que d'un programme de réintroduction (d'ailleurs, vu le succès de la réintroduction du V. fauve dans les Pyrrénées, je doute qu'on en lâche encore).
    Il me semble qu'il est aussi possible que ce soit simplement un animal sauvage ayant un comportement "déviant".

    J'ai personnellement observé lorsque nous allons baguer les goëlands leucophée non seulement des simulations d'attaques mais des attaques réelles sur l'un ou l'autre d'entre nous qui ne restait pas en groupe.
    Mais le goëland est un prédateur; les vautours des charognards (certes s'attaquant quelquefois à des bêtes pas tout à fait mortes). De sorte que les choses ne sont nullement comparables.
    Le goéland est manifestement une espèce plus agressive... surtout si on est à proximité de son nid. En faisant du baguage sur une île, j'ai vu des goélands piquer sur les bagueurs... impressionnant, mais généralement ils ne touchent même pas la tête des personnes qu'ils attaquent... il me semble qu'une personne avait reçu un coup sur le crâne, parmi tous les bagueurs présents (au moins une vingtaine), et sur une colonie de goélands impressionnante.

    K.
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  4. #3
    eterlou66

    Re : Vautour fauve

    Citation Envoyé par kinette
    Bonjour!
    Citation 1
    Là ce que j'ai entendu était beaucoup moins clair... ils ont juste parlé d'un comportement aberrant, peut-être dû à la fin. Apparemment pas un comportement très agressif (l'animal aurait tenté de mordiller les mollets du dit touriste!).

    Citation 2
    Manifestement, pour ces "témoignages" les vautours s'intéressent surtout au placenta, et aux individus morts-nés... un observateur arrivant et voyant un vautour mangeant un agneau tout juste né concluera qu'il l'a tué... mais comment faire la différence avec un animal mort-né?

    Citation 3
    Le goéland est manifestement une espèce plus agressive... surtout si on est à proximité de son nid. En faisant du baguage sur une île, j'ai vu des goélands piquer sur les bagueurs... impressionnant, mais généralement ils ne touchent même pas la tête des personnes qu'ils attaquent... il me semble qu'une personne avait reçu un coup sur le crâne, parmi tous les bagueurs présents (au moins une vingtaine), et sur une colonie de goélands impressionnante..
    1 -Le mot "attaque" que j'avais employé dans mon 1er post peu être un peu fort et relever de l'hyperbole, mais a contrario "Comportement aberrant" est un euphémisme qui reste un peu flou et ne nous renseigne guère, mais permet les hypothèses de travail. Reste qu'effectivement, à tout prendre je le préfère à "attaque" et suis donc tout à fait d'accord avec kinette.

    2 - sur le point 2 :
    Tout à fait d'accord kinette

    3- citation 3 :
    Lorsque nous baguons chaque années les goëlands nous avons toujours un ou deux collègues qui reçoivent un coup de bec sur le crâne. Un peu de sang, blessure superficielle à désinfecter quand même, mais blessure et donc ... "attaque". Mais là encore on pourrait plutôt dire "défense" car il est vrai que les goëlands sur leur île (peu ou pas du tout fréquentée) se sentent agressés.

    Cordialement
    Maurice
    PS Je n'ai pas trouvé l'"astuce" pour "découper" en paragraphes le texte que l'on veut citer et ainsi faire une réponse paragraphe par paragraphe, ce qui est quand même + propre, et surtout plus clair.
    Quelqu'un pourrait-il me l'expliquer.
    Dernière modification par eterlou66 ; 13/09/2004 à 13h04.

  5. #4
    eterlou66

    Re : Vautour fauve

    Je viens à l'instant de trouver l'astuce pour "saucissonner" la citation.
    Je ferai donc mieux la prochaine fois. Avec ttes mes excuses. Merci

  6. #5
    John78

    Re : Vautour fauve

    Salut

    C'est quand même un peu étrange de réintroduire des animaux dont on sait pertinament bien qu'ils ne peuvent pas vivre sans nourrisage artificiel... On critique largement ces chasseurs qui agrainent le sanglier pour maintenir des densités élevées de gibier, on s'étonne aussi d'observer des comportements étranges chez cet animal comme un perte de la peur instinctive vis a vis de l'homme...
    Discutable tout ça...

    A+
    John

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    eterlou66

    Re : Vautour fauve

    Je crois, John, qu'on ne peut comparer ces deux problèmes :

    - la réintroduction de certaines espèces autochtones, aujourd'hui disparues par le fait de l'homme, directement ou indirectement, me paraît réellement une excellente chose.
    IL faut que le biotope s'y prête encore et qqles aménagements (sur le plan humain quelquefois).
    Il y a certes qqles "inconvénients" telle l'imprégnation par exemple des individus de première génération qui peut conduire chez ces individus à ces comportements "aberrants".
    Mais on ne peut nier que le jeu en valait pas la chandelle, quand on constate certaines réussites. Je pense au gypaète que, comme d'autres, j'ai "nourri", et qui fera sa vie tout seul à l'avenir.
    L'accompagnement était nécessaire dans un premier temps, et doit ensuite cesser.

    - le nourrissage par les chasseurs de certaines espèces bien implantées, tel le sanglier, est pour le coup une véritable aberration.
    Le sanglier qui n'a jamais disparu de nos territoires n'avait nullement besoin de nourrissage, bien au contraire.
    D'ailleurs on parle aussi d'... agrainage, ce qui veut tout dire.

    La vérité est que, sous le fallacieux prétexte d'aider le sanglier à passer l'hiver, on le nourrit dans le seul but de le cantonner sur son territoire -et d'empêcher donc qu'il ne soit tiré par le voisin-, et par une invraisemblable dérive, cautionné par la quasi catatonie de nos responsables, on est arrivé aujourd'hui à de l'élevage de "cochongliers" ou "sanglochons" à ciel ouvert.
    La dérive est telle que, dans la plupart des chasses, on ne nourrit plus le sanglier qu'un mois avant l'ouverture (pour l'attirer), en complétant cette nourriture par du goudron dont est friand le sanglier; on nourrit ensuite durant toute la saison de chasse, et on arrête le nourrissage le jour même de la fermeture de la chasse (parce que tout simplement ça coûte cher); c'est à dire, en hiver, quand alors le "cochon" quasi domestiqué et ne sachant plus trouver seul sa nourriture, aurait besoin à cause de sa quasi "domestication" de ... nourrissage.
    C'est réellement la grande farce, avec toutes les conséquences tragiques que l'on peut facilement comprendre : domestication de l'espèce sauvage, concentration des individus sur les lieux de nourrissage et risque d'épizooties, certainement une perte de la variabilité génétique globale, dégâts aux cultures dûs au nombre élevé du cheptel et surtout au fait que les bêtes ne savent plus trouver seules leur nourriture, artificialisation de la chasse (le jour de chasse le piqueux met ses chiens près de l'agraînoir et les chasseurs se postent autour), etc.....
    Bref, il s'agit au final d'un scandale écologique doublé de succédanés de chasse pour des chasseurs-consommateurs pressés de ... remplir leur congélateur.
    Aucun chasseur sérieux ne peut cautionner une telle dérive.
    Et si, comme ornitho, j'ai nourri le gypa; comme chasseur, je m'interdis de nourrir le ... cochon.

    Les choses me paraissent donc totalement étrangères.
    Cordialement
    Maurice

  9. Publicité
  10. #7
    John78

    Re : Vautour fauve

    D'accords mais si on arrette de nourrir les vautours, vont-ils survivre par eux même ? C'est une question... Si oui, je ne vois pas l'interet de continuer le nourrisage que j'ai vu faire dans les Pyrénées centrales sur des colonies installées depuis des année...
    Je ne connais pas la situation du gypaète, sa biologie est elle identique (moins dépendant des carcasses d'animaux d'élevages ??)

    A+
    John

  11. #8
    eterlou66

    Re : Vautour fauve

    Je ne puis te répondre que pour le département des Pyrénées-Orientales où j'habite. Pour les autres, et notamment les 2 autres Pyrénéens, bien que j'y vais quelquefois, je n'y suis pas assez souvent pour donner un avis.

    Pour ici donc, personne ne nourrit les vautours fauves, et si j'en crois les obs que nous avons, il semble qu'on en voit de plus en plus.
    Reste qu'il s'agit d'un migrateur qui ne nous visite que l'été.

    Idem pour le percnoptère, à ceci près que nous n'en voyons encore que très peu (contrairement au fauve), mais plus qu'il y a dix ans par exemple. Ca commence, disons.

    Le gypa est le seul vautour sédentaire. Il doit donc trouver sa nourriture également en dehors des périodes d'estive, et donc hors carcasse d'animaux d'élevage.
    Je n'habite plus en montagne depuis 3 ans, et ne m'occupe donc plus de nourrissage (je demanderai à mes amis où on en est à ce sujet lorsque je monterai vers la fin du mois pour le brame du cerf).
    Mais, dans l'esprit de tous ici, le nourrissage n'a été qu'un accompagnement provisoire. D'évidence, "nos" oiseaux devront un jour -progressivement- retourner à l'indépendance.
    Reste donc évidemment qu'il faut (ou faudra) qu'il se nourrisse au moins une partie de l'année d'os d'animaux sauvages.
    Le mouflon doit, à mon avis, d'ores et déjà, bien l'aider, plus que l'isard.
    En effet le mouflon, introduit chez nous à des altitudes qui ne sont pas dans celles de son biotope habituel (on le trouve à plus de 2000 mètres, alors qu'il s'agit d'un animal qui fréquente plutôt les forêts de feuillus vers 1000mètres) s'est bien adapté si l'on peut dire, à ceci près quand même qu'il est nettement plus sensible aux avalanches que l'isard. On trouve donc plus de cadavres de mouflons que d'isards, et donc le gypa doit trouver des os à sa convenance dans les couloirs d'avalanche que le gypa a dû apprendre à connaître.
    Ce que je peux te dire également c'est que j'ai personnellement fait de nombreuses observations de gypa cassant des os (selon leur méthode habituelle en les laissant tomber d'une certaine hauteur) à de nombreux endroits où il n'y avait pas de site de nourrissage.
    Cordialement
    Maurice

  12. #9
    Bufo v

    Re : Vautour fauve

    Bonsoir,
    Plusieurs hypothèses sont possibles pour expliquer ce genre de comportement. Des cas similaires ont été décrits, encore récemment pour d'autres espèces. Mais ici, en l'absence d'une relation plus documentée difficile de se prononcer.
    Citation Envoyé par eterlou66
    2 - que l'individu qui avait ce genre de vélléités et plus donc serait un individu relâché d'un parc d'acclimatation
    Possible, quoique un animal relâché d'un tel parc ne se comporte normalement pas de cette manière. Sauf si...voir plus loin.
    Ce qui paraît le plus probable est qu'il s'agisse d'un Vautour échappé d'une volerie. Ces oiseaux vivent en contact étroit avec leur dresseur et n'hésitent pas à approcher l'homme. Surtout que de tels établissements existent dans les Pyrénées et à proximité.
    Autre possibilité, c'est un animal empreint (ou imprégné). Il s'agit dans ce cas d'un jeune pris en charge et élevé par l'homme. Si cette prise en charge s'effectue pendant une période critique de la prime jeunesse (variable d'une espèce à l'autre) l'image parentale que conserve l'animal est celle de l'éleveur. Selon divers critères cette empreinte est plus ou moins profonde, jusqu'à devenir "pathologique" en cas de prise en charge dès la naissance (pour simplifier, c'est en réalité bien plus complexe). L'animal se comporte donc vis à vis de l'homme comme il le devrait normalement vis à vis de sa "vraie" espèce. Ce genre de comportement est donc typiquement intraspécifique. Ce qui évidemment n'est pas sans poser certains problèmes insolubles...

    J'ai personnellement observé lorsque nous allons baguer les goëlands leucophée non seulement des simulations d'attaques mais des attaques réelles sur l'un ou l'autre d'entre nous qui ne restait pas en groupe.
    Là c'est totalement différent (cette fois il s'agit d'un comportement interspécifique). Les oiseaux ne font que défendre leur progéniture qu'ils estiment à tort ou à raison, menacée. Les vautours pourraient éventuellement adopter cette attitude, mais uniquement près de l'aire pendant l'élevage du jeune. Mais ce n'est même pas certain. Dans ce cas aussi d'une espèce à l'autre, cela varie beaucoup.

    On m'a souvent rapporté des articles (et non des témoignages directs) d'"attaques" de fautours fauves sur du bétail venant de naître???????
    Difficile de l'exclure formellement. Mais je n'y crois guère. L'hypothèse de Kinette me semble bien plus probable.

    Posté par John78. D'accords mais si on arrette de nourrir les vautours, vont-ils survivre par eux même ? C'est une question... Si oui, je ne vois pas l'interet de continuer le nourrisage que j'ai vu faire dans les Pyrénées centrales sur des colonies installées depuis des année...
    Les principales raisons de la disparition des Vautours relèvent des campagnes d'empoisonnement effectuées dans le passé par les éleveurs. Plus marginalement par le tir au fusil. Pour ce qui à trait à leur subsistance, je connais trois sources principales d'alimentation. Les reliefs de repas des grands prédateurs (Loup, Ours, Lynx), les cervidés et bovidés sauvages morts (chutes, autres causes diverses...), les cadavres d'animaux domestiques. Si la nourriture est localement bien moins disponible, c'est que les effectifs de prédateurs sont bien réduits voir inexistants et que "normalement" les cadavres d'animaux domestiques se doivent d'être collectés (mesures de prophylaxie). Reste les dérochements et autres, qui éventuellement expliqueraient la persitance des vautours dans les régions escarpées. Et encore pas partout !

    Je ne connais pas la situation du gypaète, sa biologie est elle identique (moins dépendant des carcasses d'animaux d'élevages ??)
    Pour faire simple, le Gypaëte est plus spécialisé. Il consomme ce qui reste quand les vautours sont passés sur la carcasse (os, tendons, cartilages). Bien entendu s'il reste de la viande il ne va pas se priver. Une des particularité du Gypaëte est de laisser choir les os depuis les airs enfin d'accéder à la moëlle. On a parfois noté la consommation de tortues terrestres quand elles sont présentes, selon la même technique.
    Bufo v

  13. #10
    Bufo v

    Re : Vautour fauve

    A force de faire plusieurs choses en même temps je n'avais pas vu qu'éterlou avait déjà répondu à la dernière question.

  14. #11
    eterlou66

    Re : Vautour fauve

    Tout à fait d'accord avec ce que nous dit Bufo que je remercie pour sa jolie contribution.
    Cordialement
    Maurice

Sur le même thème :